© « Route », Tome 3, Chapitre 11, Roman/ « Road », Volume 3, Chapter 11, Novel

 Chapter Eleven

 

Their convoy arrived late afternoon at the entrance to one of the longest runways in the world. Nothing attractive has attracted the attention of men Guentour . Had it not been refueling diesel, and the delay caused to heal the sick for dysentery , they would have just gone through this desolate and sleepy town, constantly swept by the winds. From here , no tar up Tafernanet . Now , another lifestyle will affect the behavior of crews and the reactivity of the trucks. The earthworks of the Trans-Saharan took a ramp to the left of the road, and spin in a straight line to the southeast. The new roadway that appears in the distance is full of stones and obstacles of all kinds, so that vehicles do not borrow before tarring . The column was stopped for the tire deflation . The tubes are reduced to three pounds , slightly less than half of their optimum inflation . Men are working professionally around sets of tires . An essential ritual that drives this point the Sahara a brief but exuberant activity , made of air hissing escaping valves, orders and against – orders, swearing, and horns at concerts restart when Sergeant Fahd driving jeep greenhouse -file reviews rowing back and forth , and ensures that everything is in order , exchanging with each driver at the wheel of his truck a thumbs ultimate gesture which releases the rectilinear movement of the convoy to its new destination.

The expedition departs and takes place gradually its usual silence. From the outset , the course is difficult. The soil is sometimes soft , favoring a strong draw , sometimes hard , with very challenging for the crews back , and fatal term spring or damper vehicle lateral folds of dark earth .

Tewfiq Baali took the driver’s seat from Guentour sick . He drove so far in relative comfort with the Shari which serves as a guide to his side. But it already feels exhausted by the vibrations transmitted shaking his arm to the steering wheel and his spine by headquarters. The turbaned méhariste leans unduly to the windshield , scans the ground like a fox, and shows the hand direction. He and the driver avoid the pitfalls of the relief, including the dreaded fesh – fesh , which can break a suspension like glass. Tires raise an irritating dust that envelops the entire column , except the lead truck that led Tewfiq Baali , immediately followed by the Land Rover Command , which has radio equipment for communicating with the jeep greenhouse -file to report any malfunction or mishap . Drivers are forced to deploy width for better visibility , taking a multitude of paths waves parallel to the main track, they cross and recross the counter relief . The convoy stretches and scattered dangerously large , while the sky darkens , increasing fears Shari , who fears a driver gets lost in the cover of darkness . Sometimes the drawing requires drivers to fall back on the  » corrugated  » the main track

Wheelsets then resume their sinister scraping .

 » Rac , rac, rac. « 

Tewfiq Baali must run at a certain speed so that the roll of cassis weaken somewhat . But unexpected holes do leap from his seat to touch the ceiling of the cab with his head , causing him to fall back.

« The child of p .. tin, he swears ! « 

He and storm , or otherwise, against the guys on the staff who had the crazy idea of trying to divert to this destination, against Colonel Cheriet who doubted his skills, against fate, against their destiny at all , which has banded together to support or hate , but not to turn back into place like without paying serious consequences ! They need each other more than ever. The guide, who hears thunder loud, seems to accuse the shocks without flinching, only absorbed in his role Tracker Emeritus and patient …

« He must smile under his scarf , think a moment Tewfiq Baali … He must say , wait, little … This is not over! This is a dessert . What these young officers who throws food in the wilderness? They have no experience to qualify and brave . It is easy to get lost their right to the no man’s land of Imouidir , or stay around in circles with a radius of ten kilometers until fuel exhaustion , food and water . We are the masters of the desert. It is up to us falls the responsibility of guiding travelers who venture here . Yet must they ask us . As the officer who looks wise and modest, since he did not hesitate to use my services . It looks good with his men. He decided to drive himself truck driver ill, he thought it wiser to leave the hospital for observation of Guentour . In fact, he knows listen, he will eventually learn some basics of the secrets of survival in a hostile environment . And why not save his men from certain death later, when alone to make decisions. The first hurdle that must be overcome, it is his own vanity. To do this, he must first fear the desert. It must respect and dare confront that knowledge. You can come here alone , on foot , with only an otter water , a mat , a straw hat , a scarf , a muzzle containing tea, dried dates and some semolina. Crossing distances step by step , knowing the water points. Know when to walk, when to stop. Do not get impatient . It can also come here with an armada of resources, food and water in abundance , but perish sooner or later , because of a sense of wrong orientation, an overestimation of the resources available , to lack of control of his men , which was not used to conserve water and live in extreme conditions , men overwhelmed by mirages and mass hysteria from consisting in all directions … « 

He thus indulges in such thoughts. Incredible dreams Zeriba and Boulemgaden back to him . His discomfort Mezghena was certainly fueled by the virtual nudity in a Saharawi women Kheima , ready to offer men the Tell repugnant came violate their personal space . Why these painful dreamlike scenes did they come unexpectedly resurface now , when he was just dreaming that must surely exist in reality for others. ? They haunt his present awakening and fill again with disgust , while it is shaken back and forth , left to right and top to bottom, by the vibrations of the team, sure, he was moved off by the look of an old man in rags, probably once feared , now betrayed and thrown into a niche, like a dog waiting for his food. He was upset by the child witnesses an orgy innocent game , which will remain as a gaping wound forever in the depths of their adult memories, when they understand the sequence of perverse games …

But now matter remorse , as his road was diverted by others, who may also violate the privacy of his inner life , the sack thoroughly , dispose of as they see fit , render him incapable to think, but only to obey, obey, obey! Now , nothing matters more to him than immediately climb this crumbly rocky eminence that stands before him, before falling to a barren valley, or attack a pass between two dunes, constantly fearing to be the first to s’ silt and thus delay the entire convoy , he becomes the laughingstock … An officer who did not show an example … A leader who has lost their confidence!

Night fell , and the base of Tadjmount is not yet visible. Tewfiq Baali meets the roughness of the terrain by grimaces . Her body is aching . His head is heavy, sore , sound .

Than their wild ride in this hideous clarity of the night and fragile as their destiny , as a thread of spider ready to crack the slightest wrong move canvas. Pieces of quartz light on the ground as they pass . Unless this is only the phosphorescent eyes of hyenas or jackals …

 » Noooooo ! I … not … ‘m … not … tiiiiiirrrrreeeed , humming suddenly , in a broken voice , Tewfiq Baali ! Nooooo , I … not… a uncouth bear … , he hiccups ! Paramp … Paramp , paramp ! Fu! Fiuuu ! fiuuuuuuu , he whistles . Pam … Pa. Ram !

– What, sir , venture Shari , who do not seem to understand the words he believes him to be designed ?

– Nothing . I hummed a tune improvised , to deceive my fatigue, voila …

– You may want to rest, sir ?

– Yes, but not before reaching the base.

– Let me take your place behind the wheel.

– You have a driving license ?

– Why ? Everyone runs the Sahara without a license.

– Have you ever driven an articulated like this Magirus ?

– Yes. Infinitely many times , and all types of military vehicles . Here we must be very versatile . Learn to cook , treat, knead the cake , put it on the coals , bury it in the sand. And most importantly, achieve his tea. Otherwise, it is unforgivable.

– How we he remained until Tadjmount ?

– 140 km at least .

– Ouuu … ! Much? I thought twenty kilometers , at most !

– In the Sahara , especially on the track, the concept of distance differs from the North. You have rolled so far, sir . But from now on , there will be a major draw and a proliferation of tracks that can mislead drivers. It is wiser to stop and regroup the convoy leaves to go slower or wisely decide to spend the night in the open. I shall guide you where to go . « 

Tewfiq Baali brake immediately and activates the beacon , agreed to a group signal. He jumped from the truck and run to the Land Rover to call the aspirant to the radio. Farouk Zaid has a black face with dust, as the soldiers of the Afrika Corps …

« You poisoned my life , he loose in the place of the head of mission!

– Not as much as you screwed up mine replica it ! Pass me the handset ! Hello ! … Hello ! … Nabil ? Here Tewfiq Baali ! … You hear me? We stop ! … I repeat … Immediate stop ! … Need to aggregate the train to avoid error. To you ! …

– Hello … ! Well received! … I have a disabled vehicle in the rear! Pipeline compressor farted ! I remember the truck workshop! … The driver claims he can continue without brakes, if there is not too steep slopes ! To you !

– Wait a moment … ! ( Tewfiq Baali questioning gaze Shari , who nods) Ok ! Will you manage to locate the signal of my beacon ?

– Yes !

– Bring the truck so far with a drawbar . We advise !

– Dac … ! Done! … « 

Journal/28 July 19 .. – ( Step Tadjmount ) . Military camp. The Camel Corps drove the truck head like a God as an emir would have done the desert by camel , to lead his tribe to a water point. He and his family are in no doubt the lords of this land . They never get impatient , unprepared, not , whatever the issue.

– Previously, we waited Nabil Shawky , who joined us half an hour later with the truck down before continuing all together at a reduced speed . The sky above us was a fantastic brightness, with shooting stars galore. Our column was wisely combined with niches five meters and a speed not exceeding 40km / h , jolting to sleep crews driving before they jump up and turns sharply amid a mist dense dust that irritated lungs . We arrived at the crack of dawn at the entrance of the gorge.

