© « Royauté sans effigie », Tome 2, Chapitre 1, Roman/ « Kingdom without effigy », Volume 2, Chapter 1, Novel

royaute

« Breathlessness » ,

Volume 2 « Kingdom without effigy »

 

Commun page to introducing all volumes.

 

        « Comrades, we have all been lead soldiers . »

 

Chapter One

 

Tewfiq Baali venture a vague and embarassed gesture towards his companions they go. Their packages at the shoulder, in single file, they move with gravity to the level 2 of the block. They must go faster to reach the place of respect, where waiting for a troop transport. Sergeant Week came to order them to decamp moment before. No question of waiting!
And while the hum of troop transports had stopped for a while, here is the light illuminating new block cadets reserve the first whistle of the « Week », the awakening with a start, half raised on a elbow, scraping shaved heads, not understanding what is happening to them, not knowing what to expect. Just like their predecessors in these places. !

Thus the military academy welcomes new residents. And it does nothing to retain the old ones. A bit like the turtle that laid eggs in sufficient quantity to perpetuate the species, but not willing to pamper their offspring. Whatever losses along the way!
The turtle? Species destined to live long. The military? Sort by excellence doomed to extinction. The future? They do not know anything. Only the staff knows. More or less, the rest …

Now that the famous blue layer novices, daubed willingly or by force of their skins into their barracks, became almost translucent, and their lattice took this faded shade of green so manly, they can afford to drive a so little mechanics to new recruits who took their places. Those seem to look with envy to go … To the fact that? … Or those who leave, or those who remain will never know enough. The military had no fixed address. Their stars fade quickly. They occur most often to the rear in the extended position, staring, silent forever crippled, mad, or rigid and cold …

Since the day before yesterday, the starters have seen Magirus not stop to empty the barracks of his troops, carrying them in all directions. They are the ultimate prize of the class formed by the Academy K74Y Interarmes Lembiridi to have packed up. In any two officers and three NCOs, newly promoted internship Train. After two postponements, the hour of departure has arrived. « Finally, » the army, is an adverb naively optimistic … Too early or too late, should we say? They all eternity before them to inform … They are in any case be futile to try to go back, presumptuous to believe guess what happens tomorrow …
This time, the Department of Education had to rush about this promotion firm to deliver commands and operational units within the time required by the Department of the Army, despite the drastic reduction in the time course determined above. Three months instead of six, including specialty. Too bad for the brave! But in fact, that he pay the costs? The Staff? Never oil ministry did not pay anything. They are still royally served first. It is the soldier, the most naive creature in the universe, to cough up in the end …
« In war as in war, had told the Director of the School Train on the day of the final exam … you have plenty of time to sharpen your weapons on the battlefield … we did our best to prepare for the job of a soldier … the main lesson that you must never forget, as long as you wear the uniform, he must kill or be killed … after all, this is why we exist other military … you take your game well so we can meet again another day at random from a mutation in the transit centers, he had concluded with his famous double-wink.  »
Poor consolation for these starters, however. Their destination Shirta. A shorter path for the allocation of military apparently more distant from the theater of hostilities …
Because the most senior of the group, but no lace, Tewfiq Baali was appointed to oversee his comrades during the trip. Nothing differentiates troops, epaulets for their students their officers and NCOs were withdrawn after the closing ceremony. Instructors had told them they could buy the stewardship, although in their hearts, they prefer that the newly promoted go brag elsewhere at the Academy … Incompatible genres, is not it? … It is well known that the ranking active military vomits ranking reservist. The first does not understand that to become leader in a snap, when the second does not care to be. Headache typically khaki insoluble! …
The rest of time. The quartermasters have other fish to fry than to pass badges tin to gold or silver starters … They have a new promotion to dress quickly. Accelerate the pace! The plant to produce soldiers must run at full speed!
At this time of the day pale, 4×4 kitchen is the only means of transport available remained in the barracks. This is Sergeant Allaoua was eventually appointed to accompany them. The army changed its mind at the last minute. She does not trust them. It may come to their idea of spinning the English … The officer goes to the front, regardless of the rank of officers in the group.
« Damn, he thought, settling … There is no grade marked on their roadmap … only the function of a military officer for two … this is too vague for me as an instructor led their life lasted for three months … both continue until the end … indeed, it is silly to have told an NCO they move … they will remain minors all their lives … At this rate, a single corporal active lead them by the nose … bah, what can I plug it … Essentially, this is to be able to get the mission to see the children … God, how I miss them! … and their mother, of course, gleefully imagining their secrets adult games!  »
Tewfiq Baali climbs on the back with the group. All sit on their duffels, except him who is not dirty his baggage because there are no benches and the floor is sticky tallow. When the truck starts, the new wave of recruits rushed into the dining room, pursued by the « Week », barking orders interspersed with profanity, exactly as did all the wardens during the previous instruction. Steam escapes through vents hot kitchens. Unusual ringing bowls attached to blue belts is invited once again to that moment, as all the blades in the barracks past three months.
The day before, the frame had pretended to ignore newcomers, according to a scenario repeatedly played for the classes before and those to come. While for men who leave, withdrawal is painful. It’s like out of a movie, after the screening of a beautiful film, be dazzled by the bright light from outside. See that the Earth continued to rotate. Be inhabited by the strange feeling of having missed something essential. Realize that we can not turn back the clock of time, and he’ll have to face the vicissitudes of this.
Tewfiq Baali has not had time to shave. This is the first time he returns to this « extra » since its entry into barracks. Yesterday he had buried his toiletries kit at the bottom of and did not want to undo her clothes neatly folded and ironed by her mother during her quarter final free « blue turning green, » a term now devoted to grunts who received their baptism of fire.
The Aspirant Mohamed Amari, his traveling companion, almost starting a round with the « Week », come shake at dawn as mere peacekeepers new promotion. Tewfiq Baali had interposed, avoiding an incident last minute that could delay their providential mutation at the headquarters of the 12th Army Corps. New conscripts, excited and anxious, did not let him sleep with their racket cabinets, beds that moves, and moves to the untimely stroke of midnight. Those not yet seem to have found their …
In the evening, the two newly promoted officers were joined to the block by three noncommissioned officers whose names are recorded on their collective roadmap. Their group had fallen in a dormitory, leaving no conscript invest the new promotion. Again, no mixing! They were lying on bare mattress without removing their fatigues and boots. Ultimate target of the academy in their place, because the transfer operation should suffer no delay. Having returned to their blankets, they were forced to sleep hands between her thighs, tickled by the ambient cold that reigns in the room, kicking in all directions, Cogitant constantly imagining a checkpoint obviously too perfect their landing Shirta.
Reverse the 4×4 does not. The driver must maneuver around the parade to find the exit. Tewfiq Baali draws a lesson. We must go forward. Thus all the armies in the world work … He remembers the last moments spent at the university.
« There is no difference, he said … implicitly, we are asked to fuck … except that the heads do not leave black dust accumulate in dark corners.  »
Some pubs have opened in the city center. A merchant donuts. Slag. Fathers of families make a chain for bread, because a shortage of flour advanced since the outbreak of hostilities.
The 4×4 is finally rolling in first with clutch. The truck emits a kind of groan uninterrupted terror to cats meow gutters … The soldiers herded back feel acutely the effects of cold, because there is no tarpaulin. They do not move. Whatever! They saw others!
Tewfiq Baali leans to forage before. He makes it a point of honor to stand, clean, proud, despite the weight of the package, which he flays shoulder strap, despite the frost bite his ears. He remained standing until facing the psychological sneaky army against the regime of indoctrination. But the last quarter rose to Lembiridi left a taste of unfinished business, and retracted. Fortunately, his need to escape is stronger than anything. When it agreed to cross the threshold of the barracks to meet a national duty for most kids his age, he would at the end of the world if the army asked. Provided it does not have to shoot innocent people, he did not cry to the mothers, he did not rob territories and seize the property of others. And especially, if it is not an instrument of repression against his people, angry against their rulers. This is the same antinomy of any army …
« We must take a sharp contrast to the measured steps of the school, high school and university, he said … even if the new owners are far choirboys!  »
Certainly, the truck forward at the speed of a funeral. Is not that their departure was something strangely singular? No grades. No parade of completion. No permissions of Completion. Officers whose companion is an NCO. A bounty hunter, somehow … They are hostages awaiting ransom hypothetical, the argument goes captivity. To convict, the is a short step …

4×4 finally arrives at the station. Allaoua agrees to let his « protected » make coffee buffet, pending the arrival of the railcar. Unexpected gesture, which seems an exquisite luxury, as they accused of bullying, deprivation, prohibited, since they wear the uniform of the army.
There is no other travelers they in the waiting room. This was not the case the previous day and the previous days, with the arrival and departure of troops. A rat race, which begins and ends without warning.
Posters calling with colorful trains, adorn the walls, facing the runners. The rail authority has placed them where they need to absorb the shock of all anxieties. She loves lucky, those who escaped. This concourse is like a springboard pool. It can take an elk, but does not preserve the fall. Travellers leisure to enjoy the scenery at the start. They are beautiful, relaxing and makes you want to go. In return, we do not see. Or rather, they pretend not to see. Because often in this country, the returns are painful …
O miracle! The two officers take an ascendant group on their unexpected companion when the teller stamp their tickets first class, in view of their grade on the road. Wounded in his self-esteem, their guide said to them:
« It is all in the second, guys … do not aloof.  »
Tewfiq Baali nods absently. Mohamed Amari remains unmoved. It whispers to his comrade:
« No way to go in the second, Baali … good god, that he takes this one? … it is only Sergeant! … , I do not negotiate over an iota of my authority now … it’s like this … there are those who command and those who obey … I am not making … I take the train, as everyone … tebki emmou or matebkich emma!  »
Tewfiq Baali said nothing. Long ago he was selfless leadership struggles. He wants to make some strides along the quay of the main track to stretch their members. How would he react if their coach decided to stop it? Should also fight to breathe fresh air? The army would attack it until this very intimate type of retrenchment?
Concrete piers is wet, but the first glimmerings of East announce a beautiful day. Tewfiq Baali like this station, built like any other time of the Belle Epoque. It has something romantic, the sky reddish rising prepares the magic of travel. Is it not here that took the start in turmoil warrior, a paradise on the other side of the sea? He was barely four years …

What does he remember? …

Bursts of bullets puncturing the silence at night. On the morning of spring flowers. With a blue sky so pure. On a cart pulled by an old baggage porters in rags. Leading the way, Dada Lamine is dressed in a white wool bunting and wearing a huge scarf immaculate held by a black ribbon, traditional secular clothing that Native invariably wore a certain age at that time, summer and winter despising the fads. He holds the hand of a kid whose parents gave the name of Tewfiq. Baya Baali following his father step. Younes was a baby, wrapped in a black veil.
Here the soldiers searched the suspects at the entrance to the station and check their papers. Them, we let them go. His maternal grandfather was neither bully nor bachagha but a mere seller of spices, coupled with a Taleb, who taught religious education in his backroom boys to his knowledge. It does not require compliance with its less noble bearing, its size, its look that does not shy away, and its legendary subject. He disdained friendly neighborhood talks, held in even benches alfa, a clay refreshed, between the Asr prayer and the Maghrib. Moments in which, unfortunately, during the discussions, the devil reigns and often the last word on human unconscious …
The products of the stall Lamine Dada were always the best quality. Wild honey, nuts, candied fruit mountain, seeds, spices of the East, dates oases, salted butter of sheep and goats, olive oil, mutton fat. And bric-a-brac souk. He bartered against local products dates with traders Touggourt. Was weighing his scrupulous. People were using his wisdom to resolve their disputes. Even settlers to the occasion! All transactions to the credit or debit were plotted on notebooks, stored chronologically in a binder on a shelf. A letter was also there, for his executor, leaving no outstanding debt after his death. These were the men who wanted to look like Baali Tewfiq already very young. This was the era that would never end …
Here the red Micheline picks up speed after slaughter. The grand-son who hails frantically hand opening. His grandfather remained on the platform that meets a gesture of blessing known only followers of Sufism …
Disguised as a track laborer, Abdelkrim Baali, the father climbed to the Yard Djerma seven kilometers downstream, to escape the vigilance of intelligence officers, who were looking for active participation in the revolution. Correspondence with El Guerrah Rapid Algiers. His father disguised as mechanic this time, face blackened with soot locomotive comes to comfort his family sitting steps in a 3rd class carriage. Their night in a steam-beyat the Casbah. The paratroopers who raided. Tewfiq Baali is confident that this is Madonna ragged, red braided hair and oily, kneeling among travelers of modest and hardworking laborers, who had saved them from the clutches of the army. The soldiers had searched everywhere, except on the balcony where they were, merely observing faces.
« Let those poor people sleep, they were told the unknown in a French accent in the Middle East. »
Abdelkrim Baali was hidden under a blanket which did not appear that angelic little face of his eldest son … The lady looked at the child with a vague smile mystical etched in his memory. At one point, she had whispered these words:
« If you stay wise, I would tell a great story. »
It was his beautiful story, full of flowers, grass, milk and honey! The next day, coach to White House. The DC4 sparkling. The airsickness. Bumpy landing at Lyon. The train to Geneva. Finally, they were safe! This one is another story …
Tewfiq Baali realize that sometimes it is in the lion’s den that is safer. At this time, he reserve officer of an army that has been used a few years ago to foment a coup happened to pull out of the game? … Or at least, there happen to it in the future, without too much trouble?

