© « Royauté sans effigie », Tome 2, Chapitre 2, Roman/ « Kingdom without effigy », Volume 2, Chapter 2, Novel

Chapter Two

 

He wakes with a start , a quarter of an hour later. The reflex reaction whistle dawn during instruction at Taxrit has not left . Since no one has called or gave him specific orders , he decided to explore the area. He wants to take the temperature of the discipline and prohibitions that exist in this new barracks he does not know . As the Academy, he does not hesitate to push his inspection as far as possible . This would allow him to avoid asking questions about where this or other structure, and let his ignorance and discover places that insightful people surveyed would consider a « biological defect » . Because the army as much as possible , avoid to ask , at the risk of being considered a « shady » element.

Unlike Taxrit here , against all odds, the paths do not seem marked . It locates workshops, covered parking for light vehicles, the infirmary , the office of postmaster , local clothing , weapons , home and other services that could not be identified. Latrines betray themselves by the unbearable stench that emanates . Stupor ! The sewage is broken and gives onto the forest sky , thus promoting the proliferation of mosquitoes and waterborne diseases .

A long row of thirty meters wide and more than a hundred long, newly paved tarmac apparent on the sides , cut the 51st QGO two . It enabled , it will later landing biplanes in the 20s .

 » What a waste to have covered the pavement , ‘he said! « 

He has always protested against the  » cachers beauty of origin. » His walk leads around the 14th CTC , which is supposed to find Mohamed Amari . Some of the soldiers greet , probably because they saw NCOs do the refectory. It does not make bows , thinking that this gesture has no value in a reservist without stripes , became an officer after three and a half months of training. He also recalls the words of his deceased cousin in the place of officers :

« There was not an officer asked me to greet him without my arm relaxes him and even my fist go melt in his face. « 

When he was in civilian Tewfiq Baali never looked behind him. Attitude probably inherited from his ancestors . He did one or time since his arrival here , and countless times at the academy during games of hide and seek at dawn, with the « Week » . He wants to quickly get rid of this « mania cloistered girl , out on the town without the permission of his parents. « 

 » All prohibited reinforce beliefs contrary , is not it, remember he have thought the same thing there is not a long time? « 

Djertli started off well recommended it to pass without transition from man to the status of troops to that officer .

 » The secret of success. Or rather , non- failure, is there, he said. Do not externalize his feelings . No familiarity with subordinates . Even with superiors. Beware like the plague of active NCO rank . Avoid excessive shine before chiefs. But above all , do not miss the opportunity to get permission, or , failing that, to disengage the barracks. « 

This is incidentally he met his traveling companion, exiting a building probably reserved for the accommodation of officers. A summary fence separates the two barracks. On the other hand, are heavy vehicles mainly occupy the scene, perfectly aligned diagonally. Mohamed Amari has a holding man gang outlet with braid aspirant. Apprehension holds Tewfiq Baali to cross the line .

 » Hello , sir , he said , saluting the blue his comrade. Installed ?

– IMPECC ! And you?

– Correct.

– Why do not you put your shoulder ?

– The keel ! « 

They burst out laughing at the same time . So far, the storm seems to have spared assignments . Mohamed Amari comments to him in detail his schedule during the first day Shyrta . He tells her that the interim their company has been entrusted to an active lieutenant, arrived in the same time. A Hellal . Previously, it was ensured that Lacheraf responsibility .

« The minimal difference in grade undoubtedly facilitate things , said Tewfiq Baali .

– Mmm . I do not think so. It seems stiff and complexed . Well, precisely . Voila happens . As we saw , I’ll introduce you to each other come what may . « 

S / Lt Hellal down a blue R4 and slams the door. This gesture reminds Tewfiq Baali a déjà vu . The behavior of the doctor at the Academy ! He stands on his guard. He is pleased not to have crossed the fence. Worse, he has a sense of déjà vu doubling . A former resident of the school, perhaps? He never agreed with the internal , generally . Types most often taciturn , from villages where the inferiority complex is king and the citizens who consider as potential foreigners who settled the region by taking the best land. Not all happily.

The man is stocky , graying hair before the age under the cap , face stung by smallpox. Having probably stopped his studies to embrace a profession of last resort. The antipathy is expressed anew between them concerning , despite the distance that separates them.

 » Who is it , ‘said the officer, a contemptuous motion of chin ? « 

Mohamed Amari said something in the ear of his company commander . It shakes his head :

 » Does he waiting to join his unit , says aloud the officer to be heard? Here it is forbidden!

– I’m in my unit , replica Tewfiq Baali , gesturing arms to show that he has not crossed a line « !

Hellal the caves look. Tewfiq Baali supports this look for three seconds , the features could not be more adventurous, before turning on his heel , without deigning to pursue what would result in an unnecessary altercation and compromising .

 » Asshole , he told himself , away ! No sense of hospitality! « 

He does not regret leaving so if untimely , because the officer showed enough of contempt. Fortunately he did not arrested , otherwise Tewfiq Baali would have to decline his rank , and the dispute would have led to the controversy of the function that removes the grade.

He leaves a great gesture . Mohamed Amari has undoubtedly made ​​his defense , he goes back to the cottages. He is angry , but helpless to let explode. It does not usually fall back on scapegoats.

« After all, the home of Kafi counterbalances the staging Hellal , ‘he said. « 

He knows that in life, and what is more, in the army , while leadership is a matter of momentary power relations . In reality, he was greeted formally. Nobody really bothered to check whether it is installed. It is true that the military administration no longer exists after the end of work. Everyone here should not doubt that the officers are big boys perfectly capable of fending for themselves.

In the room, he nervously opened the window and it leans . Birdsong and the smell of resin calm little by little. The panorama of the city opens up broad prospects , which reinforces his wise understanding and natural indulgence. He makes the point. Not worth too much to do . He leaves the cabinet sheets and light blanket that his mother has quietly added sighted in its package and bed skirts . Again, a certainty . One being in the world think of him day and night ! … He takes his book and lies on the mattress.

Journal/15 January 19 .. – Incredible! What a magical change! The academy we had brooded like a mother hen . Here, there is no chick that takes ! Must immediately fly on his own ! Here is what I can summarize my first impression. We’ll see in a few days if the picture is not too fragile.

– I’m so tired. I dread to dream Fouzya , which already occupies my thoughts ever since the announcement of my assignment Shyrta . I confess that I am not prepared to go so suddenly to meet him without having my full freedom of movement, of my free will and certainly also true of those little prior information that will avoid hitting sensitivity or those around her if she has , meanwhile , decided to give another direction to his life. I would not want her to know that I ‘m here Shyrta before I do it myself surprise. Unless fate decided that we meet at a street corner . –

He puts his newspaper in his hiding slides under the bed and decided to take a nap to dissolve a portion of the accumulated fatigue from the awakening dawn. Memories that are not dead furnish his half- dream.

Fifteen minutes later, someone knocks on the door, his brief disturbing peace.

« What there was , he cried irritably , without moving ?

– It’s me, sir ! Khelifa ! Lieutenant Benfakir wants to see you .

– Who is Benfakir , said the newcomer , opening the door?

– This is the second in command .

– Very well. I shoes I am . « 

The orderly reverently gives him not at the door of an adjoining office of the General Secretariat . At the same time , a mere lieutenant as a nail out of a back room with a cup of coffee. He is dressed in combat. Its stripes are pinned on the right pocket of his fatigues ,  » the Maquis . »

Tewfiq Baali takes off his hat and slap impeccably heels. The officer tells him a seat without a word to him and slid the steaming brew that was probably originally used for its own consumption . The floor is carpeted , aggressive screaming red , worn, on which are glued gums gum blackened . The chairs are light brown leatherette , dirty and damaged ends . An old air conditioner purrs like a cat in the window. Tewfiq Baali the vague impression that very sparse and dilapidated office , like those of a permanent judicial police , has been used in the past to torture, and probably continues to serve the same, to obtain confessions labor. His feeling is soon to be confirmed !

The orderly is entering his five civilians after a certain age . All betray anxiety accused in custody. Lieutenant sits down, lights a cigarette and hands the packet of Gauloises without filter Tewfiq Baali , who refuses a hand gesture .

« So , gentlemen, broke the officer, by tilting his chair backwards ? Going to spend the weekend with you without warning ! The alert, you do not care ! And you have the nerve to take trucks were requisitioned by the army ! « 

Shouting , Lieutenant throws interrogative eyes towards his host, as for his assent , or at least its spirit. Tewfiq Baali drinks his coffee casually in appearance. Because of its strong inside , he hates proclaim before him, even if the shouts addressed to a third person, moreover, weak and helpless . In this case , at present, these stagers whose children may be the age of the officer who bullies . Tewfiq Baali call it bullying, coupled with rudeness and arrogance characterized . Obviously, it is not aware that the true intent may be a staging of  » welcoming committee  » , which ricochets cater to its modest person .

The tone rises. The oldest civilian attempts to place a word, ten seals, trembling , in a kind of prayer fingers

« Wait , sir . I’ll explain !

– I ‘m not your Lieutenant ! And there is nothing to explain ! I laugh at your bogus arguments !

– But wait ! This is not’direction that lead us astray ! I swear! We were told that the army does not work during the holidays!

– What? Are you kidding my mouth now? What is the army in the world that allows this largesse ? Are the m .. two civilians like you who allow it ! I do not care your doggone direction of m .. ! Here, I command ! You’re in the army ! You hear me? In the army! Your trucks are requisitioned and with ! WE ARE IN STATE OF ALERT ! How many times do you repeat it?

– We ask forgiveness, begging their spokesperson ! We are fathers !

– Me, I will occupi person por di kids , word of God, says one of them , in a refined language !

– But why did not you come see me before , said Benfakir , in a volte-face bland unexpected , but no less bitter , as a blackmailer who knows how to blow hot and cold? We are not tyrants , he adds , winning in Tewfiq Baali a wink . It would help matters . In turn … « 

Five pleading voice asking for clemency cacophony . Tewfiq Baali remains prohibited . He does not realize that men who lead the rough road life , raising children , take a family responsibility , lower their dignity to beg for such a demeaning way. The officer returned to the charge :

« It does not work , he adds ! You will be your first time ! Starting today , you are going to military uniforms . One who will desert will court martial ! « 

The officer activated the orderly :

 » Khelifa takes them to clothing. Tell Mouici equip them with tunics of ancient staffing. Go , leave me out! This is the last time I summon you for such a bargain! Until next time, you know what awaits you ! « 

The drivers come in single file , happy to have had the storm without major damage . The officer comes back immediately to the newcomer , with staring eyes. His emaciated face wears a long and wide drooping mustache , white and scorched by nicotine in the middle. Quarantine. A fighter with little black eyes and clever . Blood red throat . The Berber accent. An overflow of pride due to grade , which is not yet part with his frail figure .

« Hey ! They think they are at home, the mutts , continues Benfakir , raising of the tone again! Since leaving us at the front, the Secretary of State for Transport has put us between the legs ! All carefully selected , the shabby ! Good coffee, sir? « 

Tewfiq Baali nods without saying a word. His silence is a kind of punishment and his interlocutor did probably not quickly noted the affront . The newcomer looks at the trees behind the window, while the officer reads the road on his desk before continuing :

« So this instruction Taxrit ? To say the least … fast? We were not expecting you until the end of March , the date of demobilization of K73X … Not too tired ?

– We have been accelerated with all the consequences training meets Tewfiq Baali , weighing every word .

– That is to say , the lieutenant asked , intrigued ?

– On two levels: the physical level , a debauchery energy unequaled … I speak for myself , of course. Psychologically , a change in behavior at all.

– Mentally , you say? Expand a little, please.

– In the food habit , morning alarm, sports, group life.

– And more … In purely military terms, added the officer, as stunned by the response of this whippersnapper reservist bizarre answers ?

– You do not think that’s a lot for a civilian, said the opposite, returning to sender a very broad question , which paves the way for other , more embarrassing ?

– Probably. Between us , many civilians are only good for nothing. « 

The allusion to finally smile Tewfiq Baali , who initially did not want to show feeling or position . It does not helpless provided on the cup with relish his lips. Benfakir looks down . It has already set this young rookie sitting before him in the fringe of high-level intellectuals who simply unseating with words. It then remains to make them obey willingly or by force.

 » Finally you ‘re here , continues aloud Benfakir ! We will stain you find a job that matches your profile … how we already said, he pretended not to know , or really do not know ?

– Psychological replied tactfully Tewfiq Baali . I would like to add that the army is interested in all the profiles of recruits. The key is that they obey !

– Congratulations! You understand ! I think we will get along well , lieutenant ! You can have . Take a tour of the owner. Take your time . If you are missing anything , come see me . Or, failing that , check with the aspirant Kafi . It is very resourceful. « 

The phone rings . Benfakir wins automatically, then his hand tightens on the handset:

 » My respects , sir . Yes … Yes. I also … Yes, it is there in front of me … Very good! I can , sir ! « 

Tewfiq Baali swallows his cup base and rises along the lieutenant, who sent him a new glance ambiguous.

