© « Route », Tome 3, Chapitre 2, Roman/ « Road », Volume 3, Chapter 2, Novel

 Chapter Two

 

High windows open onto a huge dining room let in a warm sea breeze chandeliers illuminate a table engraved copper U on which runs a white tablecloth and where are arranged budded covered in lily , glasses crystal and silver utensils .

Dinner is chaired by His Excellency Mr Hamidou . A little fat man , with a very fair complexion , with graying red hair pulled back . His face is shaped fat and soft pear. His eyes are poached, and overweight , ransom social « success » seems to suffer every move … He wears a white together, mandarin collar and a purple scarf.

Tewfiq Baali stands to his right. To the left of the diplomat sits a girl frail body, which does not move, and that the head constantly lowered. All around , women laden with gold and jewels, the dresses very light and low-cut hair in a bun , face Stylish Men in white suits and butterfly knots .

All converge their eyes to the  » discovery  » of Ambassador : an unusual young man , the romantic air , which is not dressed with research, but is distinguished and  » held well at the table . » He seems to have attracted all the women who whisper them female confidences from confession to the passionate description daring , sometimes chuckling softly. Only one or two ladies seem to have caught his attention, both by their beauty, sensuality, but especially that lying to his left, to his circumspection and youth. Casually, he seems to have answered, but this place does not really deserves someone like him some attention …

Servers start with missionary , putting in his dishes highly refined dishes . Velvety veal , pizza with mushrooms, grilled scampi , breaded cutlet , Brussels sprouts salad mimosa, caramel custard , ice, fruit basket.

He observes the round. All these diplomats and their wives or collaborators working for their country. They easily kill father and mother for the triumph of the cause for which they were selected . Their companions découcheraient with the first comer , provided it is useful to « cause. » Behind their feigned happy, and the appearance of easy life they lead , hide fierce challenges and struggles sneaky slide for an international leadership and control over the coveted wealth.

If Tewfiq Baali had wanted to, thanks to the studies he has done, and brief visits to a few circles around power , seeking at the Institute of Political Economy young recruits for very specific positions , it would easily able to penetrate  » this world. » He could go to the Ecole Nationale d’ Administration , where he had received the written tests , and would know how to avoid the pitfalls of the oral test,  » neutralizing  » for psychological profiles such as his, to the chagrin of his father. He could take the examination secretaries and Plenipotentiary find « working » in an embassy as this one. None of it had interested him since he gradually understood the nature of the regime, its ins and outs her . It was just a dark running low works , whose star had faded in the eyes of his, and his halo tarnished towards his Creator. He would have found himself in a very painful inner loneliness …

In this  » chic Meeting » , held by the loving concern of an ambassador eager , probably with sincerity, simply extend the sphere of influence of his country, the only one who still has a little humanity is blonde and frail figure of his daughter , whose mother has died, tilting his head regularly and silently to his plate , without looking at anyone .

After dinner , guests are directed to a buffet presentations, reconciliations , reconciliations, agreements, reunions, projects, exchanges  » harmless  » cards , the trysts or commercial .

Tewfiq Baali follows behind the military attache , who speaks in a low voice with his ambassador. Comes time presentations, when diplomats come surround Mr Hamidou .

« Mr. Baali , a framework for passage, which comes from the mother country, simply said Bouzad , in lieu of the host. « 

This only heightens the mystery … Groups are formed, invite for champagne or treats . Tewfiq Baali approaches the windows to breathe some fresh air. He thought about how business get out of this « diplomatic quagmire » that dare not speak its name. He was soon followed by a gentleman with European features , which attempts to strike up a conversation .

 » I have not had the honor of being introduced to you , he said, handing him ipso facto his business card … Mr Hervé , First Secretary at the Embassy of Belgium, the diplomat added , with a slight nod .

– Very happy, Tewfiq Baali said , returning to groups , without revealing his name and function. « 

Mr Bouzad , who attended the scene, quickly intervenes , saying that the ambassador asks to speak to his guest, and apologizing to the diplomat.

« What you asked this gentleman says Bouzad between teeth, when they leave ?

– He introduced himself , presumably to strike up a conversation ? I give you his card, which I did not care …

– What did you say to him ?

– That I was delighted to know .

– And ?

– No more … I came to ask you for help, without giving him time to sharpen his arms …

– Okay, you learn fast! Go this way. Mr Hamidou wish to speak . « 

Tewfiq Baali goes to the balcony where his host, while the military attaché holds curious. Mr Hamidou immediately offered him a cigar , boasting its aroma and taste.

 » They are made with us, he said proudly.

– Thank you, I do not smoke , Excellency .

– Take it . Ye shall offer an amateur .

– Why not .

– I hope that you have eaten?

– Very .

– I saw that you did not finish your plate .

– I can not tell you! Your servers have fed me ! My compliments to the chef . It was exquisite.

– The butler had come to believe that you Sahel . Then he instructed the servers for you … spoil .

– Excuse the outfit. It went so fast Shyrta .

– You are just fine . Sometimes , wanting to do too much, it has the opposite effect . As these ladies too cutthroat .

– I would like , with your permission, to have .

– Already ? See , the evening has just begun!

– I have obligations. We have to leave before dawn to be on time.

– Remind me of your name . This is outrageous. Mr Bouzad told me about you, but I have no memory for names .

– Baali Excellence .

– You are Mr. Baali tout court here, is not it?

– Certainly. As I will leave immediately, it is better that I’m Mr. Nobody …

– And I want to receive news about our beloved country , the ambassador gently loose with a desolate mine ?

– ASK , I would say as much as possible to all your concerns. If it’s in my strings. But quickly.

– Tell me everything , added the diplomat , with mischievous eyes .

– Let’s see … The agricultural year is one of the most abundant long . Our national football team adds performance performance in his Asian tour . Our beaches are teeming with tourists. Our plants are running at full capacity. At the time I speak to you is to take place the inauguration of our dear president.

– This evening is precisely organized to celebrate this event. It is important that Western nations know that we have no lessons from anyone on democracy … And etiquette. « 

Tewfiq Baali did not comment following this statement, which reminds him of the sordid recent poll …

« Mr. Ambassador  » s seems to confuse democracy and political prestige, he thought … »

Mr Bouzad , erased but vigilant , do not seem to lose a single word of the conversation. Tewfiq Baali has the impression of seeing a well-trained stallion, but who knows when to throw his horse .

Ambassador chews with relish in his cigar , removing it from his mouth to greet with a slight bow , guests who come near .

 » Are you ever come to Carthago , Lieutenant?

– No. This is the first time.

– Beautiful country , is not it ?

– Very nice little country.

– What region are you, sir … avoid grades, is not it ? You will excuse . I ask this question without trying to stereotype you , as do many of our citizens.

– The Aurasis . I was born in Taxrit . As I have been born elsewhere. For intellectuals , it is not a reference .

– It is still a beautiful area , fierce and wild. I believe that the climate and terrain affect a bit on the character . The people of the coast you are surly and … some diplomats, do not you think ?

– Heum … It would be good for statistics , to know the number of people in my area who could go to work the barrier AE , cowardly host , so unexpected for itself already ! …

– Houu ! It is a taboo subject not to ask , Mr. Baali ! … But between us , I tell you it is not geographic location , but rather … coterie !