The railcar into the station at 7:37, as the Swiss trains. An exception. Because the accuracy is above all a state of mind. The best organizations do not survive. Punctuality flows. It is not for sale with automation we acquire turnkey in this country, without mastering technology. At twenty years apart, it is sure that she had the red Micheline? Further back, the locomotives were black to hide the soot from coal. These beautiful machines were not less elegant. They were expected, whistled far, expired plumes sometimes white, sometimes gray, and led beyond the mountains. For a child, these behemoths, breathe and blow at different speeds, mean they have a soul. And for a child, the horizon is the end of the world …
Mohamed Amari is implementing its decision to go first class, followed obediently by his companion, who apparently reacts spirit. They hoisted their heavy packages on the rack and install, quiet and brave in the direction of travel of the train. Chairs in blue felt, a futuristic design and are comfortable. The car is heated. The controller polite. Tewfiq Baali remembers the famous night when he ran alone at night through the deserted boulevards of Algiers waterfront, not to miss the train that was to lead to the Academy. This will lead him to another barracks, but a standing probably closer to civilization. We’ll see …
Allaoua gesticulating behind the glass door of the 2nd, with furious eyes, to attract their attention, and summon to join the group. Wasted. Mohamed Amari turns sideways, shaking his head with a smile that congeals into grin, trying not to look back in the direction of the NCO.
« The orders against the grain, it’s over, bitch, it mumbles … there is, there is! … is it not, Baali? …

– Yeah, approves it, yawning and swinging his chair to sleep. « 

A gentle torpor invades, while landscapes start running like a film camera which takes place more quickly. Transposed to the panorama, the film plays their instruction. A preview of which they are the heroes.

Tewfiq Baali remembers once more. The departure of Algiers. The night train. The first day in the barracks. Orders tight. Tons of efforts. S / Lt Dib, this extraordinary officer of the army. Firing exercises. Camp. The Course of Fighter. The death of his cousin Hamid, Corporal reserve in unclear circumstances. Train the internship. Maneuver. Fighting. Giggles dormitories. Examinations. A graduation ceremony of his coronation internship truncated and unexpected valedictorian. Personalities Ababsa Sergeant, Sergeant of Fitouni of Chief Warrant Officer Kharoubi, Lieutenant Ghozli, Lieutenant Makhlouf, Captain Yala Yakhlef Commander, Colonel Zemlet, General Djellal. Most importantly, this mutation incredible Shirta, and thus its next meeting with Fouzya Dorbani … Had he not said it lucidly:

« This is an open appointment. »

The process that leads to it is not cheating. It goes straight to the point, not deviating an inch from his route. Can you deflect a meteor its way? How could it be otherwise? Since this is their destiny willed by God Almighty.

Because he had not guessed Shirta. At least not right away. Not in uniform. Again, the train, his great accomplice to escape, which leads to this destination with time became a myth inaccessible, and is now, after all, the new starting point for the next step of his life. It will continue to travel by train even today, in this country, the railways have become an old-fashioned industry, attended only by Beachcombers military classes that come and go, destroying everything in their passage. Gradually, nodding heads, he and Mohamed Amari fall asleep soundly, recovering some strength after forced insomnia dormitory.

Shirta is by far and is desired after a long curved rails that the train takes jerkily, like a miniature circuit. Rahmoune Ouled El Khroub, Sidi Mabrouk are the judgments of the suburbs. After arriving until almost empty railcar fills up those jaded by the routine travelers, attracted by the regional metropolis, which to reach their work, to shop, to pursuing only a mirage …
Tewfiq Baali has no particular sympathy for this city of suspension bridges. It nevertheless retains an admiration surrounded distrust resourcefulness of its citizens. Everything is in unstable equilibrium, by definition. Lower is the abyss. Any space is occupied. Trade goes about from tiny stalls, but that attract large crowds. Under their blue aprons, merchants are white shirt and black tie. There are always beautiful products exposed to their storefronts. But, in contrast to the facade, shady, suspicious and ominous intrigue caste seem plotting behind gates, pediments which enthroned heads golden crowns Devils.
Brr … Tewfiq Baali has always had strange impressions identical to when it does not like places or people. Once, his father took with him when he went to procure hardware at Bichat. They returned with full baskets of food for the home. Along the way, the people who made the stop were shipped. So the son was hiding in the back of the van to keep shopping. He took the opportunity to eat bananas, pears, apples, grapes …
« Take it easy son, his father shouted at the opening! … you’ll have a stomach ache! « 

The railcar arrives at Bab El Kantara, its terminus, at 9:40. There, stitch before the military wait for transport to Stah El Mansoura, headquarters of the 12th Army Corps. At the entrance to the station, the statue of Trajan seems to expect. For centuries …
« What we do, said the Sergeant, questioning Tewfiq Baali? …
– The train 11, of course … as infantry, it launches! …
– There is a three-kilometer coast banging, noted Allaoua., Amused … Do you remember the bivouac Taxrit? … is steeper yet …
– No matter intervenes Mohamed Amari … tringlots we are! … more public transport!  »
They decide for the bus. Shoulder bag, they chain, as citizens patients. Except Allaoua. Nerve, it upsets people on its way to mount without complying with the tail, convinced of his « good military law. »
Tewfiq Baali feels that the uniform does not enjoy the same reputation here at Lembiridi. The military there are many more. They circulate in the streets dressed in output, with a look of grind which seems to ignore the royal state of alert …
« Hence the explanation, perhaps, he said. »
The old bus Liner Board of intercity climbs courageously to assault the hill. For passengers not accustomed path, rising very laborious it seems the last vestige rolling. However, the machine rises to the height at the end of a huge driving force. Hello and the next tour!
Their new fire appears above a dense pine forest. This is a huge military complex built by the colonial army in the last century, on one of the most strategic sites in the region. The original buildings were built with bluestone size. The roads are paved, old. Everywhere, plazas surrounded by wooden fences. The rings are hung to suggest hoofbeats of the horse of the Train. 1889. Pediments buildings have the same age as the epigraph of one of the columns of the colonial expedition progresses southward, engraved at the top of Jebel Taxrit near Lembiridi.
« So grunts marched here, Tewfiq Baali said … willingly or by force … I am part of the nth class … for how long and how? … that only God knows.  »
He had thought the same thing the first day of school at the Academy Interarmes Lembiridi, day camp, the day of the operation. Both men being led by the nose and rebelled more or less, in their own way. Many others who also love to be decided in their lives. A handful who managed to escape, anyway …
Staff Sergeant Allaoua is announced through the checkpoint of the 12th General CA, as the service staff of the 51st Operational Headquarters, than to the 14th Transportation Company and Circulation. It first takes the latter Mohamed Amari and three NCOs, while Tewfiq Baali must wait at guard his back. The place is in the same decay as Lembiridi. New life, still in gestation, which promises to him within these walls, seems radically different from anything he has experienced before. For the first time, indeed, he would leave the cocoon theoretical training to enter heart and soul into working life. A life connected to the lived reality of society, often fierce, only sensitive to jolts politics. It will likely adapt quickly to tasks and participate every day until all of the period of military service for which he was required. Unless the smoldering war in the West broke into the open, curving course deadlines and place of residence … While this strange premonition Fadnoun keeps coming to the rescue …
« It’s amazing what the human being adapts quickly, he said … everything is relative … few days of illness seem an eternity … you can enjoy a few moments of happiness as ephemeral butterflies … I must use this potential to cross turbulence that looks like … an invisible man, like … it will be difficult … it is to be Jeha’s ass … it would be a snake swallow … must play to the hungry … the voracious … because they love this race. « 

Half an hour later, Tewfiq Baali are surprised to fill out a position that was given to him by a surly sergeant, servant to the management of administrative records. A myopic total. The room smells musty and damp wood shabby. Daughters of the staff which he had spoken sergeant Fitouni does not lurk in the corridors … The counter of Service Employees resembles a mosaic, with the inscriptions of past called classes.
« These signs are engraved secretly a symbol of human frailty, he said … losing a battle against time elapses and you can not stop.  »
He Tewfiq Baali, the depositary of a duty of humanity irreducible, has always tried to make time an ally, with more or less success. Many milestones in pursuit of an elusive goal. Now he thinks he can pass the course victorious army. Institution that will guide the course of his life in a certain direction, and for two years. He must write. He must learn. It must be useful. All this in the cave of the ogre …
The officer comes back and tries to decipher the information sheet scribbled hastily by newcomer, bearing the printed near his thick glasses.
« … Political Economy, eh, he says dismissively, staring at him sideways? … you should have been assigned to the Department of the Army, my goodness! … it is there where you will be good! … here is a mess … it’s been twelve years since I bubbled into this ocean of records, nobody came to us with such a profile … strange whispers he, adjusting his glasses to better toiser newcomer …
– P’tète they have too many economists and political scientists in the department, replica Tewfiq Baali, with a silly accent and for popular … unless they spend their service in embassies, rectifies he maliciously? …
– My eye! … level, there? … zero! … lower than the School Certificate, loose with disgust NCO! …
– Keep your eye quiet reply curtly his interlocutor, who does not like people who use the language immediately contemptible familiarity to future colleagues, to try to have influence over them afterwards! … Do not say anything in front of strangers … you may be surprised! …
– Uh … believe me … I can not tell you history … I worked there … By the way, what is your rank? … I can not find it on the road …
– No idea …
– Let’s … there is marked military officer, without more …
– Just you and release me from these formalities do not stop … I want to breathe a little …
– Bizarre repeats the sergeant, returning to his Cardex.  »
Tewfiq Baali away from the window and sat on a bench near the window overlooking the square report. From the outset, he noted that here the movement of vehicles is more important than the troops. A typical operational units which they had been taught daily activities. The conduct of drivers is fast, expert.
« There is animation in perspective, he said with a smile. »
At the same time, elsewhere in the vast barracks, in the basement of the building transmissions, including the backdoor is highly restricted, a corporal clerk file the documentation section of the Regional Delegation of the State Security has pull a plug Cardex, on the instructions of his superior. It marks on the folio 7:

Data Baali Tewfiq
Back


Arrival of the S / Lt Tewfiq Baali reserve the 51st QGO/12ème CA. New instructions: Infiltrate an agent in its immediate environment, monitor all his actions, and to duplicate his newspaper.

After a moment, Sergeant Allaoua back, along with a pink and sucking clean, dressed in impeccable output.
« Behold, the reserve officer Tewfiq Baali, said the NCO guide … it is our valedictorian … supervision of the Academy recommends you with special mention …
– Welcome aboard mate, the aspirant said, handing him a timid hand …
– Thank you, responds Tewfiq Baali, warmly clasping, not without having first put to attention you …
– I present … Kafi, Head of the General Secretariat QGO …
– Nice … my … Lieutenant, stammers reflex acquired the newcomer, while the speaker is inferior in rank …  »
The officer blushed. Allaoua a laugh. The staff sergeant deploys its « antennae » to capture some word …

