© « Royauté sans effigie »,Tome 2, Chapitre 10, Roman/ « Kingdom without effigy », Volume 2, Chapter 10, Novel

Chapter Ten

 

The train oscillates ostensibly on the track, and nodding heads of the passengers from left to right and top to bottom, somewhat sore noise and rolling bogies. The luminaires are operated. The darkness is growing around the oar and envelope it with a black veil ever thicker. A strange silence washes the first class car. Tewfiq Baali go out of the bathroom, after washing the his face. He has cried. He has not been since the death of Hamid. The emotion was too strong to this day burial. It is as strong today and somewhere, an old feeling of a decade suddenly seemed in agony. Is it not a kind of death that the abandonment of his love? Because it is good, not a betrayal, but a defeat. Hers. That resulting in an inner struggle against shyness, and a renunciation of happiness that seemed like a flower bud. For Fouzya Dorbani made no promise other than give open appointment, which is for the long term. To lead to what, ultimately, if it had materialized? It has the feeling of having made a long over five years dream. Their long, true and pure love story, that he, at least, allowed to grow, seems to be moving towards a banal romantic intrigue, multiple twists, featuring actors figuration took on the job. He at least has the sense of being one. He does not even want to come back to sit in his place. He thought. He learned to think in college. He has the right to take a decision as early? Wait too long, and after an hour of give findings built on appearances. What he saw, if an attendant at the station and a travel companion? At the university, he had learned to do analysis, based on objective elements necessary to the argument. He studied the Code of Criminal Procedure. There is clearly stated:

« Any alleged offender is entitled to a defense and the presumption of innocence. »

The best thing to do would be to have an explanation with her. Or even. He has no right to it. Just pretend he met incidentally, to hide the appointments given and say a few words the time of high school, making a brief allusion to the current occupations of each other. It would require new Feisal and his parents. She would do the same, about Younes and his family. It could even be that they stand up to their part of company « Stand », referring to their studies and career opportunities that lie ahead for both. They wish good luck, share the pleasure to meet again one day, and everything would end as banal. Fouzya have simply forgotten to have given an appointment, or else she would have found him a buildup of civility between neighbors in the genre:

« Why, it is our good neighbor Tewfiq Baali! If I expected to find you here? How are you? « 

And if he was referring to an old appointment teenagers accustomed to surprises-parties, it seemed most courteously world:

« You must understand that I do want to say that this or that. If you come to Shyrta, come see me. We’ll take pots together. Or, you know, what I told you it was five years ago no longer hold water. I was young and emotional. « 

Mundane, banal, commonplace! Tewfiq Baali would soon understand, ex nihilo, ultimately, this unexpected turn of events. It would simply reminded the girl on the jest, a « detail » dating long. It would not only imply that long ago lost her virginity, and why not his.

« Life is a long quiet river, would he (she) said. One does not need to be causing unnecessary vortices. « 

Fouzya Dorbani rises abruptly. Sullen anger assails abruptly. She and Tewfiq Baali are now, and for half an hour at most, on a non-load break switch or connection to another route path.

« This is the ultimate when to defy fate, she said. Later, I feel there will be more opportunity. « 

She motioned to his companion pass. She walks resolutely backward. When sliding the door, she came face to face with Tewfiq Baali. His alone, his only love. She wanted, is not it? She had calculated! Now, more possible loophole, nor one nor the other. Their hearts start beating wildly. The use would have liked the young man gives way to a lady, but is paralyzed! Itself does not move. They look through the window, amazed and at the same time, serious, serious, determined. An indefinable attraction snaps them who condemn them to break one way or another with these so long but no less painful preliminary love!

Against all odds, while Fouzya Dorbani vainly sought after stuff that used to make bubbles is Tewfiq Baali who finds! Long ago he imagined the course of this meeting, with infinite nuances, but only two possible outcomes. In the reality of the present moment, the action to be taken, which seemed to take on a sophisticated dramatic scene of the last act theatrical techniques, tragic and poignant moments of the epilogue reveals the most basic! He raises his arms as a sign of impotence. Her eyes widen and opens mouth in astonishment, sliding the door.

« I would have been … gallant in other circumstances, he said with a desired tone and the first genuine smile she saw him. But tonight … I do not draw back.

– I came to ask you to move, she replied in a very soft voice almost ceremonial, but at the same time very determined.

– It is difficult, he said with emotion. There is competition.

– All that glitters is not gold.

– Ah … I could not guess.

– You mean the gentleman that you saw sitting with me? This is a fellow faculty.

– This is the one who accompanied you to the station that I dread. I hope that this one is not platinum.

– Oh, that one! Do not worry. It is a cousin who follows me like a shadow when I’m Shyrta. I do not say a glue!

– God is my witness. This is … here I … wanted to meet you, he can not pronounce with difficulty, with emotion.

– Me too, she replies, bolder. I guessed. I took the train almost every Friday afternoon since I knew that thou art Shyrta.

– I took the one on Saturday at noon, as military work this morning there.

– I did not realize, or I’ll come that day. Ah, how I was afraid you find me someone! You would not understand. And here it comes!

– There were two. It was rather relieved. No, I corrected. It made me helpless as ever. But I believe in fate.

– It was not until I fell right into it! Five years that I monitor to avoid this obvious trap! Why, my God, she said, with watery eyes?

– Do not worry Fouzya, he says, pronouncing his first name in front of her. I’m here with you, and In Challah for a long time. God wanted to test us. Check if we really want to each other.

– It’s true, Tewfiq she said with emotion? You’re not disappointed?

– Just a little shaken. I took so long to wait now. I had to not act like a jealous suitor. God gave us the patience and also the faculty of discernment. These are very valuable assets.

– If you knew how I despaired of life when I saw you sitting in front, and I find myself in the company of a friend I have not even seen boarding the train. I had found him, he came without calculation keep me company. I could not dismiss him. It is not in my education.

– I will have done nothing to break the spell of your company. I think I likened to those who know that happiness is fragile. There may be accidents, driven character, lassitude. Memory loss …

– You reassure me. You have done a good psychiatrist.

– You think so? I do not hesitate to sit on your couch.

– But I will not let you psychoanalyze me!

– Why?

– When you look at someone, you feel as you peeled.

– Dishonest people say rather that I pretended not to see them in the street. Those who know me say that I live in another planet.

– That is another thing. This is the permanent introspection.

– Right. So as not to disturb the world.

– I’d like to see you happy, exuberant.

– I would learn at your side. So like that, you knew that I was Shyrta?

– Yes. I followed your directions step by step. In June last year, in a clinical psychiatry at Mezghena day, I came to the Hall of Records. I did not see you found the amphitheater. I … I was afraid you would partes abroad without being met.

– I had long since deserted lecture halls. I do not come to Shyrta. And I confess that I would not want to come before reaching the goal I had set myself.

– Namely, she said, intrigued?

– Work to make myself worthy of you. Yes, I wanted to continue post-graduation abroad. The army needed valiant arms to fill the barracks. It found that I was like the rest of my generation intellectuals and ignored what I have in my head. So here I am military … To serve you, miss.

– Oh, Tewfiq exclaims she smiling! What are you saying? You are worthy of me since the age of ten. Military service pass quickly.

– It was a promise that I had made. I had to make the whole.

– Faisal told me all about you. He admires you so much!

– I tried to convince him and Liès move the tray with me as independent candidates. They had luggage. I realized after reading the topics that it was in their strings. They needed you study the program, as I did. They thought I was wasting my time. There are only Khalil who imitated me and it was successful. A blind valedictorian at the Faculty of Law. He is currently preparing a magister Business Law.

– Me, I knew. I felt that you did not waste your time. I always believed in you. That is why I gave you this appointment.

– You have not forgotten.

– Since the day of the ball, it became the goal of my life.

– I knew I had to come here. Although my assignment Shyrta was independent of my will.

– Who decided for you, Tewfiq? I tell him a thousand times thank you!

– Lift up your eyes to the sky … Who else but Him.

– A thousand times thank you, my God. I am a believer, Tewfiq. Everything that happens to us is willed by God.

– And now?

– I waited. It is up to you to decide, she said seriously.

– I make no promises. This type of engagement can have serious consequences. We do not control the weather, and looks.

– I know. I am open to all proposals. If your heart has looked elsewhere. I’d settle for a … extreme friendship?

– What do you mean by extreme?

– To go very far with you.

– I decided to go further than Taxrit tonight figures now.

– I’ll go with you to the end of the world. We’ll drink from the Source Vive.

– Ah, you’ve read? I wanted you to read. So you understood everything.

– Yes. There is only thing that counted since. « 

A traveler wants to spend. Tewfiq Baali motioned to his companion with turning the indexes to postpone their conversation later they cede his way. Fouzya Dorbani turns back and takes his place. He follows her and takes his. During their exchange, their eyes have not left. Both are ashamed of having said all of a sudden. But it was better that way. He saw the student throw furtive glances full of anger towards them. Fortunately he did not lecturing his companion on his return, because this trip might be completed by a struggle between rival males …

Internal descends Gadaine, leaving reluctantly Fouzya Dorbani in the presence of the military who subjugated. When the train leaves the station, Tewfiq Baali rises and sits down beside her. This is his first act of responsible love. Neither she nor her say nothing. The train lulls its regular float. At one point, Tewfiq Baali approach his hand from hers, gently takes, warm and soft, and not let her go.

The railcar entered into Taxrit station for ten minutes. There are currently more than them in the first class car. The controller, which is used to the presence of the eldest daughter of Dorbani, is surprised that she does not fall.

« But, miss, hurry up! The railcar will go back for a moment to another.

– I do not stop here, sir Guellil. Give me a supplement Zaatcha. I go to my grandmother tonight.

– Go to the window to take one, he said, looking at his watch. It will cost you less. I’ll delay the start for you.

– Rest, Fouzya says Tewfiq Baali. With my officer card, you will have a place at half price. « 

He returned a few minutes later, gave him the ticket, while the train whistles, to resume its course.

« Sidi Madhi, she said, surprised, reading the destination on the carton. So where are you going? I’ll never have imagined …

– Yes. But first I had planned to stop for the night in Hammam Salihine. Luckily. You go with your parents. Think about your home. I do not strain yourself by hand. You know you have nothing to fear with me. If you decide you, you will find me at the station tomorrow at 08:30. We remain wise and spend a nice weekend in this oasis that drew me like a magnet for the young. On an Atlas, it appeared as the last city of the country to the south.

– Let’s do like this. Grandmother will be very surprised to see me at a late hour … But very happy. « 

Journal/01 May 19 .. : – We arrived shortly before midnight Zaatcha. Our railcar took two hours late because of a freight train broke down Sebaa Mgaatea, and that the railway company had to tow up to El Kantara, where we expected. I found this setback absolutely delicious because I stayed longer with Fouzya. She fell asleep as a child my shoulder, confident, happy sleep. I was afraid to have embarked on an adventure to risks, which would have attracted me the wrath of his parents. No. The determination with which she had decided to go with me, I felt, was very strong, responsible, and devoid of any previous calculation. I despair of nothing to offer him during the trip. Our stomachs remained hollow. Mine, at least, cried famine. When she woke up, a few kilometers from our first destination, she looked at me with astonishment, stroked the fabric of my jacket to make sure it has not dreamed, smiled and snuggled again timidly against me. We walked hand in hand through the illuminated boulevards Zaatcha place without a word. It was she who guided me to turn a street or across a roadway. I accompanied him to his grandmother, neighborhood Beau Sejour. She just made a furtive gesture of the hand before closing the door. I returned to the center. Since Shyrta like it, I like living in a dream. 

– The night is warm Zaatcha. Downtown, a few pubs are open and will remain overnight. Walkers come and go in peace. The inhabitants of this town are very friendly and seem to have gone beyond the single quest for daily bread. A little bragging on the edges, but it’s not bad. Formidable business, yes, because the scammers seem to have found a promised land. I ordered a snack of fried omelette, then I tasted a mint tea on the terrace of Café du Jardin Public. Around me, tables, people hold endless discussions, swallowing massive amounts of tea and crunchy peanuts. 

Zaatcha kept some reminiscences of the Belle Epoque. But it was, I believe, a passing fad created from scratch around celebrities of exoticism. It was certainly a very popular spa destination, but I do not think very select people who came did so to see the country. Except for a few rare exceptions, such as the great painter Dinet or Adventuress (With capital and non-pejorative sense) Elisabeth Erhard, who took root and have embraced the religion and traditions of the locals. Me, which brings me there is this feeling that time stops. 

– About one o’clock in the morning, I boarded one of these collective carriages stationed near the crossing, to lead the bathers at the spa. This is, I think, my last pilgrimage to the palace of a thousand and one nights arising magically in the dunes. In fact, I knew we were going to close shortly in favor of a spa complex built five kilometers upstream, ie, close to the city. The foreign contractor would have found the « trick » to carry water from the heat source through an insulated pipe all the way. What nonsense that modernity often! I for my oath not to set foot there. 

– Climbing in the dark of this carriage, I had not noticed the presence of two large Zaatchiates in haïk jazzy, with their bundles of bath and brats. They were jingling their jewelery at the wrists and ankles, chewing alk in the bright between their molars. Their bric-a-brac that has no effect on my intentions, they finally crashed in my corner, and put their legs through mine, cooing vied for the preliminary common fatal guess. In their remarks, I thought I heard they even doubted my masculinity! The image of the beautiful face Fouzya the arrival of the train Zaatcha made me free myself suddenly dangerous embrace that began to paralyze me. I hailed the driver to stop. I rode beside him, leaving them screaming their good faith. What misery often that honesty! These hags were quick to turn the situation around, chattering as I have wanted to fiddle! The driver had understood my dismay, accustomed as he is to this particular genre. He comforted, told me that I acted as a « son of a good family, » and that it was now rare in these times of mediocrity. Yet, I could succumb, because after all, without my reasoning faculty of human beings, I would a primate hot blood. I think I mostly acted out of respect for Fouzya who trusted me and dropped everything to come with me. 

Perched beside the coachman, I admired the southern sky that night velvet encrusted with diamonds as the carriage quietly continuing its merry way at the rate of two old trotting white horses whose hooves improvised a humming monotonous. 

– The steam appeared in the middle of a lunar landscape. I rented a cabin with private pool and I slipped into the hot water until dawn. Mineral vapors me a little dopey but I could not close my eyes, thinking deeply about what happens to me. I wanted this type of meeting and be fulfilled with Fouzya. I waited a long time. It also. Moments that are taking place are the most precious of my life. 

– I swapped my uniform clothes against lightweight canvas that I put in my bag for the occasion. I went to take a hearty breakfast buffet: warm goat milk and Tunisian donuts. In one corner are arranged alfa mats and low tables, the Arab mode, where you can rest after the bath and enjoy coffee djezoua or black tea nomads. I waited this long time, so long, and now here they are, real, tangible, as I wanted. Thank you, my God. 

– I wandered around in the morning. The air is filled with a mineral very odor. Oasis offers in the day, almost always sunny, corner shade for picnickers who have completed treatment. The hammam is open continuously day and night. 

– I climbed volcanic nipples surrounding the site and I scanned the horizon before sunrise. It may be that among the polished stones that litter the ground is meteorites. What impression of silence. I believe that Mars should look like this place. 

– I came down and I approached a palm tree where there was commotion. An illuminated ragged submerged flies, chanted from the Koran. I knelt on the sand, among the people and I took over the recitation, the verses related to the story of Moses and Khidr, relative to destiny. 

Then the dervish shirtless, long, filthy hair strands, not his upper incisor teeth that keeping, seemed in a trance for a few minutes before speaking again with a phenomenal lucidity quickly found. He took his old violin and began a long prose narrative rhythm, alternating songs languorous and nostalgic. He spoke of a young king who lived in Tripoli in time immemorial. This overlord was a child, ruling under the regency of a bloodthirsty commander in chief, which constantly threatened to drop, but was afraid of a turnaround against him. Because the people loved his sovereign. General urged him to punish for collecting taxes in times of scarcity and cause an uprising so, thanks to which he would erect a liberator. The child had to be governed by the ruse until the age when he would have enough strength to take over only the fate of his nation. I understood that wholesale king needed the General to protect his reign and needed the love of his people to contain the ambitions of this General. 