– A Tadjmount , the remains of an ancient site are there which betray the intrusion of wild civilization , not making a clean sweep when she moved . Countless black oil stains and deterioration of diesel on the sand. Boxes of empty cans, bare chassis of vehicles traveling stopped there . Blown tires . Twisted scrap . Curiously twisted cable ends . Rubbish of any kind. Here is the mess that the Shari Zeriba fears for the Sahara ! I still have much to learn from men of the desert . They are so realistic.

– Attempt to clogging of the pipe at the outlet of the compressor with a torch. Unfortunately , the welder base has its oxygen acetylene bottles and empty ! One of our drivers told me spotting ten games in one of our cargo trucks . We decided to extract a and inter- change with vacuum, as the recipient , if he were to see the difference , do not know who is the author and do not wish to know! It is characteristic of all the armies of not looking to spend. Seen from another angle , since we are in hostile territory , we took the decision to  » commandeer  » the equipment in question , even to inform the recipient. That I would not fail to report on arrival at Tafernanet .

Our store is a young native of the National Service Mezghena , bouncy, whose white skin is sunburned , up to the neck and forearm. He is happy with his tinkering, but we find , after static test , the compressor overheats quickly and may cause the same failure ten kilometers away. We have addressed the effects of the failure , not the cause. We must change and our service truck does not have that body. « Where , I say to him? « 

He replied , with a good sense disconcerting that we can get another in a countless cemeteries trucks adjacent to military bases in the Trans-Sahara . The service truck would troubleshoot when the body in question is found.

Prudent, we finally decided to leave the truck and its crew at the base , spreading his load between other vehicles. I implemented some lessons maneuvers force the School Train Taxrit . Tail to tail semi -trailers for transshipments. Iron pipes under the crates to the roll .

I say « we  » when it comes to making a decision , whatever Colonel Cheriet Branch Train , who asked me to speak only for myself. For here , in these vast solitudes , the grade is less important than a good guide , good DIY and collective efforts. Yes, in this vast desert , the keys to survival are not necessarily in the hands of the staff , but among humble people, who have only their common sense and knowledge of the terrain .

– Tadjmount is on the northern border of the territory of the Blue Men . The gorge through the mountains cheminent Mouydir , which are the natural walls of a mineral country with unique landscapes. Strange stone protrusions near the runway betray a grave, a tag, or a hostile Tuareg warning.

– The base for Chief Warrant Brahim , from Cape Kalah . He has placed at our disposal , Nabil and I Saharan own cabin, the only one that has an air conditioner … down ! The generator also passed away on the morning of our arrival. I promise to talk about these issues at the headquarters of the Trans-Saharan , to Tafernanet , soon arrived.

– Through the open door of our heated shelter, I can see the fault of basalt gorges. Here, too, called the National Service engraved signs of their passage on a huge vertical rock smooth. They did not write « officer so and so  » or  » soldier -so  » as it does on the walls of the barracks latrine , but  » Gorges Tadjmount , appointed by conscripts K72Z . » Because the desert can not be defeated by people who want to go it alone . Beyond this limit, therefore , the field of « sacred. » We need , more than ever, be on our guard . –

It is 10:00 am . The atmosphere at the base of Tadjmount is excruciatingly hell. The air supplied by the heating effect of hot rocks enters in the precarious shelter lent missionaries officers and licks their bodies like real flames . Sometimes gorges, whose shadow the left gives an illusion of freshness. Already at the time of breakfast, the base manager has discouraged from taking the flaw, because there is an imminent threat of flood , although the sky above them is a pure blue.

« You shall not go to the favor of the dark , he told them

– Where then Tewfiq Baali said , intrigued ?

– Over there on the right, by gorgettes , he responds by indicating the direction of south-west with his arm. This is higher, longer but less risky. Shari will show .

– The Flood , it must be an impressive sight , venture Tewfiq Baali ?

– Me, I would rather say a vision of the Apocalypse , answered the sergeant . The first base Tadjmount installed near the river was washed away ! This happened two years ago ! Many victims among the workforce. It was relocated here in the mountainside, but we face a different kind of danger! … Landslides !

– And the solution ?

– Fuck the camp as soon as possible here ! Is to become crazy! No place is safe to fifty miles away !

– Have you ever seen the phenomenon?

– Yes, last year, at the same time ! The earth first began to tremble , as if an earthquake has just started . A dull and steady rumble in the distance , which approximates mean . When the water gets to the other end of the parade, the noise becomes deafening. So everything that is not solid and well established rock is carried on the way! However, above you , there is not a cloud ! It was only much later that the storm arrives, preceded by a violent sandstorm , lightning and thunder , without respite for a good half hour! For those who do not escapes , that must be it the end of the world ! But over time, the living end up forgetting ! « 

Warrant pours all their mishaps and resentment since he was assigned to Tadjmount .

« The lack of any basis , he said to them ! Must beg all kinds of needs from passing convoys ! The hierarchy is only sending canned , dried vegetables and pasta ! Added to this isolation, undermining morale ! Discipline is relaxed ! I’m not looking on the prescribed uniform of men, who , as you see, circulating constantly shirtless ! Fortunately there has games, and football games we organized when not too hot! « 

Intrigued by the situation of sexual frustration of men in the camp , Tewfiq Baali a question veiled in ranking :

« How do they stay so long without women?

– Er … They masturbate , what you believe, coldly replied the sergeant !

– I thought they were having a heart joy with tourists.

– No, it is strictly forbidden . To tell the truth ! There is a b .. del traveling every month that passes , the builds without Brahimi complex. « 

Nabil Shawky ears perk up this latest revelation . He wants to know more :

« You ‘re hosting here?

– No question, answers Brahimi, as touched in his pride ! Matchmaker set up their own camp nearby! They have their own order service! Lemonade , sweets ! The entire balance of my men goes! Me, keeping watch ! No alcohol, no drugs, no gambling ! Despite my vigilance, there is always slippage ! So the battles we oppose pimps ! We make them scamper with losses and noise, of course! But next time , the one and the other have forgotten everything, as if the desert had erased all their memories !

– Tell me where their camp , I hounds , says aspirant !

– Even p .. tain take annual leave, replica NCO , smiling ! In fact, we do not see in the area in winter and spring ! From June to September , they prefer to skim the coast! « 

These laugh. It’s free . Tewfiq takes his newspaper and rises. The time has come to testify . It isolates the relative shade of the chassis of a truck and observed around. At this time of day, the base appears deserted. Everyone earth. It is surrounded by any fence or barbed wire. Saharan few scattered cabins , a water tank of 10,000 liters elevated . One Land Rover to monitor the new route and discourage road to borrow . Engineering guys have installed their own base at the output of the show and pursue improvements to bridges and earthworks to Meniet , another pass before the huge reg Tadrak Tazoun . A flush floor in all directions, the atmosphere vibrates and prospects appear boil. The few soldiers who drag their feet on this mid- stony soil , half sand , from a shack to another join friends for a game of cards , or going to defecate behind a rock , seem to be under the grip of an inescapable fate.

« It would be unfair to say that there is no difference between them and those that activate the Tell , ‘he said. Isolation, canned food questionable , little leisure , poor hygiene , harsh working conditions , no permission , except annual leave . This is what makes the size of an army, he looked like a political commissar , confusing the need to deal with all types of terrain with intolerable conditions of life. « 

Tewfiq Baali not budge . It records :

« Certainly, he writes, the Trans-Sahara remains a great work , which will help open up the southern regions of the country and increase trade with neighboring countries . But efforts to achieve it must be shared , and the army , master contractor must provide his men to better accommodation and work, as do foreign bases in their oil . The investment is costly but its value in the long term is not in doubt. « 

Sweat stings his eyes but he must continue to write. It feels owes a duty of memory irreducible to future generations , because they then seem to have accepted their fate. If his diary as awakens the attention of those in power , why did not he makes a formal request in order requisition ? Why does he take ownership by devious means . Nothing could have been more fun to know the author ‘s writings useful to the community , that are open debates school seamlessly and reprehensible acts designated finger and punished.

 » … No, he continues his reasoning ! They want to eradicate what interests them and what the angry silence ! This , I can not afford it. « 

Sound of a bell announces the lunch. Tewfiq Baali returns to the  » guest-chamber  » where Nabil Shawky his wine . Warrant joins soon after and has no other alternative than to open canned garden for them. Needless to cook , so it’s hot!

The Head of Mission is not hungry . It would be useful to sleep, but he is unable to find sleep again . Fatigue accumulated . It is almost in a trance . He asked for a sleeping pill , he never took his life … The sergeant smiled and said:

« We do not even have a box of aspirin in the drugstore. Just a little mercurochrome and bandages . You would be nice to also talk to the management of health Tafernanet .

– And in case of emergency ? A scorpion sting , for example?