– I persist and sign, Excellency . Education and culture do not choose their camp. I’m talking about true values ​​, not pretense. My feeling is that people on the coast have quickly evil altitudes . They stun quickly in contact with pure air. And the mountain people , like me, do not like the clammy moisture. It irritates . You understand ?

– Very spiritual metaphor . I am of Oran , how am I to interpret without prejudice?

– Let’s say that every person in this country has a duty to reach out to others, to know them , understand their habits . Accept their differences .

– Certainly. What you say is true . I went once in your region during the war. You know Babar Tabergda ? And this wonderful track that descends to Khangat Sidi Nadji ?

– Yes , Your Excellency. I did this bike ride when I was in high school . With friends, we called the track side of the world . Erosion has carved it a monumental masterpiece mineral unfinished , in constant transformation.

– You like to paint?

– Yes. As well as classical music , culture, generally .

– And the story ?

– This is my favorite subject since a young age.

– Ahaa ? And why?

– Because it constantly reminds human stupidity .

– Ahaa ! Is this philosophical interpretation you the story? You have done extensive studies , judging by your rank and your culture?

– Studies , whatever .

– Graduated from college?

– Yes, Master .

– In ?

– Political Economy .

– Very interesting!

– Specialty ?

– International Economic Relations .

– Memory graduation ?

– The Maghreb trade relations with the European Economic Community .

– Hot Topic ! We do not have a lot of national studies on the subject.

– I made ​​a copy of my memory files of the Institute and another at the National Library .

– I would like to ask you a favor .

– Yes, if it is possible.

– If you could file a copy of your work to the Europe division of the Ministry of Foreign Affairs. The only studies available were made by Westerners. It is probably useful to have work done to this side of the Mediterranean?

– Paradoxically, for a serious approach to the subject, I went to Europe. European Commission and Parliament in Brussels . You can not do this work remotely.

– Yes, but I ‘m sure you’ve reached conclusions third world on this issue.

– I only recommended trade fair , equitable and sustainable . On the economic front , the Third World is a figment of the imagination of some of our leaders. Trade in finished and semi -finished going in a north -south flows and raw materials in the opposite direction. The unequal exchange that characterizes them is most often the result of third-world managers who do not know or do not want to defend the interests of their country.

– Who are defending their own interests, you mean.

– I do not want to be rude …

– All this is very interesting, not without embarrassment meets the diplomat. If there were not this … mission, I would not let you do . Do not forget to go to foreign affairs? I would phone your name to the director of the division. You see, it is a very intelligent gentleman . It might help you to continue your work after service.

– I would do it as soon as possible. I intend to take my leave to return from this mission.

– Look, here is my card. Do not hesitate to speak my name. You will more easily.

– Okay. Now I have to go, Excellency .

– Very well. Let me know after your military service. Wherever I am , send me a letter , recalling the interview. I could help you with your career. It will probably need someone like you in a European Chancery.

– We’ll see by then, Excellency .

– Goodbye , Mr. Baali . God bless you ! Welcome back !

– Goodbye , Mr. Ambassador . « 

Hamidou made ​​his little bow , become second nature before joining his peers. Bouzad takes over. It invites Tewfiq Baali at a small table in a secluded corner behind a column, on which is placed a service coffee and treats.

 » Take a seat , Lieutenant. Tea ?

– Willingly, but fast.

– Taste the baklava . They are delicious .

– Thank you, said the missionary , peering at his watch.

– What did you discuss with Mr. Hamidou said Bouzad ?

– In our country, its economic prospects. Everything except this mission.

– Perfect . I note , first, that you have chosen my recommendation , and deusio , our ambassador in only relates to its role of representation . « 

The groups meet or dissolve , according subtle diplomatic avatars, sipping cocktails an opulent buffet. The champagne flows . A gentle rocking a slow unfortunately overheated atmosphere . Women, who faces loaded with all kinds of makeup defeated by the heat, and his eyes heavy with kohl , to tell the latest gossip from the embassy district , with hilarious laughter. Men flatter their bets, and make them laugh by placing funny anecdotes. In fact, everything obeys ceremonial purposes decided elsewhere , in meeting rooms where moods are not over . It is for these diplomats to build alliances , to gather vital information on the markets to win , hinder offensive competition , giving generous subsidies to intermediaries in the spheres of decision … All this , not to mention highly strategic issues identified and localized , where death lurks around people too curious …

The only discordant note in this mishmash with predetermined codes is made , at the same time, presence , and absence. The presence of this mysterious guest that guests do not want to let go of a sole , which has , apparently , made ​​any  » key  » in a camp of forces configuration. And the absence of the daughter of the ambassador, forced to do honor to the table with his father, but did not consider it appropriate , given his young age, and her grief , be with the guests around the buffet.

Bouzad serves cup Tewfiq Baali and the gauge on all seams, frowning. Typically, military rather have inflamed eyes and momentum undertaking these evenings.

« What would make you happy , lieutenant, connects with perplexity military attache ?

– The letters I have to deliver to the authorities of the places where I have to take possession of cargo, object of this mission.

– It can wait until tomorrow . Enjoy some of your time here. Watch these beautiful women. There just waiting …

– I return to the office, Mr Bouzad . And I’m impatient. The main thing for me right now, it is … damn letters … You will excuse this language barracks … you wait to get back !

– Gossiping five minutes what. Be a little cool!

– This is a bad thing to be talkative in my case, my captain.

– Bravo, Lieutenant . I appreciate your insight. Though in diplomatic circles , namely chat is rather quality . Say things that make you laugh mundane , without ever revealing the essential …

– Luckily I do not have that extra insight. So you give me those letters?

– Where are you going , lieutenant, with these letters?

– Where they tell me the loading sites.

– Why do not you mention the country when you talk about places?

– Because they do not exist on my mission order. Moreover, under normal circumstances, I do not even like the decision.

– Excellent response . You have a special mission ! You do we discussed the nature of these loads ?

– No. I instructed the absolute prohibition to take cognizance of the goods.

– You know who it is for ?

– Mr Bouzad , voila you are now doing me interrogation in order. I am not under your orders. Therefore, I am not bound to answer your questions. I will go and ask Ambassador of me …

– Wait , Lieutenant. I ‘ve already said. Mr Hamidou is not in the scope of these cases.

– Let me finish my sentence … ! Allow me to take leave. We will wait for the convoy that you deign well you demonstrate while wiring tomorrow 8:00 in the 12th CA reasons for the delay.

– Come into my office . I defer you there, in discreetly. I ‘m sorry for having to bother you . My role here is to determine whether certain activities are shrouded in the utmost secrecy .

– I have not forced the doors this evening . It is you yourself who had asked me to attend.

– Yes, for the sake of His Excellency . I was pleased to note that you have your feet firmly on the ground . I ‘m delighted to know that law . I admire this quality in an officer of our glorious army . You are a Reservist , I think ?

– Yes. You knew from the beginning. Why does this matter now?

– These missions have been entrusted to a reservist .

– Is it visible if a grunt , I ask you?

– Unfortunately for the army , yes. You ‘re on the other side of the fence , as they say.

– What there is on the other side of the fence, Mr Bouzad ?

– Civil Life .

– That is to say ?

– The all- coming … The mundane … The common … Everything is passive !