« I have received the message yesterday announcing your arrival, the aspirant continues … difficult to prepare in good conditions your accommodation with such a short time …
– It does not matter, Tewfiq Baali meets … you have to grant us permission famous eight days that the Academy has promised arrival at our bodies allocation … like that, you’ll have time to take care of our home …
– If it were up to me, I’ll have you given twice, responds with an amused mine officer … Academy you rolled in flour … the QGO does not leave accumulated other inherited body …
– There was nobody at the station waiting for us, pointed Allaoua …
– What do you take offense officer? … I sent a driver … but this moron finally had to come up the first soldiers who baratine …
– It is not serious, repeat Tewfiq Baali, annoyed by deception permission …
– If this is serious, said Kafi … they must be punished, if they make bad habits …
– Yes, approves Allaoua … they must watch …
– Let’s say I would not like that I came here to be inaugurated by punishment, says with determination Tewfiq Baali … without forcing the hand, of course, he corrects …
– Very well, Lieutenant … forget this incident … you must be exhausted by your instruction … we will try to squeeze you … temporarily until you find a good room … where this is a problem, the officer said, scratching his head … come on, please.  »
They leave the Service Employees. Allaoua shakes hands with everyone eager to get rid of his stupid but not less useful task. Kafi called a messenger, who ran.
« Khelifa accompanies Lieutenant to chalets … see the guard where he can install … voila, Mr. Baali … go … relax … I will announce your arrival to the commander … when you’re ready, I would introduce you to him.  »
Kafi serves hand again, with a smile of circumstance, quickly replaced by the mine concerned about overworked bureaucrat when he turns his back. A sergeant standing at the entrance of QGO beckoned urgently to reapply the hand to the ear, a sign of telephone communication.
« You could not answer yourself, replied the officer, angry? … there’s no way to get a minute here, dammit! … I’m sick of this contraption to the con! … enough!  »
The orderly takes the bag and Marine Tewfiq Baali goes ahead. They move to another forum, the more recent constructions. Obviously, the original designer of this project saw large barracks, while providing extensions azimuth scale of conquest who wanted eternal … Titanic sheds full of equipment and military vehicles of all kinds. Concrete plazas, out of sight. Ten dormitories aligned. Administrative buildings with four floors, housing the regional directorates of the 12th CA. Water towers. Fuel depots, ammunition. Sports stadiums …
The chalets are located on the edge of a cliff about thirty feet high, forming a natural wall protecting the encampment on its southern flank. At its core lies a pine forest down below to the National 5.
Khelifa enter into talks with the supervisor of the premises, which shakes and head quickly. Attitude common to all holders of property in this country, which transforms it into reflex ownership …
The orderly gets angry, gesticulating putting himself to outdo. Tewfiq Baali not listen to their chatter, preferring to enjoy the enchanting beauty of the site, approaching the green. Finally, the guardian consents to designate a room. After many trials of keys, they manage to open the door.
« I remind you once again that it is the chamber of the aide of the Chief of Staff, added the soldier, terrified … Khelifa, you will tell Kafi, huh? … I do not want to fuck, me … it is for him to take responsibility …
– Do not worry, Khelifa mouth, covering a strip of corporal! … always bitching! … the course we take our responsibilities, we QGO the other!  »
The orderly greet with a knowing smile his protégé, and leaves, hobbled happy to have been able to resolve a problem by itself, seemingly proud and satisfied with his lot to usher … As soon as it disappears from their sight, the guard cabins resumes air capacity, hesitating to turn the key to the newcomer, adopting a mine half fig, half grape, like a kid playing toss before jumping into the void …
« Listen, my little man, intervenes vigorously new resident! … I do not damn equal chum here or elsewhere! … if you do not decide to give me the key immediately, I go home and I’ll let alone solve this little problem! …
– No, do not take it like that … sir, ‘said the soldier, reluctant to describe the degree of his interlocutor, but reassured to hear the language of firmness which he used … I dégoterais better than that … wait a few more days …
– That’s it … that’s it, its replica vis-à-vis, tearing almost the key to the hand of keeper!  »
He closes the door behind him, shaking his head skeptically. In military parlance, it reflects the « better » the trooper by « worse » because the scale of values in a barracks, he would make more account is often dumbed down. ..
« Where would one find the best that the barracks room of a character as important, he said? »
The cabin is austere but dirty and dusty, betraying his prolonged vacancy. The furniture is identical to that of the Academy. The same gray iron daubed on wooden walls, which have all won to keep their natural appearance.
« It’s done on purpose, there is no doubt, he said. »
But here, at least, there is a sink and sublime happiness, window overlooking the forest.
« It is stronger than them, says he … free and proud nature came to taunt them down their walls … to me, it is a sign of welcome and told me to hold on … be patient … do not hesitate to join as many times as I can to do … and I will not fail!  »
He opens the window. What luck! The smell of pine resin was quick to invade the room. He hears the birds chirping, and lower the rumble of locomotives maneuver. He unwraps his package contents carefully on the bed and gets rid of its lattice. He looks in the mirror. His face took on the hale gray morning frosts. His hair was dark brown, light texture, not much delayed. He has dark circles under eyes. Too tired and lack of sleep accumulated. Bronchitis. There is no longer air its intellectual and romantic past a vague brightness at the bottom of his eyes. Will he well in these new places?
« Whenever you’re ready, told the aspirant. »
Words he thought now banned. Kafi had probably noticed his haggard and wanted to do it implicitly freshen up before being presented to the head of the body … He opens his package and installs the required above the sink. Indeed, nothing in the room no indication that anyone lives there. Two beds. Two naked mattress, brand new these. Two pillows with pillowcases. Two empty racks. And the silence. A silence that was not lucky enough to find in his dorm room, let alone in the dormitory of the academy. Now he understands from where the origin of resentment that had taken during the last days of his stay in Algiers.
« Surely, this city is a man-eater, he said … she did not like because I have not been complacent with her.  »
Even at night, there heard as a buzzing crusher which reduces body and mind into mush. As a monstrous roar and permanent from the depths of the earth.
« … yes, he continues his reflection … Algiers, the capital of people who think they know better than others … this is how we should call … privileged residents who use other before … and that the country stops Mitidja.  »
He immediately his mea culpa.
« I’ll probably not think like that if the letter of the Ministry of Universities had another content … I have said … everyone is beautiful, everyone is nice … O my God, why would he banal paper a great influence on the course of my life? … there is only you who provides … am sure that I am useful to men and destructive fantasies of my own … hold me from sliding into the mire of depravity … deliver me from my pride! … Wash me of my sins scholar useless.  »
He opens the valve and use to wash. Then shave. Carefully. At the Academy, he had to act quickly in bathrooms. No mirrors everywhere. Where abrasions, scattered tufts of hair, that the management of jubilant out to find something to complain about the conduct of men.
« I will try me retype new here, he said … I need … I deserve it.  »
Afterwards, he puts clean underwear and puts on another mesh, impeccably ironed. It is putting away the rest of his clothes in the closet when it falls on a rug with a beautiful green color, his mother slipped into a specific purpose within a pile of laundry .. .
« What a nice touch, he said, moved, with moisture in the eye … I am ready, Mom, take the path of righteousness? … let me do we clear this path which leads to peace of mind, constancy for good deeds?  »
He made his ablutions, took the carpet and moving towards the east. Then he began a prayer of repentance, before raising his arms to the sky:

« Lord! I believe in Thy Revelation … I surrender to Your will … accept my ignorance and free me of my mental anguish … I ask forgiveness for my sins … grant me Your Compassion … preserve me from error … help me to fight evil, injustice, and corruption …
Lord! … I am aware of my weakness and my faults … grant me the strength to correct … welcome my repentance and save me from the fires of hell … I seek refuge with You … put me on Thy Right Path-roll by all paths of turpitude where I may go astray … Praise be to God, Lord of the universe! ‘

He places the carpet and fell down on a mattress. The bed squeaking issues characteristic of all mattress army. A kind of plaintive groan, sounding almost human. He lights a cigarette and looks up the spirals slowly toward the ceiling. The image gives him no pleasure, despite the satisfactory taste players offered by his former mistress. A vice which he must relinquish asap! He would be happy in this position for hours without getting bored. Sleep would be welcome. Dreams too. Then appear beautiful images of escape plans, under the foliage of a coastal desert island …
Despite the comfort of the Aspirant Kafi, which did not set a specific time for his audience with the commander, he decides to notify the General Secretariat. It is the administrative officer ears riveted to two phones, taking notes in a notebook. The other occupants of the office are a sergeant and two corporals. Tewfiq Baali approaches the oil stove. The officers talk about football, yawning, without being in the least disturbed by the presence of their leader, let alone that of the stranger who is invited uninhibited in their office. It sits in a chair and lit a cigarette. Unlike Lembiridi, he would here the ice is quickly broken. It would derive advantages. It is thus observed doings, for a better integration into the new community, which would require that probably adopt. Because it is one, with its codes, its prohibitions and leeway. More question for him to adopt here, even if he wanted, solitary behavior he displayed in Algiers.
After a moment, he realized that the location is a crossroads where everything must pass before taking multiple destinations. Dispatching mail, schedule tasks, reporting, assignment of vehicles to command. Here is the phone that is master of ceremonies …

A half hour passes. The commander’s office opens. Excitement of planting in the hallway. Tewfiq Baali sees the passage of the silhouette of an old soldier, back, bent, accompanied by a lieutenant in battledress, listening recommendations. A black tie up to 304 steps. Commander Lacheraf climbs. The lieutenant saluted and disappeared. The senior made a vague gesture with her gloved hand holding the other glove. The car starts with a bang, led by a sergeant, please … This is the moment chosen by the secretaries to put their berets and disappearing, without notifying their leader, who continues to write. Kafi does not seem to want or be able to deal with the newcomer, who lit another cigarette and takes a newspaper on the table Corporal. He feels discomfort quickly to stay there, inactive, without being specifically invited. Finally, he gets up and leaves without a word. The aspirant, obviously very busy, do not hold back. Clearly, here, at least, his life is not like drone with maniacal thoroughness coaching academy. Ultimately, this is a sweet appearance that attracted …
Outside Khelifa plays to throw his hat in the air and try to recover as a boomerang. Seeing out Tewfiq Baali and confused, he is confused and sheepish, but parade is a perfect buy for …
« You might want to go for lunch sir, loose the porter, who stuck with his smile reveals an upper incisor gold? …
– Why not Tewfiq Baali said, remembering the inimitable why not his friend Basta, which must now examine a landscape of dunes in Tindouf? …
– The mess is in town … there is a shuttle to the checkpoint officers to carry on … but if you want to settle for the ordinary, I can take you to the dining … I know everyone there …
– Why not, he repeats … I’m hungry fox admits he … as I have not put my braids, I think it’s inappropriate for me to go to the mess.  »
Walking beside the corporal Tewfiq Baali think, in retrospect, he would commit a blunder by deciding to mingle with the cast. Then, shrugging his shoulders, he said that the move would not only by the quantity and quality of food that would stall his poor hungry stomach. He shrugged a lot today. He is convinced that it is a good therapy to not unnecessarily tortured mind. But is this resignation, soon arrived in a strange place, perhaps hostile? Or is it the stress of sneaky scenery, which eventually identified from the Academy? Along the way, Khelifa initiates the conversation, while the host looks at the blue sky vertical and wonder at its strange purple color, unexpected and strange, if he does not land on another planet …
« You’re lucky to have been transferred to the 51st QGO, sir, loose the orderly …
– If you think it’s a chance to be under the flags …
– It’s better than the front, anyway …
– What do you know about the front, Corporal? …
– Not much …
– Me neither, the rest …
– Better not to talk about … instructions are here …
– Then you can explain to me how the QGO is different from the other units of the army? …
– I just want to say that all reserve officers who have stayed with us in good memories and never fail to visit us when they are passing through Shirta … there is no better than Weapon Train …
– Ah? … I have a friend who stayed at the Academy said that the infantry, Train or the military, it is all the same …
– The infantry? … keriin el maaïz? … ever! …
– Do not be silly, Corporal … wearing badges that weapon! …
– Not for long … I applied for a position change, approved by the commander … Management Train the department denied anything …
– How long have you wear the uniform, Corporal? …
– Five years, three months and fourteen days … going for years … it is I who messed up all ten fingers on my own … for the rest, no! …
– It is so long that it, keeping? …
– A day for a year …
– Assets? …
– Nooooo! … God forbid! … Sign assets for twenty years suddenly and the army are lots of excuses to never accept their resignation … no, I’m proud of being contracting and that … our class was released in October, when this … when the alert has blocked all books … I’d say mine hands! … not covered, unfortunately! …
– The state of alert since October time here? …
– Yeah … but we never wanted to tell the troops before the foreign press does not talk about two months later …
– A war that is waged, murmur Tewfiq Baali, scanning the ground …
– What, sir? …
– Nothing, Corporal … we can not complain … As we did not back in a sealed box …
– Why do you say that, sir? … bad luck … must be soldiers everywhere … and everyone a chance …
– Khelifa … I have called thee by thy name, and I thou, now … I’ll tell you, keep it to yourself … we brought my brother Lotfi Fort milk in a rough wooden coffin packaging … it is not luck …
– I’m sorry, sir … my condolences …
– Thanks, but it does not rise again unfortunately … That said … you’re right … I think it is good to live in the barracks … you and me, we’re not going to war, is not it? …
– Not at all, then! … You see, it is very nice here.  »
Tewfiq Baali shrugs again, saying that not even the President can not give even that a quarter of a valid argument for the death of his cousin Hamid. On the other side of the border, not even the king could not console his poor subjects on the collapse of his army, after the violent response opposing and be sorry for what happens after … Two regimes face, obscuring the very idea of war, justifying the repatriation of the dead with the formula:

« Accident beyond our control. »

« Diabolique policy when you want our officers, he said! … why do I poked my nose into your trap? « 

They arrive near a building style stadium American basketball, probably built in the 40s by the U.S. Army to the distractions of his « boys ». A swarm of soldiers swarming the entrance. Warrant without a cap, paying the belly of a pregnant woman, armed with a pickaxe handle, passing the four by four. If he slips fifth, it is pummeled mercilessly. There in the ice blue eyes of this ranking, and deleterious in its tracks as predatory instinct animal. Come to blows back his victims with a thud, backed by a « haaa » beyond the grave … The scrum is reminiscent of rough and dusty grouping of a herd of cows …
Khelifa whispers something in the ear of the NCO, who nods. The orderly beckons Tewfiq Baali remained behind to come. Upon passage, the adjutant clicks his heels. Tewfiq Baali responds weakly to salvation, as the most senior imbued with personality. This gesture makes him an odd effect, although he quickly feels like a trap …
New Khelifa through the refectory. A sergeant, dirtier than the troops, probably the « Marshall kitchens, » comes to him, rubbing his hands. Salvation of the new officer. Tewfiq Baali door out to the diagonal of the temple with a nonchalance even greater, while an inner voice shouted:
« Swollen lump army! … swells!  »
The NCO Guide with too much respect, as in the theater, to the self-service device.
« Excuse me, sir, ‘said the sergeant your desired … If I had known, I go and prepare a special meal …
– Why? … what there was on the menu so repulsive? …
– Uh, no … we have the guts chickpeas, green salad and dates … it’s a shame, sir … If I had known, I will spoiled! …
– Your lunch suits me perfectly, Tewfiq Baali said, imitating rubbing hands steward … to put a lot of salad, but remove the guts … mine enough for me!  »
He moved among the soldiers at one end of the long refectory tables around which we might as well eat ten to twenty people.
The « marshal » short, angels prepare a tray. NCOs are served separately, in a « square », separated from the room by a half wall. They look in the direction of the newcomer with gloom.
Tewfiq Baali notice how the troops eat greedily, lips poking out of the meal trays abundant, but finished fast. Their eyes still wondering. Knowing they will not have a supplementary ration, they just look longingly finish their peers, like dogs waiting for their master initiates bone …
« What fate uniform, he sighs! »
He immediately regretted having made the comparison with animals.
« These are men, he says … my brothers, who like me suffer … that their woes in the silent darkness of the night dorms … who hopes as large as the width of the horizon.  »
The « marshal » returns with a tray filled to the brim. Khelifa pretends to walk away with a canteen and two kilos of bread under his arm. It seems delighted to have been able to make this service officer relaxed and friendly, that may be of great assistance in the near future …
« You do not share my meal, said Tewfiq Baali? … I was too used …
– I have to return to the command … Lacheraf may return a moment to the next … he would kill me if he does not find me! …
– You do not of young? …
– Do not worry … I have here a canteen … it contains his breakfast than Kafi if not go home … and mine, if either left in a bit … um … in fact, I would be lying if I did not tell you that it is I who really enjoy almost all the time …
– The canteen that you said? …
– From Lacheraf … our commander … you have not heard of him? …
– No, Khelifa … if the commander uses the Ordinary, is that it must be damn good … he offers the same menu? …
– Absolutely! … it does not usually eat at home at noon … too accustomed to the grub of hairy, as he likes to tell his friends … he has no appetite, but it is a heavy smoker … it’s always me who ends his meals …
– Thank you, Khelifa … you can have … I shall return alone.  »
Tewfiq Baali is now decided to call subordinates by their names or surnames, according to their best sounding, rather than their grades or their functions. And the tu as much as possible when higher ranking is not around.
« Obviously, at the beginning, you can not guess their surnames at first glance, he said … but thereafter, the position of inferiority in rank is already a punishment in itself … should not exacerbate its name.  »
He began to eat immediately, enjoying culinary alchemy leader unknown. As the Academy of Lembiridi, the bread is to old. Black grime, stuck to the utensils, discourage the less demanding of gourmets, but … Similar indices are denoted by Tewfiq Baali and elsewhere show that major efforts are still to hygiene in the barracks.
« Too bad … all meals are tasty when hungry, he said.  »
Since his sudden celebrity valedictorian, he finds himself judging barracks Inspector General of the Army … He knows that this tendency to stick his nose into what does not concern risk, undoubtedly, it « attract a lot of trouble », as the doctor had predicted the Academy.
The « Marshal » is any attention to him until his departure. He lights up a cigarette and he cleans bread crumbs on its lattice accompanying protocols annoying to exit.