– Our only alternative is to put a tourniquet , to bleed the bite with a razor blade overheated and pray hoping to see a car or truck to arrive to transport the patient to Guentour « 

After the meal, the missionaries wallow on camp beds . Apparently the soldiers sheltered under the chassis are housed better teaching because there are not greenhouse enclosed spaces . All have nothing else to do but wait for the sunset. Tewfiq Baali is lying on his back. He drinks like a horse almost boiling water, immediately apparent in sweat without producing any effect other than to avoid dehydration . But it strains the internal organs and cells, which must be recycled continuously. This gives aches and cramps. Gourd head of mission is now empty . He has not the strength to fill the tap of a trailer .

 » Give me your gourd, he said Nabil Shawky . I can not move.

– Well, you can drink it all. Me, I have beer. There is nothing else that quenches my thirst. « 

Tewfiq Baali door avidly neck to his mouth. What a horror ! A warm liquid , smelly, slightly acid, immediately permeates mucous membranes . It spits out the mouthful with disgust and starts coughing . It feels orifice smell of fermentation. The Shyrtien back is turned and twisted laugh . The Head of Mission weigh the bottle and shake the contents , which is a small metal noise. The aspirant finally returns , vilely triumphant, mocking eyes. He said:

« It had to happen one day or another, virtuous man of my two …

– That you become vulgar, reply with a killer look his colleague. Bitter victory , literally and figuratively, wag !

– You have tasted . And then it is not the end of the world ?

– You lose nothing by waiting ! I’ll reserve , too, sometimes a big surprise ! … In the meantime! … « 

Tewfiq Baali stirred once more the gourd and , against all odds , puts the neck at the mouth. He drank in one gulp the rest of the content, without breathing.

« Hey ! … But you quickly learn the lesson, you said his companion with round eyes! You see, it was not so hard …

– Nuance ! … Necessity requires retorted his companion, with a watchful eye blink . « 

The aspirant smiled. Tewfiq believes Baali see before him the happiest man … Soon drunk, Nabil Shawky hastens to pass him a bottle of warm beer , it also swallows without pause, as would an inveterate drinker American saloon , but who nevertheless stunned immediately. Suddenly, his thirst goes and sleep wins!

He wakes up at the end of the afternoon , without any concept of time or place. The first face he sees is that of Shyrtien with another tense bottle in his direction. One, he flatly refused . He admits to himself afraid of losing his lucidity, the only property he has left in this world , and yet , at the same time , the fact that so much suffering . He knew why his comrades took alcohol. Cure catalyst forgetting , of course, but also , he now finds, accelerator moral solitude …

Outside the base revived . Its tenants play football , while the missionaries are busy again around the trucks in anticipation of a new beginning. Tewfiq Baali decides to offload their stewardship drive half of its provisions in favor of this wretched camp that lacks everything.

Brahimi deters move before nightfall , and their « forbidden » even take the canyon, as they may fall the brunt of a flood , lightning storms .

 » Vamos ! Vae soli, launches Tewfiq Baali !

– What you said , sir ?

– Forward! And God bless us in another language, in order to deceive sleep. « 

Going through gorgettes is inevitable, the column shows the track in favor of a twilight warmth relative. Crossing the parade would take an hour for a light vehicle and double for a semi -trailer . By the deflection , multiply by five travel time .

When they come out of the crowd caused by the rollers of the Oued Tadjmount , once probably as wide as the Nile permanent river, the sloshing give way to vibrations and shocks . The track is very rough, packed with unique sense of sandy fords , very steep slopes , filled with stones and boulders tumbling enough slopes during storms . Sometimes the truck head is forced to stop to clear a passage in one direction. Once again , their growth will not exceed 40km / h until the sebkha above Meniet Pass , where the trail joins and earthworks along the Trans-Sahara . Normally , travelers accustomed to this course have already located landmarks not to miss the pass Meniet .

Punctured by the first dose of the wheel track , Tewfiq Baali relies entirely méhariste for driving during this part of the course. The setpoint for the crew is to remain grouped . Take ramp right too may lead to uninhabited wilds of Imouidir , where no one would find them . Commit too left, Iharhar the commit to a very dangerous area that borrow only armed smugglers or experienced drivers the Road Transport Office .

At one point, The Shari offers his thermos Tewfiq Baali !

« Drink , sir . There is no better way to stay awake.

– Rather I wanted to sleep .

– Do so … It does not bother me .

– I can not … I must ensure that all behind stay the course .

– They have an interest … Mouydir does not forgive.

– This tea is delicious. With what do you do ?

– With black product. Take the beloved of all nomads, because it takes longer before turning. The secret of the preparation is three teapots, braziers placed on sand, sugar loaf, a handful of mint. Then subtle blends …

– Assays secrets …

– Kind of. If you do not want to watch, the first drink offered is usually very strong. The other two are softer. Otherwise , we reverse , otherwise , it would be difficult to conduct a conversation in our long evenings of camp. In fact, each inhabitant of the desert with its own recipe. It is a matter of hand , that’s all .

– It’s a ritual.

– All Sahara signs and symbols .

– And then there was the fire of coals , the starry night, and all around, the vigil of travelers who meet by chance during a bivouac , which recount their adventures … their misadventure as …. or listen to the tales of millennia old .

– Yes. This is our way of life! Pretty rough but very simple. Our luxury for us, it is the tea break , when for you to Tell, it can be a treat ! These are moments of rest and usability! The only ones that can afford …

– Attention , you’re away from the track, he shouts Tewfiq Baali « !

The méhariste emits a characteristic small laugh at the remark , hasty sum , the officer … Tewfiq Baali realize afterwards that the driver has only around a large rock that fell from the mountain on the route …

The convoy moves very slowly. We need the sun do not catch very close to the next step, because they will be forced to stop and wait for hours and hours in the superheated metal trailers, the heat falls . An insidious torture. Flies. Mirages . And death behind the dunes for those who are not risk.

Shaking partially damped by the suspension give the HOM feeling very unpleasant intermittent vertigo , as a kind of seasick But, he is still happy to have temporarily leave the promiscuity of the  » soldier shadow  » , which follows behind in the Land rover …

« Tell me , Lieutenant. You are a reservist , is not it, the questions at one time the guide?

– To this question I always ask another . What sign you notice ?

– None. I do not know. I swear .

– Ominous.

– Why ?

– Say I’m a reservist until further notice.

– You mean you’re thinking about getting involved?

– Nooo ! I mean the military can detain me how long it takes , even beyond the normal period . So conscript does not mean much! And even went to their homes , there remains a reservist mobilized at any time!

– Our army does nothing to attract to her interesting people .

– Maybe because she does not want !

– Why not? This is suicidal in case of war !

– It’s a bit complicated to explain ! In our country, we need the quantity, just to hold internal overflows ! No quality, which tends to undermine the legitimacy !

– Good recruits are coming enforced , and are eager to go …

– The key is for them to do their duty. The best they can , to their country … Leave good memories behind. As the guy who opened the engineering route .

– It is difficult to do his duty in uniform , sir , with orders to the punch . « 

The guide looks at his watch and observe the sky, his head out of the opening.

 » Mmm … No moon tonight , he said, concerned .

– So much the better . It annoyed me the previous nights .

– This is not a good sign. Beware of the storm now .

– These clouds in the south … It is curious, the more we advance , the more they seem to have back. I began to see Agbat Eddis

– It’s an illusion ! Do not attempt to try to understand too , sir . Here you are in the land of magic. Beware the silence of the Sahara when it is too deep . It only brings storm and havoc ! « 

Tewfiq Baali questions .

« In reality, the only weapons that can overcome the desert are austerity and patience, he told himself . It is difficult for me to express in words the extraordinary richness of these unique hours of my life ! No matter where I am because it is the path of the first truck that makes its way into the night , to show the way for others , which fills me with happiness, but I long to capture the soul of this land made too much space! Must remain there long , forego the benefits that allows modernity Northern learn to be accepted by the hostile terrain , these quiet and mysterious men ! Learn to blend into the desert , like tiny grain of sand that runs in the wind amidst the billions of others around him. « 

Exceeded the gorgettes the convoy opens onto a large sebkha the vague , streaked with a multitude of wheel tracks that overlap and intersect , only one large beam leads to the pass Meniet . Danger lurks , as the flat floor venue offers an ideal testing ground for turbo dynamics. Drivers are tempted to reach top speed to punish the throes of rocky terrain they just endured . Tewfiq Baali beacon lights to remind risk. Gradually, all the trucks line up on the head , which moderately increases the pace, on a schistose ground dust .

 » Would we have the chance of getting the same pool at daybreak , said Tewfiq Baali ?

– Yes. Several up Tesnou .

– Chic then! We can catch up on gorgettes !

– Relatively ! Drivers should be wary of speed when operating on reg ! Because there are invisible in contact with which they risk losing control of their vehicles hollow . On the other hand , is when they are most tired they need to accelerate to catch up Tadjmount suffered . At this time, another enemy lurks … Is sleep ! With God’s help , we arrive before noon to the mining base. There, there is water in abundance, and cabins for officers are air conditioned.

From time to time , Tewfiq Baali casts a glance at the mirror to estimate the shape of the pursuers. Their proximity reassuring stimulates and strengthens its meaning .

