© « Royauté sans effigie », Tome 2, Chapitre 14, Roman/ « Kingdom without effigy », Volume 2, Chapter 14, Novel

Chapter    Fourteen 

 

Journal/20 June 19 .. : – I submitted to the secretariat of Captain Arezki , 102nd Battalion Chief , held by an active lieutenant hairy as a bear , who introduced me without a word to his superior. The news of my arrival had probably already passed!

The commanding officer received me with a visibly hypocritical politeness and claimed I note texting his remarks,  » greet me with all the respect due to my rank , within the limits of the possible. « 

This is the first time I see it. An active officer who physically employment. Corpulent , body prominently , imbued with his personality, no doubt jealous of his prerogatives , satisfied with his rank.

Of course, all my senses , I thought the word mock hospitality. Upon leaving, I found an army sentry waiting for me. The secretary gave me a polite wave of the hand , still without a word, to follow my guard. We are moving towards a cottage under the trees. The stop officers room has two beds, two dirty mattresses without pillows , and nothing more . No sink . Restrooms are nearby, latrine troops , relatively clean . The window overlooks a cantonment built in wood, looking strangely like Stalags SS prisoners , with a double row of barbed wire, watchtowers , and inner fences separating several neighborhoods . The activity seems to be reduced , if not nonexistent. The silence is strange.

The soldier station at the entrance to my new domain, but does not condemn the door latch . I surrounded my bed with clean sheets and a light blanket civil . The big army blanket , I rolled into a pillow. The battalion is constantly in the shade under the trees of the forest Stah , whose foliage show beyond the road, to the north. There is relatively cool.

It is 9:30 am as I write these lines . The best thing to do is sleep. This is probably adequate psychological outlet. I think for now Selmi as a « liberator » , rather than anything else. If he was smart, he would have quickly realized this paradoxical aspect of his punishment …

– Awakened by another sentry at noon , which puts the tray lunch on the other bed . I ‘m not hungry , but I do not feel I have the stomach tightened by this unfortunate event I had prepared myself , after all. Since the departure of Lacheraf , I expected a turn of events in this style , you know. A entourloupette of this kind would write La Fontaine during a new fable , futuristic one …

– I have three books in a rush :  » The Red and the Black  » by Stendhal, « The trouble , » Moravia , and  » philosophical thoughts’ Voltaire . A troika of the most eclectic , it seems to me . A replay , which will probably be useful to me .

– Piqué nap  » sumptuous « . There is no other word . No mood for the moment . Attempted to write a trait all that goes through my head. I have , I think, all the time to do quality more rigorously , I hope.

– Someone took over the breakfast tray in the state. I rather thirsty. A tap is located in the courtyard of my « prison » . I ‘ll wash my finery . The guard , a third or fourth since morning, asking me not away from me . I nod without qualms .

– The electricity in the room is out of order . It is in fact express doubt that guys like me do not have the ability to read . As for writing! Even if I could fix it I would have to provide a lamp.

– Try to put my punishment incubation, as a hen would for her eggs. It requires patience. After a specified period , the hen knows hatching give life to her offspring . Mine lifting nut lead to what? A new crossroads promising or slow descent into hell ?

– Plateau dinner arrived late . Cold soup . Do not touch . Tasted bread with relish in the dark.

– Here is where I got now . Poor « reward » for a major military promotion, serious, rigorous in his work, volunteer! And somewhere , shame, defeat and shame to a population that does not want to shake off the yoke that suffocates ! –

(NB : I wrote the last three sentences above in black) .

Journal/21 June 19 .. : – I spent a night intolerable to me tossing and turning because of mosquitoes. Even under the sheets , sleep did not want me. Result: I crushed the surrounding black. Around , no noise, but he maneuvers rifle bolt the new sentinel on duty which falls on the other . I must perform calisthenics to tire my body , that my body clock back to normal rhythm.

– Consider ways of response against the unjust punishment Commander Selmi . My arms are exclusively intellectual . In a system that respects the values ​​of the spirit, against my attack could have a positive echo. In the non- system that directs us, it is as if I sent a report to a deaf and blind mole, which has sensitivity than its mouth to devour earthworms , and her anus, to expel feces . But I would do anyway, because I have the feeling of not having remained passive .

– Once the sleep comes, you wake up for breakfast. Coffee very cold milk in a large bowl and stale bread. The sentinels are still polite with me. There would be no reason why they should not be , however . To some extent , their watchtowers are all punishments. I do not put them in trouble by not me away beyond the latrines.

– Begin replay  » Boredom « . I first thought it was nonsense for me to get caught up in the rush this book , the reading turns out delicious yet the pages Perhaps an antidote . It should probably taste the trouble for the desire to live repossesses you.

– I must now consider another assignment. Is it perhaps already en route for me? Ah , if I could contact Lacheraf before Selmi not put into effect another of his pranks – catcher !

– In the morning , while I was napping , half-closed eyes, several soldiers pointed nose to my open window to observe the curiosity that I represent in their eyes. An officer should be punished , somewhere, have attributes resistant which approximates the troops ! …

– Beginning of acute knee joint pain , occurring periodically since my young age. At the time, wait for me , my parents told me that these attacks were linked to growth. Am I still a teenager who is still growing ? Selmi has probably taken me for it , deciding to crack . However, in single combat , I feel able to make him bite the dust. Unfortunately, my education allowed me to attack a great person. In a debate of ideas , for cons , I feel comfortable ridicule as an evil bear licked …

– Learn to measure time. Strict arrest of an officer used to restrict its movements to their simplest expression. It is a luxury confinement , because the army likes to distinguish the differences , even in punishment. The soldiers are enclosed double turn. NCOs are recorded in their neighborhoods.

– I need to stop sleeping too much during the day, not to suffer insomnia at night. Start gymnastic exercises necessary to tire carcass just waiting to spend his energy, so that the brain makes sorting later during REM sleep.

– Go very far back in my past. It is as if I unrolled reverse film a movie at infinity, to forget my internment , ensure that it flows less painfully . To cross paths , imagine the decisions I should have taken that would have prevented me from doing this or that, and inflecting my life in another direction . Is this what is called defy destiny?

– Avoid protest about the meals, which are served without meat ( But until when?) . Probably spirited away by sentries hungry . I do not complain . The soldier is hostage to the Army by the food she gives him sparingly. I have already said somewhere that he must constantly hungry , not to think of other needs.

– Try to repair the electricity with my penknife. Socket switch farted . The start with a piece of aluminum cigarette pack that trailed paper. I have yet to find a lamp. I spotted one in the next room, which seems abandoned . I should go to there for the night. I would avoid the place overnight, for fear of a short circuit .

Journal/22 June 19 .. : – Awakened by the muezzin from the village of Stah the dawn prayer . Place the lamp. It lights up ! The sentry who comes to the door hastily , believing that a fire broke out , is dazzled by the sudden light in these dark places already in the day, due to shading of the foliage.

– When I shall think to call me to prayer ? This is a nagging question that often occupies my mind. If I have to do , do not stop along the way as in the past . And carry out the project in the background. It is not sufficient simply to perform mandatory ritual genuflections , but being able to express a deep and pure faith. Now I understand why the hermits like to isolate . Does the environment, social status, psychological balance and religious culture are triggers of faith? Rather a divine mercy. Prayer is certainly an encounter with God at special times of the day, to worship , to act of penance for his sins , express secret wishes . But true faith is , I think that it runs every moment of his life , for a job well done , by calling good evil , pushing , helping his neighbor. I guess my mutation in a desert place could be a powerful trigger to the sincere wish and demanding .

– Dreamed last night to have been transferred to Tboul in a structure of Social Action , which is responsible for military tourism. I ‘ve seen preparing foreign travel of senior officers families, including any rubbish , the Commander Selmi ! However, during the dream, I helped her children to boarding the train . They were so relaxed with me , dressed in scenery and so adorable . This image made ​​me wake up with a start.

– I left the QGO without informing any of my colleagues . At the moment, I ask myself whether they are bile because of me , or « out of sight, out of heart , » as they say. Selmi had to grow to the extreme « severity » of my « fault » . I asked a watchman opportunities visit. The soldier shook his head . In this battalion , no visit is allowed, not even for military families who are not punished.

– No breakfast this morning. I decided to inform the police chief in control visit stops in the morning. He was surprised by my presence here and swear that no orders have been given to him about his predecessor . At 13:00 , lunch does not happen. Ask the guard to inform his superior, who comes to see me with the same sorry mine . The kitchen, my hand was not planned , it was t – told. Whose fault ? Undoubtedly higher. Certainly a deliberate act. He brings with him a pound of bread . I give him money so he buys me cheese portions of the home troops . He accepts but made ​​me promise not to tell anyone.

– Today my nap is disturbed by the presence of a new tenant. The doctor Battalion , a reserve lieutenant , who was sentenced to 15 days ‘ confinement for unauthorized absence during the weekend. We quickly hit it off. I told myself my misadventure . So, my plan internment exchange completely. After completion of work, our judgments room becomes the appointment of all reserve officers of the battalion, and other friends and supporters of the doctor among the officers and troops. It overwhelms us cookies, fruit and cans . We used an improved dinner meal.

– I rarely saw these reserve officers of the 102nd Battalion around town . No free time after work. Food of troops , with removal of half their pay. Bullying of all kinds. Rules changes from one day to another . Weights and measures in relation to assets.

– The joke is the main outlet for these men permanently recorded . Any anecdote so slightly biting them laugh wildly. I quickly adopted by the group, which , I understand from the beginning seems very united . For example, in order not to be surprised by the active supervision of the commander, these reservists organize the watch around the room stops . At the slightest threat , they give the alert eclipse .

– Part late rummy with the doctor and three other officers . A full bowl of coffee sent us home. The hand of a card game involves four elements that have often been in my life : memory , luck, deduction and cunning. So my partner beat me every time .

– As a precautionary measure , I do not show publicly the existence of my journal. The doctor who sees me open my book at various times of the day, should ask that I write, rather than what I write.

