© « Route », Tome 3, Chapitre 7, Roman/ « Road », Volume 3, Chapter 7, Novel

Chapter Seven

 

It is a dusty convoy and exhausted crews entering Boulemgaden in this afternoon infernal eighth day shipping . The village is peaceful and like all oases of South, but with a tinge of land overlooking the red, pretty scary for traveling abroad during short on such a uniform route.

Once caravanserai for nomads, adventurers, speculators and charlatans of all stripes, on the road towards Shingueti , the name of this town is projected without warning in front of the media scene , and subject to huge strategic, which has long escaped understanding of local populations.

At the beginning of the century, their sheikhs and holy men fought to the death to remain free . Berber and Arab states against the occupants from the North, West and South , with an accomplice reversal of [1] Makhzen , Iberians , and Senegalese mercenaries .

It is here, at the crossroads of the caravan trails that infamous Treaty Boundary to burst the region between the four countries under the auspices of the empires of the time.

Since Oued Labiod the column rolled toward its goal in two steps, on one of the longest roads and the most exacting of the entire circuit with a night bivouac Lassel , water single point and station across course. The scenery was so monotonous that it seemed to crews that their trucks were stalled , despite the accelerator to the floor. Then came the depression of the wet oasis , with the first dwarf palms .

In the military area of the village , there is flush with ground betrays the presence of armed forces. Yet they are there, that swarm in huge underground termite . The army looks set to take a seat here ten years. All the commanders of divisions have their quarters somewhere in the maze , and they can be reached by reading signs along corridors lit , stuffed with bundles of telephone and electric cables, including all branches connect to the network structures .

The crews of the convoy were ordered by management to deliver the required regulatory approach to the final destination , after the clothing liberties taken during the trip. Unnecessary trouble , because the soldiers PC OZ3 do not have the head to show off … First, the distance makes them miss everything. Then isolation accustoms curiously to adorn all kinds of miscellaneous accoutrements , to break the monotony of identical uniforms that bleed horribly on the character and stay. Finally , a concern exacerbated camouflage forces them to constantly look to the terrain. Missionaries must recover quickly disengaged for clothing go unnoticed …

Soon arrived, the column is immediately directed to a parking area , consisting of two parallel sand mounds , covered with a huge camouflage net . Load that quickly reapply curious , looking mainly for food. The head of the convoy and the officers held in respect, the time Tewfiq Baali go find the  » office » concerned to get rid as soon as the cargo.

Neighborhoods lieutenant general commanding the area, the « Great Fury  » as the locals call it , is at the heart of the hive. All lanes converge operational center where he works, eats and sleeps.

Everywhere there is a surprising activity . Officers are working around mapping tables. Radios in corners decipher coded messages . Armed to the teeth sections run in all directions . Canteens containing the mess kitchens go to the centers operational standby. The atmosphere is almost unbearable and smells like stinky socks.

To reach to the office of the « boss » of the area, Tewfiq Baali believes there is no need to show your credentials … The signs mark out all routes and questioned military impassively show the way. Until a time when an aspiring questioned said Tewfiq Baali :

« Listen, my friend … Here, nobody goes to the crazy of his own head . If you are not called home, avoid it like the plague . Or you are certainly new to ignore , or you are weighed yourself. By looking carefully , you will find someone else who will solve your problem . « 

Although required to enter into direct contact with the head of the area , Tewfiq Baali prefer to go to the [2] DDAA attempt to trace Rachid Basta , one of his friends the education and the Institute of Political Economy , who edify heavily on action to be taken in such cases. His mop ends up attracting the attention of a young Lieutenant of the State Security, the cat’s eyes, which calls :

« So, Lieutenant , you are lost ? You ‘ve lost your way or you find this underground walk to your liking ?

– No, sir , Tewfiq Baali said , saluting . I seek DDAA .

– Why did you not report to the information desk and guidance ?

– I do not know.

– Where are you from?

– From the 12th CA . I ‘m on a mission .

– Show me your papers.

– Hold says Tewfiq Baali , pulling nervously documents drive from the pocket of his fatigues.

– Calm down, Lieutenant … My role here is to ensure the safety of installations and monitor the movements of suspicious people. It has not escaped you that does not flow to the PC Zone 0Z3 as in a mill.

– I understand perfectly , sir . Apologies . Simply, I’m tired from the trip and I would like to meet me as soon as my mission.

– It is also in my powers to guide you and make your job easier . What can I do for you?

– Put me in connection with the aspirant Rachid Basta , the DDAA .

– Why do you want to see this officer ? Your load is not for the sensitive and top-secret structure.

– We have been training together .

– You can only enter the perimeter of the DDAA . This is the most sensitive area of ​​our barracks . I ‘ll show you where the standard is . You will call from there . Follow me, said the officer, returning her documents after a brief reading. As for your mission , you record your arrival at the reception and you wait instructions in the waiting room.

– Thank you, sir .

– Nothing to … Um … Now that I think about it, it seems to me you have already seen somewhere.

– I did my training at the Academy of Taxrit .

– No. In civilian life.

– I’m Taxrit . And I studied Mezghena .

– That’s it! I remember ! I think we were in high school at the same time .

– Probably. I do not remember your face.

– Obviously . You always had the head, either on the ground or in the air ! I was an intern . I’m Ziyania .

– Ah , ha , ha! You would not be the only one who would have made this remark !

– How would you like to review someone else you might know , that one!

– Who is it ?

– Colonel Zemlet . He runs here [3 ] DB .

– Why not, said reluctantly Tewfiq Baali . But I do not know him personally .

– Good. Then , go to the mess the PC tonight. Show your mission order at the door. Say you’re invited by Lt Yassin. I give instructions to be let in. . That is the standard . Call your friend and then go to register your arrival.

– Can I also wire the 12th CA our position?

– Certainly. There, there are encrypted teletype designed for that. « 

Rachid Basta is Tewfiq Baali asleep even a chair in the waiting room reception . It tickles the nostrils awake. His friend gets up, opens his eyes wide and smiled :

 » His arrival there, you did not expect it , eh, is he exclaims ?

– For sure, replica Rachid Basta ! For a surprise, it is one , man! « 

They embrace and begin to dance like kids .

 » Crénom exclaims his friend ! Come here under the lamp I admire your little face ! It is you very tanned . When uttered your name , I do not believe it. First I said to the attendant , pass me simply believing a phone call . He said that you were standing there before him in flesh and bone.

– As you can see .

– But then , do not tell me you posted here? It would be a stinker rubbish .

– No. Simply mission.

– For what?

– I brought a load .

– What ?

– Honestly, I do not know.

– Ah , hello mysteries. It must be ground-air missiles for the DDAA . Since the beatings that Moulays have received Bir Lahlou II , our stock declines at this time.

– No, I do not think so. I swear I do not know . And it ‘s better that way .

– What do we do ? How can I be useful to you ?

– Come to the office first arrivals , to show our presence. « 

In the waiting room of the general reception , Tewfiq Baali said his « adventure » of 5000 km , and further back , his stay at the 51st QGO . Rachid does the same , the DDAA . The latter is the secretary of the head of division. A nice colonel with whom he spends his time playing chess, when there is no warning radar.

After a moment, a messenger arrives and asks Tewfiq Baali to follow . The latter gives appointment to his friend at the mess before leaving . The orderly introduced without warning missionary in the office of Lieutenant General Biassa , chief of the area !

« The cave  » of the senior officer walls packed earth , as elsewhere in the basement, except that it has a vertical double body conditioner . At least ten of telephone handsets with LEDs occupy the whole of a discharge table . Map of Staff of the whole region is pinned to a bulletin board . The senior officer appears at the edge of the darkness of the room as a skeletal figure, the cadaverous face. Tewfiq Baali clicks his heels and present :

 » S / Lt Baali , the 51st QG0/12ème CA , sir ! Mission of transport!

– What do you want, Lieutenant replied shouting Biassa ? I do not have much time to give you !

– My convoy is carrying a load for the OZ3 Zone , General. I am available to unload the place to be designated for this purpose !

– Not aware , says senior officer on the same vehemence , scratching his head, probably concerned with another question !

– Look, sir . Here is the order of allocation.

– The General Staff is very generous , says senior officer , in glancing over the document before returning nervously missionary ! This grant is intended Patriotic Front! You will send it to SO/140 in the dark .

– Our road map stops Boulemgaden , General.

– So what? SO/140 is a refugee camp just at the edge of our territory !

– Can I ask my superiors permission to continue over there ?

– No, no, no , screams Biassa ! When you enter to OZ3 your single hierarchy , it’s me! So where you unload where I order you to do, or you go to the 12th CA support , understand?

– But , sir , I obey …

– Outside , where I empty my charger on you! Get out ! Get out! « 

Lieutenant General pretends to unsheathe . Tewfiq Baali do not ask for his. The man who just does not seem to threaten to exceed the thirty-five years of age . He looks kind of a minefield , no doubt full of kif . Already in the twilight of his life …

Tewfiq Baali rises to the surface . Crews expect under the camouflage net , which does nothing to protect them from the furnace room . They toiled blood to that shipment arrives at its destination. Logistics Idrissia was in a hurry to unload . That the recipient does not want unofficial . Tewfiq Baali lifted his hat as he saw to Chief Warrant Officer Kharoubi at the Academy.

 » We may close if we continue without clear instructions , he said apprehensively to his colleague , he is inclined to dialogue.

– But why , bitches Nabil Shawky ? There’s only unload their incognito all in a valley between two dunes and go in fourth gear at home. The men are tired .

– Instead of suggesting an intelligent solution , you say anything ! « 

Irresponsible , the convoy leader rests his head on his hands, driving the jeep. Tewfiq Baali descends underground looking for a backup solution . One way or another, he will have someone acknowledge receipt of the order of allocation. It asks the phone Rachid Basta , who joined a few minutes later. He tells her his misadventure with Biassa .

 » He threatened to shoot me , do you realize ?

– It is not new . Who told you to go see it now?

– Nobody . An aspiring I do not know has , however, dissuaded me from setting foot in it.

– He was right . Why did you do then?

– This is the head of the area himself called me . A lieutenant of security, some Yassine asked me to register our arrival. Rather I had the idea to follow the informal channels .

– In this case, you went to see the devil. It has already drawn once without touching his secretary . As for the threats, you name it!

– The command did nothing ?

– Absolutely nothing. Here , operational area , it is untouchable . It should be noted that in terms of military tactics, it was not his rival in the whole army. General Daoui , CA Head of 9th no one separate them for anything . As to what Lieutenant Yassine , it is best to avoid it.

– He invited me to mess tonight.

– I’ll get warned. He does not like the reservists.

– This is not a novelty in the majority of assets.

– What can I do for you, my friend?

– I would like to get in touch with the 12th CA to notify the action to take.

– Can now . During the day the bonds are saturated . We will try the night. « 

Together, they try incursions logistics, armaments , stewardship . In vain. No structure seems affected by this mysterious cargo. Suddenly Tewfiq Baali remembers the name of one Lt Yassin reminded his good memory , which could certainly help . He said to his friend:

« And if we were going to see Zemlet . I think it is the only one able to do something for us here.

– Yes ! I had completely forgotten this option! Will there come what may . « 

Dressed in combat, Colonel Zemlet receives ease , coming to sit with them . He also seems to maintain a strained relationship with Biassa , unlike that is « conditioned » to support its head . Whiskey bottles stored in a bottom drawer of his desk to help absorb all the snubs … He does not hesitate , however, to invite them immediately to share with him a few drinks. Accepts a Rachid Basta . Tewfiq Baali refuses to hand. Zemlet does not seem to take offense . The Head of Mission calmly explains to his superior officer problem.

 » Maybe I ‘ll surprise you, the senior officer replied . You will do exactly what you ordered Biassa .

– My mission order stops Boulemgaden , Colonel. And the order of allocation is clear. It is intended to command the 0Z3 area.

– So what? Consider SO/140 as a place of unloading as another , inside the area.

– SO/140 is not foreign territory  » ?

Colonel began to laugh softly . He looks Tewfiq Baali naturedly , while his head nods slightly.

« You’re complicated, lieutenant. At the latitude where we are, the borders are like mirages in the desert. They dance … « 

Zemlet puts his rangers on the coffee table placed in front of his office and no longer looks its visitors. He holds his glass with both hands against his chest, and made ​​him do a rotational movement , while his eyes set vague. It was like a mother cradling her child.

Guests can stay to finish the bottle with him if they wish but professional maintenance is apparently finished …

Both reservists finally up, embarrassed , and slamming heels. The officer ventured two fingers to his temple , swinging more than ever the head, looking slightly tipsy , but whose remains still impressive …

The two friends go back outdoors to join the convoy. Now it is night. Rachid Basta serves as guidance for the full and completely takes care of dinner crew . It shows them the commander of the carrier of the place, a chic reserve lieutenant named Benaissa , who promises to Tewfiq Baali wiring to the direction of Train Ministry for clarification , the 12th CA being unreachable.

Later, after dinner, in the « room » Rachid Basta , which resembles a berth submarine around small glasses of tea, reserve officers recall once again the time of the bleusaille during appraisal. A time gone forever , undermined by the reality on the ground , including here in the operational area , where many painful events have upset the previously peaceful men from all walks of life.

Their host told them the terrible tragedy of Bir Lahlou convoy  » A « , which killed the entire crew of a company of Train. And revenge on the FAR in Bir Lahlou  » TWO  » , ten days later.

 » The enemy is now more adventure beyond the Oued Draa , he said . It adopted an alternative strategy of building a wall to protect himself he calls  » Sakiet Useful  » incursions of the Patriotic Front. « 

Tewfiq Baali cites the names of comrades instruction .

 » … And Boulemzah ?

– Peace to his soul, Rashid said sadly Basta . He stepped on a mine during a reconnaissance patrol .

– And Bouabid ?

– Wounded in a bombing Ergab . He was transferred in a coma in the hospital Ouahran . They cut his leg . I do not know if he survived . And tomorrow it will be the turn of another. Mine. We all shall disable . By weapons fire or the desert ! « 

Rachid Basta burst into tears . He used to cry at trial , and Tewfiq Baali did not see that nostalgia. Anymore. These are tears of fear, helplessness, hopelessness . Nabil Shawky , usually I – me – unpolished , hardly able to contain his emotion. Only the soldier steel Farouk Zaid keeps an impassive expression of detachment , at least in appearance.