 » Oh, I almost forgot … The watchword of good management, with us, is respect the chain of command . You see, our commander could call you directly . He preferred to respect the rules .

– Strongly agree , strongly meets the reserve officer ! This applies upward and downward . « 

They come together when a siren emits a short signal, announcing the lunch break . The Lieutenant again Tewfiq Baali perplexed , not having understood the meaning of the last sentence , before heading for a resolution to the commander’s office . The newcomer does not know whether to follow . He prefers to stop and notify the General Secretariat . Yes, he had told the lieutenant was very clear. The law is made to be respected by all. Otherwise, it loses its strength . It must still be very careful in his statements and actions.

 » No specific initiatives in the army, he said. Just own initiatives. « 

He smiled at the subtle but no less vain pun he just made . He returned to the cottage , through another path , which is passed by the Regional Transit Center , where swarming like a hive , paratroopers , sailors, infantry, and other « cases » pending in civilian clothes . The shoulder bag , troops come and go, such processions pilgrims .

Tewfiq Baali willingly spend the entire afternoon near this  » filthy asylum ,  » because this is a some extent , reminiscent of travel, separation and reunion. And war. This is the only place where it would be more likely to perceive familiar with one or two friends silhouettes, to see them in flesh and bone , confirming their common past existed , and for their future begin to break the surface some shoots of hope. Unfortunately, any promotion is part of a massive flows east to west , and it is unlikely that some have been turned back for one reason or another.

While he observes the movements of intact scenes instruction come alive with the Bouhliss , Dolmani , Bouboule Fitouni , Ababsa , Kharoubi . Still reviewing once Dib , this unparalleled military , which will never be quite proud army. One of these officers as Staff mute every two months , because their example is contagious too . Staff that would accommodate a rather complacent officers, materialists and hedonists . Dib was energetic , strict with students , but he did not need to hit to be obeyed . And he had no language gap . The company obeyed the finger and the eye, without complaining , because his orders tended towards achieving a goal, not to the satisfaction of a man or a caste.

The dormitory Transit Center is a dilapidated corrugated iron shed , where they managed the feat align twenty rows of bunk beds on five levels to stem the flow of freight , forced to spend one or more nights , pending execution of their roadmaps.

The center head is a captain. It is short in size and haggard . Instead of giving instructions to his subordinates , it circulates between the lines , shouting names related to a symbol of body, obviously not knowing where to turn .

Tewfiq Baali decides to stay a while , sitting astride a wooden fence. He observes, his head between his hands , trying to recognize faces , noting the almost universal sorrow upon all faces.

 » From light heart is not a constant military , ‘he said. Safe return to civilian life , even less. « 

At one point, someone touches her left shoulder from behind and comes to rest on its right. Naughty play he does not like . He does not jump and do not look back. Now , nobody will do pirouette on itself. He never sought to be ringside to be flattered , adored . It is not a focus for anyone . He holds no rocket science . That which is expressed as rudely deign to show up. A middle-aged civil appears perpendicular to the ocular field. He has never seen. Her face profile is common. Dressed without looking , but elegant and alert. Without baggage . Not at all out of phase , as those travelers who look languor roadmaps that will catapult them into the unknown. Man looks in the direction of the troops at the height of the observer.

« It’s hard to get your attention , he coward! « 

Tewfiq Baali does not answer, still in the same position for a quarter of an hour, the air absent. He is not inclined to respond to a few words of this stranger , who are neither a question nor an answer, but an observation.

 » You see, adds bitterly unknown . All go to Boulemgaden . This way, there is no jealousy .

– And you said Tewfiq Baali ?

– That is the question I wanted to ask you .

– I have you balanced so you do not go back myself .

– Very nice dribble. With a small bridge over the market. I like to meet intelligent people in our army. I noticed you , mind you . It’s my job to notice people .

– I do not necessarily want to know you.

– But you guessed that a little …

– … I have the honor ? Yes. Humanity would have disappeared long ago if there were not this sixth sense.

– What are you doing here an hour ago ? Where is your duffle bag ? In which unit do you belong?

– That you return to the office. Three questions in a … This is too much for a grunt grass …

– I mean, who are you looking for ?

– … Here, I ‘ll answer , reply not without gravity Tewfiq Baali , after a moment’s silence. I am trying to locate friends with whom I laughed breathlessly during the investigation , but I’ve seen them start crying on Boulemgaden . If I do not see at least one here , it means they have all taken … one way. You enter now?

– God forbid they come back safe and sound . I did not want to come to this bitter fact … Accept my sincere apologies . Pretend you never saw me . I am not your enemy.

– I have not seen your face , word of honor . That said, I can tell you where I am transferred , if it is your prerogative to know. But it will not change the situation.

– Always . If I can help you, do not hesitate to contact me .

– Why not . S / Lt Baali 51st QGO .

– Ha! You’re not far away! We have the opportunity to see us , lieutenant.

– It is said that there is a general two days …

– You said Baali ? Um … Your name tells me something … Do not worry, with a positive connotation personal … I think you are promoting your staff to Interarmes Academy Taxrit … This is why you need to be more vigilant than ever … The jealous are legions in military ranks … They are where you do not suspect …

– Thanks for your advice …

– Why do you rate my contact details?

– I do not know . Probably not bother you , do not get into trouble . I am someone who does not need much , not ambition. Moreover, spontaneous friendship , altruism powerful , I do not believe it. It gives something for nothing. Have fear, I have not seen your face …

– You are mistaken . There are leaders in the areas of the state that actually work for the welfare of the people, out of ideological straitjacket . You do not will know my exact function or where I work. I just communicate to you a user name and extension number where you can reach me for any concern .

– You see, I am someone who loves daylight , sir. It comes directly from the sky and it shines through the grace of God, all human beings without distinction. Ask an authority to intervene on my behalf, it’s like putting an obstacle, a black shadow between the light and me. In the darkness, all shots are allowed . All betrayals ideal .

– … You are right, replied the stranger, after a moment’s silence. Sure, I can help you, but I do not have the expanse of the sky to protect you against all the shadows of power. That said, I was very happy to meet you . « 

And the man disappears behind him as he came. Tewfiq Baali did not move a muscle, except those of his mouth. He is proud , because he used the only weapons that really matter to him, those of the mind …

He is now convinced that the man was telling the truth , without knowing that he just spoke with the number 2 of the Regional Delegation of the State Security to Shyrta , which is the # 1 enemy of its leader, because it betrays occasionally remnants of humanity …

It comes back again to the room to continue his nap , he would resume easily because his eyes begin to close , while it is still standing and he walks .

The afternoon was well advanced when someone comes after hit twice, in the room where he sleeps, and it comes gently move his arm . It opens the eyes and bigger, completely out :

« What is there yet , he said, as he stood sullenly ?

– Excuse me, sir , said Khelifa . You did not hear me knocking. It was open. So I am worried.

– What do you want ?

– This is the captain. He wants to see you .

– Does he asked me after a long time?

– At the same moment .

– Good. Cleanup time and I arrive.

– Listen, sir . I might as well tell him that I did not want to wake you.

– Are you kidding !

– God forbid , sir ! Commander love the franchise. He said that when someone is very tired, he should leave him alone .

– And I’m a good person, Khelifa ?

– For sure you ‘re a good guy , sir !

– You did well to wake me Khelifa . You do not want our commander has to deal with a sleeper on first contact ?

– Affirmative, sir ! But you seemed so tired sleeping.

– Now that I woke up, the damage is done . I arrive, said Tewfiq Baali , by vigorously washing the face. « 

Secretariat , Kafi arrange meticulously tie the newcomer and two steps back in to Rate metamorphosis.

 » That is better . Much better, said the aspirant. Ring the buzzer and wait for the light signal. I will announce the phone. « 

Tewfiq Baali approaches a desk outside plush . He does not want to believe it, but it has the jitters , like a schoolboy who must recite a poem before his master and the whole class. He pressed the button on the ring. Wait a few seconds extend a protocol suspense probably wanted , certainly effective to implement if a visitor.

« Come in, said the signal. « 

He opened the double doors and see that there ‘s another one that should open . Maybe a third ? No. It enters a huge office . The walls are gray , of course. The carpet is black. An old soldier wrinkled rose and came towards him. His jacket is packed with badges. Tewfiq Baali welcomes perfectly, without excess.

 » Reserve officer Tewfiq Baali , my respect sir !

– Hello , Lieutenant. welcome among us, he announced in designating him a seat, and coming to sit in front of him , out of politeness .

– Thank you, sir .

– A cigarette Lacheraf said , holding out his pack of Camel ?

– Certainly.

– A coffee?

– Thank you. I would not want to disturb .

– Please . This is no way . « 

Its host based on a table arranged under the bell . It seems to think for a moment about how to approach the discussion with the new recruit mutated home. The phone rings . The senior officer with agacerie rises and lifts the handset , while standing . As he talks to his correspondent , Tewfiq Baali looks the part. On the right, there is an oak bookcase , enough provided, and a shelf is placed a bust of the emir. To the left , a small lounge in solid teak . On the front wall hangs a portrait of El Zaim , from the time he was in the bush . How different his face swollen by the food too rich for independence ! The doors are upholstered in black leatherette set of golden bugs .

Man talking on the phone behind a tired sixty . Her hair , a rare above , are white lacquered , like those used bar and turf . A series of pleats at the front, as deep furrows, and other vertical cheeks , leaving the viewer to imagine a man passed through many trials , and perhaps also by parties abundantly watered.

Tewfiq Baali compares quickly , his face that of Rommel , the  » Desert Fox . » The senior officer ‘s shoulders slumped . He wears under his waistcoat open a curious canary yellow green plaid jacket , which hangs a gold watch chain . Eccentricity reminiscent of the officers of the English aristocracy . His gaze has something clever and strangely blurred , perhaps due to a slight squint . He wears the cigarette in his mouth with a nervous gesture expresses feelings with the lips, and speaks constantly staring at the floor . Tewfiq Baali following few bits :

 » … The most beautiful girl in the world can not give what she has , captain … QGO manages the logistics that affects him as vehicles that maintenance repairs him , and he shared between all users, in order of priority of the command. A point and that’s all! « 

He finished talking, hang up and nervously decides to drop all combined to not be disturbed . Lacheraf seems animated by a strong determination and a whole character . Khelifa enters with a tray and two coffees before laying them on the coffee table. The newcomer, as passing a polygraph , knees tremble and does not know the master beat her eyelids.

« It goes without saying that you know who is the Commander Yakhlef , continues unexpectedly Lacheraf ?

– Yes , sir .

– You know it is a tringlot like us.

– He wears badges Train , indeed.

– The Ministry has seconded the benefit of the Academy Taxrit for its qualities as an organizer . It was he who established the School Train Taxrit . One of the best officers of his generation . We made the Indochina campaign together . He came to see me there a few weeks ago and I once again emm … beast for it to find me a good officer to assist me . This officer, I believe it is you, the commander said , marking a pause , and looking for the first time Tewfiq Baali staring into his eyes.

– It’s too much honor , sir , answered confusedly it , but holding the gaze of his interlocutor.

– What are your professional references.

– No .

– University ?

– I am a graduate of political economy. And I have good working knowledge of mechanical , electrical and automotive boiler , learned in the workshop of my father says Tewfiq Baali as to fill his empty experience . I got my license in all categories FRAC Taxrit .

– Mmm . is valid , nods officer . You see, I need someone who can write in my report -plus- ultra of the language of Molière . Is a desk job for you?

– I am available for the job as you see fit to give me .

– That is well said! This does not mean that I confinerais to a purely administrative work. It is possible that I entrust you to operational missions in Train style , whenever necessary . Why do not you wear your stripes ?

– There was no ceremony grades at the Academy , sir . Only a distribution roadmaps . Mine covers only the words: military officer. The grade will be placed on notice of the transfer , we have been told – to Taxrit .

– What was your rank at the end of the internship?

– Valedictorian .

– Excellent! Congratulations. Yakhlef there is not pull his punches this time . Ah , this is why the General told me the other day to expect a surprise. You know the General, Lieutenant ?

– I ‘ve only seen once. At the closing ceremony. He actually told me that we would have the opportunity to meet again .

– He knew what he was saying ! Property. Know that the majors have promo rank of sub- lieutenant. Ask without delay to the clothing you buy a complete outfit officer with braids . I do not like my staff walk without grades. Kafi normally leaves us in April. I would put you in lining with him as soon as your decision happen. Do not worry , I’ll sign you in a timely manner . Questions?

– No , for now.

– You live where?

– Taxrit .

– Perfect ! It will be less complicated for permissions. Thirty- six hours of weekend you will be amply sufficient . « 

Lacheraf rises. The interview is over . The commander reaches out to new officer posted and said:

« Mr. Baali , very happy to have you with us. Know that we are working here in QGO hand in hand. The key to a successful collaboration is loyalty. You agree ?