Tewfiq Baali decides to push the foot up to his room to steal a nap, since we did not even air here want to take charge of their professional situation. He barely warm. Offices are still closed. Benefit soldiers here and there, in the shade of some corners discrete moments of respite before the resumption of work at 13:00, and the resurgence of the frame.
« That’s something to win over the army, he said. »
He would like to extend this sleep a week straight, as he is tired. Provided we forget! Here again alone in a bare room, as before. Community life will have been a fire of twigs, the clock and the death of sensations we do feel that the time of a movie. How he regretted having left the barracks promiscuity! …
« This is my way of life has changed, no doubt, he said … even if I leave today for those destinations that Shirta did cry a lot of my classmates, the change would be welcome, suitable for … I have another shell coated harder than the old one.  »
He lies fully clothed on the bed without even taking off his boots. It’s a little worse than outside but not cold. It is too weary to undress and cover with a cloth. Images of the instruction return with S / Lt Dib now more than ever. He would find people of this ilk in the barracks. Sure to learn their side that no school in the world has: the experience of life.
« No, he said … the 12th Army Corps resembles a large area where we did some shopping without bothering to checkout … guys like Dib, here, they would pay dearly, because they will have naturally made the chain to adjust their due … I do like the likes of him?  »
Forest Stah is, moving, teeming with life. It shows the real time measurement. Which does not lie. Sleep wins quickly.

—————————————

Essoufflements, T2

« Royauté sans effigie »

 

Chapitre   Premier

 

Tewfiq Baali hasarde un signe vague et gêné en direction ses compagnons pour qu’ils avancent. Leurs paquetages à l’épaule, en file indienne, ils se dirigent avec gravité vers le palier 2 du bloc. Ils doivent descendre au plus vite rejoindre la place de rapport, où les attend un transport de troupe. Le Sergent de Semaine était venu leur ordonner de décamper l’instant d’avant. Pas question de le faire attendre !

Et, alors que le ronronnement des transports de troupe avait cessé depuis un moment, voila la lumière éclairant de nouveau le bloc des élèves officiers de réserve, au premier coup de sifflet du «Semaine», les réveillant en sursaut, à demi relevés sur un coude, se grattant des crânes rasés, ne comprenant pas ce qui leur arrive, ne sachant pas ce qui les attend. Exactement comme leurs prédécesseurs en ces lieux. !

C’est ainsi que cette académie militaire accueille ses nouveaux pensionnaires. Et elle ne fait rien pour retenir les anciens. Un peu comme la tortue qui a pondu des œufs en quantité suffisante pour perpétuer l’espèce, mais non disposée à dorloter sa progéniture. Peu importe les déperditions en cours de route !

La tortue ? Espèce destinée à vivre longtemps. Les militaires ? Genre par excellence voué à l’extinction. L’avenir ? Ils n’en savent rien. Seul l’état-major sait. Plus ou moins, du reste.

Maintenant que la fameuse couche bleue des novices, peinturlurée de gré ou de force sur leurs peaux à leur entrée en caserne, est devenue presque translucide, et que leurs treillis ont pris cette nuance de vert délavé si viril, ils peuvent se permettre de rouler un tant soit peu des mécaniques devant les nouveaux conscrits qui ont pris leurs places. Ceux-là semblent les regarder avec envie s’en aller. Vers où au fait ? Ni ceux qui partent, ni ceux qui restent ne le sauront jamais assez. Les militaires n’ont pas d’adresse fixe. Leurs étoiles pâlissent vite. Ils reviennent le plus souvent vers les arrières dans la position allongée, le regard fixe, silencieux à jamais, estropiés, fous à lier, ou rigides et froids.

Depuis l’avant-veille, les partants ont vu les Magirus ne pas cesser de vider la caserne de ses troupes, les transportant dans toutes les directions. Ils sont l’ultime lot de la classe K74Y formée par l’Académie Interarmes de Taxrit à avoir plié bagages. En tout deux officiers et trois sous-officiers, fraîchement promus du stage du Train. Après deux reports, l’heure de leur départ est enfin arrivée. «Enfin», aux armées, est un adverbe naïvement optimiste. Trop tôt ou trop tard, devrait-on dire ? Ils ont toute l’éternité devant eux pour aviser. Il leur est en tout cas vain de prétendre pouvoir revenir en arrière, présomptueux de croire deviner ce qui se passera demain.

Cette fois, la Direction de l’Instruction a dû cavaler ferme pour livrer cette promotion aux commandements et unités opérationnelles dans les délais requis par le Ministère des Armées, malgré la réduction drastique du temps de cursus décidée plus haut. Trois mois au lieu de six, spécialité compris. Tans pis pour les braves ! Mais au fait, qui en paiera-t-il les frais ? L’état-major ? Jamais les huiles du ministère n’ont payé quoi que ce soit. Ils se sont toujours royalement servis en premier. C’est au soldat, la plus naïve créature de l’univers, de casquer à la fin.

«A la guerre comme à la guerre, leur avait dit le Directeur de l’Ecole du Train le jour de l’examen final. Vous aurez tout le temps d’aiguiser vos armes sur les champs de bataille. Nous avons fait de notre mieux pour vous préparer au métier du soldat. L’enseignement principal que vous vous devez de ne jamais oublier, tant que vous porterez l’uniforme, c’est qu’il faut tuer pour ne pas être tué. Après tout, c’est pour ça que nous autres militaires existons. À vous de tirer votre épingle du jeu pour que nous puissions nous revoir un autre jour au hasard d’une mutation, dans les centres de transit, avait-il conclut avec son double clin d’œil célèbre. »

Piètre consolation pour ces derniers partants toutefois. Ils ont pour destination Shyrta. Un trajet des plus courts, pour des militaires à l’affectation apparemment des plus éloignées du théâtre des hostilités.

Parce que le plus haut gradé du groupe, mais sans galons, Tewfiq Baali a été désigné pour encadrer ses camarades durant le voyage. Rien ne les différencie d’hommes de troupe, car leurs épaulettes d’élèves officiers et sous officiers leur ont été retirées après la cérémonie de clôture. Les instructeurs leur avaient dit qu’ils pouvaient en acheter à l’intendance, quoique, dans leur for intérieur, ces derniers préfèrent que les nouveaux promus aillent fanfaronner ailleurs qu’à l’Académie. Incompatibilité des genres, n’est ce pas ? Il est de notoriété militaire que le gradé actif vomit le gradé réserviste. Le premier ne comprend pas qu’on puisse devenir chef en un claquement de doigt, au moment où le second se fiche pas mal de le devenir. Casse-tête typiquement kaki, insoluble !

Du reste, le temps presse. Les fourniers ont d’autres chats à fouetter que de refiler des insignes en fer-blanc doré ou argenté à des partants. Ils ont la nouvelle promotion à habiller au plus vite. Les cadences s’accélèrent ! L’usine à produire des soldats doit tourner à plein régime !

A cette heure blafarde du jour, le 4×4 des cuisines est le seul moyen de transport resté disponible dans le casernement. C’est le Sergent-chef Allaoua qui a finalement été désigné pour les accompagner. L’armée s’est ravisée à la dernière minute. Elle ne leur fait pas confiance. Il peut leur venir l’idée de filer à l’anglaise. Le sous-officier monte à l’avant, sans se soucier du rang des officiers dans le groupe.

«Fichtre, pense-t-il, en s’installant. Il n’y a aucun grade de marqué sur leur feuille de route. Seulement la fonction d’officier militaire pour deux éléments. C’est une notion trop vague pour un instructeur comme moi qui leur a mené la vie dure depuis trois mois. Autant continuer jusqu’à la fin. À vrai dire, c’est idiot d’avoir confié à un sous-officier leur déplacement. Ils vont rester mineurs toute leur vie. À ce rythme, un simple caporal d’active les mènerait par le bout du nez. Bah, qu’est-ce que ça peut me fiche. L’essentiel, c’est d’avoir pu obtenir la mission pour voir les enfants. Dieu, combien ils me manquent ! Et leur mère bien sûr, imaginant avec délectation leurs jeux secrets d’adultes !»

Tewfiq Baali grimpe à l’arrière avec le groupe. Tous s’assoient sur leurs sacs marins, sauf lui, qui ne veut pas salir son bagage ; car il n’y a pas de bancs et le plancher est gluant de suif. Au moment où le camion démarre, la nouvelle vague de conscrits s’engouffre dans le réfectoire, poursuivie par le «Semaine», qui aboie les ordres, entrecoupés de blasphèmes, exactement comme le faisaient tous les gardes-chiourme pendant l’instruction précédente. De la vapeur s’échappe par bouffées des évents des cuisines. Un tintement insolite de gamelles fixées aux ceintures des bleus s’invite une fois de plus à cet instant-là, comme à toutes les aubes dans cette caserne ces trois derniers mois.

La veille, l’encadrement avait fait mine de se désintéresser des nouveaux venus, selon un scénario à répétition joué pour les classes d’avant, et celles à venir. Alors que pour les hommes qui partent, le sevrage est douloureux. C’est comme au sortir d’une séance de cinéma, après la projection d’un très beau film, être ébloui par la lumière trop vive du dehors. Constater que la Terre a continué de tourner. Etre habité par le sentiment bizarre d’avoir raté quelque chose d’essentiel. Se rendre compte qu’on ne peut remonter l’horloge du temps, et qu’il va falloir affronter les vicissitudes du présent.

Tewfiq Baali n’a pas eu le temps de se raser. C’est la première fois qu’il renoue avec cet «extra» depuis son entrée en caserne. Hier, il avait enfoui son nécessaire de toilette au fond du barda et n’avait pas voulu défaire ses habits soigneusement repassés et pliés par sa mère, durant son ultime quartier libre de «bleu virant au vert», expression maintenant consacrée des bidasses qui ont reçu leur baptême du feu.

L’Aspirant Mohamed Amari, son compagnon de route, a failli entamer un round avec le «Semaine», venu les secouer à l’aube comme de vulgaires bleus de la nouvelle promotion. Tewfiq Baali s’était interposé, évitant un incident de dernière minute qui risquait de retarder leur providentielle mutation au siège du 12ème Corps d’Armée. Les nouveaux appelés du contingent, surexcités et angoissés, ne les ont pas laissé dormir, avec leur boucan d’armoires, de lits qu’on déplace, et de déménagements intempestifs vers les coups de minuit. Ceux-là non plus ne semblent pas avoir encore trouvé leurs marques.

Dans la soirée, les deux nouveaux promus officiers avaient été rejoints au bloc par les trois sous-officiers dont les noms sont portés sur leur feuille de route collective. Leur groupe s’était replié dans un dortoir, ne laissant aucun conscrit de la nouvelle promotion l’investir. Là encore, pas de mélange ! Ils s’étaient allongés sur des matelas nus, sans ôter leurs treillis et brodequins. Ultime consigne de l’académie à leur endroit, car l’opération de transfert ne devait souffrir d’aucun retard. Ayant réintégré leurs couvertures, ils ont été contraints de dormir les mains entre les cuisses, chatouillés par le froid ambiant qui règne dans la salle, gigotant dans tous les sens, cogitant sans cesse, imaginant un check-point, à l’évidence, trop parfait de leur débarquement à Shyrta.

La marche arrière du 4×4 ne passe pas. Le chauffeur doit manœuvrer autour de la place d’armes pour retrouver la sortie. Tewfiq Baali en tire une leçon. Il faut aller de l’avant. C’est ainsi que toutes les armées du monde fonctionnent. Il se rappelle les derniers instants passés à l’université.

«Il n’y a pas de différence, se dit-il. Implicitement, on nous demande de foutre le camp. Sauf qu’ici, les chefs ne laissent pas la poussière noire s’accumuler dans les recoins obscurs.»

Quelques estaminets du centre ville ont ouvert. Un marchand de beignets. Un laitier. Des pères de famille font la chaîne pour le pain, car une pénurie de farine pointe depuis le déclenchement des hostilités.

Le 4×4 ne roule finalement qu’en première, avec crabotage. Le camion émet une sorte de gémissement ininterrompu, à faire miauler d’effroi les chats de gouttières. Les militaires parqués l’arrière ressentent avec acuité les effets du froid, car il n’y a pas de bâche de protection. Ils ne bougent pas. Peu importe ! Ils en ont vu d’autres !

