© « Route », Tome 3, Chapitre 1, Roman / « Road », Volume 3, Chapter 1, Novel

Route1

« Breathlessness » ,

Volume 3 « To were,this one, on the road,Tewfiq ? »

 

Commun page to introducing all volumes.

        « Comrades, we have all been lead soldiers . »

 

Chapter One

 

Tewfiq Baali is now surrounded on all sides by a pack that has tracked for a while. They are beasts, hideous, hungry and voracious, which do not resemble any known animal. They were able to tighten their grip, when it ventured into the dark forest, their field of choice for ambushes. He thought he could benefit from the camouflage of vegetation, but it is lost, losing the sense of direction. It has a tiny gun cutter. Lightning streak the sky. The thunder rumbles. The wind roars in the branches. The rain lashes the face. It runs at random, before turning on himself to try to get shots when predators come too close and threatening to snap her leg. Their encirclement shrinks more. They show their fangs, which drains one frothy spittle, and try simultaneous attacks from all sides. Their prey defends only his ridiculous article of stationery. Yet, curiously, the instrument of office, the blade silver shines like a firefly dancing in the dark, seems more or less hold a respectful distance.
At every assault weapon launches Tewfiq Baali blindly, with a fury only guided by his instinct for survival. His gestures are furious fly once or twice on the shaggy skins of these monsters, who, horror, turn out not to have one eye bulging and bloody! They immediately returned to the charge, with bristly hairs and screaming claims.
He fought long and fiercely against these evil and cunning enemies that were not previously reported. They conspired against him when they knew he was isolated, away from home, and without any possibility of withdrawal. They seem to chew his legs and thighs to make him suffer rather than to tear strips of flesh to satisfy their hunger. Predator kills an animal for food, not pleasure. No such vile, scheming and opportunistic. Ah, if they had the courage to face one by one, it would have bitten the dust! No. They take advantage of the law of numbers, such as members of a sect ruthless! With such enemies, no cabal, no negotiation, no quarter! Tewfiq Baali knows he must remain intractable until his last breath. It would raise no thumb and would never do!
His pants are now all shredded and bloodied after bites. Stupor! When it arrives to neutralize a beast, it is immediately devoured by others, but it is immediately replaced by a new recruit!
This respite allows him to get closer to a tree trunk circumference wide, so do not be surprised from behind. It was time for her strength begin to decline. Thus, he could hold out long and hard-sell his skin.
These gatekeepers to the ugly face, like a Cyclops acted on intelligence. Otherwise, they could never trace him. It is difficult in an Arab hospitality anchored confuse a traitor he has received in confidence in his house. Who cares! This is part of life risks. As his heart beats, it continually tries to control the space that separates them. If their vigilance drop, it will seek incessantly to sow. Find a healthy way to drop a branch on which grabbing a hole where underground. All these opportunities are to be exploited as they arise, it will no doubt always have an edge on them, show them he is courageous and he admits surrender. Unfortunately, other dangers he has not seen it faces. The forces of evil are identified with one another and know how to unite against a common enemy irreducible, that does not consist, which does not accept lame compromises, compromises and vile.
Above, a black panther with yellow eyes perched on the lowest branch is about to pounce on him. From below, a huge boa constrictor hidden in a bush watching the moment to wrap his implacable turns on the body of its prey. This is what happens when Baya Baali, alerted by the screams. She sees off her eldest son in agony, surrounded by the pack. She uttered a single cry runaway mother who is already into mourning, and starts to fly in the middle of the fray pestle solid copper, the only thing that is handy, but the ultimate weapon against women Chaouias all spells. Indeed, this cookware seems to magically effect, since its thud on the soft earth as a fact volatilize beasts!

A mother wakes with a start, all sweaty, frightened by the dream she has done. That almost two months since his son did not return home.
Three in the morning just ring the chime of the clock. This is not yet the time of Fajr prayer. Baya Baali stands still and will make his ablutions. She wants to pray. There is the prayer that will make him recover his equanimity. She would ask God to protect her son. She and Abdelkrim have suffered so much and suffered so many privations to grow their children properly, give them a good education, to enable them to pursue higher education. The dream she has done is terrible, striking reality. She now knows that Tewfiq is in danger. She could not talk to anyone, not even her husband. His only concern now is that Tewfiq her safe return. He could have called on the phone, or ask a permittee who return to Lembiridi moving home comfort the family about it! It was not his habit to stay so long without giving news! …
« April, May, and we are now in early June, she thought … what has been happening? … why this silence? … ‘
The anxiety of a mother is feeling terribly anxious, which is not perceptible to the same degree by other family members or relatives. Especially after the cruel dream she has done! …
« Tewfiq is so sincere in what he does, she thought … the example he gives to men of goodwill should not be to the liking of the enemies of the truth … unfortunately it is they who run … certainly they are incarnated hideous beasts … I absolutely must see, to warn him. « 

The sun rises and overtakes the convoy Souk Ahras. Farouk Zaid led the Land Rover column head with Tewfiq Baali at his side, buffeted by shocks, sleepy, dazed by fatigue. Here now four hours the trucks roll. No incidents to report. Nabil Chawki is in the jeep greenhouse-file, with Sergeant Fahd as a conductor. The latter was chosen because he was born in Tunis and knows this first part of the route.
Tewfiq Baali keeps his eyes closed, but not asleep. An immense comfort gradually replaced his anguish at the start. God, this time too, fulfilled his wishes. A stretch of road, the light of dawn and the feeling of being responsible for something.
Who would have thought, the day before the message, a fifty soldiers have the common destiny of cross several borders without passports, without reflection and project prerequisites? Destiny weird. Even drivers who were under arrest took the start …
The convoy spread over a mile, with battlements fifty yards between each vehicle. Advanced sound is powerful, impressive. For the army, one of the advantages of driving at night is not to find a lot of obstacles to traffic, as well as changes in relative discretion.
After a short stop at the edge of town to complete a full service station, the train resumes its journey to the border. The winding road 20 snakes in this massive geological ridge forming a natural barrier between the two countries, to pass Fedj M’Cid at 1150m altitude. The mechanical strength of its 380 horsepower, allowing trucks to climb very steep slopes cheerfully, and effectively negotiate bends horseshoe.
On both sides of the narrow road, an exuberant scrub removes odors wild. The first turn of the descent, left, a roaring waterfall arising of a rocky promontory, plunges one hundred and fifty feet high, spreading it by iridescent scum in the first rays of the morning, over a forest pines, before joining the course of Oued Medjerda that runs parallel to the railway track, including Tewfiq Baali seen with binoculars two gleaming steel cables emerging from the mist.

Farouk Zaid has not released the wheel since Shirta, despite the invitation of his « skipper » to replace it. It gives air to doubt his ability to lead, as if he wanted to devalue the manual tasks that would not hear anything intellectuals like him. He knows that their chief mission was the best school practice that is given to find when still a child: the boiler shop of his father! He was so that, as a goodie bag to show timely …
The driver traveling at a constant speed, sixty kilometers on average, giving the tempo in the first truck behind him, which in turn sends it to the next, and so on. Cap thrown back, eyes reddened by the smoke of the cigarette, enigmatic soldier has eyes only for his instruments. He listens to the hum of the engine and careful driving maneuvers, plus a glance at the mirror periodically to assess the distance between himself and his pursuer. The convoy encounters an almost zero traffic on the first part of his career.
Between the driver and his « protector », reports have now become quite distant. Suspicion began to sprout from episodes invitations to drink, where Tewfiq Baali dared to distinguish the group. It does not believe that the status of privileged soldier Farouk Zaid would only be the consequence of his support. A dark and mysterious side of the life of this man is unknown, but looks to be mistaken, than those moles being sent into enemy territory in the hope to help change the course of the war and history …
From time to time, between Tewfiq Baali in radio contact with the aspirant to the rear, to assess the progress of the convoy.
« Everything is in order, he said the convoy leader. »