– Consider starting tomorrow against Selmi my written reply. Give ten cents to one of the officers that I bought for the home minister of the paper . –

Defense Ministry . Shyrta , June 22, 19 ..
12th CA/51ème QGO .
S / Lt Tewfiq Baali
Mle 15. 25 . 7204 . 0003
A Mr. Commander 51st QGO
12th Corps
Subject: Reporting Status / o Lt Belaribi lack the permanence of the seat of the 12th CA .. 6/17/19 .
First, please accept my respect and my best wishes.
Dated June 19, 19 ..
You decided to inflict on me 15 days ' confinement on the grounds of neglect my duties. This punishment would question the absence of the Lieutenant Belaribi from his position as director of the permanent headquarters of the 12th CA, 17 current and non-replacement by an alternate officer . This failure independent of my will call , for my part, the following observations:
1) Lt Belaribi signed the reply coupon notification of convocation of permanence that was sent to him. Document is on file , and that was recorded in the " incoming mail " General Secretariat register .
2) Lt Belaribi has not informed the Secretary General of its inability to provide this tour constantly , producing a document proving this shortcoming, ie , under the regulations , a medical certificate of incapacity for work , or order duly signed by the authority .
3) You told me informed of the absence, asking me to make the necessary correction . I maintain that you did not. Even if you did , Lieutenant Belaribi had to present the supporting documents required by regulation, otherwise its replacement was impossible.
4) I have the advantage to ask you, in accordance with Article 58 of the Rules of Service in the Army , kindly send a copy of this report, under the guise of official channels to gentlemen General Commander 12th CA, and Colonel , Chief of Staff of the 12th CA .
5) I request the cancellation of this punishment. You will also attached to this report , a written request for change of position , or transfer to another structure of the army, because the exercise of a function of this type of liability requires a minimum of mutual trust between leader and subordinate.
Please accept , Mr. Commander , the assurances of my highest consideration
Signed : S / Lt Tewfiq Baali .
Copy as CR , c / o hierarchical way .
Mr - General , Maj. 12th CA .
-Mr Colonel , Chief of Staff of the 12th CA

Journal/22 June 19 : – Give the police chief the original and two copies of my report , to convey to the recipient , which is normally required to transmit in turn copies of that law. If I were free , I would have been entitled to request a receipt on the copy that I keep at my level. This is the first thing I would demand my release.

– Beautiful view of « stay » here with Salhi , Dr. punished the 102nd Battalion . It is Benu Hamad, and it has the delightful accent of the people of the steppe, very savvy in jokes. I found him in the only appropriate  » medication » which could me « cure » my captivity .

– Very strong appeal of mine, who have not seen me for the month of April , despite a few phone calls to give my new in May What reaction would have been if my mother was told that her son is in jail ? I dare not think about this possibility claim.

– Unexpected visit today at nap time , Commander Arezki . We were sleeping when mine came . Itself would not wake up. My writing had to shake it somewhere , because this approach to inform the upper hierarchy , risk to oil stain at home, has not been to his liking. I’m not wrong because I was summoned to his office after a quarter of an hour . Put my book in the pocket of my jean as a precaution because I remain cautious with respect to the doctor.

Minutes of the interview with Arezki :

(NB : Note that my report is still on his desk. )

– Him : Why send such a report ?

– Me: Because the settlement gives me the right .

– Him : I should be satisfied with my « holiday » .

– Me: A punishment is a punishment , even if it is unfair.

– Him : He is willing to intercede on my behalf with Selmi for early lifting nuts .

– Me: Deny net cancellation of my report.

– Him : He threatens to harden my stay at the 102nd Battalion .

– Me: Threatening myself to produce a similar report if it came to mind breaking the rules on strict arrest of the officers. ( No hassle, mental torture condemned. )

– Him : He threatened me , shaking his finger at me , as someone who believes fill obtain by force what his lyrics were gleaned .

– Me: Ending the interview, when I got up energetically and looking him straight in the eyes with determination .

– Him : It allows me , with a gesture of contempt , turning on his heel. Attitude so prevalent among active officers believe that they are all out of the same school of the street!

– Satisfied with the content of my report. If shook a captain who is not directly involved , I think it could put the record straight with a commander.

– Playing cards is finally a good outlet for people in our situation. It is an effective catalyst for oblivion and a suitable dressing for neurons . –

Journal/23 June 19 .. : – Fourth day of internment. My report is certainly in the hands of Selmi now. I see read with apprehension, difficulty swallowing saliva. He thought he could isolate myself from the hierarchy, placing me under arrest , charge me for the worst mismanagement ever. Arezki had to inform the phone yesterday the existence of a report against him and compromising the determination of its editor. That could not bend my will to go through with it, dare to destroy the two copies for the command? It is not advised to commit such a blunder. He would suffer against -attack in my hand !

– Not someone could make me laugh as Salhi . In time , I hear . For Dolmani is irreplaceable material . In Europe, for one-man shows , they would have better earned their living as clowns or acrobats that as a physician and professor of literature.

– The room stops officers from the 102nd Battalion seems to have become the center of a dispute No.1 12th CA . Soon released their activities, reserve officers are joining us for lively evenings of attacks against military rule . I critique not present a common front against the head of the body, which seems to take the politics of division , giving privileges to one to go up against others.

– Our diet is excellent now . We receive foul meal of the ordinary that we do not touch . Our benefactors give us all kinds of victuals worthy of kings, brought one does not know where the rest.

– Salhi got to know that I keep a diary . He would have liked to know what I write constantly . Nonsense , I told him to restrain his curiosity. It did not budge and keeps coming to the rescue. So, to put him in his place, I told him that I ‘m writing a long love letter to my beloved French teacher , which could drop me if I made a single mistake of spelling, due to a heckler who does not let me concentrate . He pretended to take my word …

– Despite our various occupations , confinement and our relative isolation weigh us. The army would not have chosen this type of punishment for the officers if it was not convinced of its effectiveness in a psychic level . It is clear that there was something else better to do in the early summer that feel the arduous passage of time. –

Journal/25 June 19 .. : – New visit of Captain in the morning, returned to their senses , it seems to me . He tries to convince Salhi that his punishment was decided by the Chief of Staff , who would have known by his « spies » , the doctor’s absence . As for me , he informed me that my report was forwarded to the Chief of the 51st QGO , and solving my problem would be on track . Show no reaction to the news. ( I was going to say nonsense . )

– It would be pretentious to say that the system of strict arrest officers is easy. Idleness and laziness are not qualities in a man accustomed to the activity and work pressure . I think the military has created this system to kill any spirit of retaliation at the officer. His detention serves as an example to others and helps to neutralize any attempt to revolt contagious.

– Completed  » Trouble  » , Moravia . Started  » The Red and the Black  » by Stendhal . My companion in misfortune rather like thrillers , I hate to read because their authors tend , often , to say the same thing to each new plot.

– Salhi finally revealed to me his troubles with Ayat . The doctor refused her an abortion on a pregnant by her attendant . I confess that I am suspicious of this doctor early , thinking about taupe command decided to take me to the nose, on the matter of the Sixth Fleet . As if the defection of an officer of turn constantly had any connection with the passage incognito of an enemy within our lines, which I would touch! However, I do not blast him word of this distrust, fear of hurting his sensitivity. Moreover, in this situation , my confidence with people can not be complete. –

Journal/26 June 19 .. : – Violent storm overnight , with threatening lightning, howling wind , tree branches that break and lightning fell nearby. The real fear is that experienced before the fury of the elements , I think. That men can not toe it.

– Here I am in the middle of my sentence , basically. He who punishes may decide to shorten, lengthen ever . We need a release from prison , before invoking another reason for internment .

– Selmi certainly left my report pending. He ‘s too smart to destroy it. It is part of this category of officials who act according to circumstances ( depending difficulties relief , looked Lacheraf , speaking guerrillas ) . An incompetent guy always modulate its behavior depending on your . Compare this attitude scale management of a country, it makes a headlong rush with incalculable consequences. That said, I think the real guerrillas who are not afraid to face the storm, and respect for the brave opponent . That is why they all died before independence.

– Rarity visits reserve officers since the last passage of captain. Our normal diet has worsened, but not our protectors. I believe in God , the Best of protectors, the Good, the Compassionate. The wicked believe hurt you and He bestows you exactly the opposite.

– Among all reserve officers of the battalion, one caught my attention , for his courage. His name comes from Belarfi and Bellala . He tells me his story , strangely resembling that of S / Lt Badredine , sincerity and modesty more. He also practiced in civil form, assigned to the prefecture Youkous as head of a draft agricultural use . He said he worked with a great prefect , but he found his way across a diabolical military chief , soaking in a case of illegal transfer of sheep to the neighboring country. Arbitrarily transferred to the 102nd Battalion . The first day he arrived , he saw a corporal hit an aspirant. He asked the captain of a sanction being taken against the lower ranking . Forty- eight hours later, seeing that nothing has been done, he tore his stripes to the head and body is the most awarded. Stops successive rigor did not change his mind . Since it is the only reserve officer who cares Arezki peace. This is called having character! Tonight he is the only one of his comrades to be back to visit us , the others having been afraid of sanctions captain. Decide by mutual agreement to meet all three of us in town after punishment. They would call me on the phone one of those afternoons where they could get out. Project there for me an ideal situation back to normal … –

Journal/27 June 19 .. : – In life, there are days without . Today, it is one, the 102nd Battalion . Affirm the judgments of rigor does not weigh me would be a lie . Punishment but rather strengthened , like antibodies, my resilience and response . After all, the man is not a sheep.

– First battalion stomach trouble . I was constipated for three days. Probably due to a food too rich. Salhi made ​​me make a laxative, but nothing works .

– I have a horror of this battalion , not for its judgments ( We really are like fish in the water with Salhi ) , but because of the vitiated atmosphere there . A kind of gravity due to the immobility of reservists face the dictates of management of assets .

– That I did not even want to write today. –

Journal : June 28, 19 .. : – I scaffolds for a few days , the plan of a story whose beginning starts on the eve of independence, spring number of my days. In fact, my first editorial idea was further back , to enter the life and habits of generations of my father and my grandfather . This task is more difficult because it requires documentation and hearing still living contemporaries.

I will end the saga with a futuristic projection on that of my son , if one day I ‘ll have one , or simply that of a native son who has read the first three volumes of the saga, and would have inherited in the experience .

Father decided three months before the cease -fire , to return home . However, in Switzerland , nothing was missing . He opened a successful business brassware and oriental carpets in Geneva, but it was all settled, to the chagrin of mom who feared a precipitate without clear return tomorrow , to resume the activities of the construction company he had abandoned during the revolution , to Taxrit . In his mind , he had to go pick the fruit of the armed struggle. That of defeating the occupier. Another fight would be conducted . Strengthening the foundations of the new nation. Confronted with the treachery of the new political system, it would quickly become disillusioned . But whatever. He, at least , had done the duty of his generation. He often said that it was young people to take over. These, unfortunately, were still youths . Their elders had almost all died in combat. The few that had escaped extermination arrived in fact rested borders.