– Absolutely , sir ! « 

It is in these terms that begin the reports of S / Lt Tewfiq Baali with the man known here , he will know later ,  » Fox 12th Army Corps , » comparison made , rightly , with Rommel .

« So would Yakhlef behind my transfer to Shyrta , he thinks. Undoubtedly , the senior officer is said that another assignment of a Baali to Boulemgaden not lead on another drama. Or assertion Lacheraf would be a figment of the imagination ? In fact, the assignment units are spoiled for choice. A reserve officer or another, what difference ? They all execute orders and close their big mouths , as they say all adjutants company , is not it ? Lacheraf sought after probably a good performing dirty work of the army and , after all, thought he saw Yakhlef probably see in my profile the ideal recruit, intelligence and docility more … « 

At the close of business , the fire service is delivered to the General, who must deal with guard towers , airline nuts , discipline , hygiene in dormitories and a thousand menial tasks. Gathering 15:45 marks the end of the administrative day. Nobody is asking the mutated to attend again. No administrative attends there , however . These seem to be the darlings of command. The surprise of the new landing is great, on leaving the commander stated that employees of the military administration are already in civilian clothes and without constraints to carry out , as if they live in an American campus without portal or guardian . Failing to know if he can follow , he continued his reconnaissance . But tired of running around in circles , he suddenly decides to go out for a little walk around , forgetting to put his civilian clothes . And it would test its room for maneuver in relation to its new environment. The police chief sees through the barrier without saying anything. He wanted to borrow one of the many trails of the forest to find the dimension of time and space he likes . It would probably next time, after recognition of the route. Now he could go out without being worried, he decided to go into town . He scorns the downhill bus. Walking foot makes it circulate blood through the veins to stifle , despite the cold outside. Passersby are not curious about the presence of soldiers in dress uniform , as it was found upon arrival at the station. He is dressed in combat, and it is apparently the only one to be. Bizarre …

Girls who walk under the arcades all seem to smile at him . Unless this is their way of being, natural , pretty , attractive. A Ouahran he felt this feeling in contact with women. Not Mezghena , where almost all seemed arrogant and râleuses him .

 » Oujouh m’quezdrah , looked her dead grandmother. « 

He is relieved to stretch their legs after prostration near the transit center. His heart made ​​leaps repeatedly when he believes distinguish or face or figure, or the approach of someone dear to him , and he wants to meet at venue you give . The time now is irrelevant . Because the spaceship is back. Earlier than expected . He began his approach decelerating to penetrate the dense layers of the atmosphere. Then he hovered view before landing a few kilometers from the site for this purpose . What a fantastic trip! Two years ahead of the original deadline . Period could be longer without the good fortune to accompany the hand of a dark servant of the Central Military Administration, which put his name on the list of tringlots assigned to Headquarters 12th AC . Unless this is Yakhlef . Although they left Taxrit was rushed to obey mutations carefully considered , depending on the classification and profiles of reservists.

If she knew how happy he is coming this way. Having burned with desire to go there deliberately in the first month of the first year, but have resisted the temptation so long repressed . He wanted to be worthy to meet her, as she never could have imagined . No doubt she tried to trace him . No doubt she imagined surrounded by more beautiful than the other female conquests . How likely itself had to postpone a lot of advances, because, for a hot afternoon in July, she had given an appointment to a single young man in his eyes, and although he was no promise made by him to come , it would continue to wait until the end. She would wait the time remaining before obtaining his doctorate in medicine . At worst , a moratorium period of three years, the time of a specialty? Further , would it be too much for the heart of a woman? No! She would wait longer than that . A lifetime. An open appointment of this quality has no specific maturity . He would keep his character valid until the last breath of life.

Here come at the right time , he believes. In the prime of life . The top intellectual level . As she wanted , of course. He walks through the long alleys overcrowded Shyrta . No, he did not see her coming towards him on the other side of the sidewalk. Their meeting must have, at the same time grasping the impact of vertigo , and the merit of the triumphant determination, infinite patience.

It is 17:00. The city center is teeming with people , more than Mezghena , because of the narrow pedestrian space. And night comes quickly . A height of the Rue de Paris , at a time when it was least expected , a military police patrol intercepts encircles , grabbing all sides so that it does not run away , as these soldiers who play PM columns .

« Permission , said the brigadier , between breaths , the strap of the helmet hiding his mouth.

– What permission replica dryly Tewfiq Baali , unnerved by this impromptu encirclement ? I am an officer and we are within the limits of the garrison, as I know, Sergeant !

– Officer , you say? Is that you looked at ? Where are your wings ? Do not tell me you forget to put them ! And driving in combat gear while the general was forbidden in town! Show me your card, I do not know … A document that proves your grade , what, I believe you!

– I have not received or card, or stripes.

– A good time . I’m sorry, but you ‘ll need to follow us. We will check all the garrison .

– You are mistaken . I can prove it.

– Truce discussion before the civil ! Put yourself between the rows and do not make me use force ! « 

The soldiers rudoient , to put it in position. He smiled . He knows he is at fault. He did not resist. An officer in the hands of a column of PM is a rare and precious treasures .

After a few hundred meters from forced march , he feels in the skin of a mafioso surrounded by his bodyguards , controlling the narrow streets of its territory. Although the skin of an escaped prisoner and taken is a situation which is not far from reality . To his record lacks strict arrest , the military court , the prison. Never mind ! Continue his walk in the middle of a column of the PM having a little fun . Occasionally , a soldier tickles her spine with his truncheon , to run at the pace of the patrol, which leads a breakneck speed , jostling distracted from the casbah onlookers who do not deviate from its path .

Their race ends in relief position of the garrison. At the same time , another hand column make his rounds. Sergeant  » interceptor  » sits at a bench, removed his helmet and wiped his face shiny with sweat with his handkerchief. It seems young , shy . He pulls out his pack of cigarettes military , and , against all odds, in a bid to Tewfiq Baali , who refuses to hand vigorously .

 » Let us have said it !

– Calm down . Sit down, politely said the sergeant . You do not know what trap I pulled you !

– No! And you ‘re making me lose patience !

– Do not climb on your high horse , ‘said the sergeant, in a tired voice , but asked. What is your rank , as you continue to say that you are an officer ?

– Lieutenant .

– Which unit?

– The 51st QGO ?

– What? I ‘m 51th and I have not the honor of knowing you ! I hope you do not tell me jokes ? It may cost you !

– You do not know me because, quite simply , I have just been transferred there. I arrived the day before yesterday Academy Taxrit .

– You can at least give me the name of the Head of the Secretariat ?

– Obviously . The Aspirant Kafi . And the commander called Lacheraf . It will not be very happy to know that one of its officers was intercepted by a patrol PM …

– Who is the more detached from his own unit ! Accept my apologies , sir . At the same time , thank you for having me … taken . Imagine that the garrison commander had found you in combat gear in the city center . It is I who have drank . I am required to do my job. In fact , I immediately felt that you are an officer. And again Shyrta to dare move in battle dress . If I shipped you is for you to avoid the patrol 102nd Battalion . One you see out. They are active brutes. They do not make a difference. They abhor the officers of the command about alone and illegally in the garrison. Which also make their own well inside the barracks, ha , ha , ha! … Seriously, there was no idea of ​​going out like that, without stripes.

– You are right. Lacheraf told me to do with my endowment Service Apparel . Who is responsible?

– Check with the CWO Mouici who will order for you to Stewardship . Officers are entitled to be held in English cloth, with exact measurements . Require a complete outfit officer . Mouici is vicious . It is tempting to pass you man crumples the troupe . And do not go around in combat gear in town. General has banned the wearing out of the barracks.

– But we are on alert ?

– Have you seen a single officer in command wear?

– Yes, one. Lieutenant Benfakir .

– This is the exception that proves the rule , sir !

– Ha, ha, ha … ! You are very perceptive , Sergeant. Sure we have the opportunity to meet again. Remember me your name ?

– Fahd … Sergeant. 1st Platoon , 51st QGO versatile transport company. Oh, I almost forgot to point out … Reservist !

– Important to remember , huh ?

– And how ! The keel is for April.

– Good. I ‘m going to mess dinner and I would return without delay. Not to fall on this terrible patrol battalion.

– For sure you hit it now! And do not mess . We do not accept used without gallons card or officer . As we finished our service, I propose to take you back with us in a jeep.

– First I’ll grab a bite somewhere. Do not worry, I would stand on my guard now . I will avoid major arteries. If I see the column off, I take my legs around my neck !

– Ha, ha, ha!

– It made me happy to roughly … fall into your hands! Soon!

– Be careful , sir . I have warned you . I am for the solution to take you with us. In order to avoid unpleasant encounters!

– Sure I would not do ! Getting caught twice on the same route would be unforgivable for a reserve officer without stripes !

– Ha, ha, ha ! « 

Outside, the crowd suddenly disappeared , probably in a hurry to go home, not to miss the  » Fugitive  » television. The only shops still open are market tobacco and newspapers, or Eastern sweets . Tewfiq Baali decides not to go to the mess . There, he may face other troubles , who is desperate to remain discreet . He bought a zalabia and kalb el louz to deceive his hunger and raise his blood sugar . It is frankly cold now .

It is on foot, as he came . The descent of the Medersa the door as in a dream , but the climb to the barracks after Bab El Kantara is stiff as a board . He fears that his military service is as laborious climb this height . It has the vague impression that the army will never let go , even after the satisfaction of its military obligations because she will realize sooner or later that he knows too much about it . The exchange with the civil unknown near the Transit Center is still vivid in his mind.

 » They will eventually understand me, he said. « 

He remembers thinking the same thing on the eve of his departure from Mezghena . After the last blocks du Faubourg, it’s a black ink . The black humus of the forest Stah releases moisture to the wild scent. There is not a soul to the checkpoint. Sentinel bronze looks to pass without moving.

 » FAR could do the same thing nobody worry , ‘he said. « 

Came near her room, her attention is drawn by a ray of light under the door. He did not remember leaving the electricity lit room. He decides to shoot , instead of using his key. A young soldier opens . Goodness ! It does not seem beyond the age when it was still going to school , keeping untouched a kind of youthful innocence , characterized by a permanent sense of astonishment .

 » Essalamou alaikoum says Tewfiq Baali .

– Oua alaïkoumou essalam , rahmatoullah wah , wah barakaatuhu with a frankly childish voice . « 

The arriving sits on his bed and seeks to relieve his feet boots , tired after a very long walk, all beneficent sum after his idleness newcomer , although quite hectic .

« A younger , perhaps , he thought , taking off his shoes painfully . Although the cadets quickly lose their ingenuity to the barracks . « 

The young soldier closes the door . It seems confused and reserved. Somewhat frightened . A preposterous idea crosses the mind of Tewfiq Baali like wildfire . He thinks the « ingredients » of the welcoming committee …

« They will stop at nothing . They are monsters , ‘he said, washing the feet sink. « 

He knows that one of the greatest scourges that threaten humanity ‘s rape of innocent children. Small, delicate and fragile beings introduced suddenly and fully into the cutthroat world of adults. He decides to talk to the young man in Arabic.

« I ‘m Tewfiq Baali , he continues , wiping feet. I am the new officer assigned to QGO . Hemu … I … Forced your room … You will excuse me , but it is not my fault. It has appointed me in the emergency waiting to assign me another .

– I come here often. You can keep it.

– So like that , you’re the aide of the Chief of Staff?

– Damn ! These are the guys who tricked me this title.

– What is actually your work.

– I’ll take care of the villa of Colonel . I drive the car for Madame shopping in town . I help the gardener. I watch the changing of the guard . This is all that my work meets the utmost seriousness adolescents.

– That’s what I thought. I had another idea of work and a grade aide. And it is certainly not in this room that I expected to find it. You are what is called the order of the Chief of Staff .

– The order for Ms. Ayat instead .

– Come, the wife of Mr Ayat is not military .

– However, he happens to uniform, with the rank of colonel.

– What are you saying? It must just try that of her husband, to see if it is ironed .

– No. That she wears is not the colors of the sea , but at the political police . With a skirt , of course .

– You mean she is also a military ?

– Mm, approves the soldier.

– All tastes are in nature. Who would have thought .

– Do not tell anyone .

– You can count on me. If that’s your job , it must be interesting roughly adds Tewfiq Baali to change the topic of conversation , relieved by lying on the mattress.

– It’s better than the gate.

– How old are you?

– My real age?

– Why , you’ve both?

– Yes. I actually seventeen .

– Cadet?

– God forbid ! Called!

– How is this possible ? You have not reached the age of conscription ?

– I was sent an order call . The- Vital had trouble transcribing my date of birth on the census lists . As I left school and not yet found a job, my parents said it was something gained that I get rid of the service.

– It’s how long you’re in the army ?

– A year and a few …

– So , you’ve donned the uniform sixteen. The staff has not sought to verify your date of birth?