Their host finally excuse, because it is always on the radar room . Once again , no goodbye ceremony between him and Tewfiq Baali . He leaves to sleep on cots in a rest area in the cool all on the basement. Occasionally reaches their shrill whistle from the top jet that fills the air.

Journal/21 July 19 .. : – ( Boulemgaden ) . I need to know, to see clearly. The warm friendship which binds me to my comrades would never have existed . Because I had become accustomed to expect to see them , hear their joyous laughter , appreciate their intelligent or smart thinking. And here I was told how they became dead or maimed . While we were getting ready to start our trip, there are eight days I was feeling satisfied to perform a duty in good faith , the certainty of news now curious and pleasant to enter my life. I was aware of the difficulties , after all , business that may arise on my route and serve forge my character. I thought I was going to accomplish this mission effectively, without qualms , before taking a few days of well deserved vacation , even after returning to the everyday routine , mundane , easy to Shyrta . After all, I would not be the only Reservist commanded mission?

But, alas , I think I will not have enough rest to the soul after the story of Basta . A conflict is getting old before it started really , between rival claimants to land that actually belongs to his Creator. After a while, this rivalry will feed not only weapons but hatred and vengeance. A young officer , his shirt open at a still youthful torso , sensitive, loving life, greenery, fresh water source , clean mountain air , taste the fruits of the land, prepared to great humanist projects through his education and culture, is now becoming an infamous running in the hands of an evil command. Is this my destiny ? Is it God or men who will decide ?

I feel disarmed me and my logical principles defend nothing, protect against anything. I’m not a statistic on the computers of Staff. How a handful of lawless ruffians , master sung by an all-powerful and untouchable sect , may they decide to play and so the fate of an entire nation ? Cowardice , I believe, is to have agreed to be responsible for this mission. –

S / Lt Benaïssa back to them in the evening , taking a hand came from the Ministry of Armed cable.

« That’s it , guys, ‘he said cheerfully ! We have for you the management response Train .

– So the questions with apprehension Tewfiq Baali ?

– Your shipment must be moved to SO/140 . The message does not say it is for the Patriotic Front, but it’s like . « 

Mr Tewfiq Baali , the good , the just, sensible reserve officer of the 51st QGO/12ème CA , collapsed internally . For him , as he noted in his diary , cowardice is to continue until SO/140 . One day , if survives, canceled checks , it is with a yellow smile that he would return home. His family had the great joy of welcoming her son free , when in reality , it has recovered a body without a soul, plagued by remorse that never leave , not even to his grave . Conveyor arms , his father was during the revolution, but it was for a good cause. For what reason , he would do it?

At the same time , it burns trample foot land his ancestors have defended their way on a shoestring before taking mostly the exile . He would talk to people who have returned , listen to those among them who would tell him the truth. He told his recalcitrant colleague orders :

« From now on you hand your resume in convoy. I will not raise a finger to you. Consider me now as a tourist. You have been far enough . My turn to take it easy .

– You have chosen the right place to get replica his companion. From here , there is nothing to scratch . Neither girls nor alcohol. Nothing but sand and sun.

– All tastes are in nature , he replied slyly . « 

Tewfiq Baali could tell his friend to consider it as a pilgrim . It would not have understood . The Head of Mission joined the action to the word . He removes his uniform and puts his gandoura and his harem . He keeps his uniform as his rangers , because scorpions. S / Lt Benaïssa offers him a beige scarf that wraps around his head and covers the lower half of his face, how do Haggrie . To see a familiar would not differentiated from the average of the indigenous desert . And also somewhere in his head , a click occurs , different from what he had felt when he was a student, who had been trapped in the turbulent vortex of the big city and the stunning modern life .

Night falls on Boulemgaden . Trucks out of their shelters. All measures of traffic safety in hostile territory are taken. The turrets are armed. The headlights are fitted with the light barrier . Stewardship finally gratifies all crews chèches Saharan very useful in case of sandstorms , because the desert is no pity for people who discover their faces. Indeed, during their journey , the men gradually began to have chapped lips and eyelids by drought and sunlight. If the headgear worn by the inhabitants of the Sahara is a symbol of anonymity, used to hide emotions ( love , fear, joy, sadness, grief ) , it is also an effective means of protection against heat and a degree of humidity near zero percent. A Sergeant of the carrier is designated to serve as their guide. Men sit by scattered groups in the sand , waiting for the green light connections .

Now Farouk Zaid runs for an hour at the head of the convoy on the damaged track SO/140 . The sergeant Hocine Briki , accompanying them , sat between him and Tewfiq Baali . All together , they search the darkness of their eyes , low headlights retracted the Land Rover . The rate of change is very slow and monotonous progression column. The fight against the heavy driver that numbs his eyelids . Holes [4] fesh fesh – pourri sell him deaf curses. The dust raised by the tire penetrates everywhere and forms a thin layer on the lattice , hands and eyebrows fringe . Between thumb and forefinger, the sand grains give an unpleasant itching sensation . The trail is rough jolting the long procession as a shock surf sea Tewfiq Baali is careful maneuvering , but quieter than ever. It is so weary, so disgusted with everything . He did not listen to the words of jerky guide, crying :

« Left ! Attention fesh fesh – ! Brakes ! Clutch ! Serre right! Back left! « 

His mind travels in front of the dark, where fighters Sakiet expect this load , while perhaps midterm RAF soldiers are snipers to intercept and destroy the convoy . Hamid , his cousin , his foster-brother may have also borrowed this track , and he would be back on a stretcher , and then enclosed in a rude coffin.

Dressed to the Saharawi mode, the heart of Tewfiq Baali sympathizes with those who have the same blood as him, even if they are hostage to an issue that transcends . He would embrace the hug , his genealogy decline that would certainly join with them , to warn them against the ideologies that come from elsewhere and bring only hatred and desolation. If they knew how their lifestyle is the best defense against the naive and dubious loyalties coalitions. The imperialists were forced to leave the area when they found more appropriate to direct remotely. Back with new strategic plans , neo excels in the art of riding brothers against each other for a fratricidal war , terrible and interminable .

With incredible suddenness , a sandstorm swept the convoy. The guide asks to stop without delay the progression. Tewfiq Baali procrastinate minutes , not knowing what decision to take . He admits to being a novice in this area, on this track.

 » If we do not stop immediately , trucks may leave the track and get lost , insists the NCO .

– No danger of being surprised by the FAR, if we stop ?

– No risk. When a storm comes up, it paralyzes everyone and no leader would recognize his … « 

Tewfiq Baali beckons Farouk Zaid stop . It is one o’clock in the morning and there is a third of the distance to go before reaching the refugee camp. The train stop is likely to continue throughout the night. Men can sleep or leave their vehicles. Nobody sees a meter. The radio crackled . Nabil Shawky is calling the car tail . Tewfiq Baali actuates the walkie-talkie reception:

« Why did you stop the convoy face his colleague ?

– It’s not me , silly ! This is the south wind . The Simoun ! Nothing can resist him ! Not even the most powerful armies in the world ! Besides, I ‘m not in it! Try to snooze and does not break my head ! Mine is already compote ! « 

Men now appreciate the usefulness of chèches to fight against dust. They were deigned to them at the beginning , because of the heat . Now , they do not hesitate to cover their entire faces with . Paradoxically , they found that these headgear are also effective protection against the heat and dehydration.

Successive waves packets sand squeak on the sheets and the wind shakes the body , making jolt cockpits within which crews remain powerless. They are trying to sleep. Static electricity caused by the storm hurts them at the temples , but gradually broken by fatigue, they fall on the wheels or on the edge of the glove box , and fall into a trance.

When the sun begins to filter the copper mist rising, the wind stops as suddenly as it rose, revealing the scattered line of trucks, net fixed yesterday along the track in positions oddly disjointed . It is a miracle that there has been no boom. Mounds of sand are formed on the side exposed to the wind wheel . Crews are required to blow their air filters , pressure compressors, before departure. Greenhouse -file jeep will not start because of a blocked carburetor. She quickly pulled by the tow truck because the convoy should not remain stationary, now that the day has dawned . It is with very heavy men now resume their perilous progress towards SO/140 heads. Fighters , mines, ambushes may surprise meter after meter .

There are currently no outpost announcing the nearby headquarters of the Patriotic Front. The camp says « refugees » is placed on a depression between dunes, without the foreign traveler does not know exactly if it is on one side or the other of the border. Dozens and dozens of tents are pitched in perfect alignment with the flag of the Red Crescent at the top of the highest capitals . Nearly circular paintings are busy women black haïk and where ragged children play.

A service order directs the Land Rover to a head [5] Kheima , probably the residence of the host . A little further on is a series of homes in [6] toub , where the flag Sakiet fleet , and some vehicles parked around which  » all-terrain  » of all brands, equipped with holders for machine guns. A place of summary report is provided in the center of the camp, surrounded by tires half buried in the sand, and stones painted in white and red . Nabil Shawky joined Tewfiq Baali tent , on which there are few foam mattress with flowered blankets around a worn carpet . A further wet goat skin , filled with scented water [7] bignoun is attached to the central pillar.

« I hope they will ask us to go now unload at the front , facing the wall FAR noted Tewfiq Baali , seated at the Arab fashion, with clothes that make him look like a local sheikh …

– Who knows, meets Nabil Shawky , swallowing long gulps of water . Me, nothing would surprise me in this land of mirages. You sleep with a dune behind his back. When you wake up , you find it before you. Is to become crazy. I hope at least that their wives are not as fleeting in front of strangers . « 

At this point, Tewfiq Baali glares at him a sly aspirant. Soon, the majority of crews joined the coaching tent . Men as they can wallow in its shade , and fall asleep immediately crushed by fatigue and poor sleep the night before.

Half an hour later,  » sadness  » veiled bring their traditional dish consisting of small – camel milk and dates , they serve in silence. Shortly thereafter, an officer arrives lattice . He invited the officers and the guide to follow to the camp administration . He makes a gesture penetrate ample hand , bowing his head in a room is arranged around a rectangular table, identical to those committees voluntary agrarian reform . All around are sitting notable in traditional dress , whose features are strangely similar to those of the family of Tewfiq Baali . There are also younger military leaders, including the mesh is not different from that of their visitors, but apparently invested great responsibility.

 » Essalamou alaikum , say missionaries.

– Wa wa salam Alaïkoumou es Rahmatou allah, wa barakaatuhu answered in chorus the assembly. « 

Need to shake hands with everyone present without exception. This is Sergeant Hocine Briki making presentations. Officers are installed facing a troika of military chaired by Moulay If Ahcen Ben Hakim, Minister of Information .

 » Marhaban , told him. We were worried about you , because of the storm. El Hamidou Lillah , you’ve arrived safely .

– We were not very far from here , says the Head of Mission. We thought it more prudent to stop.

– You have done well , the minister added . The desert does not forgive. Marhaban , he repeated. [8] Guaarbou lina . We are brothers .

– We brought you your loading said the head of the convoy. Whole and intact .

– Which is it , questions the minister? We expect a lot. Is it the one who was to come to Port Said ?

– No. On Idrissia intervenes Tewfiq Baali . Your shipments were grouped there by the Unified Command .

– How is the front, loose stupidly Nabil Shawky ?

– Solid as a rock , says the Minister . Especially since we use the ground-air missiles against MG4 their planes. A wonder that hits every time . On the earthly plane , we are masters of the situation south of the Wall. North , we make incursions usually end wins . We harcèlerons up the hunt beyond the Oued Draa .

– We made you what destroy , unduly loose the aspirant.

– If you talk loading Idrissia , I think you ‘re wrong , lieutenant, noted the minister.

– I advanced this statement at any chance, corrects Nabil Shawky that Tewfiq Baali rifles once more look. In reality, we do not know what’s in the boxes .

– Will open , said aptly and unashamedly Minister . This way, you have the heart net . We have nothing to hide. We will call the delegate of the Red Crescent and the corresponding foreign newspapers along the way so that they participate in the operation, it added . « 

The congregation stands and goes to the first truck of the convoy. It is past ten o’clock in the morning and now instead report swarming with people . The flatbed trailers were lowered by crews. Fighters Sakiet clamber armed with nail puller and work to carefully remove the lids of boxes, wood is valuable in the region. Reporters climb on the roofs of tractors and start photographing the contents uncovered , being careful not fit abbreviations and flags of the vehicles on the instructions of the head of mission.

Tewfiq Baali can not resist the curiosity to appreciate his own eyes the merchandise , products, items or equipment which the unknown nature tortured his mind during the whole expedition … It is true that Farouk Zaid alluded to fireworks that would Mezghena excited , but now it does not trust him , and do not believe a traitor to his words. He climbs on a roof and looks. The boxes contain , O my God , clothes for children, cooking utensils , medicines , tents , mattresses, blankets, infant milk , oil palm, millet flour in bags of five kilograms , boxes of canned goods, school supplies , toys .

Indescribable emotion hugged chest Tewfiq Baali . His eyes moisten , and soon tears begin to flow down her cheeks. Fighters exhibit objects in the eyes of women , which emit ululating with joy at each exposure .

 » Thank God for allowing me to convey this hopeful loading, he thinks. I returned to the ruins of my people. He was chased by the beginning of the century and scattered in all directions . No offense to those who denigrate me this original yet very hostile and not necessarily glorious . Memmou El Aïne our common ancestor and representative of our brotherhood is established here , because nobody was there, nobody wanted and could not resist the harsh life of wandering nomads who raise their camp constantly , in search of new pastures. Prospectors colonizers who invaded these lands, made ​​by gold fever , have finally collected as fine sand that was scattered between the fingers of their hands and walked away sheepishly . « 

Tewfiq Baali descends truck . Now he must find one of these men who would tell him the truth about the Patriotic Front. Certainly not one of those conditioned by the communist ideology military . Rather an old ragged despised by bodied combatants . Not a notable leaning side where the wind blows. A poor shepherd who does not have livestock. A blacksmith who makes his living in the strength of his arm. Silent shoemaker. A Taleb deleted. Yes. Well, he would talk to the teacher that he intended to teach the Koran to children in a tent ! Of all men , he is the only apparently not being curious about the nature of the load just happened .