 » Go forth brave and valiant mechanics, he thinks. Finally tamed the track! Brings us to our goal ! « 

Gradually dawn brightened , and it is an extraordinary race they lead, unlike any they have experienced before , meters per second after second meter, separate .

Pass Meniet allows no bypass , but it has the advantage of being located far from the river , and higher than the highest flood issue. After the parade itself to their view an infinite space of earth beige, apparently unhindered , where each truck can move at their convenience. This is the Hamada Tadrak Tazoun .

The convoy spreads wide to avoid the dust from the wheels. Here you can afford with no driver was lost. The trucks double happily , right or left. Crews are frantic signs , faces or obscene gestures , pressing their horns like a wedding party . They meet for the first time two semi -trailers of the Road Transport Office , which date back to the North. New concert horns reunion of mankind !

From time to time , concretions of stones near the runway report is a grave Do Haggrie , pyramidal beacon or other secret symbol … Blue Men of the country , caravans bury the bodies where they pass from life to death . It is the largest cemetery in the world …

Progression trucks is majestic , like the pioneers who discovered new lands, but in a much more rapid pace . They are approaching or departing the route of the Trans-Saharan which is output grooves Tadjmount , joining them in the middle of the plain, struck down , packed , ready to be paved. The roadway continues to be obstructed by rocks, so that no one can borrow up to the finish.

« I see no activity tarring nowhere Tewfiq Baali questions ?

– The teams are farther between Tesnou and Tefedest for clearing land , says the guide. Phase tarring is not yet started ! This is the first load of tar that I see happening since the beginning of the summer! This part of the section is finished and just waiting for tarring .

– But why tar is it not filed by skidding , as and progresses earthworks , as is done elsewhere, public works ?

– Because the President must visit Tafernanet . Where the procession must go , everything must be lined .

– From flashy , whatever . That’s how it happens since independence ! If I understand correctly, that those responsible move, the President must multiply his visits any azimuth.

– I do not think … These outputs prestigious filmed by television are only generating a monster waste of resources. President lays foundation stone of projects that will mostly remain lying on paper only, concludes sadly Shari . « 

No matter for these missionaries going to cross the line of the Tropic of Cancer that projects do not lead ! The convoy should proceed without fail his way beyond, to the southeast. Distant scenery Mouydir left behind , and those Atakor that appears in the distance, this rural commune with complicity between man and nature , where God , in fact, is more present than ever …

————————————-

Chapitre   Onze

 

Voici leur convoi arrivé en fin d’après-midi à l’entrée d’une des plus longues pistes du monde. Rien d’attrayant n’a retenu l’attention des hommes à Guentour. N’eût été le ravitaillement en gas-oil, et le retard occasionné pour soigner le malade pour dysenterie, ils auraient juste traversé cette agglomération désolée et somnolente, constamment battue par les vents. A partir d’ici, point de goudron jusqu’à Tafernanet. Désormais, un autre rythme de vie va infléchir le comportement des équipages et la réactivité des camions. Les terrassements de la Transsaharienne ont pris une bretelle à gauche de la route, et filent en ligne droite vers le Sud-est. La nouvelle chaussée qui apparaît au loin est truffée de pierres et d’obstacles de tous genres, afin que les véhicules ne l’empruntent pas avant son goudronnage. La colonne s’est arrêtée pour le dégonflage des pneumatiques. Les chambres à air sont ramenées à trois kilos, soit un peu moins que la moitié de leur gonflage optimum. Les hommes s’affairent avec professionnalisme autour des trains de pneus. Un rituel indispensable, qui anime ce point précis du Sahara d’une brève mais exubérante activité, faite de sifflements d’air qui s’échappe des valves, d’ordres et de contre-ordres, de jurons, et de concerts de klaxons au redémarrage, lorsque le Sergent Fahd conduisant la jeep serre-file passe en revue la rame d’avant en arrière, et s’assure que tout est en ordre, en échangeant avec chaque chauffeur au volant de son camion le signe du pouce, ultime geste qui libère le mouvement rectiligne du convoi vers sa nouvelle destination.

L’expédition s’éloigne et l’endroit reprend peu à peu son silence habituel. D’emblée, le parcours s’avère difficile. Le sol est parfois mou, favorisant un fort tirage, parfois dur, avec des plissures latérales de terre sombres très éprouvantes pour les dos des équipages, et mortelles à terme pour les lames ressorts ou amortisseurs des véhicules.

Tewfiq Baali a pris la place du chauffeur malade dès Guentour. Il a conduit jusqu’ici dans un relatif confort, avec le Shari qui lui sert de guide à ses côtés. Mais il se sent déjà épuisé par les vibrations des secousses transmises à ses bras par le volant et à sa colonne vertébrale par le siège. Le méhariste enturbanné se penche outre mesure vers le pare-brise, scrute le terrain comme un renard, et montre de la main la direction à suivre. Il fait ainsi éviter au conducteur les pièges du relief, notamment le redoutable fech-fech, qui peut faire casser une suspension comme du verre. Les pneus soulèvent une poussière irritante, qui enveloppe toute la colonne, hormis le camion de tête que conduit Tewfiq Baali, immédiatement suivi par la Land-rover de commandement, qui dispose de l’équipement radio lui permettant de communiquer avec la jeep serre-file, afin de signaler toute panne ou incident de parcours. Les chauffeurs sont contraints de se déployer en largeur pour avoir une meilleure visibilité, en empruntant une multitude de vagues cheminements parallèles à la piste principale, qu’ils croisent et recroisent au gré du relief. Le convoi s’étire et s’éparpille dangereusement en envergure, alors que le ciel s’assombrit, augmentant les craintes du Shari, qui redoute qu’un chauffeur se perde à la faveur de l’obscurité. Parfois, le tirage oblige les conducteurs à se rabattre sur la «tôle ondulée» de la piste principale

Les trains de roues reprennent alors leur raclement sinistre.

« Rac, rac, rac. »

Tewfiq Baali doit rouler à une certaine vitesse afin que le roulis des cassis faiblisse quelque peu. Mais des trous inattendus le font bondir de son siège, jusqu’à toucher le plafond de la cabine avec sa tête, l’obligeant à rétrograder.

«L’enfant de p..tain, jure-t-il !»

Il tempête ainsi, ou autrement, contre le gars de l’état-major qui a eu l’idée saugrenue de les dérouter sur cette éprouvante destination, contre le Colonel Cheriet qui a douté de son savoir-faire, contre la fatalité, contre leur destin à tous, qui les a réuni ensemble pour se supporter ou se haïr, mais pas à se tourner le dos en pareil endroit sans en payer de lourdes conséquences!  Ils ont besoin les uns des autres plus que jamais. Le guide, qui l’entend tonner à haute voix, semble accuser les secousses sans broncher, uniquement absorbé par son rôle de pisteur émérite et patient…

«Il doit sourire sous son chèche, pense à un moment Tewfiq Baali… Il doit se dire, attends, petit… Ce n’est pas fini ! Ceci n’est qu’un entremets. Qu’est-ce que ces jeunes officiers qu’on jette en pâture au désert ? Ils n’ont aucune expérience pour prétendre le braver ainsi. Il leur est facile de s’égarer à droite, vers le no man’s land de l’Imouidir, ou rester à tourner en rond sur un rayon de dix kilomètres jusqu’à épuisement du carburant, des vivres et de l’eau. Nous sommes les maîtres du désert. C’est à nous qu’échoit la responsabilité de guider les voyageurs qui osent s’aventurer ici. Encore faut-il qu’ils nous le demandent. Comme cet officier qui a l’air bien sage et modeste, puisqu’il n’a pas hésité à faire appel à mes services. Il semble bon avec ses hommes. Il a décidé de conduire lui-même le camion du chauffeur malade, qu’il a jugé plus prudent de laisser en observation à l’hôpital de Guentour. A vrai dire, puisqu’il sait écouter, il finira bien par apprendre quelques rudiments des secrets de la survie en milieu hostile. Et, pourquoi pas, sauver ses hommes d’une mort certaine plus tard, lorsqu’il sera seul pour prendre des décisions. Le premier écueil qu’il doit vaincre, c’est sa propre vanité. Pour cela, il doit d’abord craindre le désert. Il doit le respecter, et n’oser l’affronter qu’en connaissance de cause. On peut venir ici seul, à pieds, avec seulement une loutre d’eau, un paillasson, un chapeau de paille, un chèche, une muselière contenant du thé, des dattes sèches et un peu de semoule. Traverser les distances d’étape en étape, en connaissant les points d’eau. Savoir quand il faut marcher, quand s’arrêter. Ne jamais s’impatienter. On peut aussi venir ici avec une armada de moyens, des vivres et de l’eau à profusion, mais périr tôt ou tard, à cause d’un sens de l’orientation erroné, d’une surestimation des ressources dont on dispose, de l’absence de maîtrise de ses hommes, qu’on a pas habitué à économiser l’eau et à vivre dans des conditions extrêmes ; des hommes submergés par les mirages et une hystérie collective consistant à partir dans toutes les directions…»