Tewfiq Baali s’accoude à la fourragère avant. Il se fait un point d’honneur de rester debout, propre, fier, malgré le poids du paquetage, dont la lanière lui écorche l’épaule, malgré la morsure du gel à ses oreilles. Il est demeuré debout jusqu’ici face à l’action psychologique sournoise de l’armée, face à l’endoctrinement du régime. Mais le dernier trimestre passé à Taxrit lui a laissé un arrière-goût d’inachevé, d’escamoté. Heureusement, son besoin d’évasion est plus fort que tout. Dès lors qu’il a accepté de franchir le seuil de la caserne, afin de répondre à un devoir national qui concerne la majorité des jeunes de son âge, il irait au bout du monde si l’armée le lui demandait. Pourvu qu’il n’ait pas à tirer sur des innocents, qu’il n’ait pas à faire pleurer des mères, qu’il n’ait pas à spolier des territoires et à accaparer les biens d’autrui. Et surtout, à condition qu’il ne soit pas un instrument de répression contre son peuple, en colère contre ses gouvernants. Ce qui est à l’antinomie même de toute armée qui ne dispose pas de garde-fous démocratiques pour évoluer…

«Il faut prendre une nette revanche sur les pas comptés de l’école, du lycée et de l’université, se dit-il. Même si les nouveaux maîtres sont loin d’être des enfants de chœur !»

Décidément, le camion avance à la vitesse d’un convoi funèbre. N’est-ce pas que leur départ a quelque chose d’étrangement singulier ? Pas de grades. Pas de parade de fin de formation. Pas de permissions de fin de stage. Des officiers dont l’accompagnateur est un sous-officier. Un chasseur de prime, en quelque sorte. Qu’ils soient des otages en attente d’une hypothétique rançon, l’argument de leur captivité passe. Pour des bagnards, le pas est vite franchi.

Le 4×4 arrive finalement à la gare. Allaoua consent à laisser ses «protégés» prendre des cafés au buffet, en attendant l’arrivée de l’autorail. Geste inespéré, qui leur parait d’un luxe exquis, tant ils ont accusé de brimades, de privations, d’interdits, depuis qu’ils portent l’uniforme de l’armée.

Il n’y a pas d’autres voyageurs qu’eux dans la salle d’attente. Ce ne fut pas le cas la veille et les jours précédents, avec l’arrivée et le départ des troupes. Une foire d’empoigne, qui commence et se termine sans prévenir.

Des affiches de réclame, avec trains multicolores, ornent les murs, face aux partants. L’administration ferroviaire les a placées là où elles doivent amortir le choc de toutes les angoisses. Elle aime les veinards, ceux qui s’évadent. Ce hall de gare est comme un tremplin de piscine. Il permet de prendre   un élan, mais ne préserve pas de la chute. Les voyageurs ont loisir d’apprécier les paysages au départ. Ils sont beaux, reposants et donnent envie de partir. Au retour, on ne les voit pas. Ou plutôt, on feint de ne pas les voir. Car, souvent, dans ce pays, les retours sont douloureux.

Ô miracle ! Les deux officiers du groupe prennent un ascendant inattendu sur leur accompagnateur lorsque le guichetier leur estampille des tickets de première classe, au vu de leur grade sur la feuille de route. Blessé dans son amour-propre, leur guide leur dit :

«On reste ensemble en 2ème, les gars. Ne faites pas bande à part.»

Tewfiq Baali approuve de la tête, l’air absent. Mohamed Amari reste de marbre. Ce dernier chuchote à l’oreille de son camarade :

«Pas question d’aller en 2ème, Baali. Bon dieu, pour qui il se prend, celui-là ? Il n’est que sergent-chef ! Moi, je ne négocie plus un iota de mon autorité désormais. C’est comme ça. Il y a ceux qui commandent et ceux qui obéissent. Je n’invente rien. Je prends le train en marche, comme tout le monde. [1]tebki emmou ou matebkich emma !»

Tewfiq Baali ne dit rien. Il y a longtemps qu’il s’est désintéressé des luttes de leadership. Il veut faire quelques enjambées le long du quai de la voie principale, pour se dégourdir les membres. Quelle serait sa réaction si leur accompagnateur décidait de l’en empêcher ? Faut-il lutter également pour respirer de l’air frais ? L’armée irait-elle jusqu’à l’attaquer dans ce type de retranchement très intime ?

Le béton des quais est mouillé mais les premières lueurs de l’Est annoncent une belle journée. Tewfiq Baali aime cette gare, construite comme toutes les autres au temps de la Belle Epoque. Elle a quelque chose de romantique, que le ciel rougeâtre du levant prépare à la magie du voyage. N’est-ce pas d’ici qu’il avait pris le départ, en pleine tourmente guerrière, pour un paradis terrestre de l’autre côté de la mer ? Il avait à peine quatre ans.

Que ne se rappelle-t-il ?

De rafales de balles crevant le silence la nuit. D’un matin fleuri de printemps. D’un bleu de ciel si pur. D’une charrette à bagages tirée par un vieux portefaix en haillons. Ouvrant la marche, Dada Lamine est habillé d’un burnous en laine blanche et coiffé d’un énorme chèche immaculé retenu par un ruban noir ; habillement traditionnel séculaire que l’autochtone d’un certain âge portait invariablement à cette époque, été comme hiver, méprisant les modes passagères. Il tient par la main un gamin, dont les parents ont donné le prénom de Tewfiq. Baya Baali suit son père pas à pas. Younes est bébé, emmitouflé sous son voile noir.

Voila les soldats qui fouillent les suspects à l’entrée de la gare et vérifient leurs papiers. Eux, on les laisse passer. Son grand-père maternel n’était ni caïd, ni [2]bachagha, mais un simple vendeur d’épices, doublé d’un Taleb, qui professait l’enseignement religieux dans son arrière-boutique à des gamins de ses connaissances. Il n’en imposait pas moins le respect par son port noble, sa grande taille, son regard qui ne se dérobe pas, et sa légendaire réserve. Il dédaignait les causeries conviviales de quartier, tenues à même des paillasses d’alfa, sur une terre battue rafraîchie, entre la prière du [3]Asr et celle du Maghrib. Moments pendant lesquels, malheureusement, lors des discussions, le diable règne en maître et a souvent le dernier mot sur des humains inconscients.

Les produits de l’échoppe de Dada Lamine étaient toujours de la meilleure qualité. Miel sauvage, noix, fruits confis de montagne, semences, épices de l’orient, dattes des oasis, beurre salé de brebis et de chèvre, huile d’olive, graisse de mouton. Et tout un bric-à-brac de souk. Il troquait les produits locaux contre des dattes avec les commerçants de Sidi Madhi. Sa pesée était scrupuleuse. Les gens faisaient appel à sa sagesse pour régler leurs différends. Même les colons à l’occasion ! Toutes ses transactions au crédit ou au débit étaient reportées sur des carnets, remisés par ordre chronologique dans un classeur, à une étagère. Une lettre était là aussi, destinée à son liquidateur testamentaire, pour ne laisser aucune dette en suspens après sa mort. Tels étaient les hommes à qui Tewfiq Baali voulait ressembler, déjà très jeune. Telle était l’époque qui ne voulait jamais voir finir.

Voila la Micheline rouge qui prend de la vitesse après les abattoirs. Le petit-fils qui salue frénétiquement de la main à une ouverture. Son grand-père resté sur le quai qui répond d’un geste de bénédiction connu des seuls adeptes du soufisme.

Déguisé en cantonnier de voie, Abdelkrim Baali, le père, grimpe à la gare de triage de Djerma, sept kilomètres à l’aval, pour échapper à la vigilance des agents du renseignement, qui le recherchaient pour participation active à la révolution. La correspondance à El Gourzi avec le Rapid de Mezghena. Son paternel déguisé en mécanicien cette fois, le visage noirci de suie de locomotive, qui vient aux étapes réconforter sa famille assise dans une voiture de 3ème classe. Leur nuit dans un [4]hammam-beyat de la Casbah. Les paras qui perquisitionnent. Tewfiq Baali est persuadé que c’est cette madone déguenillée, aux cheveux roux tressées et huileux, agenouillée au milieu de voyageurs de condition modeste, et de journaliers besogneux, qui les avait sauvés des griffes de l’armée. Les militaires avaient fouillé partout, sauf au balcon où ils se trouvaient, se contentant d’observer les physionomies.

«Laissez ces pauvres gens dormir, leur avait dit l’inconnue dans un français à l’accent moyen-oriental.»

Abdelkrim Baali était caché sous une couverture de laquelle n’apparaissait que la frimousse angélique de son fils aîné. La dame regardait l’enfant avec un vague sourire mystique, resté gravé dans sa mémoire. A un moment, elle lui avait chuchoté ces paroles :

«Si tu restes sage, je te raconterais une belle histoire.»

Qu’il fut beau son conte, plein de fleurs, d’herbe, de lait et de miel ! Le lendemain, autocar jusqu’à Maison Blanche. Le DC4 étincelant. Le mal de l’air. Un atterrissage mouvementé à Lyon. Le train jusqu’à Genève. Enfin, ils étaient saufs ! Celle-là est une autre histoire.

Tewfiq Baali se rend compte que, parfois, c’est dans la gueule du loup qu’on est le plus en sécurité. En ce moment, lui, officier de réserve d’une armée ayant été utilisée il y a quelques années pour fomenter un coup d’État, est-il arrivé à tirer son épingle du jeu ? Ou du moins, y arrivera-t-il à terme, sans trop de peine ?

L’autorail entre en gare à 7h37, comme les trains suisses. Une exception. Car l’exactitude est avant tout un état d’esprit. La meilleure des organisations n’y survit pas. La ponctualité coule de source. Elle n’est pas à vendre avec les automatismes qu’on acquiert clefs en main dans ce pays, sans en maîtriser la technologie. A vingt ans d’intervalle, est-il sûr qu’elle avait une couleur rouge la Micheline ? Plus loin derrière, les locomotives étaient noires, pour cacher la suie du charbon. Ces belles machines n’en étaient pas moins élégantes. Elles étaient attendues, sifflaient de loin, expiraient des panaches tantôt blancs, tantôt gris, et menaient au-delà des montagnes. Pour un enfant, ces mastodontes, qui respirent et soufflent à des rythmes différents, veulent dire qu’ils ont une âme. Et pour un enfant, l’horizon, c’est le bout du monde.

Mohamed Amari met à exécution sa décision d’aller en 1ère classe, suivi docilement par son compagnon, qui réagit apparemment par esprit de corps. Ils hissent leurs lourds paquetages sur les porte-bagages et s’installent, silencieux et téméraires, dans le sens de la marche du train. Les fauteuils en feutre bleu, d’un design futuriste, sont confortables. La voiture est chauffée. Le contrôleur poli. Tewfiq Baali se rappelle du fameux soir où il avait couru seul, la nuit, à travers les boulevards déserts du front de mer de Mezghena, pour ne pas rater le train qui devait le mener à l’Académie. Celui-ci va le mener vers une autre caserne, mais à un standing sans doute plus proche de la civilisation. C’est à voir…

Allaoua gesticule derrière la portière vitrée des 2èmes, avec des regards furibonds, pour attirer leur attention, et les sommer de rejoindre le groupe. Peine perdue. Mohamed Amari se tourne de côté, secoue la tête avec un sourire qui se fige en rictus, évitant de regarder de nouveau dans la direction du sous-officier.

«Les ordres à rebrousse-poil, c’est terminé, connard, marmonne ce dernier. On y est, on y reste ! N’est-ce pas, Baali ?

– Ouais, approuve ce dernier, en baillant et en faisant basculer son fauteuil pour dormir.»

Une douce torpeur les envahit, tandis que les paysages se mettent à défiler, comme une pellicule de camera qui se déroule de plus en plus rapidement. Transposé au panorama, c’est le film de leur instruction qui joue. [5]Une avant-première dont ils sont les héros.

Tewfiq Baali se souvient une fois de plus. Le départ de Mezghena. La nuit du train. Le premier jour à la caserne. Les ordres serrés. Les tonnes d’efforts. Le S/Lt Dib, cet officier hors du commun de l’armée. Les exercices de tir. Le bivouac. Le Parcours du Combattant. La mort de son cousin Hamid, caporal-chef de réserve, dans des conditions obscures. Le stage du Train. La manœuvre. Les bagarres. Les fous rires de dortoirs. Les examens. Une cérémonie de fin de stage tronquée et son sacre inattendu de major de promotion. Les personnalités du Sergent Ababsa, du Sergent-chef Fitouni, de l’Adjudant-chef Kharoubi, du Lieutenant Ghozli, du Lieutenant Makhlouf, du Capitaine Yala, du Commandant Yakhlef, du Colonel Zemlet, du Général Djellal. Et surtout, cette mutation incroyable à Shyrta, et donc sa prochaine rencontre avec Fouzya Dorbani. Ne lui avait-elle pas dit avec lucidité :

«C’est un rendez-vous ouvert.»

Le train qui le mène vers elle ne triche pas. Il va droit au but, ne déviant pas d’un pouce de son itinéraire. Peut-on dévier un météore de sa route ? Comment en aurait-il pu être autrement ? Puisque telle est leur destinée, voulue par Dieu Tout-Puissant.