Approaching the border, the number of red cottages decreases. The view remains united despite imaginary line between two countries moutonnant. Line that was corrected by men in war, throughout history, but finally stabilized contemporaries, symbolizing a kind of almost pathological rejection of the other, as if to warn travelers in both directions :
« Stop, there is darkness … if you are forced to go on the other side, arm yourself with patience and prudence.  »
And a little later, this different story:
« Stop! … unscathed? … not too much damage?  »
The roadmap provides the second stop after the border post Ghardimaou in no man’s land between the two countries.
Then comes the time for Tewfiq Baali open the sealed envelope and read the contents and to announce to the other customs, to get the green light for the onward journey.
Round a sharp bend, the first border post suddenly appears. Barrier variegated green, white and red, arranged across the road is thrown by a border guard, certainly aware of the convoy. Colleagues outside the Moorish style building customs, and come to pass column with great fanfare hand signals. To the left, a wide penetrating joined the station.
« You see, Tewfiq Baali said to Zaid Farouk … here we go … let our trucks are not of interest to their probing hands.  »
He hears a grunt in response. The convoy traveled another two kilometers before the Head of Mission decides to immobilize under thick foliage. Jeep grand happens. Tewfiq Baali climbs to go with Nabil Chawki to announce to the other border. He opens the envelope. It contains a pass with the stamp of the Ministry of Foreign Affairs, and another envelope taped smaller, addressed to the military attaché of the embassy in Tunis.
The other customs station is a mere cottage, the poor and humble appearance, with two rooms, one with a rickety wooden reception desk.
« These people do not have delusions of grandeur as we think Tewfiq Baali … it displays its social level without shame … immediately, he announced the color … welcome, but what are you? … if they are foreign, good time! … if these are your ideas, keep them and turn around!  »
The jeep stops at the gate. Sergeant Fahd is revving the engine to announce, because no customs seems to want to show the nose. The convoy leader impatient. At one point, it triggers siren and let them howl until a ranking so the house and goes to them without rushing:
« Hello gentlemen, he said quietly, without saying goodbye … why all this noise? … here you are in another country, and therefore subject to other laws … how can I help you? …
– You will overcome this barrier and pass our convoy replica forcefully Nabil Chawki! …
– Calm down, sir … you go away? …
– At the end of the world …
– Do not worry … it is your right … but in the meantime, you seem to cross my country … so I have a right to look …
– We only pass …
– This is the same … it involves a discretionary decision for me …
– You know the story of Sidi Uqba …
– Yes, like everyone else …
– He was arrested by the Atlantic, otherwise he would have gone at the end of the world … we try the same story, but in reverse …
– You will stupidly stopped by the Pacific … but in the meantime, you want to cross my country, Brigadier repeated with a constant politeness … for that, we need passports and goodwill of the homeland … unless you want to use the force? …
– You doubt our intentions, sir … if that were the case, long ago, your fence, your job and your men would have been shattered.  »
Tewfiq Baali tries to intervene to stop a discussion that started to smell vinegar, but sucking dissuades a sudden gesture of the hand. Brigadier now displays a grimace of impatience:
« Can I see your papers, sir? …
– I have no paper to exhibit you, my friend, Nabil Chawki loose … call where you used and ask …
– I have a pass that I can show to the military authority of your country comes Tewfiq Baali … if it is in the area, well you would inform …
– Okay … I will inform … in the meantime, would you tidy your vehicle right, it hinders the road … and tell your driver to stop the engine … Fuel your product odor and smoke me not comfortable …
– Do not bother, says Tewfiq Baali … we return to our convoy … know that we must bring Tunis before dusk … we do not delay, please …
– If I did not reply before noon, I broke through the barrier and follow me if you can, add the convoy leader angrily!  »
Fahd engages reverse gear and makes squealing tires, maneuvering aggressively. Tewfiq believes Baali read the lips of a big customs blasphemy. The jeep goes back to the convoy.
« You could have let me speak, comes Tewfiq Baali exceeded! … after all, I’m the head of this mission! … it is not like that we ad people! … accept you, you, someone to come smash your door and go home uninvited? … you can be sure that a report on our conduct will arrive shortly to our embassy, and later in the 12th CA! … you would not have done so if you were primarily responsible! …
– Hey, do not climb on your high horse, the aspirant replica! … I do not care, me, your mission! … you do not know these birds … always play games with us … they believe more intelligent and civilized than we are! …
– The intelligence does not choose his country … but diplomats sure they are! … this is why tourists come home … us, we are arrogant and rude …
– In any case, I tell you … if I did not reply before noon, my roadmap would be affected … I force the barrier and come what may!  »
Tewfiq Baali stop talking to end replicas incongruous with his colleague, always carried in a sling and spats with people. In reality, Nabil Chawki not dare to implement this intention. In his case, it would be rather useless bravado, without …

Near the convoy men now sit, munching biscuits flavored with Nestlé. The two officers reactualize the graph walk. Finally, neither the one nor the other dream to inflame the situation. Nabil Chawki need someone to cover his mistakes. Tewfiq Baali would have at his side a leader, able to express themselves in their language. Corporals shall verify levels and tire pressure. More than 250 km before Tunis, their next step.
« The military attaché must we wait for this afternoon, think Tewfiq Baali, taking his frugal breakfast … and if he has not been warned what would we do? … we went on a flying … excess precipitation has always been the strong military … first run … claiming then.  »
The sound of a car coming in the opposite direction startled. This is the sergeant at any time. The convoy will head to meet her.
« The way is clear … bon voyage, he said, bowing this time!  »
Tewfiq Baali meets only salvation, without moving from his seat. The convoy immediately resumed the road. It is now the Sergeant’s jeep which opens Fahd walking and Land Rover driven by Farouk Zaid makes greenhouse-file. They address the tranquil countryside of another country, who seduces the first glance.
« People seem to be installed in that territory for a few centuries of peace and tranquility, dream Tewfiq Baali … whereas here, the neurosis of the provisional lasts is present every morning at the corner of every street, on the face of every passer … half of us claims to progressive and reactionary other treats … we are very strong to maintain ambiguity … In reality, we do not trust ourselves … this is not how we built a country … this is not how you educate a nation.  »
The passage of the column on the route sensation. Drivers and farmers to red fez happily exchange greetings. Obviously, the local population believes that these trucks belong to his valiant army …
The convoy bypasses Djendouba, Beja, Medjez these charming small towns of the interior, with still left Medjerda, irrigating plains and valleys worked with love. Here, no fallow fields, rubble shaggy unloaded shamelessly night on the shoulders. Hatred of a brutal police power is the same as your neighbor, but it does not prevent people to love and build their country.
« A small country indeed, but equal to itself, and not pretentious, think Tewfiq Baali. »
This at a time trying to get his companion he keeps a silence since Shirta. He would raise a doubt that torture since he knows this man. Now, the driver led comfortable, merely passively follow the truck in front. He is not willing to let go of the steering wheel to the officer, who feels an irresistible urge to drive …
« Farouk, you know I wanted you to come with us …
– Yes … and then? …
– Do not you want to head into desert, now that you’re in another country? …
– What makes you think that? …
– Everything you told me from the beginning … are you not at odds with the army? … your contract is finished …
– I think just imagine … but if I do, I would not shout it from the rooftops …
– You have your passport on you? …
– Yes … but expired …
– I have a plan … say, a trick, so to speak …
– Always tell, v’lido … from you, everything is acceptable …
– What you Bizerte Embedded in the first container ship to Marseille … I câblerais your desertion forty-eight hours later, to cover their tracks … okay? …
– And the money for the trip? …
– You can nibble on the allocation that we deliver to the embassy … for the rest, you already have the experience of crossing … such as foam or diver …
– You forget the most important … men … how are you going to give them the illusion that I have not deserted from Tunis? …
– Easy … driving myself Land, at night, without stopping, until the next step …
– It will not work … the QGO, everyone knows what type of relationship we have … return, you will be charged with complicity … you have been arrested for less than that …
– Do not worry about me … think only your freedom … I take this risk for you … I’ve never risked my life … there must be a first time for everything …
– There’s something I’ve overlooked in the story of my adventures in Europe, Tewfiq … the time may be ripe for you to reveal … I am wanted by Interpol, attempted robbery with injury and hit and run police … now, my picture should be pinned in all police stations and all the border of the European continent … and my mouth, you realize you have is not made to go unnoticed …
– Ah … it changes the nature of the problem …
– I have another plan, if you’re interested, resumes Farouk Zaid, who now wants to fuck the shit out of her boyfriend …
– Yes? …
– If we get the hell out, it will set … with you, I regained my balance … I would not abandon you to the voracity of active CA 12th … without my help, they would make you a mouthful … In Port Said, we dégoteront a ship bound for the Far East … there, no one knows … we’d definitely our lives in other places and other climates … with others less tense … there, you will know who I really am … you will have neither rank nor biceps to prevail in my presence … you will not be able to count on your leadership … and my protection …
– I’m dying, just imagine, responds with false credulity Tewfiq Baali … but first, I have a score to settle with my conscience … with the policy of our country … I would not leave until I’m sure, not that there is no turning more to expect from this regime, it is already clear … but hope to expect from the people … it should keep the elbow … Perhaps there will be a healthy start soon? … but tell me, I think afterwards … who told you about Port Said? … I’m the one with the Lacheraf QGO to know the destination …
– Heum … everything is known in the 12th CA responds with discomfort Farouk Zaid, who seems to have been taken as an amateur … just officers they open their secret folds that the company is already aware of their plans.  »
Tewfiq said no more Baali. Increasingly, his suspicion to the place of the supposed soldier grows. The car tires squeal on the gravel a turn too tight. The engine responds with two different complaints to shift. The driver takes a peek, with an amused look on the side of the skipper, who comes to offer him as a film script, whose outcome is too perfect. In return, he has proposed another, even more crisp. Scenarios, this soldier knows something to be worn indiscriminately in his dog’s life … His face expressed a kind of permanent fatigue, which did nothing physical. His brain seems too bruised by too much adversity to endure the words in the air, such as Tewfiq Baali …
« What an idea to try and take over people’s lives, says the latter, which finally guess the thoughts of Farouk Zaid … it should say … this white boy is not even able to take care of his own.  »
After a moment, he realizes that his actually « protected » appears spy another of his proposals silly, just to have the pleasure to respond with finesse. The driver remains in control of his reflexes, driving with tact, despite his lack of recent practice, however, does not show nervousness as we approach the cities, where hordes of kids pretend to cross the carriageway to the passage of vehicles, and pursuing them happily.