On the occasion of this unique prestigious festival of its kind, the youngest, including myself , were excused from school . We forget our parents for a time. Like many women forsook their husbands for once . Some even decide to throw their sails and were lost in endless processions folk , or clung to the arm of  » guerrillas  » to strange new outfits. Scouts paraded . Workers were trying unsuccessfully moved in step, and mountaineers dared to come into town for the first time in their lives . Unique moments of popular naivete … Ephemeral emancipation allowed only twenty-four hours. Lavished unbridled euphoria inside the square formed by the Rue de la République , driveways Bocca, rue de la Gare and Rue Independence recently baptized in multicolored flags and confetti swirling through from balconies. A quarter century of colonial rule was deleted in one gulp. At least, it was believed … Dreaming is free!

Traders had closed shop . Thousands of flags of the new nation wore between the pillars of street lights and trees . Local authorities prepared freshly installed host the President. Patriotic songs rang out continuously in speakers. The return of the « fighters » returning Jebel Bouarif with the torches of victory, had taken place the day before, with a grand finale of fireworks at midnight. The star attraction is the parade and the fantasia of the day at the racetrack . A beautiful program in perspective !

And what could be more attractive to a boy of ten , curious about everything, sneaking under the stands , making several times a day around the planned route for all shows. What bliss that will never equal!

Like many boys my age at the time , I had joined a Scout organization . The Cubs would be the attraction of the parade and the most disciplined of them would have the honor to offer his scarf President pole. This cub , I had the naivety to believe that it was me.

I joined the group in Nahdha , dean of peers at this nationalist effervescence. Fidha El , the Scout Group Party taxed our sanctuary bourgeois children in the pay of the occupant, then it was a relay guerrillas ! Even I had seen hiding in the cellar of the premises, with weapons concealed under their kachabias !

The Kaïd General En Nahda liked me for my attendance, my obedience and my voluntarism in all tests . He used me as a courier between urban guerrilla who fought against the OAS and the maquis , the post box was in a foxhole Douar Eddis , on the edge of Djebel Tamechit .

El Kaid had decided that it would be me who would offer the scarf to the President. Obviously, I did not know anything about politics at the time, and it involves compromise , intrigue , lies, cooptation , nepotism, demagogy , hypocrisy and short of selfishness , inevitable evils that persist between members of the same corporation . All the faults of the world revolve , in fact, around all powers whatsoever . Behind the facade of chivalry Scouting loitering unscrupulous individuals such qu’Amieur the Cub Scout Leader . Unlike the Pack , they had to perform all menial tasks: chores, quests. Amieur led us die hard, and myself in particular. I was not fooled. Amieur did not like me because I was the favorite El Kaid ‘s , when he intended to at all costs his son forward for the delivery of the President scarf !

A week before the party , I returned empty-handed from a quest. I received a masterful slap Amieur , I will never forget , as administered by treachery, back ! In this gesture, there was all the aggressiveness of jealousy and conspiracy . I blushed with anger and I burst out :

« I give the scarf ! I know you want to design your son in my place before the President ! Do it! Why all these excuses ?

– You will send your scarf to the Pack and Rovers roared Amieur !

– I do defer to El Kaid himself, I replied !

– He is gone, your protector , sneered Amieur ! Mezghena appointed to head the organization. It is I who now control Nahdha In !

– That’s what we’ll see , I said, fleeing me . You do not have the monopoly of Scouting!

– You’re going to put the scarf as I decided Amieur shouts , trying to sue me ! I will send an information memorandum to all clubs , so we do accept you nowhere for offending the hierarchy ! « 

I was already gone. I wept bitterly, with hiccups of innocence. I knew what that meant this sentence. Final deprivation of one of my favorite pastimes : going outdoors , camping , survival skills , wildlife and flora .

This was my ten year old child response sincere , passionate, animated by a team spirit unrivaled facing a rogue computer and adult. Opportunistic as Amieur already knew use articles rules of procedure for non-profit organizations , modeled on that of world communism , to neutralize disinterested opponents who blocked the way . The damage was already there at the root of the new growth that symbolized the new nation!

But who cares for a child ! It’s that day I had the idea of ​​creating a parallel group , a sort of neighborhood team that would have the same goals but is not governed by the same anti-democratic practices . I would be the leader. A fair and honest Kaïd , which would elect rather than impose on others. She would talk about her team ! I did the oath . With my youthful innocence , I thought well able to impose Amieur …

And I struggled to develop my organization in record time . Kids obey me without my need to hit . I loved that big and small say about me :

 » This is a fair leader, defender of the widow and the orphan, gentleman savior of damsels in peril. « 

And Independence Day arrived . Alas , no authority invited my « club » ceremonies . No sidekick answered the call of meeting. I was disappointed , but not discouraged , however. I woke up the next day with a heart full of bitterness . I had the choice between going quietly passing parade from our balcony or sneak between the legs of adults, to reach the dais erected not far from his home. Sowing the stewards , I would be able to approach me Rais , to kiss and give him his scarf , nose and beard Amieur ! Just to make it rage !

I swallowed in one gulp my latte and went down the stairs four at a time , leaving mom yelling at me not to get away , be careful because of crowding , fire bursts , and not get dirty . Recommendations clearly in contradiction with my age, my temerity and turbulence …

Outside, a huge crowd waiting on either side of the route. The official plane, a Dakota , passed hedgehopping above roofs and landed at the airport , where a black convertible DS , the red velvet lounge scarlet, waiting .

Against all odds, the motorcade sped directly to the sub-prefecture , triggering a packed crowd movement in this direction , which overcame me . I hid behind the trunk of a tree to avoid being trampled .

Who cares! I was extremely fascinated by this type of attraction. I wanted to see everything, be everywhere! Patriotic music aroused in me shivers of pride in being from this valiant people who drove the occupant. I was, indeed , a  » shorts  » little between these  » veterans » to assorted outfits that draw salutes and leaves kissed by light-hearted women . Me too, I saw this beautiful girl who smiled at me , and I found several times on my way, germinating in me a new sense …

I belonged , of course, to another world , full of cowboys and horses traveling in aircraft weapons , to hunt down bandits from one continent to another. I was the world in miniature . It was so simple. I was sensitive to beauty in all its forms , I liked to ride me on the lush grass meadows in bloom. I was , admittedly, a « philosopher » before the age …

It was a time . The clouds were fluffy and so high , the distance to the horizon of the American west, the daylight so clear night ocean dotted with black diamonds and rubies , which could plunge the top of a dream and a soft landing. Rare privilege for some cherubim of mankind.

All had considerable value in the eyes of the child. It is the fiber of things, where feeds the sap of life that I would soak my sensitivity. I felt infinite , like the universe. My desires were healthy and no obstacle seemed to interfere . Well, almost … Of course , difficult adventures were adjourned for more than preparation. I did not know boredom. Is it possible for me today to tame this time and write a better scenario? Do live better than film?

Journal/29 June 19 .. : – The removal of nuts approach , but the hardest part is yet to come because I fear a future problem with cohabitation Selmi . It is not fear, but disgust. Living with a false token that you order is an ordeal. I do not accept at all. I ask the audience General, if necessary. I will try to reconnect with Lacheraf soon as possible for a mutation Mezghena .

– I have grown a beard since I came here . I have not felt the need to do so. For cons , I will not fault the steam exit.

– We have no news from the outside , our protectors themselves private information. I’m trying to imagine how to manage Selmi . He believes he can make things work as in this battalion who lives in isolation. It is impossible. The QGO is connected to the seat of the 12th CA, on the garrison, and the entire East military region of the country. These are the entities that regulate breathing and not the contrary.

– As a patient, a prisoner always find his parents or his friends do not care enough about him. My buddies QGO have not contacted me . No ticket , no verbal message . Do not they have ? Doubt rode this title in my head. I can not help it . Me , in any case, I have done everything to liaise with them to meet their needs . I am so done.

– The doctor spends most of his day sleeping like a hibernating dormouse . It rises only to eat with appetite, before putting his head under the blanket. His only moments of distraction begin after dinner , when his comrades arrive, and leave after midnight, except internal alert when the commanding officer rode around. It agrees to consult the military reserve who suffer from any harm .

– Slight better in my bowel , after absorption of olive oil made ​​by a native soldier Chorfa . –

Journal/30 June 19 .. : – It is only after ten days I realize that this part of the forest Stah , where the tallest and oldest trees , they contain no bird activity, Unlike the western slope near my cottage, where the flora is teeming with life . I see a sign. Animals love nature in its raw state , even with the appearance of ferocity and predation, but with a regeneration cycle that has been proven over millions of years . Rodent here more often than bipedal predator ecosystems, working for a non-system , which, fortunately , can multiply long because it carries within it the seeds of its own destruction. (I’m proud to say that to Lacheraf the other day ) .

– Today , a sergeant of the checkpoint came and asked me to tell him my name . This order had come from outside , otherwise the administration of the battalion has the coordinates for me on a nut ticket. Two possibilities : either a visit privately, either by calling an instance of the command, to investigate my case.

– Begin reading  » Philosophical Thoughts  » by Voltaire. What talented man! Ahead of its time , aware of human vanities , and insider knowledge of the universe. Decide, when I left , to get me all of his work.

– Get in the late afternoon , lo and behold , the famous civil whom I met at the beginning of my stay in QGO near the Transit Center , and with whom I had exchanged a few  » pleasantries  » , after all military … I recognized just timbre of his voice. He asks me to follow him for a « walk » within the battalion. He said he was very happy to see me , but be equally sorry to inform me logged, first having to ask me some questions about the problem of failure of the permanent seat at the 12th CA . I give him without waiting to read the copy of the report that I keep in a pocket of my fatigues. Its content seems to amaze , because he told me he had read otherwise release from the commander of QGO . I asked him to read the decree on the organization and operation of permanence at all structures of the army. All contingency resquille were reviewed by the regulatory text to determine responsibility . It is equally surprised not to have been informed of the existence of my report. I said it could be that copies of this report are simply not reached its destination . He nodded assent , and requested me to « lend » my copy , just the time of duplicating . I told him to be sorry for not being able to separate myself a document as valuable to my defense. It reminded me of the phrase he had said to me a few months ago :

« I ‘m not your enemy. « 

So I handed him the document. He then asked me the following embarrassing questions, such as to assess my psychological state :

* Question: Do you think your boss has the right to be wrong on your account?