Car il n’avait pas deviné Shyrta. Du moins, pas tout de suite. Pas sous les drapeaux. Encore une fois, c’est le train, son grand complice d’évasion, qui le mène vers cette destination devenue avec le temps comme un mythe inaccessible, et qui constitue désormais, somme toute, le nouveau point de départ d’une autre étape de sa vie. Il continuera à voyager par train même si, aujourd’hui, dans ce pays, les chemins de fer sont devenus un mode de transport désuet, fréquenté uniquement par les vagues déferlantes de classes militaires qui viennent et s’en vont, saccageant tout sur leur passage. Peu à peu, dodelinant des têtes, lui et Mohamed Amari s’endorment à poings fermés, récupérant quelques forces après leur insomnie forcée du dortoir.

Shyrta apparaît de très loin et se fait désirer au bout d’une longue courbe de rails que la rame emprunte par saccades, comme sur un circuit miniature. Ouled Rahmoune, El Khroub, Sidi Mabrouk sont les arrêts de la banlieue. Après être arrivé jusqu’ici presque vide, l’autorail se remplit progressivement de ces voyageurs blasés par la routine, attirés par la métropole régionale, qui pour rejoindre leur travail, qui pour faire des emplettes, qui poursuivant seulement un mirage…

Tewfiq Baali n’a pas de sympathie particulière pour cette ville aux ponts suspendus. Il garde néanmoins une admiration entourée de méfiance pour la débrouille de ses citoyens. Tout y est en équilibre instable, par défi. Plus bas, c’est l’abîme. Le moindre espace est occupé. Le commerce vaque à partir d’échoppes exiguës, mais qui attirent grande foule. Sous leurs tabliers bleus, les marchands portent chemise blanche et cravate noire. Il y a toujours de beaux produits exposés à leurs devantures. Mais, contrastant avec cette façade, de louches, douteuses et inquiétantes intrigues de castes semblent comploter derrière des portes cochères, aux frontons desquelles trônent des têtes de diables aux diadèmes dorés.

Brr… Tewfiq Baali a toujours eu des impressions bizarres identiques à celle-ci lorsqu’il n’aime pas des lieux ou des gens. Autrefois, son père le prenait avec lui quand il allait s’approvisionner en quincaillerie chez Bichat. Ils ramenaient de pleins couffins de victuailles pour la maison. En cours de route, les gens qui faisaient du stop étaient embarqués. Alors, le fils se planquait à l’arrière de la camionnette pour garder les achats. Il en profitait pour avaler bananes, poires, pommes, raisin…

«Vas-y doucement fiston, lui criait son paternel à l’ouverture !… tu vas avoir mal à l’estomac !»

L’autorail arrive à Bâb El Kantara, son terminus, à 9h40. Là-bas, point de navette militaire devant les attendre, pour les transporter au Stah El Mansourah, siège du 12ème Corps d’Armée. A l’entrée de la gare, la statue de Trajan semble attendre. Depuis des siècles…

«Qu’est-ce qu’on fait, dit le Sergent-chef, interrogeant Tewfiq Baali ?…

– Le train 11, pardi… comme les fantassins, lance ce dernier !…

– Il y a une côte de trois kilomètres à se taper, fait remarquer Allaoua., amusé… vous vous rappelez le bivouac de Taxrit ?… c’est plus raide encore…

– Pas question, intervient Mohamed Amari… nous sommes des tringlots !… plutôt les transports publics !»

Ils se décident pour le bus. Sac à l’épaule, ils font la chaîne, comme des citoyens patients. Sauf Allaoua. Nerveux, ce dernier bouscule les gens sur son passage pour monter, sans respecter la queue, convaincu de son «bon droit militaire».

Tewfiq Baali a le sentiment que l’uniforme ne jouit pas ici de la même réputation qu’à Batna. Les militaires y sont beaucoup plus nombreux. Ils circulent dans les rues en tenue de sortie, avec une allure de train-train qui semble ignorer royalement l’état d’alerte générale…

«D’où l’explication, peut-être, se dit-il.»

Le vieux bus Chausson de la Régie Interurbaine grimpe courageusement à l’assaut de la colline. Pour des passagers non habitués du trajet, la montée très laborieuse de ce vestige roulant semble la dernière. Cependant, la machine se hisse vers la hauteur au bout d’un gigantesque effort moteur. Et bonjour le prochain circuit !

Leur nouvelle caserne apparaît au-dessus d’une dense forêt de pins. C’est un immense complexe militaire construit par l’armée coloniale au siècle dernier, sur un des sites les plus stratégiques de la région. Les bâtiments d’origine ont été érigés avec de la pierre bleue de taille. Les chemins sont pavés, à l’ancienne. Partout, des esplanades entourées de barrières en bois. Les anneaux qui y sont accrochés font penser aux bruits de sabots de la cavalerie du Train. 1889. Les frontons des édifices ont le même âge que l’épigraphe d’une des colonnes de l’expédition coloniale progressant vers le Sud, gravé au sommet de Djebel Taxrit, près de Batna.

«Tant de bidasses ont défilé ici, se dit Tewfiq Baali… de gré ou de force… je fais partie de l’énième classe… pour combien de temps et comment ?… ça, seul Dieu le sait.»

Il avait pensé la même chose le jour de la rentrée à l’Académie Interarmes de Batna, le jour du bivouac, le jour de la manœuvre. Tant d’hommes qu’on mène par le bout du nez et qui s’insurgent plus ou moins, chacun à sa façon. Tant d’autres aussi qui aiment qu’on décide de leurs vies. Une poignée qui parvient à s’en sortir, tout de même…

Le Sergent-chef Allaoua se fait annoncer par le biais du poste de contrôle général du 12ème CA, tant au service des effectifs du 51ème Quartier Général Opérationnel, qu’à celui de la 14ème Compagnie de Transport et de Circulation. Il emmène d’abord à cette dernière Mohamed Amari et les trois sous-officiers, tandis que Tewfiq Baali doit attendre au poste de garde son retour. L’endroit est dans le même délabrement qu’à Batna. La nouvelle vie, encore en gestation, qui s’annonce pour lui à l’intérieur de ces murailles, semble radicalement différente de tout ce qu’il a vécu auparavant. Pour la première fois, en effet, il allait quitter le cocon des formations théoriques pour pénétrer de plein pied dans la vie active. Une existence branchée sur le vécu réel de la société, souvent féroce, sensible uniquement aux soubresauts de la politique. Il s’y adapterait sans doute rapidement et participerait aux tâches de tous les jours, jusqu’à épuisement de la période d’obligations militaires pour lesquelles il a été requis. A moins que la guerre qui couve à l’Ouest n’éclate au grand jour, infléchissant le cours des échéances et des lieux de résidence… Alors que cette prémonition étrange du Fadnoun ne cesse de revenir à la rescousse…

«C’est fou ce que l’être humain s’adapte vite, se dit-il… tout est relatif… quelques jours de maladie paraissent une éternité… on jouit de quelques moments de bonheur comme des papillons éphémères… il faut que je m’emploie à traverser cette éventuelle zone de turbulence qui s’annonce comme… un homme invisible, tiens… ça sera difficile… il ne s’agit de faire comme l’âne de Jeha… ce serait faire avaler une couleuvre… il faut jouer à l’affamé… au vorace… car ils aiment cette race.»

Une demi-heure plus tard, Tewfiq Baali se surprend à remplir une fiche de position qui lui a été remise par un sergent hargneux, préposé à la gestion des dossiers administratifs. Un myope total. La salle humide sent le renfermé et le bois miteux. Les filles de l’état-major dont lui avait parlé le sergent-chef Fitouni ne rodent pas dans les couloirs… Le comptoir du Service des Effectifs ressemble à une mosaïque, avec les inscriptions des appelés des classes passées.

«Ces signes gravés en cachette sont un des symboles de la fragilité humaine, se dit-il… une bataille perdue d’avance contre le temps qui s’écoule et qu’on ne peut arrêter.»

Lui, Tewfiq Baali, dépositaire d’un devoir d’humanité irréductible, a toujours tenté de faire du temps son allié, avec plus ou moins de bonheur. Tant d’étapes franchies, à la poursuite d’un but insaisissable. Aujourd’hui, il croit pouvoir passer victorieux le cap de l’armée. Institution qui a la volonté d’orienter le cours de sa vie dans une certaine direction, et pendant deux ans. Il lui faut écrire. Il lui faut apprendre. Il lui faut faire œuvre utile. Tout cela dans l’antre de l’ogre…

Le sous-officier revient et tente de déchiffrer la fiche de renseignements gribouillée hâtivement par le nouveau venu, en portant l’imprimé près de ses grosses lunettes.

«Economie…politique, hein, affirme-t-il dédaigneusement, en le dévisageant de biais ?… on aurait dû vous affecter au Ministère des Armées, bonté divine !… c’est là-bas où vous serez utile !… ici, c’est un foutoir… ça fait douze ans que je barbote dans cet océan de dossiers, personne n’est venu chez nous avec un tel profil… bizarre, murmure-t-il, en rajustant ses lunettes, pour mieux toiser le nouveau venu…

– P’tète qu’ils ont trop d’économistes et de politologues au ministère, réplique Tewfiq Baali, avec une sotte intention et un accent populaire… à moins qu’ils passent leur service dans des ambassades, rectifie-t-il malicieusement ?…

– Mon œil !… le niveau, là-bas ?… zéro !… plus bas que le certificat d’études, lâche avec dégoût le sous-officier !…

– Laissez votre œil tranquille, réplique sèchement son interlocuteur, qui n’aime pas les gens qui utilisent d’emblée un langage méprisable de familiarité devant de futurs collègues, pour tenter d’avoir un ascendant sur eux par la suite !… ne dites pas n’importe quoi devant des inconnus… vous risquez d’avoir des surprises !…

– Heu… croyez-moi… je ne vous raconte pas d’histoire… j’ai travaillé là-bas… au fait, quel est votre grade ?… je ne le retrouve pas sur la feuille de route…

– Aucune idée…

– Voyons… il y a marqué officier militaire, sans plus…

– Contentez-vous en et libérez-moi de ces formalités qui n’en finissent pas… j’ai envie de souffler un peu…

– Bizarre, répète le sergent, en revenant vers ses cardex.»

Tewfiq Baali s’éloigne du guichet et s’assoit à un banc, près de la fenêtre qui donne sur la place de rapport. D’emblée, il remarque qu’ici le mouvement des véhicules est plus important que celui des troupes. Le type même des unités opérationnelles dont on leur avait enseigné les activités journalières. La conduite des chauffeurs est rapide, experte.

«Il y a de l’animation en perspective, se dit-il en souriant.»

Au même moment, ailleurs dans l’immense casernement, au sous-sol du bâtiment des transmissions, dont la porte dérobée est à accès très restreint, un caporal préposé fichier de la section documentation de la Délégation régionale de la Sécurité d’Etat vient de tirer une fiche du cardex, sur instruction de son supérieur. Il marque sur le folio 7:

______________________________________________

Fiche Baali Tewfiq

Verso

Arrivée du S/Lt de réserve Tewfiq Baali au 51ème QGO/12ème CA. Nouvelles instructions: Infiltrer un agent dans son environnement immédiat, surveiller tous ses faits et gestes, et faire dupliquer son journal.

______________________________________________
Au bout d’un moment, le Sergent-chef Allaoua revient, accompagné d’un aspirant rose et propre, en tenue de sortie impeccable.

«Voici l’officier de réserve Tewfiq Baali, dit le sous-officier accompagnateur… c’est notre major de promotion… l’encadrement de l’Académie vous le recommande avec mention spéciale…

– Bienvenue parmi nous lieutenant, dit l’aspirant, en lui tendant une main timide…

– Merci, répond Tewfiq Baali, en la serrant chaleureusement, non sans s’être mis d’abord au garde-à-vous…

– Je me présente… Kafi, Chef du Secrétariat Général au QGO…

– Enchanté… mon… lieutenant, balbutie par réflexe acquis le nouveau venu, alors que son interlocuteur lui est inférieur en grade…»

L’officier rougit. Allaoua a envie de rire. Le sergent des effectifs déploie ses «antennes» pour capter quelque parole…

«Je n’ai reçu qu’hier le message annonçant votre arrivée, poursuit l’aspirant… difficile de préparer dans de bonnes conditions votre hébergement avec des délais aussi courts…

– Ce n’est pas grave, répond Tewfiq Baali… vous avez qu’à nous accorder la fameuse permission de huit jours que l’Académie nous a promis à l’arrivée à nos corps d’affectation… comme ça, vous aurez le temps de vous occuper de notre accueil…

– S’il n’en tenait qu’à moi, je vous en aurai accordé le double, répond avec une mine amusée l’officier… l’Académie vous a roulé dans la farine… le QGO n’accepte pas le cumul des congés hérités des autres corps…

– Il n’y avait personne à la gare pour nous attendre, fait remarquer Allaoua…

– Comment ça, s’offusque l’officier ?… j’ai envoyé un chauffeur… mais cet abruti fini a dû faire monter les premiers venus des militaires qui l’ont baratiné…

– Ce n’est pas grave, répète Tewfiq Baali, agacé par la supercherie de la permission…

– Si, c’est grave, dit Kafi… il faut les punir, sinon, ils prennent de mauvaises habitudes…

– Oui, approuve Allaoua… il faut les mater…

– Disons que je n’aimerai pas que mon arrivée ici soit inaugurée par une punition, affirme avec détermination Tewfiq Baali… sans vous forcer la main, bien sûr, corrige-t-il…

– Très bien, lieutenant… oublions cet incident… vous devez être éreinté par votre instruction… nous allons tenter de vous caser provisoirement… en attendant de vous trouver une bonne chambre… où, ça c’est un problème, dit l’officier en se grattant la tête… venez, s’il vous plaît.»

Ils sortent du Service des Effectifs. Allaoua sert la main à tout le monde, pressé de se libérer de sa stupide mais non moins utile mission. Kafi appelle un planton, qui accourt.