Il se laisse ainsi aller à ce type de pensées. Les incroyables rêves de Zeriba et de [1]Boulemgaden lui reviennent à l’esprit. Son malaise à Mezghena était certainement alimenté par la nudité virtuelle de femmes sahraouies sous une khéïma, prêtes à s’offrir à des hommes du Tell répugnants, venus violer leur espace intime. Pourquoi ces scènes oniriques douloureuses sont-elles venues ressurgir inopinément maintenant, alors qu’il n’avait fait que rêver ce qui doit certainement exister dans la réalité pour d’autres. ? Elles hantent son présent éveil et l’emplissent de nouveau de dégoût, tandis qu’il est secoué d’avant en arrière, de gauche à droite, et de bas en haut, par les trépidations de l’attelage, Assurément, il était ému par le regard éteint d’un vieillard en guenilles, jadis sans doute redouté, maintenant trahi et jeté dans une niche, comme un chien qui attend sa nourriture. Il était bouleversé par le jeu innocent d’enfants témoins d’une orgie, qui restera comme une blessure à jamais béante au tréfonds de leurs mémoires d’adultes, lorsqu’ils comprendront l’enchaînement des jeux pervers…

Mais qu’importe maintenant le remords, puisque sa route a été déviée par d’autres, qui peuvent eux aussi violer l’intimité de sa vie intérieure, la saccager de fond en comble, en disposer comme ils l’entendent, le rendre incapable de réfléchir, mais seulement d’obéir, obéir, obéir ! Désormais, rien n’importe immédiatement plus pour lui que de gravir cette éminence rocheuse friable qui se dresse devant lui, avant de dégringoler vers une vallée stérile, ou attaquer une passe entre deux dunes, redoutant en permanence d’être le premier à s’ensabler et à retarder ainsi la totalité du convoi, dont il deviendrait la risée… Un officier qui n’a pas montré l’exemple… Un chef qui a perdu leur confiance !

La nuit est tombée, et la base de Tadjmount n’est pas encore visible. Tewfiq Baali répond à la rugosité du relief par des grimaces. Son corps est tout courbatu. Sa tête est lourde, endolorie, sonore.

Course folle que la leur, dans cette clarté hideuse de la nuit et destin fragile que le leur, autant qu’un fil de toile d’araignée prêt à craquer au moindre faux mouvement. Des morceaux de quartz s’allument sur le sol à leur passage. A moins que ce ne soit que les yeux phosphorescents d’hyènes ou de chacals…

«Noooooon ! Je… ne… suis… pas… fatiguééééééé, chantonne soudainement, d’une voix cassée, Tewfiq Baali ! Nooooon, je… ne… suuiiis… paaaas… un…ouuursss… mal… léchéééééé, hoquette-t-il ! Paramp… Paramp, paramp ! Fu ! Fiuuu ! fiuuuuuuu, sifflote-t-il. Pam… Pa. Ram !

– Quoi, mon lieutenant, hasarde le Shari, qui ne paraît pas comprendre des paroles qu’il croit lui être destinées ?

– Rien. Je fredonnais un air improvisé, pour tromper ma fatigue, voila tout…

– Vous voulez peut-être vous reposer, mon lieutenant ?

– Oui, mais pas avant d’arriver à la base.

– Laissez-moi vous remplacer au volant.

– Tu as le permis de conduire ?

– Pourquoi faire ? Tout le monde au Sahara roule sans permis.

– Tu as déjà conduit un Magirus articulé comme celui-ci ?

– Oui. Une infinité de fois, ainsi que tous les types de véhicules de l’armée. Ici, il faut être très polyvalent. Savoir cuisiner, soigner, pétrir la galette, la mettre sur des braises, l’enfouir dans le sable. Et surtout, bien réussir son thé. Autrement, c’est impardonnable.

– Combien nous reste-t-il jusqu’à Tadjmount ?

– 140 kilomètres, au moins.

– Ouuu !… Autant ? Je pensais à vingt kilomètres, tout au plus !

– Au Sahara, et plus particulièrement sur piste, la notion des distances diffère du Nord. Vous avez bien roulé jusqu’ici, mon lieutenant. Mais à partir de maintenant, il va y avoir un tirage important et une multiplication de pistes qui peuvent égarer les chauffeurs. Il est plus sage d’arrêter et de regrouper le convoi, quitte à aller plus lentement ou décider sagement de passer la nuit en rase campagne. Je saurai vous guider par où passer.»

Tewfiq Baali freine immédiatement et actionne le gyrophare, signal convenu pour un regroupement. Il saute du camion et cours vers la Land-rover pour appeler l’aspirant à la radio. Farouk Zaïd a le visage noir de poussière, comme les soldats de l’Afrika Corps…

« Tu as empoisonné mon existence, lâche-t-il, à l’endroit du chef de mission !

– Pas autant que tu as bousillé la mienne, réplique ce dernier ! Passe-moi le combiné ! Allô !… Allô !… Nabil ? Ici, Tewfiq Baali !… Tu m’entends ? Nous nous arrêtons !… Je répète… Arrêt immédiat !… Nécessité de regrouper la rame pour éviter égarement. A toi !…

– Allô !… Bien reçu !… J’ai un véhicule en panne à l’arrière ! Canalisation du compresseur pétée ! Je retiens le camion-atelier !… Le chauffeur prétend qu’il peut continuer sans freins, s’il n’y a pas de pentes trop fortes ! A toi!

– Attends un moment !… (Tewfiq Baali questionne du regard le Shari, qui acquiesce) Ok ! Est-ce que tu arrives à repérer le signal de mon gyrophare ?

– Oui !

– Amène le camion jusqu’ici avec une barre d’attelage. Nous aviserons !

– Dac !… Terminé !…»

Journal/28 Juillet 19.. – (Etape de Tadjmount). Camp militaire. Le méhariste a conduit le camion de tête comme un Dieu ; comme un émir du désert l’aurait fait à dos de dromadaire, afin de mener sa tribu vers un point d’eau. Lui et les siens sont, à n’en point douter, les seigneurs de cette contrée. Ils ne s’impatientent jamais, ne désemparent pas, quel qu’en soit l’enjeu.

– Auparavant, nous avons attendu Nabil Chawki, qui nous a rejoint une demi-heure plus tard avec le camion en panne, avant de poursuivre tous ensemble, à allure réduite. Le ciel au-dessus de nous était d’une luminosité fantastique, avec des étoiles filantes à profusion. Notre colonne s’était sagement regroupée, avec des créneaux de cinq mètres, et une vitesse ne dépassant pas 40kms/h, cahotant à faire dormir les équipages au volant, avant qu’ils ne sursautent et se redressent brusquement, au milieu d’une brume de poussière très dense, qui a irrité nos poumons. Nous sommes arrivés aux premières lueurs de l’aube à l’entrée des gorges.

– A Tadjmount, les vestiges d’un ancien chantier sont là, qui trahissent l’intrusion de la civilisation sauvage, ne faisant pas place nette lorsqu’elle déménage. Innombrables taches noires d’huile dégradée et de gas-oil sur le sable. Boites de conserves vides, châssis nus de véhicules dont le voyage s’est arrêté là. Pneus éclatés. Ferraille tordue. Bouts de câble curieusement entortillés. Détritus en tout genre. Voila le gâchis que le Shari de Zeriba redoute pour le Sahara ! Il me reste beaucoup à apprendre au contact des hommes du désert. Ils sont si réalistes.

– Tentative de colmatage de la canalisation à la sortie du compresseur avec de l’autogène. Malheureusement, le soudeur de la base a ses bouteilles d’oxygène et d’acétylène vides ! Un de nos chauffeurs me dit en avoir repéré dix jeux dans un des camions de notre cargaison. Nous décidons d’en extraire un et de l’inter-changer avec le vide, car leur destinataire, s’il venait à constater la différence, ne saura jamais qui en est l’auteur et ne voudra sans doute pas le savoir ! C’est le propre de toutes les armées de ne pas regarder à la dépense. Vu sous un autre angle, puisque nous sommes en terrain hostile, nous avons pris la décision de «réquisitionner» l’équipement en question, quitte à en informer le destinataire. Ce que je ne manquerais pas de signaler à notre arrivée à Tafernanet.

Notre dépanneur est un jeune du Service National originaire de Mezghena, plein d’entrain, dont la peau blanche est brûlée par le soleil, à hauteur du cou et des avant-bras. Il est content de son bricolage, mais nous constatons, après essai statique, que le compresseur chauffe trop rapidement et risque d’occasionner la même panne dix kilomètres plus loin. Nous nous sommes attaqués aux effets de la panne et non à la cause. Il faut le changer et notre camion-atelier ne dispose pas de cet organe. «Où, lui dis-je ?»

Il me répond, avec un bon sens déconcertant, que nous pourrons nous en procurer un autre, dans un des innombrables cimetières de camions qui jouxtent les bases militaires de la Transsaharienne. Le camion-atelier reviendrait le dépanner dès que l’organe en question sera trouvé.

Prudents, nous décidons finalement de laisser le camion et son équipage à la base, en répartissant sa charge entre les autres véhicules. J’ai mis en application quelques leçons de manœuvres de force de l’Ecole du Train de Taxrit. Queue à queue de semi-remorques pour les transbordements. Tubes en fer sous les caisses pour les faire rouler.