– A. Yes . Everyone is wrong, but everyone must correct its mistakes . What is inexcusable is treason.

* Question : I read your file . You are very knowledgeable and you made a copy instruction . It should give you an assignment that takes into account your level and your personality. Except in specialized services , the army has not yet reached this stage of selection and orientation. Your former instructors , your former chief of police , were full of praise for you. How did you receive this sanction?

– Answer: As an officer. Without emotional individuals.

* Question: This penalty will she influence your future behavior in the exercise of your duties ?

– Answer: Yes, if I have to continue to obey the manager. I no longer trust him. Besides, I asked for a position change or mutation .

* Question: Even if you had the official apology?

– Answer: There is a big difference between someone who is wrong and recognizes and another who made ​​a mistake and decides to do with premeditation to assume a subordinate. The question is whether the official will not persist in his equivocal behavior in the future. In my case , I said it is better that I avoid future surprises bad news with him.

* Question: You’ve answered my questions without asking me to decline my job , why?

– Answer: The last time we met , I think I told you … a sixth sense .

Civil mysterious smiled. He shook my both arms at the shoulders , asked me to keep the morale and trust him . Before leaving, he asked me not to disclose to anyone his approach. An hour later , the copy of my report in a sealed envelope on which is written, my rank , my name, I was reported by the police chief .

– Salhi , usually curious , has breathed a word about my recent interview with the unknown civilian. –

Journal/01 July 19 .. : – I spent an eventful night, with voluptuous bodies of women that were available to me , one after the other . A real porn movie I have not commanded , God forbid ! However, the next day I wake me serene , at peace with myself and with the world.

– Start the day with a different mindset . How beautiful is the bursting of the truth! I feel that my release is imminent . I know that the army is afraid of the people who have the character and determination. In a sense, the S / Lt Belarfi and myself, we resemble , and other officers as we must also do so , but so few, I think! . Otherwise, life would be meaningless as dictated by the sorcerer’s apprentice illegitimate regimes, which would attempt to experience the foul ingredients of Dr. Moreau . Whenever possible, you should never leave any leeway to the ogre, otherwise he would use it to swallow you … –

———————————–

Chapitre   Quatorze.

 

Journal/20 Juin 19.. : – Je me suis présenté au secrétariat du Capitaine Arezki, Chef du 102ème Bataillon, tenu par un sous-lieutenant d’active velu comme un ours, qui m’introduisit sans un mot chez son supérieur. La nouvelle de mon arrivée était sans doute déjà passée !

Le chef de corps m’a reçu avec une politesse visiblement hypocrite et a prétendu, je note texto ses propos, «m’accueillir avec tous les égards dus à mon rang, dans les limites du possible.»

C’est la première fois que je le vois. Un officier d’active qui a le physique de l’emploi. Corpulent, la panse bien en évidence, imbu de sa personnalité, sans doute jaloux de ses prérogatives, satisfait de son rang.

Evidemment, tous mes sens en éveil, je n’ai cru mot à son simulacre d’hospitalité. En sortant, je trouve une sentinelle armée à m’attendre. Le secrétaire me fait un signe poli de la main, toujours sans un mot, de suivre mon gardien. Nous nous dirigeons vers un chalet sous les arbres. La chambre d’arrêt des officiers offre deux lits, deux matelas sales sans oreillers, et rien de plus. Pas de lavabo. Les toilettes sont à proximité ; latrines des hommes de troupe, relativement propres. La fenêtre donne sur un cantonnement construit en bois, ressemblant étrangement aux stalags de prisonniers SS, avec une double rangée de barbelés, miradors, et grillages intérieurs séparant plusieurs quartiers. L’activité y semble réduite, sinon inexistante. Le silence y est étrange.

Le soldat se poste à l’entrée de mon nouveau domaine, mais ne condamne pas le loquet de la porte. J’ai bordé mon lit de draps propres et d’une couverture civile légère. La grosse couverture militaire, je la roule pour en faire un oreiller. Le bataillon est constamment à l’ombre sous les arbres de la forêt de Stah, dont les frondaisons reprennent au-delà de la route, vers le Nord. Il y fait relativement frais.

Il est 9h30, lorsque j’écris ces lignes. Le mieux à faire est de dormir. C’est sans doute un exutoire psychologique adéquat. Je considère pour l’instant Selmi comme un «libérateur», plutôt qu’autre chose. S’il était intelligent, il aurait vite compris cet aspect antinomique de sa punition…

– Réveillé par une autre sentinelle, à midi, qui pose le plateau du déjeuner sur l’autre lit. Je n’ai pas faim, mais je n’ai pas l’impression d’avoir l’estomac serré par cet événement malheureux auquel je m’étais préparé, tout compte fait. Depuis le départ de Lacheraf, je m’attendais à une tournure des événements de ce style, quoi. Une entourloupette de ce genre, aurait écris La Fontaine à l’occasion d’une nouvelle fable, futuriste celle-là…

– J’ai pris dans la précipitation trois livres :   «Le Rouge et le Noir» de Stendhal, «L’ennui», de Moravia, et «Les pensées philosophiques» de Voltaire. Une troïka des plus hétéroclites, me semble-t-il. Une relecture, qui me sera sans doute utile.

– Piqué une sieste «somptueuse». Il n’y a pas d’autre adjectif. Pas d’état d’âme, pour l’instant. Tenté d’écrire d’un trait tout ce qui me passe par la tête. J’aurai, je crois, tout le temps de le faire, qualité en plus de rigueur, je l’espère.

– Quelqu’un a repris le plateau du déjeuner en l’état. J’ai plutôt soif. Un robinet se trouve dans la cour de ma «prison». J’y vais me débarbouiller les atours. Le gardien, un troisième ou quatrième depuis le matin, me demande de ne pas m’éloigner. J’acquiesce sans état d’âme.

– L’électricité de la chambre est détraquée. C’est dans doute fait exprès pour que des types comme moi n’aient pas la possibilité de lire. Quant à écrire ! Même si je pouvais réparer, il faudrait que je me procure une lampe.

– Tenter de mettre ma punition en incubation, comme une poule le ferait pour ses œufs. Cela demande de la patience. Au bout d’une période déterminée, la poule sait que l’éclosion des œufs donnerait la vie à sa progéniture. La mienne de levée d’écrou déboucherait sur quoi ? Une nouvelle croisée de chemins prometteuse ou une lente descente aux enfers ?

– Plateau du dîner arrivé tard. Soupe froide. N’y touche pas. Dégusté du pain avec délectation dans l’obscurité.

– Voila où j’en suis arrivé maintenant. Piètre «récompense» pour un major de promotion militaire, sérieux, rigoureux dans son travail, volontaire ! Et quelque part, honte, défaite et opprobre à une population qui ne veut pas secouer le joug qui l’étouffe ! –

(NB :   J’ai écris les trois dernières phrases ci-dessus dans le noir).

Journal/21 Juin 19.. : – J’ai passé une nuit intolérable à me tourner et retourner, à cause des moustiques. Même sous les draps, le sommeil n’a pas voulu de moi. Résultat :   j’ai broyé le noir ambiant. Alentour, aucun bruit, sinon celui des manœuvres de culasse du fusil de la nouvelle sentinelle en faction qui relève l’autre. Je dois effectuer des mouvements de gymnastique pour me fatiguer le corps, afin que mon horloge biologique reprenne son rythme normal.

– Réfléchir aux moyens de riposte contre la punition injuste du Commandant Selmi. Mes armes sont exclusivement intellectuelles. Dans un système qui respecte les valeurs de l’esprit, ma contre-attaque pourrait avoir un écho positif. Dans le non-système qui nous dirige, c’est comme si j’adressais un rapport à une taupe aveugle et sourde, qui n’a de sensibilité que celle de sa gueule pour dévorer les vers de terre, et celle de son anus, pour expulser les excréments. Mais je le ferais tout de même, car j’aurai le sentiment de ne pas être resté passif.

– Une fois le sommeil venu, on me réveille pour le petit-déjeuner. Café au lait très froid dans une grosse gamelle et pain ranci. Les sentinelles sont tout de même polies avec moi. Il n’y aurait pas de raison pour qu’elles ne le soient pas, du reste. Dans une certaine mesure, leurs tours de garde sont autant de punitions. Je ne les mets pas dans l’embarras, en ne m’éloignant pas plus loin que les latrines.

– Entamer la relecture de «L’ennui». J’ai cru d’abord que c’était une ineptie de ma part d’avoir pris dans la précipitation ce livre, dont la lecture se révèle pourtant délicieuse au fil des pages C’est peut-être un antidote. Il faut sans doute goûter à l’ennui pour que le goût de vivre reprenne possession de vous.

– Il me faut songer dès à présent à une autre affectation. Peut-être est-elle déjà en route pour moi ? Ah, si je pouvais prendre contact avec Lacheraf, avant que Selmi ne mette à exécution une autre de ses farces-attrape !

– Dans la matinée, alors que je somnolais, les yeux mi-clos, plusieurs soldats ont pointé le nez à ma fenêtre ouverte, pour observer la curiosité que je représente à leurs yeux. Un officier puni doit, quelque part, posséder des attributs de résistant qui le rapproche de la troupe !…

– Début de douleurs articulaires aiguës aux genoux, qui surviennent périodiquement depuis mon jeune âge. A l’époque, pour me faire patienter, mes parents me disaient que ces crises avaient un lien avec la croissance. Suis-je encore un adolescent qui continue de grandir ? Selmi m’a sans doute pris pour cela, en décidant de sévir. Pourtant, dans un combat singulier, je me sens capable de lui faire mordre la poussière. Malheureusement, mon éducation m’interdit d’agresser une grande personne. Dans un débat d’idée, par contre, je me sens aise de le ridiculiser comme un ours mal léché…

– Apprendre à mesurer le temps. Les arrêts de rigueur d’un officier servent à limiter ses mouvements à leur plus simple expression. C’est un internement de luxe, car l’armée aime à distinguer les différences, même dans la punition. Les soldats sont enfermés à double tour. Les sous-officiers sont consignés dans leurs quartiers.

– Il me faut arrêter de trop dormir dans la journée, pour ne pas subir l’insomnie de la nuit. Entamer les exercices de gymnastique nécessaires pour fatiguer une carcasse qui ne demande qu’à dépenser son énergie, afin que le cerveau fasse le tri plus tard pendant le sommeil paradoxal.

