© « Royauté sans effigie », Tome 2, Chapitre 9, Roman/ « Kingdom without effigy », Volume 2, Chapter 9, Novel

Chapter Nine

 

The afternoon was something dense , very romantic. A spring day with a light look fantastic , colors of high purity , the sun was already low on the horizon covered with a foil of a goldsmith . One of those afternoons where , when twenties , you feel in the center of the world.

Tewfiq Baali returns at the commander’s office, the workbook under the arms, pending administrative issues resolved, look happy , excited to go so far, where it has never gone . It is the S / Lt Badredine to expect the Secretariat. Prostrate on a chair, the stubble , he returned from his audience with the General Djellal .

« So the questions there ?

– They send me plant trees Oued Safsaf .

– Dammit! And the case of diversion ? « 

The officer smiled painfully civil form . His eyes seem to say he fought like a lion and … he lost. He continues:

 » … General said that we are soldiers, and therefore not entitled to treat such cases. Do you understand?

– Too much .

– I’m back in a month for the hearing of the military court .

– There, I entered more . You just told me that this is a civil matter.

– Yes. The diversion . Not indecent , he said a stunned tone, almost doubting himself for his answer.

– Bizarre, gently whisper Tewfiq Baali .

– Do not unworthy , my dear friend . You know, the time, implacable executioner , this irreducible torturer , he is with us , not with them. I’m going to reforest see growing trees . They do not know what gift they make me me mutant there. Phew, I breathe , finally!

– Still … Knowing your character , you are bored you to death . Me in your place , I would be a reason. I love nature . I bêcherais a small vegetable garden would plant flowers , and it will erase my memory policy .

– In ten years we will have beautiful forests continues Badredine in an almost trance . « 

Tewfiq Baali still wants to protest. The lieutenant interrupts a hand gesture , and strongly embraced , with lyrical gestures, like an epilogue in a film scene. He shakes hands with all the secretaries . Then puts his package on the shoulder and out of the office . He met Nabil Shawky in the hallway and makes them aware . The latter seems very affected. He found in the person of a certain Badredine accomplice, with teeth and the respondent during their raids in the city. They strutted worldly corners populous districts , always in a hurry , constantly brought laughter , addressing all the girls without exception or discrimination. Tewfiq Baali accompanied them once or twice , before retiring . Descents him have otherwise sensual logic. Tired of measuring the streets , the two friends were returning on foot to the barracks, and they woke up to the stroke of midnight , tipsy or less , criticizing the policy failures of their country, while beginning to s’ awaken in them more than a passing fad , the spirit of Exile , response to the punishment too long military service.

For Tewfiq Baali , emigration is a tear . Also might go away , but when convinced that there would be nothing left to do for his people. Meanwhile, today , he decided to go into the deep country. More than a few loose ends , planning duty to update, and it’s leaking ! He decided not to stop at Taxrit for the night.

Fifteen minutes later, the administrative officer climbed into the jeep with deliverance. He fears that the police chief did not stop at the gate, asking him to turn back, to return Lacheraf settle with a last-minute problem . Nabil Shawky reluctantly took over the Secretariat. He would ultimately that half the next day to manage, and he tells his colleague that we must not count on him for future interims …

The car rushes at full speed up to Stah . Tewfiq Baali off his hat and puts it on his knees. The wind ruffled her hair slightly , enough now provided. He massages the eyelids, but not fatigue . It seems to have disappeared as soon as he put his pocket permission . He wants his eyes now see the world with new eyes . By closing for a few seconds during this steep descent , it reflects the leap into the unknown he is about to do. Is it a journey into the past time immemorial this country ? Or to catch the future? He did not have time to change , although his travel bag was ready since yesterday. He would do along the way . Wherever he goes, he would be little among the people go unnoticed.

He is excited at the idea of ​​going so far away , convinced that no one would understand his happiness could not measure the value of this trip, so precious, now that began to operate in his metamorphosis change. A trip if inexpensive price, but how full of promise , rich in discoveries. His journey looks like, after all, a transatlantic crossing between a homeport that would permanently abandon , and another rally which we are almost sure to be finely calculated the course. This is certainly a journey of revenge over adversity . Is not he wanted to take this luxury liner from the harbor Mezghena ? Tomorrow, he will cross the sea is made of sand and the route chosen will , as shown in the map geography , in a straight line due south . He smiled :

« Yes, I ‘m not always gone against the current, he said to himself ? « 

Jeep whizzes to Bab El Kantara . The driver is a regular route. It leads skillfully holding the steering wheel with one hand , the other leaning on the door. Tewfiq Baali tries to read the headlines on the front page of the newspaper that he took with him to look into the train. To induce vomiting! The biggest concentration of demagogic slogans he must still decrypt to detect the intentions of the regime. Since the outbreak of hostilities with the neighboring West , foreign newspapers do not fall over .

Beyond the abyss , against the light , Shyrta stands like a gigantic castle very dark and threatening , to the extent that it supports the whole city on his thick rock seems to erect a huge spaceship with thousand light- skylights, floating in mid air. The plaza in front of the station is crawling with travelers. Tewfiq Baali takes his bag and jumps to the U.S. . He does not know what it took to do so . Because he feels all eyes converge towards him. Is his or her sporting gesture holding officer who made ​​him suddenly center unexpected interest? He is surprised , who rather like to delete. It was, however, resolved to go incognito, and keep quiet , merely listening to people talk , observe their actions , putting their clothes , the intensity of their eyes , the consistency of their statements.

There are seven months Mezghena station , he tried to revive her quest for the unknown. That night , he was gone almost unnoticed , first amid the frenzied crowd and frustrated that remained on the docks and miraculously among travelers who have left . He kept his cool and he took risks , defying his destiny on. He had entered into a whirlwind and was carried away. He smiled again today:

« A night like this only happens once in life , ‘he said. « 

At the precise moment he enters the hall of the station , it seems that the world stops working , freezing people in slightly blurred postures of photographs . His heart did a good forward, before the scene comes alive again . He just saw red hair in a ponytail ! A face in profile to the lines so familiar , he would recognize among a thousand ! The young woman is the string with a man , who pays at the counter and goes with her to access the docks. Is this it? Tewfiq Baali did not have time to check . The man separated from his wife and returns to the exit, while it disappears behind the door.

Tewfiq Baali sees man , middle-aged , pass him . He does not know. And he does not want to know ! He just captured the image of a distinguished but stressed face, and fashionable clothes . Because his eyes trying to sue the silhouette away to the railcar . This is it! The approach has betrayed the unknown , even back ! Momentum that has so often admired in high school. There was determination in this look. A temperament winner comes from this profile remained youthful , despite five years and a half already passed since their last meeting of the ball. He could burn the chain to join , but not immediately . After a moment, it no longer , he decides to leave the queue and hurries to the door. He feels for the first time the utility of military free ride !

When he joined the docks , he looks in every direction , lifting the heels to see forward over the heads. Travellers move toward the doors as penguins from the South Pole .

She disappeared ! Point among these red brown heads waiting for their turns to color up . The driver of the railcar operates his horn to announce the departure . Tewfiq Baali moves hastily towards the door tail of the train .

« To cast a wide net , ‘he said. « 

Afterwards, he regrets having thought « military » . People cede his way , either out of fear or out of respect for his epaulettes , or simply pressed his appearance in a narrow space , and the excitement in his eyes that look left and right as a soldier to flush deserter.

No sooner had he thought to see that already the machine of fate is restarting , refer to maybe meet them a few minutes, a few hours, a few days or years. Until eternity ?

No. Today, there is no escape , either for itself or for him. He waited so long for this moment. He had so wanted , longed whether in a train station, a train bound for places of their shared childhood, where twin feelings had matured, their reunion come true.

Did she recognize in military disguise? What would his reaction after so many years , so many new familiar faces , so many emotions contained in vain , so unjustly spurned suitors madly in love ?

As he advances between the rows of seats, apprehension increases. Who is the man who accompanied her to the station? He Tewfiq Baali , he was naive enough to believe that a woman can wait as long as a man deign to manifest ?

The memory of the determination with which Fouzya Dorbani gave her appointment , emphasizing the opening in time and space, increasing his eagerness to get to the bottom heart .

The last time he had taken the train, returning from Taxrit , to The Lakes , he had thought it very hard. He wanted so much to meet these mythical places of the trip. God he decided to fulfill his vow today?

As a child and wanted something very strong , even if did not dare tell his parents, God , sooner or later, it granted . Rather late, but undoubtedly .

This time also , at this crossroads , where it is difficult to mount a scenario in haste , it would be fixed once and for all on the turn that would take his life after these steel rails. Because , after all, the way he had given his life led straight to Fouzya . Dorbani . All converged on her, is not it?

Now that he has skirted the corridors of two 2nd class cars , the moment of truth is near inevitable , really. There, behind the sliding glass door giving access to the first class compartment , is the key to the mystery , the outcome of this so long and desperate wait .

Behind the glass appear both familiar rows of seats in blue velvet , recapped laying headers in white cloth , all arranged in the direction of travel of the train.

Tewfiq Baali can see the necks of travelers, three quarters of the swept his vision space. Point of red hair on the upper fringe of the seats ! A he dreamed ? A she took another train ? There are apparently no outbound, right now!

He slid the door. His heart pack blows now . To the left sits a pair of retirees. To the right , a couple of which he has not yet seen the faces , speaks with animation. He heads in bewilderment to the vacant seats right in front of the couple. He puts his bag on the luggage rack , he throws off his hat on the chair on the left, before starting to unbutton his jacket . It is still standing , facing the window, watching the movements on the docks. In his heart , he knows that his intention to stand still for a moment is not accidental . It obeys a survival reflex , before final annihilation in an inexplicable intuition search the naked truth , which condemns entrenchments which there is no return , the certainty that the struggle against adversity, even lost to advance, deserved to be delivered!

He has not finished unbuttoning his uniform he thought he heard the lady to his right to stop talking in the middle of a sentence, as suddenly deprived of the right to the most basic speech . It is at this point that he decided to rotate through , to sit. When he looks , he believes points to a red color! This vision is stealth score a stunning stop its movement , it corrects quickly, before his body ends at the sugary touch velvet.

There it is! Behind ! Tiny ! Nestled in the corner ! This is it , there is more doubt ! It also is a prisoner of a last stand . Pathetic situation than their own. One certainly expected both sides meeting approached , but not in this scenario for extras.