At a time when I needed to grab the end of the story, I lost the thread of the story, as our storyteller mingled his incantations about the esoteric sounding. But I think I have grasped the symbolic 

« God does not change the destiny of a nation, before she changes there a (wrong) in it. « [X]

– I stopped writing because it is time to return to Zaatcha. I know I will probably never stay in this palm as I write these lines. That is, somehow, as the click of the announced death of a bygone era.

– Travel in bus to a remnant of the city, with Zaatchiates all around me, just as cheeky, but in broad daylight …

– Strolling the souk of the Central Square, with its sidewalks shaded by Moorish arches.

– Eat a delicious Doubara a tavern in the center of the city, where the city planted the sign of the construction of a modern market place, in lieu of this souk millennium. I am not against progress, but I feel I have the right to refuse when intended to replace secular values. Just avoid it as much as possible. It is true that the state is considering including hygiene and tithing building these buildings. But they will not help if people refuse to attend. Fortunately, plenty of water must flow under the bridge before that attitudes are changing. –

Fouzya Dorbani came to the appointment of the station Saharan white dress and matching sneakers. She wears her hair in braids, as in the day of the ball. She approached him slowly, looking him straight in the eyes. He remembered the dream he had there two months of this couple who meet, with green grass and a mountain in the background.

« My God, how much you love your creatures, he said. »

A lady of respectable age, with white hair in a bun and wearing a black dress with lace, following walking difficult. In the waiting room, all eyes seem to converge towards them.

Fouzya Dorbani mark a pause, before moving to kiss on the cheek sneak, by elevating the feet.

« It’s nice of you to come, ‘he said softly.

– I present Grandma, she says proudly, before disappearing behind the old lady.

– Enchanted Lady, Tewfiq Baali said, leaning slightly to imitate aristocratic gesture hand kiss.

– Here is this great Tewfiq which you heard so much about! But it is huge! How old are you, young man?

– Er … I go to my twenty-two years, answered Tewfiq Baali, surprised by the question, but not helpless.

– Where did your military uniform?

– Heum … Left at the border of the land of open spaces. I mean that I buried in my bag, ma’am.

– Heum … Do you know how old people like me, says the grandmother. When Fouzya told me about your … excursion to Sidi Madhi, I thought my granddaughter wanted to run away with some … film actor. She wanted to emulate these heroines of books. You know what I mean … Um … What have you to say in your defense, she says authoritatively?

– We have nothing planned, ma’am. I did not intend to take with me Fouzya without your blessing. If you feel that this trip is a dream, yes, it is. But we will keep the feet on the ground and I promise to bring back your healthy little girl and saves to Shyrta tomorrow night, without fail. Please accept, Madam.

– That comforts me. While I agree, it is because your little face is very nice to me. Oh, my God, this youth! It reminds me good memories. So have fun and no nonsense, kids!

– Oh, thank you, Grandma agreeing, exclaims Fouzya Dorbani, elated like a child! Do not worry about me. Tewfiq is a boy very, very seriously.

– That’s what I think, my daughter. Bon Voyage, young people!

– You’re an angel, Grandma exclaimed again Fouzya Dorbani, squeezing the old lady to choke!

– Hope to see you again, madam, said Tewfiq Baali, performing the same gesture of politeness people of yesteryear. « 

It is already causing his partner by the hand towards the banks of this beautiful covered Zaatcha station, built at the beginning of the century, according to the tastes of the aristocracy and bourgeoisie met, and as we will do more.

Surprise! The train parked at the station is a mixed train. Only three cars tail are designed for travelers. The three classes are represented. Goodness! First one is a wooden Pullmans survivor of the Belle Epoque, who took the patina of time! Compartments kept the traces of a bygone luxury. The seats are leather and padded glossy red felt walls distorted by the sun.

They settled in front of one another and make signs to the old lady who answered wisely, and disappears when the train starts to run. An old controller mine steward of the Orient Express slid their door and said:

« Welcome. Needless to show me your tickets. This is my last service there. I go back. There so long that I have not traveled in the company of so charming passengers. I am pleased to welcome you in this Pullmans 1912, assigned to this line in 1922, and which I shall service since 1934. Make yourself at home. You are the only travelers First. And the last. Oh, I almost forgot to tell you … this row is deleted from tomorrow. Not profitable, they say. This car will remain on a disused track Sidi Madhi until someone advised considering creating a museum to keep these beautiful things.

– Too bad, said Tewfiq Baali. We rabattrons Company passenger for the return. It’s faster. Will he a Sunday afternoon service?

– There is a departure on Shyrta at 13:00. But then I advise you to book your tickets in advance as the buses always fully booked. The agency is attached to the station.

– Thanks for the advice. At what time will we Sidi Madhi?

– The 105 Alas, sir, no longer has a fixed time of arrival. Since nationalization, the passenger service did not work anymore thanks to freight trains. The yards, they must operate. Too bad for travelers bound to schedules, which patienteront. Punctuality is a party with his men.

– We are in no hurry, noted Tewfiq Baali. We want, in this direction, the feeling of traveling back in time.

– That’s why we took this line adds complicity with Fouzya Dorbani.

– Then you’ll get your money. How many famous people have traveled in this car! I think you look like them, says the old man, with watery eyes, before walking away. « 

Indeed, the train operates several power outages and skirmishes, so much so that passengers do not realize when they actually leave Zaatcha.

The train now runs for half an hour at a moderate, steady pace. This first part of the trip is uniform with flat landscapes of semi-desert steppe any azimuth, dotted with alfa. Track railway follows the road to Oued Djeddi metal bridge, before moving away to the left, to the depths of the beige of Hamada Zibans. He barely warm. The sky is blue with undefined edges. The train from the rear, as is absorbed by the Sahara, which makes it disappear in blue liquid mists.

Fouzya Dorbani and Tewfiq Baali are struggling to look long. He, no doubt, much more than it. She has a face with regular features and proportionate. Intelligence reflected in his forehead to his green eyes, deep tone. Few freckles under his eyes give it a very attractive look. When the voltage becomes extreme, they find no other than to parade smile, lowering eyelashes like kids. They are still intimidated by the suddenness of their meeting, the ingenuity of this trip and the lack of privacy that has characterized their relationship so far. Comforting words would be welcome to break the silence that borders on embarrassment, but they do not want at the moment. Him, at least. He is not accustomed to the sentimental effusions prolific. In his family, especially his mother’s side, his education was not that externalizes many feelings, but they are no less strong. At one point, her lover decides to act. He takes her by the hand and drew towards him.

« Come sit next to me, he said. You will travel more in the direction of the train. And I contrôlerais my emotions better, he says. « 

Fouzya Dorbani snuggled against her shoulder, smiling at his words. Both have not slept all night. The landscape is such a monotony that makes you want to sleep. They fall asleep quickly, while the convoy continued its slow progress towards the oasis of Oued Righ valley, leaving the left Chott Merouane whose contours accumulate concretions pink salt.

Gradually, they no longer respond to the pace of metal wheels on the track. The train passes through the Umm Dhrou whose cliffs indicate the beginning of the ancient kingdom of Kings Tuggurt. A down light dusty formed on the rim of the opening. Soon appear first palm M’sigha whose rustling in passing cars recalls the waves of the sea

The train does not stop these kinds of relays, docks storage of dates, which are now half collapsed. Black and naked children, bright white teeth, with a welcome tweet this turbulent steel track that winds boldly across their land, and they have leisure than running behind like little devils, to try to catch the car clamp file, which invariably appear controller door tail, to dissuade.

The path winds its way in a huge gallery forest made of shadow, foliage, and soil moisture, which provides travelers with a sense of well-being, added to the gently rocking of the train. Sensations Tewfiq Baali have experienced anywhere else.

And at the end of this green exuberance, the train emerges into the light of crystalline salt marshes Tigdidine where migratory waders pecking. Farther south, are asked the first dunes of Dhokhara, announcing the reign of the Grand Erg Oriental.

Sidi Madhi station appears after a huge deposit of petroleum products. Fouzya wakes up shortly after Tewfiq Baali and looks through the first houses of this southern city to the strange architecture that caught her boyfriend, where she had already come several times with relatives during the school winter holidays . Friable stone walls seem to hang by a thread. The roofs are surmounted by cupolas plaster and painted blue gypsum. The train whistles, initiating the last curve before the terminus. This is where stopped the adventure of colonial railways. The time now is 13:30. Thermometer station brand 29.4 ° C.

« Why did you want to come here, Fouzya Dorbani said, crossing his fingers in hers?

– I will deliver you a secret, but do not you making fun of me.

– I never could. You’re too serious.

– Well here. There so long that I wanted to come here. On a geographical map of the 50s, if you remember, Sidi Madhi was the last city marked south latitude. The end of the world for me as a child. Later, I dreamed of a world tour on a luxury liner. Growing up, I gradually recovered the record straight, choosing achievable goals. I was so tired after the final examinations degree. I knew the way railway stopped at Sidi Madhi. Y coming was somehow an achievement for me. I wanted to come here to … sleep there. A successful real sleep. Whoever heal my brain worn by the studies.

– You’re so tired that, she said, intrigued, as the train slows down gently?

– Yes … Long ago … As soon as I took the road to reach you.

– I was not far and the road that led to me was free. Why did not you come directly to Shyrta after bin? I also waited for so long. I almost despaired of never seeing you. I mean, sometimes.

– Because I wanted to work to make myself worthy of you.

– Oh, Tewfiq, how I hoped to see you again. Now, everything happens so fast. I’m afraid … Fear that this is a dream.

– Let us descend. See that it is not in one. « 

The controller makes it a point of honor to accompany them to the agency buses for booking.

« I will advise you to stay at Transat, he said. Unfortunately, the hotel was unfortunately closed just after its nationalization. The State has preferred to build a resort instead to renovate this gem of the international hotel chain that bears his name. Me, I would recommend the Hotel Ahaggar, facing him. You will be fine. « 

The railway reaches their reserve two seats at the very front of the bus and made their farewell. This is a Mehadjri of the city, will spend his retirement and probably the rest of his days.

They leave the agency and follow the flow of travelers going to the city center. The streets, although paved, are filled with sand. Sidewalks are protected from the sun by arcades. They arrive quickly at the Central Square, in loose soil, planted with eucalyptus high. Opposite, if this beautiful property that is the Transat crumbling.

« Two rooms for the night, the receptionist said Tewfiq Baali Hotel Ahaggar.

– Communicating, questioned the officer, apparently without prejudice?

– Whatever. Provided they are clean, quiet and with a bath or shower.

– Perfect. Welcome home, madame, monsieur. Please take a seat at the show. We will offer you tea. This is the tradition of the house. While we take care to mount your business. If you want to give me your ID. « 

Tewfiq Baali shows his civilian identity card. Here it is not military. After a delicious aperitif, a groom in traditional black harem pants, yellow vest and red fez their means their rooms.

« The 103 and 104 for Mrs. sir. Enjoy your stay with us, he said before disappearing. « 

Tewfiq Baali gives him a tip. The furniture is fashionable 30s. The rooms do not communicate, but they have adjoining balconies with wicker chairs and parasols. They overlook the Central Square, where a stage was erected to commemorate the celebration of the 1st of May.

« I’ll take a shower and suggest you do the same, said Tewfiq Baali. See you in half an hour at the reception. We’ll grab a bite somewhere. « 

Fouzya Dorbani nods, happy mine. She was not mistaken in his account. He has not tried to hide the distinction. It would have been tempted to do so, without anything « determinant » is not passed between them, if only to pay less. After all, it is not so rich. But he feared that the police would come and upset. Investigation. Examination. To find their stay ruined. He would have been forced to show his card officer. A mat so advantageous, however it does not like.

« It is so delicate, so high, she thinks. »

Journal/01 May 19 .. : – (Continued) stayed at Hotel Ahaggar with Fouzya. Rooms from rigor. Thank you, my God, to always fulfill my vows. I will be worthy of the trust you have placed in me. 

– Took a shower, unfortunately hot, but she still gave me straight. 

(NB: I knew that the water of the city, very hard and hot, just a drill Albian tablecloth, 2300 meters deep). 

– Little by little, I feel myself again. Everything is explained in the most natural world. Here in this room 104 Hotel Ahaggar, I feel born half a century ago. Everything that relates to the period between 1890 and 1914 mine own. What came after seems so ridiculous, but fierce. Because of the war, perhaps. 

– The images of these poor emaciated Jewish Holocaust are unbearable to me. I think humanity has shifted from in horror. Kill someone, just because it is part of a proven race of the finger, without giving him the chance to defend themselves, here is the greatest cowardice. In saying this, I do not innocent perverse actions of the Zionist doctrine. Instead, it is the actions of archpriests this movement, I believe, are the source of all their misfortunes, and who are responsible for their destruction if they continue to follow their elitist preaching. For returning back, we realize that people have been supported anywhere, not even by his own prophets. Unlike my nomadic ancestors who claim no land and turn their backs to the accumulation of wealth. 

– I was very struck by the poverty of the people here. But it is a poverty of another age, without shame or comedy, I think. I do not know why I spoke of war in this oasis of peace, greenery and light, spared the atrocities What our mountain views. I almost forgot that the war goes where greed prosperous. Dixit Kings of Tuggurt, time of slavery. – 

He finished writing and getting dressed. Someone knocks on the door.

« Come, he said.

– I am ready, said Fouzya Dorbani, making a tentative step into her room. I did not want to go down alone. I can? …

– Of course. Sit for a moment, I put my stuff and we go. « 

She left her hair still wet mess. His complexion is fresh, rosy cheeks with hot water. Her hands behind his back as a wise and forward girl with hesitation toward the table, where she notices the book Tewfiq Baali.

« It’s your newspaper, she said?

– If you can call it like that. I take notes, that’s all.

– I figure it, she said with a smile?

– Yes. ‘re There everywhere.

– I can read.

– Of course. But be indulgent … I will not rounded corners. « 

She moved to this small work table of ebony that makes you want to write wood, and travels with intense interest the manuscript page where the editor has inserted his pen. Tewfiq Baali remembers the dream he had once, when she was his teacher. Deep and silent minutes pass.

« Oh, my God, you write well, Tewfiq, if she exclaims!

– It is not that I want to write great, but the lives of those around me. Proclaim my books all the time that I tried. The writing belongs to the whole humanity. We are not the plenipotentiaries. Reading other, learn and bring a small stone to the building. This is a shared heritage. I will give you a secret that nobody knows.

– Say it. I want to go fast forward in your life.

– One night, when we were still in high school, I had a dream that you were my teacher. I could not find a word. You took my pen and you added that word.

– Which is it, she begs?

– He now holds the title of the newspaper that you have read the last fragment. Back to the first page and read it yourself.

– Shortness of breath (after 41). Why this title connotation … he seems pessimistic?

– Not at all. Only in appearance. Nor optimistic, however. My teacher added another true sentence. She said: Life is a waste of breathlessness. Following him, taking the paper, I wanted to portray the human condition. Mine and that of those around me. In the spirit of man, there are two acts. The aspiration and expiration. The first reflex, physiological, has two aspects: The first is unintentional. It is an instinct. That of life. The second is voluntary. It expresses a determination. That going forward. The second action, involuntary also expresses another will, that expire to suck again, to claim survive. At the same time, the expiration implies, somewhere, a waiver and a defeat. In other words, men of good will toil want to make society better and their antagonists to defeat it. Shortness of breath is the fault of the majority can not tell the difference. Hell is the end of this mess of breathlessness if the majority took the camp definitely bad.

– Yes, what you just said is right. I am proud to have known you. Your writing faithfully transcribes your personality.

– Not enough, in my opinion. The Day the junction will actually, I have stopped writing.

– Did you give to read your newspaper?

– No. Ever. This is sort of my secret garden. You’re the only one to have penetrated.

– It is a great privilege there.

– Me too. You’re my first reader is very rewarding to read.

– You spoke with a Jewish reality qu’occultent our citizens. Allows you to talk about it a little?

– Of course. Their fate is not better or worse than the rest of humanity. Their misfortune is that their elites are too bad publicity around them. I hate that decides the fate of a whole people. It is not a unique case in history. There was the Incas, Mayas, Aztecs, Indians, Armenians, Kurds. And others. Wickedness has no race. But somehow, the enemies of the Zionists found that the danger comes from their political elite and their propensity to want at all costs dictate world affairs. Which is somehow their curse. That is why we always tried to undo.

– What if … I will simply say that I … Jewish ancestry on the side of my maternal grandmother. That you saw in Zaatcha.