– The diplomatic career is civil, Mr Bouzad ?

– Mmm … Yes and no.

– This is a kind of shadow army , is not it ?

– That you have questions now , Lieutenant.

– My letters … Is what we are going to your office, or yes .. m of ?

– Do not get angry and do not be rude, Mr. Baali , answered calmly military attache … Come on, he finally agrees after a moment of heavy silence, wrinkled forehead and even darker than mine its natural features. « 

Tewfiq Baali is relieved to leave this atmosphere of falsehood. His departure did not go unnoticed . One or two diplomats trying to intercept Bouzad for presentations. He waved them for later. Some guests begin a dance on a slow air . At the office, the military attaché attempts to resume a serious mine handing folds the Head of Mission , and said:

« You read along the way .

– Absolutely not, sir. I have read in your presence and you maintain any difficulties they may have on the timing of the mission.

– Congratulations , again , lieutenant ! You’re an officer cream! General Djellal knows how to choose his men !

– Here you flatter me now. Know that I have no confidence in you. In addition, your behavior will be cited in my mission report.

– Me, in your place, I would not have needed to happen. This does not prevent me from doing my job properly . « 

Tewfiq Baali open letters, one by one. They come from the Ministry of Armed and addressed staffs of the countries where the goods are to be removed . It puts folds into a pocket and clicks his heels . The captain did the same in the hard setting this time . A butler accompanies Tewfiq Baali to the steps .

Outside, the night is soft Carthago . The policeman on duty opened the big gate of the embassy in the Land Rover . Tewfiq Baali graduated with issue and decided to make a detour to the coast and the city center, before returning to the convoy.

Entry into a new world it usually provides a feeling of euphoria. This was not the case in this area. It is therefore with a sense of liberation he finds the open air of the cozy capital of this charming country. He drove at full speed under a light belt that must lead to Sidi Bou Said, and the marina of La Goulette. Couples walk peacefully in the gardens and walkways of a giant resort . Europeans are here as numerous as the indigenous peoples, including the German and Scandinavian , recognizable by the color of their hair ashy . Reaches the presidential palace, Arab- Turkish style. Sentinels Destourians to further scarlet red uniforms stand guard , armed with muskets period . Tewfiq Baali willingly lengthen this fat lawn, lovingly maintained, violet made ​​under the streetlights . He goes to the port, cut the contact edge of a marina dock and a few steps along the pier. Yachts with slender dancing silently in the basins . The salty air fills his lungs . He still felt like an intruder , even here . Certainly something in his approach , a detail in his clothes , a shadow in his eyes betray his membership in the world of people vaguely shady , fundamentally common , which certainly ignore the code attendance of these places , which are not entitled holidays … He finds a way to neutralize the unpleasant perception , ignoring these holidaymakers superbly connected , it is true , other values ​​, innocent , no doubt, animosity , malice or contempt against her …

« Such peace exists only in the dream, he said. « 

He is aware that dreams are ephemeral and that the reality of the military world would be borne , even heavier . He was born in another country, under other laws, with other customs. It must only carry out the mission entrusted to him. Obey other instructions. Salute leaders who do not even deserve to watch their side in the street. Snapping heels in the office. Subir possibly other punishments. Eat 5/5 of the Ordinary when the background balance by eye . Withstand the vagaries of his comrades, and they … hers. The most alluring dream he wants to do is the same as that of the Protestants who fled tyranny, after the revocation of the Edict of Nantes , crossing the Atlantic.

« They have not renounced their faith and principles , ‘he said. They went to other places , not necessarily warmer at first, but certainly promising. They founded the strongest and most prosperous countries on earth . A plural nation , tolerant , free, resistant nevertheless the mafia, the power of money, and all absolutism . « 

He returns to the city center illuminated by another highway that runs along the inland basins of the East Coast. He goes Avenue Supreme Fighter, at the entrance of the old colonial quarter , Empire style buildings , where there are the most beautiful illuminated windows of chic shops , representations of international companies , luxury hotels . The streets teem as day of a cosmopolitan crowd enjoyed ice terraces , or walking quietly on the center court , with children holding colorful beards monumental dad . The temptation is strong Baali Tewfiq park in the shadows of an alley near the covered market, and wander through the Bab el Medina to flow . It does not lack decide after consulting his watch.

 » The key is to go before midnight, like Cinderella , ‘he said, smiling with all his teeth … »

He exchanges a few tickets at a kiosk and bought some postcards . He noted that there is little corresponding to whom he decides to send these letters . The instructions are to avoid talking about this mission in the letters. Nothing prevents them from doing , not in scrawling a  » good memory  » on the front , not revealing his name. He wrote to his parents, Fouzya to Lindmans . Who else ? Certainly not Lacheraf …

Here, all the newspapers and magazines of the world come together freely on the fronts of kiosks. He buys Le Monde and L’Express. It grows up to the old town, with narrow streets rising , and beautiful antique doors, where tiny stalls of teeming oriental bazaar goods and articles of all kinds. The authorities have put the package to restore historical sites and urban living , without sacrificing junk. Traders are very dynamic. They would go up to a quarter of the price initially displayed to sell their wares . Almost all buyers know this and make interesting turning back , do not account making what tricks of legerdemain these intrepid book their vendors …

In a coppersmith , Tewfiq Baali chooses a small rectangular tray red copper, finely chopped , on which is engraved the following verse:

By the time

Man is indeed in loss,

Except those who believe and do good ,

And mutually recommend truth and patience.

 » Who do you want to dedicate said the artisan, pushing back a teapot ?

– To my mother.

– What relationship do you see between your mother and this verse, without being curious , he adds with perplexity , without raising his head ?

– Prayer, the search for truth , patience, practice good character traits are ubiquitous in and my mom goals. I would like him.

– God guard you , ‘said the old man by putting burn the epitaph chosen. And that God answers your expectations. This plateau, I offer .

– I can not accept .

– Take it, do me a favor . In life, there is not that trade matters. What you just said made ​​me feel cœur.moi I lost mine very young . I am happy to meet people who know the value .

– It’s really touching. You buy another one , then. With the same verse . You engrave in epitaph : An officer of the K74Y .

– Who do you offer this?

– In the home of the officers of a military academy .

– Excuse my curiosity. It’s all professional and allows me to anticipate the wishes of my clients … Which means that you can link with these officers?

– We have been crawling all up in the dust . But I think we do not have so far lost our bearings …

– In your accent, you do not seem to be here, says the architect , who guessed its origin.

– No matter where I am . Accept me as your brother religion. Or just as your very short human brother. « 

Afterwards, Tewfiq Baali goes up Djamae Ezzitouna , mecca , with Kairouan, the Muslim civilization in North Africa. There emerged generations of scholars , teachers and lawyers, Tolbas , including his two grandfathers.

It still lingers some time in the souk in the Medina , where he bought a beautiful abaya genuine leather , two white blouses Saharan very airy, traditional harem pants in gray cloth , a pair of sunglasses, and a light blue gandoura , before returning to the convoy .