Soon, signs of a great metropolis multiply. Billboards, factories, ring roads to two-way traffic progressively more important. The convoy entered through a wide sabkha by an elevated road, beyond which appears Tunis, dazzling whiteness. It is 14:00 and it is now very hot.
At the junction of Sousse, Sergeant Fahd led the convoy on a road abandoned, hidden by a row of poplars. The place like the head of mission, by his discretion. Men down with delivery trucks to relieve themselves and stretch their legs. Meal distribution campaign. Corporals press coaching to give free time to the crews. Nabil Chawki do not mind. Tewfiq Baali hesitates, preferring not to let them go until late afternoon, after obtaining the savings of the embassy. He and the aspirant take with them as a driver for Fahd guide to the diplomatic district, to the airport.
They have no trouble finding the building in question recognizable by its flag. The policeman on duty makes them get inside the building. A stately mansion with a large park, surrounded by high walls. A liveried doorman welcomes the top of the steps. He seems to be aware of their arrival.
« Welcome to Tunis, gentlemen, he said … I’ll tell you.  »
They are guided through a multitude of hallways and corridors lined, smelling of mothballs. Finally, the porter brought in a bare room, without window, in which there are arranged two chairs and a small table. The walls are covered with the perforated material that dampens sound. The concierge firm without a word behind the door. The two officers wallow on the seats. Large drops of sweat on their foreheads soon as it is already hot in Tunis, and moreover in this unventilated room. Tewfiq Baali note the contrast of this room with the rest of the building. A second door seems to dependence on another, which should house the offices of the Chancery. The minutes pass. The atmosphere is suffocating. Nabil Chawki gets rid of the polite attitude from the beginning, and began to pace nervously tiny room.
« All in all, I return to the car, he told Tewfiq Baali, with a voice that sounds different because of the device noise … you are better able than I to bear diplomatic niceties …
– You are mistaken, his colleague replies … I hate salaams and … ‘
The head of the convoy leaves him no time to assert its repulsion of these places where you felted revel in the simplicity of the people, it has already opened and closed the door behind him to jump randomly a way to output any. Shirta and the Epicurean is done immediately joining the action to the word, in all circumstances …

Another quarter of an hour passes before Tewfiq Baali not hear the sound of a key in the lock on the second door from breaking a heavy silence. It rises. A figure tall, to total baldness and very thick eyebrows enters the room. He is wearing a white Sahara. His eyes have a vitality striking. His brown face is cracked smallpox.
« Hello, Lieutenant, he said, extending his hand? … you have a nice trip? …
– Excellent, meets the Head of Mission …
– No trouble on the road? …
– No … a little late to the border with the customs of this country …
– Normal … it does not enter into foreign territory as one enters a mill … we have followed your progress hour by hour …
– Mr Bouzad, I presume? …
– Yes … and you, the S / Lt Baali, is not it? …
– Affirmative …
– What can I do for you? …
– I am at your disposal …
– That is? …
– Read this, Tewfiq Baali said, drawing from his pocket the other envelope to the military attaché of the embassy.  »
Bouzad tears the envelope and read the contents. It also carries the header of the Ministry of Foreign Affairs and indicates the steps taken by national diplomatic representations to facilitate the transit of a military convoy in logistics, namely completely full, mission expenses for crews and management, possible contacts with the authorities of countries traversed to lift all restrictions or burdens possible. Tewfiq Baali did not know the content. Bouzad makes him the letter and said:
« This letter, show it to all of our military attachés diplomatic … and only them … civilian personnel of embassies should not be aware of the nature of your mission … not even the ambassadors … Now, I am at your disposal … order it, I run …
– I’m on a mission ordered, Mr Bouzad … you are my contact Tunis and this letter tells you what to do …
– I meant to you personally … Is there something I can do for you? … it would be a real pleasure for me to help a fellow and … a colleague … I myself am a military … Captain seconded to Foreign Affairs …
– You would be very helpful simply hastening our transit formalities … hold, I give you the list of staff entitlement to vacation pay … you want well we designate the station where we refuel in diesel …
– I’ll take care of it all … In the meantime, I will give you instructions to allow you to take a shower and relax a bit … His Excellency instructed me to inform you that it is an honor to have you host dinner tonight … Then I would visit Tunis by night … this city is very happy after midnight …
– Attractive program in perspective, my captain … alas, our mission is not much fun … I must return to the convoy to prepare the device for the next step …
– Mr Hamidou would be offended if you refuse his invitation …
– That is to say that … I do not foresee any evening dress …
– Do not worry … you lend a tuxedo … we have a wardrobe …
– Parons the most urgent, sir Bouzad … say that if we finish our preparations early, one of the officers will do honor to the table of His Excellency … not necessarily me … with my assistant, you throw a coin, heads or tails …
– Ha, ha, ha! … but you are a very democratic! … it is not common in the barracks … after all, see your features, it does not surprise me … I have a quarter of an hour and I am you. « 

Tewfiq Baali is installed in a room more comfortable, where liquors are arranged on the coffee table in front of it. Coarse gimmick. He did not touch it …
The military attaché returns later with the allocations in U.S. dollars, corresponding to the list that was given to him, the equivalent of ten days to pay, pro rata hourly rate for each grade. Captain discreetly check if the missionary has not touched alcohol … Tewfiq Baali sign on a debit that does as its name, without rank, and pockets. They leave the embassy to sixteen hours.
Tunis is a bustling city at this time of day, but the traffic is orderly and respected by drivers and pedestrians. Captain Bouzad monitors the Land Rover with his black limousine registered in CD to guide the convoy later to the station of a fellow expatriate.