Tewfiq Baali moves towards the tent where he reached hymns rhythmic Quranic verses . He lowers his head and into the darkness of the place, before kneeling behind students dressed in dirty gandouras . An old man with a white beard listening to the multitude of narrators bent over their wooden planks , each chanting in a movement back and forth to their chest , a different surah . Their teacher is wearing a white hooded wool, despite the sweltering heat he does. The teacher holds a long pole facing over the heads of students , threatening them constantly, like the sword of Damocles.

Tewfiq Baali is always amazed by the faculty that the Tolbas to follow one particular student recitation , amid a general cacophony. Yet they succeed infallibly , and strike their sticks only failed or distracted kids!

Tewfiq Baali not be impatient . Taleb noticed him but remains unmoved. It was only eleven o’clock he draws from the pocket of his waistcoat watch before clapping . The tent is suddenly empty . Tewfiq Baali rises , approaches and kneels again face the old man.

« Are salamu alaikum , said the visitor .

– [9] Wa alaikum my koltoum answered Taleb . At your service .

– My name Baali . I come from a distant land in the East. My parents told me many Sakiet . The father of my grandfather, who was called Si Moussa , also taught the Qur’an. It would be left here with his tribe to the Saharan Atlas , early in the century , fleeing persecution in colonial armies from the South and the North. « 

The old man’s face lights up. He nods and observed traits Tewfiq Baali with very soft eyes.

« What’s your name , son?

– Tewfiq .

– And your father’s ?

– Abdelkrim .

– From your grandfather ?

– Abdelhamid

– What was your paternal grandmother ?

– Lala Aini .

– His father ?

– Mohamed .

– His grandfather ?

– I know. My grandmother told me it was the most notable large tribe . Marabout Zaouïa Smara . He was buried after being killed by him and his column spahi around Agadir . « 

The old man’s face darkens first before display a shrewd smile nomadic . He puts his hand on the shoulder of Tewfiq Baali and said:

« You’re Tewfiq Baali Ben Abdelkrim Ben Abdelhafid Ben Moussa Ben Baali . My mother is a Baali . Your grandmother is Bent Mohamed , son of Sidna El Memmou Aïne [ 1] Ben Baali , the last of the saints [10] Chorfas , who founded the city of Smara.

– El Hamdou Lillah .

– What did you come up there ?

– I have not planned my visit . It is God who wanted . I am looking for my roots.

– And what do you know , the old man nuance .

– The truth. « 

Taleb ‘s face darkened again . It remains a thoughtful moment before speaking again with resolution.

« History does not repeat itself for our people , my son . Sakiet has been busy in the last century by Roma , after rumors of abundant presence of gold on the bed of his wadis. Hardly earth had she fired an occupant others say . One will tell you that Memmou El Aïne had sworn allegiance to the Sultan of Fez, which would have given him back all territories south of the Oued Draa . The other covet phosphates , oil and iron which are aplenty in the basement. And our young naive you talk about self-determination, to establish an atheist regime in the hands of descendants of renegades who betrayed our cause and we warned our sheikh saint. Your roots , my son, you will not find them here . They are now scattered across large areas of the Sahara, that disdains civilization. The philosophical foundation of our brotherhood is: Always Go ahead . Never look back. Any desire to possess is vain. Teach your children the word of God. [11] (…) Ankor Maa alayha faanin … Maa yabka ila ouajha Rabika Dhul el el ikraami jalaali wa …

– Here is the truth I was looking for master. There are no more . The land of our Lord is vast, but modernity has drawn borders to stem the nomadic transhumance .

– No penalty . We can not close the Sahara.

– Techniques of domination have changed master. Pipes run underground, aspiring raw materials and transport in rich countries , which do not need armies to plunder . They now use national officials in their pay . Satellites in the sky monitor population movements and raise the alarm.

– Could they seize us the air we breathe?

– I’m afraid so. If one day it is missing in their polluted atmospheres .

– And if one day the movement is reversed . Originally , science and knowledge was in the hands of Arabs.

– Now human knowledge working on behalf of multinational corporations. In their labs, research centers. Because when our scholars complete their studies and return to the country , leaders locked in the office and let them rot , without providing them with the means of research and development . The big problem I can not find any solutions is one. Finally, it is not as leaders problematic but the people themselves , who do not recognize his son .

– I will not let him go without a message of hope to you. Memmou El Aïne was cornered by the South and the North, when he ordered his people to spread . Before dying , here is what he had left as a testament posthumously to those around him , as he was bleeding to death after the ambush. He says that last moment , but crucial for the future of our future generations :

 » … Do not think that it is the enemy posted on the heights that killed me . It is the betrayal of my blood brothers and religion. This is selfishness overflowing hearts . This is the perfidy of spirits. If you want happiness , seek it where do not want and can not go to your enemies. If you join and you are not able to defend yourself , change of place. The land of our Lord is vast. Feel free to browse . If you are hunting, continue on your way . And one day, you will eventually find what you are looking for. The Garden of Eden . « 

It takes a long moment of silence , meditation and contemplation in the tent. The old man stood up with difficulty. Tewfiq Baali supports . They move together toward the exit. Outside, two queues are formed , women hand to receive their shares of food, goods and equipment .

« Look, he said the missionary . It gives us what we do not need , to make us assistance. Soon, the camp will collapse under debris . Women no longer want to fetch water . They no longer want or braiding hooded carpet . The kids will want to keep the herds. They prefer to listen to radio and watch television rather than go and learn the Holy Quran with Tolbas , who no longer find students able to take them on. Men not want to leave to seek new pastures. Our real strength lies in the abundance of our herds and lightness of our strides. We live this way for thousands of years. This was our destiny. « 

Farouk Zaid , leaning on a wheel truck , arms crossed, looking at their side. He seems to constantly monitor the actions of his protector, who constantly adopts a curious behavior and original desires. The Head of Mission do not forget that the shadow soldier lied about the nature of the load , in order to track a possible conspiracy reservists. Maybe he does not may enroll on the list of State Security finally , seeking only to feel and maintain its status as privileged soldier? Or maybe he was forced out of this very special body, which can not accept mediocre and versatile people? This atypical soldier has only to lie since the beginning . It is impossible now to unravel Tewfiq Baali right from wrong with him. He now thinks isolate . Upon returning Shyrta , he would seek a room to himself . Farouk Zaid will stay with the others, if they want him. Tewfiq Baali wants to take leave of Taleb to fill any paperwork. He kisses on her scarf , as is the custom in their family. Tears wet the thin cheeks of the old man , who told him , taking both his hands :

« Be welcome from yours, Tewfiq . See how your people became poor . He seeks help from humanitarian organizations. The forces of evil have undermined its transhumance areas , forcing them to settle. Our children need to clear new paths of exile , to start new families, new unclaimed territory if they want to remain free . This camp is like a mass grave in which we will all be precipitated .

– What can I do for you, master? I have my hands que.la force writing.

– So denounces all this deception. Carries our message beyond mountains and mers.dit the world that we are a free people and we want to stay that way.

– I promise you to do , sir. Goodbye.

– Goodbye, my son . May God protect you and guide your steps. « 

After the funeral Lala Aini , El Hadj Moussa If told him about the same thing on the same register . He returned to the convoy embarrassed about funding it has in the pocket. This loading is officially for the 9th CA . Is this the representatives of the Patriotic Front to sign this document as acknowledgment packages they come to take possession ? These properties represent a market value likely to be misappropriated . From the beginning, no protection of the transfer has been made . The shipper, carrier or consignee under these conditions can amputate loading large batches . On the other hand , the carrier , in this case a friend military command would not want to leave any evidence of direct support of the Patriotic Front, even if the train has all the appearances of a humanitarian caravan.

The Information Minister Nabil Shawky gives papers, that it does not , raising his hands helpless , and nodding Tewfiq Baali , who comes their way .

« I did not know you were the head of mission, said the minister. With your gandoura you rather go for a guide or interpreter.

– Thanks for the compliment . I preferred these businesses such as my exercise .

– Why ? Yet you were the head of a humanitarian mission. It is an honor .

– Yes , but I will want to know from the beginning …

– For reasons of security and discretion , this loading should be sent incognito. All the armies of the world accept charitable actions of the Red Cross and Red Crescent . All have a duty to assist . This was simply done your army.

– So much the better . I am glad that this load could make the happiness of your people ( it would have meant MY PEOPLE , but this minister, away from Taleb, would not have understood … ) .

– Here are the duplicate packing lists , with my visa for performance, that you will give to your hierarchy. We checked everything . Nothing is missing . You have successfully completed your mission. Congratulations .

– El Hamidou Lillah , responds with relief Tewfiq Baali .

– Our gratitude to your people and your army will remain eternal . With your help , we will intensify the struggle.

– I think you must rely on yourself, let go of the HOM. When considering the history of this region , we realize that alliances do not last that betrayals and defections are legion.

– Indeed . We know that your direct intervention in this conflict is detrimental to the foreign policy of your country. We do not want to embarrass you beyond measure . There are six months, no Western capital are predicting a long , fierce and heroic resistance of our people . Propaganda FAR continues to shout from the diplomatic arena she has to your army. We will trigger a cons -offensive filmed by foreign correspondents who will prove to the world that the Patriotic Front Sakiet is a real entity . It is a politico- military force invested by his people and worthy to represent .

– I guess the whole southern part of Sakiet is under your control.

– Yes. For the simple reason that the FAR did not occupied because nothing grows there . We made an unforgivable mistake of letting their so-called Green On entering our territory. Our notable believed to fraud reunion of tribes who were separated during colonization . We were forced to abandon urban positions. We will reinvest . This is guerrilla reach the gates of their capital if necessary, we recouvrirons our national independence. « 

The conversation continues without Tewfiq Baali because there Nabil Shawky puts his grain of salt profane . Certainly , evidence of the existence of a conflict is there. Refugee camp. Children naked and filthy. Wounded disfigured by napalm . Courageous people or vanguard mercenary ? The answer is not so simple. We must go back in history, when tribalism was rampant misunderstandings , division and hatred.

Tewfiq Baali know that secret negotiations were held between the three countries to share this territory after the withdrawal of the colonizer . As proof, they have failed !

« It is clear that the African Charter speaks of decolonization and self-determination for former colonies , settlements of border disputes through diplomatic channels , ‘he said. The annexation of territory by one of the countries on the grounds of the historic membership is a mortal danger to the stability of the region. Populations have lived for centuries in these parts . They were free from domination. It is alone belongs the country. Undermine the principles of self-determination would amount to return to the borders of the emirates, sultanates and ethnic kingdoms ancient times the Black Continent . « 

Tewfiq Baali returns tent hosts and lies on a mattress, soon joined by the aspirant , the  » soldier of the shadow, » Sergeant Fahd and corporals . It is noon and only half of cases is low. The operation can not continue until the end of the afternoon , when the sun go down on the horizon. Moreover, the return can not be done overnight . It is always the same pocket women, olive complexion , who serve lunch. As is the custom, they glisten in the meal before the guests , before retiring . They closed faces downcast eyes and seem to mourn long . Tewfiq Baali eat for the first time in his life pounded millet , seasoned with olive oil. This is delicious ! Must ingest flour balls with your fingers , because there are no spoons.

Sated , he wants to sleep now . Sleep under Kheima is based , despite the heat. Texture camel hair tent there is probably something. It makes it less stuffy than those under canvas Crescent. Corporals return the convoy. Farouk Zaid disappears , presumably to revive its covert operations … Nabil Shawky decides to go hunting for a very special …

Tewfiq Baali think of the hundreds of miles of the road back to expect , before dozing off . He slept a peaceful sleep when Shyrtien just wake suddenly.

« Get up , sleeper ! President Sakiet wants to see you . It was in operation and has just arrived. It appears that banks have been visited by our men. He reviled me and treated us thieves . I told him … Um … I’m not the leader of this mission! See the S / LT Baali . You just have to take your responsibilities. Follow me, I’ll take you to its Kheima . « 

Outside the camp is empty , drowsy, overwhelmed by the heat. Red Desert burn skin and eyes blind . Horizons dunes vibrate and disturb the view in all directions. Within the enclosure, there is a sixty khaki tents , inhabited by families of veterans , and a dozen traditional khéïmates , reserved for important . It is to one of the last that the aspirant moves stubbornly by pointing to his colleague . The Head of Mission drags his legs hardly burdened by the sand behind the convoy leader . The identified sub ​​Kheima manages her female chuckles , immediately arouse suspicions Taxriti . Is not there still a fatal machinations of Shyrtien ? It casts anxious glances around, head prompt his companion to follow , before sneaking inside. The entrance stinks a horse smell. The laughter of women is stronger. Now Tewfiq Baali really hesitate to get in ferreting eyes in all directions, when the hand of Nabil Shawky out of the slot and pulls sharply inside. He is surprised by this unexpected tussle . His eyes have to get used to chiaroscuro within. What does he see ?

First, to the front, a drooling old man lying on a carpet shabby. Two infants of two or three years , naked, skinny and dirty, surrounded by flies, play with him . Standing behind a fat woman in sepia tone , is supported at the central pillar and looks effrontery comers. In the background , two young naked girls, a local beauty splendid wiggle voluptuously on mattresses with colorful drawings.

Stupor ! That the mature age woman starts to remove her black dress ! It has nothing underneath. Once undressed , she turns , making their backs and remains motionless in a languid posture. The two girls meet in the sides and throw the tissue they were rare ! Everything is ceremonial in the greatest silence, without words.

Tewfiq Baali is disturbed to such lasciviousness , and at the same time angry. He wants to protest but no sound wants out of his mouth. There are only eyes that can move in their orbits , looking alternately at the old , children, and a kind of table is reminiscent of the Three Graces of Pompey. His companion takes off his pants and said:

« A difficult trifecta , is not it ? « 

Tewfiq Baali wants to explode , react, turn back, but his feet and arms are paralyzed .