The last passenger run to the doors. The station master waved the machinist to operate . Tewfiq Baali tent, closing his eyes , recompose the scene before, when he pivoted on himself. This is not the face of Fouzya Dorbani he sees first, but that of his companion , dumbfounded , staring in turn , the features of the military and those of its neighbor, as if hypnotized .

Yes, this afternoon was something different from time spent in a lifetime . And in the future, no doubt , nothing will be as before.

The train shakes . Behind Tewfiq Baali , the conversation of the couple resumed, but the voice of the woman became weak and rare, while she was prolific and perhaps passionate when Tewfiq Baali had entered the car. The conversation revolves around issues of Experimental Medicine .

The man said,  » my dear , » turning to the young woman. His answers to it are brief, to the limit of indifference. Stupor ! It vous his partner, while Tewfiq Baali have sworn she familiarly three minutes . At one point, he thought he heard the young man say :

« I fell backwards ! I do not recognize you anymore ! « 

The railcar gliding silently over the first hundred meters of the track. Tewfiq Baali tries to read his newspaper. His eyes roam columns articles but his mind does not equate content .

« Yes, he told himself … If the woman I saw in the lobby is the one who sits back there , then nothing will be as before . That would make two men too . « 

The last rays of sun tenderly lick Stah forest , above which are perched chalets 12th CA, which some windows seem to absorb the light, before the reissue in a kind of liquid energy.

The train arrives at the tangle of the switch and propagates a terrific noise which does not disturb the slumber of travelers, while start scrolling , more quickly , peaceful settlements of Sidi Lembarek .

Exceeded sorting, noisy trepidation scrap stops abruptly , soon replaced by a sort of floating deaf, gently cradling the passengers, who , along a parade stone steep perspectives, have awareness of COG by the machine, as corrections bogies to the curvatures of the track, then a double pounding the joints of rails, tatatum , tatatum , a measure of the progress of the train , the line of telephone poles seems to accompany happily such as dolphins and diving virulent water at the bow of a ship.

The gathered here in a train that advance as time , inexorable , while trees , houses , fields, clouds come and go , wiped out by a relentless movement.

It seems childish to suddenly Tewfiq Baali to think that life, them and them alone, remained frozen since their last meeting , hanging on a promise. Certainly, their hearts have trembled , making new friends . He, at least , can not deny it. Admittedly, this day of the ball remained an indelible mark , but there were traps fireworks sensuality , impulses of the body, who watched the vulnerability of their innocence , the purity of their feelings. There was Nafyssa Azali , and others, on the beaches in the summer, during short trips mountain excursions or spas , university , volunteering , as there were others before , in his childhood and adolescence. He has betrayed no because it did nothing to precipitate events.

Today is a day of truth, and despite himself , a stage is over. Current spiral inexorably away from the glorious past and the fact scurry towards an uncertain future. It was five years ago , a major impediment blocking the road that led to Fouzya Dorbani , represented by the difference in grades between them. He provided enormous efforts to overcome this obstacle. Today, apparently , two men who interposed , that the train seemed less dangerous than the station, listening to only snatches of words that reached him from behind .

To climb to his level and be worthy of her, he had fought against time and had emerged victorious . But against these two men, what to do? It is not to fight for territory or a female, but be ready to conquer a heart .

« I got probably too late, he said, wringing his fingers. « 

Fouzya Dorbani saw this officer appear to the left in the hallway and to settle in a seat in front . Before realizing it, she felt a faint breath caress the skin of his face , as only good to show the exceptional attendance . With a deletion in both subtle and powerful . His traveling companion , internally it to the hospital, kept a rehash about his brain perceives now a jumble of unintelligible words glued to each other .

 » Good God and Clement , how he stayed so beautiful, she thought ! This is it! And I love him ! « 

The years before, she had finally found its track after a seemingly innocuous conversation between his mother and his, adjacent outdoor housework , talking about the weather , future marriages and recent breakthroughs.

 » Tewfiq Baali spent his instruction Taxrit and was assigned to Shyrta , his mother told him , suspecting long the infatuation of his eldest daughter to the eldest son of their neighbors across the street . Did you know? « 

Madame Dorbani told him that after a new exchange from window to window with Baya Baali . His daughter had shown a fair way astonishment. It is true that the death of his cousin in the army had produced great noise in the neighborhood. She also knew last summer by his brother Faisal he had obtained his Master in Economics and was entered under the flags, she was so happy to listen to the latest news ! As she now knew so close to her , she had feared that crosses his path on a city sidewalk . Because she never walked alone in the street . Always accompanied by the cousin who cursed glue around all the time! Oh, how she hated that! If this is not respect for his maternal grandmother hosting it, long ago she would have dropped ! Correction , Tewfiq Baali would not stop and would not come to her if he saw her with someone. It is in this process that she guessed to have the most chance to meet … and keep it. So she came almost to the beginning of each weekend get a ticket bound for Taxrit . His cousin did not understand she disdained his car for railways. He accompanied her to the station to try to track some amour . No. He could detect nothing , neither here nor elsewhere. She was sitting alone in the car and the first class was a little farewell to well-bred girl. And today, why did it take that fellow faculty originating Gadaine come sit next to her ?

No! She would not let be ! She waited too long this time. She had taken the first step to the ball because his love was very strong, very pure and does not want to lose . She had to leave, finally leaving Taxrit and leave behind . She enjoyed great moments of happiness on seeing almost every day during periods of school and high school. She did not want to lose it. His presence was so precious ! Again, while everyone was playing and singing , he was there , sitting in the back , alone, benches around him deserted. A little sadder than usual.

« There is not a moment to lose, she had suddenly decided , getting up ! « 

She had not thought long and hard before deciding to break the ice there was between them. Their love could not stop as futile ! As in  » The wellspring  » is the heroine who makes the first move . She could not approach it in front. His gaze would have paralyzed. And she told him that no power on earth could not silence , after having touched his arm. She told him she was leaving , but she was waiting . He had deigned to respond . He finally responded ! Even if he had said these words :

« Everything to an end. « 

For her, that phrase provided evidence that he loved ! And she replied with a magical determination , coming from the depths of his being, which never ceases to amaze every time she thinks :

 » No. For me, it is a beginning. « 

And she ran and ran , without stopping, to the house. Tears bathed his face. Her friends , who saw the ball leave suddenly remained puzzled because she had invited to the party that his parents had organized an event to mark rewarding for their elder . A dazzling success , never affect Taxrit , the memory of man . She earned her Bachelor series  » Science  » with  » Excellent  » and a score of 18.5 / 20 !

She remained long in her room , despite the arrival of his friends , worried about his sudden departure , came to join her at the end of the ball . His mother came knocking at the door . She had opened , hiding her face with her ​​hands. She never make-up and traces of tears were visible on her beautiful fresh face.

 » What are you doing , Fouzya ? Your friends are asking questions . But it looks like you’ve been crying , my love ? Tell me what there is. You can confide in your mommy loves you .

– These are tears of joy , Mom. I’m happy. You can not know how happy I am!

– El Hamdoullilah . You worked so hard . God always rewards people laborious and patients. Wash your face and come, my daughter. Everything is ready . « 

A year later , it was he who knew that happiness. She understood his message! He took the road to join! After everything went so fast . Faculty of Medicine . Biology, physiology, anatomy. Thirst for knowledge . But the company novels rosewater . Permanent rereading this book : « The wellspring  » which Tewfiq Baali had presented to his brother Faisal to a party on his birthday , he had feared more than once a sad outcome of their connection so delicious .

A Shyrta , it was hosted in Benzine , this family of renowned doctors , where there is this cousin who follows her everywhere . A university, flirts incessantly surround , which she lent attention amused.

She had all the attributes of the human ideal : beauty, charm , intelligence, kindness, seriously. She had won the esteem of his teachers, who measured the correctness of his vocation as a doctor. It certainly was a hidden gift. His mere presence soothed the links in his entourage. She could , it seems , relieve the pain of patients , just by the power of his voice and the touch of his hands. She wanted after PhD pursue a specialty in neuropsychiatry, and begin research on autonomic stimuli. It would, would …

The train turns along the curve Ain El Berk and hisses angrily approaching a crossing. His companion sitting beside her stopped talking to him , tired of not getting an answer .

Fouzya Dorbani goes further back , trembling in every limb . The awakening of his love for Tewfiq Baali began to dawn when his family had moved into this peaceful area of  » Stand . » Their neighbors were the opposite Baali . Simple people without stories, whose father had been public works contractor before the tax department does operat adjustments adjustments on their tax situation , ending up doing disgust bids for infrastructure projects and forcing to retreat to the craft from its beginnings .

The Baali lived in a beautiful home with a large internal garden, where two large walnut trees dominated . Social label does not refer to a particular social rank. They did not seem rich, but there was a distinction in their appearances . In their case, it was not given to anyone to make a difference. We had hoped to go home to collect some clues. Fouzya went there once or twice , while still a child, for a commission of his mother. This was long before the birth of her feelings for the boy. She had noticed the presence of a piano in the living room. He happened to hear tunes reach of this special home , and she wanted to know the artist, because he played well . Tunes sounding unique , rather than known partitions. No member of the family seemed to have the features of a lover, except perhaps the eldest Baali . He called Tewfiq . It was as much an artist as roller skates , soccer or swimming . In class, he always pranced around the first five places. Fallen aristocrats , the Baali ? The country has had the opportunity to produce this class in the eighteenth century, under the Turkish regency. Bourgeois ruined ? Maybe. As their residence reminiscent of old luxury. In fact , Mr. Baali had bought the mansion in a hurry to leave the colon, on the eve of independence, for an amount which was not small at the time : Nine million . All his savings . Money honestly earned . The brave man had managed to create a company in full revolutionary peril , thinking that the war was not to prevent people from doing business. His company had served the revolution , since he had transported weapons with its trucks , having been sentenced to death in absentia , and he had to flee to Switzerland. During the holidays , the family was invariably in July to the sea and camped in August in the mountains.

These were the Baali . Fouzya Dorbani was able to glean this information from his mother, and his brother , because at the time , yet we knew all the neighborhood, because people are not reluctant to confide .

Fouzya Dorbani came from a bourgeois family Zaatcha , whose grandfather had made ​​a fortune in the trade date . His father was an official at the prefecture . He devoted considerable effort and resources to the education of his children.