On the way back, the two officers consult the program of the evening. Once the money is distributed against their signatures, crews have free time up to 23 hours. The exchange can be done in any hotel or newsstand. Sergeant Fahd, who knows the country is ready to sacrifice himself with a monitoring team to keep the convoy.
« I am invited to dinner at the embassy, said his colleague Tewfiq Baali … I’m not hot … you can go to my place if you want …
– Proposal attractive replica aspiring … there, the alcohol is flowing afloat and easy chicks, but nothing replaces a good cooked with Farouk in a cabaret where produce plump belly dancers … Fahd promised to guide us and take us back …
– Too bad … neither programs does not interest me … I would just walk around the old town. « 

After completely full, Tewfiq Baali Bouzad asked to give the letters to give to the authorities of loading. The latter carries the hand to the forehead, pretending to have left the embassy. He had read the thoughts of Tewfiq Baali his decision not to attend the evening the ambassador gives the occasion of the inauguration of President …
The Head of Mission is thus forced to return to the chancellery with military attaché. He puts his whole Sahara canvas, he had the presence of mind to hide in his bag at the last minute and returns to the embassy itself in leading the Land Rover, preceded by the big limousine . There, a butler makes available a royal bathroom, where a black suit summer, a white shirt and bow tie are hung from a rod. Tewfiq Baali shaves and takes a refreshing shower, but do not touch the clothes lent …
It stings a nap even the cool tiles, towel surrounded the pool, until someone comes knocking at the door of the bathroom at dinner time. This is Bouzad, worried about his silence.
« I fell asleep, he admits with embarrassment, opening the door, still undressed …
– Normal after this hike meets the military attaché … get dressed quickly and come … there waiting for us. « 

—————————————

Essoufflements, T3

« Vers où, cette fois, sur la route, Tewfiq ? »

 

Chapitre   Premier

 

Tewfiq Baali est maintenant cerné de toutes parts par une meute qui l’a pisté depuis un moment. Ce sont des bêtes féroces, hideuses, affamées et voraces, qui ne ressemblent à aucun animal connu. Elles ont pu resserrer leur étau, dès lors qu’il s’est aventuré dans cette forêt sombre, leur domaine de prédilection pour les embuscades. Il a cru pouvoir bénéficier du camouflage de la végétation, mais il s’est égaré, perdant le sens de l’orientation. Il n’a pour arme qu’un minuscule coupe-papier. Les éclairs zèbrent le ciel. Le tonnerre gronde. Le vent rugit dans les branches. La pluie lui cingle le visage. Il court au hasard, avant de tourner sur lui-même pour tenter de décrocher des coups, lorsque les prédateurs s’approchent trop près et menacent de lui happer une jambe. Leur encerclement se rétrécit de plus en plus. Ils montrent leurs crocs menaçants, desquels s’égoutte une bave écumeuse, et tentent des attaques simultanées de tous côtés. Leur proie se défend seulement son dérisoire article de papeterie. Pourtant, curieusement, cet instrument de bureau, dont la lame argentée luit comme une luciole dansant dans l’obscurité, semble peu ou prou les tenir en respect.

A chaque assaut, Tewfiq Baali lance son arme à l’aveuglette, avec un acharnement guidé par son seul instinct de survie. Ses gestes furieux font mouche une ou deux fois sur les peaux hirsutes de ces monstres, qui, horreur, s’avèrent ne posséder qu’un seul œil exorbité et sanguinolent ! Ils reviennent immédiatement à la charge, avec des poils hérissés et des hurlements sinistres.

Il se bat longtemps, farouchement, contre ces ennemis rusés et démoniaques, qui ne se sont pas déclarés préalablement. Ils se sont ligués contre lui lorsqu’ils ont su qu’il était isolé, loin des siens, et sans aucune possibilité de repli. Ils semblent lui mordiller les jambes et les cuisses plutôt pour le faire souffrir que pour lui arracher des lambeaux de chair afin d’assouvir leur faim. Un animal prédateur ne tue que pour manger, sans plaisir. Pas ce genre immonde, calculateur et opportuniste. Ah, s’ils avaient eu le courage de l’affronter un à un, il leur aurait fait mordre la poussière ! Non. Ils profitent de la loi du nombre, comme les membres d’une secte impitoyable ! Avec ce genre d’ennemis, pas de conciliabule, pas de négociation possible, pas de quartier ! Tewfiq Baali sait qu’il doit rester intraitable jusqu’à son dernier souffle. Il ne lèverait nullement le pouce et ne se rendrait jamais !

Son pantalon est maintenant tout déchiqueté et ensanglanté à la suite des morsures. Stupeur ! Lorsqu’il arrive à neutraliser une bête, elle est immédiatement dévorée par les autres, mais elle est aussitôt remplacée par une nouvelle recrue !

Ce répit lui permet de se rapprocher d’un tronc d’arbre à la circonférence très large, afin de ne pas être surpris par-derrière. Il était temps, car ses forces commencent à décliner. Ainsi, pourrait-il tenir le coup longtemps et vendre chèrement sa peau.

Ces cerbères à la face hideuse, comme celle d’un cyclope, ont agi sur renseignement. Autrement, ils n’auraient jamais pu retrouver sa trace. Il est difficile chez un arabe à l’hospitalité ancrée de confondre un traître qu’il a accueilli en toute confiance dans sa maison. Qu’importe ! Cela fait partie des risques de la vie. Tant que son cœur battra, il tentera en permanence de contrôler l’espace qui le sépare d’eux. Si leur vigilance baisse, il cherchera sans cesse à les semer. Trouver un chemin salutaire de repli, une branche à laquelle s’agripper, un trou où se terrer. Toutes ces possibilités, qui sont à exploiter dès qu’elles se présenteront, lui permettront sans nul doute d’avoir toujours une longueur d’avance sur eux, leur démontrer qu’il est courageux et qu’il n’admet par la reddition. Malheureusement, d’autres dangers qu’il ne voit pas le guettent. Les forces du mal se reconnaissent entre-elles et savent s’unir contre un ennemi commun irréductible, qui ne compose pas, qui n’accepte pas les compromis boiteux, et les viles compromissions.

Par-dessus, une panthère noire aux yeux jaunes, juchée sur la plus basse branche, s’apprête à bondir sur lui. Par-dessous, un énorme boa constrictor caché dans un buisson guette le moment propice pour enrouler ses spires implacables sur le corps de sa proie. C’est alors qu’arrive Baya Baali, alertée par les hurlements. Elle aperçoit au loin son fils aîné à l’agonie, encerclé par la meute. Elle pousse un seul cri fulgurant de mère qui se voit déjà en deuil, et lance à la volée au milieu de la mêlée un pilon en cuivre massif, le seul objet qu’elle trouve à portée de main, mais arme absolue des femmes Cheulhas contre tous les sortilèges. En effet, cet ustensile de cuisine semble faire magiquement son effet, puisque son bruit mat sur de la terre meuble a comme fait volatiliser les bêtes !

Une mère se réveille en sursaut, toute en sueur, effrayée par le rêve qu’elle vient de faire. Voila presque deux mois que son fils n’est pas revenu à la maison.

Trois heures du matin viennent de sonner au carillon de l’horloge. Ce n’est pas encore le moment de la prière du Fadjr. Baya Baali se lève tout de même et va faire ses ablutions. Elle veut prier. Il n’y a que la prière qui pourra lui faire recouvrer sa sérénité. Elle voudrait implorer Dieu de protéger son fils. Elle et Abdelkrim ont tant souffert et subi tant de privations pour faire grandir convenablement leurs enfants, leur donner une bonne éducation, leur permettre de poursuivre des études supérieures. Le rêve qu’elle vient de faire est terrible, saisissant de réalité. Elle sait maintenant que Tewfiq est en danger. Elle ne pourrait en parler à personne, pas même à son mari. Son seul souci, désormais, est que Tewfiq lui revienne sain et sauf. Il aurait bien pu appeler au téléphone, ou demander à un des permissionnaires qui rentrent à Taxrit de passer à la maison réconforter la famille à son sujet ! Il n’était pas dans ses habitudes de rester si longtemps sans donner de ses nouvelles !