Je dis «nous», lorsqu’il s’agit de prendre une décision, n’en déplaise au Colonel Cheriet de la Direction du Train, qui me demandait de ne parler que pour moi-même. Car ici, dans ces vastes solitudes, le grade est moins important qu’un bon guide, de bons bricoleurs et des efforts collectifs. Oui, dans cette immensité désertique, les clefs de la survie ne sont pas forcément entre les mains de l’état-major, mais plutôt chez des gens humbles, qui ne possèdent que leur bon sens et leur connaissance du relief.

– Tadjmount est à la frontière Nord du territoire des Hommes Bleus. Les gorges cheminent à travers les monts du [2]Mouydir, qui sont les murailles naturelles d’un pays minéral aux paysages uniques. D’étranges protubérances de pierres près de la piste trahissent une tombe, une balise, ou un avertissement touareg hostile.

– La base a pour chef l’Adjudant Brahim, originaire de Cap Kalah. Il a mis à notre disposition, Nabil et moi, sa propre cabine saharienne, la seule qui dispose d’un climatiseur… en panne ! Le groupe électrogène a également rendu l’âme le matin même de notre arrivée. Je lui promets de parler de ces problèmes au QG de la Transsaharienne, à Tafernanet, sitôt arrivé.

– Par la porte entrouverte de notre abri surchauffé, je peux voir la faille basaltique des gorges. Ici aussi, les appelés du Service National ont gravé les signes de leur passage sur un immense rocher vertical lisse. Ils n’ont pas écris : «officier untel» ou «soldat untel», comme on le fait sur les murs des latrines de caserne, mais «Gorges de Tadjmount, aménagées par les militaires du contingent K72Z». Car le désert ne peut être vaincu par des gens qui veulent faire bande à part. Au-delà de cette limite, donc, c’est le domaine du «sacré». Nous devons, plus que jamais, rester sur nos gardes. –

Il est 10h00 du matin. L’atmosphère à la base de Tadjmount est atrocement infernale. L’air alimenté par l’effet de chauffe des rochers pénètre par bouffées dans le précaire abri prêté aux officiers missionnaires et lèche leurs corps comme de véritables flammèches. Il arrive des gorges, dont l’ombre à la partie gauche ne donne qu’une illusion de fraîcheur. Déjà à l’heure du petit-déjeuner, le chef de base les a dissuadés de prendre par la faille, car il y a menace imminente de crue, bien que le ciel au-dessus d’eux soit d’un bleu pur.

« Vous ne partirez qu’à la faveur de la tombée de la nuit, leur dit-il

– Par où alors, dit Tewfiq Baali, intrigué ?

– Là-bas à droite, par les gorgettes, répond-t-il en indiquant la direction du sud-ouest avec son bras. C’est plus haut, plus long mais moins risqué. Le Shari vous montrera.

– Ces crues, ça doit être un spectacle impressionnant, hasarde Tewfiq Baali ?

– Moi, je dirai plutôt une vision d’apocalypse, répond le sous-officier. La première base de Tadjmount installée près de l’oued a été emportée par les eaux ! Cela s’est passé il y a deux ans ! Beaucoup de victimes parmi les effectifs. Elle a été réinstallée ici, à flanc de montagne, mais nous sommes confrontés à un autre type de péril !… Les éboulements !

– Et la solution ?

– Foutre le camp le plus tôt possible d’ici ! C’est à devenir dingue ! Aucun endroit n’est sûr à cinquante kilomètres à la ronde !

– Avez-vous déjà assisté au phénomène ?

– Oui, l’année passée, à la même période ! La terre se met d’abord à trembler, comme si un séisme vient de se déclencher. On entend un grondement sourd et régulier au loin, qui se rapproche. Lorsque l’eau pénètre à l’autre bout du défilé, le bruit devient assourdissant. Alors, tout ce qui n’est pas rocaille solide et bien ancrée est emporté au passage ! Pourtant, au-dessus de vous, il n’y a pas un seul nuage ! Ce n’est que bien plus tard que l’orage arrive, précédé d’une violente tempête de sable, des éclairs et du tonnerre, sans répit pendant une bonne demi-heure ! Pour celui qui n’en réchappe pas, ça doit être ça la fin du monde ! Mais, avec le temps, les vivants finissent par oublier !»

L’adjudant leur déverse toutes ses mésaventures et ses rancœurs, depuis qu’il a été affecté à Tadjmount.

« La base manque de tout, leur dit-il ! Il faut quémander toutes sortes de besoins auprès des convois de passage ! La hiérarchie se contente d’envoyer des conserves, des légumes secs et des pâtes ! Ajouté à cela l’isolement, qui sape le moral des troupes ! La discipline se relâche ! Je ne suis plus regardant quant à la tenue réglementaire des hommes, qui, comme vous le voyez, circulent torse nu en permanence ! Heureusement qu’il y a les jeux, et les matchs de football qu’on organise lorsqu’il ne fait pas trop chaud !»

Intrigué par la situation de frustration sexuelle des hommes du camp, Tewfiq Baali pose une question à peine voilée au gradé :

« Comment font-ils pour rester aussi longtemps sans femmes ?

– Heu… Ils se masturbent, qu’est-ce que vous croyez, répond froidement le sous-officier !

– J’avais pensé qu’ils s’en donnaient à cœur joie avec les touristes de passage.

– Non, c’est formellement interdit. A vrai dire ! Il y a un b..del ambulant qui passe tous les mois, l’édifie sans complexe Brahimi.»

Nabil Chawki dresse l’oreille à cette dernière révélation. Il veut en savoir plus :

« Vous les hébergez ici ?

– Pas question, répond Brahimi, comme touché dans son amour-propre ! Les entremetteurs installent leur propre campement à proximité ! Ils ont leur propre service d’ordre ! De la limonade, des friandises ! Toute la solde de mes hommes y passe ! Moi, je veille au grain ! Pas d’alcool, pas de drogue, pas de jeu de hasard ! Malgré ma vigilance, il y a toujours des dérapages ! Alors, des batailles rangées nous opposent aux proxénètes ! Nous les faisons détaler avec pertes et fracas, bien sûr ! Mais au prochain passage, les uns et les autres auront tout oublié, comme si le désert avait tout effacé de leurs mémoires !

– Dites-moi où se trouve leur camp, j’y courre, affirme l’aspirant !

– Même les p..tains prennent leur congé annuel, réplique le sous-officier, en souriant ! En fait, on ne les voit dans les parages qu’en hiver et au printemps ! De juin à Septembre, elles préfèrent écumer la côte !»

Les présents éclatent de rire. C’est gratuit. Tewfiq prend son journal et se lève. Le moment de témoigner est arrivé. Il s’isole à l’ombre relative du châssis d’un camion et observe alentour. A cette heure du jour, la base parait déserte. Tout le monde se terre. Elle n’est entourée d’aucun grillage ou barbelé. Quelques cabines sahariennes éparpillées, une citerne d’eau de 10.000 litres surélevée. Une seule Land-rover pour surveiller le nouveau tracé et dissuader les routiers de l’emprunter. Les gars du génie ont installé leur propre base à la sortie du défilé et poursuivent les aménagements de ponts et de terrassements vers Meniet, une autre passe, avant l’immense reg de Tadrak Tazoun. A ras de sol, dans toutes les directions, l’atmosphère vibre et les perspectives semblent bouillir. Les rares militaires qui traînent les pieds sur ce sol mi-caillouteux, mi-sablonneux, allant d’une baraque à l’autre rejoindre des copains pour une partie de cartes, ou partant faire leurs besoins derrière un rocher, semblent être sous l’emprise d’une fatalité incontournable.

«Il serait injuste de dire qu’il n’y ait pas de différence entre eux et ceux qui activent au Tell, se dit-il. Isolement, nourriture douteuse en conserves, peu de loisirs, hygiène précaire, conditions de travail pénibles, pas de permission, à part le congé annuel. C’est ce qui fait la grandeur d’une armée, aurait dit un commissaire politique, confondant la nécessité d’occuper tous les types de terrain avec des conditions de vie intolérables.»

Tewfiq Baali n’en démord. Il consigne :

« Certes, écrit-il, la Transsaharienne reste une œuvre grandiose, qui servira à désenclaver les régions du sud du pays et à intensifier les échanges commerciaux avec les pays voisins. Mais les efforts pour sa réalisation doivent être partagés, et l’armée, maîtresse d’œuvre, doit offrir à ses hommes de meilleures conditions d’hébergement et de travail, comme le font les étrangers dans leurs bases pétrolières. L’investissement est coûteux mais sa valeur ajoutée à long terme ne fait pas de doute. »

La sueur lui pique les yeux mais il doit continuer d’écrire. Il se sent redevable d’un devoir de mémoire irréductible envers les générations futures, car celles-là semblent avoir accepté leur sort. Si son journal éveille tant l’attention du pouvoir en place, pourquoi ne formule-t-il pas une demande officielle en règle de réquisition? Pourquoi veut-il se l’approprier par des moyens détournés. Rien n’aurait fait plus plaisir à son auteur de savoir ses écrits utiles à la collectivité, que des débats d’école soient ouverts en toute transparence et les agissements condamnables désignés du doigt et punis.