Once she saw Tewfiq Baali for the first time , he was ten and six months more . His appeal was immediately striking conquered his heart . The brightness of his being radiated . A he kept memories of their childhood neighbor ? Class pictures ? A time when children play hide and seek , red faces sweat, jostling furiously , laughing, laughing breathlessly .

Between his brother Faisal Tewfiq Baali , there were strange relations. Sometimes they were the best of friends , holding the neck, accomplices game and fellow frequent class. Sometimes , they sulked , no one can know exactly the reasons for their temporary estrangement .

When Fouzya Dorbani , curious, asked his brother why he stopped attending Tewfiq Baali , he answered vaguely , something like :

« He has no sense of fun . Or, I denigrate him the right to be the leader of our band . Or curiously, it bothers me . « 

In reality, Fouzya Dorbani had guessed the real reason that tortured mind of his brother in the place of the eldest son of Baali . The curve of the relationship between the two boys , gradually become teenagers, fell at the end of each quarter, lorsqu’arrivaient school newsletters in mailboxes .

Tewfiq Baali often found a way to snatch first place in Faisal Dorbani , although brilliant student too.

« Your friend Baali is high and works well in class . Why do you constantly disparage ? « 

Faisal had blushed and gave this ambiguous answer:

 » In French literature, Mr Smith said he developments on the edge of off topic. This does not preclude that gives it all above a point to mine notes. History and geography , it pays 20/20. It must be copied. I do not understand how he manages to bamboozle all teachers . « 

Surely she knew Tewfiq Baali was special for her age. When you staring eyes, he put you uncomfortable . It was not effrontery , but a kind of early maturity. His face constantly posed a riddle. Every night in his bed, face to absolutely sharp lines , constantly recurred in the dark of his room , with its haunting strangeness. He had this strange way for him to walk, staring at the ground , as a philosopher who thinks, and looking up to see what is needed, with a curiosity that goes from the infinitely small to the infinitely large . For example, she saw observe a colony of ants on the sidewalk , watching a bird feather spins before falling, a blazing sunset , a giant cumulonimbus vertically, a shooting star at the beginning of night. Yes, the window of the balcony , it was found that introverted behavior and had enjoyed its fair value.

He spoke so ever, except when speaking to him. Playing ball with his comrades, he exploded with energy. But his workout and leisure have a beginning and an end. A homework time , it suddenly faded . His friends had stopped for the good he finishes a game, he turned his back and went home. He would sometimes walk alone or with Liès , his best friend , and Khallil , but no less blind virtuoso student in their class. They walked two or three large walk on him with this slow process that is so romantic . Sometimes she heard him play piano at home . She had undeniable confirmation that it was he who played the most. She even arrived to discern his actions . Singular melodies, each novel interpretation , which start slowly , reach stoically after a laborious ascent , before dying in a melancholy agony that still bears the same signature, though constantly renewed .

So she had begun to love him, little by little, during this long and full ten years of the prime of life for which they had grown and matured in proximity to one another .

It had been a long time , so long to realize that she was interested in him . At first, he had eyes only for the beautiful and Latifa Guelfaoui early , which made all the crazy boys of the neighborhood. Even the men returned in its path. Forms were already those of a woman and she knew the highlight . Tewfiq Baali was, at one point, her prince charming . He protected and brawled to keep to himself , as a male wild herd. Fouzya attended the window of his room in these furious innocent children begin to assimilate adult games struggles.

When Tewfiq Baali had the upper hand in a fury , he raised his head to the terrace of his sweetheart , the index and middle fingers apart in victory . His face was sometimes blood, clothes dusty and torn. While Latifa Guelfaoui is eclipsed with a greedy bitch laugh. Fouzya Dorbani is almost sure Tewfiq Baali had sex with this  » g .. it « , which violated the feelings of his partner, who was in fact his puppet. Obviously , early teenager tired of Tewfiq Baali , the time when girls were interested in with biker leather jackets , or hippies.

After primary school certificate , Tewfiq Baali gave no air interest in its study. Latifa Guelfaoui had missed his. After two years of training in a center for fashion, her mother decided to marry her to his uncle at the age of fifteen and a half . Woman scandals , here it was becoming , with macho who followed up his doorstep . Any short woman, she was a long time ago . The departure of his « love » of the neighborhood plunged Tewfiq Baali in isolation sickly appearance .

In high school, Fouzya Dorbani had found for itself, because it seemed to be interested in any girl. There were two in the day where she was sure to see him close to her : half- board and study . She had hoped to earn enough insurance on seeing every day and might present the opportunity to enter into conversation with him. Alas, Tewfiq Baali lived in a fortress impregnable isolation . He always seemed sad , but it was to see well, rather than introspection. Someone who does not know him would feel that he would keep mourning infinity. The refectory , he ate silently among his comrades, disregarding gluttony service . It took only what he used , never grumble . Lorsqu’arrivait turn to serve , he cared to ask equitable shares on the plates , keeping the smallest for him, and no students around the table protested . Fouzya Dorbani had arranged to sit in a place where he could see . Vain. He stared almost never. In fact, we did not feel that anyone was watching .

A study itself could abandon her friends come and sit beside him . She did not do it . Nobody needed to discover how much he liked it . Only God knew she loved him so much. There, too , he plunged into a notebook or book, and looked up at the buzzer. On the route from school, or during recreational walks , she always managed to be near him , see, feel her presence , enjoying his gestures and postures. Again, to no avail. There is no passion for it. At no time , no sign, no clue, not demonstrated , if only once. There are not yet sought to avoid . This is not the word . It is only in the eyes of others that gave this impression. For them , there was an indefinable silent exchange . A language so pure sense!

The most emotionally charged moment was when he had sounded on their door to call his brother . When opened the door without looking first in the oculus , and appear suddenly in front of her. He was standing in profile and turned when the door opened . He remained impassive and imperturbable . Sometimes , he said,  » Faisal « . Other times, he said nothing . She greeted , smiling despite his dismay to find before him, without witnesses, or intermediate , for those unique moments where anything can happen between them . One day she was alone at home, he came knocking . She wanted to invite them to come have tea with her. There would have been nothing bad between them. Would he accept? There was cursed year of schooling between them ! There was some disappointment in the very first love of a young man who has closed his heart to new conquest.

Then came this unexpected opportunity that has ever renewed which she had spoken to him. She had sent an announcement to celebrate a birthday of his brother . This time he could not escape him .

 » I need to talk to her, had she said. Left to say banalities . After that, come what may. He chose another , I’ll at least try. « 

She had carefully arranged around the table to sit beside him. She know what to say to break the wall of silence that existed between them. Fortunately , all the guests were already there and would claim not that place. Faisal was waiting in his room to be called , because after all, it was necessary to give meaning to the surprise party . He rang . She was staying open .

‘ Welcome, had she said, with a radiant face and a bright smile ! « 

He returned the consent of salvation with his eyes, for the first time , followed by an approving nod . He had a gift in hand, he gave him . Quite heavy ! A large book , perhaps?

 » Come in, she whispered . « 

He climbed the stairs slowly , and behind him. He was … irresistible! His clothes were those everyday , simple , unlike other guests, who put their trappings of occasions. She did get into the dining room already in the dark, and she showed him his place in guiding a gesture of arms. She lit all the candles on the cake , extinguished the only night light on the buffet , and sat down beside him , so close to him , to touch him . Candles lit up the faces with a soft sheen, who devoted forever to posterity this intimate complicity. At one point, he touched her shoulder . She shuddered . Then there was the explosion of the birthday song. Above the fireplace, large mirror referred him the faces of all those young people who sang cheerfully , with an unreal aura. His smile . For the first time she saw him smile! His features accused the serenity and calm of a teenager who grew up too quickly inside. It is this ambivalence that fascinated .

Faisal Dorbani left his room , falsely surprised, and blew out the candles . Were lit . Applause. Congratulations . Gluttony . How is this possible ? It was there, so close to her , to touch! Softly ate his piece of cake and watched with amusement gluttony of his comrades.

So she spoke , aided by the hubbub and transport of the festival. She said , bringing his face close to hers , so that the eyes of the young man did not inconvenient .

« Mom has the web that you experience difficulties with mathematics . Why do not you come to do your homework with Faisal here. I will help you .

– Yes, he replied with an expression of surprise. Why not?

– Will it another material that gives you trouble , she added ?

– No other .

– So I ‘ll be very happy … « 

She could not continue her sentence. Faisal Dorbani led his comrades in his room for a game of scrabble with a formidable opponent in the person of Tewfiq Baali .

« I will prove to you that it is not so strong as they say , threw their host. « 

Fouzya Dorbani followed a moment during the game . His brother was already trounced . She returned to the dining room . Among the gifts placed on the buffet , she chose the one that was heavier and unfolded the package. It was a work in two volumes , with an autographed card as follows:

« To my friend Faisal .
 
Friendly .
 
Tewfiq Baali . « 

She read the title :

« The wellspring . »

That evening , she wanted to devour the work of a trait. But she could not . Each sentence referred to the situations experienced striking , reminding him or the presence or behavior of Tewfiq Baali . It was the love story of a rich journalist , famous, adored and atypical architect , poor, stubborn, but with an artistic sense unusual . What book and what extraordinary resemblance to their duet ! And probably , what message she thought sublime receive him. She had , therefore , at least , understand what guided his steps . The truth. The purity of feelings. Tenacity to obstacles. Erasing after success. Silent complicity would meet during the years that followed, in communion with the chronicles of the author. An immortal work that became his favorite book , which accompanied him Shyrta and keep it all his life. For Faisal never wanted to read it and she did not refuse to take it .

After that evening , she was sure she was in love with him and he was now not indifferent to his presence. But he continued to remain silent ! He had not expected it not ! He had not revived the idea of remedial courses. Indeed, he seemed to say with eyes, during the short moment their eyes met , there was always that damned gap between the education . But his gaze was always the same promise. She did not know until much later what pertained to the challenge of this silent oath. He succeeded his Bachelor one year ahead of schedule. When Faisal , cantankerous, had brought him the news of this success, she almost flicker of happiness. She now knew that he had taken the road to join . Sooner or later.

The train arrives at Ouled Zidane. Companion Fouzya Dorbani gets up to go to the toilet. She knows he is a major obstacle that stands in the way Tewfiq Baali . Again, it would have to react. How to attract his attention? Go straight to go sit next to him as a cheeky ? Did he view it , at least ? If so, has he recognized ? How to explain that the man sitting next to her is a fellow faculty? But yes ! It descends Gadaine his native village! Tewfiq Baali would realize she is alone ! During the thirty miles that separate the Taxrit , something must happen between them , from best to worst . She finishes ! Otherwise, she would tell her all the way together when in the dark until their neighborhood. She furtively kiss on the cheek , black caregiver, before fleeing to her home.