«Avril, mai, et nous sommes au début de Juin maintenant, se dit-elle. Qu’est-ce qui a bien pu se passer ? Pourquoi ce silence ?»

L’inquiétude d’une mère est un sentiment terriblement angoissant, qui n’est pas perceptible avec la même intensité par les autres membres de la famille ou des proches. Surtout après la cruauté du rêve qu’elle vient de faire !

«Tewfiq est tellement sincère dans ce qu’il fait, se dit-elle. L’exemple qu’il donne aux hommes de bonne volonté ne doit pas être du goût des ennemis de la vérité. Ce sont malheureusement eux qui dirigent. Ce sont certainement eux qu’incarnaient ces bêtes hideuses.je dois absolument le voir, pour le mettre en garde.»

Le jour se lève et rattrape le convoi à Madaure. Farouk Zaïd conduit la Land-rover en tête de colonne, avec Tewfiq Baali à ses côtés, ballotté par les secousses, somnolant, abasourdi par la fatigue. Voila maintenant quatre heures que les camions roulent. Aucun incident à signaler. Nabil Chawki est dans la Jeep serre-file, avec le Sergent Fahd comme conducteur. Ce dernier a été choisi parce qu’il est né à Carthage et connaît parfaitement cette première partie de l’itinéraire.

Tewfiq Baali garde les yeux fermés, mais il ne dort pas. Un immense réconfort a peu à peu remplacé son angoisse au départ. Dieu, cette fois aussi, a exaucé ses désirs. Un bout de route, la lumière de l’aurore et le sentiment d’être responsable de quelque chose.

Qui aurait pu penser, la veille, avant le message, qu’une cinquantaine de militaires auraient le destin commun de traverser plusieurs frontières, sans passeports, sans réflexion et projet préalables ? Destin bizarre. Même des chauffeurs qui étaient aux arrêts ont pris le départ.

Le convoi s’étale sur un kilomètre et demi, avec des créneaux de cinquante mètres entre chaque véhicule. Son avancée est puissante, impressionnante. Pour l’armée, un des avantages de la conduite de nuit est de ne pas trouver beaucoup d’obstacles liés à la circulation routière, ainsi qu’une évolution dans une relative discrétion.

Après une courte halte à la sortie de la ville pour compléter les pleins à une station-service, le convoi reprend sa course vers la frontière. La Nationale 20 serpente en lacets dans ce massif de dorsale géologique formant un rempart naturel entre deux pays, jusqu’au Col de Fedj M’Cid, à 1150m d’altitude. La mécanique, forte de ses 380 chevaux, permet aux camions de grimper allègrement des pentes très raides, et négocier efficacement des virages en fer à cheval.

De part et d’autre de l’étroite chaussée, un maquis exubérant libère des odeurs sauvages. Au premier virage de la descente, à gauche, une cascade grondante surgissant d’un promontoire rocheux, plonge de cent cinquante mètres de hauteur, en s’épandant en écumes irisées par les premiers rayons du matin, au-dessus d’une forêt de pins, avant de rejoindre le cours de l’Oued Medjerda, que longe parallèlement la voie de chemin de fer, dont Tewfiq Baali aperçoit avec ses jumelles les deux filins d’acier étincelants surgissant de la brume.

Farouk Zaïd n’a pas lâché le volant depuis Shyrta, malgré l’invitation de son «chef de bord» de le remplacer. Il donne l’air de douter de sa capacité à conduire, comme s’il voulait le dévaloriser pour les taches manuelles auxquelles n’entendraient rien des intellectuels comme lui. Il ignore que leur chef de mission a été à la meilleure école pratique qui soit donnée de trouver lorsqu’on est encore un enfant : L’atelier de chaudronnerie de son père ! Il tait cela, comme une pochette surprise à montrer en temps opportun.

Le chauffeur roule à une allure constante, soixante kilomètres en moyenne, donnant le tempo au premier camion derrière lui, qui, à son tour, le transmet au suivant, et ainsi de suite. La casquette rejetée en arrière, les yeux rougis par la fumée de la cigarette, ce soldat énigmatique n’a d’attention que pour ses instruments de bord. Il écoute le ronronnement du moteur, et prend garde aux manœuvres de la conduite, sans oublier un coup d’œil périodique au rétroviseur pour évaluer la distance entre lui et son poursuivant. Le convoi rencontre une circulation presque nulle sur cette première partie de son parcours.

Entre le conducteur et son «protecteur», les rapports sont maintenant devenus assez distants. Une méfiance a commencé à germer depuis les épisodes des invitations à boire, où Tewfiq Baali a osé se distinguer du groupe. Ce dernier ne croit pas que le statut de soldat privilégié de Farouk Zaïd ne serait que la conséquence de son appui. Un côté sombre et mystérieux de la vie de cet homme lui reste inconnu, mais ressemble, à s’y méprendre, à celui de ces taupes qu’on envoie en territoire ennemi dans l’espoir d’aider à changer le cours de la guerre et de l’histoire…

De temps en temps, Tewfiq Baali entre en contact radio avec l’aspirant à l’arrière, pour évaluer la marche du convoi.

«Tout est en ordre, lui affirme le chef de convoi. Terminé.»

A l’approche de la frontière, le nombre de chaumières rousses diminue. Le panorama reste uni, malgré un trait imaginaire moutonnant séparant deux pays. Ligne qui a été corrigée par des hommes en guerre, au cours de l’histoire, mais qui s’est finalement stabilisée pour les contemporains, symbolisant une sorte de rejet presque pathologique de l’autre, comme pour avertir les voyageurs dans les deux sens :

«Halte, là-bas, c’est l’obscurité. Si vous êtes obligés d’aller de l’autre côté, armez-vous de prudence et de patience.»

Et un peu plus loin, cet autre son de cloche :

«Halte ! Sortis indemnes ? Pas trop de dégâts ?»

Le plan de route prévoit la deuxième halte après le poste frontière de Melaha, dans le no man’s land entre les deux pays.

Viendra alors le moment pour Tewfiq Baali d’ouvrir l’enveloppe scellée, d’en lire le contenu et de s’annoncer à l’autre douane, afin d’obtenir le feu vert pour la poursuite du voyage.

Au détour d’un virage serré, le premier poste frontière apparaît brusquement. La barrière bariolée de vert, blanc et rouge, disposée en travers de la route, est levée par un garde-frontière, certainement au courant du passage du convoi. Ses collègues sortent du bâtiment de style mauresque de la douane, et viennent faire passer la colonne à grands renforts de signaux gestuels. A gauche, une pénétrante très large rejoint la gare.

«Tu vois, dit Tewfiq Baali à Farouk Zaïd… Ici, on nous laisse passer, car nos camions sont peu dignes d’intérêt pour leurs mains fureteuses.»

Il entend un grognement pour toute réponse. Le convoi parcourt encore deux kilomètres avant que le chef de mission ne décide de l’immobiliser sous des frondaisons épaisses. La Jeep de queue arrive. Tewfiq Baali y monte, pour aller avec Nabil Chawki s’annoncer à l’autre poste frontière. Il ouvre l’enveloppe cachetée. Elle contient un laissez-passer avec le cachet du ministère des affaires étrangères, et une autre enveloppe scotchée, plus petite, adressée à l’attaché militaire de l’ambassade, à Carthage.

L’autre poste de douane n’est qu’une simple maisonnette, à l’aspect humble et pauvre, avec deux pièces, dont l’une équipée d’un guichet en bois branlant.