– Revenir très loin en arrière dans mon passé. C’est comme si je déroulais en sens inverse la pellicule d’un film à l’infini, afin d’oublier mon internement, faire en sorte qu’il coule moins péniblement. Aux croisées de chemins, imaginer les décisions que j’aurai dû prendre, qui m’auraient évité de faire ceci ou cela, infléchissant ainsi ma vie dans un autre sens. Est-ce cela ce qu’on appelle braver le destin ?

– Eviter de protester (Mais jusqu’à quand ?) au sujet des repas, qui sont servis sans viande. Sans doute subtilisée par des sentinelles affamées. Je ne les plains pas. Le soldat est l’otage de l’armée par la nourriture qu’elle lui octroie avec parcimonie. J’ai déjà dit quelque part qu’il faut qu’il ait constamment faim, pour ne pas songer à d’autres besoins.

– Tenter de réparer l’électricité avec mon canif. La douille de l’interrupteur a pété. L’amorcer avec un bout de papier aluminium de paquet de cigarettes qui traînait. Il me reste à trouver une lampe. J’en ai repéré une dans la chambre voisine, qui parait désaffectée. Je m’y rendrais à la faveur de la nuit. J’éviterais de la placer jusqu’au lendemain, par peur d’un court-circuit.

Journal/22 Juin 19.. : – Réveillé par le muezzin du bourg de Stah à la prière de l’aube. Placer la lampe. Elle s’allume ! La sentinelle qui vient ouvrir avec précipitation la porte, croyant qu’un incendie s’est déclaré, est éblouie par cette lumière inattendue, en ces lieux déjà sombres dans la journée, à cause de l’ombrage du feuillage.

– Quand songerai-je à me remettre à la prière ? C’est une question lancinante qui occupe souvent mon esprit. Si je dois le faire, il ne faut pas m’arrêter en cours de route comme par le passé. Et réaliser le projet dans le fond. Il n’est pas simplement suffisant d’exécuter des génuflexions rituelles obligatoires, mais d’arriver à exprimer une foi profonde et pure. Je comprends maintenant pourquoi les ermites aiment à s’isoler. Est-ce que l’environnement, la condition sociale, l’équilibre psychologique et la culture religieuse sont des éléments déclencheurs de la foi ?  Plutôt une miséricorde divine. La prière est, certes, une rencontre avec Dieu, à des moments privilégiés de la journée, pour l’adorer, faire acte de pénitence de ses péchés, exprimer des vœux secrets. Mais la véritable foi, c’est, je crois celle qu’on exécute à chaque instant de sa vie, par le travail bien fait, en appelant au bien, en repoussant le mal, en aidant son prochain. J’imagine que ma mutation dans un lieu désertique pourrait constituer un élément déclencheur puissant à ce vœu sincère et exigeant.

– Rêvé cette nuit d’avoir été muté à Tboul, dans une structure de l’Action Sociale, qui s’occupe de tourisme militaire. Je m’y suis vu préparant les voyages à l’étranger de familles d’officiers supérieurs, dont, quelle poisse, celle du Commandant Selmi ! Pourtant, durant le songe, j’avais aidé ses enfants à monter dans le train. Ils étaient si détendus en ma compagnie, apprêtés au dépaysement et si adorables. Cette image m’a fait réveiller en sursaut.

– Je suis parti du QGO sans informer aucun de mes collègues. A l’heure qu’il est, je me pose la question de savoir s’ils se font de la bile à cause de moi, ou «loin des yeux, loin du cœur», comme on dit. Selmi a dû grossir à l’extrême la «gravité» de ma «faute». J’ai questionné une sentinelle sur les possibilités de visite. Le soldat a secoué la tête. Dans ce bataillon, aucune visite n’est permise, pas même aux familles de militaires qui ne sont pas punis.

– Pas de petit-déjeuner, ce matin. Je décide d’en informer le chef de poste en visite de contrôle aux arrêts dans la matinée. Il s’étonne de ma présence ici et jure qu’aucune consigne ne lui a été donnée à ce sujet par son prédécesseur. A 13h00, le déjeuner n’arrive pas. Demander au gardien d’en informer son supérieur, qui revient me voir avec la même mine navrée. Aux cuisines, ma part n’a pas été prévue, lui a-t-on dit. A qui la faute ? Sans aucun doute plus haut. Certainement un acte délibéré. Il m’apporte avec lui une livre de pain. Je lui donne de l’argent pour qu’il m’achète des portions de fromage au foyer des hommes de troupe. Il accepte mais me fait promettre de ne le dire à personne.

– Aujourd’hui, ma sieste est dérangée par la présence d’un nouveau locataire. C’est le médecin du bataillon, un sous-lieutenant de réserve, qui a écopé de 15 jours d’arrêts de rigueur pour absence irrégulière durant le week-end. Nous avons vite sympathisé. J’ai moi-même raconté ma mésaventure. Du coup, mon régime d’internement change du tout au tout. Après la fin de travail, notre chambre d’arrêts devient le rendez-vous de tous les officiers de réserve du bataillon, et autres amis ou sympathisants du docteur parmi les gradés et la troupe. On nous submerge de biscuits, fruits et de boites de conserves. On nous sert un repas amélioré au dîner.

– Je voyais rarement ces officiers de réserve du 102ème Bataillon se promener en ville. Pas de quartier libre après le travail. Nourriture d’hommes de troupe, avec prélèvement de la moitié de leur solde. Brimades de toutes sortes. Règlement intérieur qui change d’un jour à l’autre. Des poids et mesures, par rapport aux actifs.

– La blague est l’exutoire principal de ces hommes consignés en permanence. N’importe quelle anecdote un tant soit peu mordante les fait rire à tout rompre. Je suis vite adopté par le groupe, qui, ai-je cru comprendre dès le début, parait très soudé. Par exemple, afin de ne pas être surpris par l’encadrement actif du commandant, ces réservistes organisent le guet aux environs de la chambre d’arrêts. A la moindre menace , ils donnent l’alerte s’éclipsent.

– Partie de rami tardive avec le docteur et trois autres officiers. Une gamelle remplie de café nous a été envoyée du foyer. La main d’un jeu de cartes fait appel à quatre éléments qui m’ont souvent manqué dans la vie : La mémoire, la chance, la déduction et la ruse. Mes partenaires me battent donc à tous les coups.

– Par mesure de prudence, je n’affiche pas publiquement l’existence de mon journal. Le médecin, qui me voit ouvrir mon carnet à plusieurs moments de la journée, doit se demander à qui j’écris, plutôt que ce que j’écris.

– Songer à entamer dès demain ma réplique écrite contre Selmi. Donner dix centimes à un des officiers pour qu’il m’achète du foyer des feuilles de papier ministre. –

Ministère des Armées.                              Shyrta, le 22 Juin 19..

12ème CA/51ème QGO.

S/Lt Tewfiq Baali,

Mle :15. 25. 7204. 0003

A Monsieur le Commandant du 51ème QGO

12ème Corps d’Armée

Objet : Compte-rendu de situation .A/s absence Lt Belaribi à la permanence du siège du 12ème CA le 17/06/19..

Veuillez tout d’abord recevoir mes respects et mes sentiments les meilleurs.

En date du 19 juin 19.. , vous avez pris la décision de m’infliger 15 jours d’arrêts de rigueur, au motif de négligence dans mes fonctions. Cette punition aurait pour cause l’absence du Lieutenant Belaribi de son poste de directeur de la permanence du siège du 12ème CA, les 17 courants et son non- remplacement par un officier suppléant. Cette défaillance indépendante de ma volonté appelle, pour ma part, aux observations suivantes :

1) Le Lt Belaribi a signé le coupon-réponse de la notification de convocation de permanence qui lui a été envoyée. Document qui se trouve dans son dossier, et qui a été enregistré sur le registre du «courrier arrivée» du Secrétariat Général.

2) Le Lt Belaribi n’a pas informé le Secrétariat Général de son impossibilité d’assurer ce tour de permanence, en produisant un document prouvant cette carence, à savoir, selon la réglementation, un certificat médical d’incapacité de travail, ou un ordre de mission dûment signé par l’autorité hiérarchique.

3) Vous avez affirmé m’avoir informé de cette absence, en me demandant d’opérer au rectificatif nécessaire. Je maintiens que vous ne l’avez pas fait. Même si vous l’aviez fait, le Lieutenant Belaribi se devait de présenter les justificatifs requis par la réglementation, autrement son remplacement était impossible.

4) J’ai l’avantage de vous demander, conformément à l’article 58 du Règlement du Service dans l’Armée, de bien vouloir transmettre une copie de ce rapport, sous couvert de la voie hiérarchique, à messieurs le Général, Commandant du 12ème CA, et Colonel, Chef d’état-major du 12ème CA.

5) Je demande l’annulation de cette punition. Vous recevrez par ailleurs, jointe à ce rapport, une demande manuscrite de changement de position, ou de mutation dans une autre structure de l’armée, car l’exercice d’une fonction de responsabilité de ce type exige au minimum une confiance mutuelle entre chef et subordonné.

Veuillez recevoir, Monsieur le Commandant, l’expression de ma très haute considération

Signé : S/Lt Tewfiq Baali.

Copies à titre de CR, s/c voie hiérarchique.

-Mr le Général, Cdt du 12ème CA.

-Mr le Colonel, Chef d’état-major du 12ème CA

Journal/22 Juin 19 : – Remettre au chef de poste l’original et deux copies de mon compte-rendu, à faire acheminer vers le destinataire, qui est en principe tenu de transmettre à son tour les copies à qui de droit. Si j’étais libre, j’aurai été en droit de demander un accusé de réception sur la copie que je garde à mon niveau. C’est la première chose que j’exigerais à ma sortie.

– Belle perspective de «séjour» ici, avec Salhi, le docteur puni du 102ème Bataillon. Il est de Benou Hamad, et il a l’accent délicieux des gens de la steppe, très férus en blagues. J’ai trouvé chez lui la seule «médication» appropriée qui serait susceptible de me «guérir» de ma captivité.

– Très fort appel des miens, qui ne m’ont pas vu depuis le mois d’Avril, malgré quelques coups de téléphone pour donner de mes nouvelles en Mai. Quelle réaction aurait eu ma mère si on lui disait que son fils est en prison ? Je n’ose pas penser à cette sinistre éventualité.