« Well, since you do not make up your mind , I take great you and others loose Nabil Shawky , advancing ! « 

Suddenly Tewfiq Baali remembers everything that was said between him and Taleb about the people Sakiet , his suffering, his despair, his permanent exile. So a fantastic energy is released him . He grabs the convoy commander collar and flips back . Then he pounces on him and shakes throat with fingers holding like pincers , beginning to shake the head of its prey on the carpet. Nabil Shawky struggled , unable to loosen the plug. His eyes grow disproportionately . Her pale complexion. His vocal cords fail to emit a groan or two. Tewfiq Baali spits in his face and growls angrily :

« You ‘ve gone too far , you bastard ! . I had warned you ! You’re the devil incarnate! Your lust not enough for you ! . Want to lead all the children of God behind you! . I ‘m going to end your nights of darkness ! « 

The mature woman wears a hand on her breasts to hide and the other on his cock before screaming to death. Farouk Zaid Fahd and burst into the tent and managed to control the madman. It emerges from their grasp and furiously immediately apparent . The light outside seems to befall him as a divine curse. Both children follow him and each take a hand. It falls to them and hugged , while sobs shook . He gets up and takes her with him in the tent hosts, for they do not see the horrible spectacle . It is the other part of him stirred on the mattress , bathed in sweat. He sleeps children on another mattress and sets himself on the other part , to stop duplication. His body reintroduction is painful but she manages to wake up …

Journal/23 July 19 .. : – ( Limits on Hamada Ghir ) . We left behind us Boulemgaden SO/140 after a folklore evening organized in our honor. What I saw , what I heard, what I did, what I did not do what I dreamed last three days , has made ​​off with all my life .

Songs and melancholic folk dances Sakiet have not blunted my resentment . I compared the whirling movements of their wives to the mechanism of vanes which rotate in the direction of the wind. It is true that their country is prey to all desires .

– I will never forget my interview with Taleb, who told me some truths about his country and his people, who are , whatever tracers borders as mine, I am now convinced .

– I have not reported my last dream Nabil Shawky . I am sure I have acted in the same reality. If he had touched one of  » sadness  » Sakiet under my eyes, it is as if he had assaulted one of my sisters .

– To say that the Patriotic Front does not exist is to deny a reality that he even recognize her enemies. Say it is a free entity as at the time of Memmou by El Aïne would against a naive assumption. It is true that times have changed . I ‘m not in the land of mirages ? It is so easy to plant stakes around your [12] M’rah that the wind move your neighbor the next day.

– Thank God for giving me strength , even in a dream not to succumb to temptation. In reality, it would have been , I believe, the children playing in all innocence that would have protected me from a sin that I never could atone .

– Thank God for allowing me to convey to these poor food and drugs, rather than weapons. At the beginning of the century, Memmou El Aïne was aware of the fate of his people, made ​​insecure and suffering. He had decided to scatter families in all directions, absorbs the Sahara and make invisible ( invincible hear here ) , so that the enemy does not reach . He was committed deliberately towards a trap , allowing caravans leak get ahead . This shows how the weapons are not necessarily an inevitable solution in an unequal battle .

– In return 0Z3 , office connections has ordered us to go back to Thoffa at the headquarters of the 9th CA, to deposit about staffing and double packing lists referred by the Minister of Information Sakiet . A kind of guarantee for services rendered , accountable one day or the other. Whatever the political calculation . Me, after this pilgrimage that was given to me by Providence , and for the accomplishment of humanitarian missions of this type, I am ready to go at the end of the world if I were asked . Because on my way to rescue deported and hungry , no more frontier line would make sense .

– I did not want to see my friend Rachid Basta . I would not want someone to tell me one day that he died , because the last image of his face would have pursued me farewell until the end of time.

– The only thing I regret all this trip is not being able to call mom on the phone for comfort , for I feel it must be worried about me. Sometimes human beings is carried in eddies which it can control the speed of the spiral.

– Tonight, the Thoffa I câblerais Lacheraf to this simple message: « Mission accomplished Stop Signed S / Lt Tewfiq Baali . Stop and End .  » –

[1 ] Royal Court.

[2 ] Head of the Division of Anti -aircraft Defence OZ3 .

[3] Armored Division .

[4] Tuf made ​​very brittle after repeated passage of trucks.

[5] Traditional tent , woven from camel hair .

[6] Parpaings dried clay .

[7] Sève juniper . Aromatic extract with antiseptic .

[8] Literally Approach . ( Join us …)

[9] I say the same thing .

[10] Nobles .

[11] All that is on Earth is doomed to annihilation. Will remain the Face of your Lord , resplendent with majesty and nobility.

Qur’an. (Surat )

[12] Enclos .

—————————

Chapitre   Sept

 

C’est un convoi poussiéreux et des équipages éreintés qui pénètrent dans Boulemgaden, en cet après-midi infernal du huitième jour de l’expédition. Le village est paisible et ressemble à toutes les oasis du Grand-Sud, avec cependant une teinte de la terre donnant sur le rouge, assez angoissante pour un étranger voyageant au long court sur un itinéraire aussi uniforme.

Jadis caravansérail pour les nomades, les aventuriers, les charlatans et spéculateurs de tous bords, sur la route allant vers Shingueti, le nom de cette localité est projeté sans crier gare au-devant de la scène médiatique, et objet d’enjeux stratégiques colossaux, qui échappent depuis longtemps à l’entendement des populations locales.

Au début du siècle, leurs cheikhs et hommes saints se sont battus jusqu’à la mort pour rester libres. Berbères et arabes, unis contre les occupants venant du Nord, de l’Ouest et du Sud, avec le retournement complice du [1]Makhzen, des Ibères, et de mercenaires sénégalais.

C’est ici, à la croisée de ces pistes de caravanes qu’un traité infâme a tracé des frontières pour éclater la région entre quatre pays, sous l’égide des empires de l’époque.

Depuis Oued Labiod, la colonne a roulé vers son but en deux étapes, sur un des routes les plus longues et les plus harassantes de tout le circuit, avec un bivouac nocturne à Lassel, seul point d’eau et station-service de tout le parcours. Le paysage était si monotone qu’il semblait aux équipages que leurs camions faisaient du surplace, malgré l’accélérateur au plancher. Puis est arrivé la dépression humide de l’oasis, avec les premiers palmiers nains.

Dans la zone militaire de la bourgade, rien à ras de sol ne trahit la présence de forces armées. Pourtant, elles sont là, qui grouillent dans une immense termitière souterraine. L’armée semble installée ici pour tenir un siège de dix ans. Tous les commandants de divisions ont leurs quartiers quelque part dans ce labyrinthe, et on peut les joindre en lisant des panneaux indicateurs, le long de couloirs éclairés, truffés de faisceaux de câbles téléphoniques et électriques, dont des dérivations connectent toutes les structures au réseau.

Les équipages du convoi ont été sommés par l’encadrement de remettre des tenues réglementaires à l’approche de la destination finale, après les libertés vestimentaires prises durant le voyage. Peine inutile, car les militaires du PC d’OZ3 n’ont pas la tête à parader… D’abord, l’éloignement les fait manquer de tout. Ensuite, l’isolement les accoutume curieusement de se parer de toutes sortes d’accoutrements hétéroclites, pour rompre la monotonie d’uniformes identiques qui déteignent horriblement sur le caractère et le séjour. Enfin, le souci exacerbé du camouflage les oblige à ressembler sans cesse au relief. Les missionnaires doivent donc remettre rapidement un habillement débrayé pour passer inaperçus…

Sitôt arrivée, la colonne est immédiatement orientée vers une zone de stationnement, constituée par deux monticules de sable parallèles, couverts d’un immense filet de camouflage. Le chargement fait vite rappliquer des curieux, à la recherche essentiellement de nourriture. Le chef du convoi et les gradés les tiennent en respect, le temps que Tewfiq Baali aille trouver le «bureau» concerné, pour se débarrasser au plus vite de la cargaison.

Les quartiers du lieutenant général commandant la zone, la «Grande Furie», comme on l’appelle ici, sont au cœur de la ruche. Tous les couloirs convergent vers le centre opérationnel où il travaille, mange et dort.

Partout règne une activité surprenante. Des officiers s’affairent autour de tables cartographiques. Des radios dans des coins déchiffrent des messages codés. Des sections armées jusqu’aux dents circulent dans tous les sens. Des cantines contenant la popote partent des cuisines vers les centres de veille opérationnelle. L’atmosphère est presque irrespirable et sent la chaussette puante.

Pour parvenir jusqu’au bureau du «patron» de la zone, Tewfiq Baali croit qu’il n’a pas besoin de montrer patte blanche… Les écriteaux balisent tous les parcours et les militaires questionnés montrent impassiblement le chemin. Jusqu’au un moment où un aspirant questionné dit à Tewfiq Baali :

«Ecoute, mon ami… Ici, personne ne va chez le fou de son propre-chef. Si tu n’es pas convoqué chez lui, évite-le comme de la peste. Ou tu es certainement nouveau pour l’ignorer, ou tu es taré toi-même. En cherchant bien, tu trouveras quelqu’un d’autre qui te réglera ton problème.»

Bien que tenu d’entrer directement en contact avec le chef de la zone, Tewfiq Baali préfère aller vers la [2]DDAA tenter de retrouver la trace de Rachid Basta, un de ses potes de l’instruction et de l’Institut d’économie Politique, qui l’édifierait largement sur la conduite à tenir en pareil cas. Sa vadrouille finit pas attirer l’attention d’un jeune lieutenant de la Sécurité d’État , aux yeux de chat, qui l’interpelle :

«Alors, lieutenant, vous vous êtes égaré ? Vous avez perdu votre chemin ou vous trouvez cette promenade souterraine à votre goût ?

– Non, mon lieutenant, dit Tewfiq Baali, en saluant. Je cherche la DDAA.

– Pourquoi ne vous êtes-vous pas présenté au bureau d’information et d’orientation ?

– Je ne le savais pas.

– D’où venez-vous ?

– Du 12ème CA. Je suis en mission.

– Montrez-moi vos papiers.

– Tenez, dit Tewfiq Baali, en tirant nerveusement les documents de route de la poche de son treillis.

– Calmez-vous, lieutenant… Mon rôle, ici, est de veiller à la sécurité des installations et de surveiller les mouvements de personnes suspectes. Il ne vous échappe pas qu’on ne circule pas au PC de la Zone 0Z3 comme dans un moulin.

– Je le conçois parfaitement, mon lieutenant. Toutes mes excuses. Simplement, je suis fatigué par le voyage et j’aimerai m’acquitter au plus vite de ma mission.

– Il est aussi dans mes attributions de vous orienter et de vous faciliter la tâche. Que puis-je faire pour vous ?

– Me mettre en rapport avec l’aspirant Rachid Basta, à la DDAA.

– Pourquoi voulez-vous voir cet officier ? Votre chargement n’est pas destiné à cette structure sensible et ultrasecrète.

– Nous avons fait l’instruction ensemble.

– Vous ne pourrez pénétrer le périmètre de la DDAA. C’est la zone la plus sensible de notre casernement. Je vais vous montrer où se trouve le standard. Vous l’appellerez de là-bas. Suivez-moi, dit l’officier, en lui rendant ses documents après une lecture sommaire. Quant à votre mission, vous enregistrerez votre arrivée à la réception et vous attendrez des instructions dans la salle d’attente.

– Merci, mon lieutenant.

– Pas de quoi… Heum… Maintenant que j’y pense, il me semble vous avoir déjà vu quelque part.

– J’ai effectué mon instruction à l’Académie de Taxrit.

– Non. Dans le civil.

– Je suis de Taxrit. Et j’ai étudié à Mezghena.

– Ça y est ! Je me rappelle ! Je crois que nous étions au lycée à la même période.

– Sans doute. Je ne me rappelle pas de votre visage.

– Evidemment. Vous aviez toujours la tête, soit au sol, soit en l’air ! J’étais interne. Je suis de Ziyania.

– Ah, ha, ha ! Vous ne seriez pas le seul qui m’aurait fait cette remarque !

– Ça vous dirait de revoir quelqu’un d’autre que vous connaissez certainement, celui-là !

– Qui est-ce ?

– Le Colonel Zemlet. Il dirige ici la [3]DB.

– Pourquoi pas, dit à contrecœur Tewfiq Baali. Mais je ne le connais pas personnellement.

– Bien. Alors, rendez-vous au mess du PC ce soir. Montrez votre ordre de mission à la porte. Dites que vous êtes invité par le Lt Yassine. Je donnerais des instructions pour qu’on vous laisse entrer. Voila le standard. Appelez votre ami et allez ensuite faire enregistrer votre arrivée.

– Pourrai-je également câbler au 12ème CA notre position ?

– Certainement. Là-bas, il y a des téléscripteurs cryptés conçus pour ça.»

Rachid Basta trouve Tewfiq Baali endormi à même un fauteuil de la salle d’attente de la réception. Il lui chatouille les narines pour le réveiller. Son ami se lève, écarquille les yeux et sourit :

«Cette arrivée-là, tu ne l’attendais pas, hein, s’exclame-t-il ?

– Pour sûr, réplique Rachid Basta ! Pour une surprise, c’en est une, vieux !»

Ils s’enlacent et se mettent à danser comme des gamins.

«Crénom, s’exclame son ami ! Viens là sous la lampe que j’admire ta frimousse ! C’est bien toi en très bronzé. Lorsqu’on a prononcé ton nom, je n’en revenais pas. J’ai d’abord dit au standardiste, passez-le moi, croyant simplement à un coup de téléphone. Il a dit que tu étais là debout devant lui, en chair et en os.

– Comme tu vois.

– Mais alors, ne me dis pas que tu es muté ici ? Ce serait une poisse carabinée.

– Non. Simplement en mission.

– Pour quoi faire ?

– J’ai ramené un chargement.

– De quoi ?

– Sincèrement, je l’ignore.

– Ah, bonjour les mystères. Ça doit être des missiles sol-air destinés à la DDAA. Depuis les raclées que les Moulays ont reçues à Bir Lahlou II, nôtre stock décline en ce moment.

– Non, je ne crois pas. Je te jure que je ne le sais pas. Et c’est mieux ainsi.

– Qu’est-ce qu’on fait ? En quoi puis-je t’être utile ?

– Allons d’abord au bureau des arrivées, pour manifester notre présence.»

Dans la salle d’attente de la réception générale, Tewfiq Baali raconte son «aventure» sur 5000 kilomètres, et plus loin en arrière, son séjour au 51ème QGO. Rachid en fait de même, à la DDAA. Ce dernier est secrétaire du chef de division. Un gentil colonel avec lequel il passe son temps à jouer aux échecs, lorsqu’il n’y a pas d’alerte radar.

Au bout d’un moment, un planton arrive et demande à Tewfiq Baali de le suivre. Ce dernier donne rendez-vous à son ami au mess avant de le quitter. Le planton introduit sans crier gare le missionnaire dans le bureau du Lieutenant général Biassa, chef de la zone !