«Ce peuple n’a pas la folie des grandeurs comme nous, pense Tewfiq Baali. Il affiche son niveau social sans honte. D’emblée, il annonce la couleur. Bienvenue, mais qu’apportez-vous ? Si ce sont des devises, bon séjour ! Si ce sont vos idées, gardez-les et faites demi-tour ! »

La Jeep s’immobilise à la barrière. Le Sergent Fahd fait emballer le moteur pour s’annoncer, car aucun douanier ne semble vouloir montrer le bout du nez. Le chef de convoi s’impatiente. A un moment, il enclenche la sirène et la laisse hurler, jusqu’à ce qu’un gradé sorte de la maisonnette et se dirige vers eux, sans se presser :

«Bonjour messieurs, dit-il calmement, sans saluer. Pourquoi tout ce boucan ? Ici, vous êtes dans un autre pays, et par conséquent, soumis à d’autres lois. En quoi puis-je vous être utile ?

– Vous allez lever cette barrière et laisser passer notre convoi, réplique avec force Nabil Chawki !

– Du calme, monsieur. Vous allez loin ?

– Au bout du monde.

– Qu’à cela ne tienne. C’est votre droit. Mais en attendant, vous semblez vouloir traverser mon pays. J’ai donc un droit de regard.

– Nous ne faisons que transiter.

– Ce qui revient au même. Cela implique une décision discrétionnaire de ma part.

– Vous connaissez l’histoire de [1]Sidi Okba.

– Oui, comme tout le monde.

– Lui a été arrêté par l’Atlantique, autrement il serait allé au bout du monde. Nous tentons la même aventure, mais en sens inverse.

– Vous serez tout bêtement arrêtés par le Pacifique. Mais en attendant, vous voulez traverser mon pays, répète le brigadier avec une politesse constante. Pour ça, il faut des passeports et le bon vouloir de la terre d’accueil. A moins que vous ne vouliez utiliser la force ?

– Vous doutez de nos intentions, monsieur. Si tel était le cas, il y a longtemps que vous, votre barrière, votre poste et vos hommes auriez volé en éclat.»

Tewfiq Baali tente d’intervenir pour arrêter une discussion qui commençait à sentir le vinaigre, mais l’aspirant l’en dissuade d’un geste brusque de la main. Le brigadier affiche maintenant une moue d’impatience :

«Puis-je voir vos papiers, monsieur ?

– Je n’ai aucun papier à vous exhiber, mon ami, lâche Nabil Chawki. Téléphonez là où vous avez l’habitude et renseignez-vous.

– J’ai un laissez-passer que je ne peux montrer qu’à l’autorité militaire de votre pays, intervient Tewfiq Baali. Si elle est dans les parages, vous voudriez bien l’informer.

– Très bien. Je vais aviser. En attendant, vous voudriez bien ranger votre véhicule à droite, il entrave la route. Et dites à votre chauffeur de stopper le moteur. Votre carburant produit une odeur et une fumée qui m’indisposent.

– Pas la peine, ajoute Tewfiq Baali. Nous retournons à notre convoi. Sachez que nous devons rallier Carthage avant le crépuscule. Ne nous retardez pas, s’il vous plaît.

– Si je n’ai pas de réponse avant midi, je défonce la barrière et suivez-moi si vous pouvez, ajoute rageusement le chef de convoi ! »

Fahd engage la marche arrière et fait crisser les pneus, en manœuvrant énergiquement. Tewfiq Baali croit lire sur les lèvres du douanier un gros blasphème. La Jeep s’en revient vers le convoi.

«Tu aurais pu me laisser parler, intervient Tewfiq Baali, excédé ! Après tout, je suis le chef de cette mission ! Ce n’est pas comme ça qu’on s’annonce chez les gens ! Accepterais-tu, toi, que quelqu’un vienne fracasser ta porte et rentrer chez toi sans y être invité ? Tu peux être sûr qu’un rapport sur notre conduite va arriver d’ici peu à notre ambassade, et un peu plus tard au 12ème CA ! Tu n’aurais pas agi de la sorte si tu étais le premier responsable !

– Hé, ne monte pas sur tes grands chevaux, réplique l’aspirant ! Je n’en ai rien à foutre, moi, de ta mission ! Tu ne les connais pas ces oiseaux-là. Toujours à jouer au plus fin avec nous. Ils se croient plus intelligents et plus civilisés que nous !

– L’intelligence ne choisit pas son pays ! Mais plus diplomates, sûr qu’ils le sont ! C’est pour ça que les touristes viennent chez eux. Nous, nous sommes arrogants et impolis !

– En tout cas, moi je te dis… Si je n’ai pas de réponse avant midi, mon plan de route en serait affecté. Je force la barrière et advienne que pourra ! »

Tewfiq Baali arrête de parler pour mettre fin aux répliques incongrues de son collègue, toujours porté à la fronde et aux prises de bec avec les gens. En réalité, Nabil Chawki n’oserait pas mettre à exécution cette intention. Dans son cas, il s’agirait plutôt d’une bravade inutile, sans plus…

Aux abords du convoi, les hommes se reposent maintenant, grignotant des biscuits assaisonnés de Nestlé. Les deux officiers réactualisent le graphique de marche. Finalement, ni l’un ni l’autre ne songe à envenimer la situation. Nabil Chawki a besoin de quelqu’un pour couvrir ses bêtises. Tewfiq Baali souhaiterait avoir à ses côtés un meneur d’hommes, capable de s’exprimer dans leur langage. Les caporaux procèdent à la vérification des niveaux et à la pression des pneumatiques. Plus que 250 Kms avant Carthage, leur prochaine étape.

«L’attaché militaire doit nous attendre pour cet après-midi, pense Tewfiq Baali, en prenant son frugal petit-déjeuner. Et s’il n’a pas été averti, que ferions-nous ? Nous sommes partis sur les chapeaux de roues. L’excès de précipitation a toujours été le fort des militaires. Exécutez d’abord. Réclamez ensuite.»

Le bruit d’une voiture venant en sens inverse le fait sursauter. C’est le brigadier de toute à l’heure. Le chef de convoi va à sa rencontre.

«La voie est libre. Bon voyage, lui dit-il, en saluant cette fois ! »

Tewfiq Baali répond seul à son salut, sans bouger de son siège. Le convoi reprend aussitôt la route. C’est maintenant la Jeep du Sergent Fahd qui ouvre la marche et la Land-rover conduite par Farouk Zaïd qui fait serre-file. Ils abordent la campagne tranquille d’un autre pays, qui séduit au premier coup d’œil.

«Les gens semblent installés sur ce territoire pour quelques siècles encore de paix et de quiétude, songe Tewfiq Baali. Alors que chez nous, la névrose du provisoire qui dure est présente chaque matin, au coin de chaque rue, sur le visage de chaque passant. La moitié d’entre nous se prétend progressiste et traite l’autre de réactionnaire. Nous sommes très forts pour entretenir l’ambiguïté. En réalité, nous n’avons pas confiance en nous-mêmes. Ce n’est pas comme ça qu’on construit un pays. Ce n’est pas comme ça qu’on éduque un peuple.»

Le passage de la colonne sur l’itinéraire fait sensation. Chauffeurs et paysans aux chéchias rouges s’échangent joyeusement les saluts. Evidemment, la population locale croit que ces camions appartiennent à sa valeureuse armée…

Le convoi contourne Meskine, Menchar, Toubakeur, ces petites villes coquettes de l’intérieur, avec toujours à gauche, la Medjerda, irriguant des plaines et des vallées travaillées avec amour. Ici, point de champs en friche, de gravats hirsutes déchargés sans vergogne la nuit sur les accotements. La haine d’un pouvoir policier brutal est la même que chez le voisin, mais elle n’empêche pas ce peuple d’aimer et de bâtir son pays.

«Un petit pays certes, mais égal à lui-même, et point prétentieux, pense Tewfiq Baali.»

Ce dernier tente à un moment de faire sortir son compagnon d’un mutisme qu’il garde depuis Shyrta. Il voudrait lever un doute qui le torture depuis qu’il connaît cet homme. Maintenant, le chauffeur conduit à l’aise, se contentant de suivre passivement le camion qui le précède. Il n’est pas disposé à lâcher son volant à son officier, qui éprouve une envie irrésistible de conduire.

«Farouk, tu sais que j’ai voulu que tu viennes avec nous.

– Oui. Et alors ?

– N’as-tu pas en tête de vouloir déserter, maintenant que tu es dans un autre pays ?