– Why ? This is the last of their worries. And mine. I prefer to finish without flinching.

– How did you become … aide ? I mean order .

– One day at a guard tower at the villa madame came to me and asked me if I wanted to stay in his service permanently . I said that if it could avoid the guards and me … the dormitory, I accepted gladly . She called her husband on the phone and gave him my name. The next day, Lacheraf called me into his office and told me I had to stay at the villa as long as Ayat wished. Provided that I know hold my tongue .

– Where are your things ?

– At the villa. I come here only to sleep some nights .

– Why ?

– I do not know if I should tell you that.

– You’re right. It does not interest me . The privacy of people watching them. Simply, it is your age that somewhat surprised me . You can count on my discretion.

– In fact, it has nothing of a secret. Simply, when Ayat receive world , Madame asked to return to the barracks .

– It’s true . I did not need to know everything. Turn off if you finish. And good night . I ‘m exhausted by today’s march, he added , smiling to himself , remembering his stupid encirclement by the PM . « 

It would ensure never to fall into such a trap. He puts his head under the blanket. It was very sleepy but harassment braids keep it awake. His roommate also washes the feet and not long off.

« What is your name, Tewfiq Baali said in the dark?

– Saber .

– It is a beautiful name to stick out … Hard service, Saber ?

– Yes. For a soldier like me , poor and from the countryside. I found great difficulty me integrate into the group life , to understand the swindling of assets, their vices.

– You have had problems with your classmates ?

– … Yes, the young man said after a moment’s hesitation. Especially at night … in the dorms.

– Ah … You do not have talked to your leaders?

– No. This is something that is not said . Besides some of them have attempted …

– What a pity !

– I prefer not to raise this issue.

– Maybe it’s better to talk about. It helps to evacuate. There are doctors called psychiatrists, whose job is to treat people in your case . I ‘m not one, but I think that listening to others’ pain is better evacuate . I ‘d be lying if I told you that we can share it.

– Maybe you’re right. It depends with whom.

– It was so … attempt on your modesty ?

– At least we tried , this is the same thing , repeatedly. Under the threat of knives and firearms. And if I denounced the authors, I feared for my life. But I struggled and they could not do anything .

– The troops ? Why did not you reported to your superiors ?

– Damn ! Because I assure you that many are at the head of rapists.

– Why me didst thou say to me?

– Because … I trust you .

– Thank you. Yes, with me, you have nothing to fear. You can talk about it or shut up. Raise another issue that concerns you when you want. I do not try to rekindle this problem another time, okay ?

– Thank you.

– Would you be willing to give me the names of these unworthy leaders?

– No. It would be pointless . I would be labeled a snitch . And you will only get you into trouble if you want to dig up these difficult issues , very common in the barracks. Any trivial sum in the spirit of command.

– I guess you’re right, meets his roommate , surprised by the fluency of the young man in Arabic. Sleep now. Tomorrow is another day . « 

Tewfiq Baali falls asleep thinking about the true function of Ms. Ayat .

« After all, if it happens to Ms. Ayat to holding officer with the rank of colonel, it must occupy an official position but not least . And that I would soon to know … « 

——————————

Chapitre   Deux

 

Il se réveille en sursautant, un quart d’heure plus tard. Le réflexe de réaction au sifflet de l’aube durant l’instruction à Taxrit ne l’a pas quitté. Puisque personne ne l’a convoqué ou lui a donné des ordres précis, il décide de partir à la découverte du domaine. Il veut prendre la température de la discipline et des interdits qui prévalent dans ce nouveau casernement qu’il ne connait pas. Comme à l’Académie, il n’hésite pas à pousser son inspection le plus loin possible. Cela lui permettrait d’éviter de poser des questions pour savoir où se trouve telle ou autre structure, et laisser se découvrir ainsi sa méconnaissance des lieux, que des personnes perspicaces questionnées considéreraient comme une «tare biologique». Car à l’armée, autant que possible, il faut éviter d’en poser, au risque d’être considéré comme un élément «louche».

A la différence de Taxrit, ici, contre toute attente, les chemins ne semblent pas balisés. Il localise les ateliers, les parkings couverts pour véhicules légers, l’infirmerie, le bureau du vaguemestre, les locaux de l’habillement, de l’armement, le foyer et d’autres services qu’il n’a pas pu identifier. Les latrines se trahissent d’elles-mêmes, par l’insupportable odeur qui s’en dégage. Stupeur ! L’évacuation des eaux usées est cassée et donne à ciel ouvert sur la forêt, favorisant ainsi la prolifération des moustiques et maladies à transmission hydrique.

Une grande allée de trente mètres de large et de plus de cent de long, récemment goudronnée sur des pavés apparents sur les côtés, coupe le 51ème QGO en deux. Elle permettait, il le saura plus tard, l’atterrissage de biplans dans les années 20.

«Quel gâchis d’avoir recouvert les pavés, se dit-il !»

Il s’est toujours insurgé contre les «cacheurs de beauté d’origine». Sa promenade le mène près de la 14ème CTC, où est sensé se trouver Mohamed Amari. Quelques soldats le saluent, probablement parce que qu’ils ont vu des sous-officiers le faire au réfectoire. Il ne rend pas les saluts, pensant que ce geste n’a aucune valeur chez un réserviste sans galons, devenu officier au bout de trois mois et demi de formation. Il se rappelle aussi les paroles de son défunt cousin à l’endroit des gradés :

«Il n’y a pas un officier qui me demande de le saluer sans que mon bras se détende de lui même et que mon poing aille fondre dans sa figure.»

Lorsqu’il était dans le civil, Tewfiq Baali ne regardait jamais derrière lui. Une attitude héritée sans doute de ses aïeux. Il l’a fait une ou de fois depuis son arrivée ici, et une infinité de fois à l’académie, lors des jeux de cache-cache à l’aube, avec les «Semaine». Il veut vite se débarrasser de cette «manie de fille cloîtrée, sortie en ville sans l’autorisation de ses parents.»

«Tous les interdits renforcent des convictions contraires, n’est-ce pas, se rappelle-t-il avoir pensé la même chose il n’y a pas longtemps ?»

Djertli lui avait pourtant bien recommandé de passer sans transition du statut d’homme de troupe à celui à celui d’officier.

«Tout le secret de la réussite. Ou plutôt, du non échec, est là, se dit-il. Ne pas extérioriser ses états d’âme. Pas de familiarités avec les subordonnés. Même pas avec les supérieurs. Se méfier comme de la peste du rang sous-officier d’active. Éviter de trop briller devant les chefs. Et surtout, surtout, ne jamais rater l’occasion de décrocher une permission, ou, à défaut, de débrayer de la caserne.»

C’est incidemment qu’il rencontre son compagnon de voyage, sortant d’un bâtiment probablement réservé à l’hébergement des gradés. Un grillage sommaire sépare les deux casernements. De l’autre côté, ce sont les véhicules lourds qui occupent majoritairement la scène, parfaitement alignés à la diagonale. Mohamed Amari a mis une tenue de sortie d’homme de troupe, avec des galons d’aspirant. Une appréhension retient Tewfiq Baali de franchir la ligne de démarcation.

«Bonjour, mon lieutenant, dit-il, en saluant à la bleue son camarade. Bien installé ?

– Impecc ! Et toi ?

– Correct.

– Qu’attends-tu pour mettre tes épaulettes ?

– La quille !»

Ils éclatent en même temps de rire. Jusqu’ici, la tempête des affectations semble les avoir épargnés. Mohamed Amari lui commente en détail son emploi du temps durant cette première journée à Shyrta. Il lui apprend que l’intérim de leur compagnie vient d’être confié à un sous-lieutenant d’active, arrivé en même temps qu’eux. Un certain Hellal. Auparavant, c’était Lacheraf qui en assurait la responsabilité.

«La différence minime de grade facilitera sans doute les choses, lui dit Tewfiq Baali.

– Mmm. je ne crois pas. Il semble raide et complexé. Tiens, justement. Le voila qui arrive. Puisqu’il nous a vus, je vais vous présenter l’un à l’autre et advienne que pourra.»

Le S/Lt Hellal descend d’une R4 bleue et claque la portière. Ce geste rappelle à Tewfiq Baali une impression de déjà vu. Le comportement du toubib à l’Académie ! Il se tient sur ses gardes. Il est satisfait de ne pas avoir franchi le grillage. Pire, il a une impression de doublement déjà vu. Un ancien pensionnaire du lycée, peut-être ? Il ne s’est jamais entendu avec les internes, d’une manière générale. Des types le plus souvent taciturnes, venant de villages où le complexe d’infériorité est roi et qui considèrent les citadins comme étrangers potentiels qui ont colonisé leur région en prenant les meilleures terres. Pas tous heureusement.

L’homme est trapu, les cheveux grisonnants avant l’âge sous la casquette, le visage piqué par la petite vérole. Ayant probablement arrêté ses études pour embrasser un métier de pis-aller. L’antipathie s’exprime derechef entre eux, au regard, malgré la distance qui les sépare.

«Qui est-ce, dit l’officier, d’un mouvement de menton méprisant ?»

Mohamed Amari dit quelque chose à l’oreille de son commandant de compagnie. Ce dernier secoue négativement la tête :

«Qu’attend-t-il pour rejoindre son unité, poursuit à haute voix l’officier, pour être entendu ? Ici, c’est interdit !

– Je suis dans mon unité, réplique Tewfiq Baali, en faisant un geste des bras pour montrer qu’il n’a pas franchi une limite !»

Hellal le foudroie du regard. Tewfiq Baali soutient pendant trois secondes ce regard, les traits on ne peut plus téméraires, avant de tourner les talons, sans daigner poursuivre ce qui déboucherait sur une altercation inutile et compromettante.

«Connard, se dit-il, en s’éloignant ! Aucun sens de l’hospitalité !»

Il ne regrette pas d’être parti de façon si intempestive, car l’officier a montré suffisamment de mépris. Il ne l’a heureusement pas interpellé, autrement Tewfiq Baali aurait eu à décliner son grade, et la dispute aurait débouché sur la polémique de la fonction qui supprime le grade.

Il les laisse en grande gesticulation. Mohamed Amari ayant sans doute pris sa défense, il s’en revient vers les chalets. Il est en colère, mais impuissant à la laisser exploser. Il n’a pas l’habitude de se rabattre sur des boucs émissaires.

«Après tout, l’accueil de Kafi contrebalance la mise en scène de Hellal, se dit-il.»

Il sait que dans la vie, et qui plus est, dans l’armée, tout leadership n’est qu’une question de rapports de force momentanés. En réalité, il a été accueilli de façon formelle. Personne ne s’est réellement soucié de vérifier s’il est bien installé. Il est vrai que l’administration militaire n’existe plus après la fin du travail. Tout le monde ici ne doit pas douter que les officiers sont de grands garçons parfaitement capables de se débrouiller par eux-mêmes.

Dans la chambre, il ouvre nerveusement la fenêtre et s’y accoude. Le chant des oiseaux et l’odeur de la résine le calment peu à peu. Le panorama de la ville lui ouvre de larges perspectives, qui confortent son sage entendement et son indulgence naturelle. Il fait le point. Pas la peine de trop s’en faire. Il sort de l’armoire les draps et la légère couverture que sa prévoyante mère a discrètement ajoutés dans son paquetage et borde son lit. Encore une fois, une certitude. Un seul être au monde pense à lui nuit et jour !… Il prend son carnet et s’allonge sur le matelas.

Journal/15 janvier 19..  – Incroyable ! Quel changement magique ! L’académie nous avait couvés comme une mère poule. Ici, il n’y a pas de poussin qui tienne ! Il faut voler d’emblée de ses propres ailes ! Voila à quoi je peux résumer ma première impression. On verra d’ici quelques jours si l’image n’est pas trop fragile.

– Je suis tellement fatigué. Je redoute de rêver de Fouzya, qui occupe déjà sans cesse mes pensées depuis l’annonce de mon affectation à Shyrta. J’avoue que je ne me suis pas préparé d’aller aussi soudainement à sa rencontre, sans disposer pleinement de ma liberté de déplacement, de mon libre arbitre réel et certainement aussi de ces petites informations préalables qui permettront d’éviter de heurter sa sensibilité ou celle de son entourage si elle a, entre-temps, décidé de donner un autre cap à sa vie. Je n’aimerai pas qu’elle sache que je suis ici à Shyrta, avant que je lui fasse moi-même la surprise. Sauf si le destin décide que nous nous rencontrions au coin d’une rue.-

Il remet son journal dans sa cachette, se glisse sous le couchage et décide de piquer un somme qui dissoudrait une partie de la fatigue accumulée depuis le réveil de l’aube. Des souvenirs qui ne sont pas morts meublent son demi-rêve.

Un quart d’heure plus tard, quelqu’un frappe à la porte, troublant sa brève quiétude.

«Qu’est-ce qu’il y a, crie-t-il avec agacement, sans bouger ?