«… Non, poursuit-il son raisonnement ! Ils veulent en extirper ce qui les intéresse et taire ce qui les fâche ! Cela, je ne puis le permettre. »

Un son de clochette annonce l’heure du déjeuner. Tewfiq Baali revient vers la «chambre des hôtes», où Nabil Chawki cuve son vin. L’adjudant les rejoint peu après et n’a d’autre alternative que d’ouvrir des conserves de jardinière pour eux. Inutile de les cuire, tant il fait chaud !

Le chef de mission n’a pas faim. Il aurait intérêt à dormir, mais il est incapable de trouver de nouveau le sommeil. Les fatigues se sont accumulées. Il est presque dans un état de transe. Il demande un somnifère, qu’il n’a jamais pris de sa vie… L’adjudant sourit et dit :

«Nous n’avons même pas une boite d’aspirine dans notre pharmacie. Juste un peu de mercurochrome et des pansements. Vous seriez gentil d’en parler également à la direction de la santé à Tafernanet.

– Et en cas d’urgence ? Une piqûre de scorpion, par exemple ?

– Notre seule alternative est de mettre un garrot, de faire saigner la morsure avec une lame de rasoir surchauffée et de prier Dieu en espérant voir une voiture ou un camion arriver pour transporter le malade à Guentour»

Après le repas, les missionnaires se vautrent sur les lits de camps. Apparemment, les soldats abrités sous les châssis sont logés à meilleure enseigne, car il n’y a pas l’effet de serre des espaces fermés. Tous n’ont rien d’autre à faire que d’attendre le coucher du soleil. Tewfiq Baali est allongé sur son dos. Il boit comme un cheval une eau presque bouillante, qui ressort immédiatement en sueur sans produire aucun effet autre que d’éviter la déshydratation. Mais elle fatigue les organes internes et les cellules, qui doivent la recycler en permanence. Cela donne des courbatures et des crampes. La gourde du chef de mission est à présent vide. Il n’a pas la force d’aller la remplir au robinet d’une remorque.

«Passe-moi ta gourde, dit-il à Nabil Chawki. Je n’arrive pas à bouger.

– Tiens, tu peux la boire toute. Moi, j’ai de la bière. Il n’y a que ça qui étanche ma soif.»

Tewfiq Baali porte avidement le goulot à sa bouche. Quelle horreur ! Un liquide tiède, puant, légèrement acide, imprègne aussitôt ses muqueuses. Il recrache la gorgée avec dégoût et se met à tousser. Il sent à l’orifice une odeur de fermentation. Le Shyrtien a le dos tourné et se tord de rire. Le chef de mission soupèse la gourde et en secoue le contenu, qui fait un petit bruit métallique. L’aspirant se retourne finalement, vilement triomphant, les yeux moqueurs. Il lui dit :

« Ça devait bien arriver un jour ou l’autre, homme vertueux de mes deux…

– Voila que tu deviens vulgaire, réplique avec un regard assassin son collègue. Amère victoire, au sens propre et au sens figuré, loustic !

– Tu as goûté. Et alors, ce n’est pas la fin du monde ?

– Tu ne perds rien à attendre ! Je te réserve, moi aussi, une surprise de taille tantôt !… En attendant !…»

Tewfiq Baali agite une fois de plus la gourde et, contre toute attente, remet le goulot à la bouche. Il boit d’un trait le reste du contenu, sans respirer.

«Hé !… Mais tu apprends vite la leçon, toi, dit avec des yeux ronds son compagnon ! Tu vois, ce n’était pas si difficile…

– Nuance !… Nécessité oblige, rétorque son compagnon, avec un clin d’œil complice.»

L’aspirant sourit. Tewfiq Baali croit voir devant lui le plus heureux des hommes… Sitôt bu, Nabil Chawki s’empresse de lui passer une bouteille de bière chaude, qu’il avale également sans pause, comme l’aurait fait un buveur invétéré de saloon américain, mais qui l’étourdit toutefois immédiatement. Du coup, sa soif s’en va et le sommeil l’emporte !

Il ne se réveille qu’en fin d’après-midi, sans plus aucune notion de temps, ni de lieu. Le premier visage qu’il voit est celui du Shyrtien, avec une autre bouteille tendue dans sa direction. Celle-là, il la refuse net. Il s’avoue à lui-même avoir peur de perdre sa lucidité, le seul bien qui lui reste en ce bas-monde, et qui, pourtant, en même temps, le fait tant souffrir. Il savait déjà pourquoi ses camarades prenaient de l’alcool. Remède catalyseur d’oubli, certes, mais aussi, il le constate désormais, accélérateur de solitude morale…

Dehors, la base a repris vie. Ses locataires jouent au football, tandis que les missionnaires s’affairent de nouveau autour des camions, en prévision d’un nouveau départ. Tewfiq Baali décide de délester leur intendance de route de la moitié de ses provisions au profit de ce camp misérable qui manque de tout.

Brahimi les dissuade de bouger avant la tombée de la nuit, et il leur «interdit» même de prendre par le canyon, car ils risquent de tomber de plein fouet sur une crue, en cas d’orage.

« Vamos! Vae soli, lance Tewfiq Baali !

– Qu’est-ce que vous venez de dire, mon lieutenant ?

– En avant ! Et que Dieu nous garde, dans une autre langue, afin de tromper le sommeil. »

Le passage par les gorgettes étant inévitable, la colonne reprend la piste à la faveur d’une tiédeur crépusculaire toute relative. La traversée du défilé aurait pris une heure pour un véhicule léger et le double pour une semi-remorque chargée. Par la déviation, il faut multiplier par cinq les délais de route.

Quand ils sortent de la cohue provoquée par les galets de l’Oued Tadjmount, jadis sans doute fleuve permanent aussi large que le Nil, les ballottements font place à des vibrations et des secousses. La piste est très rugueuse, bourrée de sens uniques, de passages à gué sablonneux, de pentes très raides, remplies de pierres, et de rochers assez gros qui dégringolent des versants durant les orages. Parfois, le camion de tête est obligé de s’arrêter pour dégager un passage à sens unique. Une fois de plus, leur progression ne va pas dépasser 40kms/h, jusqu’à la sebkha qui précède la passe de Meniet, où la piste rejoint et longe les terrassements de la Transsaharienne. En temps normal, les voyageurs habitués à ce parcours ont déjà localisé des repères pour ne pas rater la passe de Meniet.

Crevé par sa première prise du volant sur piste, Tewfiq Baali s’en remet entièrement au méhariste pour la conduite durant cette partie du parcours. La consigne pour les équipages est de demeurer groupés. Prendre une bretelle trop à droite risque de les mener vers les solitudes inhabitées de l’Imouidir, où nul ne les retrouverait. S’engager trop à gauche, vers Iharhar, les engagerait vers une région très dangereuse, que n’empruntent que des contrebandiers armés ou les chauffeurs expérimentés de l’Office des Transports Routiers.

A un moment, Le Shari propose son thermos à Tewfiq Baali !

«Buvez, mon lieutenant. Il n’y a pas mieux pour rester éveillé.

– Je voulais plutôt dormir.

– Faites donc… Ça ne me gêne pas.

– Je ne peux pas… Je dois veiller à ce que tous derrière gardent le cap.

– Ils ont intérêt… Le Mouydir ne pardonne pas.

– Ce thé est délicieux. Avec quoi le faites-vous ?

– Avec du produit noir. Celui qu’aiment prendre tous les nomades, car il met plus longtemps avant de tourner. Tout le secret de la préparation, c’est trois théières, des braseros posés sur du sable, du pain de sucre, une poignée de menthe. Puis des mélanges subtils…

– Des dosages secrets…

– En quelque sorte. Si vous ne voulez pas veiller, le premier verre offert est généralement très fort. Les deux autres sont plus doux. Dans le cas contraire, on inverse, car autrement, on aurait du mal à soutenir une conversation lors de nos longues veillées de bivouac. En fait, chaque habitant du désert à sa propre recette. C’est une question de main, voila tout.

– C’est tout un rituel.

– Tout au Sahara est signes et symboles.

– Et puis, il y a le feu de braise, la nuit étoilée, et tout autour, la veillée des voyageurs qui se rencontrent au hasard d’un bivouac, qui se racontent leurs aventures… leurs mésaventure aussi…. ou écoutent les contes millénaires des anciens.

– Oui. C’est cela notre mode de vie ! Assez rude mais très simple. Notre luxe à nous, c’est la pause du thé, quand pour vous, au Tell, ça peut être une friandise ! Ce sont des moments de repos et de convivialité ! Les seuls qu’on peut s’offrir…

– Attention, vous vous éloignez de la piste, lui crie Tewfiq Baali !»

Le méhariste émet un petit rire caractéristique à la remarque, somme toute hâtive, de l’officier… Tewfiq Baali se rend compte après coup que le chauffeur n’a fait que contourner un gros rocher qui est tombé de la montagne sur l’itinéraire…

Le convoi avance très lentement. Il faut que le soleil ne les rattrape pas très loin de la prochaine étape, car ils seront alors obligés de s’arrêter et d’attendre des heures et des heures sous la tôle surchauffée des remorques, que la chaleur tombe. Une torture insidieuse. Les mouches. Des mirages. Et la mort derrière les dunes pour celui qui s’y risque.