– You make me smile with your insight. I do not know what a mystery, but I guess there long, long before I met. What I like about your grandmother, it is only clothes she wears, she does not hide his identity. The great danger of future wars is that the enemy will no longer crash his banners. To return to your question. I will simply say that this is a good brew. You studied biology and heredity. You know it can only enrich. Genealogically, going back further, I think we are cousins.

– You are wonderful. Those in our country who I had the misfortune to speak had the hair standing on end. Cultivated girlfriends college, among others, who have not spoken to me.

– Let us descend. We do not exhaust the subject races. Obviously, my opinion on Zionism remains unchanged. This is a totalitarianism that dare not speak its name.

– I agree with you. Fortunately, the Zionists do not represent the Jewish people. They plotted a coup in Palestine and took power in the name of the Jews. This country belongs to all races and all religions. I see one nation, plural and at the same time example of democracy for the whole world.

– God has marked man the way to go in one sentence. He says:

« I have made you peoples and tribes that you may know. The noblest is he who has the best faith. « 

« … Whoever applies this precept can not love your neighbor, he added when they arrive on the ground floor. « 

At the reception, Tewfiq Baali request the manager where they can eat properly, because the restaurant is closed.

« We had the best facility of Sidi Madhi, he said. But it is closed since if Maamar, our chef, has retired. He opened his account. Take a left out. Join Road Taksebt on your right. After one hundred and fifty meters, even if you do not see any sign, everybody knows and you will be shown the inn. For him, it’s not fancy, but the food is good and cheap. « 

They go out in the heat and immediately take shade under the arcades. Fouzya Dorbani takes her hand with an ease that never ceases to amaze. They walk side by side, as in a dream. At each crossing the floor, raise their shoes sand per pack of this road with asphalt boiling disappears off the dunes. They leave the main boulevard, lined with towering palms and commit to right, the indication panel in question showing them the desired direction. The path crosses a row of dilapidated houses, before reaching a large open space, which takes place every Sunday souk in the old blacksmith with traveling, drinking bowls for caravans and herds. Behind, right, the palm Oued Righ continues to stop only forty kilometers further south, around large dunes of Erg Oriental. Beyond the new shopping center, which seems shunned by locals in the east stands the old Ksar Tebesbest, the walls in ruins. As in the Sahara, the Middle Ages, bordj was built on the highest elevation of the site, to resist the raids.

Friendly way indicates their hostel If Maamar, before deciding to take it. They cross a couple of tourists in light and stylish outfits. The lady eats Tewfiq Baali look. This does not escape his companion, who remains very sport …

The restaurant welcomes in a modest eatery. It would be presumptuous for anyone to have a restaurant, or even an inn. The boss had to arrange the chairs on the tables to close.

« We were praising your kitchen at the Hotel Ahaggar says Tewfiq Baali. So we came. The style does not bother us. We just want a little snack.

– Very happy, said the chief, and a chubby corpulent Mehadjri, impeccable white dress, with true physical employment. I think I have a bit of roast veal with potato mousseline. I’ll prepare an omelette with herbs for entry. And salad mimosa. It’ll, young people?

– It will be perfect for me, says Tewfiq Baali, interviewing his girlfriend look.

– For me the same, she says, positive!

– Take a seat wherever you want. Install yourself chairs. I do not have a server. The decor patience. These are my favorite meals that will transform gradually! « 

The place is very simple, but there is a flat smell good food. The tables and chairs are made with packaging on which stuck Formica wood. It seems that the Chief knows in advance that people would come to him above all for its culinary art. He would have time to develop the site with cash flow later. Unless.

Going to the bathroom to wash their hands, the couple passes close to a back room that smells of fermented barley. There stupor! It is arch bridges! In the darkness, black ebony with shining eyes silently drink tables, bristling with bottles of beer. There are only their eyes and white teeth betray. Tewfiq Baali understands. Hostel Maamar If only the front of a semi underground deposit, and it is the city authorities who would attend the first head. Would happen identically in all major cities of the country. Unable to display the bars of the big hotels, they come here to get drunk, and adjust their small accounts in the direction of hair …

« You’re not upset by this dubious promiscuity, said with embarrassment Tewfiq Baali? Otherwise, we share.

– We came to eat, she replied without complex. The manager looks nice and smells good food. I’m hungry. Let’s pretend we did not see anything.

– Very good. « 

The breakfast is simply delicious. If Maamar is very caring for them until they leave. The price of a meal is exactly twice that of the officers’ mess! Multiply by two, it goes without saying. A godsend. Obviously, no alcoholic beverages, which have horribly distorted accounts. Fouzya Dorbani rummages in her bag to pay. Tewfiq Baali stops a hand gesture, frowning.

« It is I who invited.

– Do not take it in wrong. I’d love to share the costs. I suddenly became rich from Zaatcha. I had not taken much money with me Shyrta. Grandmother currently largely provided. We have much to celebrate our reunion with great fanfare. Promise me then forget to pay for dinner.

– I promise, dear. « 

They are returning sated to the center. The streets frequented only by tourists during the heat wave, start to animate. The local population has finished his nap and people gather near a grandstand erected under the eucalyptus room, where an orchestra instrumentation prepares for a busy evening ahead. Traders begin to water the loose soil in front of their shops.

« Have you thought to bring a swimsuit with you, says Fouzya Dorbani?

– Yes. I took one for the hammam. Why?

– Take our hotel and will take at Hotel Jerid. There is a nice pool there.

– Have you ever come here?

– I have family there, figures now. After all, I am a Saharan Africa.

– I love to swim.

– I know. Faisal told me everything. « 

Half an hour later they are lying on chairs in the shade of parasols at the pool with turquoise water state resort.

The infrastructure has been designed by a famous architect and inspired, who combined local materials and modern techniques, respecting the style and design of the buildings to the south. In addition to accommodation, the resort offers restaurants, a tennis court, a pool, a craft shop, a nightclub, tours, and a bar, of course …

Tewfiq Baali sips his Schweppes after a dive and swim. Fouzya doze, visibly tired from the trip. The hotel is frequented by foreign tourists and tour buses each day’s pour, depending on many tours that depart from Mezghena south. It passes through El Hamel-Zaatcha-N’goussa-dhaya-Ksar El Hirane. The proposed prices are very attractive for customers who pay in foreign currency, but exorbitant for locals. A kind of exclusion by money, despite popular tourism slogans proclaimed by the government. Tewfiq Baali remembers the famous thesis of Machiavellian plan « decolonization » concocted by the former occupant. It basically says this:

« You have a beautiful country, full of mineral resources. It was not possible for us to integrate successfully. You refuse our values. We honnissons yours. We assume, but do not delude yourself. We left our agents and mechanisms to keep you permanently under our domination. We will take the nec plus ultra of your wealth and leave you only bone to pick you. « 

Here at the Hotel Jerid, the plan seems to run perfectly. Europe come to this country to enjoy the sun, eat the most delicious fruits, vegetables and meat from the land, admire rather hostile landscapes that the scenery turns into dream images, while retaining the comfort they know at home. Aboriginal people can not afford the same opportunities. This is their « own » government that deprives. Permission is required to output very difficult to obtain in order to cross the sea

By what « miracle » then him Tewfiq Baali, finds he is here? It has not squinted after seeking instead to mix with the people, who wanders the side of the souk, even closer to the reality in the rough here than elsewhere in the North. His foray into this « other world » chloroform was made possible through Fouzya Dorbani whose facies resembles that of the « other. » Normally, to attend the swimming pool, you need a subscription, which is not open to anyone. No matter now. Tewfiq Baali not want to taste the happiness immediate Fouzya be near his love. He would caress her beautiful wild hair, surprise her with a light kiss on his purple lips, while it is left to its full reveries cards, which both relate to all. It would not. He fears the brutal hugs and shorter, empty promises, while his love for her is so big, so old.

On the other hand, their reunion should not disrupt the serenity of the student in the pursuit of his studies and his family habits Shyrta. This cousin must not annoy, should he discover his liaison with military stranger who had « bewitched ». It must ensure, on their return, it resumes its normal course of life, dealing with the seriousness of his studies, and accepts the principle of a new appointment at the end of his military service, which fall roughly with the end of his internship. At this time, they would well.

So, they decide to set the course of their lives. It would pursue a third cycle abroad, with or without state grant. She probably a specialty of psychiatry. Maybe they would go together abroad? God’s ways are inscrutable …

Fouzya Dorbani awakens and rises from her couch. She smiled shyly before leaving plunge into the liquid element, to cool the skin after burn tan. Tewfiq Baali plunged after him. They slowly swim side by side. The water is cool and clear. She smiled again and said:

« Is not it wonderful, what happens to us.

– Yes. Thank you, my God.

– You promised to accept my invitation to dinner, is not it? What would you say if we do in this magical setting? Forget twenty-four hours, the ferocity of our separation from the past.

– Yes, but …

– Do not think especially money! I told you that I have much to celebrate sumptuous reunion. Unless you do not like screaming that luxury.

– It is true that I first came to meet people here in their real bets. But I do not hate to attend environments that are not mine. Just to make a difference. I mean I do not have to resort to come.

– It’s true, you accept?

– Let’s first take a ride into town to buy some souvenirs, postcards and postage, he says, thinking about how to deal with it he had a glimpse of projects for them. Then we’ll see. « 

Downtown, now the streets are teeming with people. The townspeople are usually simple people who dress humbly, without necessarily being connected to their social status. They are rather specific in their approach to every day. Those who must travel far to reach their work using the bicycle or motorcycle. Hawking carts pulled by donkeys continue to trot on the dusty streets. As Zaatcha, most families have one or two goats, they trust each morning to a shepherd, a fee arrangement or particular kind. At dusk each goat herd stands and instinctively reached his house, without the need of guidance. Most often, people’s incomes are annual and fall in autumn, with the date harvest. That is why they need to close their budget dictate.

Fouzya Dorbani Tewfiq Baali and walk together, hand in hand, among the stream of passersby strolling the sidewalks, in the late afternoon dream. They control two donuts with jam stand vendor Eastern confectionery, before continuing their walk. The air is now an infinite sweetness, the sky flushed the ethereal hue of sunset. Graceful swallows describe their endless pirouettes in the azure, chirping happily when carrying out raids in the ground. No breath stirs the palm trees. Sidi Madhi has two main commercial arteries. The old alley and the modern boulevard. The shops of the old street are built of clay, and placed under low arches, with an extension towards the bottom of the narrow streets of the ancient city, crumbling. His tenants are mostly tailors, merchants fabrics, spice sellers, dealers in wool, cobblers, coppersmiths, repairers sieve and wooden utensils. Trades the old days, once in goods supplied by the caravans from the road salt. The new boulevard, there are grocery stores, fruit and vegetable vendors, a fishmonger, a local souvenir shop, a bookstore, a pharmacist. These two worlds seem to mingle in harmony, without knowing here, as in the North, which will take over. The two lovers do some shopping. Tewfiq Baali offers a silver chain with pendant of the Southern Cross to his companion. She herself does not know what gift would please him. She asks shyly at him. He shakes his head:

« It is vain desire for possession on this earth, he replied.

– No. This is just made for remembering good times. I insist.

– So, I’d rather have this pink sand that the wind of the desert patiently carved, making it look like a camel. « 

She laughs at that description. They freed postcards names of their relatives and friends, before getting back to their hotel deposit their purchases and effects of bath, to return to the resort for the state dinner. At the central square, they find that preparations are underway to launch the folk evening promises to be superb. They have not talked a lot so far, but they deeply appreciated their presence.

On their return to the Hotel Jerid, they let overtaken by a procession of virgins colorful shawls, which will make offerings to the local sheikh Koubaa located not far away, on the edge of the palm, to obtain his blessing to the marriage of one of them, impossible to spot in the group. They sing a local air, emit occasionally ululating cheerful. They forged colorful ribbons to trees surrounding the shrine and lit candles in a curious little crib. Survivals of an animist rite of another age.

Upon receipt of the resort, Fouzya Dorbani request a connection Zaatcha to comfort his grandmother. After him, his companion fails to get the number of their house.

At the restaurant, the waiter is a Taxriti immediately recognizes Tewfiq Baali. They are therefore very welcome. Component tables exclusively European. We feel here that beer or wine ordered by customers are just digestives. The atmosphere there is very friendly, and made less detestable than the Square Restaurant Taxrit, or Shyrta Beautiful location, for example. An air of silent music relaxes the mind. Here, Tewfiq Baali see the face of the lady who had dredged road to El Oued. He tries not to move his eyes again in his direction, eager to forget forever. But it is difficult to control in his eyes, with the intent to deprive them of fixing the shifting angles of view surrounding forms. And even more difficult to curb his desire.

Fortunately, Fouzya Dorbani is not formalistic in the matter. For her intellectual and future psychiatrist, it is natural that human beings are attracted to each other, without exceeding the threshold more often surprise or curiosity. But even more common is the case where one party is actually connected. Moreover, it has long been known already what man is tempering his rider. She consults with care cards and offers him the finger food that caught his attention. His companion made him dumb signs list for both what he pleases, without worry. It seems to have plenty of choice for the order, and the butler, attention, started by them. He expects to write without getting impatient, before continuing its work to other tables.

« Tell me what would make you happy, she panics.

– I eat everything you have preferred for you, ‘he said finally. After the pool, I found an irresistible appetite.

– Good. Choose for us, she said to turn to the employee. We trust you.

– And for drinks, it will be?

– Orange juice and mineral water, please Tewfiq involved. « 

I must say they are reminiscent of married honeymoon! Perspective that would make her so happy young woman, but put in an indescribable confusion rider. Because it is not ready for marriage! Either materially or psychologically. In his mind, this is too serious a business to be discussed lightly, because it determines the fate of two very sensitive beings, one of a long line, bends the happiness or misery of a vulnerable offspring.

« Let’s talk, she connects when the employee departs. You have not said much since we stayed at the hotel Ahaggar.

– What do you know, dear? I think you and I have passed the stage of dialogue. We even stored the sign language in high school. Since then, we settled on a very special and constant wavelength, that no one in the world could scramble.

– Yes, but I just need to enter your life. A woman who loves wants to know everything about the man she has chosen. Knowing his culinary tastes. Washing and ironing his clothes. Help him in his endeavors.

– The goal I have set after military service is returning to Switzerland continue my studies Fouzya. I think my father would never have come back. There, we were so happy.

– Oh, what luck! I also have to go to Lausanne continue mine. I have family. Where you would live?

– Certainly in Geneva. If you want to have me.

– But certainly we wish well to someone like you! A weekend in two, we meet in either city. Furthermore, in winter, we will in any ski resort. Summer in a mountain lodge. Who knows, maybe we can buy our own cottage? With a small garden to grow roses.

– Yes, we will go to Switzerland, Fouzya, Tewfiq said, smiling at the mention of the prospect flowers. We easily integrate into their society. There, just be polite, clean, quiet and hardworking.

– Yes, that is what we will do. I promise you. « 

We begin to serve. Vegetable soup. And whiting at the entrance. Then the steak with seasonal vegetables, lettuce, caramel flan, fruit salad, a lemon tart. They eat slowly, with gestures that do not leave the place label.

« What is here distinguished from other, Tewfiq Baali think? »

From one end to the other room, all tables are now occupied. Discreet sound of forks and knives. Light tinkling of crystal glasses. Refined ceremonial servers around customers. Good smells coming from the kitchen grill. Customer charming. Discussions sought. All wrapped up in a musical dream.

« What’s good here too lament the misery of the world, he said again? »

Is not this the beginning of the transformation of its social mores, recently engaged, and which undoubtedly confirms contact Fouzya Dorbani? She is sitting in front of him, colored by careful expressions of his face his companion rich food intake, measured gestures of his body cheeks, and the pulp of the few words he utters. In reality, it is still too attached to his roots …

When they leave the resort, it is night. Hundred and fifty meters from a silted without streetlights, surrounded by moisture of the palm road, separated from the central square, adorned with tiny multicolored flags and lighted garlands, which reach their sour sounds of zorna the beating of drums and the rhythmic clatter of karkabous local musical troupe:

« Tchatatub, tchatatub, tchatatub. »

Tewfiq Baali immediately resumes his companion’s hand to reassure her by his presence in the dark, though are not the only guests in the hotel Jerid to be removed. Arms tourists in arm, walking in rows scattered all around them. The air is now at the limit of freshness.