Driving, shaking his right knee , a sign of suppressed anger . He would never have accepted the invitation to the embassy. This world is not his. A Mezghena throughout the duration of his studies, he did everything to avoid the nomenklatura …

« The military attaché had the starring role as a provider of funds, he told himself . He strove to play heartthrob spy with me … So he had a lot to do in this area with other guests, who excel in this art … « 

Arrived in convoy Tewfiq Baali makes it a point of honor to climb the steps of the truck to see if all the men returned , ask them their impressions of this welcoming city, or only gauge their state of mind. They are satisfied with their stay at Carthago , and bought lots of souvenirs for their families. This first part of the trip seems to take place under good auspices , or at least hassle . It is true that the mission has not yet taken possession of its load .

Everyone is back except Nabil Farouk Shawki and Zaid . He could have sworn ! He continues to worry for them, but much less than if they had gone to the embassy. Bouzad have the quite knocked out …

He found Sergeant Fahd in the jeep , glued to a radio station miniature ear. A very friendly , educated and dedicated young man.

« So, Mouloud . You ‘re moping here while we were in the java Carthago ?

– Not at all . It would have been too stupid not to let others enjoy. I am born here, and the city now has no more attraction for me .

– You still have family here ?

– No. Friends only.

– You can go now , I notice you.

– No question. If I show the nose to the neighborhood of my childhood , it will not let me . You will then have a deserter tomorrow.

– Take with you the three guys from the first quarter . They will be instructed to leave an inch and bring you back by the scruff of the neck before dawn do not you.

– Anyway , I intend to go to reapply Nabil Farouk and to the stroke of midnight . I refused to leave their jeep. They would have made a killing . I know what night club they went.

– Provided they have not changed place , and have not caused a diplomatic incident.

– I think not. Farouk knows his limits . And the people of this country know defuse all the bombs …

– OK. Have fun . Here, I offer you this cigar . « 

Tewfiq Baali gets into his sleeping on the roof of the Land Rover , with a luggage rack with very high sides . He laments not being able to get his mother on the phone . The army is trying to suck like a leech , while trying to move it away from its bearings. His eyelids close. He renounces await the return of revelers .

—————————-

Chapitre   Deux

 

De hautes fenêtres ouvertes sur une immense salle à manger laissent pénétrer une tiède brise de mer. Des chandeliers en cuivre ciselé éclairent une table en U sur laquelle court une nappe blanche et où sont disposés des couverts écussonnés à la fleur de lys, des verres en cristal et des ustensiles en argent.

Le dîner est présidé par Son Excellence, Mr Hamidou. Un petit homme obèse, au teint très clair, aux cheveux roux grisonnants tirés en arrière. Son visage est en forme de poire grasse et molle. Ses yeux sont pochés, et son embonpoint, rançon de la «réussite» sociale, semble le faire souffrir à chaque geste… Il porte un ensemble blanc, au col Mao, et un foulard mauve.

Tewfiq Baali se tient à sa droite. A la gauche du diplomate est assise une jeune fille au corps frêle, qui ne bouge pas, et qui a la tête constamment baissée. Tout autour, des femmes chargées d’or et de pierreries, aux robes de soirée très légères et décolletées, les cheveux relevés en chignon, font face à des hommes élégants, en costumes blancs et nœuds de papillon.

Tous convergent de leurs regards vers la «trouvaille» de Monsieur l’Ambassadeur : un jeune homme atypique, à l’air romantique, qui n’est pas habillé avec recherche, mais qui est distingué et «qui se tient bien à table». Il semble avoir séduit toutes les femmes, qui se chuchotent entre elles des confidences féminines allant de l’aveu passionné à la description osée, en gloussant parfois doucement. Une ou deux dames seulement semblent avoir attiré son attention, tout aussi bien par leur beauté, leur sensualité, mais surtout celle se trouvant à sa gauche, pour sa circonspection et sa jeunesse. Mine de rien, il semble avoir du répondant, mais cet endroit ne mérite pas vraiment pas que quelqu’un comme lui s’y attarde…

Les serveurs commencent par le missionnaire, en mettant dans ses assiettes des mets très raffinés. Velouté de veau, pizza aux champignons, langoustines grillées, escalope panée, choux de Bruxelles, salade mimosa, flan caramel, glace, corbeille de fruits.

Il observe le tour de table. Tous ces diplomates accompagnés de leurs épouses ou collaboratrices travaillent pour leur pays. Ils tueraient facilement père et mère pour le triomphe de la cause pour laquelle ils ont été choisis. Leurs compagnes découcheraient avec le premier venu, pourvu qu’il soit utile à la «cause». Derrière leur air faussement heureux, et l’apparence de vie facile qu’ils mènent, se cachent de féroces enjeux et de sournoises luttes de coulisse, pour un leadership international et la mainmise sur des richesses convoitées.

Si Tewfiq Baali l’avait voulu, grâce aux études qu’il a faites, et à la brève fréquentation de quelques cercles autour du pouvoir, qui cherchaient à l’Institut d’économie Politique de jeunes recrues pour des postes très particuliers, il aurait aisément pu pénétrer «ce monde». Il aurait pu aller à l’Ecole Nationale d’Administration où il avait été reçu aux épreuves écrites, et aurait su comment déjouer les pièges de l’épreuve orale, «neutralisante» pour des profils psychologiques tels que le sien, au grand dam de son père. Il aurait pu passer le concours des secrétaires plénipotentiaires et se retrouver «travaillant» dans une ambassade telle que celle-ci. Rien de tout cela ne l’avait intéressé, car il avait progressivement compris la nature du régime, ses tenants et ses aboutissants. Il aurait été tout simplement un exécutant ténébreux de basses œuvres, dont l’étoile aurait pâli aux yeux des siens, et son auréole ternie vis à vis de son Créateur. Il se serait retrouvé dans une solitude intérieure bien douloureuse…

Dans cette «chic assemblée», réunie grâce à la bienveillante sollicitude d’un ambassadeur désireux, sans doute avec sincérité, simplement d’étendre la sphère d’influence de son pays, le seul être qui garde encore un peu d’humanité est la blonde et frêle silhouette de sa fille, dont la mère est décédée, inclinant régulièrement et silencieusement sa tête vers son assiette, sans regarder personne.

Après le dîner, les invités sont dirigés vers un buffet pour des présentations, des rapprochements, des réconciliations, des ententes, des retrouvailles, des projets, des échanges «anodins» de cartes de visite, des rendez-vous galants ou commerciaux.

Tewfiq Baali suit en retrait l’attaché militaire, qui s’entretient à voix basse avec son ambassadeur. Arrive le moment des présentations, lorsque les diplomates viennent entourer Mr Hamidou.

«Mr Baali, un cadre de passage, qui nous vient de la mère patrie, dit simplement Bouzad, au lieu et place de l’hôte.»

Ce qui ne fait qu’accentuer le mystère… Les groupes se forment, s’invitent pour du champagne ou des friandises. Tewfiq Baali se rapproche des fenêtres, pour humer un peu d’air frais. Il réfléchit à la manière de se tirer d’affaires de ce «bourbier diplomatique» qui ne dit pas son nom. Il est bientôt suivi par un monsieur aux traits européens, qui tente de lier conversation.

«Je n’ai pas eu l’honneur de vous être présenté, dit-il, en lui remettant ipso facto sa carte de visite… Mr Hervé, premier secrétaire à l’Ambassade de Belgique, ajoute le diplomate, avec un léger geste de la tête.