The train resumed its course in a deep twilight blue. The red cliffs of the  » Massif des suicides » took a violet tint , glass , petrified , threatening . At their base , the plain of Naaman is an absolute immobility. Beyond , on frozen lakes and pâlissants a last flight of wild geese describes a descending line to the west, where a reddish glow embedded in low cloud persists.

Tewfiq Baali gets up to go to the toilet. He wanted to do for a good hour . He also wanted to finally get to the bottom heart . It must be done now, before the return of  » the other. »

When turning around, he sees a tiny woman , carrot hair , eyes downcast , all helpless , ready to cry . It marks a pause and stare . She slowly looks up to him. His knees want to bend under him the nod as he looks so majestic and noble . Waited too long this time. It was so beautiful afternoon . He felt so light and good about yourself . The last time he had taken the train, is that he had longed to meet her here , between the two shores of the lakes ?

« My god, is it possible that such a wonderful love story ends well , he thought ? Banal . After so many years of waiting , patience , determination , hopes ? « 

Eyes Fouzya cling to that look. His mouth opens to him to speak, but no words can escape. Radiant mine facing it shows sufficient home help show not even a sign of politeness , sympathy ! It outlines a vague smile but could not transmit sound.

At the same time , the traveling companion Fouzya returns and takes his place so intentionally loud as to bar the way to this potential suitor . How , five, ten seconds have passed between the time Tewfiq Baali rose to the return of internally? It can not tell. It has already reached the sliding door . At that moment , he feels that his life would not have the same meaning . It is so lonely, so desperate ! An epic verse comes to mind :

 (1)The day is fled , the wind blows in silence
Terror breeze extends rushing sound,
In the mists of evening , the murderer advance
Invisible man and fight demons.
________________________
(1) Alfred de Musset

—————————

Chapitre Neuf

 

L’après-midi a quelque chose de dense, de très romantique. Une journée printanière, avec une luminosité de l’air fantastique, des couleurs d’une grande pureté, que le soleil déjà bas à l’horizon recouvre d’une dorure d’orfèvre. Un de ces après-midi où, quand on la vingtaine, on se sent au centre du monde.

Tewfiq Baali retourne du bureau du commandant, le classeur sous le bras, les questions administratives en suspens réglées, l’air heureux, excité à l’idée de partir si loin, là où il n’est jamais allé. Il trouve le S/Lt Badredine à l’attendre au Secrétariat. Prostré sur une chaise, la barbe de trois jours, il revenait de son audience chez le Général Djellal.

«Alors, le questionne-t-il ?

– On m’envoie planter des arbres à Oued Safsaf.

– Mince ! Et l’affaire du détournement ?»

L’officier de la forme civile sourit péniblement. Ses yeux semblent dire qu’il s’est battu comme un lion et… qu’il a perdu. Il poursuit :

«… Le Général a dit que nous sommes des militaires, et que, par conséquent, pas habilités à traiter de ces affaires. Tu comprends ?

– Trop bien.

– Je dois revenir dans un mois pour l’audience du tribunal militaire.

– Là, je ne saisis plus. Tu viens de me dire que c’est une affaire civile.

– Oui. Celle du détournement. Pas l’atteinte aux bonnes mœurs, dit-il d’un ton ébahi, doutant presque lui-même de sa réponse.

– Bizarre, murmure doucement Tewfiq Baali.

– Ne t’indigne pas, mon cher ami. Tu sais, le temps, ce bourreau implacable, ce tortionnaire irréductible, il est avec nous, pas avec eux. Je vais aller reboiser, voir pousser des arbres. Ils ne savent pas quel cadeau ils me font en me mutant là-bas. Ouf, je respire, enfin !

– Tout de même… Connaissant ton caractère, tu t’y ennuierais à mourir. Moi, à ta place, je m’y ferais une raison. J’aime la nature. J’y bêcherais un petit potager, planterais des fleurs, et y effacerais la politique de ma mémoire.

– Dans dix ans, nous aurons de belles forêts, poursuit Badredine, dans un état presque second.»

Tewfiq Baali veut encore protester. Le sous-lieutenant l’interrompt d’un geste de main, et l’étreint fortement, avec des gestes lyriques, comme lors d’une scène d’épilogue de film. Il sert la main à tous les secrétaires. Puis met son paquetage à l’épaule et sort du bureau. Il rencontre Nabil Chawki dans le couloir et le met au courant. Ce dernier en parait très affecté. Il avait trouvé en la personne de Badredine un complice certain, ayant du mordant et du répondant lors de leurs descentes en ville. Ils se pavanaient de coins mondains en quartiers populeux, toujours pressés, sans cesse portés au rire, abordant toutes les filles sans exception et sans discernement. Tewfiq Baali les a accompagnés une ou deux fois, avant de se retirer. Ses descentes à lui ont une logique autrement sensuelle. Lassés de mesurer les rues, les deux compères s’en revenaient à pieds à la caserne, et ils le réveillaient vers les coups de minuit, éméchés peu ou prou, critiquant la politique d’échecs de leur pays, alors que commence à s’éveiller en eux, plus qu’une mode passagère, l’esprit de l’exil, riposte à la punition trop longue du service militaire.

Pour Tewfiq Baali, l’émigration est un déchirement. Lui aussi partirait certainement, mais lorsqu’il serait persuadé qu’il n’y aurait plus rien à faire pour son peuple. En attendant, aujourd’hui, il a décidé de partir dans le pays profond. Plus que quelques détails à régler, le planning de permanence à actualiser, et c’est la fuite ! Il a décidé de ne point s’arrêter à Taxrit pour la nuit.

Un quart d’heure plus tard, l’officier d’administration grimpe dans la jeep avec délivrance. Il redoute que le chef de poste ne l’arrête à la barrière, le priant de rebrousser chemin, pour revenir régler avec Lacheraf un problème de dernière minute. Nabil Chawki a pris avec répugnance le relais au Secrétariat. Il n’aurait en fin de compte que la demi-journée du lendemain à gérer, et il annonce à son collègue qu’on ne doit plus compter sur lui pour des intérims futurs…

La voiture dévale à toute vitesse la hauteur de Stah. Tewfiq Baali enlève sa casquette et la pose sur les genoux. Le vent ébouriffe légèrement ses cheveux, maintenant assez fournis. Il se masse les paupières, mais ce n’est pas par fatigue. Elle semble avoir disparu dès qu’il avait mis sa permission en poche. Il voudrait que ses yeux voient désormais le monde avec un regard neuf. En les fermant pendant quelques secondes durant cette descente vertigineuse, il réfléchit au saut vers l’inconnu qu’il s’apprête à faire. Est-ce un voyage dans le passé des temps immémoriaux de cette contrée ? Ou pour rattraper le futur ? Il n’a pas eu le temps de se changer, bien que son sac de voyage fût prêt depuis la veille. Il le ferait en cours de route. Là où il va, il voudrait se faire tout petit parmi les gens, passer inaperçu.

Il est surexcité à l’idée de partir si loin, persuadé que personne ne comprendrait son bonheur, ne pourrait mesurer la valeur de ce voyage, si précieux, maintenant qu’a commencé à s’opérer en lui la métamorphose du changement. Un voyage si peu coûteux par le prix, mais combien riche de promesses, fertile en découvertes. Son voyage ressemble, somme toute, à une traversée transatlantique, entre un port d’attache qu’on voudrait abandonner définitivement, et un autre de ralliement dont on est presque sûr d’avoir calculé finement le cap. C’est assurément un périple de revanche sur l’adversité. N’est-ce pas qu’il voulait le prendre ce paquebot de luxe au départ de la rade de Mezghena ? Demain, la mer qu’il va traverser est faite de sable et la route choisie va, comme le montre la carte de géographie, en ligne droite, plein Sud. Il sourit :

«Oui, ne suis-je pas toujours allé à contre-courant, se dit-il ?»

La jeep file à toute allure vers Bab El Kantara. Le chauffeur est un habitué de ce trajet. Il conduit adroitement, tenant le volant d’une seule main, l’autre accoudée à la portière. Tewfiq Baali essaye de lire les gros titres à la Une du journal qu’il a pris avec lui, pour s’occuper dans le train. A faire vomir ! Le plus gros concentré de slogans démagogiques qu’il faut tout de même décrypter pour déceler les intentions du régime. Depuis le déclenchement des hostilités avec le voisin de l’Ouest, les journaux étrangers ne rentrent plus.

Au-delà du gouffre, à contre-jour, Shyrta se dresse, comme un gigantesque château fort sombre et menaçant, à telle enseigne que toute la cité qu’il supporte sur son épais rocher, paraît s’ériger en un immense vaisseau cosmique doté de mille lucarnes luminescentes, flottant à mi atmosphère. L’esplanade devant la gare grouille de voyageurs. Tewfiq Baali prend son sac et saute à l’américaine. Il ne sait pas ce qu’il lui a pris de le faire. Car il sent tous les regards converger vers lui. Est-ce son geste sportif ou sa tenue d’officier qui font de lui, subitement, un centre d’intérêt inattendu ? Il s’en étonne, lui qui aime plutôt s’effacer. Il s’était pourtant résolu de partir incognito, et de rester discret, se contentant d’écouter les gens parler, observer leurs gestes, la mise de leurs habits, l’intensité de leurs regards, la cohérence de leurs propos.

Il y a sept mois, à la gare de Mezghena, il avait tenté de raviver sa quête de l’inconnu. Cette nuit-là, il était passé presque inaperçu, d’abord au milieu de cette foule délirante et frustrée qui était restée sur les quais, puis miraculeusement parmi les voyageurs qui ont pu partir. Il avait gardé son sang froid et il avait pris des risques, bravant son destin en marche. Il avait pénétré dans un tourbillon et s’était laissé emporter. Il en sourit encore aujourd’hui :

«Une nuit pareille n’arrive qu’une fois dans la vie, se dit-il.»