« Oh Tewfiq, I thought I was dreaming at your side exclaims Fouzya Dorbani!

– Me too, answered his companion. Let’s make this dream lasts as long as possible, and it leads to a less fierce than before. Awakening « 

They come close to the platform erected under the eucalyptus trees and remain a moment to admire the spectacle. The local band consists of ten musicians, and Hachanis Mehadjris mixed, dressed in blue and gandouras chèches. They handle only traditional musical instruments. Oud, darbuka, chekioua, djaouak. Two frenzied dancers, faces shining with sweat and bright white teeth, wiggle in the middle of the stage, a dance rhythm reminiscent of Black Africa.

« Come, let our balconies, Tewfiq Baali said to her companion. We’ll be there at home to watch the show. « 

Upon receipt, the clerk runs a small shop of seeds on the counter. Fouzya Dorbani he bought two cones of peanuts. It offers them again two glasses of tea and they raise their mahchacha with them upstairs. Arrived near their rooms, each enters isolation. They are found shortly after the balconies and sit in their wicker chairs, tea and peanuts placed on small tables. Fouzya Dorbani was well noted that his companion had said:

« … Our balconies. « 

It accepts the idea of ​​ »separation », which in many see is a sign of respect for others, omnipresent in the process of her lover. In reality, the distance between the two balconies is so small they end up back together, separated only by a small section of wall. The panoramic view of the spectacle that faces them is ideal. The party is in full swing now. Tewfiq Baali think the time has come to speak to his companion of their joint projects.

« Fouzya, I want to talk to you about something. But I’m afraid that you understand evil.

– Tell me everything, darling. I am courageous.

– That … Our reunion came at a time that I find somewhat … premature in relation to your academic momentum. I do not want our relationship disturbs anything the course of your studies, or put you in a situation of discomfort with respect to your family Shyrta. Your grandmother there may have had the idea of ​​… keep you for his little son.

– Not at all, Tewfiq! I reassure you. She and I have already addressed this issue. I said that I would pronounce me once completed my specialty. This still leaves me four years of respite. As I have to leave Switzerland in October next year, a lot of water has flowed under the bridge by then. And between us, I do not like that! Too intrusive, suspicious and boring!

– The daily presence of your cousin by your side does not bother me. I mean that our attendance Shyrta must be as unobtrusive as possible. Because I do not want you to forsake your studies because of me.

– What do you suggest? I would be obedient to you.

– Tomorrow, in the path of the bus, I’ll tell how we will proceed. In the meantime, continue to enjoy these moments of dream. « 

The orchestra continues its rhythmic frenzy late into the night. At one point, took a momentary urge to write, Tewfiq Baali enters the room to take his newspaper before returning to the gazebo.

Journal/01 May 19 .. : – (Fin) Each to his balcony, but so close to one another to touch us, and I watched Fouzya late to admire the local orchestra facing us. Seeing the dancers twirl and enjoy the rhythm of a local song, I thought that our national folk heritage is invaluable cultural richness. At the end of the evening, we applauded frantically troupe. 

– When returning to our rooms, I got up and I turned to Fouzya. She imitated me. We stayed, chiaroscuro helping, long look at ourselves. At one moment, I felt that anything could happen to us. So I just took the hand of my companion. And I put my head down to kiss before saying goodnight. 

– I took a comforting shower before going to sleep. It seemed to me that the hot water Sidi Madhi washed me all my past sins. – 

The couple leaves the Hotel Ahaggar at midmorning. Tired by the emotions of the day before they woke up late. Even in bed, they could not close my eyes for a long time, excited by the novelty that suddenly overwhelmed since they met on the train. They took their breakfast in the lounge, set their notes and took their traveling bags, before heading to the souk in the city where street vendors pitch their tents every Sunday. There, the plaza is already abuzz. Caravans asked their bundles, and traders stocked their goods, sometimes placed on tarps on the ground. Camels instinctively approach the trough, so that no water hose fountain long ago. Sign of decadence of a bygone era …

Here bread salt, sugar loaves, henna, spices, dates, cereals, vegetables, fodder, forgings, harness beasts of burden, sombreros. There hardware, drugstore, grocery. Further, trading livestock. This is the famous meeting of two parallel worlds that coexist within one morning a week, without ever thinking to blend into each other.

Tewfiq Baali leads by the hand his wife behind him, through the flow of a crowd where gandoura and scarf dominate. They say almost nothing, except to express some scholarly and passionate reflections on the beauty and art of local products made by artisans, realizing satisfaction with their common tastes. Their affair than long, and they know the only registry of love.

They see how the customer first appreciate the products of eyes before stopping may, according to their nature, touch, to feel, weigh, before negotiating the price when purchasing will. As in all the souks, there is the barber his teeth, the charlatan seller of herbs with medicinal properties, the fortuneteller rubbing an old violin, all of which attract and pedantic voice their strong groups of curious laymen.

Tewfiq Baali love this fun atmosphere because somewhere in his subconscious, it seems to remind him of a caravan camp of his ancestors. They loiter long while azimuth.

Around noon, the couple enters a tavern for lunch, to attack a willingness body long way home by bus awaits. They appreciate the unique taste of doubara that is served to them. They take tea for any dessert, and come back slowly, always hand in hand, to the bus station. There, a super luxury bus orange Office Passenger Transport awaits.

——————————

Chapitre   Dix

 

Le train oscille ostensiblement sur la voie, et les têtes des passagers dodelinent de gauche à droite et de bas en haut, quelque peu endolories par le bruit et le roulis des boggies. Les luminaires sont actionnés. L’obscurité s’accentue autour de la rame et l’enveloppe d’un voile noir sans cesse plus épais. Un silence étrange baigne la voiture de 1ère classe. Tewfiq Baali sort des toilettes, après s’être longuement lavé le visage. Il a pleuré. Il ne l’a pas fait depuis la mort de Hamid. L’émotion était trop forte à ce jour d’enterrement. Elle est aussi forte aujourd’hui et quelque part, un sentiment vieux d’une dizaine d’années semble subitement à l’agonie. N’est-ce pas une sorte de mort que l’abandon de ses amours ? Car il s’agit bien, non d’une trahison, mais d’une défaite. La sienne. Celle consécutive à un combat intérieur contre la timidité, et le renoncement à un bonheur qui semblait bourgeonner comme une fleur. Car Fouzya Dorbani n’a fait aucune promesse autre que celle de donner un rendez-vous ouvert, qui s’est inscrit dans la durée. Pour déboucher sur quoi, en fin de compte, s’il s’était concrétisé ? Il a la sensation d’avoir fait un rêve long de plus de cinq années. Leur longue, vraie et pure histoire d’amour, celle que lui, du moins, a laissé croître, semble s’acheminer vers une banale intrigue romanesque, à rebondissements multiples, mettant en scène des acteurs de figuration pris sur le tas. Lui, du moins, a le sentiment d’en être un. Il n’a même plus envie de revenir s’asseoir à sa place. Il réfléchit. Il a appris à raisonner à l’université. A-t-il le droit de prendre une décision aussi hâtive ? Attendre aussi longtemps, et renoncer après une heure de constats bâtis sur des apparences. Qu’a-t-il vu, sinon un accompagnateur à la gare et un compagnon de voyage ? A l’université, il avait appris à faire des analyses, en fonction d’éléments objectifs nécessaires à l’argumentation. Il a étudié le code de procédure pénale. Il y est clairement stipulé :

«Tout présumé coupable a droit à une défense et à la présomption d’innocence».

Le mieux à faire serait d’avoir une explication avec elle. Ou même pas. Il n’a aucun droit sur elle. Il suffit de feindre l’avoir rencontré incidemment, d’occulter le rendez-vous donné et ne dire que quelques mots du temps du lycée, en faisant une brève allusion aux occupations actuelles des uns et des autres. Il demanderait des nouvelles de Fayçal et de ses parents. Elle ferait de même, au sujet de Younes et des siens. Il se pourrait même qu’ils se tiennent compagnie jusqu’à leur quartier du «Stand», en parlant de leurs études respectives et des perspectives professionnelles qui s’annoncent pour les deux. Ils se souhaiteraient bonne chance, partageraient le plaisir de se revoir un jour, et tout se terminerait aussi banalement. Fouzya aurait oublié tout bonnement d’avoir donné un rendez-vous, ou alors, elle lui aurait trouvé un habillage de civilités entre voisins, dans le genre :

«Tiens, mais c’est notre bon voisin Tewfiq Baali ! Si je m’attendais à vous trouver ici ? Comment allez-vous ?»

Et si jamais il faisait allusion à un vieux rendez-vous d’adolescents habitués aux surprises-parties, elle aurait dit le plus courtoisement du monde :

«Il faut que vous compreniez que je ne voulais dire que ceci ou cela. Si vous venez à Shyrta, passez me voir. Nous irons prendre des pots ensemble. Ou alors, vous savez, ce que je vous avais dit il y a cinq ans ne tient plus la route. J’étais jeune et émotive.»

Banal, banal, banal ! Tewfiq Baali n’aurait pas tardé à comprendre, ex nihilo, in fine, cet inattendu retournement de situation. Il aurait tout bonnement rappelé à la jeune fille, sur le ton de la plaisanterie, un «détail» datant de bien longtemps. Il n’aurait pas de peine à laisser entendre qu’il a perdu depuis longtemps sa virginité, et elle, pourquoi pas, la sienne.

«La vie est un long fleuve tranquille, aurait-il(elle) dit. On n’a pas besoin d’y occasionner des tourbillons inutiles.»

Fouzya Dorbani se lève brusquement. Une sourde colère l’assaille brusquement. Elle et Tewfiq Baali sont maintenant, et pour une demi-heure tout au plus, sur une voie sans aiguillage de rupture de charge ou de correspondance vers un autre itinéraire.

«C’est l’ultime moment où il faut braver le destin, se dit-elle. Plus tard, je le sens, il n’y aura plus d’occasion.»

Elle fait signe à son compagnon de la laisser passer. Elle se dirige résolument vers l’arrière. Au moment de faire coulisser la portière, elle tombe nez à nez avec Tewfiq Baali. Son seul, son unique amour. Elle l’a voulu, n’est-ce pas ? Elle l’avait calculé ! Maintenant, plus d’échappatoire possible, ni pour l’un, ni pour l’autre. Leurs cœurs se mettent à battre à grands coups. L’usage aurait voulu que le jeune homme cède le passage à une dame, mais il est comme paralysé ! Elle-même ne bouge pas. Ils se regardent à travers la vitre, stupéfaits, et en même temps, graves, sérieux, déterminés. Une attraction indéfinissable s’enclenche entre eux, qui les condamnent à rompre, d’une manière ou d’une autre, avec ces si longs mais non moins douloureux préliminaires d’amour !

Contre toute attente, alors que Fouzya Dorbani cherchait vainement après le truc qui sert à faire des bulles, c’est Tewfiq Baali qui le trouve ! Il y a longtemps qu’il imaginait le déroulement de cette rencontre, avec une infinité de nuances, mais seulement deux résultats possibles. Dans la réalité de l’instant présent, l’action à entreprendre, qui semblait relever des techniques théâtrales sophistiquées d’une scène dramatique du dernier acte, aux moments tragiques et poignants de l’épilogue, se révèle des plus élémentaires ! Il lève les bras, en signe d’impuissance. Elle écarquille les yeux et ouvre grand la bouche d’étonnement, en faisant coulisser la portière.

«J’aurai été… galant en d’autres circonstances, dit-il avec un ton recherché et avec le premier sourire véritable qu’elle a vu de lui. Mais ce soir…Je ne reculerais pas.

– Je suis venu te demander d’avancer, répond-t-elle d’une voix très douce, presque protocolaire, mais en même temps très résolue.

– C’est difficile, dit-il avec émotion. Il y a de la concurrence.

– Tout ce qui brille n’est pas or.

– Ah… Je ne pouvais pas deviner.

– Tu parles du monsieur que tu as vu assis avec moi ? C’est un camarade de faculté.

– C’est celui qui t’a accompagné à la gare que je redoute. J’espère que ce celui-là n’est pas du platine.

– Ah, celui-là ! Ne t’inquiète pas. C’est un cousin qui me suit comme une ombre lorsque je suis à Shyrta. Je ne te dis pas, une colle !

– Dieu m’est témoin. C’est… ici même que j’ai… voulu te rencontrer, arrive-t-il à prononcer avec difficulté, avec émotion.

– Moi aussi, répond-t-elle, plus téméraire. J’ai deviné. J’ai pris ce train presque tous les vendredis après-midi depuis que j’ai su que tu es à Shyrta.

– Je prenais celui de samedi à midi, car les militaires travaillent cette matinée-là.

– Je n’ai pas réalisé, sinon, je serai venue ce jour-là. Ah, combien j’ai eu peur que tu me trouves avec quelqu’un ! Tu n’aurais pas compris. Et voila que ça arrive !

– Il y en a eu deux. Ça m’a plutôt soulagé. Non, je corrige. Ça m’a désemparé comme jamais. Mais je crois au destin.

– Il a fallu que je tombe en plein dedans ! Cinq ans que je me surveille pour éviter ce piège grossier ! Pourquoi, mon Dieu, dit-elle, avec des yeux humides ?

– Ne t’inquiète pas Fouzya, affirme-t-il, en prononçant pour la première fois son prénom devant elle. Je suis là, près de toi et, In Challah, pour longtemps encore. Dieu a voulu nous éprouver. Vérifier si nous tenons vraiment l’un à l’autre.

– C’est vrai, Tewfiq, dit-elle avec émotion ? Tu n’es pas déçu ?

– Juste un peu secoué. J’ai mis si longtemps à attendre ce moment. Je me devais de ne pas d’agir comme un prétendant jaloux. Dieu nous a donné la patience et aussi la faculté de discernement. Ce sont des biens très précieux.

– Si tu savais combien j’ai désespéré de la vie quand je t’ai vu t’asseoir devant, et moi me trouver en compagnie d’un camarade que je n’ai même pas vu monter dans le train. M’ayant trouvé, il est venu sans calcul me tenir compagnie. Je ne pouvais pas l’éconduire. Ce n’est pas dans mon éducation.

– Je n’aurai rien fait pour rompre le charme de votre compagnie. Je crois m’apparenter à ceux qui savent que le bonheur est fragile. Il peut y avoir des accidents, des mues de caractère, des lassitudes. Une perte de mémoire…

– Tu me rassures. Tu aurais fait un bon psychiatre.

– Tu trouves ? Moi, je n’hésiterais pas à m’asseoir à ton divan.

– Moi, je ne te laisserais pas me psychanalyser !

– Pourquoi ?

– Lorsque tu regardes quelqu’un, on a l’impression que tu le décortiques.

– Les gens malintentionnés disent plutôt que je fais mine de ne pas les voir dans la rue. Ceux qui me connaissent racontent que je vis dans une autre planète.

– Ça, c’est autre chose. C’est de l’introspection permanente.

– Exact. Autant donc ne pas importuner le monde.

– J’aimerai te voir joyeux, exubérant.

– J’apprendrais à tes côtés. Alors comme ça, tu as su que j’étais à Shyrta ?

– Oui. J’ai suivi ton itinéraire pas à pas. En juin de l’année dernière, lors d’une journée clinique de psychiatrie à Mezghena, je suis venue à la Salle des Actes. Je ne t’ai pas trouvé à l’amphithéâtre. Je… J’avais peur que tu ne partes à l’étranger sans qu’on se rencontre.

– J’avais déserté depuis longtemps les amphithéâtres. Moi, je ne suis pas venu à Shyrta. Et je t’avoue que je n’aurais pas voulu y venir avant d’avoir atteint l’objectif que je m’étais fixé.

– A savoir, dit-elle, intriguée ?

– Œuvrer à me rendre digne de toi. Oui, j’ai voulu continuer en post-graduation à l’étranger. L’armée a eu besoin de bras vaillants pour remplir les casernes. Elle a jugé que j’en avais comme le reste des intellectuels de ma génération et a fait fi de ce que j’ai dans la tête. Me voici donc militaire… Pour vous servir, mademoiselle.

– Oh, Tewfiq, s’écrie-t-elle tout sourire ! Que dis-tu là ? Tu es digne de moi depuis l’âge de dix ans. Le service militaire passera vite.