«L’antre» de l’officier supérieur a des murs en terre tassée, comme partout ailleurs dans le sous-sol, à la différence qu’il est équipé d’un climatiseur vertical à double corps. Au moins une dizaine de combinés téléphoniques avec voyants lumineux occupent la totalité d’une table de décharge. Une carte d’état-major de toute la région est épinglée sur un tableau d’affichage. L’officier supérieur apparaît à la limite de la pénombre de la pièce comme une silhouette squelettique, au visage cadavérique. Tewfiq Baali claque les talons et se présente :

«S/Lt Baali, du 51ème QG0/12ème CA, mon général ! En mission de transport !

– Que me voulez-vous, lieutenant, répond en criant Biassa ? Je n’ai pas beaucoup de temps à vous accorder !

– Mon convoi est porteur d’un chargement destiné à la Zone OZ3, mon général. Je suis à votre disposition pour le décharger au lieu qui sera désigné à cet effet !

– Pas au courant, dit l’officier supérieur, sur le même ton véhément, en se grattant la tête, sans doute préoccupé par une autre question !

– Tenez, mon Général. Voici l’ordre de dotation.

– L’état-major Général est bien généreux, dit l’officier supérieur, en parcourant des yeux le document, avant de le remettre avec nervosité au missionnaire ! Cette dotation est destinée du Front Patriotique ! Vous allez l’acheminer à SO/140, à la tombée de la nuit.

– Notre plan de route s’arrête à Boulemgaden, mon général.

– Et alors ? SO/140 est un camp de réfugiés juste à la limite de notre territoire !

– Puis-je demander à ma hiérarchie l’autorisation de poursuivre jusque là-bas ?

– Non, non et non, hurle Biassa ! Lorsque vous pénétrez à OZ3, votre seule hiérarchie, c’est moi ! Alors, où vous allez décharger là où je vous ordonne de le faire, ou vous rentrez au 12ème CA en charge, compris ?

– Mais, mon Général, j’obéis aux…

– Dehors, où je vide mon chargeur sur vous ! Fichez le camp ! Sortez !»

Le lieutenant général fait mine de dégainer. Tewfiq Baali ne demande pas son reste. L’homme qui vient de le menacer ne semble pas dépasser les trente-cinq ans d’âge. Il a l’air d’un type miné, sans doute bourré de kif. Déjà au crépuscule de son existence…

Tewfiq Baali remonte à la surface. Les équipages attendent sous le filet de camouflage, qui ne les protège nullement de la fournaise ambiante. Ils ont peiné sang et eau pour que ce chargement arrive à sa destination. La logistique d’Idrissia était pressée de s’en délester. Voila que le destinataire officieux n’en veut pas. Tewfiq Baali relève sa casquette comme il a vu faire l’Adjudant-chef Kharoubi à l’Académie.

«Nous risquons gros, si nous poursuivons sans instructions claires, dit-il avec appréhension à son collègue, enclin qu’il est à la concertation.

– Mais pourquoi donc, râle Nabil Chawki ? Y’a qu’à leur décharger incognito tout ça dans un creux entre deux dunes et rentrer en quatrième vitesse à la maison. Les hommes n’en peuvent plus.

– Au lieu de suggérer une solution intelligente, tu dis n’importe quoi !»

Irresponsable, le chef de convoi repose son front sur ses mains, au volant de la jeep. Tewfiq Baali redescend sous terre à la recherche d’une solution de secours. D’une manière ou d’une autre, il faudra bien que quelqu’un accuse réception sur l’ordre de dotation. Il redemande au téléphone Rachid Basta, qui le rejoint quelques minutes plus tard. Il lui raconte sa mésaventure avec Biassa.

«Il a menacé de tirer sur moi, tu te rends compte ?

– Ça n’est pas nouveau. Qui t’as dit d’aller le voir directement ?

– Personne. Un aspirant que je ne connais pas m’a, du reste, dissuadé de mettre les pieds chez lui.

– Il a eu raison. Pourquoi l’as-tu fait, alors ?

– C’est le chef de la zone lui-même qui m’a convoqué. Un lieutenant de la sécurité, un certain Yassine m’a demandé d’enregistrer notre arrivée. J’avais plutôt à l’idée de suivre la voie informelle.

– Dans ce cas, tu es allé voir le diable. Il a déjà tiré une fois sur son secrétaire sans le toucher. Quant aux menaces, j’en passe !

– Le commandement n’a rien fait ?

– Absolument rien. Ici, en zone opérationnelle, il est intouchable. Il faut souligner qu’en matière de tactique militaire, il n’a pas son rival dans toute l’armée. Le Général Daoui, Chef du 9ème CA ne s’en séparerait pour rien au monde. Quant à ce Lieutenant Yassine, il est préférable de l’éviter.

– Il m’a invité au mess ce soir.

– Je t’aurai averti. Il n’aime pas les réservistes.

– Ce n’est pas une nouveauté chez la majorité des actifs.

– Que puis-je faire pour toi, mon ami ?

– Je voudrais entrer en contact avec le 12ème CA pour aviser de la conduite à tenir.

– Impossible maintenant. Dans la journée, les liaisons sont saturées. Nous essayerons la nuit.»

Ensemble, ils tentent des incursions à la logistique, à l’armement, à l’intendance. En vain. Aucune structure ne semble concernée par ce mystérieux chargement. Soudain, Tewfiq Baali se souvient du nom de celui que le Lt Yassine a rappelé à son bon souvenir, et qui pourrait certainement les aider. Il dit à son ami :

«Et si nous allions voir Zemlet. Je crois qu’il est le seul à pouvoir faire quelque chose pour nous ici.

– Mais oui ! J’avais complètement oublié cette option ! Allons-y et advienne que pourra.»

En tenue de combat, le Colonel Zemlet les reçoit en toute simplicité, en venant s’asseoir avec eux. Lui aussi semble entretenir des rapports tendus avec Biassa, à la différence qu’il est «conditionné» pour supporter son chef. Des bouteilles de whisky stockées dans un tiroir inférieur de son bureau l’aident à amortir toutes les rebuffades… Il n’hésite pas, du reste, à les inviter immédiatement à partager avec lui quelques verres. Rachid Basta en accepte un. Tewfiq Baali refuse de la main. Zemlet ne semble pas s’en formaliser. Le chef de mission explique calmement à l’officier supérieur son problème.

«Je vais peut-être vous étonner, lui répond l’officier supérieur. Vous allez faire exactement ce que vous a ordonné Biassa.

– Mon ordre de mission s’arrête à Boulemgaden, mon Colonel. Et l’ordre de dotation est clair. Il est destiné au commandement de la zone 0Z3.

– Et alors ? Considérez SO/140 comme un lieu de déchargement comme un autre, à l’intérieur de la zone.

– SO/140 n’est pas en territoire étranger ?»

Le colonel se met à rire doucement. Il regarde Tewfiq Baali avec bonhomie, tandis que sa tête dodeline légèrement.

«Vous êtes compliqué, lieutenant. A la latitude où nous sommes, les frontières sont comme les mirages du désert. Elles dansent…»

Zemlet met ses rangers sur la table basse installée devant son bureau et ne regarde plus ses visiteurs. Il tient son verre avec les deux mains contre la poitrine, et lui fait faire un mouvement rotatoire, tandis que ses yeux fixent le vague. On aurait dit une mère berçant son enfant.

Ses invités peuvent rester pour finir la bouteille avec lui s’ils le désirent mais l’entretien professionnel est apparemment terminé…

Les deux réservistes se lèvent finalement, gênés, et claquent les talons. L’officier hasarde deux doigts à la tempe, en balançant plus que jamais la tête, l’air légèrement éméché, mais dont la mise reste tout de même impressionnante…

Les deux amis remontent à l’air libre rejoindre le convoi. Maintenant, il fait nuit. Rachid Basta leur sert de guide pour le complètement des pleins et s’occupe du dîner des équipages. Il leur présente le commandant de la compagnie de transport du lieu, un chic sous-lieutenant de réserve du nom de Benaïssa, qui promet à Tewfiq Baali de câbler à la direction du Train au ministère pour des précisions, le 12ème CA étant injoignable.

Plus tard, après le dîner, dans la «chambre» de Rachid Basta, qui ressemble à la couchette d’un sous-marin, autour de petits verres de thé, les officiers de réserve se rappellent une fois de plus l’époque de la bleusaille durant l’instruction. Un temps à jamais révolu, battu en brèche par la réalité du terrain, notamment ici, en zone opérationnelle, où beaucoup d’événements douloureux sont venus bouleverser l’existence auparavant paisible d’hommes venus de tous les horizons.

Leur hôte leur raconte la terrible tragédie du convoi de Bir Lahlou «UN», qui a coûté la vie à la totalité des équipages d’une compagnie du Train. Et la revanche sur les FAR à Bir Lahlou «DEUX», dix jours plus tard.

«L’ennemi ne s’aventure plus maintenant au-delà de l’Oued Draa, leur dit-il. Il a adopté une autre stratégie, consistant à construire un mur pour protéger se qu’il appelle la «Sakiet Utile» des incursions du Front Patriotique.»

Tewfiq Baali cite les noms de camarades d’instruction.

«… Et Boulemzah ?

– Paix à son âme, dit tristement Rachid Basta. Il a sauté sur une mine lors d’une patrouille de reconnaissance.

– Et Bouabid ?

– Blessé dans un bombardement à Ergab. Il a été transféré dans le coma à l’hôpital d’Ouahran. On lui a coupé une jambe. J’ignore s’il a survécu. Et demain, ce sera le tour d’un autre. Du mien. Nous crèverons tous. Par le feu des armes ou celui du désert !»

Rachid Basta éclate en sanglots. Il avait l’habitude de pleurer à l’instruction, et Tewfiq Baali n’y voyait que de la nostalgie. Plus maintenant. Ce sont des pleurs de peur, d’impuissance, de désespoir. Nabil Chawki, d’ordinaire je-m’en-foutiste, parvient difficilement à contenir son émotion. Seul le soldat d’acier Farouk Zaïd garde une expression impassible de détachement, du moins d’apparence.

Leur hôte s’excuse finalement, car il est de permanence à la salle des radars. Une fois de plus, pas de cérémonie d’au-revoir entre lui et Tewfiq Baali. Il les laisse dormir sur les lits de camp d’une aire de repos, dans la fraîcheur toute relative du sous-sol. De temps en temps leur parvient du haut le sifflement aigu d’avion à réaction qui crève l’air.

Journal/21 Juillet 19.. : – (Boulemgaden). J’ai besoin de savoir, d’y voir clair. La chaude amitié qui me lie à mes compagnons d’armes n’aurait jamais dû exister. Car j’avais pris l’habitude d’espérer les revoir, d’entendre leurs rires joyeux, d’apprécier leurs réflexions intelligentes ou futées. Et voila qu’on m’a raconté comment qu’ils sont devenus des cadavres ou des estropiés. Tandis que nous nous apprêtions entamer notre voyage, il y a huit jours, j’étais rassasié du sentiment d’accomplir un devoir avec bonne foi, de la certitude de voir désormais des nouveautés curieuses et agréables pénétrer ma vie. J’étais conscient des difficultés, somme toute, professionnelles qui pourraient surgir sur mon parcours et qui serviraient forger mon caractère. Je me disais que j’allais accomplir cette mission avec efficacité, sans état d’âme, avant de prendre quelques jours de vacances bien méritées, quitte à retourner après à la quotidienneté routinière, banale, facile, de Shyrta. Après tout, je ne serais pas le seul réserviste en mission commandée ?

Mais, hélas, je crois que je n’aurai plus assez de repos de l’âme après le récit de Basta. Un conflit est en train de vieillir avant d’avoir commencé réellement, entre prétendants rivaux d’une terre qui n’appartient en fait qu’à son Créateur. Au bout d’un certain temps, cette rivalité se nourrira non seulement d’armes mais de haine et de vengeance. Un jeune officier, la chemise ouverte sur un torse encore juvénile, sensible, aimant la vie, la verdure, la fraîcheur de l’eau de source, la pureté de l’air des montagnes, la saveur des fruits de terroir, préparé à de grands projets humanistes, grâce à son éducation et sa culture, est maintenant en passe de devenir un exécutant infâme entre les mains d’un commandement diabolique. Est-ce là ma destinée ? Est-ce Dieu ou les hommes qui en décideront ?

 Je me sens désarmé et mes principes logiques ne défendent rien, ne protègent contre rien. Je ne suis plus qu’une statistique sur les ordinateurs de l’État -major. Comment une poignée de gredins sans foi ni loi, maître chantés par une secte toute puissante et intouchable, puissent-ils décider et se jouer ainsi du destin de toute une nation ? La lâcheté, je crois, c’est d’avoir accepté d’être responsable de cette mission.

Le S/Lt Benaïssa revient vers eux dans la soirée, en tenant à la main un câble arrivé du Ministère des Armées.

«Ça y est, les gars, leur dit-il jovialement ! Nous avons pour vous la réponse de la direction du Train.

– Alors, le questionne avec appréhension Tewfiq Baali ?

– Votre chargement doit être acheminé à SO/140. Le message ne dit pas qu’il est destiné au Front Patriotique, mais c’est tout comme.»

Mr Tewfiq Baali, le brave, le juste, le sensible officier de réserve du 51ème QGO/12ème CA, s’effondre intérieurement. Pour lui, comme il l’a noté dans son journal, la lâcheté, c’est de poursuivre jusqu’à SO/140. Un jour, s’il en survit, radié des contrôles, c’est avec un sourire jaune qu’il reviendrait à la maison. Sa famille aurait la joie immense d’accueillir indemne son fils, alors qu’en réalité, elle aura récupéré un corps sans âme, miné par un remords qui ne le quittera jamais, pas même au fond de sa tombe. Convoyeur d’armes, son père l’était durant la révolution, mais c’était pour une cause juste. Pour quelle cause, lui, le ferait-il ?

En même temps, il brûle de fouler du pied la terre que ses lointains ancêtres ont défendue à leur manière, avec des moyens dérisoires, avant de prendre pour la plupart le chemin de l’exil. Il voudrait parler aux habitants qui sont revenus, écouter ceux parmi eux qui lui diraient la vérité. Il dit à son collègue récalcitrant aux ordres :

«A partir de maintenant, tu reprends en main ton convoi. Je ne lèverais pas le petit doigt pour toi. Considère-moi désormais comme un touriste. Tu l’as suffisamment été jusqu’à présent. A mon tour de me la couler douce.