– Visite inopinée aujourd’hui, au moment de la sieste, du Commandant Arezki. Nous faisions mine de dormir lorsqu’il est entré. Lui-même n’a pas voulu nous réveiller. Mon écrit a dû l’ébranler quelque part, car cette façon de faire d’informer la hiérarchie supérieure, risquant de faire tache d’huile chez lui, n’a pas dû être à son goût. Je ne suis pas trompé car j’ai été convoqué à son bureau un quart d’heure après. Mettre mon carnet dans la poche de mon treillis par mesure de prudence, car je reste circonspect vis à vis du docteur.

Minutes de l’entrevue avec Arezki : 

(NB :   Remarquer que mon rapport est toujours sur son bureau.)

– Lui :   Pourquoi envoyer un rapport pareil ?

– Moi :  Parce que le règlement m’en donne le droit.

– Lui :  Je devrais être satisfait de ma «villégiature».

– Moi :  Une punition est une punition, même si elle est injuste.

– Lui :  Il serait prêt à intercéder en ma faveur auprès de Selmi pour une levée anticipée d’écrous.

– Moi :  Refuser net l’annulation de mon rapport.

– Lui :  Il menace de durcir de mon séjour au 102ème Bataillon.

– Moi :  Menacer moi-même de produire un rapport similaire s’il lui venait à l’esprit d’enfreindre la réglementation sur les arrêts de rigueur des officiers. (Pas de corvée, torture morale condamnée.)

– Lui : Il me menace, en agitant son index dans ma direction, comme quelqu’un qui croit pourvoir obtenir par la force ce que ses paroles n’ont pu glaner.

– Moi : Mettre fin à l’entrevue, en me levant énergiquement et en le regardant droit dans les yeux, avec détermination.

– Lui :  Il m’autorise, avec un geste de mépris, à tourner les talons. Attitude si répandu chez les gradés d’active qu’on croirait qu’ils sont tous sortis de la même école de la rue !

– Satisfait de la teneur de mon rapport. S’il a ébranlé un capitaine qui n’est pas directement concerné, je crois qu’il pourrait remettre les pendules à l’heure avec un commandant.

– Jouer aux cartes est finalement un bon exutoire pour des gens dans notre situation. C’est un catalyseur efficace pour l’oubli et un pansement approprié pour les neurones. –

Journal/23 Juin 19.. : – Quatrième jour d’internement. Mon rapport est sûrement entre les mains de Selmi, maintenant. Je le vois le lire avec appréhension, en avalant difficilement sa salive. Il avait cru pouvoir m’isoler de la hiérarchie, en me mettant aux arrêts, pour me charger des pires fautes de gestion qui soient. Arezki a dû l’informer hier au téléphone de l’existence d’un rapport compromettant contre lui et de la détermination de son rédacteur. N’ayant pu infléchir ma volonté d’aller jusqu’au bout avec lui, oserait-il détruire les deux copies destinées au commandement ? Qu’il ne s’avise pas à commettre pareille bévue. Il subirait une contre-attaque en règle de ma part !

– Jamais quelqu’un n’a pu me faire rire comme Salhi. Dans la durée, je m’entends. Car [1]Dolmani est irremplaçable en la matière. En Europe, à des One-man-shows, ils auraient certainement mieux gagné leur vie comme clowns, ou saltimbanques que comme médecin et professeur de littérature.

– La chambre d’arrêts des officiers du 102ème Bataillon semble être devenue le centre de contestation n°1 du 12ème CA. Sitôt libérés de leurs activités, les officiers de réserve viennent nous rejoindre pour des soirées animées d’attaques en règle contre l’armée. Je les critique de ne pas présenter un front commun face au chef de corps, qui semble adopter la politique de la division, en accordant des privilèges aux uns pour les monter contre les autres.

– Notre régime alimentaire est excellent maintenant. Nous recevons les repas infects de l’Ordinaire que nous ne touchons pas. Nos bienfaiteurs nous apportent toutes sortes de victuailles dignes de rois, amenées dont on ne sait où, du reste.

– Salhi a fini par savoir que je tiens un journal. Il aurait aimé savoir ce que j’écris constamment. Des stupidités, lui dis-je, pour refréner sa curiosité. Il n’en démord pas et revient constamment à la rescousse. Alors, pour le remettre à sa place, je lui dis que je suis en train d’écrire une longue lettre d’amour à ma bien-aimée, enseignante de français, qui risque de me laisser tomber si je faisais une seule faute d’orthographe, à cause d’un élément perturbateur qui ne me laisse pas me concentrer. Il a fait semblant de me croire sur parole…

– Malgré nos diverses occupations, l’enfermement et notre relatif isolement nous pèsent. L’armée n’aurait pas choisi ce type de punition pour les officiers si elle n’était pas convaincue de son efficacité à un niveau psychique. Il est clair qu’il y aurait eu autre chose de mieux à faire en ce début d’été que de sentir l’écoulement ardu du temps. –

Journal/25 Juin 19.. : – Nouvelle visite du capitaine dans la matinée, revenu à de meilleurs sentiments, me semble-t-il. Il tente de faire croire à Salhi que sa punition a été décidée par le chef d’état-major, qui aurait su, par ses «espions», l’absence du médecin. Quant à moi, il m’informe que mon rapport a été transmis au chef du 51ème QGO, et que la résolution de mon problème serait en bonne voie. Ne manifester aucune réaction à ces nouvelles. (J’allais dire sornettes.)

– Il serait prétentieux de dire que le régime des arrêts de rigueur des officiers soit une sinécure. Le désœuvrement et l’oisiveté ne sont pas qualités chez un homme habitué à l’activité et à la pression professionnelle. Je crois que l’armée a crée ce système pour tuer tout esprit de riposte chez l’officier. Son internement sert d’exemple aux autres et permet de neutraliser toute tentative de révolte contagieuse.

– Terminé «L’ennui», de Moravia. Entamé «Le Rouge et le Noir», de Stendhal. Mon compagnon d’infortune aime plutôt les polars, que je répugne à lire, car leurs auteurs ont tendance, le plus souvent, à dire la même chose à chaque nouvelle intrigue.

– Salhi me révèle finalement ses déboires avec Ayat. Le docteur lui aurait refusé l’avortement d’une standardiste engrossée par lui. J’avoue que je me suis méfié de ce médecin au début, croyant à quelque taupe du commandement décidée à me tirer les vers du nez, au sujet de l’affaire de la VIème flotte. Comme si la défection d’un officier de son tour de permanence avait un lien quelconque avec le passage incognito d’un ennemi à l’intérieur de nos lignes, dont moi serait le contact ! Je ne lui souffle toutefois pas mot de cette défiance, craignant de heurter sa sensibilité. Du reste, dans ce type de situation, ma confiance avec les gens ne saurait être totale.-

Journal/26 Juin 19.. : – Violent orage toute la nuit, avec des éclairs menaçants, le vent qui hurle, des branches d’arbres qui cassent et la foudre tombée à proximité. La véritable peur est celle qu’on éprouve devant la furie des éléments, je crois. Celle des hommes ne lui arrive pas à l’orteil.

– Me voici arrivé à la moitié de ma peine, en gros. Celui qui sanctionne peut décider de l’écourter, jamais de l’allonger. Il faut une levée d’écrou, avant d’invoquer un autre motif d’internement.

– Selmi a certainement laissé mon rapport en instance. Il est trop malin pour le détruire. Il fait partie de cette catégorie de responsables qui agissent au gré des circonstances (En fonction des difficultés du relief, aurait dit Lacheraf, en parlant des maquisards). Un type incompétent modulera toujours son comportement en fonction du votre. Comparer cette attitude à l’échelle de gestion d’un pays, cela donne une fuite en avant aux conséquences incalculables. Cela dit, je crois que les vrais maquisards sont ceux qui n’ont pas peur d’affronter la tempête, et ont du respect pour les braves du camp adverse. C’est pourquoi ils sont tous morts avant l’indépendance.

– Rareté des visites des officiers de réserve depuis le dernier passage du capitaine. Notre régime alimentaire normal a empiré, mais pas celui de nos protecteurs. Je crois en Dieu, le Meilleur des protecteurs, le Bon, le Compatissant. Les méchants croient vous faire du mal et Lui vous gratifie exactement du contraire.

– Parmi tous les officiers de réserve du bataillon, un seul a attiré mon attention, par son courage. Il s’appelle Belarfi et est originaire de Bellala. Il me raconte son histoire, ressemblant étrangement à celle du S/Lt Badredine, sincérité et modestie en plus. Lui aussi exerçait dans la forme civile, affecté à la préfecture de Youkous, comme chef d’un projet de valorisation agricole. Il dit avoir collaboré avec un préfet formidable, mais il a trouvé en travers de sa route un chef de secteur militaire diabolique, trempant dans une affaire de transfert illégale d’ovins vers le pays voisin. Muté arbitrairement sur le 102ème Bataillon. Le premier jour de son arrivée, il a vu un caporal frapper un aspirant. Il a demandé au capitaine qu’une sanction soit prise contre le gradé inférieur. Quarante-huit heures après, voyant que rien n’a été fait, il a arraché ses galons devant le chef de corps et ne les a plus remis. Des arrêts de rigueur successifs ne lui ont pas fait changer d’avis. Depuis, il est l’unique officier de réserve à qui Arezki fout la paix. C’est ce qu’on appelle avoir du caractère ! Ce soir, il est le seul de ses camarades à être revenu nous rendre visite, les autres ayant eu peur des sanctions du capitaine. Décider de commun accord de nous rencontrer tous les trois en ville après la punition. Ils m’appelleraient au téléphone un de ces après-midi où ils pourraient sortir. Projeter là pour moi une situation idéale de retour à la normale…-

Journal/27 Juin 19.. : – Dans la vie, il y a des jours sans. Aujourd’hui, c’en est un, au 102ème Bataillon. Affirmer que les arrêts de rigueur ne me pèsent pas serait un mensonge. Mais la punition a plutôt renforcé, un peu comme des anticorps, mes capacités de résistance et de riposte. Après tout, l’homme n’est pas un mouton.

– Premiers ennuis d’estomac au bataillon. Je suis constipé depuis trois jours. Probablement à cause d’une nourriture trop riche. Salhi m’a fait apporter un purgatif, mais rien n’y fait.