A l’instant précis où il pénètre dans le hall de la gare, il lui semble que le monde s’arrête de fonctionner, figeant les gens dans les postures légèrement floues des clichés photographiques. Son cœur fait un bon en avant, avant que la scène ne s’anime de nouveau. Il vient d’apercevoir une chevelure rousse en queue de cheval ! Un visage de profil aux traits si familiers, qu’il reconnaîtrait entre mille ! La jeune femme fait la chaîne en compagnie d’un homme, qui paye au guichet et se dirige avec elle vers l’accès aux quais. Est-ce elle ? Tewfiq Baali n’a pas le temps de vérifier. L’homme se sépare de sa compagne et revient vers la sortie, tandis qu’elle disparaît derrière la porte.

Tewfiq Baali voit l’homme, entre deux âges, passer devant lui. Il ne le connaît pas. Et il ne veut pas le connaître ! Il a juste capté l’image d’un visage distingué mais stressé, et des habits à la mode. Car son regard tente de poursuivre la silhouette qui s’éloigne vers l’autorail. C’est elle ! La démarche a trahi l’inconnue, même de dos ! Un élan qu’il a tant de fois admiré au lycée. Il y a de la détermination dans cette allure. Un tempérament de gagneur émane de ce profil resté juvénile, malgré cinq années et demie déjà passées depuis leur dernière rencontre du bal. Il aurait pu brûler la chaîne pour la rejoindre, mais ne le fait pas immédiatement. Au bout d’un moment, n’y tenant plus, il décide de quitter la file d’attente et presse le pas vers la porte. Il ressent pour la première fois l’utilité de ce passe-droit militaire !

Lorsqu’il rejoint les quais, il regarde dans tous les sens, en soulevant les talons, pour voir vers l’avant au-dessus des têtes. Les voyageurs avancent vers les portières comme des manchots du Pôle Sud.

Elle a disparu ! Point de couleur rousse parmi ces têtes brunes qui attendent leurs tours pour monter. Le conducteur de l’autorail actionne son klaxon pour annoncer le départ. Tewfiq Baali se dirige hâtivement vers la portière de queue de la rame.

«Pour ratisser large, se dit-il.»

Après coup, il regrette d’avoir pensé «militaire». Les gens lui cèdent le passage, soit par crainte, soit par respect pour ses épaulettes, ou tout simplement à son allure pressée dans un espace étroit, et à la fébrilité de ses yeux qui regardent à gauche et à droite, comme pour débusquer un soldat déserteur.

A peine avait-il cru la voir que déjà la machine du destin s’est remise en marche, pour reporter peut-être leur rencontre de quelques minutes, quelques heures, quelques jours, quelques années. Jusqu’à l’éternité ?

Non. Aujourd’hui, il n’y a pas d’échappatoire possible, ni pour elle, ni pour lui. Il a attendu si longtemps ce moment. Il avait tant voulu, tant désiré que ce soit dans une gare, dans un train en partance pour les lieux de leur enfance commune, là où des sentiments jumeaux avaient mûri, que leurs retrouvailles se réalisent.

Le reconnaîtrait-elle dans son déguisement militaire ? Quelle serait sa réaction après tant d’années passées, tant de nouveaux visages connus, tant d’émotions vainement contenues, tant de soupirants follement amoureux injustement éconduits ?

A mesure qu’il avance entre les rangées de sièges, son appréhension augmente. Qui est l’homme qui l’a accompagnée jusqu’à la gare ? Lui, Tewfiq Baali, a-t-il la naïveté de croire qu’une femme puisse attendre aussi longtemps qu’un homme daigne bien se manifester ?

Le souvenir de la détermination avec laquelle Fouzya Dorbani lui avait donné rendez-vous, en insistant sur l’ouverture dans le temps et dans l’espace, augmente son empressement d’en avoir le cœur net.

La dernière fois qu’il avait pris ce train, revenant de Taxrit, vers Les Lacs, il avait pensé à elle très fort. Il voulait tant la rencontrer dans ces endroits mythiques du voyage. Dieu a-t-il décidé d’exaucer son vœu aujourd’hui ?

Lorsqu’il était enfant et avait envie très fort d’une chose, même s’il n’osait pas en parler à ses parents, Dieu, tôt ou tard, la lui accordait. Plutôt tard, mais indubitablement.

Cette fois aussi, à cette croisée de chemins, où il est difficile de monter un scénario en toute hâte, il allait être fixé une fois pour toutes sur le tournant que prendrait sa vie au bout de ces rails d’acier. Car, somme toute, le sens qu’il avait donné à son existence menait droit vers Fouzya. Dorbani. Tout convergeait vers elle, n’est-ce pas ?

Maintenant qu’il a longé les couloirs des deux voitures de 2ème classe, le moment de vérité est proche, inéluctable, en fait. Là, derrière cette portière coulissante vitrée donnant accès au compartiment de 1ère classe, se trouve la clé du mystère, le dénouement de cette si longue et désespérante attente.

Derrière la vitre apparaissent les deux familières rangées de fauteuils en velours bleu, capuchonnés de pose-têtes en drap blanc, tous disposés dans le sens de la marche du train.

Tewfiq Baali peut voir les nuques des voyageurs, aux trois quarts de l’espace balayé par son champ de vision. Point de chevelure rousse à la frange supérieure des sièges ! A-t-il rêvé ? A-t-elle pris un autre train ? Il n’y en a apparemment aucun en partance, en ce moment !

Il fait coulisser la portière. Son cœur bât à grands coups maintenant. A gauche est assis un duo de retraités. A droite, un couple, dont il n’a pas encore vu les visages, discute avec animation. Il se dirige avec perplexité vers les sièges vacants de droite, juste devant le couple. Il pose son sac sur le porte-bagages, enlève sa casquette qu’il jette sur le fauteuil de gauche, avant de commencer à déboutonner sa vareuse. Il est encore debout, face à la fenêtre, observant les mouvements sur les quais. En son for intérieur, il sait que son intention de rester debout encore un instant n’est pas fortuite. Elle obéit à un réflexe de survie, avant anéantissement définitif, à une intuition inexplicable de recherche de la vérité nue, qui condamne à des retranchements dont on ne revient pas, à la certitude que le combat mené contre l’adversité, même perdu d’avance, a mérité d’être livré !

Il n’a pas terminé de déboutonner son uniforme qu’il croit entendre la dame à sa droite s’arrêter de parler au milieu d’une phrase, comme subitement privée de la faculté d’élocution la plus élémentaire. C’est à ce moment précis qu’il décide de pivoter de biais, pour s’asseoir. Lorsqu’il se penche, il croit entrevoir une couleur rousse ! Cette vision furtive fait marquer un arrêt de stupéfaction dans son mouvement, qu’il corrige vite, avant que son corps ne termine sa course au contact doucereux du velours.

Elle est là ! Derrière ! Toute petite ! Blottie dans son coin ! C’est elle, il n’y a plus de doute ! Elle aussi est comme prisonnière d’un ultime retranchement. Pathétique situation que la leur. Une rencontre assurément attendue de part et d’autre, pressentie, mais pas selon ce scénario pour figurants.

Les derniers voyageurs courent vers les portières. Le chef de gare fait signe au machiniste de manœuvrer. Tewfiq Baali tente, en fermant les yeux, de recomposer la scène d’avant, lorsqu’il avait pivoté sur lui-même. Ce n’est pas le visage de Fouzya Dorbani qu’il voit d’abord, mais celui de son compagnon, éberlué, fixant tour à tour, les traits du militaire et ceux de sa voisine, comme hypnotisée.

Oui, cet après-midi a quelque chose de différent du temps passé de toute une existence. Et, à l’avenir, à n’en point douter, plus rien ne sera comme avant.

La rame s’ébranle. Derrière Tewfiq Baali, la conversation du couple a repris, mais la voix de la femme est devenue faible et rare, alors qu’elle était prolifique et sans doute passionnée lorsque Tewfiq Baali avait pénétré dans la voiture. La conversation tourne autour de questions de médecine expérimentale.

L’homme dit «ma chère», en s’adressant à la jeune femme. Ses réponses à elle sont brèves, à la limite de l’indifférence. Stupeur ! Elle vouvoie son partenaire, alors que Tewfiq Baali aurait juré qu’elle le tutoyait trois minutes avant. A un moment, il croit entendre le jeune homme dire :

«Je tombe à la renverse ! Je ne te reconnais plus !»

L’autorail glisse silencieusement sur la première centaine de mètres de la voie. Tewfiq Baali tente de lire son journal. Ses yeux parcourent les colonnes d’articles mais son esprit n’assimile pas les contenus.

«Oui, se dit-il… Si la femme que j’ai vue dans le hall est bien celle qui est assise là derrière, alors plus rien ne sera comme avant. Cela ferait deux hommes de trop.»

Les derniers rayons du soleil lèchent tendrement la forêt du Stah, au-dessus de laquelle sont perchés les chalets du 12ème CA, et dont quelques fenêtres semblent absorber la lumière, avant de la réémettre en une sorte d’énergie liquide.

Le train arrive à l’enchevêtrement de l’aiguillage et propage un fracas épouvantable qui ne dérange pas la torpeur des voyageurs, alors que commencent à défiler, de plus en plus rapidement, les lotissements paisibles de Sidi Lembarek.

Dépassé le triage, la bruyante trépidation de la ferraille cesse brusquement, bientôt remplacée par une sorte de flottement sourd, berçant doucement les passagers, qui, le long d’un défilé en pierre de taille aux perspectives abruptes, n’ont conscience du cap suivi par la machine, qu’aux corrections des boggies aux courbures de la voie, alors qu’un double martèlement aux jointures de rails, tatatum, tatatum, donne la mesure de la progression de la rame, que la ligne des poteaux téléphoniques semble accompagner joyeusement, comme des dauphins plongeant et resurgissant de l’eau à la proue d’un navire.

Les voici maintenant réunis, dans un train qui avance comme le temps, inexorable, tandis que les arbres, les habitations, les champs, les nuages, arrivent et disparaissent, annihilés par un mouvement implacable.

Il parait soudain puéril à Tewfiq Baali de penser que la vie, la leur, et entre eux seuls, soit restée figée depuis leur dernière rencontre, suspendue à une promesse. Assurément, leurs cœurs ont frémi, en faisant de nouvelles rencontres. Lui, du moins, ne peut pas le nier. Certes, ce jour du bal est resté un repère ineffaçable, mais il y eut les pièges des artifices de la sensualité, les pulsions du corps, qui ont guetté la vulnérabilité de leurs innocences, la pureté de leurs sentiments. Il y eut Nafyssa Azali, et d’autres, sur les plages en été, pendant les courts voyages des excursions de montagne ou de stations thermales, à l’université, au volontariat, comme il y en avait d’autres avant, dans son enfance et son adolescence. Il n’en a trahi aucune, car il n’a rien fait pour précipiter les événements.