«Khelifa, accompagne le lieutenant aux chalets… vois avec le gardien où il peut l’installer… voila, monsieur Baali… allez-y… reposez-vous… je vais annoncer votre arrivée au commandant… dès que vous serez prêt, je vous introduirais chez lui.»

Kafi lui sert de nouveau la main, avec un sourire de circonstance, vite remplacé par la mine soucieuse de bureaucrate surmené dès qu’il tourne le dos. Un sergent debout à l’entrée du QGO lui fait signe de rappliquer en urgence, la main à l’oreille, en signe de communication téléphonique.

«Tu ne pouvais pas répondre toi-même, réplique l’officier, énervé ?… y’a pas le moyen de décrocher une minute d’ici, bon sang !… j’en ai marre de ce bidule à la con !… marre !»

Le planton prend le sac marin de Tewfiq Baali et va au-devant. Ils se dirigent vers une autre enceinte, aux constructions plus récentes. A l’évidence, le concepteur initial du projet de ce casernement avait vu grand, prévoyant des extensions tout azimut, à l’échelle d’une conquête qui se voulait éternelle… Titanesques hangars, regorgeant de matériels et engins militaires de toutes sortes. Esplanades bétonnées, à perte de vue. Dizaine de dortoirs alignés. Bâtiments administratifs à quatre étages, abritant les directions régionales du 12ème CA. Châteaux d’eau. Dépôts de carburant, de munitions. Stades omnisports…

Les chalets se situent au bord d’une falaise d’une trentaine de mètres de hauteur, constituant une muraille naturelle protégeant le cantonnement sur son flanc sud. A sa base s’étend une pinède qui descend en contrebas jusqu’à la Nationale 5.

Khelifa entre en pourparlers avec le surveillant des lieux, qui secoue négativement et rapidement la tête. Attitude commune à tous les dépositaires de biens dans ce pays, qui la transforme en réflexe d’appropriation…

Le planton s’énerve, se mettant à gesticuler à qui mieux mieux. Tewfiq Baali n’écoute pas leurs jacasseries, préférant apprécier la beauté enchanteresse du site, en s’approchant de la verdure. Finalement, le gardien consent à leur désigner une chambre. Après maints essais de clefs, ils parviennent à en ouvrir la porte.

«Je vous rappelle encore une fois que c’est la chambre de l’aide de camp du chef d’état-major, renchérit le soldat, terrorisé… Khelifa, tu le diras à Kafi, hein ?… je ne veux pas d’emmerde, moi… c’est à lui de prendre cette responsabilité…

– T’occupe pas, gueule Khelifa, qui porte une barrette de caporal !… toujours à râler !… bien sûr qu’on les prend nos responsabilités, nous autres du QGO !»

Le planton salue avec un sourire complice son protégé, et repart, clopin-clopant, heureux d’avoir pu régler un problème de lui-même, apparemment fier et satisfait de son sort d’appariteur… Dès que ce dernier disparaît de leur vue, le garde-chalets reprend son air de contenance, hésitant à remettre la clef au nouveau venu, adoptant une mine mi figue, mi raisin, comme un gosse qui joue à pile ou face avant de sauter dans le vide…

«Ecoute, mon petit bonhomme, intervient énergiquement le nouveau pensionnaire !… ça m’est fichtrement égal de crécher ici ou ailleurs !… si tu ne te décides pas à me remettre immédiatement la clef, je rentre chez moi et je te laisse résoudre seul ce petit problème !…

– Mais non, ne le prenez pas comme ça… mon lieutenant, dit le soldat, hésitant à qualifier le grade de son interlocuteur, mais rassuré d’entendre un langage de fermeté dont il a l’habitude… je vous dégoterais mieux que ça… patientez encore quelques jours…

– C’est ça… c’est ça, réplique son vis-à-vis, en arrachant presque la clef de la main du gardien !»

Il referme la porte derrière lui, en hochant la tête de scepticisme. Dans le langage militaire, il traduit le «mieux» de l’homme de troupe par «pire», car l’échelle des valeurs dans une caserne, il s’en rend de plus en plus compte, est souvent nivelé par le bas…

«Où trouverait-on mieux à la caserne que la chambre d’un personnage aussi important, se dit-il ?»

Le chalet est austère, mais sale et poussiéreux, trahissant ainsi son inoccupation prolongée. Le mobilier est identique à celui de l’Académie. Le même gris fer peinturluré sur les cloisons en bois, qui auraient tout gagné à garder leur aspect naturel.

«C’est fait exprès, il n’y a pas de doute, se dit-il.»

Mais ici, au moins, il y a un lavabo, et sublime bonheur, la fenêtre donne sur la forêt.

«Ça, c’est plus fort qu’eux, ajoute-t-il… la nature libre et fière est venue les narguer jusqu’au bas de leurs murailles… à moi, elle fait signe de bienvenue et me dit de tenir bon… d’être patient… de ne pas hésiter à la rejoindre autant de fois qu’il me sera possible de le faire… et je n’y manquerai pas !»

Il ouvre la fenêtre. Quelle veine ! L’odeur de la résine de pin a vite fait d’envahir la chambre. Il entend le gazouillis des oiseaux, et plus bas, le grondement des locomotives qui manœuvrent. Il déballe méticuleusement le contenu son paquetage sur le lit et se débarrasse de son treillis. Il se regarde dans le miroir. Son visage a revêtu le hale gris des gelées matinales. Ses cheveux châtains foncés, à la texture légère, n’ont pas beaucoup repoussé. Il a des cernes noirs sous les paupières. Trop de fatigue et de manque de sommeil accumulés. La bronchite. Il ne subsiste plus de son air intellectuel et romantique d’antan qu’une vague brillance au fond de ses yeux. En sera-t-il ainsi dans ces nouveaux lieux ?

«Dès que vous serez prêt, avait dit l’aspirant.»

Des mots qu’il avait crus désormais interdits. Kafi avait sans doute noté sa mine défaite et voulait implicitement qu’il fasse un brin de toilette avant d’être présenté au chef de corps… Il ouvre sa trousse et installe son nécessaire au-dessus du lavabo. Effectivement, rien dans la chambre n’indique que quelqu’un y vit. Deux lits. Deux matelas nus, flambants neufs ceux-là. Deux oreillers avec taie. Deux armoires vides. Et le silence. Un silence qu’il n’a pas eu le bonheur de trouver dans sa chambre d’étudiant, et encore moins au dortoir de l’académie. Maintenant, il croit savoir d’où provenait l’origine du ressentiment qui l’avait pris durant les derniers jours de son séjour à Alger.

«Assurément, cette ville est une mangeuse d’hommes, se dit-il… elle ne m’a pas aimée, car je n’ai pas été complaisant avec elle.»

Même la nuit, il y entendait comme un bourdonnement de concasseur qui réduit corps et esprit en bouillie. Comme une clameur monstrueuse et permanente venant du fond de la terre.

«… oui, poursuit-il sa réflexion… Alger, capitale des gens qui croient savoir mieux que les autres… c’est comme ça qu’on devrait l’appeler… des habitants privilégiés qui se servent avant les autres… et pour qui le pays s’arrête à la Mitidja.»

Il fait immédiatement son mea culpa.

«Je n’aurai sans doute pas pensé comme ça si la lettre du Ministère des Universités avait eu une autre teneur… j’aurai dit… tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil… ô mon Dieu, pourquoi ce banal papier aurait-il une si grande influence sur le déroulement de ma vie ?… il n’y a que Toi qui en dispose… fais en sorte que je sois utile aux hommes et destructeur de mes propres fantasmes… retiens-moi de glisser dans la fange des turpitudes… délivre-moi de mon orgueil !… lave-moi de mes péchés d’érudit inutile.»

Il ouvre le robinet et s’emploie à se laver. Puis à se raser. Soigneusement. A l’Académie, il fallait faire vite dans les salles d’eau. Pas de miroirs partout. D’où les écorchures, les touffes éparses de poils, que l’encadrement jubilait de remarquer pour trouver à redire quelque chose sur la conduite des hommes.

«Je vais tacher de me retaper à neuf ici, se dit-il… j’en ai besoin… je le mérite bien.»

Après quoi, il met des sous-vêtements propres et enfile son autre treillis, impeccablement repassé. Il est en train de ranger le reste de ses habits dans l’armoire quand il tombe sur un petit tapis d’une belle couleur verte, que sa mère a glissé dans un but précis à l’intérieur d’une pile de linge…

«Quelle délicate attention, se dit-il, ému, avec de l’humidité dans les yeux… suis-je prêt, maman, à prendre le chemin de la piété ?… me laissera-t-on emprunter cette voie limpide qui mène au repos de l’âme, à la constance pour les bonnes actions ?»

Il fait ses ablutions, prend le tapis et l’oriente vers le levant. Puis il entame une prière de pénitence, avant de lever les bras vers le ciel :

«Seigneur ! Je crois à Ta Révélation… je m’abandonne à Ta Volonté… accepte mon ignorance et libère-moi de ma souffrance morale… j’implore le pardon de mes péchés… accorde-moi Ta Bienveillance… préserve-moi de l’égarement… aide-moi à combattre le mal, l’injustice, et la corruption…

Seigneur !… je suis conscient de ma faiblesse et de mes défauts… accorde-moi la force de les corriger… accueille mon repentir et préserve-moi du feu de l’enfer… je cherche refuge auprès de Toi… mets-moi sur Ta Droite Voie par-devers tous les chemins de turpitude où je risque de m’égarer… louange à Dieu, Maître de l’univers ! »

Il range le tapis et tombe raide sur un matelas. Le lit émet le grincement caractéristique de tous les sommiers de l’armée. Une sorte de râle plaintif, à consonance presque humaine. Il allume une cigarette et regarde les volutes monter lentement vers le plafond. L’image ne lui procure aucun plaisir, malgré le goût satisfaisant des players offertes par son ancienne maîtresse. Un vice dont il doit se dessaisir au plus vite ! Il resterait volontiers dans cette position pendant des heures sans s’ennuyer. Le sommeil serait bienvenu. Les rêves aussi. Apparaîtraient alors les images des beaux projets d’évasion, sous les frondaisons côtières d’une île déserte…

Malgré le réconfort de l’Aspirant Kafi, qui ne lui a pas fixé de moment précis pour son audience avec le commandant, il décide d’aller au Secrétariat Général aviser. Il trouve l’officier d’administration les oreilles rivées à deux téléphones, tout en prenant note sur un calepin. Les autres occupants du bureau sont un sergent et deux caporaux. Tewfiq Baali s’approche du poêle à mazout. Les gradés parlent de football, en bâillant, sans être le moins du monde gênés par la présence de leur chef, et encore moins par celle de l’inconnu qui s’est invité sans complexe dans leur bureau. Ce dernier s’assoit à une chaise et allume une cigarette. A la différence de Batna, il souhaiterait qu’ici la glace soit vite rompue. Il n’en tirerait que des avantages. Il observe donc faits et gestes, en vue d’une meilleure intégration à cette nouvelle communauté, qui ne demanderait sans doute qu’à l’adopter. Car c’en est une, avec ses codes, ses interdits et ses marges de manœuvre. Plus question pour lui d’adopter ici, même s’il le voulait, le comportement de solitaire qu’il affichait à Alger.

Au bout d’un moment, il comprend que l’endroit est un carrefour par où tout doit transiter avant de prendre des destinations multiples. Dispatching de courrier, planning des missions, rédaction de rapports, affectations de véhicules au commandement. Ici, c’est le téléphone qui est maître de cérémonie…

Une demi-heure passe. Le bureau du commandant s’ouvre. Effervescence des plantons dans le couloir. Tewfiq Baali entrevoit le passage de la silhouette d’un vieux militaire, de dos, voûté, accompagné d’un lieutenant en tenue de combat, qui écoute ses recommandations. Une 304 noire s’immobilisent au perron. Le commandant Lacheraf y monte. Le lieutenant le salue et disparaît. L’officier supérieur fait un vague geste de sa main gantée tenant l’autre gant. La voiture démarre en trombe, conduite par un sergent, s’il vous plaît… C’est l’instant que choisissent les secrétaires pour mettre leurs bérets et s’éclipser, sans avertir leur chef, qui continue d’écrire. Kafi ne semble pas vouloir, ou pouvoir s’occuper du nouveau venu, qui allume une autre cigarette et prend un journal posé sur la table du caporal. Il éprouve rapidement une gêne à rester là, inactif, sans y être expressément invité. Finalement, il se lève et sort sans un mot. L’aspirant, visiblement très occupé, ne le retient pas. A l’évidence, ici, au moins, sa vie n’est pas téléguidée comme avec la minutie maniaque de l’encadrement de l’académie. A la limite, c’est une douce apparence qui le séduit…

Dehors, Khelifa joue à jeter son couvre-chef en l’air et tenter de le récupérer comme un boomerang. En voyant sortir Tewfiq Baali et le confondre, il est confus et penaud, mais trouve une parade impeccable pour se racheter…

«Vous voulez peut-être aller déjeuner mon lieutenant, lâche l’appariteur, avec son sourire coincé qui laisse apparaître une incisive supérieure en or ?…

– Pourquoi pas, dit Tewfiq Baali, se rappelant l’inimitable why not de son ami Basta, qui doit maintenant scruter un paysage de dunes à Tindouf ?…

– Le mess se trouve en ville… il y a une navette au poste de contrôle pour y mener les officiers… mais si vous voulez vous contenter de l’ordinaire, je peux vous emmener au réfectoire… je connais tout le monde là-bas…

– Pourquoi pas, répète-t-il… j’ai une faim de renard, avoue-t-il… comme je n’ai pas encore mis mes galons, je crois qu’il est inopportun que j’aille au mess.»