– Très heureux, dit Tewfiq Baali, en revenant vers les groupes, sans décliner son nom et sa fonction.»

Mr Bouzad, ayant suivi la scène, intervient vite, prétextant que monsieur l’ambassadeur demande à parler à son invité, et en s’excusant auprès du diplomate.

«Que vous a demandé ce monsieur, dit entre les dents Bouzad, lorsqu’ils s’éloignent ?

– Il s’est présenté, sans doute pour lier conversation ? Je vous remets sa carte, dont je n’ai rien à foutre…

– Que lui avez-vous répondu ?

– Que j’étais ravi de le connaître.

– Et ?

– Sans plus… Je suis revenu vers vous pour demander secours, sans lui laisser le temps d’affûter ses armes…

– Parfait, vous apprenez vite ! Allez de ce côté. Mr Hamidou désire vous parler.»

Tewfiq Baali va vers le balcon où se trouve son hôte, tandis que l’attaché militaire retient le curieux. Mr Hamidou lui offre d’emblée un cigare, en vantant son arôme et goût.

«Ils sont faits chez nous, dit-il fièrement.

– Merci, je ne fume pas, Excellence.

– Prenez-le. Vous l’offrirez à un amateur.

– Pourquoi pas.

– J’espère que vous avez bien mangé ?

– Très.

– J’ai vu que vous n’avez pas fini vos assiettes.

– Je ne vous dis pas ! Vos serveurs m’ont gavé ! Mes compliments au chef. C’était exquis.

– Le maître d’hôtel a dû croire que vous veniez du Sahel. Alors, il a donné instruction aux serveurs pour vous… gâter.

– Vous excuserez la tenue. On est parti si vite de Shyrta.

– Vous êtes très bien comme ça. Parfois, en voulant trop faire, on produit l’effet contraire. Comme ces dames trop fardées.

– J’aimerai, avec votre permission, pouvoir disposer.

– Déjà ? Voyons, la soirée vient à peine de commencer !

– J’ai des obligations. Nous devons partir avant l’aube pour être dans les temps.

– Rappelez-moi votre nom. C’est scandaleux. Mr Bouzad m’a parlé de vous, mais je n’ai pas la mémoire des noms.

– Baali, Excellence.

– Vous êtes Mr Baali tout court ici, n’est-ce pas ?

– Certainement. Comme je vais partir immédiatement, il est préférable que je sois Monsieur Personne…

– Et moi qui voulais avoir des nouvelles de notre cher pays, lâche mollement l’ambassadeur, avec une mine désolée ?

– Questionnez, je répondrais autant que possible à toutes vos préoccupations. Si c’est dans mes cordes. Mais rapidement.

– Dites-moi tout, ajoute le diplomate, avec des yeux malicieux.

– Voyons… L’année agricole est l’une des plus abondantes depuis longtemps. Notre équipe nationale de football ajoute performance sur performance dans sa tournée asiatique. Nos plages grouillent de vacanciers. Nos usines tournent à plein rendement. À l’heure où je vous parle doit se dérouler la cérémonie d’investiture de notre cher président.

– Cette soirée est justement organisée pour fêter cet événement. Il faut que les nations occidentales sachent que nous n’avons de leçon à recevoir de personne en matière de démocratie… Et de savoir-vivre.»

Tewfiq Baali ne fait pas de commentaire, suite à cette affirmation, qui lui rappelle le sordide scrutin récent…

«Monsieur l »ambassadeur semble confondre démocratie et politique de prestige, se dit-il…»

Mr Bouzad, effacé mais vigilant, ne semble pas perdre un seul mot de la conversation. Tewfiq Baali a l’impression de voir un étalon bien dressé, mais qui sait quand il faut désarçonner sa monture.

L’ambassadeur mordille avec délectation dans son cigare, en le retirant de sa bouche pour saluer avec une légère révérence, les invités qui s’approchent à proximité.

«Etes-vous déjà venu à Carthago, lieutenant ?

– Non. C’est la première fois.

– Beau pays, n’est-ce pas ?

– Très joli petit pays.

– De quelle région êtes-vous, monsieur… évitons les grades, n’est-ce pas ? Vous excuserez. Je pose cette question sans tenter de vous stéréotyper, comme le font beaucoup de nos concitoyens.

– Des Aurasis. Je suis né à Taxrit. Comme j’aurai pu naître ailleurs. Pour des intellectuels, ce n’est pas une référence.

– C’est tout de même une belle région, farouche et sauvage. Je suis d’avis que le climat et le relief influent un peu sur le caractère. Les gens de la côte vous trouvent revêches et… peu diplomates, vous ne croyez pas ?

– Heum…Il serait bon, en matière de statistiques, de connaitre le nombre des habitants de ma région qui ont pu passer à l’emploi la barrière des A-E, lâche l’hôte, de manière insoupçonnée déjà pour lui-même!…

– Houu ! C’est une question taboue à ne pas poser, Mr Baali!… Mais, entre-nous, je vous dirai qu’il ne s’agit pas de localisation géographique, mais plutôt de… coterie !

– Je persiste et signe, Excellence. L’éducation et la culture ne choisissent pas leur camp. Je parle des vraies valeurs, pas des faux-semblants. Mon sentiment est que les gens de la côte ont rapidement le mal des altitudes. Ils s’étourdissent vite au contact de l’air pur. Et les gens des montagnes, comme moi, n’aiment pas la moiteur de l’humidité. Ça les énerve. Vous comprenez ?

– Très spirituel, cette métaphore. Moi qui suis d’Ouahran, comment vais-je pouvoir interpréter sans préjugé ?

– Disons que chaque habitant de ce pays a le devoir de se rapprocher des autres, pour mieux les connaître, comprendre leurs mœurs. Accepter leurs différences.

– Certainement. Ce que vous dites est vrai. Je suis passé une fois dans votre région durant la guerre. Vous connaissez Babar, Tabergda ? Et cette merveilleuse piste qui descend jusqu’à Khangat Sidi Nadji ?

– Oui, Excellence. J’ai fait ce circuit à vélo lorsque j’étais au lycée. Avec des amis, nous l’avons surnommée la piste du bout du monde. L’érosion y a sculpté un monumental chef d’œuvre minéral inachevé, en constante transformation.

– Vous aimez la peinture ?

– Oui. Ainsi que la musique classique, la culture, d’une manière générale.

– Et l’histoire ?

– C’est ma matière préférée, depuis le jeune âge.

– Ahaa ? Et pourquoi donc ?

– Parce qu’elle rappelle sans cesse la bêtise humaine.

– Ahaa ! Est-ce là l’interprétation philosophique que vous avez de l’histoire ? Vous avez fait des études poussées, si j’en juge par votre grade et votre culture ?

– Des études, quoi.

– Diplômé de l’université ?

– Oui, un Master.

– En ?

– Economie politique.

– Très intéressant !

– Spécialité ?

– Relations économiques internationales.

– Mémoire de fin d’études ?

– Les relations commerciales du Maghreb avec la Communauté économique Européenne.

– Sujet d’actualité ! Nous ne disposons pas de beaucoup d’études nationales en la matière.

– J’ai déposé une copie de mon mémoire au fonds documentaire de l’Institut, et une autre à la Bibliothèque Nationale.