Aujourd’hui est un jour de vérité, et bien malgré lui, une étape est révolue. Un courant en spirale, inexorable, l’éloigne d’un passé radieux et le fait filer à toute allure vers un avenir incertain. Il y a cinq ans, une entrave de taille barrait la route qui le menait vers Fouzya Dorbani, représentée par la différence d’années d’études qui les séparait. Il avait fourni des efforts gigantesques pour lever cet obstacle. Aujourd’hui, apparemment, ce sont deux hommes qui s’interposent, celui dans le train paraissant moins dangereux que celui de la gare, à l’écoute des seules bribes de paroles qui lui sont parvenues de derrière.

Pour se hisser à son niveau et être digne d’elle, il avait lutté contre le temps et était sorti victorieux. Mais contre ces deux hommes, que faire ? Il ne s’agit pas de lutter pour défendre un territoire ou une femelle, mais d’être fin prêt à conquérir un cœur.

«Je suis arrivé sans doute trop tard, se dit-il, en se tordant les doigts.»

Fouzya Dorbani a vu cet officier apparaître à sa gauche dans le couloir et venir s’installer à un siège devant. Avant de l’apercevoir, elle a senti un souffle imperceptible caresser la peau de son visage, comme seules excellent à manifester les présences exceptionnelles. Avec un effacement à la fois subtil et puissant. Son compagnon de voyage, interne comme elle à l’hôpital, ne cessait de ressasser d’un propos que son cerveau perçoit maintenant en un fouillis de mots inintelligibles collés les uns aux autres.

«Dieu Bon et Clément, combien il est resté si beau, se dit-elle ! C’est lui ! Et je n’aime que lui !»

Les années d’avant, elle avait fini par retrouver sa trace, après une conversation apparemment anodine entre sa mère et la sienne, voisines en plein travaux de ménage, qui parlent du temps qu’il fait, de futurs mariages et de récentes ruptures.

« Tewfiq Baali a passé son instruction à Taxrit et a été affecté à Shyrta, lui avait dit sa maman, soupçonnant à la longue l’entichement de sa fille aînée pour le fils aîné de leurs voisins d’en face. L’as-tu su ? »

Madame Dorbani lui rapporta cette nouvelle après un échange de fenêtre à fenêtre avec Baya Baali. Sa fille avait fait montre d’un étonnement juste moyen. Il est vrai que la mort de son cousin sous les drapeaux avait produit grand bruit dans le quartier. Elle avait également su l’été dernier par son frère Fayçal qu’il avait obtenu son Master en économie politique et qu’il était entré sous les drapeaux, Elle avait été si heureuse à l’écoute de cette dernière nouvelle ! Alors qu’elle le savait désormais si proche d’elle, elle avait redouté qu’il croise son chemin sur un trottoir de la ville. Car elle ne marchait jamais seule dans la rue. Toujours accompagnée de ce maudit cousin qui la colle de près en permanence ! Oh, combien elle le haïssait, celui-là ! Si ce n’est pas respect pour sa grand-mère maternelle qui l’héberge, il y a longtemps qu’elle l’aurait largué ! Par correction, Tewfiq Baali ne s’arrêterait pas et ne viendrait pas vers elle s’il la voyait avec quelqu’un. C’est dans ce train qu’elle a deviné avoir le plus de chance de le rencontrer… et de le garder. Alors, elle est venue presque à chaque début de week-end prendre un ticket en partance pour Taxrit. Son cousin ne comprenait pas qu’elle dédaignât sa voiture pour les chemins de fer. Il l’accompagnait jusqu’à la gare pour tenter de pister quelque intrigue amoureuse. Non. Il n’a rien pu déceler, ni ici, ni ailleurs. Elle prenait place seule dans la voiture de 1ère classe et lui faisait un petit signe d’adieu de fille bien élevée. Et aujourd’hui, pourquoi a-t-il fallu que ce camarade de faculté originaire de Gadaine vienne s’asseoir près d’elle ?

Non ! Elle ne se laisserait pas faire ! Elle a attendu trop longtemps cet instant. Elle avait fait le premier pas au bal parce que son amour était très fort, très pur et qu’elle ne voulait pas le perdre. Elle devait partir, quitter définitivement Taxrit et le laisser derrière elle. Elle avait joui de grands moments de bonheur, en l’apercevant presque chaque jour durant les périodes de l’école et du lycée. Elle ne voulait pas le perdre. Sa présence était si précieuse ! Encore une fois, alors que tout le monde s’amusait et chantait, il était là, assis à l’arrière, seul, les bancs autour de lui désertés. Un peu plus triste que d’habitude.

«Il n’y a pas un instant à perdre, avait-elle décidé subitement, en se levant !»

Elle n’avait pas réfléchi longtemps avant de se décider à briser la glace qu’il y avait entre eux. Leur amour ne pouvait pas cesser aussi futilement ! Comme dans [1]«La source vive», c’est l’héroïne qui fait le premier pas. Elle n’avait pu l’aborder par-devant. Son regard l’aurait paralysée. Et elle lui avait dit ce qu’aucune force au monde n’aurait pu faire taire, après lui avoir effleuré le bras. Elle lui avait dit qu’elle partait, mais qu’elle l’attendait. Il avait daigné répondre. Il avait enfin réagi ! Même s’il n’avait dit que ces quelques mots :

«Tout à une fin.»

Pour elle, ce bout de phrase apportait la preuve qu’il l’aimait ! Et elle avait répondu avec une détermination magique, venue du plus profond de son être, qui ne cesse de l’étonner, chaque fois qu’elle y pense :

«Non. Pour moi, c’est un commencement.»

Et elle avait couru, couru, sans s’arrêter, jusqu’à la maison. Les larmes lui baignaient le visage. Ses copines, qui l’ont vue quitter subitement le bal étaient restées perplexes, car elle les avait invitées à la petite fête que ses parents avaient organisée pour marquer un événement valorisant pour leur aînée. Une réussite éblouissante, jamais atteinte à Taxrit, de mémoire d’homme. Elle avait décroché son Baccalauréat Série «Sciences» avec la mention «Excellent», et une note de 18,5/20 !

Elle était restée longtemps enfermée dans sa chambre, malgré l’arrivée de ses amis qui, inquiètes de son départ précipité, sont venues la rejoindre à la fin du bal. Sa mère était venue frapper à la porte. Elle avait ouvert, en cachant son visage avec les mains. Elle ne se maquillait jamais et les traces de larmes étaient visibles sur son beau et frais visage.

«Que fais-tu, Fouzya ? Tes amies se posent des questions. Mais on dirait que tu as pleuré, mon amour ? Dis-moi ce qu’il y a. Tu peux te confier à ta petite maman qui t’aime.

– Ce sont des larmes de joie, maman. Je suis heureuse. Tu ne peux pas savoir combien je suis heureuse !

– El Hamdoullilah. Tu as tant travaillé. Dieu récompense toujours les gens laborieux et patients. Lave-toi le visage et viens, ma fille. Tout est prêt.»

Une année plus tard, c’était lui qui connaissait ce bonheur. Elle avait compris son message ! Il avait pris la route pour la rejoindre ! Après, tout est allé si vite. La faculté de médecine. Biologie, physiologie, anatomie. La soif de savoir. Mais aussi la compagnie de romans à l’eau de rose. La relecture permanente de ce livre : «La source vive», dont Tewfiq Baali avait fait cadeau à son frère Fayçal à une fête de son anniversaire, lui avait fait craindre plus d’une fois un dénouement triste de leur si délicieuse liaison.

A Shyrta, elle était hébergée chez les Benzine, cette famille de médecins réputés, où il y a ce cousin qui la suit partout. A l’université, les flirts ne cessaient de l’entourer, auxquels elle prêtait une attention amusée.

Elle avait tous les attributs de l’idéal humain :   beauté, charme, intelligence, gentillesse, sérieux. Elle avait gagné l’estime de ses professeurs, qui ont mesuré la justesse de sa vocation de médecin. Elle avait certainement un don caché. Sa seule présence apaisait les liens dans son entourage. Elle pouvait, semble-t-il, soulager la douleur des patients, rien que par le pouvoir de sa voix et la caresse de ses mains. Elle voulait, après le doctorat, poursuivre une spécialité en neuropsychiatrie, et entamer une recherche sur les stimuli neurovégétatifs. Elle voulait, voulait…

Le train vire le long de la courbe d’Ain El Berk, et siffle rageusement à l’approche d’un passage à niveau. Son compagnon assis près d’elle a cessé de lui parler, lassé de ne plus obtenir de réponse.

Fouzya Dorbani remonte plus loin en arrière, en frémissant de tout son corps. L’éveil de son amour pour Tewfiq Baali a commencé à poindre lorsque sa famille avait emménagé dans ce quartier paisible du «Stand». Leurs voisins d’en face étaient les Baali. Des gens simples, sans histoires, dont le père avait été entrepreneur en travaux publics avant que la direction des impôts n’opérât redressements sur redressements de sa situation fiscale, finissant par le faire dégoûter des soumissions aux projets d’infrastructures, et l’obligeant à se replier sur l’activité artisanale de ses débuts.

Les Baali habitaient une belle résidence, avec un vaste jardin intérieur, où dominaient deux grands noyers. Leur étiquette sociale ne renvoyait pas à un rang social donné. Ils ne semblaient pas riches, mais il y avait de la distinction dans leurs apparences. Dans leur cas, il n’était pas donné à n’importe qui de faire la différence. Il fallait pénétrer chez eux pour espérer récolter quelques indices. Fouzya y était allé une ou deux fois, étant encore une enfant, pour une commission de sa mère. C’était bien avant la naissance de son sentiment pour ce garçon. Elle avait remarqué la présence d’un piano au salon. Il lui arrivait d’entendre des airs parvenir de cette maison si particulière, et elle voulait en connaître l’interprète, car il jouait bien. Des airs à consonance inédite, plutôt que des partitions connues. Aucun membre de cette famille ne semblait avoir les traits d’un mélomane, sauf peut-être l’aîné des Baali. Celui qu’on appelait Tewfiq. C’était autant un artiste des patins à roulettes que du football, ou de la natation. En classe, il caracolait toujours autour des cinq premières places. Aristocrates déchus, les Baali ? Le pays n’a eu la chance de produire cette classe qu’au dix-huitième siècle, sous la régence turc. Bourgeois ruinés ? Peut-être. Car leur résidence rappelle un luxe d’antan. En fait, Mr Baali avait acheté cette maison de maître à un colon pressé de partir, à la veille de l’indépendance, pour une somme qui n’était pas modique, à l’époque :   Neuf millions. Toutes ses économies. De l’argent gagné honnêtement. Le brave homme avait réussi à créer une entreprise en plein péril révolutionnaire, pensant que la guerre n’avait pas à empêcher qu’on fasse des affaires. Son entreprise avait servi à la révolution, puisqu’il avait transporté des armes avec ses camions, puisqu’il a été condamné à mort par contumace, et qu’il avait dû fuir en Suisse. Durant les vacances, cette famille allait, invariablement, en juillet à la mer et campait au mois d’Août en montagne.