– Tu as bien choisi le lieu pour décrocher, réplique son compagnon. A partir d’ici, il n’y a rien à gratter. Ni filles, ni alcool. Rien que du sable et du soleil.

– Tous les goûts sont dans la nature, réplique-t-il sournoisement.»

Tewfiq Baali aurait pu dire à son camarade de le considérer comme un pèlerin. Ce dernier n’aurait rien compris. Le chef de mission joint le geste à la parole. Il enlève son uniforme et met sa gandoura, ainsi que son sarouel. Il ne garde de son uniforme que ses rangers, à cause des scorpions. Le S/Lt Benaïssa lui offre un chèche beige qu’il enroule autour de son crâne et couvre la moitié inférieure de son visage, à la façon N’Haggrie. A le voir, un familier ne l’aurait pas différencié de la moyenne des autochtones du désert. Et quelque part aussi, dans sa tête, s’opère un déclic, différent de celui qu’il avait senti lorsqu’il était étudiant, qui l’avait emprisonné dans le tourbillon tumultueux de la grande ville et l’étourdissement de la vie moderne.

La nuit tombe sur Boulemgaden. Les camions sortent de leurs abris. Toutes les mesures de sécurité pour la circulation en territoire hostile sont prises. Les tourelles sont armées. Les phares sont équipés du dispositif pare lumière. L’intendance gratifie finalement tous les équipages de chèches sahariens très utiles en cas de vent de sable, car le désert est sans pitié pour les gens qui découvrent leurs visages. En effet, durant leur périple, les hommes ont progressivement commencé à avoir les lèvres et les paupières gercées par la sécheresse et les rayons du soleil. Si le couvre-chef que portent les habitants du Sahara est symbole d’anonymat, servant à cacher les émotions (passion, peur, joie, tristesse, chagrin), c’est aussi un moyen de protection efficace contre la chaleur et un degré d’humidité près de zéro pour cent. Un Sergent de la compagnie de transport est désigné pour leur servir de guide. Les hommes se reposent par groupes épars, à même le sable, en attendant le feu vert des Liaisons.

Maintenant, Farouk Zaïd roule depuis une heure à la tête du convoi, sur la piste abîmée de SO/140. Le Sergent-chef Hocine Briki, leur accompagnateur, est assis entre lui et Tewfiq Baali. Tous ensembles, ils fouillent l’obscurité de leurs yeux, à la faible lumière des phares escamotés de la Land-rover. La vitesse d’évolution est très lente et la progression de la colonne monotone. Le chauffeur lutte contre la lourdeur qui lui engourdit les paupières. Des trous de [4]fech-fech pourri lui arrachent de sourds jurons. La poussière soulevée par les pneus pénètre partout et forme une fine couche sur les treillis, les mains et à la frange des sourcils. Entre le pouce et l’index, les grains de sable donnent une sensation désagréable de démangeaison. La piste rugueuse fait cahoter la longue procession comme les chocs d’un ressac de mer. Tewfiq Baali est attentif aux manœuvres, mais plus silencieux que jamais. Il est si las, si dégoûté de tout. Il n’écoute plus les paroles saccadées du guide, qui crie :

«A gauche ! Attention, fech-fech ! Freine ! Crabotage ! Serre à droite ! Reviens à gauche !»

Son esprit voyage au-devant de l’obscurité, là où les combattants de Sakiet attendent ce chargement, alors que, peut-être à mi-parcours, des soldats des FAR sont embusqués pour intercepter et anéantir ce convoi. Hamid, son cousin, son frère de lait a peut-être lui aussi emprunté cette piste, et il en serait revenu allongé sur une civière, puis enfermé dans un grossier cercueil.

Habillé à la mode sahraouie, le cœur de Tewfiq Baali compatit avec ceux qui ont le même sang que lui, même s’ils sont les otages d’un enjeu qui les dépasse. Il voudrait les embrasser, les serrer dans ses bras, décliner sa généalogie qui ferait certainement jonction avec la-leur, les mettre en garde contre les idéologies qui viennent d’ailleurs et n’apportent que haine et désolation. S’ils savaient combien leur mode de vie est le meilleur rempart contre les allégeances naïves et les coalitions douteuses. Les impérialismes ont été obligés de quitter ces régions lorsqu’ils ont jugé plus judicieux de les diriger à distance. De retour avec de nouveaux plans stratégiques, le néocolonialisme excelle dans l’art de monter des frères les uns contre les autres, pour une guerre fratricide, effroyable, et interminable.

Avec une soudaineté incroyable, une tempête de sable s’abat sur le convoi. Le guide demande de stopper sans délais la progression. Tewfiq Baali temporise quelques minutes, ne sachant quelle décision prendre. Il reconnaît être un novice dans cette région, sur cette piste.

«Si nous ne nous n’arrêtons pas immédiatement, des camions risquent de sortir de la piste et de se perdre, insiste le sous-officier.

– Pas de danger d’être surpris par les FAR, si nous stoppons ?

– Aucun risque. Lorsqu’une tempête se lève, elle paralyse tout le monde et aucun chef ne reconnaîtrait les siens…»

Tewfiq Baali fait signe à Farouk Zaïd d’arrêter. Il est une heure du matin et il reste le tiers de la distance à parcourir avant d’atteindre le camp de réfugiés. L’arrêt imposé semble devoir se prolonger toute la nuit. Les hommes ne peuvent ni dormir, ni sortir de leurs véhicules. Personne n’y voit à un mètre. La radio grésille. C’est Nabil Chawki qui appelle la voiture de queue. Tewfiq Baali actionne à la réception le talkie-walkie :

«Pourquoi as-tu arrêté le convoi, gueule son collègue ?

– Ce n’est pas moi, idiot ! C’est le vent du Sud. Le Simoun ! Rien ne lui résiste ! Pas même les plus puissantes armées du monde ! Du reste, je ne suis plus dans le coup ! Essaye de roupiller et ne me casse pas la tête ! La mienne est déjà en compote !»

Les hommes apprécient maintenant l’utilité des chèches pour lutter contre la poussière. Ils avaient dédaigné de les mettre au début, à cause de la chaleur. Maintenant, ils n’hésitent pas à couvrir la totalité de leurs visages avec. Paradoxalement, ils constatent que ces couvre-chefs constituent également une protection efficace contre la chaleur et la déshydratation.

Par vagues successives, des paquets de grains de sable crissent sur les tôles et le vent secoue les carrosseries, faisant cahoter les habitacles à l’intérieur desquels les équipages demeurent impuissants. Ils tentent de dormir. L’électricité statique provoqué par la tempête leur fait mal aux tempes, mais peu à peu, rompus par la fatigue, ils tombent sur les volants ou sur le rebord des boites à gants, et sombrent dans un état second.

Lorsque le soleil commence à filtrer la brume cuivrée du levant, le vent cesse aussi soudainement qu’il s’est levé, laissant apparaître la file éparpillée des camions, figés net la veille le long de la piste, dans des positions curieusement désarticulées. C’est un miracle qu’il n’y ait pas eu de télescopage. Des monticules de sable se sont formés sur le côté des roues exposé au vent. Les équipages sont requis pour souffler leurs filtres à air, à la pression des compresseurs, avant le départ. La jeep serre-file refuse de démarrer, à cause de son carburateur bouché. Elle est rapidement tractée par le camion de dépannage, car le convoi ne doit pas rester immobilisé, maintenant que le jour s’est levé. C’est avec des têtes très lourdes que les hommes reprennent leur progression désormais périlleuse vers SO/140. Avions de chasse, mines, embuscades peuvent les surprendre mètre après mètre.

Il n’y a pas d’avant-poste qui annonce la proximité du QG du Front Patriotique. Le camp dit des «réfugiés» est posé sur une dépression entre les dunes, sans que le voyageur étranger ne sache exactement s’il se trouve d’un côté ou de l’autre de la frontière. Des dizaines et des dizaines de tentes sont plantées dans un alignement impeccable, avec le drapeau du Croissant Rouge au sommet du plus haut des chapiteaux. Près des toiles circulaires s’affairent des femmes en haïk noir, et où jouent des enfants déguenillés.

Un service d’ordre oriente la Land-rover de tête vers une [5]khéïma, probablement la résidence des hôtes. Un peu plus loin se trouve une série d’habitations en [6]toub, où flotte le drapeau de Sakiet, et autour desquelles stationnent quelques véhicules «tout-terrain» de toutes marques, équipés de supports pour mitrailleuses. Une place de rapport sommaire est aménagée au centre du camp, entourée de pneus enfouis pour moitié dans le sable, et de pierres peintes en blanc et rouge. Nabil Chawki rejoint Tewfiq Baali sous la tente, où sont posés quelques matelas de mousse aux couvertures fleuries, autour d’un tapis usé. Une outre en peau de chèvre humide, remplie d’eau parfumée au [7]bignoun est accrochée au pilier central.

«J’espère qu’ils ne vont nous demander maintenant d’aller décharger au front, face au Mur des FAR, fait remarquer Tewfiq Baali, assis à la mode arabe, avec des habits qui le font ressembler à un cheikh local…

– Qui sait, répond Nabil Chawki, en avalant de longues gorgées d’eau. Moi, rien ne m’étonnerait dans ce pays de mirages. Tu dors avec une dune derrière le dos. Lorsque tu te réveilles, tu la trouves devant toi. C’est à devenir dingue. J’espère au moins que leurs femmes ne sont pas aussi fugaces devant des étrangers.»

A cette remarque, Tewfiq Baali fusille du regard un aspirant narquois. Bientôt, la majorité des équipages rejoint l’encadrement sous la tente. Les hommes se vautrent comme ils peuvent à son ombre, et s’endorment immédiatement, anéantis par la fatigue et le mauvais sommeil de la veille.

Une demi-heure plus tard, des «tristesses» voilées leur apportent le plat traditionnel, constitué de petit-lait de chamelle et de dattes, qu’elles servent en silence. Peu après, un gradé en treillis arrive. Il invite les officiers et le guide à le suivre vers l’administration du camp. Il les fait pénétrer avec un geste de main ample, en baissant la tête, dans une salle où est aménagé un tour de table rectangulaire, identique à celles des comités de volontariat de la réforme agraire. Tout autour sont assis des notables en tenues traditionnelles, dont les traits ressemblent étrangement à ceux de la famille de Tewfiq Baali. Il y a également des dirigeants militaires plus jeunes, dont le treillis n’est pas différent de celui de leurs visiteurs, mais apparemment investis de grandes responsabilités.

«Essalamou Alaïkoum, disent les missionnaires.

– Oua Alaïkoumou es salam oua rahmatou allah, oua barakatouhou, répond en chœur l’assemblée.»

Nécessité de serrer la main à tous les présents sans exception. C’est le Sergent Hocine Briki qui fait les présentations. Les officiers sont installés face à une troïka de militaires, présidé par Si Moulay Ahcen Ben Hakim, Ministre de l’Information.

«Marhaban, leur dit ce dernier. Nous étions inquiets pour vous, à cause de la tempête. El Hamidou Lillah, vous êtes arrivés sains et saufs.

– Nous n’étions plus très loin d’ici, répond le chef de mission. Nous avons jugé plus prudent de nous arrêter.

– Vous avez bien fait, ajoute le ministre. Le désert ne pardonne pas. Marhaban, répète-t-il.[8]Guaarbou lina. Nous sommes des frères.

– Nous vous avons apporté votre chargement dit le chef de convoi. Intact et entier.

– Lequel est-ce, questionne le ministre ? Nous en attendons beaucoup. Est-ce celui qui devait venir de Port-Saïd ?

– Non. D’Idrissia, intervient Tewfiq Baali. Vos expéditions ont été regroupées là-bas par le Commandement unifié.

– Comment va le front, lâche stupidement Nabil Chawki ?

– Solide comme le roc, répond le ministre. Surtout depuis que nous utilisons les missiles sol-air MG4 contre leurs avions. Une merveille qui fait mouche à tous les coups. Sur le plan terrestre, nous sommes maîtres de la situation au sud du Mur. Au nord, nous faisons des incursions qui se soldent généralement par des victoires. Nous les harcèlerons, jusqu’à les chasser au-delà de l’Oued Draa.

– Nous vous avons apporté de quoi les anéantir, lâche inconsidérément l’aspirant.

– Si vous parlez du chargement d’Idrissia, je crois que vous faites erreur, lieutenant, fait remarquer le ministre.

– J’ai avancé cette affirmation à tout hasard, corrige Nabil Chawki, que Tewfiq Baali fusille une fois de plus du regard. En réalité, nous ignorons ce que contiennent ces caisses.

– Allons les ouvrir, dit fort à propos et sans complexe le ministre. Comme ça, vous en aurez le cœur net. Nous n’avons rien à cacher. Nous appellerons le délégué du Croissant Rouge et les correspondants de journaux étrangers en cours de chemin pour qu’ils assistent à l’opération, ajoute ce dernier.»

L’assemblée se lève et se dirige vers le premier camion du convoi. Il est passé dix heures du matin et maintenant la place de rapport grouille de monde. Les ridelles des semi-remorques ont été abaissées par les équipages. Des combattants de Sakiet y grimpent, armés d’arrache-clous et s’emploient à ôter avec précaution les couvercles des caisses, le bois étant précieux dans la région. Des reporters montent sur les toits des tracteurs et se mettent à photographier les contenus mis à découvert, en prenant soin de ne pas cadrer les sigles et drapeaux des véhicules, sur instruction du chef de mission.

Tewfiq Baali ne résiste pas à la curiosité d’apprécier de ses propres yeux la marchandise, les produits, articles ou équipements dont la nature inconnue a torturé son esprit durant toute l’expédition… Il est vrai que Farouk Zaïd a fait allusion à des feux d’artifices qui mettraient en émoi Mezghena, mais désormais, il ne lui fait plus confiance, et ne croirait plus à un traître de ses mots. Il monte sur une toiture et regarde. Les caisses contiennent, ô mon Dieu, des habits d’enfants, des ustensiles de cuisine, des médicaments, des tentes, des matelas, des couvertures, du lait infantile, de l’huile de palme, de la farine de mil en sacs de cinq kilogrammes, des boites de conserves, des articles scolaires, des jouets.