Les secousses amorties partiellement par la suspension donnent au chef de mission une sensation de vertige intermittent très désagréable, comme une sorte de mal de mer. Mais enfin, il est tout de même heureux d’avoir pu quitter momentanément la promiscuité d’avec le «soldat de l’ombre», qui suit derrière dans la Land-rover…

«Dites-moi, lieutenant. Vous êtes réserviste, n’est-ce pas, le questionne à un moment le guide ?

– A cette question, j’en pose toujours une autre. A quel signe vous le remarquez?

– Aucun. Je ne le sais pas. Je vous le jure.

– Mauvais présage.

– Pourquoi ?

– Disons que je suis réserviste jusqu’à nouvel ordre.

– Vous voulez dire que vous songez à vous engager ?

– Nooon ! Je veux dire que l’armée peut me retenir le temps qu’il faut, même au-delà de la période normale. Donc appelé du contingent ne veut pas dire grand-chose ! Et même rendu à ses foyers, on demeure un réserviste mobilisable à tout moment !

– Notre armée ne fait rien pour attirer vers elle les gens intéressants.

– Peut-être parce qu’elle n’en veut pas !

– Pourquoi donc ? C’est suicidaire en cas de guerre !

– C’est un peu compliqué à expliquer ! Dans notre pays, on a besoin de la quantité, juste pour contenir les débordements internes ! Pas de la qualité, qui a tendance à remettre en cause la légitimité !

– Les bonnes recrues y viennent forcées, et ont hâte de partir…

– L’essentiel pour eux est de faire leur devoir. Du mieux qu’ils peuvent, envers leur pays… De laisser de bons souvenirs derrière soi. Comme les gars du génie qui ont ouvert cette route.

– C’est difficile de bien faire son devoir sous l’uniforme, mon lieutenant, avec les ordres à l’emporte-pièce.»

Le guide consulte sa montre et observe le ciel, en sortant sa tête de l’ouverture.

«Mmm… Pas de lune ce soir, dit-il, préoccupé.

– Tant mieux. Elle m’a agacé les nuits précédentes.

– Ce n’est pas bon signe. Il faut se méfier de l’orage à présent.

– Ces nuages au sud… C’est curieux, plus on avance, plus ils ont l’air de reculer. J’ai commencé à les voir à Agbat Eddis

– Ce n’est qu’une illusion ! N’essayez pas de vouloir trop comprendre, mon lieutenant. Ici, vous êtes au pays des sortilèges. Méfiez-vous du silence du Sahara lorsqu’il est trop profond. Il n’apporte que tempête et ravages!»

Tewfiq Baali s’interroge.

« En réalité, les seules armes qui peuvent venir à bout du désert sont l’austérité et la patience, se dit-il. Il m’est difficile d’exprimer avec des mots la richesse extraordinaire de ces heures uniques de mon existence ! Qu’importe où je suis puisque c’est le cheminement du premier camion qui se fraye un passage dans la nuit, pour montrer la voie aux autres, qui me remplit de bonheur, mais il me tarde de saisir l’âme de cette terre faite de trop d’espace ! Il faut y demeurer longtemps, renoncer aux avantages que permet la modernité du Nord, apprendre à se faire accepter par ce relief hostile, par ces hommes calmes et mystérieux ! Apprendre à se fondre dans le désert, à l’exemple du minuscule grain de sable qui roule au gré du vent, au milieu des milliards d’autres qui l’entourent.»

Dépassées les gorgettes, le convoi débouche sur une vaste sebkha aux contours indéfinis, striée d’une multitude de traces de roues qui se chevauchent et s’entrecroisent, dont seulement un gros faisceau mène à la passe de Meniet. Le danger guette, car le sol plat de lieu offre un terrain idéal pour les essais de turbo-dynamique. Les chauffeurs sont tentés d’y atteindre des pointes de vitesse pour punir les affres du terrain rocailleux qu’ils viennent d’endurer. Tewfiq Baali allume le gyrophare pour rappeler ce risque. Peu à peu, tous les camions s’alignent sur celui de tête, qui augmente modérément l’allure, sur un terrain schisteux sans poussière.

«Aurions-nous la chance de tomber sur un billard identique au lever du jour, dit Tewfiq Baali ?

-Oui. Sur plusieurs, jusqu’à Tesnou.

– Chic alors ! Nous allons pouvoir rattraper le retard des gorgettes !

– Relativement ! Les chauffeurs doivent se méfier de la vitesse lorsqu’ils évoluent sur reg ! Car il y a des creux invisibles au contact desquels ils risquent de perdre le contrôle de leurs véhicules. D’un autre côté, c’est lorsqu’ils seront le plus fatigués qu’ils devront accélérer pour rattraper le retard subi à Tadjmount. A ce moment-là, un autre ennemi guette… C’est le sommeil! Avec l’aide de Dieu, nous arriverons avant midi à la base minière. Là-bas, il y a de l’eau en abondance, et les cabines pour les officiers sont climatisées.

De temps à autre, Tewfiq Baali jette un coup d’œil au rétroviseur afin d’estimer l’allure des poursuivants. Leur proximité rassurante le stimule et raffermit ses sens.

«Va de l’avant brave et vaillante mécanique, pense-t-il. Dompte définitivement la piste ! Rapproche-nous de notre but !»

Peu à peu, l’aube s’éclaircit, et c’est une course extraordinaire qu’ils mènent, différente de toutes celles qu’ils ont vécues auparavant, mètre seconde après mètre seconde, distincte.

La passe de Meniet ne permet aucun contournement, mais elle a l’avantage d’être située loin de l’oued, et plus haut que le point le plus élevé des crues. Après le défilé s’offre à leur vue un espace infini de terre beige, apparemment sans obstacle, où chaque camion peut évoluer à sa convenance. C’est la [3]Hamada de Tadrak Tazoun.

Le convoi se déploie en largeur afin d’éviter la poussière soulevée par les roues. Ici, on peut se le permettre sans qu’aucun chauffeur ne s’égare. Les camions se doublent joyeusement, à droite ou à gauche. Les équipages se font des signes frénétiques, des grimaces ou des gestes obscènes, actionnant leurs avertisseurs comme à une fête de mariage. Ils rencontrent pour la première fois deux semi-remorques de l’Office des Transports Routiers, qui remontent vers le Nord. Nouveau concert de klaxons de retrouvailles du genre humain !

De temps à autre, des concrétions de pierres près de la piste signalent soit une tombe N’Haggrie, une balise pyramidale ou un autre symbole secret… Au pays des Hommes Bleus, les caravanes enterrent les dépouilles là où elles passent de vie à trépas. C’est le plus vaste cimetière du monde…

La progression des camions est majestueuse, comme celle de pionniers qui découvrent de nouvelles terres, mais à une allure autrement plus rapide. Ils s’approchent ou s’éloignent du tracé de la Transsaharienne qui est sortie des gorges de Tadjmount, les rejoignant au milieu de la plaine, terrassée, damée, prête à être goudronnée. La chaussée continue d’être obstruée de pierres, afin que nul ne puisse l’emprunter jusqu’à la finition.

«Je vois nulle activité de goudronnage nulle part, questionne Tewfiq Baali ?

– Les équipes sont plus loin, entre Tesnou et Tefedest, pour les défricher le terrain, répond le guide. La phase de bitumage n’est pas encore entamée ! C’est le premier chargement de goudron que je vois arriver depuis le début de l’été ! Cette partie du tronçon est terminée et n’attend plus que le goudronnage.

– Mais alors, pourquoi le goudron n’est-il pas déposé par débardage, au fur et à mesure de la progression des terrassements, comme cela se fait ailleurs, par les travaux publics ?

– Parce que le Président doit visiter Tafernanet. Là où doit passer son cortège, tout doit être tapissé.

– Du tape à l’œil, quoi. C’est comme ça que ça se passe depuis l’indépendance ! Si je comprends bien, pour que les responsables bougent, il faut que le Président multiplie ses visites tout azimut.

– Je ne crois pas… Ces sorties de prestige filmées par la télévision ne servent qu’à engendrer un gaspillage monstre de ressources. Le Président pose la première pierre de projets qui resteront pour la plupart couchés sur du papier uniquement, conclut tristement le Shari.»

Peu importe pour ces missionnaires en passe de franchir la ligne du Tropique du Cancer que les projets n’aboutissent pas ! Le convoi doit poursuivre sans faillir sa route au-delà, vers le sud-est. Les décors lointains du Mouydir laissé derrière eux, et ceux de l’Atakor qui apparaît au loin, communient avec cette complicité champêtre entre la nature et les hommes, où Dieu, au fond, est plus présent que jamais…

[1]Lire chapitre 18 du Tome 2.

[2]Montagne sacrée des Kel Ahaggar. Premiers contreforts du massif du Ahaggar.

[3]Vaste plaine de terre franche, sans relief.

Publicités