– C’est moi, mon lieutenant ! Khelifa ! Le Lieutenant Benfakir veut vous voir.

– Qui est Benfakir, dit le nouveau venu, en ouvrant la porte ?

– C’est le commandant en second.

– Très bien. Je me chausse et je vous suis.»

Le planton lui cède révérencieusement le pas à la porte d’un bureau mitoyen du Secrétariat Général. Au même moment, un lieutenant maigre comme un clou sort d’une arrière pièce avec une tasse de café. Il est en tenue de combat. Ses galons sont épinglés sur la poche droite de son treillis, «à la maquisarde».

Tewfiq Baali ôte sa casquette et claque impeccablement les talons. L’officier lui indique sans un mot un siège et glisse devant lui le breuvage fumant qu’il s’était sans doute servi initialement pour sa propre consommation. Le sol est en moquette, d’un rouge criard agressif, usée, sur laquelle se sont collées des gommes de chewing-gum noirci. Les chaises sont en similicuir marron clair, sale et abîmé aux extrémités. Un vieux climatiseur ronronne comme un chat sous la fenêtre. Tewfiq Baali a la vague impression que ce bureau très dégarni et délabré, comme ceux d’une permanence de police judiciaire, a dû être utilisé par le passé pour la torture, et continue sans doute de servir à l’identique, pour obtenir des aveux forcés. Son sentiment ne tarde pas à être conforté !

Le planton fait pénétrer à sa suite cinq civils d’un certain âge. Tous trahissent l’angoisse d’accusés en détention préventive. Le lieutenant s’assoit, allume une cigarette et tend le paquet de Gauloises sans filtre à Tewfiq Baali, qui refuse d’un geste de main.

«Alors, messieurs, éclate l’officier, en faisant basculer son fauteuil vers l’arrière ? Vous partez passer le week-end chez vous sans avertir ! L’état d’alerte, vous vous en foutez ! Et vous avez le culot de prendre des camions qui sont réquisitionnés par l’armée !»

En criant, le lieutenant jette des regards interrogatifs vers son hôte, comme pour obtenir son assentiment, ou du moins, son esprit de corps. Tewfiq Baali boit son café d’un air détaché en apparence. Car en son fort intérieur, il a horreur qu’on crie devant lui, même si les vociférations s’adressent à une tierce personne, qui plus est, faible et sans défense. En l’occurrence, présentement, ces vieux routiers dont les enfants peuvent avoir l’âge de l’officier qui les malmène. Tewfiq Baali appelle cela de l’intimidation, doublée d’une impolitesse et d’une arrogance caractérisée. Evidemment, il n’est pas sans savoir que l’intention véritable est peut-être une mise en scène de «comité d’accueil», dont les ricochets s’adressent à sa modeste personne.

Le ton monte. Le plus âgé des civils tente de placer un mot, les dix doigts joints, tremblants, en une sorte de prière :

«Attendez, mon lieutenant. Je vais vous expliquer !

– Je ne suis pas votre lieutenant ! Et il n’y a rien à expliquer ! Je me moque de vos arguments bidon !

– Mais attendez ! C’est not’direction qui nous a induis en erreur ! Je le jure ! On nous a dit que l’armée ne travaille pas pendant les fêtes !

– Quoi ? Vous vous foutez de ma gueule maintenant ? Quelle est l’armée au monde qui se permet cette largesse ? Y a que les m..deux de civils comme vous qui se la permettent ! Je me fous de votre nom de dieu de direction de m..de ! Ici, c’est moi qui commande ! Vous êtes à l’armée ! Vous m’entendez ? À l’armée ! Vos camions sont réquisitionnés et vous avec ! NOUS SOMMES EN ETAT D’ALERTE ! Combien de fois faut-il vous le répéter ?

– On demande le pardon, supplie leur porte-parole ! Nous sommes des pères de famille !

– Moi, j’y personne por s’occupi di gosses, parole de Dieu, dit l’un d’eux, dans un langage châtié !

– Mais pourquoi n’êtes-vous pas venu me voir avant, dit Benfakir, dans une volte-face doucereuse inattendue, mais non moins acerbe, comme un maître-chanteur qui sait faire souffler le chaud et le froid ? Nous ne sommes pas des tyrans, ajoute-t-il, en décrochant à Tewfiq Baali un clin d’œil complice. On aurait arrangé les choses. À tour de rôle…»

Cinq voix implorantes demandent en cacophonie la clémence. Tewfiq Baali reste interdit. Il ne réalise pas que des hommes qui mènent la vie rude de routiers, qui élèvent des enfants, assument une responsabilité familiale, abaissent leur dignité à quémander d’une manière aussi avilissante. L’officier revient à la charge :

«Ça ne marche plus, renchérit-il ! Vous n’en êtes pas à votre première ! À partir d’aujourd’hui, vous allez mettre des tenues militaires. Celui qui désertera passera en cour martiale !»

Le lieutenant sonne le planton :

«Khelifa, emmène-les à l’habillement. Dis à Mouici de les doter de vareuses de l’ancienne dotation. Allez, fichez-moi le camp ! C’est la dernière fois que je vous convoque pour une affaire pareille ! À la prochaine, vous savez ce qui vous attend !»

Les chauffeurs sortent à la queue leu leu, satisfaits d’avoir subi l’orage sans gros dégâts. L’officier s’en revient immédiatement au nouveau venu, en écarquillant les yeux. Son visage émacié porte une longue et large moustache tombante, blanche et roussie par la nicotine au milieu. La quarantaine. Un baroudeur aux petits yeux noirs et malins. La gorge rouge sang. L’accent berbère. Un trop-plein d’orgueil dû au grade, qui ne cadre pourtant pas avec sa frêle silhouette.

«Hé ! Ils s’imaginent qu’ils sont chez eux, les clébards, enchaîne Benfakir, en haussant de nouveau le ton ! Depuis le départ des nôtres au front, le Secrétariat d’État aux Transports nous les a mis entre les pattes ! Tous méticuleusement choisis, les miteux ! Bon, le café, lieutenant ?»

Tewfiq Baali approuve de la tête, sans prononcer mot. Son silence est une sorte de punition et son interlocuteur n’en a sans doute pas rapidement relevé l’affront. Le nouveau venu regarde les arbres derrière la fenêtre, tandis que l’officier lit la feuille de route posée sur son bureau, avant de poursuivre :

«Alors, cette instruction à Taxrit ? Pour le moins… rapide ? Nous ne vous attendions pas avant la fin mars, date de démobilisation de la K73X… Pas trop fatigué ?

– Nous avons subi une formation accélérée avec toutes les conséquences qui en découlent, répond Tewfiq Baali, en pesant chacun de ses mots.

– C’est à dire, demande le lieutenant, intrigué ?

– Sur deux plans : Au niveau physique, une débauche d’énergie jamais égalée… Je parle pour moi, bien sûr. Psychologiquement, un changement de comportement du tout au tout.

– Psychiquement, avez-vous dit ? Développez un peu, s’il vous plaît.

– Dans l’habitude alimentaire, le réveil matinal, le sport, la vie en groupe.

– Et encore… Au plan purement militaire, ajoute l’officier, comme abasourdi par les réponses de ce freluquet réserviste aux réponses bizarres ?

– Vous ne croyez pas que c’est déjà beaucoup pour un civil, dit son vis à vis, en retournant à l’envoyeur une question très large, qui ouvre la voie à d’autres, plus embarrassantes encore ?

– Sans doute. Entre-nous, beaucoup de civils ne sont que des bons à rien.»

L’allusion finit par faire sourire Tewfiq Baali, qui ne voulait pas initialement faire montre de sentiment, ou de prise de position. Il ne désempare pas pour autant, portant avec délectation la tasse ses lèvres. Benfakir baisse les yeux. Il a déjà situé cette jeune recrue assise devant lui dans la frange des intellectuels de haut niveau qui vous désarçonnent simplement avec les mots. Il ne reste plus alors qu’à les faire obéir de gré ou de force.

«Enfin, vous êtes là, enchaîne à haute voix Benfakir ! Nous allons tacher de vous trouver un poste qui corresponde à votre profil…  comment on dit déjà, feint-il de ne pas savoir, ou ne sachant vraiment pas ?

– Psychologique, répond avec tact Tewfiq Baali. Je voudrai ajouter que l’armée s’intéresse à tous les profils de recrues. L’essentiel est qu’elles obéissent !

– Bravo ! Vous avez compris ! Je crois que nous allons bien nous entendre, lieutenant ! Vous pouvez disposer. Faites le tour du propriétaire. Prenez tout votre temps. S’il vous manque quoi que ce soit, venez me voir. Ou, à défaut, voyez avec l’aspirant Kafi. Il est très débrouillard.»

Le téléphone sonne. Benfakir décroche machinalement, puis sa main se crispe sur le combiné :

«Mes respects, mon commandant. Oui… Oui. Je m’en occupe… Oui, il est là devant moi… Très bien ! J’arrive, mon commandant !»

Tewfiq Baali avale son fond de tasse et se lève en même temps que le lieutenant, qui lui adresse un nouveau clin d’œil équivoque.

«Ah, j’allais oublier… Le maître mot de la bonne gestion, chez nous, c’est le respect de la voie hiérarchique. Vous voyez, notre commandant aurait pu vous appeler directement. Il a préféré respecter le règlement.

– Tout à fait d’accord, répond énergiquement l’officier de réserve ! Cela est valable de bas en haut et de haut en bas.»

Ils sortent ensemble au moment où une sirène émet un bref signal, annonçant la pause de midi. Le lieutenant fixe de nouveau Tewfiq Baali avec perplexité, n’ayant pas compris le sens de sa dernière phrase, avant de se diriger d’un pas résolu vers le bureau du commandant. Le nouveau venu ne sait pas s’il doit le suivre. Il préfère s’arrêter au Secrétariat Général et aviser. Oui, ce qu’il avait dit au lieutenant était très clair. La loi est faite pour être respectée par tous. Sinon, elle perd de sa force. Il lui faut tout de même rester très prudent dans ses déclarations et ses actions.

«Pas de propres initiatives à l’armée, se dit-il. Juste des initiatives propres.»

Il sourit au subtil mais non moins vain jeu de mots qu’il vient de faire. Il revient vers les chalets, en passant par une autre allée, qui le fait passer par le Centre de Transit Régional, où fourmillent comme dans une ruche, parachutistes, marins, fantassins, et autres «cas» en instance habillés en civil. Le sac à l’épaule, les troupes viennent et s’en vont, telle des processions pèlerines.

Tewfiq Baali passerait volontiers l’après-midi entier près de cet «asile crasseux,» car c’en est un dans une certaine mesure, qui rappelle le voyage, les séparations et les retrouvailles. Ainsi que la guerre. C’est le seul endroit où il aurait le plus de chance d’apercevoir les silhouettes familières d’un ou deux copains, de les voir en chair et en os, pour confirmer que leur passé commun a existé, et que pour leur avenir se mettent à poindre à la surface quelques pousses d’espoir. Malheureusement, toute sa promotion est partie dans un flux massif d’Est en Ouest, et il est peu probable que quelques-uns aient rebroussé chemin depuis pour une raison ou une autre.

Tandis qu’il observe les mouvements, des scènes intactes de l’instruction s’animent, avec les Bouhliss, Dolmani, Bouboule, Fitouni, Ababsa, Kharoubi. Il revoit encore une fois Dib, ce militaire hors pair, dont l’armée ne sera jamais assez fière. Un de ces officiers que l’État-major mute tous les deux mois, car leur exemple est trop contagieux. État-major qui s’accommoderait plutôt d’officiers complaisants, matérialistes et jouisseurs. Dib était énergique, sévère avec les élèves, mais il n’avait pas besoin de frapper pour se faire obéir. Et il n’avait pas d’écart de langage. La troupe lui obéissait au doigt et à l’œil, sans rechigner, car ses ordres tendaient vers la réalisation d’un but, non à la satisfaction d’un homme ou d’une caste.

Le dortoir du Centre de Transit est un hangar en tôle ondulée délabrée, où on a réussi l’exploit d’aligner vingt rangées de lits superposés sur cinq niveaux, afin de contenir le flot des transitaires, contraints de passer une ou plusieurs nuits ici, en attendant la signature de leurs feuilles de route.

Le chef du centre est un capitaine. Il est court de taille et hagard. Au lieu de donner des directives à ses subordonnés, il circule entre les files, hurlant des noms liés à un sigle de corps, ne sachant visiblement pas où donner de la tête.

Tewfiq Baali décide de rester un moment là, assis califourchon sur une barrière en bois. Il observe, la tête entre les mains, tentant de reconnaître des physionomies, notant la tristesse quasi-générale sur tous les visages.

«Partir le cœur léger n’est pas une constante militaire, se dit-il. Revenir sain et sauf à la vie civile, encore moins.»