Une indicible émotion étreint la poitrine de Tewfiq Baali. Ses yeux s’humidifient, et bientôt, des larmes se mettent à couler sur ses joues. Les combattants exhibent des objets aux yeux des femmes, qui émettent des youyous d’allégresse à chaque exposition.

«Merci, mon Dieu de m’avoir permis de convoyer ce chargement porteur d’espoir, pense-t-il. Je suis revenu vers les débris de mon peuple. Celui qui a été chassé d’ici au début du siècle et éparpillé dans toutes les directions. N’en déplaise à ceux qui me dénigrent cette origine pourtant très hostile et pas forcément glorieuse. Memmou El Aïne, notre ancêtre commun et représentant de notre confrérie s’est établi ici, parce que personne ne s’y trouvait, personne n’en voulait et ne pouvait résister à cette vie rude des nomades errants qui lèvent leur camp sans cesse, en quête de nouveaux pâturages. Les prospecteurs des colonisateurs qui ont envahi ces terres, pris par la fièvre de l’or, n’ont finalement récolté que du sable fin qui s’éparpillait entre les doigts de leurs mains et sont repartis penauds.»

Tewfiq Baali redescend du camion. Maintenant, il lui faut trouver celui parmi ces hommes qui lui dirait la vérité, au sujet du Front Patriotique. Certainement pas un de ces militaires conditionnés par l’idéologie communiste. Plutôt un vieux loqueteux méprisé par les combattants valides. Pas un notable, qui penche du côté d’où vient le vent. Un pauvre berger qui ne possède pas de bétail. Un maréchal-ferrant qui gagne sa vie à la force de ses bras. Un cordonnier silencieux. Un Taleb effacé. Oui. Tiens, il irait parler à l’enseignant qu’il entend apprendre le Coran à des enfants sous une tente ! De tous les hommes, il est le seul, apparemment, à ne pas avoir été curieux de la nature du chargement qui vient d’arriver.

Tewfiq Baali se dirige vers la tente d’où lui parviennent des cantiques rythmés de versets coraniques. Il baisse la tête et pénètre dans la pénombre du lieu, avant de s’agenouiller derrière des élèves habillés de gandouras sales. Un vieil homme à la barbe blanche écoute la multitude des récitants penchés sur leurs planches en bois, psalmodiant chacun dans un mouvement d’avant en arrière de leur poitrine, une sourate différente. Leur enseignant est habillé d’un burnous en laine blanche, malgré la chaleur étouffante qu’il fait. L’enseignant tient une longue perche orientée au-dessus des têtes des élèves, les menaçant en permanence, comme l’épée de Damoclès.

Tewfiq Baali est toujours étonné par la faculté qu’on les Tolbas de suivre la récitation particulière d’un seul élève, au milieu d’une cacophonie générale. Pourtant, ils y parviennent infailliblement, et frappent avec leurs bâtons les seuls gamins défaillants ou distraits !

Tewfiq Baali ne s’impatiente pas. Le Taleb a remarqué sa présence mais reste impassible. Ce n’est que vers onze heures qu’il tire de la poche de son gilet une montre, avant de frapper dans ses mains. La tente se vide subitement. Tewfiq Baali se lève, s’approche et s’agenouille de nouveau face au vieil homme.

«Es salamou alaïkoum, dit le visiteur.

[9]Oua alaïkoum ma koltoum, répond le Taleb. A votre service.

– Je m’appelle Baali. Je viens d’une lointaine contrée à l’Est. Mes parents m’ont beaucoup parlé de Sakiet. Le père de mon grand-père, qui s’appelait Si Moussa, enseignait lui aussi le Coran. Il serait parti d’ici avec sa tribu vers l’Atlas Saharien, au début du siècle, fuyant la persécution d’armées coloniales venant du Sud et du Nord.»

Le visage du vieil homme s’illumine. Il hoche la tête et observe les traits de Tewfiq Baali avec des yeux très doux.

«Quel est votre prénom, mon fils ?

– Tewfiq.

– Et celui de votre père ?

– Abdelkrim.

– De votre grand-père ?

– Abdelhamid

– Comment s’appelait votre grand-mère paternelle ?

– Lala Aïni.

– Son père ?

– Mohamed.

– Son grand-père ?

– Je l’ignore. Ma grand-mère m’a dit qu’il était le plus grand notable de la tribu. Le marabout de la Zaouïa de Smara. Il y a été enterré, après avoir été massacré lui et les siens par une colonne de spahis aux environs d’Agadir.»

Le visage du vieil homme s’assombrit d’abord, avant d’arborer un sourire sagace de nomade. Il met la main sur l’épaule de Tewfiq Baali et lui dit :

«Vous êtes Tewfiq Baali Ben Abdelkrim, Ben Abdelhafid, Ben Moussa, Ben Baali. Ma mère est une Baali. Votre grand-mère est Bent Mohamed, fils de Sidna Memmou El Aïne, [1]Ben Baali, le dernier des saints [10]Chorfas, qui a fondé la ville de Smara.

– El Hamdou Lillah.

– Qu’êtes-vous venu chercher ici ?

– Je n’ai pas prémédité ma venue. C’est Dieu qui a voulu. Je cherche mes racines.

– Et que voulez-vous savoir, nuance le vieil homme.

– La vérité.»

Le visage du Taleb s’assombrit de nouveau. Il reste pensif un long moment avant de reprendre la parole, avec résolution.

«L’histoire ne fait que se répéter pour notre peuple, mon fils. Sakiet a été occupée au siècle dernier par les Roms, à la suite de rumeurs de présence d’or abondant sur le lit de ses oueds. A peine cette terre avait-elle congédié un occupant que d’autres se déclarent. L’un te dira que Memmou El Aïne avait fait serment d’allégeance au sultan de Fès, qui lui aurait accordé en retour tous les territoires au sud de l’Oued Draa. L’autre convoitera les phosphates, le pétrole et le fer qui se trouvent à profusion dans ce sous-sol. Et nos jeunes naïfs te parleront de l’autodétermination, pour mettre en place un régime athée aux mains de descendants de renégats qui avaient trahi notre cause et dont nous avait mis en garde notre saint cheikh. Tes racines, mon fils, tu ne les trouveras plus ici. Elles sont maintenant disséminées à travers les grands espaces du Sahara, que dédaigne la civilisation. Le fondement philosophique de notre confrérie est le suivant : Va toujours de l’avant. Ne regarde jamais derrière toi. Tout désir de possession est vain. Enseigne à tes enfants la parole de Dieu.[11](…)Koulou maa alayha faanin… Maa yabka ila ouajha rabika dhoul el jalaali oua el ikraami…

– Voila la vérité que je cherchais, maître. Il n’y en a pas d’autre. La terre de notre Seigneur est vaste, mais la modernité a dressé des frontières pour endiguer la transhumance des nomades.

– Peine inutile. On ne pourra pas clôturer le Sahara.

– Les techniques de domination ont changé, maître. Des canalisations courent sous le sol, aspirent les matières premières et les transportent dans les pays riches, qui n’ont plus besoin d’armées pour les spolier. Ils utilisent désormais des agents nationaux à leur solde. Des satellites dans le ciel surveillent les mouvements de population et donnent l’alerte.

– Pourraient-ils nous confisquer l’air que nous respirons ?

– J’ai bien peur que oui. Si un jour il venait à manquer dans leurs atmosphères polluées.

– Et si un jour le mouvement s’inversait. A l’origine, les sciences et les connaissances étaient entre les mains des arabes.

– Maintenant le savoir humain travaille pour le compte de sociétés multinationales. Dans leurs laboratoires, leurs centres de recherche. Parce que lorsque nos savants terminent leurs études et reviennent au pays, les dirigeants les enferment dans des bureaux et les laissent croupir, sans mettre à leur disposition les moyens de recherche et de développement. Le grand problème auquel je ne trouve pas de solutions est celui-là. Finalement, ce ne sont pas tant les dirigeants qui posent problème mais le peuple lui-même, qui ne reconnaît pas ses fils.

– Je ne vais pas te laisser repartir sans un message d’espoir. Memmou El Aïne était acculé par le Sud et par le Nord, lorsqu’il avait ordonné à son peuple de se disséminer. Avant de mourir, voila ce qu’il avait laissé comme testament posthume à ceux qui l’entouraient, alors qu’il se vidait de son sang à la suite de l’embuscade. Voici ce qu’il dit à ce moment ultime mais non moins déterminant pour l’avenir de nos générations futures :

« … Ne croyez pas que c’est l’ennemi posté sur ces hauteurs qui m’a tué. C’est la trahison de mes frères de sang et de religion. C’est l’égoïsme qui déborde des cœurs. C’est la perfidie des esprits. Si vous voulez le bonheur, cherchez-le là où ne veulent pas et ne peuvent pas aller vos ennemis. S’ils vous rejoignent et que vous n’êtes pas en mesure de vous défendre, changez d’endroit. La terre de notre Seigneur est vaste. N’hésitez pas à la parcourir. Si on vous chasse, poursuivez votre chemin. Et un jour, vous finirez par trouver ce que vous cherchez. Le jardin de l’Eden.»

Il se passe un long moment de silence, de recueillement et de contemplation sous la tente. Le vieil homme se lève difficilement. Tewfiq Baali le soutient. Ils se dirigent ensemble vers la sortie. Dehors, deux files d’attente se sont formées, femmes à part, pour recevoir leurs quotes-parts de vivres, d’équipements et d’articles.

«Regarde, dit-il au missionnaire. On nous apporte ce dont nous n’avons pas besoin, pour faire de nous des assistés. Bientôt, ce camp va crouler sous les détritus. Les femmes ne voudront plus aller puiser l’eau. Elles ne voudront plus tresser de burnous ou de tapis. Les enfants ne voudront plus garder les troupeaux. Ils préféreront écouter la radio et voir la télévision, plutôt que d’aller apprendre le Saint Coran auprès des Tolbas ; qui ne trouveront plus d’élèves capables de prendre leur suite. Les hommes ne voudront plus partir rechercher de nouveaux pâturages. Notre véritable force est dans l’abondance de nos troupeaux et dans la légèreté de nos enjambées. Nous vivons de la sorte depuis des milliers d’années. Telle était notre destinée.»

Farouk Zaïd, appuyé à une roue de camion, les bras croisés, regarde de leur côté. Il donne l’impression de surveiller en permanence les faits et gestes de son protecteur, qui adopte sans cesse un curieux comportement et des désirs originaux. Le chef de mission n’oublie pas que le soldat de l’ombre lui a menti au sujet de la nature du chargement, dans le but de pister une éventuelle conspiration de réservistes. Peut-être qu’il n’émarge pas sur les listes de la Sécurité d’État finalement, ne cherchant qu’à faire sensation et garder son statut de soldat privilégié ? Ou peut-être qu’il a été chassé de ce corps très spécial, qui ne saurait accepter des gens médiocres et versatiles ? Ce soldat atypique n’a fait que lui mentir depuis de début. Il est impossible maintenant à Tewfiq Baali de démêler le vrai du faux avec lui. Il songe désormais à l’isoler. Dès le retour à Shyrta, il chercherait une chambre pour lui tout seul. Farouk Zaïd pourra rester avec les autres, s’ils veulent bien de lui. Tewfiq Baali veut prendre congé du Taleb pour remplir d’éventuelles formalités administratives. Il l’embrasse sur son chèche, comme le veut la coutume dans leur famille. Des larmes mouillent les joues maigres du vieil homme, qui lui dit, en lui tenant les deux mains :

«Soit le bienvenu parmi les tiens, Tewfiq. Vois comme ton peuple est devenu pauvre. Il demande l’aide des organisations humanitaires. Les forces du mal ont miné ses aires de transhumance, pour le forcer à se sédentariser. Nos enfants doivent se frayer de nouveaux chemins d’exil, afin de fonder de nouvelles familles, sur de nouveaux territoires non revendiqués, s’ils veulent demeurer libres. Ce camp est comme une fosse collective dans laquelle nous allons tous être précipités.

– Que puis-je faire pour vous, maître ? Je n’ai entre mes mains que.la force de l’écriture.

– Alors, dénonce toute cette tromperie. Porte notre message au-delà des montagnes et des mers.dit au monde que nous sommes un PEUPLE LIBRE et que nous tenons à le rester.

– Je vous promets de le faire, maître. Au revoir.

– Au revoir, mon fils. Que Dieu te protège et guide tes pas.»

Après l’enterrement de Lala Aïni, El Hadj Si Moussa lui avait dit à peu près la même chose, sur le même registre. Il revient vers le convoi, embarrassé par l’ordre de dotation qu’il a dans la poche. Ce chargement est officiellement destiné au 9ème CA. Est-ce que les représentants du Front Patriotique doivent signer ce document comme accusé de réception des colis dont ils viennent de prendre possession ? Ces biens représentent une valeur vénale susceptible d’être détournée. Dès le début, aucune mesure de protection de ce transfert n’a été prise. L’expéditeur, le transporteur ou le destinataire peuvent dans ces conditions amputer le chargement de lots importants. D’un autre côté, le transporteur, en l’occurrence un commandement militaire ami ne voudrait pas laisser traîner des preuves de soutien direct du Front Patriotique, même si le convoi a toutes les apparences d’une caravane humanitaire.

Le Ministre de l’Information remet à Nabil Chawki des papiers, que ce dernier ne prend pas, en levant les mains d’impuissance, et en désignant de la tête Tewfiq Baali, qui vient à leur rencontre.

«Je ne savais pas que vous étiez le chef de mission, dit le ministre. Avec votre gandoura, vous passez plutôt pour un guide ou un interprète.

– Merci du compliment. J’aurai préféré ces métiers à celui que j’exerce actuellement.

– Pourquoi ? Vous avez été pourtant le chef d’une mission humanitaire. C’est un honneur.

– Oui, mais j’aurai souhaité le savoir dès le début…

– Pour des raisons de sécurité et de discrétion, ce chargement devait être acheminé incognito. Toutes les armées du monde acceptent les actions de bienfaisance de la Croix Rouge et du Croissant Rouge. Toutes se doivent de les assister. C’est ce qu’a simplement fait votre armée.

– Tant mieux. Je suis heureux que ce chargement ait pu faire le bonheur de votre peuple (il aurait voulu dire MON PEUPLE, mais ce ministre, à l’opposé du Taleb, n’aurait pas compris…).