– C’était une promesse que je m’étais faite. Je me devais de la réaliser entière.

– Fayçal me dit tout sur toi. Il t’admire tant !

– J’avais tenté de le convaincre lui et Liès de passer le bac avec moi comme candidats libres. Ils en avaient les bagages. Je me suis rendu compte après la lecture des sujets que c’était dans leurs cordes. Il leur suffisait t’étudier le programme, comme je l’ai fait. Ils croyaient que je perdais mon temps. Il n’y a que Khalil qui m’a imité et il a réussi. Un aveugle major de sa promotion à la faculté de droit. Il prépare en ce moment un magister en droit des affaires.

– Moi, j’ai su. J’ai senti que tu ne perdais pas ton temps. J’ai toujours cru en toi. C’est pourquoi je t’avais donné ce rendez-vous.

– Tu n’as pas oublié.

– Depuis ce jour du bal, c’était devenu l’objectif de ma vie.

– Je savais que je me devais d’y venir. Quoique mon affectation à Shyrta ait été indépendante de ma volonté.

– Qui a décidé pour toi, Tewfiq ? Je lui dirai mille fois merci !

– Lève tes yeux vers le ciel… Qui d’autre que Lui.

– Mille fois merci, mon Dieu. Je suis croyante, Tewfiq. Tout ce qui nous arrive est voulu par Dieu.

– Et maintenant ?

– J’ai attendu. Il t’appartient de décider, dit-elle sérieusement.

– Je ne fais aucune promesse. Ce type d’engagement peut être lourd de conséquences. On ne maîtrise pas le temps, et les regards.

– Je sais. Je suis ouverte à toutes les propositions. Si ton cœur a penché ailleurs. Je me contenterais d’une… extrême amitié ?

– Qu’entends-tu par extrême ?

– D’aller très loin avec toi.

– J’ai décidé d’aller plus loin que Taxrit ce soir, figures-toi.

– J’irai avec toi jusqu’au bout du monde. Nous irons boire à la Source Vive.

– Ah, tu as lu ? J’ai voulu que tu lises. Tu as donc tout compris.

– Oui. Il n’y a que ça qui a compté depuis.»

Un voyageur veut passer. Tewfiq Baali fait signe à sa compagne avec l’index tournant pour qu’ils reportent leur conversation à plus tard Ils lui cèdent le passage. Fouzya Dorbani rebrousse chemin et reprend sa place. Il la suit et reprend la sienne. Pendant leur échange, leurs yeux ne se sont pas quittés. Ils sont tous deux honteux d’avoir tout dit d’un coup. Mais c’était mieux ainsi. Il avait vu l’étudiant jeter des regards furtifs pleins de colère dans leur direction. Heureusement qu’il ne sermonne pas sa compagne à son retour, car ce voyage se serait peut-être terminé par une lutte entre mâles rivaux…

L’interne descend à Gadaine, laissant à contrecœur Fouzya Dorbani en présence de ce militaire qui l’a subjuguée. Lorsque le train quitte la gare, Tewfiq Baali se lève et vient s’asseoir près d’elle. C’est son premier acte responsable d’amoureux. Ni elle, ni lui ne disent rien. Le train les berce de son flottement régulier. A un moment, Tewfiq Baali approche sa main de la sienne, la prend doucement, tiède et douce, et ne la lâche plus.

L’autorail est entré en gare de Taxrit depuis dix minutes. Il n’y a plus qu’eux dans la voiture de 1ère classe. Le contrôleur, qui a l’habitude de la présence de la fille aînée des Dorbani, s’étonne qu’elle ne descende pas.

«Mais, mademoiselle, dépêchez-vous ! L’autorail va repartir d’un instant à l’autre.

– Je ne m’arrête pas ici, monsieur Guellil. Donnez-moi un supplément sur Zaatcha. Je vais chez ma grand-mère ce soir.

– Allez au guichet en prendre un, dit-il, en consultant sa montre. Ça vous coûtera moins cher. Je vais retarder pour vous le départ.

– Reste, Fouzya, dit Tewfiq Baali. Avec ma carte d’officier, on aura une place à demi-tarif.»

Il revient quelques minutes plus tard, lui remet le ticket, tandis que le train siffle, pour reprendre sa course.

«Sidi Madhi, dit-elle, étonnée, en lisant la destination sur le carton. C’est donc là où tu vas ? Jamais je n’aurai pu imaginer…

– Oui. Mais j’avais d’abord l’intention de faire halte pour la nuit à Hammam Salihine. Ça tombe bien. Tu irais chez tes parents. Réfléchis à ton aise. Je ne te force pas la main. Tu sais que tu n’as rien à craindre avec moi. Si tu te décides, tu me retrouveras à la gare demain à 08h30. Nous resterons sages et passerons un bon week-end dans cette oasis qui m’a attiré comme un aimant depuis le jeune âge. Sur un Atlas, elle apparaissait comme la dernière ville du pays vers le Sud.

– Faisons comme ça. Grand-mère sera très étonnée de me voir à une heure indue… Mais très heureuse.»

Journal/01 Mai 19.. : – Nous sommes arrivés peu avant minuit à Zaatcha. Notre autorail a mis deux heures de retard, à cause d’un convoi de marchandises tombé en panne à Sebaa Mgaatea, et que la compagnie de chemins de fer a dû tracter jusqu’à El Kantara, où nous attendions. J’ai trouvé ce contretemps absolument délicieux, car je suis resté plus longtemps avec Fouzya. Elle s’est endormie comme une enfant à mon épaule, confiante, le sommeil heureux. J’avais craint de l’avoir embarquée dans une aventure à risques, qui m’aurait attiré le courroux de ses parents. Non. La détermination avec laquelle elle avait décidé de partir avec moi, je l’ai senti, était très forte, responsable, et dénuée de tout calcul préalable. J’ai désespéré de ne rien pouvoir lui offrir durant le trajet. Nos estomacs sont restés creux. Le mien, du moins, criait famine. Lorsqu’elle s’est réveillée, à quelques kilomètres de notre première destination, elle m’a regardé avec étonnement, a caressé le tissu de ma vareuse pour vérifier qu’elle n’a pas rêvé, a souri, et s’est blottie de nouveau timidement tout contre moi. Nous avons marché la main dans la main à travers les boulevards illuminés de Zaatcha sans placer un mot. C’est elle qui me guidait pour tourner une rue ou traverser une chaussée. Je l’ai accompagné jusque chez sa grand-mère, au quartier Beau Séjour. Elle a juste fait un geste furtif de la main avant de refermer la porte. Je suis revenu vers le centre. Depuis Shyrta, comme elle, j’ai l’impression de vivre dans un songe.

– La nuit de Zaatcha est tiède. Au centre ville, quelques estaminets sont ouverts et vont le rester toute la nuit. Des promeneurs vont et viennent en toute quiétude. Les habitants de cette ville sont très conviviaux, et semblent avoir dépassé le stade de la seule quête du pain quotidien. Un peu vantards sur les bords, mais ce n’est pas méchant. Redoutables en affaires, oui, car les escrocs semblent y avoir trouvé une terre d’élection. J’ai commandé un casse croûte de frites omelette, puis j’ai dégusté un thé à la menthe à la terrasse du Café du Jardin Public. Autour de moi, aux tables, les gens tiennent des discussions interminables, en avalant des quantités phénoménales de thé, et en croquant des cacahuètes.

Zaatcha a gardé quelques réminiscences de la Belle époque. Mais ce ne fut, je crois, qu’une mode passagère créée de toutes pièces autour de célébrités en mal d’exotisme. C’était, certes, une destination thermale très recherchée, mais je ne crois pas que les gens très sélect qui y venaient le faisaient pour voir le pays. Sauf à quelques rares exceptions près, comme le très grand peintre Dinet ou l’Aventurière (Avec la majuscule et au sens non péjoratif du terme) Elisabeth Erhard, qui y ont pris racine et ont embrassé la religion et les traditions de l’habitant. Moi, ce qui m’y amène, c’est cette impression du temps qui s’arrête.

– Vers une heure du matin, je suis monté dans une de ces calèches collectives qui stationnent près du passage à niveau, pour conduire les baigneurs aux thermes. C’est là, je crois, mon dernier pèlerinage vers ce palais des mille et une nuits surgissant comme par magie au milieu des dunes. En effet, j’ai su qu’on allait incessamment le fermer au profit d’un complexe thermal construit cinq kilomètres à l’amont, c’est à dire, à proximité de la ville. Le maître d’œuvre étranger aurait trouvé «l’astuce» de transporter l’eau de la source chaude au moyen d’une canalisation calorifugée sur toute la distance. Quelle bêtise que la modernité souvent ! Je fais quant à moi le serment de ne pas y mettre les pieds.

– En montant dans le noir de cette calèche, je n’avais pas remarqué la présence de deux grosses Zaatchiates en [1]haïk bariolé, avec leurs ballots de bain et leurs mioches. Elles faisaient tinter leurs bijoux aux poignets et aux chevilles, mâchant du [2]alk, en l’éclatant entre leurs molaires. Leur bric-à-brac n’ayant pas eu d’effet sur mes intentions, elles m’ont finalement écrasé dans mon coin, et mis leurs jambes en travers des miennes, roucoulant à qui mieux mieux, pour des préliminaires que le commun des mortels devinerait. Dans leurs propos, j’ai cru entendre qu’elles doutaient même de ma masculinité ! L’image du beau visage de Fouzya à l’arrivée du train à Zaatcha, m’a fait me dégager brusquement de la dangereuse étreinte qui commençait à me paralyser. J’ai hélé le cocher de s’arrêter. Je suis monté à côté de lui, les laissant crier leur bonne foi. Quelle misère, souvent, que l’honnêteté ! Ces mégères ont vite fait de retourner la situation, jacassant que j’aurai voulu les tripoter ! Le conducteur avait compris mon désarroi, habitué qu’il est de ce genre particulier. Il m’a réconforté, a dit que j’ai agi comme un «fils de bonne famille», et que c’était devenu rare par ces temps de médiocrité. Pourtant, j’aurai pu succomber, car après tout, sans ma faculté de raisonnement d’être humain, je ne serais qu’un primate à sang chaud. Je crois que j’ai surtout agi par respect pour Fouzya, qui m’a fait confiance et a tout laissé tomber pour venir avec moi.

Perché à côté du cocher, j’ai admiré le ciel du Sud de cette nuit de velours, comme incrustée de diamants, la calèche poursuivant tranquillement son bonhomme de chemin, au rythme de trot de deux vieux chevaux blancs, dont les sabots improvisaient un chantonnement monotone.

– Le hammam est apparu au milieu d’un paysage lunaire. J’ai loué une cabine avec bassin individuel et je me suis glissé dans l’eau chaude jusqu’à l’aube. Les vapeurs minérales m’ont un peu abruti mais je n’ai pu fermer l’œil, réfléchissant profondément à ce qui m’arrive. J’avais voulu que ce type de rencontre s’accomplisse ainsi avec Fouzya. J’ai attendu longtemps. Elle aussi. Les moments qui se déroulent actuellement sont les plus précieux de ma vie.

– J’ai troqué mon uniforme contre des habits en toile légère, que j’avais mis dans mon sac pour la circonstance. Je suis allé prendre un petit-déjeuner copieux au buffet : lait de chèvre chaud et beignets tunisiens. Dans un coin sont disposées des nattes d’alfa, et des tables basses, à la mode arabe, où l’on peut se reposer après le bain et déguster du café djezoua, ou le thé noir des nomades. J’ai attendu ces moments longtemps, si longtemps, et maintenant, ils sont là, réels, tangibles, comme j’ai voulu. Merci, mon Dieu.

– J’ai flâné alentour au petit matin. L’air est empli d’une odeur très minérale. L’oasis offre dans la journée, presque toujours ensoleillée, des coins d’ombrage pour les pique-niqueurs qui ont terminé la cure. Le hammam reste ouvert en permanence de jour comme de nuit.

– J’ai gravi des mamelons volcaniques entourant le site et j’ai scruté les horizons avant le lever du soleil. Il se peut que parmi les pierres polies qui jonchent le sol se trouve des météorites. Quelle impression de silence. Je crois que la planète Mars doit ressembler à cet endroit.

– Je suis redescendu et je me suis approché d’un palmier où il y avait attroupement. Un illuminé en guenilles, submergé de mouches, psalmodiait des sourates du Coran. Je me suis agenouillé sur le sable, au milieu des gens et j’ai pris le fil de la récitation, dont les versets se rapportaient à l’histoire de Moise et de [3]Khidr, relative au destin.

Ensuite, le derviche torse nu, aux longues et crasseuses mèches de cheveux, ne gardant plus de sa dentition qu’une incisive supérieure, sembla entrer en transe pendant quelques minutes, avant de reprendre la parole avec une lucidité phénoménale vite retrouvée. Il prit son vieux violon et entama un long récit en prose rythmée, alterné de morceaux de musique langoureux et nostalgiques. Il nous parla d’un jeune roi qui vécu en Tripolitaine en des temps immémoriaux. Ce suzerain était un enfant, régnant sous la régence d’un général en chef sanguinaire, qui menaçait sans cesse de le déposer, mais avait peur d’un retournement de situation en sa défaveur. Car le peuple aimait son souverain. Le Général le poussait à sévir pour percevoir l’impôt en période de disette et provoquer de la sorte un soulèvement, à la faveur duquel il s’érigerait en libérateur. L’enfant se devait de gouverner par la ruse jusqu’à l’âge où il aurait assez de forces pour prendre en main seul le destin de sa nation. J’avais compris en gros que ce roi avait besoin de ce Général pour protéger son règne et avait besoin de l’amour de son peuple pour contenir les ambitions de ce Général.

A un moment où j’avais besoin de saisir le fin mot de l’histoire, j’ai perdu le fil du récit, car notre conteur mêla ses propos d’incantations à la consonance ésotérique. Mais je crois en avoir saisi la symbolique : 

«Dieu ne change pas la destinée d’une nation, avant qu’elle ne change ce qu’il y a (de mal) en elle. «[ X ]

– J’arrête d’écrire, car il est temps de retourner à Zaatcha. Je sais que je ne reviendrais sans doute plus jamais sous ce palmier où j’écris ces lignes. C’est, en quelque sorte, comme le déclic de la mort annoncée d’une époque révolue.

– Voyage dans un vestige de bus jusqu’à la ville, avec des Zaatchiates tout autour de moi, tout aussi effrontées, mais au grand jour…

– Flâner au souk de la Place Centrale, avec ses trottoirs abrités sous des arcades de style mauresque.

– Manger une [4]Doubara délicieuse dans une gargote au centre de la ville, où la mairie a planté la pancarte du projet de construction d’un marché moderne sur la place, au lieu et place de ce souk millénaire. Je ne suis pas contre le progrès, mais j’estime avoir le droit de le refuser lorsqu’il prétend remplacer des valeurs séculaires. Il suffit de l’éviter autant que possible. C’est vrai que l’État songe notamment à l’hygiène et la dîme en construisant ces édifices. Mais ils ne serviront à rien, si les habitants refusent de les fréquenter. Heureusement, beaucoup d’eau doit couler sous les ponts avant que les mentalités ne changent. –

Fouzya Dorbani est venue au rendez-vous de la gare en robe saharienne blanche, et espadrilles assorties. Elle a coiffé ses cheveux en tresses, comme au jour du bal. Elle s’est approchée de lui doucement, en le regardant droit dans les yeux. Il s’est rappelé le rêve qu’il avait fait il y a deux mois de ce couple qui se rencontre, avec de l’herbe verte et une montagne en arrière-plan.

«Mon Dieu, combien tu aimes tes créatures, se dit-il.»

Une dame d’un âge respectable, aux cheveux blancs en chignon, et habillée d’une robe noire avec dentelle, la suit, en marchant difficilement. Dans la salle d’attente, tous les regards semblent converger vers eux.

Fouzya Dorbani marque un temps d’arrêt, avant d’avancer, pour l’embrasser furtivement sur la joue, en surélevant les pieds.

«C’est gentil d’être venue, dit-il à voix basse.

– Je te présente grand-maman, dit-elle fièrement, avant de s’effacer derrière la vieille dame.

– Enchanté Madame, dit Tewfiq Baali, en se penchant légèrement, pour imiter le geste aristocratique du baiser de main.