– J’aimerai vous demander un service.

– Oui, si c’est possible.

– Si vous pouviez déposer une copie de votre travail à la division Europe du Ministère des Affaires Etrangères. Les seules études dont nous disposons ont été faites par des occidentaux. C’est sans doute intéressant d’avoir des travaux faits de ce côté-ci de la Méditerranée ?

– Paradoxalement, pour une approche sérieuse de ce sujet, je suis allé en Europe. Parlement Européen et Commission à Bruxelles. On ne peut pas faire ce travail à distance.

– Oui, mais je suis sûr que vous avez abouti à des conclusions tiers-mondistes sur cette question.

– J’ai seulement recommandé des échanges justes, équitables et durables. Sur le plan économique, le Tiers-monde est une vue de l’esprit chez certains de nos dirigeants. Les échanges de produits finis et semi-finis vont dans un flux Nord-sud et les matières premières dans le sens contraire. L’échange inégal qui les caractérise est le plus souvent le fait de gestionnaires tiers-mondistes qui ne savent pas ou ne veulent pas défendre les intérêts de leurs pays.

– Qui défendent leurs propres intérêts, vous voulez dire.

– Je ne voulais pas être impoli…

– Tout ça est très intéressant, répond non sans gêne le diplomate. S’il n’y avait pas cette… mission, je ne vous aurais pas lâché. Vous n’oublierez pas de passer aux affaires étrangères ? Je téléphonerais votre nom au directeur de la division. Vous verrez, c’est un monsieur très intelligent. Il pourrait vous aider à poursuivre vos travaux après le service.

– Je le ferais dès que possible. Je compte prendre mon congé au retour de cette mission.

– Tenez, voila ma carte de visite. N’hésitez pas à parler en mon nom. On vous recevra plus facilement.

– D’accord. Maintenant, je dois partir, Excellence.

– Très bien. Faites-moi signe à l’issue de votre service militaire. Où que je sois, envoyez-moi une lettre, en rappelant cette entrevue. Je pourrais vous aider pour votre carrière professionnelle. On aura sans doute besoin de quelqu’un comme vous dans une chancellerie européenne.

– On verra bien d’ici là, Excellence.

– Au revoir, Mr Baali. Que Dieu vous garde ! Bon retour !

– Au revoir, Monsieur l’Ambassadeur.»

Hamidou fait sa petite révérence, devenue comme une seconde nature, avant de rejoindre ses pairs. Bouzad prend le relais. Il invite Tewfiq Baali à une petite table, dans un coin retiré derrière une colonne, sur laquelle est posé un service à café et des friandises.

«Prenez place, lieutenant. Un thé ?

– Volontiers, mais vite.

– Goûtez à ces baklavas. Elles sont délicieuses.

– Merci, dit le missionnaire, en scrutant sa montre.

– De quoi avez-vous parlé avec Mr Hamidou, dit Bouzad ?

– De notre pays, de ses perspectives économiques. De tout, sauf de cette mission.

– Parfait. Je constate, primo, que vous avez retenu ma recommandation ; et de deusio, que notre ambassadeur s’en tient uniquement à son rôle de représentation.»

Les groupes se réunissent ou se dissolvent, au gré de subtils avatars diplomatiques, en dégustant les cocktails d’un buffet opulent et varié. Le champagne coule à flot. Un doux slow berce une atmosphère malheureusement surchauffée. Les femmes, qui ont les visages chargés de toutes sortes de maquillages défaits par la chaleur, et les yeux alourdis de khôl, se racontent les derniers potins du quartier des ambassades, avec des rires désopilants. Les hommes les flattent pour leurs mises, et les font rire en plaçant des anecdotes drôles. En fait, tout ce cérémonial obéit à des buts décidés ailleurs, dans des salles de réunion où les états d’âme n’ont pas cours. Il s’agit pour ces diplomates de nouer des alliances, de récolter des informations capitales sur les marchés à décrocher, d’entraver les offensives de la concurrence, en accordant de généreux subsides aux intermédiaires dans les sphères de décision… Tout cela, sans parler des questions éminemment stratégiques définies et localisées, où la mort rode autour des gens trop curieux…

La seule note discordante dans ce méli-mélo aux codes préétablis est constituée, en même temps, par une présence, et une absence. La présence de ce mystérieux invité que ses hôtes ne veulent pas lâcher d’une semelle, et qui n’a, semble-t-il, opéré à aucune «touche» dans un des camps des forces en configuration. Et l’absence de la fille de l’ambassadeur, contrainte de faire honneur à la table de son père, mais qui n’a pas estimé convenable, vu son jeune âge, et son deuil, de tenir compagnie aux invités autour du buffet.

Bouzad sert une tasse à Tewfiq Baali et le jauge sur toutes ses coutures, en fronçant les sourcils. D’ordinaire, les militaires ont plutôt des regards enflammés et un élan entreprenant à ces soirées.

«Qu’est-ce qui vous ferait plaisir, lieutenant, enchaîne avec perplexité l’attaché militaire ?

– Les lettres que je dois remettre aux autorités des lieux où je dois prendre possession des chargements, objet de cette mission.

– Ça peut attendre jusqu’à demain. Profitez un peu de votre séjour ici. Regardez ces belles femmes. Il y en a qui ne demandent qu’à…

– Je reviens à la charge, Mr Bouzad. Et je m’impatiente. L’essentiel pour moi, en ce moment, ce sont les … foutues lettres … Vous excuserez ce langage de caserne…  que vous tardez à me remettre !

– Bavardons cinq minutes, quoi. Soyez un peu cool !

– C’est un vilain défaut d’être bavard dans mon cas, mon capitaine.

– Bravo, lieutenant. J’apprécie votre perspicacité. Quoique dans les milieux diplomatiques, savoir bavarder est plutôt une qualité. Dire des choses banales qui font rire, sans jamais révéler l’essentiel…

– Je n’ai heureusement pas cette extra lucidité. Alors, vous me les donnez ces lettres ?

– Vous allez où, lieutenant, avec ces lettres ?

– Là où elles m’indiqueront les lieux de chargement.

– Pourquoi vous ne citez-vous pas les pays, lorsque vous parlez des lieux ?

– Parce qu’ils n’existent pas sur mon ordre de mission. Du reste, en temps normal, je n’aime même pas les prononcer.

– Excellente réponse. Vous êtes un as des missions spéciales ! Vous a-t-on parlé de la nature de ces chargements ?

– Non. J’ai pour consigne l’interdiction absolue de prendre connaissance de la marchandise.

– Vous savez à qui elle est destinée ?

– Mr Bouzad, voila que vous êtes maintenant en train de me faire subir un interrogatoire en règle. Je ne suis pas sous vos ordres. Par conséquent, je ne suis pas tenu de répondre à vos questions. Je vais de ce pas demander à monsieur l’ambassadeur de me…

– Attendez, lieutenant. Je vous l’ai déjà dit. Mr Hamidou n’est pas dans le coup de ces affaires.

– Laissez-moi terminer ma phrase !… De me permettre de prendre congé. Nous attendrons au convoi que vous daignez bien vous manifester, tout en câblant dès demain 08 heures au 12ème CA les raisons de notre retard.