En marchant à côté du caporal, Tewfiq Baali pense, après coup, qu’il commettrait un impair en décidant de se mêler à la troupe. Puis, haussant les épaules, il se dit que le déplacement ne vaudrait que par la quantité et la qualité de nourriture qui viendrait caler son pauvre estomac affamé. Il a beaucoup haussé les épaules aujourd’hui. Il est persuadé que c’est une bonne thérapeutique pour ne pas se torturer inutilement l’esprit. Mais est-ce de la résignation, sitôt arrivé dans un endroit étranger, peut-être hostile ? Ou est-ce le stress sournois du dépaysement, qui a fini par le cerner depuis l’Académie ? En cours de chemin, Khelifa prend l’initiative de la conversation, tandis que son hôte regarde l’azur du ciel à la verticale et se demande, à sa curieuse couleur violette, inattendue et étrange, s’il ne vient pas de débarquer sur une autre planète…

«Vous avez de la chance d’avoir été muté au 51ème QGO, mon lieutenant, lâche le planton…

– Si vous croyez que c’est une chance d’être sous les drapeaux…

– Ça vaut mieux que le front, en tout cas…

– Qu’est-ce que vous savez du front, caporal ?…

– Pas grand-chose…

– Moi non plus, du reste…

– Vaut mieux ne pas en parler… ce sont les consignes, ici…

– Alors, vous pouvez m’expliquer en quoi le QGO est différent du reste des unités de l’armée ?…

– Je veux simplement dire que tous les officiers de réserve qui ont séjourné parmi nous en gardent un bon souvenir et ne manquent de nous rendre visite lorsqu’ils sont de passage à Constantine… il n’y a pas mieux que l’Arme du Train…

– Ah ?… j’ai un ami resté à l’Académie qui dit que l’infanterie, le Train ou l’armée, c’est du pareil au même…

– L’infanterie ?… [1]keriin el maaïz ?… jamais !…

– Ne dites pas de bêtises, caporal… vous portez les écussons de cette arme !…

– Pas pour longtemps… j’ai fait une demande de changement de position, approuvée par le commandant… la Direction du Train au ministère ne lui refuse jamais rien…

– Ça fait longtemps que vous portez l’uniforme, caporal ?…

– Cinq ans, trois mois et quatorze jours… va pour les ans… c’est moi qui me suis sali les dix doigts de mon propre chef… pour le reste, non !…

– C’est si long que ça, le maintien ?…

– Un jour pour une année…

– Actif ?…

– Nooooon !… Dieu m’en garde !… les actifs signent pour vingt ans d’un coup et l’armée trouve des tas de prétextes pour ne jamais accepter leur démission… non, moi je suis contractuel et fier de n’être que ça… notre classe devait sortir en octobre quand cette… quand l’état d’alerte a bloqué tous les livrets… dire que j’avais le mien entre les mains !… non visé, malheureusement !…

– L’état d’alerte date depuis octobre ici ?…

– Ouais… mais on n’a jamais voulu le dire à la troupe, avant que la presse étrangère n’en parle deux mois plus tard…

– Une guerre, ça se fomente, murmure Tewfiq Baali, en scrutant le sol…

– Quoi, mon lieutenant ?…

– Rien, caporal… ne nous plaignons pas… tant qu’on ne nous a pas ramenés dans une caisse scellée…

– Pourquoi vous dites ça, mon lieutenant ?… ça porte malheur… il faut des militaires partout… et à chacun sa chance…

– Khelifa… je t’appelle par ton nom et je te tutoie, désormais… ce que je vais te dire, garde-le pour toi… on a ramené mon frère de lait de Fort Lotfi dans un grossier cercueil de bois d’emballage… ça n’est pas de chance…

– Je suis désolé, mon lieutenant… toutes mes condoléances…

– Merci, mais ça ne le ressuscitera malheureusement pas… cela dit… tu as raison… je crois qu’il fait bon vivre dans cette caserne… toi et moi, nous ne sommes pas des va-t-en-guerre, n’est-ce pas ?…

– Pas du tout, alors !… vous verrez, c’est très agréable ici.»

Tewfiq Baali hausse les épaules une fois de plus, se disant que pas même le Président ne pourrait donner ne serait-ce que le quart d’un argument valable pour justifier la mort de son cousin Hamid. De l’autre côté de la frontière, pas même le roi ne pourrait consoler ses pauvres sujets sur la débâcle de son armée, après la violente riposte adverse, et être désolé de ce qui arrive après… Deux régimes s’affrontent, occultant l’idée même de la guerre, justifiant le rapatriement des morts avec la formule :

«Accident indépendant de notre volonté.»

«Diabolique politique quand tu tiens nos dirigeants, se dit-il !… pourquoi ai-je fourré mon nez dans ton guêpier ?»

Ils arrivent près d’un bâtiment style stadium américain de basket-ball, construit sans doute dans les années 40 par l’armée US pour les distractions de ses «boys». Un essaim de soldats grouille à l’entrée. Un adjudant sans casquette, se payant le ventre d’une femme enceinte, armé d’un manche de pioche, les fait passer quatre à quatre. S’il s’en glisse un cinquième, il est matraqué sans pitié. Il y a dans le regard bleu de glace de ce gradé, et dans son élan délétère, comme un instinct de prédation animalière. Les coups arrivent aux dos de ses victimes avec un bruit mat, relayé par un «haaa» d’outre-tombe… La mêlée fait penser au rude et poussiéreux regroupement d’un troupeau de vaches…

Khelifa chuchote quelque chose à l’oreille du sous-officier, qui approuve de la tête. Le planton fait signe à Tewfiq Baali resté en retrait de venir. A son passage, l’adjudant claque les talons. Tewfiq Baali répond mollement au salut, comme la plupart des supérieurs imbus de leur personnalité. Ce geste lui fait un drôle d’effet, bien qu’il le ressente vite comme un piège…

Nouvelle entremise de Khelifa au réfectoire. Un sergent, plus sale que les hommes de troupe, probablement le «maréchal des cuisines», vient vers lui en se frottant les mains. Nouveau salut du gradé. Tewfiq Baali porte la main à la diagonale de la tempe avec une nonchalance encore plus grande, tandis qu’une voix intérieure lui crie :

«Enfle bosse de l’armée !… enfle !»

Le sous-officier le guide avec trop de déférence, comme au théâtre, vers le dispositif du self-service.

«Je m’excuse, mon lieutenant, dit le sergent d’un ton recherché… si j’avais su, je vous aurai préparé un repas spécial…

– Pourquoi ?… qu’est-ce qu’il y a au menu de si repoussant ?…

– Heu, non… nous avons des pois chiches aux tripes, de la salade verte et des dattes… c’est dommage, mon lieutenant… si j’avais su, je vous aurai gâté !…

– Votre déjeuner me convient parfaitement, dit Tewfiq Baali, en imitant le frottement de mains de l’intendant… mettez-y beaucoup de salade, mais enlevez les tripes… les miennes me suffisent !»

Il s’installe parmi les soldats, à un bout de ces longues tables de réfectoire autour desquelles on peut tout aussi bien manger à dix qu’à vingt personnes.

Le «maréchal» court, aux anges préparer un plateau. Les sous-officiers sont servis à part, à l’intérieur d’un «carré», séparé de la salle par un demi-mur. Ils regardent dans la direction du nouveau venu avec morosité.

Tewfiq Baali remarque comment les hommes de troupe mangent goulûment, les lèvres farfouillant à même les plateaux un repas abondant, mais vite terminé. Leurs yeux en demandent encore. Sachant qu’ils n’auront pas une ration supplémentaire, ils se contentent de regarder avec envie leurs camarades finir les leurs, comme des chiens qui attendent que leur maître leur lance des os…

«Quel destin uniforme, soupire-t-il !»

Il regrette aussitôt d’avoir fait la comparaison avec des animaux.

«Ce sont des hommes, se dit-il… mes frères, qui souffrent comme moi… qui taisent leurs déboires dans le noir de la nuit des dortoirs… qui ont des espoirs aussi vastes que la largeur de l’horizon.»

Le «maréchal» revient avec un plateau rempli à ras bord. Khelifa fait mine de repartir avec une cantine et deux kilos de pain sous le bras. Il parait ravi d’avoir pu rendre service à cet officier décontracté et sympathique, qui pourrait lui être d’un très grand secours dans un futur proche…

«Tu ne partages pas mon repas, lui dit Tewfiq Baali ?… on m’a trop servi…

– Je dois revenir au commandement… Lacheraf risque de revenir d’un moment à l’autre… il me tuerait s’il ne me trouve pas !…

– Tu ne déjeunes pas ?…

– N’ayez crainte… j’ai là sa cantine… elle contient son déjeuner, celui de Kafi s’il ne rentre pas chez lui… et le mien, si l’un et l’autre en laissent un peu… heum… en réalité, je vous mentirais si je ne vous disais pas que c’est moi qui me régale presque tout le temps…

– La cantine de qui, as-tu dit ?…

– De Lacheraf… notre commandant… vous n’avez pas entendu parler de lui ?…

– Non, Khelifa… si le commandant se sert de l’Ordinaire, c’est que ça doit être rudement bon… on lui offre le même menu ?…

– Absolument !… il ne mange généralement pas chez lui à midi… trop habitué à la tambouille des poilus, comme il aime dire à ses amis… il n’a pas d’appétit, mais c’est un gros fumeur… c’est toujours moi qui termine ses repas…

– Merci, Khelifa… tu peux disposer… je saurai revenir seul.»

Tewfiq Baali est bien décidé d’appeler désormais les subordonnés par leurs noms ou prénoms, selon leur meilleure consonance, plutôt que par leurs grades ou leurs fonctions. Et de les tutoyer, autant que possible, lorsqu’un gradé supérieur n’est pas dans les parages.

«Forcément, au début, on ne peut pas deviner leurs patronymes au premier regard, se dit-il… mais par la suite, la situation d’infériorité en grade est déjà une punition en soi… il ne faut pas l’exacerber en la nommant.»

Il se met à manger d’emblée, appréciant l’alchimie culinaire d’un chef inconnu. Comme à l’Académie de Batna, le pain est fait à l’ancienne. La crasse noire, collée aux ustensiles, découragerait le moins exigeant des fins gourmets, mais enfin… Des indices similaires sont notés ailleurs par Tewfiq Baali et montrent que de gros efforts restent à faire en matière d’hygiène dans cette caserne.

«Tant pis… tous les repas sont appétissants lorsqu’on a faim, se dit-il.»

Depuis sa soudaine célébrité de major de promotion, il se surprend à juger les casernes en inspecteur général des armées… Il sait que cette tendance à fourrer son nez dans ce qui ne le regarde pas risque, indubitablement, de lui «attirer des tas d’ennuis «, comme le lui avait prédit le médecin de l’Académie.

Le «maréchal» est toute attention pour lui jusqu’à son départ. Il lui allume jusqu’à sa cigarette et lui nettoie des miettes de pain sur son treillis, l’accompagnant de protocoles agaçants jusqu’à la sortie.

Tewfiq Baali décide de pousser le pied jusqu’à sa chambre pour piquer un petit somme, puisqu’on n’a pas encore l’air, ici, de vouloir prendre en charge sa situation professionnelle. Il fait à peine chaud. Les bureaux sont encore fermés. Les soldats profitent ici et là, à l’ombre de quelques recoins discrets, d’instants de répit avant la reprise du travail à 13h00, et le retour en force de l’encadrement.

«C’est toujours ça de gagner sur l’armée, se dit-il.»

Il aimerait prolonger ce sommeil une semaine d’affilée, tant il est fatigué. Pourvu qu’on l’oublie ! Le voici de nouveau seul, dans une chambre nue, comme avant. La vie en communauté n’aura été qu’un feu de brindilles, le réveil et la mort de sensations qu’on ne ressent que le temps d’une séance de cinéma. Combien regrette-t-il d’avoir quitté la promiscuité des chambrées !…

«C’est ce mode de vie qui m’a changé, à n’en point douter, se dit-il… dussé-je quitter aujourd’hui Constantine pour ces destinations qui ont fait pleurer beaucoup de mes camarades, le changement serait bienvenu, propice… j’aurai revêtu une autre carapace plus dure que l’ancienne.»

Il s’allonge, tout habillé sur le lit, sans même ôter ses brodequins. Il fait un peu moins bon qu’au-dehors mais pas froid. Il est trop las pour se dévêtir et se couvrir d’un drap. Des images de l’instruction reviennent avec le S/Lt Dib présent plus que jamais. Il aimerait trouver des gens de cet acabit dans cette caserne. Sûr qu’il apprendrait à leurs côtés ce qu’aucune école au monde n’offre :   l’expérience de la vie.

«Non, se dit-il… ce 12ème Corps d’Armée ressemble plutôt à une grande surface où l’on fait ses emplettes sans se donner la peine de passer à la caisse… des types comme Dib, ici, on les ferait payer cher, car eux, auront tout naturellement fait la chaîne pour régler leur dû… ai-je la trempe de faire comme lui ?»

La forêt de Stah est là, qui bouge, grouillante de vie. Elle indique la vraie mesure du temps. Celle qui ne ment pas. Le sommeil l’emporte vite.

[1]Littéralement, pattes de chèvres…

1]Que sa mère pleure et pas la mienne ! (Expression populaire consacrée.)

[2]Notable, chef de tribu, représentant de l’occupant.

[3]Prières de l’après-midi(Asr) et du crépuscule(Maghrib).

[4]Etablissement thermal le jour, dortoir la nuit.

[5]Lire « Tin-n-Ouahr », Tome 1 d’Essoufflements.

Publicités