A un moment, quelqu’un lui touche l’épaule gauche par-derrière et vient se placer à sa droite. Jeu de vilain qu’il n’aime pas. Il ne sursaute pas et ne se retourne pas. Désormais, plus personne ne le fera pirouetter sur lui-même. Il n’a jamais cherché à être aux premières loges, à être flatté, adulé. Il n’est pas un centre d’intérêt pour qui que ce soit. Il ne détient pas la science infuse. Que celui qui s’est manifesté aussi impoliment daigne bien se montrer. Un civil entre deux âges apparaît à la perpendiculaire de son champ oculaire. Il ne l’a jamais vu. Son visage de profil est commun. Habillé sans recherche, mais élégant et alerte. Sans bagages. Pas du tout déphasé, comme ces voyageurs qui attendent avec langueur les feuilles de route qui vont les catapulter vers l’inconnu. L’homme regarde en direction des troupes, à la hauteur de l’observateur.

«Difficile d’attirer votre attention, lâche-t-il !»

Tewfiq Baali ne répond pas, toujours dans la même position depuis un quart d’heure, l’air absent. Il n’est pas enclin à réagir aux quelques mots prononcés par cet inconnu, qui ne sont ni une question, ni une réponse, mais un constat.

«Voyez-vous, ajoute avec amertume l’inconnu. Tous partent à Boulemgaden. Comme ça, il n’y a pas de jaloux.

– Et vous, dit Tewfiq Baali ?

– C’est la question que je voulais vous poser.

– Je vous l’ai balancée pour que vous ne me la retourniez pas.

– Très beau dribble. Avec un petit pont par-dessus le marché. J’aime rencontrer des gens intelligents dans notre armée. Je vous ai remarqué, figurez-vous. C’est mon métier de remarquer les gens.

– Je ne tiens pas forcément à vous connaître.

– Mais vous avez deviné un peu à qui…

– … J’ai l’honneur ? Oui. L’humanité aurait disparu depuis longtemps s’il n’y avait pas ce sixième sens.

– Qu’est-ce que vous faites ici depuis une heure ? Où est votre sac marin ? À quelle unité appartenez-vous ?

– Voila que vous revenez à la charge. Trois questions en une… C’est trop pour un bidasse en herbe…

– Je veux dire, qui recherchez-vous ?

–… Là, je vais vous répondre, réplique non sans pesanteur Tewfiq Baali, après un moment de silence. J’essaye de repérer des potes avec qui j’ai ri à en perdre haleine pendant l’instruction, mais que j’ai vu pleurer à leur départ sur Boulemgaden. Si je n’en vois pas au moins un ici, cela veut dire qu’ils ont tous pris… un aller simple. Vous saisissez, maintenant ?

– Dieu fasse qu’ils reviennent tous sains et saufs. Je ne voulais pas en arriver à ce constat amer… Acceptez mes excuses sincères. Faites comme si vous ne m’aviez jamais vu. Je ne suis pas votre ennemi.

– Je n’ai pas encore vu votre visage, parole d’honneur. Cela dit, je peux vous dire où je suis muté, si c’est dans vos prérogatives de le savoir. Mais ça ne changera rien à la donne.

– Faites toujours. Si je peux vous être utile, n’hésitez pas à me contacter.

– Pourquoi pas. S/Lt Baali du 51ème QGO.

– Ha ! Vous n’êtes pas loin ! Nous aurons donc l’occasion de nous revoir, lieutenant.

– C’est que m’a dit un général il y a deux jours…

–Vous avez dit Baali ? Heum… Votre nom me dit quelque chose… N’ayez crainte, avec une connotation personnelle positive… Je crois que vous êtes major de votre promotion à l’Académie Interarmes de Taxrit… C’est pourquoi vous devez être plus vigilant que jamais… Les jaloux sont légions dans les rangs militaires… Ils sont là où vous ne soupçonnez pas…

– Merci pour votre conseil…

– Pourquoi ne noteriez-vous pas mes coordonnées ?

– Je ne sais pas. Sans doute pour ne pas vous déranger, ne pas vous attirer des ennuis. Je suis quelqu’un qui n’a pas beaucoup de besoin, pas du tout d’ambition. Du reste, l’amitié spontanée, l’altruisme des puissants, je n’y crois pas. On ne donne rien sans rien. N’avez crainte, je n’ai pas encore vu votre visage…

– Vous vous trompez. Il y a des responsables dans les sphères de l’État qui œuvrent réellement pour le bien-être de ce peuple, en dehors du carcan idéologique. Vous ne connaitrez pas ma fonction exacte, ni l’endroit où je travaille. Je vous communiquerai juste un pseudonyme et un numéro de poste où vous pourrez me joindre, pour n’importe quel souci.

– Voyez-vous, je suis quelqu’un qui aime la lumière du jour, monsieur. Elle nous vient directement du ciel et elle éclaire, par la grâce de Dieu, tous les êtres humains sans distinction. Demander à une autorité d’intervenir en ma faveur, c’est comme mettre un obstacle, une ombre noire, entre la lumière et moi. Dans l’obscurité, tous les coups sont permis. Toutes les trahisons d’idéal.

–… Vous avez raison, répond l’inconnu, après un moment de silence. Certes, je peux vous aider, mais je n’ai pas l’étendue du ciel pour vous prémunir contre toutes les ombres du pouvoir. Cela dit, j’ai été très heureux de vous connaitre.»

Et l’homme disparaît derrière lui, comme il est venu. Tewfiq Baali n’a pas bougé un muscle, à part ceux de sa bouche. Il en est fier, car il a utilisé les seules armes qui comptent vraiment pour lui : celles de l’esprit…

Il est maintenant persuadé que l’homme a dit vrai, sans savoir encore qu’il vient de parler avec le numéro 2 de la Délégation Régionale de la Sécurité d’État à Shyrta, qui est l’ennemi N°1 de son chef, parce qu’il trahit de temps à autre des vestiges d’humanité…

Il s’en revient de nouveau à la chambre afin de poursuivre sa sieste, qu’il reprendrait sans difficultés car ses yeux commencent à se fermer, alors qu’il est encore debout et qu’il marche.

L’après-midi est bien avancé quand quelqu’un entre, après avoir frappé à deux reprises, dans la chambre où il dort, et vient lui remuer doucement le bras. Ce dernier ouvre les yeux et les agrandit, complètement déphasé :

«Qu’est-ce qu’il y a encore, dit-il, en se relevant maussadement ?

– Excusez, mon lieutenant, dit Khelifa. Vous ne m’avez pas entendu frapper. C’était ouvert. Alors, je me suis inquiété.

– Que veux-tu ?

– C’est le commandant. Il veut vous voir.

– Est-ce qu’il a demandé après moi depuis longtemps ?

– A l’instant même.

– Bien. Le temps de me débarbouiller et j’arrive.

– Ecoutez, mon lieutenant. Je peux tout aussi bien lui dire que je n’ai pas voulu vous réveiller.

– Tu veux rire !

– Dieu m’en garde, mon lieutenant ! Le commandant aime la franchise. Il dit que lorsque quelqu’un de bien est fatigué, il faut lui foutre la paix.

– Et je suis quelqu’un de bien, Khelifa ?

– Pour sûr que vous êtes un chic gars, mon lieutenant !

– Tu as bien fait de me réveiller, Khelifa. Tu ne voudrais pas que notre commandant ait affaire à un dormeur dès le premier contact ?

– Affirmatif, mon lieutenant ! Mais vous paraissiez si fatigué en dormant.

– Maintenant que je suis réveillé, le mal est fait. J’arrive, dit Tewfiq Baali, en se lavant vigoureusement le visage.»

Au Secrétariat, Kafi arrange méticuleusement la cravate du nouveau venu et fait deux pas en arrière pour noter la métamorphose.

«Voila qui est mieux. Beaucoup mieux, dit l’aspirant. Sonnez à l’avertisseur et attendez le signal lumineux. Je vais vous annoncer au téléphone.»

Tewfiq Baali s’approche d’un bureau à l’extérieur cossu. Il ne veut pas y croire, mais il a le trac, comme un écolier qui doit réciter un poème devant son maître et toute la classe. Il appuie sur le bouton de la sonnerie. Quelques secondes d’attente prolongent un suspense protocolaire sans doute voulu, certainement efficace pour mettre en condition un visiteur.

«Entrez, dit le signal.»

Il ouvre la porte à double battant, puis constate qu’il y en a une autre qu’il doit ouvrir. Peut-être une troisième ? Non. Il pénètre dans un immense bureau. Les murs sont gris, bien sûr. La moquette est noire. Un vieux militaire tout ridé se lève et vient vers lui. Sa vareuse est bourrée d’insignes. Tewfiq Baali salue parfaitement, sans excès.

«Officier de réserve Tewfiq Baali, mes respects mon commandant !

– Bonjour, lieutenant. bienvenu parmi nous, annonce-t-il, en lui désignant un siège, et en venant s’asseoir en face de lui, par politesse.

– Merci, mon commandant.

– Une cigarette, dit Lacheraf, en tendant son paquet de Camel ?

– Volontiers.

– Un café ?

– Merci. Je ne voudrai pas déranger.

– Je vous en prie. C’est sans façon.»

Son hôte appuie sur une sonnette disposée sous la table. Il semble réfléchir pendant un moment à la manière d’aborder la discussion avec la nouvelle recrue mutée chez lui. Le téléphone sonne. L’officier supérieur se lève avec agacerie et décroche le combiné, en restant debout. Tandis qu’il parle à son correspondant, Tewfiq Baali examine la pièce. A droite, il y a une bibliothèque en chêne, assez fournie, et à une étagère est posé le buste de l’émir. A gauche, un petit salon en tek massif. Sur le mur frontal est accroché le portrait d’El Zaïm, du temps où il était au maquis. Quelle différence avec son visage boursouflé par les mets trop riches de l’indépendance ! Les portes sont capitonnées de similicuir noir, fixé de punaises dorées.

L’homme qui parle au téléphone traîne la soixantaine fatiguée. Ses cheveux, rare au-dessus, sont d’un blanc laqué, comme ceux des habitués de bar et de turf. Une série de plissures au front, profondes comme des sillons, et d’autres verticales sur les joues, laissent l’observateur imaginer un homme passé par beaucoup d’épreuves, et peut-être aussi, par des soirées abondamment arrosées.

Tewfiq Baali compare, vite fait, ce visage à celui de Rommel, le «Renard du Désert». L’officier supérieur a les épaules affaissées. Il arbore sous sa vareuse ouverte un curieux gilet jaune canari à carreaux verts, duquel pend une chaîne de montre en or. Une excentricité qui rappelle celle des officiers de l’aristocratie anglaise. Son regard a quelque chose de rusé et d’étrangement flou, peut-être à cause d’un léger strabisme. Il porte la cigarette à la bouche avec un geste nerveux, exprime des sentiments avec les lèvres, et parle en fixant le sol en permanence. Tewfiq Baali suit quelques bribes :

«… La plus belle fille du monde ne peut donner que ce qu’elle a, capitaine… Le QGO gère ce que la logistique lui affecte comme véhicules, ce que la maintenance lui en répare, et il les partage entre tous les utilisateurs, selon l’ordre de priorité du commandement. Un point et c’est tout !»

Il termine de parler, raccroche, et décide avec nervosité de décrocher tous les combinés pour ne pas être dérangé. Lacheraf semble animé d’une énergique détermination et d’un caractère entier. Khelifa entre avec un plateau et pose deux cafés devant eux, sur la table basse. Le nouveau venu, comme passant devant un détecteur de mensonges, tremble des genoux et ne sait pas maîtriser le battement de ses paupières.

«Il va sans dire que vous savez qui est le Commandant Yakhlef, enchaîne de manière inattendue Lacheraf ?

– Oui, mon commandant.

– Vous savez que c’est un tringlot comme nous.

– Il porte les écussons du Train, en effet.

– Le Ministère l’a détaché au profit de l’Académie de Taxrit pour ses qualités d’organisateur. C’est lui qui a mis en place l’Ecole du Train à Taxrit. Un des meilleurs officiers de sa génération. Nous avons fait la campagne d’Indochine ensemble. Il est venu me voir il y a quelques semaines et je l’ai une fois de plus emm… bêté pour qu’il me trouve un officier valable pour me seconder. Cet officier, je crois, c’est vous, dit le commandant, en marquant un temps d’arrêt, et regardant pour la première fois fixement Tewfiq Baali dans les yeux.

– C’est trop d’honneur, mon commandant, répond confusément ce dernier, mais en soutenant le regard de son interlocuteur.

– Quelles sont vos références professionnelles.

– Aucunes.

– universitaires ?

– Je suis diplômé d’économie politique. Et j’ai de bonnes connaissances pratiques en mécanique, électricité automobile et chaudronnerie, apprises dans l’atelier de mon père, ajoute Tewfiq Baali, comme pour combler son vide d’expérience. J’ai obtenu mon permis de conduire toutes catégories à la FRAC de Taxrit.