Tels étaient les Baali. Fouzya Dorbani a pu glaner ces informations de sa mère, et de son frère, car à l’époque, on savait encore tout du voisinage, parce que les gens ne répugnaient pas à se confier.

Fouzya Dorbani est issue d’une famille bourgeoise de Zaatcha, dont le grand-père avait fait fortune dans le commerce de la datte. Son père était fonctionnaire à la préfecture. Il consacrait beaucoup d’efforts et de moyens à l’instruction de ses enfants.

Dès qu’elle avait vu Tewfiq Baali pour la première fois, il avait dix ans et elle six mois de plus. Son attrait saisissant avait immédiatement conquis son cœur. De la luminosité rayonnait de son être. A-t-il gardé des souvenirs de leur enfance voisine ? Des photos de classe ? Cette époque où les enfants jouent à cache-cache, les visages rouges de sueur, se bousculant furieusement, riant, riant, à en perdre haleine.

Entre son frère Fayçal et Tewfiq Baali, il y avait d’étranges relations. Tantôt ils étaient les meilleurs amis du monde, se tenant par le cou, complices de jeu et camarades de classe assidus. Tantôt, ils se boudaient, sans que personne ne puisse savoir avec exactitude les motifs de leurs brouilles passagères.

Lorsque Fouzya Dorbani, curieuse, demandait à son frère pourquoi il cessait de fréquenter Tewfiq Baali, il répondait, vaguement, quelque chose comme :

«Il n’a pas le sens de la plaisanterie. Ou, je lui dénigre le droit d’être le chef de notre bande. Ou curieusement, il m’ennuie.»

En réalité, Fouzya Dorbani avait pu deviner la vraie raison qui torturait l’esprit de son frère à l’endroit du fils aîné des Baali. La courbe des relations entre les deux gamins, devenus peu à peu adolescents, baissait à la fin de chaque trimestre, lorsqu’arrivaient les bulletins scolaires dans les boites aux lettres.

Tewfiq Baali trouvait souvent le moyen de ravir la première place à Fayçal Dorbani, bien que brillant élève lui aussi.

«Ton ami Baali est bien élevé et travaille bien en classe. Pourquoi le dénigres-tu constamment ?»

Fayçal avait rougi et donné cette réponse ambiguë :

«En littérature française, Mr Durand a dit qu’il a des développements à la limite de l’hors sujet. Cela n’empêche pas qu’il lui donne des notes toutes supérieures d’un point aux miennes. En histoire-géo, il se paye des 20/20. Il doit copier. Je n’arrive pas à comprendre comment il arrive à embobiner tous les professeurs.»

Assurément, elle le savait, Tewfiq Baali était spécial pour son âge. Lorsqu’il vous fixait des yeux, il vous mettait mal à l’aise. Ce n’était pas de l’effronterie, mais une sorte de maturité précoce. Son visage posait constamment une énigme. Chaque nuit, dans son lit, ce visage aux traits absolument nets, revenait sans cesse dans le noir de sa chambre, avec son obsédante étrangeté. Il avait cette curieuse manière à lui de marcher, en fixant le sol, comme un philosophe qui réfléchit, et de relever les yeux pour regarder ce qui est nécessaire, avec une curiosité qui va de l’infiniment petit à l’infiniment grand. Par exemple, elle l’avait vu observer une colonie de fourmis sur le trottoir, regarder une plume d’oiseau qui virevolte avant de tomber, un coucher de soleil flamboyant, un cumulo-nimbus géant à la verticale, une étoile filante au début de la nuit. Oui, de la fenêtre de leur balcon, elle avait décelé ce comportement introverti et l’avait apprécié à sa juste valeur.

Il ne parlait pour ainsi dire jamais, sauf lorsqu’on s’adressait à lui. Jouant au ballon avec ses camarades, il explosait d’énergie. Mais ses séances de sport et de loisirs avaient un début et une fin. A l’heure des devoirs, il s’effaçait subitement. Ses amis avaient beau l’interpeller pour qu’il termine une partie, il leur tournait le dos et partait à la maison. Il lui arrivait de marcher seul, ou avec Liès, son meilleur ami, et Khallil, aveugle mais non moins virtuose élève dans leur classe. Ils se promenaient à deux ou à trois, sur la grande promenade, lui avec cette démarche lente qu’elle trouve si romantique. Parfois, elle l’entendait jouer au piano chez lui. Elle eût la confirmation indéniable que c’était lui qui jouait le plus souvent. Elle était même arrivée à discerner les siennes mesures. De singulières mélodies, inédites à chaque interprétation, qui commencent lentement, culminent stoïquement après une laborieuse ascension, avant de s’éteindre en une agonie mélancolique qui porte toujours la même signature, quoique sans cesse renouvelée.

C’est ainsi qu’elle s’était mise à l’aimer, petit à petit, durant cette dizaine de longues et pleines années du printemps de la vie pendant lesquelles ils avaient grandi et mûri à proximité l’un de l’autre.

Il avait mis longtemps, si longtemps à se rendre compte qu’elle s’intéressait à lui. Au début, il n’avait d’yeux que pour cette belle et précoce Latifa Guelfaoui, qui rendait fous tous les garçons du quartier. Même les hommes se retournaient sur son passage. Ses formes étaient déjà celles d’une femme et elle savait les mettre en valeur. Tewfiq Baali était, à un moment donné, son prince charmant. Il la protégeait et se bagarrait pour la garder pour lui tout seul, comme un mâle de harde sauvage. Fouzya assistait de la fenêtre de sa chambre à ces luttes furieuses d’enfants innocents qui commencent à assimiler les jeux d’adultes.

Lorsque Tewfiq Baali avait le dessus dans une furia, il levait la tête vers la terrasse de sa dulcinée, l’index et le majeur écartés en signe de victoire. Il avait le visage parfois en sang, les habits empoussiérés et déchirés. Alors Latifa Guelfaoui s’éclipsait avec un rire gourmand de nymphomane. Fouzya Dorbani est presque sûre que Tewfiq Baali a eu des relations sexuelles avec cette «g..ce», qui a violé les sentiments de son amoureux, qui n’était en fait que son pantin. Evidemment, l’adolescente précoce se lassa de Tewfiq Baali, à l’époque où les filles s’intéressaient aux motards avec blousons de cuir, ou aux hippies.

Après le certificat d’études primaires, Tewfiq Baali ne donnait plus l’air de s’intéresser qu’à ses études. Latifa Guelfaoui avait raté les siennes. Après deux années d’apprentissage dans un centre pour couture, sa mère décida de la marier à son oncle, à l’âge de quinze ans et demi. Femme à scandales, voila ce qu’elle commençait à devenir, avec les machos qui la suivaient jusqu’au seuil de sa porte. Femme tout court, elle l’était depuis longtemps déjà. Le départ de son «amour» du quartier plongea Tewfiq Baali dans un isolement à l’apparence maladive.

Au lycée, Fouzya Dorbani l’avait retrouvé pour elle seule, car il semblait ne s’intéresser à aucune fille. Il y avait dans la journée deux endroits où elle était sûre de le voir tout près d’elle :   à la demi-pension et à l’étude. Elle avait espéré gagner assez d’assurance en l’apercevant chaque jour et l’occasion se présenterait certainement de lier conversation avec lui. Hélas, Tewfiq Baali logeait dans une forteresse inexpugnable d’isolement. Il paraissait constamment triste, mais c’était, à bien voir, plutôt de l’introspection. Quelqu’un qui ne le connaîtrait pas aurait l’impression qu’il garderait le deuil à l’infini. Au réfectoire, il mangeait silencieusement au milieu de ses camarades, dédaignant la gourmandise du service. Il ne prenait que ce qu’on lui servait, sans jamais rouspéter. Lorsqu’arrivait son tour de servir, il se souciait de poser des parts équitables sur les assiettes, gardant la plus petite pour lui, et aucun élève autour de la table ne protestait. Fouzya Dorbani s’était arrangée pour s’asseoir à un endroit où il pouvait la voir. Peine perdue. Il ne la fixait presque jamais. En fait, on n’avait pas la sensation qu’il regardait quiconque.

A l’étude, elle-même pouvait abandonner ses copines et venir s’asseoir à côté de lui. Elle ne le fit pas. Personne n’avait besoin de découvrir à quel point il lui plaisait. Seul Dieu savait qu’elle l’aimait si fort. Là-bas aussi, il plongeait dans quelque cahier ou livre, et ne levait la tête qu’à la sonnerie. Sur l’itinéraire du lycée, ou lors des promenades de récréation, elle s’arrangeait toujours pour être près de lui, le voir, sentir sa présence, apprécier ses gestes et ses postures. Encore une fois, peine perdue. Il ne se passionnait pas pour elle. A aucun moment, aucun signe, aucun indice, ne le démontrait, ne serait-ce qu’une fois. Il ne cherchait pourtant pas à l’éviter. Ce n’est pas le mot. C’est seulement aux yeux des autres qu’il donnait cette impression. Car entre eux, il y avait un échange muet indéfinissable. Un langage des sens si pur !

Le moment le plus chargé d’émotion était quand il venait sonnait à leur porte pour appeler son frère. Lorsqu’elle ouvrait la porte, sans regarder au préalable dans l’oculus, et le voir apparaître subitement en face d’elle. Il stationnait de profil et ne se tournait que quand la porte s’ouvrait. Il restait imperturbable et impassible. Parfois, il disait «Fayçal». D’autres fois, il ne disait rien. Elle l’accueillait, souriante, malgré son désarroi de se trouver devant lui, sans témoin, ni intermédiaire, pendant ces moments uniques où tout peut se passer entre eux. Un jour qu’elle était seule à la maison, il est venu frapper. Elle aurait voulu l’inviter à monter prendre un thé avec elle. Il n’y aurait rien eu de méchant entre eux. Aurait-il accepté ? Il y avait la maudite année de scolarité qui les séparait ! Il y avait la très certaine déception du premier amour d’un jeune homme qui a fermé son cœur à toute nouvelle conquête.