– Voici donc ce grand Tewfiq dont tu m’as tant parlé ! Mais il est immense ! Quel âge avez-vous, jeune homme ?

– Heu… Je vais vers mes vingt-deux ans, répond Tewfiq Baali, étonné par la question, mais non désemparé.

– Où est passée votre tenue militaire ?

– Heum… Laissée à la frontière du pays des espaces libres. Je veux dire que je l’ai enfouie dans mon sac, Madame.

– Heum… Vous savez comment sont faites les vieilles personnes comme moi, poursuit la grand-mère. Lorsque Fouzya m’a parlé de votre… excursion à Sidi Madhi, j’ai pensé que ma petite-fille voulait fuguer avec quelque… acteur de film. Qu’elle a voulu imiter ces héroïnes de livres. Vous voyez ce que je veux dire… Heum… Qu’avez-vous à dire pour votre défense, ajoute-t-elle autoritairement ?

– Nous n’avons rien prémédité, Madame. Je n’avais pas l’intention d’emmener Fouzya avec moi sans votre bénédiction. Si vous estimez que ce voyage n’est qu’un rêve, oui, c’en est un. Mais nous garderons les pieds sur terre et je promets de ramener votre petite fille saine et sauve à Shyrta demain soir, sans faute. Je vous prie d’accepter, Madame.

– Voila qui me réconforte. Si j’approuve, c’est parce que votre frimousse m’est bien sympathique. Ah, mon Dieu, cette jeunesse ! Ça me rappelle bien des souvenirs. Alors, amusez-vous bien et pas de bêtises, les enfants !

– Oh, merci, grand-maman d’avoir accepté, exclame Fouzya Dorbani, transportée de joie comme une gamine ! Ne t’inquiète pas pour moi. Tewfiq est un garçon très, très sérieux.

– C’est ce que je crois, ma fille. Bon voyage, jeunes gens !

– Tu es un ange, grand-maman, s’exclame de nouveau Fouzya Dorbani, en serrant la vieille dame à l’étouffer !

– Au plaisir de vous revoir, Madame, dit Tewfiq Baali, en effectuant le même geste de politesse des gens d’antan.»

Il entraîne déjà sa compagne par la main vers les quais de cette belle gare couverte de Zaatcha, construite au début du siècle, selon les goûts de l’aristocratie et bourgeoisie réunies, et comme on n’en fera plus.

Surprise ! Le convoi stationné en gare est un train mixte. Seules les trois voitures de queue sont destinées aux voyageurs. Les trois classes y sont représentées. Bonté divine ! Celle de Première est une Pullmans en bois, survivante de la Belle époque, qui a pris la patine du temps ! Les compartiments ont gardé les traces d’un luxe révolu. Les sièges sont en cuir naturel lustré et les cloisons capitonnées de feutre rouge dénaturé par le soleil.

Ils s’installent l’un en face de l’autre et font des signes à la vieille dame, qui répond sagement, et ne s’éclipse que lorsque le train prend le départ. Un vieux contrôleur à la mine de steward de l’Orient Express fait coulisser leur portière et dit :

«Bienvenue. Inutile de me montrer vos billets. C’est là mon dernier service. Je pars en retraite. Il y a si longtemps que je n’ai pas voyagé en compagnie de si charmants passagers. Je suis heureux de vous accueillir dans cette Pullmans de 1912, affectée à cette ligne en 1922, et dont j’assure le service depuis 1934. Prenez vos aises. Vous êtes les seuls voyageurs de Première. Et les derniers. Ah, j’allais oublier de vous dire… cette ligne est supprimée à compter de demain. Pas rentable, dit-on. Ce wagon restera sur une voie désaffectée de Sidi Madhi, jusqu’à ce que quelqu’un d’avisé songe à créer un musée où conserver ces belles choses.

– Tant pis, dit Tewfiq Baali. Nous nous rabattrons sur la société de transport de voyageurs pour le retour. C’est plus rapide. Y a-t-il un service dimanche après-midi ?

– Il y a un départ sur Shyrta, à 13h00. Mais je vous conseille alors de réserver vos billets à l’avance, car les bus affichent toujours complet. L’agence est mitoyenne de la gare.

– Merci du conseil. À quelle heure arriverons-nous à Sidi Madhi ?

– Le 105, hélas, monsieur, n’a plus d’heure fixe d’arrivée. Depuis la nationalisation, le service voyageur n’a plus fonctionné que grâce aux convois de marchandises. Aux triages, ils doivent manœuvrer. Tant pis pour les voyageurs tenus à des horaires, qui patienteront. La ponctualité est partie avec ses hommes.

– Nous ne sommes pas pressés, fait remarquer Tewfiq Baali. Nous voulons avoir, sur cette voie, la sensation de voyager dans le temps.

– C’est pour ça que nous avons pris cette ligne, ajoute avec complicité Fouzya Dorbani.

– Alors, vous en aurez pour votre argent. Combien de gens célèbres ont voyagé dans cette voiture ! Je crois que vous leur ressemblez, conclut le vieil homme, avec des yeux humides, avant de s’éloigner.»

Effectivement, le train opère plusieurs délestages et accrochages, à telle enseigne que les voyageurs ne réalisent pas quand ils quittent réellement Zaatcha.

Le convoi roule maintenant depuis une demi-heure, à une allure modérée et constante. Cette première partie du voyage est uniforme, avec des paysages plats de steppe semi-désertique tout azimut, parsemée d’alfa. La voie de chemin de fer suit la route jusqu’au pont métallique d’Oued Djeddi, avant de s’éloigner à gauche, vers les profondeurs de la Hamada beige des [5]Zibans. Il fait à peine chaud. Le ciel est d’un bleu blanc aux pourtours indéfinis. Le train, vu de l’arrière, est comme absorbé par le Sahara, qui le fait disparaître dans des brumes liquides bleues.

Fouzya Dorbani et Tewfiq Baali éprouvent de la difficulté à se regarder longtemps. Lui, sans doute, beaucoup plus qu’elle. Elle a un visage aux traits réguliers et proportionnés. De l’intelligence transparaît à son front, jusqu’à ses yeux verts, d’un ton profond. Quelques taches de rousseur sous ses paupières lui donnent un air très séduisant. Lorsque la tension devient extrême, ils ne trouvent aucune autre parade que de se sourire, en baissant les cils comme des gamins. Ils sont encore intimidés par la soudaineté de leur rencontre, l’ingénuité de ce voyage et l’absence d’intimité qui a caractérisé leurs relations jusqu’ici. Des paroles réconfortantes seraient bienvenues pour rompre ce silence qui frôle la gêne, mais ils n’en veulent pas pour le moment. Lui, du moins. Il n’est pas habitué aux effusions sentimentales prolifiques. Dans sa famille, surtout du côté de sa mère, son éducation a fait qu’on n’extériorise pas beaucoup les sentiments, mais ils n’en sont pas moins forts. A un moment, son amoureux décide d’agir. Il la prend par la main et l’attire vers lui.

«Viens t’asseoir à côté de moi, lui dit-il. Tu voyageras mieux dans le sens du train. Et moi, je contrôlerais mieux mes émotions, avoue-t-il.»

Fouzya Dorbani se blottit contre son épaule en souriant de ses propos. Tous les deux n’ont pas fermé l’œil de la nuit. Le paysage est d’une telle monotonie qu’il donne envie de dormir. Ils s’assoupissent vite, tandis que le convoi continue sa lente progression vers les oasis de la vallée d’Oued Righ, laissant à gauche le Chott Merouane, dont les contours accumulent des concrétions de sel rose.

Peu à peu, ils ne réagissent plus qu’à la cadence métallique des roues sur la voie. La rame traverse la passe d’Oum Dhrou, dont les falaises indiquent le début de l’ancien royaume des Rois de Tuggurt. Un léger duvet poussiéreux s’est formé sur le rebord de l’ouverture. Bientôt apparaissent les premiers palmiers de M’sigha, dont le bruissement au passage des wagons rappelle le ressac de la mer.

Le train ne s’arrête plus à ces sortes de relais, docks de stockage de dattes, qui sont maintenant à demi effondrés. Des enfants noirs et nus, aux dents éclatantes de blancheur, accueillent avec un gazouillis turbulent cette chenille d’acier qui serpente audacieusement à travers leurs terres, et dont ils n’ont loisir que de courir derrière comme de petits diables, pour tenter de rattraper le wagon serre-file, d’où apparaîtra invariablement le contrôleur à la porte de queue, pour les en dissuader.

La voie se fraye un chemin sous une immense forêt-galerie faite d’ombre, de feuillage, et d’humidité de sol, qui apporte aux voyageurs une sensation de bien-être, ajoutée au doux bercement du train. Sensations que Tewfiq Baali n’a ressenties nulle part ailleurs.

Et, au bout de cette exubérance verte, le train débouche dans la lumière cristalline des marais salants de Tigdidine, où des échassiers migrateurs picorent. Plus loin, au Sud, sont posées les premières dunes du Dhokhara, qui annoncent le règne du Grand Erg Orientale.

Sidi Madhi apparaît après une immense gare de dépôt de produits pétroliers. Fouzya se réveille peu de temps après Tewfiq Baali et regarde défiler les premières habitations de cette ville du Sud à l’architecture étrange qui a attiré son amoureux, où elle était déjà venue à plusieurs reprises chez des parents pendant les vacances d’hiver du lycée. Les pierres friables des murs ne semblent tenir qu’à un fil. Les toits des maisons sont surmontés de coupoles en plâtre, et peints de gypse bleu. Le train siffle, en amorçant la dernière courbe avant le terminus. C’est là que s’est arrêtée l’aventure des chemins de fer coloniaux. Il est maintenant 13h30. Le thermomètre de la gare marque 29,4° C.

«Pourquoi as-tu voulu venir ici, dit Fouzya Dorbani, en croisant ses doigts dans les siens ?

– Je vais te livrer un secret, mais ne te moques pas de moi.

– Jamais je ne le pourrais. Tu es trop sérieux.

– Et bien voila. Il y a si longtemps que je voulais venir ici. Sur une carte de géographie des années 50, si tu te rappelles, Sidi Madhi était la dernière ville marquée à la latitude du sud. Le bout du monde pour l’enfant que j’étais. Plus tard, j’ai rêvé d’un tour du monde sur un paquebot de luxe. En grandissant, j’ai peu à peu remis les pendules à l’heure, en choisissant des objectifs réalisables. J’étais tellement fatigué après les examens de fin de diplôme. Je savais que la voie de chemin de fer s’arrêtait à Sidi Madhi. Y venir était en quelque sorte un aboutissement pour moi. Je voulais venir ici pour… y dormir. Réussir un vrai sommeil. Celui qui guérirait mes neurones usés par les études.

– Tu es si fatigué que ça, dit-elle, intriguée, tandis que le train freine doucement ?

– Oui… Depuis longtemps déjà… Dès que j’ai pris la route pour te rejoindre.

– Je n’étais pas loin et la route qui menait vers moi était libre. Pourquoi n’es-tu pas venu directement à Shyrta, après le bac ? Moi aussi, j’ai attendu pendant si longtemps. J’ai presque désespéré de ne plus te revoir. Je veux dire, quelquefois.

– Parce que j’ai voulu œuvrer à me rendre digne de toi.

– Oh, Tewfiq, combien j’ai espéré te revoir. Maintenant, tout arrive si vite. J’ai peur… Peur que tout cela ne soit qu’un rêve.

– Viens, descendons. Tu verras que c’en n’est pas un.»

Le contrôleur se fait un point d’honneur à les accompagner jusqu’à l’agence des autocars pour la réservation.

«Je vous aurai conseillé de descendre au Transat, leur dit-il. Hélas, l’hôtel a malheureusement été fermé juste après sa nationalisation. L’État a préféré construire un complexe touristique au lieu de rénover ce joyau de la chaîne hôtelière internationale qui porte son nom. Moi, je vous recommande l’Hôtel Ahaggar, qui lui fait face. Vous y serez très bien.»

Le cheminot parvient à leur réserver deux sièges, tout à l’avant du bus et leur fait ses adieux. C’est un [6]Mehadjri de la ville, qui va y passer sa retraite et sans doute le restant de ses jours.

Ils quittent l’agence et suivent le flux des voyageurs qui va vers le centre ville. Les rues, bien que goudronnées, sont remplies de sable. Les trottoirs sont protégés du soleil par des arcades. Ils arrivent vite à la Place Centrale, en terre meuble, plantée de hauts eucalyptus. En face, ce si bel établissement qu’est le Transat tombe en ruine.

«Deux chambres pour la nuit, dit Tewfiq Baali au réceptionniste de l’Hôtel Ahaggar.

– Communicantes, questionne le préposé, apparemment sans préjugé ?

– Peu importe. Pourvu qu’elles soient propres, calmes et avec baignoire ou douche.

– Parfait. Bienvenue chez nous, madame, monsieur. Veuillez prendre place au salon. Nous allons vous offrir du thé. C’est la tradition de la maison. Pendant que nous nous occupons de monter vos affaires. Si vous voulez bien me donner vos pièces d’identité.»

Tewfiq Baali montre sa carte d’identité civile. Ici, il n’est plus militaire. Après le délicieux apéritif, un groom en sarouel noir traditionnel, gilet jaune et chéchia rouge leur désigne leurs chambres.

«La 103 pour madame et la 104 pour monsieur. Bon séjour parmi nous, dit-il avant de s’effacer.»

Tewfiq Baali lui donne un pourboire. L’ameublement est à la mode des années 30. Les chambres ne communiquent pas, mais elles ont des balcons mitoyens, avec des sièges en osier et des parasols. Elles donnent sur la Place Centrale, où une estrade a été érigée, pour commémorer les festivités du 1er Mai.

«Je vais prendre une douche et te suggère d’en faire de même, dit Tewfiq Baali. Rendez-vous dans une demi-heure à la réception. Nous irons manger un morceau quelque part.»

Fouzya Dorbani acquiesce, la mine heureuse. Elle ne s’est pas trompée sur son compte. Il n’a pas essayé d’occulter le distinguo. Il aurait été tenté de le faire, sans que rien de «déterminant» ne se soit passé entre eux, ne serait-ce que pour payer moins cher. Après tout, il n’est pas si riche. Mais il a craint que la police ne vienne les contrarier. Enquête. Interrogatoire. Leur séjour s’en trouverait gâché. Il aurait alors été contraint d’exhiber sa carte d’officier. Un passe-partout si avantageux, qu’il n’aime pourtant pas.

«Il est si délicat, si bien élevé, pense-t-elle.»

Journal/01 Mai 19.. :   – (Suite) Descendus à l’Hôtel Ahaggar, avec Fouzya. Chambres à part de rigueur. Merci, mon Dieu, de toujours exaucer mes vœux. Je serai digne de la confiance que tu as placée en moi.

– Pris une douche, malheureusement chaude, mais elle m’a tout de même remis d’aplomb.

(NB : J’ai su que l’eau de la ville, très calcaire et bouillante, vient d’un forage de la nappe albienne, à 2300 mètres de profondeur).

– Peu à peu, je me sens redevenir moi-même. Tout s’explique le plus naturellement du monde. Ici, dans cette chambre 104 de l’Hôtel Ahaggar, j’ai l’impression d’être né un demi-siècle en arrière. Tout ce qui se rapporte à la période entre 1890 et 1914 m’appartient en propre. Ce qui est venu après me parait si dérisoire, mais féroce. A cause de la guerre, peut-être.

– Les images de ces pauvres juifs décharnés de l’Holocauste me sont insupportables. Je crois que l’humanité a basculé depuis dans l’horreur. Tuer quelqu’un, juste parce qu’il fait partie d’une race montrée du doigt, sans lui donner la chance de se défendre, voila la plus grande des lâchetés. En disant cela, je n’innocente pas les agissements pervers de la doctrine sioniste. Au contraire, ce sont les agissements des archiprêtres de ce mouvement, je crois, qui sont à l’origine de tous leurs malheurs, et qui seront responsables de leur anéantissement s’ils continuent à suivre leurs prédications élitistes. Car, en revenant en arrière, on se rend compte que ce peuple n’a été supporté nulle part, pas même par ses propres prophètes. A la différence de mes ancêtres nomades qui ne revendiquent aucune terre et tournent le dos à l’accumulation des richesses.