– Mmm. c’est valable, approuve de la tête l’officier. Voyez-vous, j’ai besoin de quelqu’un qui sache rédiger mes rapports dans le nec-plus-ultra de la langue de Molière. Est-ce qu’un travail de bureau vous conviendrait ?

– Je suis à votre disposition pour le poste que vous jugerez utile de me confier.

– Voila qui est bien dit ! Cela ne veut pas dire que je vous confinerais à un travail purement administratif. Il est possible que je vous confie des missions à caractère opérationnel, dans le style Train, chaque fois que nécessaire. Pourquoi ne portez-vous pas vos galons ?

– Il n’y a pas eu de cérémonie de remise des grades à l’Académie, mon commandant. Seulement une distribution de feuilles de route. La mienne ne porte que la mention : officier militaire. Le grade sera porté sur l’avis de mutation, nous a-t-on dit à Taxrit.

– Quel a été votre classement de fin de stage ?

– Major de promotion.

– Excellent ! Mes félicitations. Yakhlef n’y est pas allé de main morte cette fois-ci. Ah, c’est pour ça que le Général me disait l’autre jour de m’attendre à une surprise. Vous connaissez le Général, lieutenant ?

– Je ne l’ai vu qu’une seule fois. Lors de la cérémonie de clôture. Il m’avait effectivement dit que nous aurions l’occasion de nous revoir.

– Il savait ce qu’il disait ! Bien. Sachez que les majors de promo ont le grade de sous-lieutenant. Demandez sans tarder à l’habillement de vous procurer une tenue complète d’officier avec des galons. Je n’aime pas que mes collaborateurs se promènent sans grades. Kafi nous quitte normalement en avril. Je vous mettrais en doublure avec lui dès que votre décision arrivera. N’ayez crainte, je vous ferais signe en temps opportun. Des questions ?

– Aucune, pour l’instant.

– Vous habitez où ?

– Taxrit.

– Parfait ! Ça sera moins compliqué pour les permissions. Des trente-six heures de week-end vous suffiront amplement.»

Lacheraf se lève. L’entretien est terminé. Le commandant tend la main au nouvel officier muté et lui dit :

«Monsieur Baali, très heureux de vous avoir parmi nous. Sachez que nous travaillons ici au QGO la main dans la main. Le maître mot d’une fructueuse collaboration, c’est la loyauté. Vous êtes d’accord ?

– Absolument, mon commandant !»

C’est en ces termes que débutent les rapports du S/Lt Tewfiq Baali avec celui qu’on surnomme ici, il le saura plus tard, «Le Renard du 12ème Corps d’Armée», comparaison faite, à juste titre, avec Rommel.

«Ainsi, Yakhlef serait derrière ma mutation à Shyrta, pense-il. Sans doute, l’officier supérieur s’est-il dit qu’une autre affectation d’un Baali à Boulemgaden ne déboucherait que sur un autre drame. Ou alors, l’affirmation de Lacheraf ne serait qu’une vue de l’esprit ? En réalité, les unités d’affectation ont l’embarras du choix. Un officier de réserve ou un autre, quelle différence ? Ils doivent tous exécuter les ordres et fermer leurs grandes gueules, comme disent tous les adjudants de compagnie, n’est-ce pas ? Lacheraf cherchait sans doute après un bon exécutant des basses œuvres de l’armée et, après tout, Yakhlef avait cru voir sans doute voir dans mon profil la recrue idéale, intelligence et docilité en plus…»

A la fermeture des bureaux, la caserne est livrée au Service Général, qui doit s’occuper des tours de garde, des billets d’écrous, de la discipline, de l’hygiène dans les dortoirs et de mille taches ingrates. Le rassemblement de 15h45 sanctionne la fin de la journée administrative. Personne ne demande au nouveau muté d’y assister. Aucun des administratifs n’y assiste, du reste. Ces derniers semblent être les chouchous du commandement. L’étonnement du nouveau débarqué est grand, en sortant de chez le commandant, de constater que les employés de l’administration militaire sont déjà en habits civils et s’acheminent sans contraintes vers la sortie, comme s’ils vivent dans un campus américain sans portail, ni gardien. A défaut de savoir s’il peut les suivre, il poursuit sa reconnaissance des lieux. Mais lassé de tourner en rond, il décide brusquement de sortir pour une petite promenade aux alentours, sans songer à mettre ses habits civils. Il testerait ainsi sa marge de manœuvres par rapport à son nouvel environnement. Le chef de poste le voit franchir la barrière sans rien dire. Il aurait voulu emprunter un de ces nombreux sentiers de la forêt, pour retrouver la dimension du temps et de l’espace qu’il affectionne. Il le ferait sans doute la prochaine fois, après reconnaissance de l’itinéraire. Maintenant qu’il a pu sortir sans être inquiété, il décide d’aller en ville. Il dédaigne la descente en bus. La marche à pieds lui fait circuler le sang dans les veines à l’étouffer, malgré le froid ambiant. Les passants ne sont pas curieux de la présence de militaires en tenue de sortie, comme il l’a constaté à l’arrivée à la gare. Lui est en tenue de combat, et il est apparemment le seul à l’être. Bizarre…

Les filles qui déambulent sous les arcades semblent toutes lui sourire. A moins que ce ne soit que leur manière d’être, naturelle, coquette, séduisante. A Ouahran, il ressentait cette impression au contact des femmes. Pas à Mezghena, où presque toutes lui semblaient arrogantes et râleuses.

«[1]Oujouh m’quezdrah, aurait dit sa défunte grand-mère.»

Il est soulagé de se dégourdir les jambes après sa prostration près du centre de transit. Son cœur fait des bonds en avant à plusieurs reprises, lorsqu’il croit distinguer, ou le visage, ou la silhouette, ou la démarche d’un être qui lui est cher, et qu’il ne voudrait rencontrer qu’au lieu de rendez-vous donné. Le temps importe peu désormais. Car le vaisseau cosmique est de retour. Plus tôt que prévu. Il a entamé son approche en phase de décélération, pour pénétrer les couches denses de l’atmosphère. Puis il a plané à vue, avant d’atterrir à quelques kilomètres du site prévu à cet effet. Quel voyage fantastique ! Deux années d’avance sur les délais initiaux. Période qui aurait pu être plus longue, sans la bonne fortune accompagnant la main d’un sombre préposé de l’administration militaire centrale, qui a mis son nom sur la liste des tringlots affectés au siège du 12ème CA. A moins que ce ne soit Yakhlef. Quoique leur départ de Taxrit ait été trop précipité pour obéir à des mutations mûrement réfléchies, en fonction du classement et des profils des réservistes.

Si elle savait combien il est heureux d’être venu de la sorte. D’avoir brûlé d’envie d’y venir délibérément dès le premier mois de la première année, mais d’avoir résisté à cette tentation si longtemps refoulée. Il voulait être digne de la rencontrer, comme jamais elle ne pouvait l’imaginer. Nul doute qu’elle a cherché à retrouver sa trace. Nul doute qu’elle l’a imaginé entouré de conquêtes féminines plus belles les unes que les autres. Combien sans doute elle-même a dû repousser énormément d’avances, parce que, par un chaud après midi de juillet, elle avait donné un rendez-vous à un jeune homme unique à ses yeux, et que même si aucune promesse lui a été faite par lui d’y venir, elle continuerait d’attendre jusqu’au bout. Elle attendrait le temps qui reste avant l’obtention de son doctorat de médecine. Au pis-aller, une période moratoire de trois années, le temps d’une spécialité ? Plus loin, serait-ce trop pour le cœur d’une femme ? Non ! Elle attendrait plus longtemps que cela. Toute une vie. Un rendez-vous ouvert de cette qualité n’a pas d’échéance précise. Il garderait son caractère de validité jusqu’au dernier souffle de la vie.

Le voici venu au moment opportun, croit-il. Dans la force de l’âge. Au top niveau intellectuel. Comme elle aurait voulu, bien sûr. Il marche longtemps à travers ces venelles surpeuplées de Shyrta. Non, il ne la verrait pas venant vers lui de l’autre côté du trottoir. Leur rencontre doit avoir, à la fois, le saisissant vertige de l’incidence, et le mérite de la détermination triomphante, de l’infinie patience.

Il est 17h00. Le centre ville grouille de monde, plus qu’à Mezghena, à cause de l’étroitesse de l’espace pédestre. Et la nuit vient vite. A hauteur de la Rue de Paris, à un moment où il s’y attendait le moins, une patrouille de la police militaire l’intercepte l’encercle, l’agrippant de tous côtés pour qu’il ne se sauve pas, comme ces soldats qui se jouent des colonnes de PM.

«Permission, dit le brigadier, entre deux respirations, la lanière du casque lui masquant la bouche.

– Quelle permission, réplique assez sèchement Tewfiq Baali, énervé par cet encerclement impromptu ? Je suis officier et nous sommes dans les limites de la garnison, que je sache, sergent !

– Officier, vous dites ? Est-ce que vous vous êtes regardé ? Où sont vos galons ? Ne me dites pas que vous avez oubliez de les mettre ! Et vous circulez en tenue de combat alors que le général l’a interdit en ville ! Montrez-moi votre carte, je ne sais pas…Un document qui prouve votre grade, quoi, pour que je vous crois !

– Je n’ai obtenu ni carte, ni galons.

– A la bonne heure. Je suis désolé, mais vous allez devoir nous suivre. Nous allons vérifier tout cela à la garnison.

– Vous vous trompez. Je peux vous le prouver.

– Trêve de discussion devant les civils ! Mettez-vous entre les rangs et ne m’obligez pas à utiliser la force !»

Les soldats le rudoient, pour le mettre en position. Il sourit. Il sait qu’il est en faute. Il ne résiste pas. Un officier entre les mains d’une colonne de PM est une prise rare et précieuse.

Au bout d’une centaine de mètres de marche forcée, il se sent dans la peau d’un mafioso entouré de ses gardes du corps, contrôlant les ruelles étroites de son territoire. Quoique dans la peau d’un prisonnier évadé et repris est une situation qui n’est pas loin de la réalité. Il manque à son palmarès les arrêts de rigueur, le tribunal militaire, la prison. Qu’à cela ne tienne ! Continuer sa promenade au milieu d’une colonne de PM l’amuse un peu. De temps en temps, un soldat lui chatouille la colonne vertébrale de sa matraque, pour le faire marcher au rythme de la patrouille, qui mène un train d’enfer, bousculant des badauds distraits de la casbah qui ne s’écartent pas de son passage.

Leur course se termine au poste de relève de la garnison. Au même moment, une autre colonne part effectuer sa ronde. Le sergent «intercepteur» s’assoit à un banc, enlève son casque, et s’essuie le visage brillant de sueur avec son mouchoir. Il parait jeune, plutôt timide. Il sort son paquet de cigarettes militaires, et, contre toute attente, en offre une à Tewfiq Baali, qui refuse énergiquement de la main.

«Finissons-en, dit ce dernier !

– Du calme. Asseyez-vous, dit poliment le sous-officier. Vous ne savez pas de quel guêpier je vous ai sorti !

– Non ! Et vous êtes en train de me faire perdre patience !

– Ne montez pas sur vos grands chevaux, dit le sergent, d’une voix fatiguée, mais posée. Quel est votre grade, puisque vous persistez à affirmer que vous êtes officier ?

– Sous-lieutenant.

– Quelle unité ?

– Le 51ème QGO ?

– Quoi ? Je suis du 51ème et je n’ai pas l’honneur de vous connaître ! J’espère que vous ne me racontez pas de blagues ? Ça risque de vous coûter cher !

– Vous ne me connaissez pas parce que, tout bêtement, je viens d’être muté là-bas. Je suis arrivé avant-hier de l’Académie de Taxrit.

– Vous pouvez au moins me donner le nom du Chef du Secrétariat Général ?

– Evidemment. L’Aspirant Kafi. Et le commandant s’appelle Lacheraf. Il ne sera pas très content de savoir qu’un de ses officiers a été intercepté par une patrouille de PM…

– Qui plus est celle détachée de sa propre unité ! Acceptez mes excuses, mon lieutenant. Et en même temps, remerciez-moi de vous avoir… pris. Imaginez que le chef de garnison vous ait trouvé en tenue de combat en plein centre ville. C’est moi qui aurais trinqué. Je suis tenu de faire mon travail. En réalité, j’ai tout de suite senti que vous êtes un officier. Et nouveau à Shyrta pour oser circuler en tenue de combat. Si je vous ai embarqué, c’est pour vous faire éviter la patrouille du 102ème Bataillon. Celle que vous venez de voir sortir. Ce sont des brutes d’active. Eux ne font pas la différence. Ils ont en horreur les officiers du commandement qui circulent isolément et illégalement dans la garnison. Qui d’ailleurs le leur rendent bien à l’intérieur des casernements, ha, ha, ha !… Sérieusement, on n’a pas idée de sortir comme ça, sans galons.