– J’ai pris en horreur ce bataillon, non pas pour ses arrêts (Nous y sommes vraiment comme des poissons dans l’eau avec Salhi), mais à cause de l’atmosphère viciée qui y règne. Une sorte de pesanteur due à l’immobilisme des réservistes face aux diktats de l’encadrement d’actif.

– Voila, je n’ai même pas envie d’écrire, aujourd’hui. –

Journal : 28 Juin 19.. : – J’échafaude depuis quelques jours, le plan d’un récit dont le début commence à la veille de l’indépendance, printemps du chiffre de mes jours. En fait, mon idée rédactionnelle première était de remonter plus haut, pour saisir la vie et les mœurs des générations de mon père et de mon grand-père. Cette tache serait plus ardue car elle exige une documentation fournie et l’audition de contemporains encore vivants.

Je terminerais la saga avec une projection futuriste sur celle de mon fils, si un jour j’en aurai un, ou simplement celle d’un enfant du pays qui aurait lu les trois premiers tomes de cette saga, et qui en aurait hérité l’expérience.

Père avait décidé trois mois avant le cessez-le-feu, de revenir au pays. Pourtant, en Suisse, rien ne nous manquait. Il avait ouvert un commerce prospère de dinanderie et de tapis d’orient à Genève, mais il avait tout liquidé, au grand dam de maman qui redoutait un retour précipité sans lendemains clairs, en vue de reprendre les activités de l’entreprise de travaux publics qu’il avait abandonné durant la révolution, à Taxrit. Dans sa tête, il se devait d’aller cueillir le fruit de la lutte armée. Celle d’avoir vaincu l’occupant. Un autre combat allait être mené. Celui du renforcement des assises de la nouvelle nation. Confronté aux perfidies du nouveau système politique, il allait vite déchanter. Mais peu importe. Lui, au moins, avait accompli le devoir de sa génération. Il disait souvent que c’était aux jeunes de prendre la relève. Ceux-là, malheureusement, étaient encore des jouvenceaux. Leurs aînés avaient presque tous péri au combat. Les seuls qui avaient pu échapper à l’extermination arrivaient en fait frais et dispos des frontières.

A l’occasion de cette fête prestigieuse unique en son genre, les plus jeunes, dont moi-même, étions dispensés de l’école. Nos parents nous oubliaient pour un temps. Comme beaucoup de femmes délaissaient pour une fois leurs maris. Certaines même décidaient de jeter leurs voiles et se perdaient dans des processions folkloriques interminables, ou s’agrippaient aux bras de «maquisards» aux tenues étrangement neuves. Les scouts paradaient. Des ouvriers émus s’essayaient sans succès au pas cadencé, et des montagnards ont osé venir en ville pour la première fois de leur vie. Moments uniques de naïveté populaire… Émancipation éphémère permise seulement pour vingt-quatre heures. Euphorie prodiguée sans retenue à l’intérieur du carré formé par la Rue de la République, les allées Bocca, la Rue de la Gare et la Rue de l’Indépendance récemment baptisée, sous des fanions multicolores, et au travers de confettis virevoltant à partir des balcons. Un siècle un quart de domination coloniale était effacée d’un trait. Du moins, le croyait-on… Rêver, c’est gratuit !

Les commerçants avaient fermé boutique. Des milliers de drapeaux de la nouvelle nation arboraient entre les piliers des réverbères et les arbres. Des autorités locales fraîchement installées préparaient l’accueil du Président. Des chants patriotiques fusaient en permanence dans les haut-parleurs. Le retour des «combattants» revenant de Djebel Bouarif avec les flambeaux de la victoire, s’était déroulé la veille, avec une apothéose de feux d’artifices à minuit. Le clou du spectacle serait le défilé et la fantasia du lendemain à l’hippodrome. Un beau programme en perspective !

Et quoi de plus attrayant pour un gamin de dix ans, curieux de tout, se faufilant sous les estrades, faisant plusieurs fois dans la journée le tour de l’itinéraire prévu, pour être de tous les spectacles. Quel bonheur absolu qui n’aura jamais d’égal !

Comme beaucoup de garçons de mon âge, à l’époque, j’avais rejoint une organisation scoute. Les Louveteaux allaient être le pôle d’attraction du défilé et le plus discipliné d’entre eux aurait l’honneur d’offrir son foulard au Président. Ce louveteau, j’avais eu la naïveté de croire que c’était moi.

J’avais adhéré au groupe En [2]Nahdha, doyen de ses pairs, durant cette effervescence nationaliste. [3]El Fidha, le groupe scout du Parti taxait le notre de sanctuaire d’enfants de bourgeois à la solde de l’occupant, alors que c’était un relais de maquisards ! Même que j’en avais vu cachés dans la cave du local, avec des armes dissimulées sous leurs [4]kachabias !

Le [5]Kaïd Général d’En Nahdha m’aimait bien pour mon assiduité, mon obéissance et mon volontarisme à toutes épreuves. Il m’utilisait comme courrier entre la guérilla urbaine qui luttait contre l’OAS et le maquis, dont la boite postale se trouvait dans un gourbi de [6]Douar Eddis, à l’orée de Djebel Tamechit.

El Kaïd avait décidé que ce serait moi qui offrirais le foulard au Président. A l’évidence, je ne savais rien de la politique à l’époque, et ce qu’elle suppose de compromission, d’intrigues, de mensonges, de cooptation, de népotisme, de démagogie, bref de l’hypocrisie et de l’égoïsme, maux incontournables qui perdurent entre les membres d’une même corporation. Tous les défauts du monde gravitent, en fait, autour de tous les pouvoirs, quels qu’ils soient. Derrière la façade chevaleresque du scoutisme rodaient des individus sans scrupule tels qu’Amieur, le chef des louveteaux. A la différence de la Meute, ceux-ci devaient s’acquitter de toutes les taches ingrates : corvées, quêtes. Amieur nous menait la vie dure, et à moi-même en particulier. Je n’étais pas dupe. Amieur ne m’aimait pas car j’étais le préféré d’ El Kaïd, alors que lui avait l’intention de mettre à tout prix son fils en avant pour la remise du foulard au Président !

Une semaine avant la fête, je revenais bredouille d’une quête. Je reçus une gifle magistrale d’Amieur, que je n’oublierai jamais, car administrée par traîtrise, de dos ! Dans ce geste, il y avait toute la hargne de la jalousie et du complot. Je devins rouge de colère et j’éclatai :

«Je rends le foulard ! Je sais que vous voulez designer votre fils à ma place devant le Président ! Faites-le ! Pourquoi tous ces prétextes ?

– Tu remettras ton foulard devant la Meute et les Routiers, rugit Amieur !

– Je ne le remettrais qu’à El Kaïd lui-même, répliquai-je !

– Il est parti, ton protecteur, ricana Amieur ! Désigné à Mezghena à la tête de l’organisation. C’est moi qui commande désormais à En Nahdha !

– C’est ce qu’on verra, dis-je, en m’enfuyant. Vous n’avez pas le monopole du scoutisme !

– Tu vas remettre le foulard comme j’ai décidé, crie Amieur, en tentant de me poursuivre ! Je vais envoyer une note d’information à tous les clubs, pour qu’on ne t’accepte nulle part pour offense à la hiérarchie !»

J’étais déjà loin. Je pleurais à chaudes larmes, avec les hoquets de l’innocence. Je savais ce que voulait dire cette sentence. La privation définitive d’une de mes occupations favorites : sorties en plein air, bivouacs, techniques de survie, protection de la faune et de la flore.

C’était là ma riposte d’enfant de dix ans sincère, passionné, animé d’un esprit d’équipe sans égale, face à un adulte fourbe et calculateur. Les opportunistes tels que Amieur savaient déjà utiliser les articles de règlement intérieur des organisations à buts non lucratifs, calquées sur celle du communisme mondial, pour neutraliser les adversaires désintéressés qui leur barraient la route. Le mal était déjà là, à la racine de la nouvelle pousse qui symbolisait la nouvelle nation !

Mais qu’importe pour un enfant ! C’est ce jour-là que j’eus l’idée de créer un groupe parallèle, une sorte d’équipe de quartier qui aurait les mêmes buts mais ne serait pas régi selon des mêmes pratiques antidémocratiques. J’en serais le chef. Un Kaïd juste et honnête, qui se ferait élire plutôt que de s’imposer aux autres. Elle ferait parler d’elle cette équipe ! Je m’en faisais le serment. Avec ma candeur juvénile, je croyais ainsi pouvoir en imposer à Amieur…

Et je m’acharnais à mettre sur pied mon organisation en un temps record. Les gamins m’obéissaient sans que j’aie besoin de frapper. J’aimais que grands et petits disent de moi :

«C’est un chef juste, défenseur de la veuve et de l’orphelin, gentilhomme sauveur de demoiselles en péril. »

Et le jour de l’indépendance arriva. Hélas, aucune autorité n’invita mon «club» aux cérémonies. Aucun acolyte de répondit à la convocation de réunion. J’étais déçu, mais pas découragé pour autant. Je me réveillais le lendemain avec un cœur plein d’amertume. J’avais le choix entre suivre sagement le passage du défilé depuis notre balcon ou me faufiler entre les jambes des adultes, pour atteindre la tribune d’honneur, érigée non loin de chez lui. Semant le service d’ordre, je parviendrais à m’approcher du Raïs, à l’embrasser et à lui remettre son foulard, au nez et à la barbe d’Amieur ! Juste pour le faire rager !

J’avalais d’un trait mon café au lait et descendis quatre à quatre les escaliers, laissant maman me crier de ne pas m’éloigner, d’être prudent à cause des bousculades, des tirs de rafales, et de ne pas me salir. Recommandations évidemment en contradiction avec mon âge, ma turbulence et ma témérité…

Dehors, une foule immense attendait de part et d’autre de l’itinéraire. L’avion officiel, un Dakota, passa en rase-mottes au– dessus des toits et se posa à l’aérodrome, où une DS noire décapotable, au salon de velours rouge écarlate, l’attendait.

Contre toute attente, le cortège fila directement à la sous-préfecture, déclenchant un mouvement de foule compacte vers cette direction, qui me submergea. Je me suis caché derrière le tronc d’un arbre pour ne pas être piétiné.