– Qu’est-ce qui te fait croire ça ?

– Tout ce que tu m’as raconté depuis le début. N’es-tu pas en rupture de ban avec l’armée ? Ton contrat est terminé.

– J’y pense figure-toi. Mais si je dois le faire, je n’irais pas le crier sur tous les toits.

– Tu as ton passeport sur toi ?

– Oui. Mais périmé.

– J’ai un plan. Disons, une combine, façon de parler…

– Dis toujours, v’lido. Venant de toi, tout est acceptable.

– Que tu embarques de Cap Blanc, dans le premier cargo en partance pour Marseille.je ne câblerais ta désertion que quarante-huit heures plus tard, pour brouiller les pistes. Ça te va ?

– Et l’argent du voyage ?

– Tu pourras grignoter sur celui de l’allocation qu’on nous remettra à l’ambassade. Pour le reste, tu as déjà l’expérience des traversées. Comme plongeur ou comme mousse…

– Tu oublies le plus important. Les hommes. Comment vas-tu faire pour leur donner l’illusion que je n’ai pas déserté à partir de Carthage ?

– Facile. En conduisant moi-même la Land, de nuit, sans arrêts, jusqu’à la prochaine étape.

– Ça ne marchera pas ! Au QGO, tout le monde sait quel type de rapports nous entretenons.au retour, tu seras inculpé de complicité. Tu as été mis aux arrêts pour moins que ça.

– T’occupe pas de moi. Ne pense qu’à ta liberté. Je ne prends ce risque que pour te permettre de revoir te petite fille. Je n’ai jamais rien risqué de toute ma vie. Il faut un début à tout.

– Il y a quelque chose que j’ai passé sous silence dans le récit de mes aventures en Europe, Tewfiq. Le moment est peut-être venu de te le révéler. Je suis recherché par Interpol, pour tentative de vol à main armée, avec blessure de policier et délit de fuite. En ce moment, ma photo doit être épinglée dans tous les commissariats et à tous les postes frontières du continent européen. Ma gueule, tu as dû t’en rendre compte, n’est pas faite pour passer inaperçue.

– Ah ! Cela change les données du problème.

– J’ai un autre plan, si ça t’intéresse, reprend Farouk Zaïd, qui veut maintenant se foutre de la gueule de son compagnon.

– Oui ?

– Si nous devons ficher le camp, ce sera ensemble. Avec toi, j’ai retrouvé mon équilibre. Je ne voudrais pas t’abandonner à la voracité des actifs du 12ème CA. Sans mon aide, ils ne feraient de toi qu’une bouchée. A Port-Saïd, nous dégoteront un bateau en partance pour l’Extrême-Orient. Là-bas, personne ne nous connaît. Nous referions nos vies sous d’autres cieux et d’autres climats. Avec d’autres gens moins crispés. Là-bas, tu sauras qui je suis réellement. Tu n’auras ni grade, ni biceps à faire prévaloir en ma présence. Tu ne pourras compter que sur ton esprit d’initiative… et ma protection.

– J’en meurs d’envie, figure-toi, répond avec fausse crédulité Tewfiq Baali. Mais d’abord, j’ai un compte à régler avec ma conscience. Avec la politique de notre pays. Je ne partirais que lorsque je serai sûr, non pas qu’il n’y ait plus aucun retournement à attendre de ce régime, cela est déjà certain. Mais plus d’espoir à attendre de la population. Il faut lui laisser cette coudée. Peut-être qu’il y aura un sursaut salutaire pour bientôt ? Mais dis-moi, j’y pense après coup… Qui t’a parlé de Port-Saïd ? Je suis le seul, avec Lacheraf, au QGO à connaître cette destination.

– Heum… Tout se sait au 12ème CA, répond avec gêne Farouk Zaïd, qui semble s’être fait prendre comme un amateur. A peine les officiers ouvrent-ils leurs plis secrets que déjà la troupe est au courant de leurs plans. »

Tewfiq Baali ne dit plus rien. De plus en plus, sa suspicion à l’endroit de ce supposé soldat grandit. Les pneus de la voiture crissent sur le gravier d’un virage trop serré. Le moteur répond par deux plaintes différentes au changement de vitesse. Le chauffeur jette un coup d’œil furtif, avec un air amusé, du côté de chef de bord, qui vient de lui proposer comme un scénario de film, dont le dénouement est trop parfait. En retour, il lui en a proposé un autre, plus croustillant encore. Les scénarios, ce soldat en connaît quelque chose, pour en avoir usé à tort et à travers dans sa chienne de vie. Son visage exprime en permanence une sorte de lassitude, qui n’a rien de physique. Son cerveau semble trop meurtri par trop d’adversité pour supporter des paroles en l’air, comme celle de Tewfiq Baali.

«Quelle idée de vouloir ainsi prendre en charge la vie des gens, se dit ce dernier, qui devine finalement dans les pensées de Farouk Zaïd. Il doit se dire, ce blanc-bec n’est même pas capable de prendre en charge la sienne…»

Au bout d’un moment, il se rend compte effectivement que son «protégé» semble épier une autre de ses «propositions idiotes», pour simplement avoir le plaisir d’y répliquer avec finesse. Le chauffeur reste maître de ses réflexes, conduisant avec tact, malgré son peu de pratique récente, ne manifestant toutefois de la nervosité qu’à l’approche des agglomérations, lorsque des hordes de gamins font mine de traverser la chaussée au passage des véhicules, et en les poursuivant joyeusement.

Bientôt, les signes annonciateurs d’une grande métropole se multiplient. Panneaux publicitaires, usines, voies périphériques à double sens, trafic routier progressivement plus important. Le convoi s’engage à travers une vaste sebkha, par une route surélevée, au-delà de laquelle apparaît Carthage, éclatante de blancheur. Il est 14h00 et il fait maintenant très chaud.

A l’embranchement de Sousse, le Sergent Fahd conduit le convoi sur une route désaffectée, masquée par une rangée de peupliers. L’endroit plaît au chef de mission, par sa discrétion. Les hommes descendent avec délivrance des camions pour aller se soulager et se dégourdir les jambes. Distribution des repas de campagne. Les caporaux pressent l’encadrement d’accorder un quartier libre aux équipages. Nabil Chawki n’y voit pas d’inconvénient. Tewfiq Baali hésite, préférant ne les lâcher qu’en fin d’après-midi, après l’obtention du pécule de l’ambassade. Lui et l’aspirant prennent avec eux Fahd comme chauffeur pour les guider jusqu’au quartier des représentations diplomatiques, vers l’aéroport.

Ils n’ont pas de peine à trouver le bâtiment en question, repérable à son drapeau tricolore. Le policier en faction les fait pénétrer à l’intérieur de l’édifice. Une imposante maison de maître, avec un très grand parc, entouré de hauts murs. Un portier en livrée les accueille en haut du perron. Il semble être au courant de leur arrivée.

«Bienvenue à Carthage, messieurs, leur dit-il. Je vais vous annoncer.»

Ils sont guidés à travers une multitude de vestibules et de couloirs tapissés, qui sentent la naphtaline. Finalement, le portier les introduit dans une pièce nue, sans fenêtre, dans laquelle ne sont disposées que deux chaises et une petite table. Les murs sont couverts de cette matière perforée qui amortit les sons. Le concierge ferme sans un mot derrière eux la porte. Les deux officiers se vautrent sur les sièges. De grosses gouttes de sueur perlent vite à leurs fronts tant il fait déjà chaud à Carthage, et de surcroît dans cette pièce non aérée. Tewfiq Baali note le contraste de cette chambre avec le reste de l’immeuble. Une deuxième porte semble donner sur une autre dépendance, qui doit abriter les bureaux de la chancellerie. Les minutes passent. L’atmosphère est suffocante. Nabil Chawki se débarrasse de l’attitude polie du début, et se met à arpenter nerveusement la minuscule pièce.

«Tout compte fait, je reviens à la voiture, dit-il à Tewfiq Baali, avec une voix qui sonne différemment à cause du dispositif antibruit. Tu es mieux apte que moi à supporter les subtilités diplomatiques.