– Voici les doubles des listes de colis, avec mon visa de bonne exécution, que vous remettrez à votre hiérarchie. Nous avons tout contrôlé. Il ne manque rien. Vous avez correctement rempli votre mission. Toutes mes félicitations.

– El Hamidou Lillah, répond avec soulagement Tewfiq Baali.

– Notre reconnaissance envers votre peuple et votre armée restera éternelle. Grâce à votre aide, nous allons intensifier la lutte.

– Je crois que vous devez d’abord compter sur vous-mêmes, lâche le chef de mission. Lorsqu’on se penche sur l’histoire de cette région, on se rend compte que les alliances ne durent pas, que les trahisons et les défections sont légions.

– En effet. Nous savons que votre intervention directe dans ce conflit est préjudiciable à la politique extérieure de votre pays. Nous ne voulons pas vous embarrasser outre-mesure. Il y a six mois, aucune capitale occidentale ne prédisait une aussi longue, farouche et héroïque résistance de notre peuple. La propagande des FAR continue de crier sur les arènes diplomatiques qu’elle a affaire à votre armée. Nous allons déclencher une contre-offensive filmée par des correspondants étrangers qui va prouver au monde entier que le Front Patriotique de Sakiet est une entité réelle. C’est une force politico-militaire investie par son peuple et digne de le représenter.

– Je suppose que toute la partie sud de Sakiet est sous votre contrôle.

– Oui. Pour la simple raison que les FAR ne l’ont pas occupée, parce que rien n’y pousse. Nous avons commis une erreur impardonnable d’avoir laissé leur Marche soi-disant Verte pénétrer sur notre territoire. Nos notables ont cru à la supercherie des retrouvailles de tribus qui ont été séparées lors de la colonisation. Nous avons été contraints d’abandonner des positions urbaines. Nous allons les réinvestir. C’est par la guérilla portée jusqu’aux portes de leur capitale s’il le faut, que nous recouvrirons notre indépendance nationale.»

La conversation se poursuit sans Tewfiq Baali, car Nabil Chawki y remet son grain de sel profane. Assurément, les preuves de l’existence d’un conflit sont là. Camp de réfugiés. Enfants nus et crasseux. Blessés défigurés par le napalm. Peuple courageux ou avant-garde mercenaire ? La réponse n’est pas si simple. Il faut remonter loin dans l’histoire, lorsque le tribalisme faisait des ravages de mésententes, de division et de haine.

Tewfiq Baali sait que des négociations secrètes se sont tenues entre trois pays pour le partage de ce territoire, après le retrait du colonisateur. Preuve en est, elles n’ont pas abouti !

«Il est clair que la Charte Africaine parle de décolonisation et d’autodétermination des anciennes colonies, de règlements des conflits frontaliers par la voie diplomatique, se dit-il. L’annexion de ce territoire par un des pays, au motif de l’appartenance historique est un danger mortel pour la stabilité de la région. Des populations ont vécu pendant des siècles dans ces contrées. Elles étaient libres de toute domination. C’est à elles seules qu’appartient ce pays. Remettre en cause les principes de l’autodétermination équivaudrait à revenir aux frontières des émirats, des sultanats et des royaumes ethniques des temps reculés du Continent Noir.»

Tewfiq Baali revient sous la tente des hôtes et s’allonge sur un matelas, bientôt rejoint par l’aspirant, le «soldat de l’ombre», le Sergent Fahd et les caporaux. Il est midi et seulement la moitié des caisses est déchargée. L’opération ne peut se poursuivre qu’à la fin de l’après-midi, lorsque le soleil baissera à l’horizon. Du reste, le retour ne peut se faire que de nuit. Ce sont toujours les mêmes femmes menues, au teint olivâtre, qui leur servent le déjeuner. Comme le veut la coutume, elles gouttent au repas devant les convives, avant de se retirer. Elles ont les visages fermés, les yeux baissés et semblent porter le deuil depuis longtemps. Tewfiq Baali mange pour la première fois de sa vie du mil pilé, assaisonné d’huile d’olive. C’est succulent ! Il faut ingérer les boules de farine avec les doigts, car il n’y a pas de cuillères.

Repu, il veut dormir maintenant. Le sommeil sous la khéïma est reposant, malgré la chaleur. La texture en poil de chameau de la tente y est sans doute pour quelque chose. Il y fait moins étouffant que sous celles en toile du Croissant Rouge. Les caporaux reviennent au convoi. Farouk Zaïd s’éclipse, probablement pour réactiver ses opérations clandestines… Nabil Chawki décide de partir pour une chasse bien particulière…

Tewfiq Baali pense aux centaines de kilomètres de la route du retour qui les attend, avant de s’assoupir. Il dormait d’un sommeil paisible quand le Shyrtien vient le réveiller brutalement.

«Lève-toi, dormeur ! Le Président de Sakiet veut te voir. Il était en opération et vient à peine d’arriver. Il semblerait que des caisses ont été visitées par nos hommes. Il m’a vilipendé et nous a traités de voleurs. Je lui ai dit … Heum… Je ne suis pas le chef de cette mission ! Voyez avec le S/LT Baali. Tu n’as qu’à prendre tes responsabilités. Suis-moi, je vais te guider jusqu’à sa khéïma.»

Dehors, le camp est vide, assoupi, écrasé par la chaleur. Le désert rouge brûle la peau et aveugle les yeux. Les horizons de dunes vibrent et troublent la vue dans toutes les directions. Dans l’enceinte, il y a une soixantaine de tentes en toile kaki, habitées par les familles des combattants, et une dizaine de khéïmates traditionnelles, réservées aux notables. C’est vers l’une de ces dernières que l’aspirant se dirige obstinément, en la montrant du doigt à son collègue. Le chef de mission traîne difficilement ses jambes alourdies par le sable derrière le chef de convoi. De sous la khéïma repérée lui parvient des rires étouffés féminins, qui éveillent immédiatement les soupçons du Taxriti. N’est-ce pas là encore une des machinations funestes du Shyrtien ? Ce dernier jette des regards inquiets alentour, invite de la tête son compagnon à le suivre, avant de se faufiler à l’intérieur. L’entrée empeste une odeur chevaline. Le rire des femmes se fait plus fort. Maintenant, Tewfiq Baali hésite réellement à entrer, en furetant des yeux dans tous les sens, quand la main de Nabil Chawki sort de la fente et l’attire brusquement à l’intérieur. Il est surpris par cette empoignade inattendue. Ses yeux doivent s’habituer au clair-obscur du dedans. Que voit-il ?

D’abord, à l’avant, un vieillard baveux posé sur un tapis miteux. Deux nourrissons de deux ou trois ans, nus, maigres et sales, entourés de mouches, jouent près de lui. Debout derrière eux, une femme grasse, au teint bistre, est appuyée au pilier central et regarde avec effronterie les arrivants. A l’arrière-fond, deux jeunes filles dénudées, d’une beauté locale splendide, se trémoussent voluptueusement sur des matelas aux motifs colorés.

Stupeur ! Voila que la femme d’âge mûre se met à retirer sa robe noire ! Elle n’a rien dessous. Une fois déshabillée, elle se tourne, leur faisant dos et reste immobile, dans une posture langoureuse. Les deux jeunes filles la rejoignent de part et d’autre et jettent les rares tissus qu’elles portaient ! Tout ce cérémonial se fait dans le plus grand silence, sans paroles.

Tewfiq Baali est troublé devant pareille lascivité, et en même temps en colère. Il veut protester mais aucun son ne veut sortir de sa bouche. Il n’y a que ses yeux qui peuvent bouger à leurs orbites, regardant tour à tour le vieillard, les enfants et une sorte de tableau qui fait penser aux Trois Grâces de Pompée. Son compagnon enlève son pantalon et lui dit :

«Un tiercé difficile, n’est-ce pas ?»

Tewfiq Baali veut exploser, réagir, rebrousser chemin, mais ses pieds et ses bras sont comme paralysés.

«Bon, puisque tu ne te décides pas, je prends la grande et toi les autres, lâche Nabil Chawki, en avançant !»

Soudain, Tewfiq Baali se rappelle de tout ce qui a été dit entre lui et le Taleb au sujet du peuple de Sakiet, de ses souffrances, de son désespoir, de son exil permanent. Alors, une énergie fantastique se libère en lui. Il agrippe le chef de convoi au col et le renverse en arrière. Puis il se jette sur lui et lui serre la gorge avec des doigts qui tiennent comme des tenailles, se mettant à secouer la tête de sa proie sur le tapis. Nabil Chawki se débat, sans parvenir à desserrer la prise. Ses yeux grossissent démesurément. Son teint pâli. Ses cordes vocales parviennent à émettre un râle ou deux. Tewfiq Baali lui crache au visage et grogne rageusement :

«Tu as dépassé les bornes, salaud ! .je t’avais averti ! Tu es le diable incarné ! Ta luxure ne te suffit pas ! .Tu veux entraîner tous les enfants du Bon Dieu derrière toi ! .je vais mettre fin à tes nuits de ténèbres !»

La femme d’âge mûr porte une main sur ses seins pour les cacher et l’autre sur son sexe, avant de hurler à mort. Farouk Zaïd et Fahd font irruption dans la tente et parviennent à maîtriser le forcené. Il se dégage furieusement de leur emprise et ressort immédiatement. La lumière du dehors semble s’abattre sur lui comme une malédiction divine. Les deux enfants le suivent et lui prennent chacun une main. Il s’abaisse vers eux et les étreint, alors que des sanglots le secouent. Il se relève et les emmène avec lui sous la tente des hôtes, pour qu’ils ne voient pas l’horrible spectacle. Il trouve l’autre partie de lui agitée sur le matelas, baignant dans la sueur. Il couche les enfants sur un autre matelas et se couche lui-même sur son autre partie, pour faire cesser le dédoublement. Sa réintroduction corporelle est douloureuse mais elle parvient à le réveiller…

Journal/23 Juillet 19.. : – (Halte sur la Hamada du Ghir). Nous avons laissé Boulemgaden SO/140 derrière nous, après une soirée folklorique organisée en notre honneur. Ce que j’ai vu, ce que j’ai entendu, ce que j’ai fait, ce que je n’ai pas fait, ce que j’ai rêvé, ces trois derniers jours, a fait main basse sur toute mon existence.

Les chants et les danses mélancoliques des gens de Sakiet n’ont pas émoussé mon ressentiment. J’ai comparé les mouvements tournoyants de leurs femmes au mécanisme de girouettes, qui tournent dans le sens du vent. C’est vrai que leur pays est la proie de toutes les convoitises.

– Je n’oublierais jamais mon entretien avec le Taleb, qui m’a dit quelques vérités sur son pays et sur son peuple, qui sont, n’en déplaise aux traceurs de frontières, aussi les miens, j’en suis désormais persuadé.

– Je n’ai pas relaté mon dernier rêve à Nabil Chawki. Je suis persuadé que j’aurai agi de façon identique dans la réalité. S’il avait touché à une des «tristesses» de Sakiet sous mes yeux, c’est comme s’il avait agressé une de mes sœurs.

– Dire que le Front Patriotique n’existe pas serait nier une réalité que lui reconnaissent même ses ennemis. Dire qu’il constitue une entité libre comme au temps de Memmou El Aïne serait par contre une prétention naïve. C’est vrai que les temps ont changé. Ne suis-je pas au pays des mirages ? Il est si facile de planter des pieux autour de votre [12]M’rah, que le vent fait déplacer chez votre voisin le lendemain.

– Merci mon Dieu de m’avoir donné la force, même en rêve, de ne pas succomber à la tentation. Dans la réalité, c’auraient été, je crois, les enfants qui jouaient en toute innocence qui m’auraient protégé d’un péché que je n’aurai jamais pu expier.

– Merci mon Dieu de m’avoir permis d’acheminer vers ces pauvres malheureux des vivres et des médicaments, plutôt que des armes. Au début du siècle, Memmou El Aïne était conscient de la destinée de son peuple, faite de précarité et de souffrances. Il avait décidé d’éparpiller les familles dans toutes les directions, pour que le Sahara les absorbe et les rende invisibles (entendre ici invincibles), afin que l’ennemi ne les atteigne pas. Il s’était engagé délibérément vers une souricière, permettant ainsi aux caravanes en fuite de prendre de l’avance. C’est dire combien les armes ne sont pas forcément une solution inévitable dans un combat inégal.

– Au retour à 0Z3, le bureau des liaisons nous a ordonnés de remonter jusqu’à Thoffa, au siège du 9ème CA, pour y déposer l’ordre de dotation et les doubles des listes de colisage visées par le ministre de l’information de Sakiet. Une sorte de gage pour service rendu, redevable un jour ou l’autre. Peu importe les calculs politiciens. Moi, après ce pèlerinage qui m’a été offert par la Providence, et pour l’accomplissement de missions humanitaires de ce type, je suis prêt d’aller au bout du monde, si on me le demandait. Car sur ma route, au secours de populations déportées et affamées, plus aucun tracé de frontière n’aurait de sens.

– Je n’ai pas voulu revoir mon ami Rachid Basta. Je ne voudrais pas qu’on me dise un jour qu’il a péri, parce que la dernière image de son visage à nos adieux m’aurait poursuivi jusqu’à la fin des temps.

– La seule chose que je regrette de tout ce périple est de ne pas avoir pu appeler maman au téléphone pour la réconforter, car je sens qu’elle doit se faire du souci à mon sujet. Parfois, l’être humain se trouve emporté dans des tourbillons dont il peut maîtriser la vitesse de la spirale.

– Ce soir, de Thoffa, je câblerais à Lacheraf ce simple message :   «Mission accomplie Stop Signé : S/Lt Tewfiq Baali. Stop et Fin». –

[1]Cour royale.

[2]Siège de la Division de Défense Anti-aérienne d’OZ3.

[3]Division Blindée.

[4]Tuf rendu très friable après le passage répété des camions.

[5]Tente traditionnelle, tissée avec des poils de chameaux.

[6]Parpaings en argile séchée.

[7]Sève de genévrier. Extrait aromatique, aux vertus antiseptiques.

[8]Littéralement : Approchez-vous. (Joignez-vous à nous…)

[9]Je dis la même chose.

[10]Nobles.

[11]Tout ce qui est sur la Terre est voué à l’anéantissement. Ne restera que le Visage de ton Seigneur, resplendissant de majesté et de noblesse.

Coran. (Sourate)

[12]Enclos.

Publicités