– Allons dans mon bureau. Je vous les remettrais là-bas, en toute discrétion. Je suis navré d’avoir eu à vous importuner. Mon rôle ici est de constater si certaines activités sont entourées du secret le plus absolu.

– Je n’ai pas forcé les portes de cette soirée. C’est vous-même qui m’aviez prié d’y assister.

– Oui, par égard à Son Excellence. J’ai eu plaisir à constater que vous avez les pieds bien sur terre. Je ne manquerais pas de le faire savoir à qui de droit. J’admire cette qualité chez un officier de notre glorieuse armée. Vous êtes réserviste, il me semble ?

– Oui. Vous le saviez dès le début. Pourquoi cette question maintenant ?

– Ces missions n’ont jamais été confiées à un réserviste.

– Est-ce si visible que ça, un bidasse, je vous le demande ?

– Malheureusement pour l’armée, oui. Vous êtes de l’autre côté de la barrière, comme on dit.

– Qu’est-ce qu’il y a de l’autre côté de la barrière, Mr Bouzad ?

– La vie civile.

– C’est à dire ?

– Le tout-venant… Le banal… Le commun… Tout ce qui est passif !

– La carrière diplomatique, c’est civil, Mr Bouzad ?

– Mmm… Oui et non.

– C’est une sorte d’armée de l’ombre, n’est-ce pas ?

– Voila que vous posez des questions maintenant, lieutenant.

– Mes lettres… Est-ce que nous allons à votre bureau, oui ou m..de ?

– Ne vous fâchez pas, et ne soyez pas grossier, monsieur Baali, répond calmement l’attaché militaire… Allons-y, consent-il finalement après un moment de lourd silence, le front ridé et les traits encore plus sombres que sa mine naturelle.»

Tewfiq Baali est soulagé de quitter cette atmosphère de fausseté. Son départ ne passe pas inaperçu. Un ou deux diplomates tentent d’intercepter Bouzad pour des présentations. Il leur fait signe pour plus tard. Quelques convives entament une danse sur un air de slow. Au bureau, l’attaché militaire tente de reprendre une mine sérieuse en remettant les plis au chef de mission, et lui dit :

«Vous les lirez en cours de route.

– Absolument pas, mon capitaine. Je dois les lire en votre présence et vous entretenir des difficultés éventuelles qu’elles pourraient avoir sur le timing de la mission.

– Bravo, encore une fois, lieutenant ! Vous êtes une crème d’officier ! Le Général Djellal sait choisir ses hommes !

– Voila que vous me flattez, maintenant. Sachez que je n’ai aucune confiance en vous. De plus, votre comportement sera cité dans mon rapport de mission.

– Moi, à votre place, je n’aurai pas eu besoin d’en arriver là. Cela ne m’empêchera pas de faire convenablement mon travail.»

Tewfiq Baali ouvre les lettres, une à une. Elles émanent du Ministère des Armées et sont adressées aux états-majors des pays d’où doivent être enlevées les marchandises. Il met les plis dans une poche et claque les talons. Le capitaine fait de même, en le fixant durement cette fois. Un majordome raccompagne Tewfiq Baali jusqu’au perron.

Dehors, la nuit de Carthago est douce. Le policier en faction ouvre le grand portail de l’ambassade à la Land-rover. Tewfiq Baali en sort avec délivrance et décide de faire un crochet par la côte et le centre ville, avant de revenir au convoi.

Son entrée dans un univers nouveau lui procure d’ordinaire une sensation d’euphorie. Cela n’a pas été le cas dans cet endroit. C’est donc bien avec un sentiment de libération qu’il retrouve l’air libre de la capitale accueillante de ce charmant pays. Il fonce à toute allure sous une ceinture lumineuse qui doit le mener jusqu’à Sidi Bou Saïd, et au port de plaisance de La Goulette. Des couples se promènent en toute quiétude dans les jardins et les allées d’un complexe touristique géant. Les européens sont ici aussi nombreux que les autochtones, notamment les allemands et les scandinaves, reconnaissables à la couleur cendrée de leurs cheveux. Arrive le palais présidentiel, de style arabo-turc. Des factionnaires [1]destouriens aux amples uniformes rouges écarlates montent la garde, armés de mousquetons d’époque. Tewfiq Baali s’allongerait volontiers sur cette grasse pelouse, amoureusement entretenue, rendue violette sous les lampadaires. Il va au port, coupe le contact en bordure d’un quai de la marina et fait quelques pas le long de la jetée. Des yachts aux formes élancées dansent silencieusement dans les bassins. L’air iodé lui remplit les poumons. Il a tout de même l’impression d’être un intrus, même ici. Certainement que quelque chose dans sa démarche, un détail dans ses habits, une ombre dans son regard, trahissent son appartenance au monde des gens vaguement louches, foncièrement communs, qui ignorent assurément le code de fréquentation de ces lieux, qui n’ont pas droit aux vacances… Il trouve le moyen de neutraliser cette perception désagréable, en ignorant superbement ces estivants branchés, il est vrai, sur d’autres valeurs, innocents, sans doute, de toute animosité, malveillance ou mépris à son endroit…

«Une telle tranquillité n’existe que dans le rêve, se dit-il.»

Il a conscience que les songes sont éphémères et que la réalité de son univers militaire reviendrait à la charge, plus pesante encore. Il est né dans un autre pays, sous d’autres lois, avec d’autres mœurs. Il lui faut seulement accomplir la mission qui lui a été confiée. Obéir à d’autres instructions. Saluer des chefs qui ne méritent même pas qu’on regarde de leur côté dans la rue. Claquer des talons dans les bureaux. Subir éventuellement d’autres punitions. Manger le 5/5 de l’Ordinaire lorsque la solde fond à vue d’œil. Supporter les errements de ses camarades, et eux… les siens. Le rêve le plus séduisant qu’il voudrait faire est le même que celui de ces Protestants qui ont fui la tyrannie, après la révocation de l’édit de Nantes, en traversant l’Atlantique.

«Eux n’ont pas renié leur foi et leurs principes, se dit-il. Ils sont partis vers d’autres cieux, pas forcément plus cléments au début, mais certainement prometteurs. Ils ont fondé le pays le plus puissant et le plus prospère de la terre. Une nation plurielle, tolérante, libre, qui résiste malgré tout à la mafia, au pouvoir de l’argent, et à tous les absolutismes.»

Il revient vers le centre-ville par une autre autoroute illuminée qui longe les bassins intérieurs de la côte Est. Il remonte l’Avenue du [2]Combattant Suprême, à l’entrée de l’ancien quartier colonial, aux bâtiments style Empire, là où se trouvent les plus belles vitrines illuminées de magasins chics, les représentations de firmes internationales, les hôtels de luxe. Les rues grouillent comme en plein jour d’une foule cosmopolite qui déguste des glaces aux terrasses, ou se promène tranquillement sur le court central, avec des enfants qui tiennent de monumentales barbes à papa colorées. La tentation de Tewfiq Baali est forte de stationner dans la pénombre d’une ruelle, près du marché couvert, et de déambuler parmi ce flot jusqu’à Bâb el Medina. Ce qu’il ne manque pas de décider après la consultation de sa montre.