Puis vint cette occasion inespérée qui ne s’est plus jamais renouvelée où elle lui avait parlé. Elle lui avait envoyé un faire-part pour fêter un des anniversaires de son frère. Cette fois, il ne pouvait lui échapper.

«Je dois absolument lui parler, s’était-elle dit. Quitte à dire des banalités. Après, advienne que pourra. S’il a choisi une autre, j’aurai au moins essayé.»

Elle avait judicieusement agencé le tour de table pour s’asseoir près de lui. Elle saurait quoi dire pour briser le mur de silence qu’il y avait entre eux. Par bonheur, tous les invités étaient déjà là et ne revendiqueraient pas cette place. Fayçal attendait dans sa chambre qu’on l’appelât, car après tout, il fallait bien donner un sens à la surprise-partie. Il a sonné. Elle était descendue ouvrir.

«Bienvenue, avait-t-elle dit, avec un visage radieux et un sourire éclatant !»

Il lui rendit le salut avec un assentiment des yeux, pour la première fois, suivi d’un geste approbatif de la tête. Il avait un cadeau à la main, qu’il lui remit. Assez lourd ! Un gros livre, peut-être ?

«Entrez, souffla-t-elle.»

Il monta l’escalier lentement, et elle derrière lui. Il était… irrésistible ! Ses habits étaient ceux de tous les jours, simples, à la différence des autres convives, qui ont mis leurs apparats des grandes occasions. Elle le fit pénétrer dans la salle à manger déjà dans la pénombre, et elle lui montra sa place, en le guidant d’un geste de bras. Elle alluma toutes les bougies sur la tarte, éteignit la seule veilleuse allumée sur le buffet, et vint s’asseoir à côté de lui, si près de lui, à le toucher. Les bougies éclairaient les visages avec un tendre éclat, qui consacra à jamais à la postérité cette intime complicité. A un moment, il lui effleura l’épaule. Elle frémit. Puis il y eut l’explosion du chant d’anniversaire. Au-dessus de la cheminée, le grand miroir lui renvoyait les visages de tous ces jeunes qui chantaient allègrement, avec une aura irréelle. Le sien souriait. Pour la première fois, elle le voyait sourire ! Ses traits accusaient la sérénité et le calme d’un adolescent qui a grandi trop vite intérieurement. C’est cette ambivalence qui la fascinait.

Fayçal Dorbani sortit de sa chambre, faussement étonné, et souffla ses bougies. On alluma. Applaudissements. Congratulations. Gourmandise. Comment est-ce possible ? Il était là, si près d’elle, à la toucher ! Lui mangeait doucement sa part de gâteau et observait avec amusement la gloutonnerie de ses camarades.

Alors, elle parla, aidée par le brouhaha et les transports de la fête. Elle lui dit, en rapprochant son visage du sien, pour que le regard du jeune homme ne l’incommode pas.

«Maman a su par la votre que vous éprouviez des difficultés en mathématiques. Pourquoi ne viendriez-vous pas faire vos devoirs avec Fayçal chez nous. Je vous aiderais.

– Oui, répondit-il avec une expression de surprise. Pourquoi pas ?

– Y a-t-il une autre matière qui vous pose problème, ajouta-t-elle ?

– Aucune autre.

– Alors, je serai très heureuse de… »

Elle ne pût continuer sa phrase. Fayçal Dorbani entraîna ses camarades dans sa chambre pour une partie de scrabble, avec un redoutable adversaire, en la personne de Tewfiq Baali.

«Je vais vous prouver qu’il n’est pas si fort qu’on le prétend, leur lança leur hôte.»

Fouzya Dorbani suivit un moment le cours de la partie. Son frère était déjà battu à plate couture. Elle revint à la salle à manger. Parmi les cadeaux posés sur le buffet, elle choisit celui qui était le plus lourd et en déplia l’emballage. C’était une œuvre en deux tomes, avec une carte dédicacée ainsi :

«Pour mon ami Fayçal.
 
Amicalement.
 
                              Tewfiq Baali.»

Elle lut le titre :

«La source vive».

Ce soir-là, elle voulut dévorer l’œuvre d’un trait. Mais elle ne put. Chaque phrase la renvoyait à des situations vécues saisissantes, qui lui rappelait ou la présence ou le comportement de Tewfiq Baali. C’était l’histoire d’amour d’une journaliste riche, célèbre, adulée et d’un architecte atypique, pauvre, têtu, mais avec un sens artistique hors du commun. Quel livre extraordinaire et quelle ressemblance avec leur duo ! Et sans doute aussi, quel message sublime elle avait cru recevoir de lui. Elle avait, dès lors, du moins, compris ce qui guidait ses pas. La vérité. La pureté des sentiments. La ténacité devant les obstacles. L’effacement après la réussite. Une muette complicité allait les réunir pendant les années qui suivirent, en communion avec les chroniques de l’auteur. Une œuvre immortelle qui est devenue son livre de chevet, qui l’a accompagné à Shyrta et qu’elle gardera toute sa vie. Car Fayçal n’a jamais voulu le lire et n’a pas refusé qu’elle le prenne.

Après cette soirée, elle était sûre qu’elle était amoureuse de lui et qu’il n’était désormais pas indifférent à sa présence. Mais il continuait de se taire ! Il n’avait pas fait le pas qu’elle attendait ! Il n’avait pas relancé l’idée des cours de rattrapage. Justement, il semblait lui dire avec les yeux, pendant le court instant où leurs regards se croisaient, qu’il y avait toujours ce maudit fossé de scolarité les séparant. Son regard portait toutefois toujours la même promesse. Elle ne sut que bien plus tard à quoi se rapportait le défi de ce muet serment. Il avait réussi à son baccalauréat une année avant terme. Quand Fayçal, revêche, lui avait rapporté la nouvelle de ce succès, elle avait failli vaciller de bonheur. Elle savait désormais qu’il avait pris la route pour la rejoindre. Tôt ou tard.

Le train arrive à Ouled Zidane. Le compagnon de Fouzya Dorbani se lève pour aller aux toilettes. Elle sait qu’il est un obstacle de taille qui barre la route à Tewfiq Baali. Encore une fois, elle allait devoir réagir. Comment attirer son attention ? Aller tout de go s’asseoir à côté de lui, comme une effrontée ? L’a-t-il vue, au moins ? Si oui, l’a-t-il reconnue ? Comment lui expliquer que l’homme assis à côté d’elle n’est qu’un camarade de faculté ? Mais oui ! Ce dernier descend à Gadaine, son village natal ! Tewfiq Baali se rendrait compte qu’elle est seule ! Pendant les trente kilomètres qui les séparent de Taxrit, quelque chose doit se passer entre eux, allant du meilleur au pire. Qu’elle en finisse ! Sinon, elle lui dirait tout lorsqu’ils feraient chemin ensemble dans la pénombre jusqu’à leur quartier. Elle l’embrasserait furtivement sur la joue, le noir aidant, avant de s’enfuir vers chez elle.

Le train reprend sa course sous un bleu crépusculaire profond. Les falaises rouges du [2]«Massif des Suicidés» ont pris une teinte violette, vitreuse, pétrifiée, menaçante. A leur base, la plaine de Naamane est d’une immobilité absolue. Au-delà, sur les lacs pâlissants et figés, un dernier vol d’oies sauvages décrit une ligne descendante vers l’ouest, où persiste une lueur rougeâtre noyée dans des nuages bas.

Tewfiq Baali se lève pour aller aux toilettes. Il voulait le faire depuis une bonne heure. Lui aussi voulait en finir, en avoir le cœur net. Il faut le faire maintenant, avant le retour de «l’autre».

Au moment de se retourner, il voit un petit bout de femme, poil de carotte, les yeux baissés, toute désemparée, prête à pleurer. Il marque un temps d’arrêt et la regarde fixement. Elle lève lentement le visage vers lui. Ses genoux veulent se dérober sous lui tant ce mouvement de tête lui parait si majestueux et noble. Lui aussi a attendu longtemps ce moment. Il faisait si beau l’après-midi. Il se sentait si léger, si bien dans sa peau. La dernière fois qu’il avait pris ce train, n’est-ce qu’il avait tant espéré la rencontrer ici même, entre les deux rives des lacs ?

«Mon dieu, est-il possible qu’une si merveilleuse histoire d’amour se termine ainsi, se dit-il ? Banalement. Après tant d’années d’attente, de patience, de détermination, d’espoirs ?»

Les yeux de Fouzya s’accrochent à ce regard. Sa bouche à lui s’ouvre pour parler mais aucun mot ne peut en sortir. La mine rayonnante qui lui fait face montre suffisamment d’accueil l’aider à manifester ne serait-ce qu’un signe de politesse, de sympathie ! Il esquisse un vague sourire mais sans pouvoir émettre aucun son.

Au même moment, le compagnon de voyage de Fouzya revient et reprend sa place de façon intentionnellement tonitruante, comme pour barrer la route à cet éventuel prétendant. Combien, cinq, dix secondes sont passées entre le moment où Tewfiq Baali s’est levé et celui du retour de l’interne ? Il ne peut le dire. Il a déjà atteint la portière coulissante. A cet instant précis, il sent que sa vie n’aurait plus le même sens. Il est si seul, si désespéré ! Une strophe épique lui vient à l’esprit :
 
[3]Déjà le jour s’enfuit, le vent souffle en silence
La terreur brise, étend, précipite les sons,
Sous les brouillards du soir, le meurtrier s’avance,
Invisible combat de l’homme et des démons.

[1]Roman américain, d’Ayn Rand.

[2]Communauté chrétienne des Donatistes, persécutée par romains au premier siècle de l’ère grégorienne, et qui choisit le suicide plutôt que de renoncer à leur foi.

[3]Poème d’Alfred de Musset.

Publicités

Une réflexion sur “© « Royauté sans effigie », Tome 2, Chapitre 9, Roman/ « Kingdom without effigy », Volume 2, Chapter 9, Novel

Les commentaires sont fermés.