– J’ai été extrêmement frappé par la pauvreté du peuple d’ici. Mais c’est une pauvreté d’un autre âge, sans honte et sans comédie, je crois. Je ne sais pas pourquoi j’ai parlé de guerre dans cette oasis de paix, de verdure et de lumière, épargnée par les atrocités qu’ont vues nos montagnes. J’ai presque oublié que la guerre va là où prospère la cupidité. Dixit les Rois de Tuggurt, du temps de l’esclavagisme. –

Il termine d’écrire et se rhabille. Quelqu’un frappe à sa porte.

«Entrez, dit-il.

– Je suis prête, dit Fouzya Dorbani, en faisant un pas timide dans sa chambre. Je n’ai pas voulu descendre seule. Je peux ?…

– Bien sûr. Assieds-toi un moment, je range mes affaires et nous sortons».

Elle a laissé ses cheveux encore humides en désordre. Son teint est frais, les joues rosies par l’eau chaude. Elle a les mains derrière le dos comme une gamine sage et avance avec hésitation vers la table, où elle remarque le carnet de Tewfiq Baali.

«C’est ton journal, dit-elle ?

– Si on peut appeler ça comme ça. Je prends des notes, voila tout.

– J’y figure, dit-elle en souriant ?

– Oui. Tu y es omniprésente.

– Je peux lire.

– Bien sûr. Mais sois indulgente… Je n’y arrondis pas les angles.»

Elle s’installe à cette petite table de travail de bois d’ébène qui donne envie d’écrire, et parcourt avec un intense intérêt la page du manuscrit où le rédacteur a intercalé son stylo. Tewfiq Baali se rappelle du rêve qu’il avait fait jadis, où elle était son institutrice. Des minutes profondes et silencieuses passent.

«Oh, mon Dieu, que tu écris bien, Tewfiq, s’exclame-t-elle !

– Ce n’est pas l’écriture que je veux rendre belle, mais la vie de ceux qui m’entourent. Mes carnets clament à tout instant que j’ai essayé. L’écriture appartient à l’humanité toute entière. Nous n’en sommes que les plénipotentiaires. En lisant les autres, nous apprenons et apportons une petite pierre à l’édifice. C’est donc un héritage partagé. Je vais te livrer un secret que personne ne connaît.

– Dis-le. Je m’impatiente vite à vouloir rentrer dans ta vie.

– Une nuit, lorsque nous étions encore au lycée, j ai rêvé que tu étais mon institutrice. Je ne trouvais pas un mot. Tu as pris mon stylo et tu as ajouté ce mot.

– Lequel est-ce, supplie-t-elle ?

– Il porte maintenant le titre du journal dont tu viens de lire le dernier fragment. Reviens à la première page et lis-le toi-même.

– Essoufflements (suite 41). Pourquoi ce titre à connotation… me semble-t-il, pessimiste ?

– Nullement. En apparence seulement. Ni optimiste, du reste. Mon institutrice a ajouté autre phrase vraie. Elle a dit : La vie est un gâchis d’essoufflements. À sa suite, en tenant ce journal, j’ai voulu dépeindre la condition humaine. La mienne et celle de ceux qui m’entourent. Dans le souffle de l’homme, il y a deux actes. L’aspiration et l’expiration. Le premier, réflexe, physiologique, a deux aspects : Le premier est involontaire. C’est un instinct. Celui de la vie. Le deuxième est volontaire. Il exprime une détermination. Celle d’aller de l’avant. La seconde action, involontaire aussi, exprime une autre volonté, celle d’expirer pour aspirer de nouveau, afin de prétendre survivre. Mais en même temps, l’expiration implique, quelque part, une renonciation et une défaite. En d’autres termes, les hommes de bonne volonté s’échinent à vouloir rendre la société meilleure et leurs antagonistes à y faire échec. L’essoufflement est la faute de cette majorité qui n’arrive pas à faire la différence. L’enfer est au bout de ce gâchis d’essoufflements si cette majorité prenait définitivement le camp des mauvais.

– Oui, ce que tu viens de dire est juste. Je suis fière de t’avoir connu. Ton écriture transcrit fidèlement ta personnalité.

– Pas suffisamment, à mon gré. Le jour où la jonction se fera réellement, j’aurai cessé d’écrire.

– As-tu donné à lire ton journal ?

– Non. Jamais. C’est en quelque sorte mon jardin secret. Tu es la seule à y avoir pénétré.

– C’est là un immense privilège.

– Pour moi aussi. Que tu sois ma première lectrice est très valorisant pour la suite.

– Tu as parlé des juifs avec une réalité qu’occultent nos concitoyens. Tu permets qu’on en parle un peu ?

– Bien sûr. Leur destin n’est pas meilleur ou pire que celui du reste de l’humanité. Leur malheur est que leurs élites font trop de mauvaise publicité autour d’eux. J’ai horreur qu’on décide du sort de tout un peuple. Ça n’est pas un cas unique dans l’histoire. Il y a eu les Incas, les Mayas, les Aztèques, les Indiens, les Arméniens, les Kurdes. Et d’autres. La méchanceté n’a pas de race. Mais quelque part, les ennemis des sionistes ont découvert que le danger vient de leur politique élitiste et de leur propension à vouloir à tout prix régenter les affaires du monde. Ce qui est en quelque sorte leur malédiction. C’est pourquoi on a toujours tenté de les défaire.

– Et si… je te disais tout simplement que j’ai… une ascendance juive du côté de ma grand-mère maternelle. Celle que tu as vue à Zaatcha.

– Tu me fais sourire avec ta perspicacité. Je ne sais pas par quel mystère, mais je l’ai deviné il y a bien longtemps, bien avant que je ne la rencontre. Ce qui m’a plu chez ta grand-mère, c’est qu’aux habits qu’elle porte, elle ne cache pas son identité. Le grand danger des guerres futures, c’est que l’ennemi ne plantera plus ses bannières. Pour revenir à ta question. Je te dirai tout simplement que c’est un bon brassage. Tu as étudié la biologie et l’hérédité. Tu sais que ça ne peut qu’enrichir. Généalogiquement, si on remonte loin, je crois que nous sommes cousins germains.

– Tu es merveilleux. Ceux dans notre pays à qui j’ai eu le malheur d’en parler ont eu les cheveux dressés sur la tête. Des copines cultivées de fac, entre autres, qui ne m’ont plus adressé la parole.

– Viens, descendons. Nous n’épuiserons pas le sujet des races. Évidemment, mon opinion sur le sionisme reste inchangée. C’est un totalitarisme qui ne dit pas son nom.

– Je suis d’accord avec toi. Heureusement que les sionistes ne représentent pas tout le peuple juif. Ils ont fomenté un coup d’état en Palestine et ont pris le pouvoir au nom des juifs. Ce pays appartient à toutes les races, et toutes les religions. J’y vois une seule nation, plurielle et en même temps exemple de démocratie pour toute la planète.

– Dieu a tracé à l’homme la voie à suivre en une phrase. Il dit :

«Je vous ai créé peuples et tribus pour que vous vous connaissiez. Le plus noble est celui qui a la meilleure foi.»

«… Celui qui applique ce précepte ne peut qu’aimer son prochain, ajoute-t-il lorsqu’ils arrivent au rez-de-chaussée.»

A la réception, Tewfiq Baali demande au gérant où ils peuvent manger convenablement, car le restaurant de l’hôtel est fermé.

«Nous avions le meilleur établissement de Sidi Madhi, leur dit-il. Mais il est fermé depuis que Si Maamar, notre chef cuisinier, a pris sa retraite. Il a ouvert à son compte. Prenez à gauche en sortant. Rejoignez la route de Taksebt à votre droite. Au bout de cent cinquante mètres, même si vous ne voyez aucune n’enseigne, tout le monde le connaît et on vous montrera son auberge. Chez lui, ce n’est pas luxueux, mais on mange bien et pas cher.»

Ils sortent en pleine canicule et prennent immédiatement l’ombre sous les arcades. Fouzya Dorbani lui prend la main avec un naturel qui ne cesse de l’étonner. Ils marchent côte à côte, comme dans un songe. A chaque traversée de la chaussée, leurs chaussures soulèvent le sable par paquet de cette route dont l’asphalte en ébullition disparaît au loin au milieu des dunes. Ils quittent le boulevard principal, bordé de palmiers géants et s’engagent à droite, le panneau d’indication en question leur montrant la direction souhaitée. Le parcours emprunte une rangée de maisons délabrées, avant de déboucher sur une grande place dégagée, où se tient chaque dimanche un souk, à l’ancienne, avec forgeron ambulant, abreuvoirs pour caravanes et troupeaux. Derrière, à droite, la palmeraie d’Oued Righ continue, pour ne s’arrêter que quarante kilomètres plus au Sud, aux abords des grandes dunes de l’Erg Orientale. Au-delà du nouveau centre commercial, qui semble boudé par les habitants, à l’Est, s’élève l’ancien [7]Ksar de Tebesbest, aux murailles en ruines. Comme dans tout le Sahara, au Moyen Age, le bordj a été construit sur la plus haute élévation du site, pour résister les razzias.

Un passant aimable leur indique l’auberge de Si Maamar, avant de décider de les y mener. Ils croisent un couple de touristes aux tenues légères et élégantes. La dame dévore Tewfiq Baali du regard. Ce qui n’échappe pas à sa compagne, qui reste très sport…

Le restaurateur les accueille dans une modeste gargote. Il serait prétentieux à quiconque de parler de restaurant, ni même d’auberge. Le patron venait de ranger les chaises sur les tables pour fermer.

«On nous a fait l’éloge de votre cuisine à l’Hôtel Ahaggar, dit Tewfiq Baali. Alors, nous sommes venus. Le style ne nous gêne pas. Nous voulons simplement un petit casse croûte.

– Très heureux, dit le chef, un Mehadjri joufflu et ventru, à la tenue blanche impeccable, ayant réellement le physique de l’emploi. Je crois qu’il me reste un peu de rôti de veau à la pomme mousseline. Je vais vous préparer une omelette aux fines herbes pour l’entrée. Et de la salade mimosa. Ça vous va, jeunes gens ?

– Ça sera parfait pour moi, affirme Tewfiq Baali, en interrogeant sa compagne du regard.

– Pour moi de même, dit-elle, positive !

– Prenez place où vous voulez. Installez vous-même les chaises. Je n’ai pas de serveur. Quant au décor, patience. Ce sont mes petits plats qui les métamorphoseront petit à petit !»

L’endroit est très sobre, mais il y plane une odeur de bonne cuisine. Les tables et les chaises sont fait avec du bois d’emballage sur lesquelles on a collé du Formica. Il semblerait que le Chef sait par avance que les gens viendraient chez lui avant tout pour son art culinaire. Il aurait le temps d’aménager les lieux avec les rentrées d’argent plus tard. A moins que.

En allant vers la salle d’eau pour se laver les mains, le couple passe près d’une arrière-salle qui sent de l’orge fermentée. Là, stupeur ! Elle est archi comble ! Dans la pénombre, des noirs d’ébène aux yeux luisants boivent silencieusement aux tables, hérissées de bouteilles de bière. Il n’y a que leurs yeux et leurs dents blanches qui les trahissent. Tewfiq Baali croit comprendre. L’auberge de Si Maamar n’est que la devanture d’un dépôt semi clandestin, et ce sont les autorités de la ville qui le fréquenteraient au premier-chef. Cela se passerait à l’identique dans toutes les grandes agglomérations du pays. Ne pouvant s’afficher dans les bars des grands hôtels, ils viennent se saouler ici, et régler leurs petits comptes dans le sens du poil…

«Tu n’es pas contrariée par cette promiscuité douteuse, dit avec embarras Tewfiq Baali ? Sinon, on part.

– Nous sommes venus pour manger, répond-t-elle sans complexe. Le gérant a l’air gentil et sa nourriture sent bon. J’ai faim. Faisons comme si nous n’avons rien vu.

– Très bien.»

Le déjeuner est tout simplement délicieux. Si Maamar est aux petits soins pour eux jusqu’à leur départ. Le prix d’un repas fait exactement deux fois celui du mess des officiers ! A multiplier par deux, il va de soit. Une aubaine. Evidemment, sans boissons alcoolisées, qui auraient horriblement faussé les comptes. Fouzya Dorbani fouille dans son sac pour payer. Tewfiq Baali l’arrête d’un geste de main, en fronçant les sourcils.

«C’est moi qui a invité.

– Ne le prends pas à mal. Ça me ferait plaisir de participer aux frais. Je suis devenue soudainement riche depuis Zaatcha. Je n’avais pas pris beaucoup d’argent avec moi à Shyrta. Grand-mère y a largement pourvu. Nous avons de quoi fêter nos retrouvailles en grandes pompes. Promets-moi alors d’oublier de payer au dîner.

– C’est promis, très chère.»

Ils s’en reviennent repus vers le centre. Les rues, fréquentées uniquement par les touristes durant la canicule, commencent à s’animer. La population locale a fini sa sieste et les gens se regroupent à proximité d’une tribune érigée sous les eucalyptus de la place, où un orchestre prépare son instrumentation, pour une soirée qui s’annonce animée. Les commerçants se mettent à arroser le sol meuble devant leurs boutiques.

«As-tu pensé à apporter un maillot de bain avec toi, dit Fouzya Dorbani ?

– Oui. J’en ai pris un pour le hammam. Pourquoi ?

– Passons à notre hôtel les prendre et allons à l’Hôtel Djerid. Il y a une belle piscine là-bas.

– Tu es déjà venue ici ?

– J’y ai de la famille, figures-toi. Après tout, je suis une saharienne.

– J’adore nager.

– Je le sais. Fayçal me dit tout.»

Une demi-heure plus tard, ils sont allongés sur des chaises longues, à l’ombre de parasols, au bord de la piscine à l’eau turquoise du complexe touristique étatique.

L’infrastructure a été pensée par un [8]architecte célèbre et inspiré, qui a su allier techniques modernes et matériaux locaux, en respectant le style et le design des constructions du Sud. En plus de l’hébergement, le complexe propose la restauration, un court de tennis, une piscine, une boutique d’artisanat, une discothèque, des circuits touristiques, ainsi qu’un bar, évidemment…

Tewfiq Baali sirote son Schweppes, après un plongeon et quelques brasses. Fouzya somnole, visiblement fatiguée par le voyage. L’hôtel est fréquenté par des touristes étrangers que les autobus des Tour’s déversent chaque jour, en fonction des nombreux circuits qui partent de Mezghena vers le Sud. Celui-ci passe par El Hamel-Zaatcha-N’goussa-Dhaya-Ksar El Hirane. Les prix proposés sont très attractifs pour les clients qui payent en devises, mais exorbitants pour les locaux. Une sorte d’exclusion par l’argent, malgré les slogans de tourisme populaire clamé par les pouvoirs publics. Tewfiq Baali se souvient de la thèse du fameux plan machiavélique de «décolonisation» concocté par l’ancien occupant. Il dit en gros ceci :

«Vous avez un beau pays, plein de ressources minérales. Il ne nous a pas été possible de réussir votre intégration. Vous refusez nos valeurs. Nous honnissons les vôtres. Nous partons, mais ne vous faites pas d’illusions. Nous avons laissé nos agents et des mécanismes pour vous garder en permanence sous notre domination. Nous prendrons le nec-plus-ultra de vos richesses et ne vous laisserons que des os à ronger entre vous».

Ici, à l’Hôtel Djerid, ce plan semble exécuté à la perfection. Les européens viennent dans ce pays profiter du soleil, manger les plus délicieux fruits, légumes et viandes de terroir, admirer des paysages plutôt hostiles que le dépaysement transforme en images de rêve, tout en gardant le confort qu’ils connaissent chez eux. Les autochtones ne peuvent se permettre les mêmes possibilités. C’est leur «propre» gouvernement qui les en prive. Il faut une autorisation de sortie très difficile à obtenir pour pouvoir traverser la mer.