– Vous avez raison. Lacheraf m’a dit de voir avec le Service Habillement pour ma dotation. Qui en est responsable ?

– Voyez avec le l’Adjudant-chef Mouici, qui passera commande pour vous auprès de l’Intendance. Les officiers ont droit à des tenues en drap anglais, avec mensurations exactes. Exigez une tenue complète d’officier. Mouici est vicieux. Il serait tenté de vous refiler de la fripe d’homme de troupe. Et ne circulez jamais en tenue de combat en ville. Le Général en a interdit le port en dehors des casernes.

– Mais nous sommes en état d’alerte ?

– Avez-vous vu un seul officier du commandement en porter ?

– Oui, un seul. Le Lieutenant Benfakir.

– C’est l’exception qui confirme la règle, mon lieutenant !

– Ha, ha, ha !… Vous êtes très perspicace, sergent. Sûr que nous aurons l’occasion de nous revoir. Rappelez-moi votre nom ?

– Fahd… Sergent. 1er peloton, compagnie polyvalente transport du 51ème QGO. Ah, j’allais oublier de le faire remarquer… Réserviste !

– Important de rappeler ça, hein ?

– Et comment ! La quille est pour avril.

– Bien. Je vais aller au mess dîner et je rentrerais sans tarder. Pour ne pas tomber sur cette terrible patrouille du bataillon.

– Pour sûr que vous tomberez sur elle maintenant ! Et n’allez pas au mess. On n’acceptera pas de vous servir sans galons ou carte d’officier. Comme nous avons terminé notre service, je propose de vous faire remonter avec nous en jeep.

– Je vais d’abord manger un morceau quelque part. N’ayez crainte, je me tiendrais sur mes gardes désormais. Je vais éviter les grandes artères. Si je vois la colonne au loin, je prendrais mes jambes à mon cou !

– Ha, ha, ha !

– Ça m’a fait rudement plaisir de… tomber entre vos mains ! À bientôt !

– Soyez prudent, mon lieutenant. Je vous aurai averti. Je suis pour la solution de vous prendre avec nous. Afin de vous éviter les mauvaises rencontres !

– Sûr que je n’en ferais pas ! Se faire prendre deux fois de suite sur un même parcours serait impardonnable pour un officier de réserve sans galons !

– Ha, ha, ha !»

Dehors, la foule a subitement disparu, probablement pressée de rentrer, pour ne pas rater le «Fugitif» à la télévision. Les seuls commerces encore ouverts sont des marchands de tabacs et journaux, ou de confiserie orientale. Tewfiq Baali décide de ne pas aller au mess. Là-bas, il risque d’être confronté à d’autres désagréments, lui qui veut à tout prix rester discret. Il achète une zalabia et du [2]kalb el louz, pour tromper sa faim et faire monter son taux de glycémie. Il fait franchement froid maintenant.

Il revient à pieds, comme il est venu. La descente de la Medersa la porte comme dans un songe, mais la montée vers la caserne, après Bab El Kantara, est raide comme une planche. Il redoute que son service militaire soit laborieux comme la montée de cette hauteur. Il a la vague impression que l’armée ne le lâchera jamais, même après la satisfaction de ses obligations militaires, car elle se rendra compte tôt ou tard qu’il en sait trop sur elle. L’échange avec le civil inconnu près du Centre de Transit est encore vivace dans sa tête.

«Ils finiront par me cerner, se dit-il.»

Il se rappelle avoir pensé la même chose à la veille de son départ de Mezghena. Après les derniers pâtés de maison du Faubourg, il fait un noir d’encre. L’humus noir de la forêt de Stah dégage une humidité à la senteur sauvage. Il n’y a pas âme qui vive jusqu’au poste de contrôle. Une sentinelle de bronze le regarde passer sans bouger.

«Les FAR pourraient faire la même chose que personne ne les inquiéterait, se dit-il.»

Arrivé près de sa chambre, son attention est attirée par un rai de lumière sous la porte. Il n’a pas souvenir d’avoir laissé l’électricité de la chambre allumée. Il décide de frapper, au lieu d’utiliser sa clef. Un jeune soldat lui ouvre. Bonté divine ! Il ne semble pas dépasser l’âge où l’on va encore à l’école, gardant encore intacte une sorte de candeur juvénile, caractérisée par un étonnement permanent des sens.

«[3]Essalamou alaïkoum, dit Tewfiq Baali.

– Oua alaïkoumou essalam, oua rahmatoullah, oua barakatouhou, avec une voix franchement enfantine.»

L’arrivant s’assoit sur son lit et s’emploie à soulager ses pieds des brodequins, fatigués après cette très longue marche, somme toute bienfaisante après son oisiveté de nouveau venu, quoique assez mouvementée.

«Un cadet, peut-être, pense-t-il, en ôtant péniblement ses souliers. Quoique les cadets perdent rapidement leur ingénuité à la caserne.»

Le jeune soldat referme la porte. Il parait confus et réservé. Quelque peu apeuré. Une idée saugrenue traverse l’esprit de Tewfiq Baali de façon fulgurante. Il pense aux «ingrédients» du comité d’accueil…

«Ils ne reculent devant rien. Ce sont des monstres, se dit-il, en se lavant les pieds au lavabo.»

Il sait que l’un des plus graves fléaux qui menacent l’humanité est le viol de l’innocence des enfants. De petits êtres délicats et fragiles, introduits brutalement et de plein pied dans le monde impitoyable des adultes. Il décide de parler au jeune homme en arabe.

«Je m’appelle Tewfiq Baali, enchaîne-t-il en s’essuyant les pieds. Je suis le nouvel officier affecté au QGO. Hemu… J’ai… forcé ta chambre… Tu m’en excuseras, mais ce n’est pas de ma faute. On me l’a désignée dans l’urgence, en attendant de m’affecter une autre.

– J’y viens rarement. Vous pouvez la garder.

– Alors comme ça, tu es l’aide de camp du chef d’état-major ?

– Fichtre ! Ce sont les copains qui m’ont affublé de ce titre.

– En quoi consiste réellement ton travail.

– Je m’occupe de la villa du colonel. Je conduis la voiture de madame pour des courses en ville. J’aide le jardinier. Je surveille la relève des sentinelles. C’est tout ça mon travail, répond le plus sérieusement du monde l’adolescent.

– C’est ce que j’ai pensé. J’avais une autre idée du travail et du grade d’un aide de camp. Et ce n’est certainement pas dans cette chambre que je m’attendais à le trouver. Tu es ce qu’on appelle l’ordonnance du chef d’état-major.

– L’ordonnance de Mme Ayat, plutôt.

– Voyons, l’épouse de Mr Ayat n’est pas militaire.

– Pourtant, il lui arrive de mettre l’uniforme, avec le grade de colonel.

– Que dis-tu là ? Elle doit juste essayer celui de son mari, pour voir s’il est bien repassé.

– Non. Celui qu’elle porte n’est pas aux couleurs de la marine, mais à celles du commissariat politique. Avec une jupe, bien-sûr.

– Tu veux dire qu’elle aussi est une militaire ?

– Mm, approuve le soldat.

– Tous les goûts sont dans la nature. Qui aurait cru.

– Ne le dites à personne.

– Tu peux compter sur moi. Si c’est ça ton job, ça doit être rudement intéressant, ajoute Tewfiq Baali, afin de changer de sujet de conversation, en s’allongeant avec soulagement sur le matelas.

– Ça vaut mieux que la guérite.

– Quel âge as-tu ?

– Mon vrai âge ?

– Pourquoi, tu en as deux ?

– Oui. J’ai réellement dix-sept ans.

– Cadet ?

– Dieu m’en garde ! Appelé !

– Comment est-ce possible ? Tu n’as pas atteint l’âge de la conscription ?

– On m’a envoyé un ordre d’appel. L’état-civil a dû mal transcrire ma date de naissance sur les listes de recensement. Comme j’avais arrêté l’école, et pas encore trouvé du travail, mes parents ont dit que c’était ça de gagné que je me débarrasse du service.

– Ça fait combien de temps que tu es sous les drapeaux ?

– Une année et quelques…

– Donc, tu as endossé l’uniforme à seize ans. Les effectifs n’ont pas cherché à vérifier ta date de naissance ?

– Pourquoi faire ? C’est le dernier de leurs soucis. Et du mien. Je préfère terminer sans broncher.

– Comment es-tu devenu… aide de camp ? Je veux dire, ordonnance.

– Un jour, lors d’un tour de garde à la villa, madame est venue me voir et m’a demandé si je voulais rester à son service en permanence. J’ai dit que si ça pouvait m’éviter les gardes et… le dortoir, j’acceptais volontiers. Elle a appelé son mari au téléphone et lui a donné mon nom. Le lendemain, Lacheraf m’a convoqué dans son bureau et m’a dit que je devais rester à la villa aussi longtemps que les Ayat le souhaitaient. Pourvu que je sache tenir ma langue.

– Où sont tes affaires ?

– A la villa. Je viens dormir ici seulement certains soirs.

– Pourquoi ?

– Je ne sais pas si je dois vous dire tout cela.

– Tu as raison. Ça ne m’intéresse pas. La vie privée des gens ne regarde qu’eux. Simplement, c’est ton âge qui m’a un peu étonné. Tu peux compter sur ma discrétion.

– En fait, ça n’a rien d’un secret. Simplement, lorsque les Ayat reçoivent du monde, madame me demande de rentrer à la caserne.

– C’est vrai. Je n’ai pas besoin de savoir tout ça. Éteins si tu as terminé. Et bonne nuit. Je suis crevé par la marche d’aujourd’hui, ajoute-t-il, en souriant pour lui-même, se rappelant son stupide encerclement par la PM.»

Il ferait en sorte de ne jamais plus tomber dans une souricière pareille. Il met sa tête sous la couverture. Il a très envie de dormir mais les tracasseries des galons le maintiennent éveillé. Son compagnon de chambre se lave également les pieds et ne tarde pas à éteindre.

«Quel est ton prénom, dit Tewfiq Baali dans le noir ?

[4]Saber.

– C’est un beau prénom pour tenir le coup… Dur, le service, Saber ?

– Oui. Pour un soldat comme moi, pauvre et issu de la campagne. J’ai trouvé beaucoup de difficultés à m’intégrer à la vie en groupe, à appréhender les filouteries des actifs, leurs vices.

– Tu as eu des problèmes avec tes camarades ?

-… Oui, dit le jeune homme après un moment d’hésitation. Surtout la nuit… dans les dortoirs.

– Ah… Tu n’en as pas parlé à tes chefs ?

– Non. C’est une chose qui ne se dit pas. D’ailleurs certains d’entre eux ont tenté de…

– Quelle misère !

– Je préfère ne pas soulever ce sujet.

– Peut-être que c’est mieux d’en parler. Ça aide à évacuer. Il y a des médecins qu’on appelle psychiatres, dont le métier est de traiter les gens dans ton cas. Je n’en suis pas un, mais je crois qu’écouter la douleur des autres sert à mieux l’évacuer. Je te mentirais si je te disais qu’on peut la partager.

– Peut-être que vous avez raison. Ça dépend avec qui.

– On a donc… attenté à ta pudeur ?

– Du moins, on a essayé ; ce qui revient au même ; à plusieurs reprises. Sous la menace de couteaux et d’armes à feu. Et si je dénonçais les auteurs, je craignais pour ma vie. Mais je me suis débattu et ils n’ont rien pu faire.

– Des hommes de troupe ? Pourquoi ne les as-tu pas dénoncés à tes chefs ?

– Fichtre ! Puisque je vous affirme que beaucoup sont à la tête des violeurs.

– Pourquoi me l’as-tu dit à moi ?

– Parce que… j’ai confiance en vous.

– Merci. Oui, avec moi, tu n’as rien à craindre. Tu pourras parler de ça ou le taire. Soulever un autre sujet qui te préoccupe quand tu voudras. Je n’essayerai pas de raviver la flamme de ce problème une autre fois, d’accord ?

– Merci.

– Accepterais-tu de me donner les noms de ces chefs indignes ?

– Non. Ça ne servirait à rien. Je serais taxé de mouchard. Et vous ne ferez que vous attirer des ennuis si vous cherchez à déterrer ces questions délicates, très fréquentes dans les casernes. Somme toute banales dans l’esprit du commandement.

– Je suppose que tu as raison, répond son colocataire, surpris par la facilité d’élocution du jeune homme en arabe. Dors, maintenant. Demain, il fera jour.»

Tewfiq Baali s’endort en réfléchissant à la véritable fonction de Mme Ayat.

«Après tout, s’il arrive à Madame Ayat de mettre la tenue d’officier, avec le grade de colonel, elle doit occuper une position officielle et pas des moindres. Et ça, je ne tarderais pas à le savoir… »

[1]Faces de fer-blanc. (En parlant de l’effronterie.)

[2]Confiserie orientale.

[3] Salut arabe. (Que la paix soit sur vous)

[4]Patient.

Publicités