«L’essentiel est de rentrer avant minuit, comme Cendrillon, se dit-il en souriant de toutes ses dents…»

Il fait le change de quelques billets dans un kiosque et achète quelques cartes postales. Il constate qu’il y a peu de correspondants à qui il déciderait d’envoyer ces missives. Les consignes sont d’éviter de parler de cette mission dans les lettres. Rien ne l’empêche de le faire, en ne gribouillant qu’un «bon souvenir» au recto, en ne divulguant que son prénom. Il écrit à ses parents, à Fouzya, à Lindmans. A qui d’autre ? Certainement pas à Lacheraf…

Ici, tous les journaux et revues du monde se côtoient en toute liberté sur les devantures des kiosques. Il achète Le Monde et L’Express. Il pousse jusqu’à la vieille ville, aux ruelles étroites montantes, et aux très belles portes d’époque, où les minuscules échoppes du bazar oriental regorgent marchandises et d’articles de toutes sortes. Les autorités ont mis le paquet pour restaurer les sites historiques classés et le cadre de vie urbain, sans sacrifier aux vieilleries. Les commerçants sont très dynamiques. Ils iraient jusqu’au quart du prix affiché initialement pour vendre leurs articles. Presque tous les acheteurs le savent et font les intéressants en tournant le dos, ne se rendant pas compte quels tours de passe-passe leur réservent ces vendeurs intrépides…

Chez un dinandier, Tewfiq Baali choisit un petit plateau rectangulaire en cuivre rouge, finement ciselé, sur lequel est gravé le verset suivant :

[3]Par l’époque,

L’homme est en vérité en perdition,

Sauf ceux qui ont la foi, et font le bien,

Et se recommandent mutuellement vérité et patience.

«A qui voulez-vous le dédicacer, dit l’artisan, en train de repousser une théière ?

– A ma mère.

– Quel lien faites-vous entre votre mère et ce verset, sans être curieux, ajoute-t-il avec perplexité, sans lever la tête ?

– La prière, la recherche de la vérité, la patience, la pratique du bien, sont des traits de caractère et des buts omniprésents chez ma maman. Je voudrais lui ressembler.

– Dieu vous la garde, dit le vieil homme en se mettant à graver l’épitaphe choisie. Et que Dieu exauce vos espérances. Ce plateau, je vous l’offre.

– Je ne peux accepter.

– Prenez-le, faites-moi plaisir. Dans la vie, il n’y a pas que le commerce qui compte. Ce que vous venez de dire m’a fait chaud au cœur.moi, j’ai perdu très jeune la mienne. Je suis heureux de rencontrer les gens qui en connaissent la valeur.

– C’est vraiment touchant. Vous en achète un autre, alors. Avec le même verset. Vous graverez en épitaphe : Un officier de la K74Y.

– A qui voulez-vous l’offrir, celui-là ?

– Au foyer des officiers d’une académie militaire.

– Vous excuserez ma curiosité. Elle est toute professionnelle et me permet ainsi de devancer les desiderata de ma clientèle… Quel lien fait vous donc avec ces officiers ?

– On nous a fait ramper ensemble jusqu’à en mordre la poussière. Mais je crois que nous n’avons pas pour autant perdu nos repères…

– A votre accent, vous ne semblez pas être d’ici, dit l’artisan, qui a sans doute deviné son origine.

– Peu importe d’où je viens. Acceptez-moi comme votre frère de religion. Ou tout simplement comme votre frère humain tout court.»

Après quoi, Tewfiq Baali monte jusqu’à [4]Djamae Ezzitouna, haut lieu, avec Kairouan, de la civilisation arabo-musulmane en Afrique du Nord. De là sont sortis des générations d’exégètes, d’enseignants et de juristes, de Tolbas, dont ses deux grand-pères.

Il traîne encore quelque temps dans le souk de la Medina, où il achète une belle [5]abaya en cuir véritable, deux chemisettes sahariennes blanches très aérées, un sarouel traditionnel en toile grise, une paire de lunettes de soleil, et une [6]gandoura bleu-clair, avant de revenir vers le convoi.

En conduisant, son genou droit tremble, signe d’une colère contenue. Il n’aurait jamais dû accepter l’invitation à l’ambassade. Ce monde-là n’est pas le sien. A Mezghena, pendant toute la durée de ses études, il a tout fait pour éviter la nomenklatura…

«L’attaché militaire avait le beau rôle de pourvoyeur de fonds, se dit-il. Il s’évertuait à jouer au tombeur d’espion avec moi… Alors qu’il avait fort à faire en la matière avec d’autres convives, qui excellent dans cet art…»

Arrivé au convoi, Tewfiq Baali se fait un point d’honneur de monter les marchepieds des camions, pour voir si tous les hommes sont revenus, leur demander leurs impressions sur cette ville accueillante, ou seulement jauger leur état d’esprit. Ils sont satisfaits de leur séjour à Carthago, et ont acheté plein de souvenirs à leurs familles. Cette première partie du voyage semble se dérouler sous de bons auspices, ou du moins sans tracas. Il est vrai que la mission n’a pas encore pris possession de son chargement.

Tout le monde est rentré, sauf Nabil Chawki et Farouk Zaïd. Il l’aurait juré ! Il continue de se faire de souci pour eux, mais bien moins que s’ils étaient partis à l’ambassade. Bouzad les aurait tout à fait mis hors de combat…

Il trouve le Sergent Fahd dans la jeep, l’oreille collée à un poste-radio miniature. Un très sympathique, éduqué et dévoué jeune homme.

«Alors, Mouloud. Tu t’es morfondu ici alors que nous faisions la java dans Carthago ?

– Pas du tout. C’aurait été trop bête de ne pas laisser les autres en profiter. Moi, je suis né ici, et la ville n’a maintenant plus aucun attrait pour moi.

– Tu as encore de la famille ici ?

– Non. Des amis seulement.

– Tu peux partir maintenant, je te relève.

– Pas question. Si je montre le bout du nez au quartier de mon enfance, on ne me lâchera pas. Vous aurez alors un déserteur demain.

– Emmène avec toi les trois gaillards du premier quart. Ils auront pour instruction de ne pas te quitter d’une semelle et de te ramener par la peau du cou avant l’aube.

– De toutes les façons, j’avais l’intention de partir faire rappliquer Nabil et Farouk vers les coups de minuit. J’ai refusé de leur laisser la jeep. Ils auraient fait un malheur avec. Je sais à quelle boite de nuit ils sont allés.

– Pourvu qu’ils n’aient pas changé d’endroit, et n’aient pas provoqué un incident diplomatique.

– Je ne crois pas. Farouk connaît ses limites. Et les habitants de ce pays savent désamorcer toutes les bombes…

– OK. Amusez-vous bien. Tiens, je t’offre ce cigare.»

Tewfiq Baali se met dans son couchage, sur le toit de la Land-rover, équipée d’un porte-bagages aux bords très hauts. Il se désole de ne pas avoir pu obtenir sa mère au téléphone. L’armée est en train se le sucer comme une sangsue, tout en tentant de l’éloigner de ses repères. Ses paupières se ferment. Il renonce à attendre le retour des fêtards.

[1]Garde Républicaine.

[2]Surnom donné au Président de la République de ce pays.

[3]Coran. (Sourate CIII)

[4]Université arabe spécialisée en théologie.

[5]Sandales en cuir.

[6]Froc.

Publicités