Qu’importe ! J’étais extraordinairement captivé par ce type d’attraction. Je voulais tout voir, être partout ! La musique patriotique éveillait en moi des frissons de fierté d’être issu de ce peuple valeureux qui a chassé l’occupant. Je n’étais, certes, qu’un «culottes courtes», tout petit entre ces «anciens combattants» aux tenues hétéroclites, qui tirent des salves d’honneur et se laissent embrasser par des femmes allègres. Moi aussi, j’avais a vu cette belle gamine qui me souriait, et je l’ai retrouvée à plusieurs reprises sur mon chemin, faisant germer en moi un sentiment nouveau…

J’appartenais, certes, à un autre monde, plein de cow-boys voyageant chevaux et armes dans des avions, pour traquer des bandits d’un continent à l’autre. Je prenais le monde en raccourci. C’était tellement plus simple. J’étais sensible à la beauté sous toutes ses formes, j’appréciais de me rouler sur l’herbe grasse de prairies en fleurs. J’étais, certes, un «philosophe» avant l’âge…

C’était une époque. Les nuages étaient cotonneux et si hauts, la distance jusqu’à l’horizon de l’ouest américaine, la lumière du jour si limpide, la nuit un océan noir parsemé de diamants et de rubis, d’où l’on pouvait plonger du sommet d’un rêve et atterrir en douceur. Privilège rare pour certains chérubins du genre humain.

Tout avait une valeur considérable aux yeux de l’enfant. C’est aux fibres des choses, là où se nourrit la sève de la vie que j’allais imprégner ma sensibilité. Je me sentais infini, à l’image de l’univers. Mes désirs étaient sains et aucun obstacle ne semblait les entraver. Enfin, presque… Bien sûr, les aventures difficiles étaient ajournées pour plus de préparation. J’ignorais l’ennui. M’est-il possible aujourd’hui d’apprivoiser ce temps et de l’écrire mieux qu’un scénario ? Le faire vivre mieux qu’un film ?

Journal/29 Juin 19.. : – La levée d’écrous approche, mais le plus dur reste à venir, car je redoute une future cohabitation problématique avec Selmi. Ce n’est pas de la peur, mais du dégoût. Vivre avec un faux-jeton qui vous commande est un calvaire. Je ne l’accepte nullement. Je demanderais audience au Général, s’il le faut. Je tenterais de reprendre contact avec Lacheraf dès que possible, pour une mutation sur Mezghena.

– J’ai laissé pousser la barbe depuis mon arrivée ici. Je n’ai pas éprouvé le besoin de le faire. Par contre, j’irai sans faute au hammam à la sortie.

– Nous n’avons aucune nouvelle de l’extérieur, nos protecteurs eux-mêmes privés d’informations. Je suis en train d’imaginer la façon de gérer de Selmi. Il croit pouvoir faire marcher les choses comme dans ce bataillon qui vit en autarcie. C’est impossible. Le QGO est branché sur le siège du 12ème CA, sur la garnison, et sur toute la région militaire Est du pays. Ce sont ces entités qui règlent sa respiration et non le contraire.

– Comme un malade, un prisonnier trouvera toujours que ses parents ou ses amis ne s’occupent pas assez de lui. Mes copains du QGO n’ont pas pris contact avec moi. Aucun billet, aucun message verbal. N’ont-ils pas pu ? Le doute rode à ce titre dans ma tête. Je n’y peux rien. Moi, en tout cas, j’aurai tout fait pour entrer en liaison avec eux, répondre à leurs besoins. Je suis ainsi fait.

– Le docteur passe la majorité de sa journée à dormir, comme un loir en hibernation. Il ne se lève que pour manger, avec appétit, avant de remettre sa tête sous la couverture. Ses seuls moments de distraction commencent après le dîner, lorsque ses camarades arrivent, et ne repartent qu’après minuit, sauf alerte interne, lorsque le chef de corps rode dans les parages. Il n’accepte de consulter que les militaires de réserve qui souffrent d’un mal quelconque.

– Léger mieux dans mon transit intestinal, après absorption d’huile d’olive apportée par un soldat natif de Chorfa. –

Journal/30 Juin 19.. : – Ce n’est qu’au bout de dix jours que je me rends compte que cette partie de la forêt de Stah, où se trouvent les arbres les plus hauts et les plus vieux, n’abrite aucune activité d’oiseaux, à la différence du versant Ouest près de mon chalet, où la flore grouille de vie. J’y vois un signe. Les animaux aiment la nature à l’état brut, même avec son aspect de férocité et de prédation, mais avec un cycle de régénération qui a fait ses preuves depuis des millions d’années. Ici ne rodent le plus souvent que des bipèdes prédateurs des écosystèmes, travaillant pour un non système, qui, heureusement, ne pourra se multiplier longtemps, car il porte en lui les germes de sa propre destruction. (Je suis fier d’avoir dit cela à Lacheraf l’autre jour).

– Aujourd’hui, un sergent du poste de contrôle est venu me demander de lui indiquer mon nom. Cette commande a dû venir de l’extérieur, car autrement l’administration du bataillon possède les coordonnées me concernant sur un billet d’écrou. Deux possibilités se présentent : soit une visite à titre privé, soit la convocation par une instance du commandement, pour enquêter sur mon affaire.

– Entamer la lecture des «Pensées philosophiques» de Voltaire. Quel homme talentueux ! En avance sur son temps, averti des vanités humaines, et initié aux connaissances de l’univers. Décider, à ma sortie, de me procurer l’ensemble de son œuvre.

– Recevoir en fin d’après-midi, ô surprise, le fameux civil que j’avais rencontré au début de mon séjour au QGO, près du Centre de Transit, et avec qui j’avais échangé quelques «amabilités», somme toute militaires… Je l’ai reconnu juste au timbre de sa voix. Il me prie de le suivre, pour une «promenade» à l’intérieur du bataillon. Il dit être très heureux de me revoir, mais être tout aussi désolé de me savoir consigné, er de devoir me poser quelques questions sur le problème de défaillance de la permanence au niveau du siège du 12ème CA. Je lui donne sans attendre à lire la copie du rapport que je garde dans une poche de mon treillis. Son contenu semble l’étonner, car il me dit avoir lu une version contraire émanant du commandant du QGO. Je lui demande de relire le décret relatif à l’organisation et au fonctionnement de la permanence au niveau de toutes les structures de l’armée. Toutes les éventualités de resquille ont été passées en revue par le texte de réglementation, afin de situer les responsabilités. Il est tout aussi étonné de ne pas avoir été informé de l’existence de mon rapport. J’ai dit qu’il se pourrait que les copies de ce rapport ne soient tout simplement pas parvenues à leurs destinataires. Il a hoché la tête d’assentiment et m’a prié de lui «prêter» ma copie, juste le temps de la reprographier. Je lui ai dit être désolé de ne pouvoir me séparer d’un document aussi précieux pour ma défense. Il m’a rappelé la phrase qu’il m’avait dite il y a quelques mois : 

«Je ne suis pas votre ennemi.»

Alors, je lui ai remis le document. Il m’a ensuite posé les questions embarrassantes suivantes, de nature à évaluer mon état psychologique : 

* Question : Pensez-vous que votre supérieur a le droit de se tromper sur votre compte ?

– Réponse : Oui. Tout le monde se trompe, mais chacun doit corriger ses erreurs. Ce qui est impardonnable, c’est la trahison.

* Question : J’ai lu votre fiche. Vous êtes très cultivé et vous avez fait une instruction exemplaire. On aurait dû vous accorder une affectation qui tienne compte de votre niveau et de votre personnalité. Hormis dans les services spécialisés, l’armée n’est pas encore arrivée à ce stade de sélection et d’orientation. Vos anciens instructeurs, votre ancien chef de corps, ne tarissaient pas d’éloges à votre égard. Comment avez-vous accueilli cette sanction ?

– Réponse : Comme un officier. Sans états d’âme particuliers.

* Question : Cette sanction va-t-elle influer sur votre comportement futur, dans l’exercice de vos fonctions ?

– Réponse : Oui, si je dois continuer à obéir à ce responsable hiérarchique. Je n’ai plus confiance en lui. Du reste, j’ai demandé un changement de position ou une mutation.

* Question : Même si ce responsable vous devait des excuses ?

– Réponse : Il y a une grande différence entre quelqu’un qui se trompe et le reconnaît et un autre qui a fait une erreur et décide avec préméditation de la faire endosser à un subalterne. Toute la question est de savoir si ce responsable ne persistera pas dans son comportement équivoque dans le futur. Dans mon cas, j’ai dit qu’il est préférable que j’évite de nouvelles mauvaises surprises futures avec lui.

* Question : Vous avez répondu à mes questions sans me demander de décliner ma fonction, pourquoi ?

– Réponse : La dernière fois où nous nous sommes vus, je crois que je vous ai parlé … d’un sixième sens.

Le civil mystérieux a souri. Il m’a serré de ses deux bras aux épaules, m’a demandé de garder le moral et d’avoir confiance en lui. Avant de partir, il m’a prié de ne divulguer à personne sa démarche. Une heure plus tard, la copie de mon rapport sous enveloppe scellée, sur laquelle est écrit mon grade, mon nom et prénom, m’a été rapportée par le chef de poste.

– Salhi, d’habitude curieux, n’a soufflé mot sur ma récente entrevue avec le civil inconnu. –

Journal/01 Juillet 19.. : – J’ai passé une nuit mouvementée, avec des corps voluptueux de femmes qui s’offraient à moi, les unes après les autres. Un véritable film pornographique que je n’ai pas commandé, Dieu m’en garde ! Pourtant, le lendemain, je me réveille serein, en paix avec moi-même et avec le monde.

– Entamer la journée avec un autre état d’esprit. Combien est beau l’éclatement de la vérité ! J’ai le sentiment que mon élargissement ne saurait tarder. Je sais que l’armée a peur des gens qui ont du caractère et de la détermination. Dans un sens, le S/Lt Belarfi et moi-même, nous nous ressemblons ; et d’autres officiers comme nous ailleurs doivent agir de la sorte, mais tellement peu nombreux, je crois!. Autrement, la vie n’aurait de sens que celui dicté par les apprentis sorciers des régimes illégitimes en place, qui seraient tenté d’expérimenter les ingrédients immondes du Docteur Moreau. Autant que possible, il ne faut jamais laisser aucune marge de manœuvre à l’ogre, autrement il l’utiliserait pour vous avaler… –

[1]Bleu, roi de loufoquerie durant l’instruction de la Classe K74Y à l’Académie Interarmes de Taxrit.

[2]La renaissance.

[3]La Résistance.

[4]Manteau local traditionnel.

[5]Chef.

[6]Premier bidonville de Taxrit, à l’indépendance.

Publicités