– Tu te trompes, réplique son collègue. J’ai horreur des salamalecs et des. »

Le chef du convoi ne lui laisse pas le temps d’affirmer sa répulsion de ces lieux feutrés où l’on se délecte de la naïveté des peuples, qu’il a déjà ouvert et fermé la porte derrière lui, pour s’élancer au hasard vers une issue de sortie quelconque. Ce Shyrtien épicurien est ainsi fait, joignant immédiatement le geste à la parole, en toute circonstance.

Un autre quart d’heure passe avant que Tewfiq Baali n’entende le bruit d’une clef dans la serrure de la deuxième porte, venant rompre un lourd silence. Il se lève. Un personnage haut de taille, à la calvitie totale et aux sourcils très épais entre dans la pièce. Il est vêtu d’une saharienne blanche. Ses yeux ont une vitalité frappante. Son visage brun est crevassé de petite vérole.

«Bonjour, lieutenant, dit-il, en tendant la main ? Vous avez fait bon voyage ?

– Excellent, répond le chef de mission.

– Pas d’ennuis sur la route ?

– Aucun. Un peu de retard à la frontière avec la douane de ce pays.

– Normal. On ne pénètre pas dans un territoire étranger comme on entre dans un moulin. Nous avons suivi votre progression heure par heure.

– Mr Bouzad, je présume ?

– Oui. Et vous, le S/Lt Baali, n’est-ce pas ?

– Affirmatif.

– Que puis-je pour vous ?

– Je suis à votre disposition.

– C’est à dire ?

– Lisez ceci, dit Tewfiq Baali, en tirant de sa poche l’autre enveloppe destinée à l’attaché militaire de l’ambassade.»

Bouzad déchire le pli et en lit le contenu. Il porte également l’en-tête du ministère des affaires étrangères et indique les dispositions à prendre par les représentations diplomatiques nationales pour faciliter le transit d’un convoi militaire, sur le plan logistique, à savoir : Le plein des réservoirs, les frais de mission pour les équipages et l’encadrement, les contacts éventuels avec les autorités des pays traversés pour la levée toutes entraves ou pesanteurs éventuelles. Tewfiq Baali en ignorait le contenu. Bouzad lui rend la lettre et lui dit :

«Cette lettre, montrez-la à tous les attachés militaires de nos représentations diplomatiques. Et seulement à eux. Le personnel civil des chancelleries ne doit pas être au courant de la nature de votre mission. Même pas les ambassadeurs. Maintenant, je suis à votre disposition. Ordonnez, j’exécute !

– Je suis en mission commandée, Mr Bouzad. Vous êtes mon contact à Carthage et cette lettre vous dit ce qu’il y a lieu de faire.

– Je voulais dire, pour vous personnellement. Y a-t-il quelque chose que je puisse faire pour vous ? Ce serait un réel plaisir pour moi d’aider un compatriote et… un collègue. Je suis moi-même militaire… Capitaine, détaché aux affaires étrangères.

– Vous seriez très aimable simplement en hâtant les formalités de notre transit. Tenez, je vous remets la liste du personnel ouvrant droit au pécule. Vous voudriez bien nous désigner la station-service où nous réalimenter en gas-oil.

– Je vais m’occuper de tout cela. En attendant, je vais donner des instructions pour qu’on vous permette de prendre une douche et de vous reposer un peu. Son Excellence m’a chargé de vous informer qu’il se fait un honneur de vous avoir pour hôte à dîner ce soir. Ensuite, je vous ferais visiter Carthage by night. C’est une ville très joyeuse après minuit.

– Séduisant programme, en perspective, mon capitaine. Hélas, notre mission n’est pas une partie de plaisir. Je dois revenir au convoi pour préparer le dispositif de l’étape suivante.

– Mr Hamidou serait offensé si vous refusez son invitation.

– C’est à dire que… je n’ai prévu aucun habit de soirée.

– Ne vous en faites pas. On vous prêtera un smoking. Nous en avons toute une garde-robe.

– Parons au plus pressé, monsieur Bouzad. Disons que si nous terminons tôt nos préparatifs, un des officiers viendra faire honneur à la table de Son Excellence. Pas forcément moi. Avec mon adjoint, on jettera une pièce, à pile ou face.

– Ha, ha, ha ! Mais vous êtes quelqu’un de très démocratique ! Ça n’est pas courant dans une caserne. Après tout, à voir vos traits, ça ne m’étonne pas. J’en ai pour un petit quart d’heure et je suis à vous.»

Tewfiq Baali est installé dans une pièce plus confortable, où sont disposées des liqueurs sur la petite table qui lui fait face. Grossier attrape-nigaud… Il n’y touche pas.

L’attaché militaire revient un peu plus tard avec le montant des allocations, correspondant à liste qui lui a été remise, soit l’équivalent d’une dizaine de jour de solde, au prorata du taux horaire prévu pour chaque grade. Le capitaine vérifie discrètement si le missionnaire n’a pas touché à l’alcool. Tewfiq Baali signe sur un avis de débit qui ne porte que son nom, sans son grade, et les empoche. Ils quittent l’ambassade vers seize heures.

Carthage est une ville très animée à cette heure de la journée, mais la circulation est ordonnée et respectée par les conducteurs et les passants. Le capitaine Bouzad suit de près la Land-rover avec sa limousine noire immatriculée en CD, afin de guider le convoi plus tard vers la station-service d’un compatriote expatrié.

Sur le chemin du retour, les deux officiers se concertent sur le programme de la soirée. Une fois l’argent distribué contre leurs signatures, les équipages auraient quartier libre jusqu’à 23 heures. Le change peut être effectué dans n’importe quel hôtel ou kiosque à journaux. Le Sergent Fahd, qui connaît le pays, est prêt à se sacrifier avec une équipe de surveillance pour garder le convoi.

«Je suis invité à dîner à l’ambassade, dit Tewfiq Baali à son collègue. Je ne suis pas chaud. Tu peux y aller à ma place, si tu veux.

– Proposition séduisante, réplique l’aspirant. Là-bas, l’alcool doit couler à flot et les gonzesses faciles, mais rien ne remplace une bonne cuite avec Farouk dans un cabaret où se produisent des danseuses orientales bien en chair. Fahd a promis de nous guider, et de revenir nous prendre, car, vannés jusqu’à la lie, nous ne saurions retrouver notre chemin…

– Tant pis. Aucun des deux programmes ne m’intéresse. J’irais simplement déambuler dans la vieille ville.»

Après le complètement des pleins, Tewfiq Baali demande à Bouzad de lui donner les lettres à remettre aux autorités des lieux de chargement. Ce dernier porte la main au front, faisant mine de les avoir laissées à l’ambassade. Il a dû lire dans les pensées de Tewfiq Baali sa décision de ne pas assister à la soirée que l’ambassadeur donne à l’occasion de l’investiture du Président.

Le chef de mission se trouve donc contraint de revenir à la chancellerie avec l’attaché militaire. Il met son ensemble saharien de toile, qu’il avait eu la présence d’esprit d’enfouir dans son sac à la dernière minute et revient vers l’ambassade, en conduisant lui-même la Land-rover, précédé de la grosse limousine. Là-bas, un majordome met à sa disposition une salle de bain royale, où un costume noir d’été, une chemise blanche et un nœud de papillon sont pendus à une tringle. Tewfiq Baali se rase et prend une douche rafraîchissante, mais ne touche pas à l’habit prêté.

Il pique un somme à même la fraîcheur du carrelage, une serviette ceinte au bassin, jusqu’au moment où quelqu’un vient frapper à la porte de la salle de bain, à l’heure du dîner. C’est Bouzad, inquiet de son silence.

«Je me suis endormi, reconnaît-il avec gêne, en entrouvrant la porte, encore déshabillé.

– Normal, après cette randonnée, répond l’attaché militaire. Habillez-vous vite et venez. On n’attend plus que nous.»

[1]Chef militaire, durant la conquête arabe du Maghreb.

Publicités