Par quel «miracle» alors lui, Tewfiq Baali, se retrouve-t-il ici ? Il n’a pas louché après, cherchant plutôt à se mêler au peuple, celui qui déambule du côté du souk, encore plus proche de la réalité à l’état brut ici qu’ailleurs au Nord. Son incursion dans cet «autre monde» chloroformé a été rendue possible grâce à Fouzya Dorbani, dont le faciès ressemble à celui des «autres». En temps normal, pour fréquenter la piscine, il faut un abonnement, qu’on n’ouvre pas à n’importe qui. Peu importe maintenant. Tewfiq Baali ne veut goûter qu’au bonheur immédiat d’être près de Fouzya, son amour. Il voudrait caresser ses magnifiques cheveux fauves, la surprendre avec un léger baiser sur ses lèvres pourpres, tandis qu’elle est abandonnée à ses rêveries pleines de vœux, qui les concernent tous deux. Il ne le ferait pas. Il redoute les étreintes brutales et courtes, les promesses sans lendemain, alors que son amour pour elle est si grand, si vieux.

D’un autre côté, leurs retrouvailles ne doivent pas bouleverser la sérénité de l’étudiante dans la poursuite de ses études et de ses habitudes familiales à Shyrta. Ce cousin ne doit pas l’importuner, s’il venait à découvrir sa liaison avec un militaire inconnu qui l’aurait «ensorcelée». Il doit faire en sorte, dès leur retour, qu’elle reprenne le cours de sa vie normale, s’occupe avec sérieux de son cursus, et accepte le principe d’un nouveau rendez-vous, à la fin de son service militaire, qui tomberait en gros avec la fin de son internat. A ce moment-là, ils verraient bien.

Alors, ils décideraient ensemble du cours à donner à leur vie. Lui voudrait poursuivre un 3ème cycle à l’étranger, avec ou sans bourse d’État. Elle, sans doute, une spécialité de psychiatrie. Peut-être qu’ils partiraient ensemble à l’étranger ? Les voies du Seigneur sont impénétrables…

Fouzya Dorbani se réveille et se lève de sa chaise longue. Elle lui sourit timidement avant de partir plonger dans l’élément liquide, pour se refroidir la peau, après la brûlure du bronzage. Tewfiq Baali plonge à sa suite. Ils nagent doucement côte à côte. L’eau est fraîche et transparente. Elle lui sourit de nouveau et dit :

«N’est-ce pas merveilleux, ce qui nous arrive.

– Oui. Merci, mon Dieu.

– Tu as promis d’accepter mon invitation à dîner, n’est-ce pas ? Que dirais-tu si nous le faisons dans ce cadre féerique ? Oublions pour vingt-quatre heures la férocité de notre séparation de naguère.

– Oui, mais…

– Ne pense surtout pas à l’argent ! Je t’ai dit que j’ai de quoi fêter de somptueuses retrouvailles. À moins que tu n’aimes pas ce luxe criard.

– C’est vrai que je suis d’abord venu pour rencontrer les gens d’ici, dans leurs mises réelles. Mais je ne répugne pas à fréquenter des milieux qui ne sont pas les miens. Justement, pour faire la différence. Je veux dire que je n’ai pas de complexe à y venir.

– C’est vrai, tu acceptes ?

– Allons d’abord faire un tour en ville, pour acheter quelques souvenirs, et affranchir des cartes postales, conclut-il, en pensant à la manière d’aborder avec elle les projets qu’il venait d’entrevoir pour eux. Nous verrons après.»

Au centre ville, maintenant, les rues sont grouillantes de monde. Les citadins de la ville sont en général des gens simples, qui s’habillent humblement, sans que cela ait forcément un lien avec leur condition sociale. Ils sont plutôt concrets dans leur démarche de tous les jours. Ceux qui doivent aller loin pour rejoindre leur travail utilisent le vélo ou la moto. Des carrioles de colportage tirées par des ânes continuent de trottiner dans les rues poussiéreuses. Comme à Zaatcha, la plupart des familles possèdent une ou deux chèvres, qu’ils confient chaque matin à un berger, moyennant rétribution ou arrangement particulier en nature. Au crépuscule, chaque chèvre se détache du troupeau et rejoint instinctivement sa maison, sans qu’on ait besoin de la guider. Le plus souvent, les revenus des habitants sont annuels et tombent en automne, avec la récolte de dattes. C’est pourquoi ils ont besoin de régenter de près leur budget.

Fouzya Dorbani et Tewfiq Baali marchent ensemble, la main dans la main, parmi le flot de passants qui déambulent aux trottoirs, en cette fin d’après-midi de rêve. Ils commandent deux beignets à la confiture au stand d’un vendeur de confiserie orientale, avant de poursuivre leur promenade. L’air est maintenant d’une douceur infinie, le ciel empourpré de la teinte éthérée du couchant. Des hirondelles gracieuses décrivent leurs pirouettes incessantes dans l’azur, en gazouillant joyeusement lorsqu’elles effectuent des raids au ras du sol. Aucun souffle n’agite les palmes des arbres. Sidi Madhi dispose de deux artères commerciales principales. La vieille venelle et le boulevard moderne. Les boutiques de l’ancienne rue sont construites en argile, et disposées sous des arcades basses, avec en prolongement vers le fond les ruelles étroites de la ville antique, qui tombe en ruine. Ses tenanciers sont essentiellement des tailleurs, des marchands d’étoffes, des vendeurs d’épices, des négociants en laine, des cordonniers, des dinandiers, des réparateurs de tamis et ustensiles en bois. Métiers de l’ancien temps, alimentés jadis en marchandises par les caravanes de la route du sel. Au nouveau boulevard, il y a des épiceries, des marchands de fruits et légumes, un poissonnier, une boutique de souvenirs locaux, une librairie, un pharmacien. Ces deux mondes semblent se côtoyer en bonne intelligence, sans qu’on sache ici, comme au Nord, qui prendra le dessus. Les deux amoureux font quelques achats. Tewfiq Baali offre une chaîne en argent avec le pendentif de la croix du sud à sa compagne. Elle-même ne sait pas quel cadeau lui ferait plaisir. Elle l’interroge timidement du regard. Il secoue négativement la tête :

«Tout désir de possession est vain sur cette terre, répond-t-il.

– Non. C’est juste fait pour rappeler de bons moments. J’insiste.

– Alors, je prendrais bien cette rose des sables que le vent du désert a patiemment sculpté, la faisant ressembler à un chameau.»

Elle s’esclaffe à cette description. Ils affranchissent des cartes postales aux noms de leurs proches et amis, avant de s’en revenir vers leur hôtel déposer leurs achats et effets de bain, afin de revenir au complexe touristique de l’état pour dîner. A la place centrale, ils constatent que les préparatifs vont bon train pour lancer la soirée folklorique, qui promet d’être superbe. Ils ne se sont pas beaucoup parlé jusqu’ici, mais ils ont apprécié profondément leurs présences respectives.

A leur retour vers l’Hôtel Djerid, ils se laissent dépasser par une procession de vierges en haïks bariolés, qui va faire des offrandes à la [9]Koubaa du cheikh local se trouvant non loin de là, à l’orée de la palmeraie, afin d’obtenir sa bénédiction à l’occasion du mariage de l’une des leurs, impossible à repérer dans le groupe. Elles chantent un air local, émettent de temps à autre des youyous allègres. Elles nouent des rubans colorés aux arbres entourant le mausolée et allume des bougies dans une curieuse petite crèche. Survivances d’un rite animiste d’un autre âge.

A la réception du complexe touristique, Fouzya Dorbani demande une liaison avec Zaatcha, afin de réconforter sa grand-mère. A sa suite, son compagnon ne parvient pas à obtenir le numéro de leur maison.

Au restaurant, le maître d’hôtel est un Taxriti qui reconnaît immédiatement Tewfiq Baali. Ils sont donc très bien accueillis. La composante des tables est exclusivement européenne. On sent ici que la bière ou le vin commandés par les clients sont juste des digestifs. L’atmosphère est y très conviviale, moins fabriquée et détestable qu’au Restaurant du Square de Taxrit, ou au Beau Lieu de Shyrta, par exemple. Un air de musique muette détend les esprits. Tiens, Tewfiq Baali aperçoit le visage de la dame qui l’avait dragué route d’El Oued. Il tente de ne pas orienter son regard une seconde fois dans sa direction, désireux de l’oublier à jamais. Mais c’est difficile de commander à ses yeux, avec l’intention de les priver de fixer les formes mouvantes aux angles de vue environnants. Et plus ardu encore de réfréner son désir.

Heureusement, Fouzya Dorbani n’est point formaliste en la matière. Pour elle, intellectuelle et future psychiatre, il est tout naturel que des êtres soient attirés les uns par les autres, sans que cela dépasse le plus souvent le seuil de l’étonnement ou de la curiosité. Mais plus fréquent encore est le cas de figure où une seule partie soit réellement branchée. Par ailleurs, elle sait depuis longtemps déjà quelle trempe d’homme est son cavalier. Elle consulte avec soin les cartes et lui propose avec le doigt les mets qui ont retenu son attention. Son compagnon lui fait des signes muets d’énumérer pour les deux ce qu’il lui plaira, sans s’inquiéter. Elle paraît avoir l’embarras du choix pour sa commande, et le maître d’hôtel, toute attention, a commencé par eux. Il attend d’écrire sans s’impatienter, avant de poursuivre son travail aux autres tables.

«Dis-moi ce qui te ferait plaisir, panique-t-elle.

– Je mangerais tout ce que tu auras préféré pour toi, lui dit-il finalement. Après la piscine, je me suis trouvé un appétit irrésistible.

– Bien. Choisissez pour nous, dit-elle à son tour à l’employé. Nous vous faisons confiance.

– Et pour les boissons, ça sera ?

– Du jus d’orange et de l’eau minérale, s’il vous plaît, intervient Tewfiq.»

Il faut dire qu’ils font penser à des mariés en voyage de noces ! Perspective qui rendrait si heureuse la jeune femme, mais mettrait dans un désarroi indescriptible son cavalier. Car il n’est pas prêt au mariage ! Ni matériellement, ni psychologiquement. Dans sa tête, c’est une entreprise trop sérieuse pour être abordée à la légère, car elle détermine le destin de deux êtres très sensibles, celui de toute une lignée, infléchit le bonheur ou le malheur d’une progéniture vulnérable.

«Parlons un peu, enchaîne-t-elle lorsque l’employé s’éloigne. Tu n’as pas dit grand-chose depuis que nous sommes descendus à l’hôtel Ahaggar.

– Que veux-tu savoir, très chère ? Je crois que toi et moi avons dépassé le stade du dialogue. Nous avons même remisé le langage des signes au lycée. Depuis, nous nous sommes réglés sur une longueur d’ondes bien particulière et constante, que nul au monde ne pourrait brouiller.

– Oui, mais moi j’ai besoin de pénétrer dans ta vie. Une femme qui aime veut tout savoir sur l’homme qu’elle a choisi. Connaître ses goûts culinaires. Laver et repasser ses habits. L’aider dans ses entreprises.

– L’objectif que je me suis fixé après le service militaire est de revenir en Suisse y poursuivre mes études, Fouzya. Je crois que mon père n’aurait jamais dû revenir au pays. Là-bas, nous étions si heureux.

– Oh, quelle veine ! Moi aussi je dois aller à Lausanne poursuivre les miennes. J’y ai de la famille. Où habiterais-tu ?

– Certainement à Genève. Si on veut bien de moi.

– Mais certainement qu’on voudra bien de quelqu’un comme toi ! Un week-end sur deux, nous nous rencontrerons dans l’une ou l’autre ville. De plus, en hiver, nous irons dans quelque station de ski. En été, dans une auberge de montagne. Qui sait, peut-être que nous pourrons acheter notre propre chalet ? Avec un petit jardin pour faire pousser des rosiers.

– Oui, nous irons en Suisse, Fouzya, dit Tewfiq en souriant, à l’évocation de la perspective fleurie. Nous nous intégrerons aisément à leur société. Là-bas, il suffit d’être poli, propre, discret et travailleur.

– Oui, c’est ce que nous ferons. Je te le promets.»

On commence à les servir. Potage de légumes. Puis merlan à l’entrée. Ensuite des entrecôtes avec des légumes de saison, de la laitue, du flan caramel, de la salade de fruits, une tarte au citron. Ils mangent doucement, avec des gestes qui ne sortent pas de l’étiquette du lieu.

«A quoi bon ici se distinguer des autres, pense Tewfiq Baali ?»

D’un bout à l’autre de la salle, toutes les tables sont maintenant occupées. Sonorité discrète des fourchettes et couteaux. Léger tintement des verres de cristal. Cérémonial raffiné des serveurs autour des clients. Bonnes odeurs des grillades venant de la cuisine. Clientèle charmante. Discussions recherchées. Le tout enveloppé d’une musique de rêve.

«A quoi bon ici trop se lamenter sur la misère du monde, se dit-il de nouveau ?»

N’est-ce pas là l’amorce de la mutation de ses mœurs sociales, enclenchée depuis peu, et qui se confirme indéniablement au contact de Fouzya Dorbani ? Elle est assise en face de lui, les joues colorées par la prise d’aliments riches, attentive aux expressions du son visage de son compagnon, aux gestes mesurés de son corps, et à la pulpe des rares paroles qu’il prononce. En réalité, il demeure encore trop attaché à ses racines…

Lorsqu’ils sortent du complexe touristique, il fait nuit. Cent cinquante mètres d’une route ensablée, sans réverbères, cernée par l’humidité de la palmeraie, les séparent de la place centrale, parée de petits drapeaux multicolores et éclairée de guirlandes, d’où leur parviennent les sons aigres d’une [10]zorna, les battements de tambourins, et le cliquetis rythmé des [11]karkabous de la troupe musicale locale :

«Tchatatub, tchatatub, tchatatub.»

Tewfiq Baali reprend aussitôt la main de sa compagne, afin de la rassurer par sa présence dans l’obscurité, quoiqu’ils ne soient pas les seuls clients de l’Hôtel Djerid à être sortis. Des touristes bras dessus, bras dessous, marchent en rangs dispersés tout autour d’eux. L’air est maintenant à la limite de la fraîcheur.

«Oh Tewfiq, je crois rêver à tes côtés, s’exclame Fouzya Dorbani !

– Moi aussi, répond son compagnon. Faisons en sorte que ce rêve dure le plus longtemps possible, et qu’il débouche sur un éveil moins féroce qu’autrefois.»

Ils arrivent à proximité de l’estrade érigée sous les eucalyptus et restent un moment à admirer le spectacle. L’orchestre local est formé d’une dizaine de musiciens, [12]Hachanis et Mehadjris mêlés, habillés de gandouras et chèches bleus. Ils manipulent des instruments de musique exclusivement traditionnels . [13]Aoud, [14]derbouka, [15]chekioua, [16]djaouak. Deux danseurs endiablés, les visages luisants de sueur et les dents éclatantes de blancheur, se trémoussent au milieu de la scène, à un rythme de danse rappelant ceux de l’Afrique Noire.

«Viens, allons à nos balcons, dit Tewfiq Baali à sa compagne. Nous y serons à l’aise pour admirer le spectacle.»

A la réception, le préposé tient une petite boutique de graines sur son comptoir. Fouzya Dorbani lui en achète deux cornets de cacahuètes. Il leur offre de nouveau deux verres de thé et ils font monter leur [17]mahchacha avec eux à l’étage. Arrivés près de leurs chambres, chacun d’eux y pénètre isolément. Ils se retrouvent peu de temps après aux balcons et s’assoient à leurs fauteuils en osier, thé et cacahuètes posés sur de petites tables. Fouzya Dorbani avait bien noté que son compagnon avait dit :

«… Nos balcons.»

Elle accepte cette idée de «séparation» qui, à bien voir, est plutôt un signe de respect de l’autre, omniprésent dans la démarche de son amoureux. En réalité, la distance entre les deux balcons est si minime qu’ils se retrouvent de nouveau ensemble, séparés seulement par un petit pan de mur. La vue panoramique sur le spectacle qui leur fait face est idéale. La fête bât son plein maintenant. Tewfiq Baali pense que le moment est venu de parler à sa compagne de leurs projets communs.

«Fouzya, je voudrais t’entretenir de quelque chose. Mais j’ai peur que tu comprennes mal.

– Dis-moi tout, chéri. Je suis courageuse.

– Voila… Nos retrouvailles sont venues à un moment que je trouve quelque peu… prématuré par rapport à ta lancée académique. Je ne voudrais pas que notre liaison perturbe en quoi que ce soit le déroulement de tes études, ou te mette en situation de gêne vis à vis de ta famille de Shyrta. Ta grand-mère de là-bas peut avoir eu à l’idée de… te garder pour son petit-fils.

– Aucunement, Tewfiq ! Je te rassure. Elle et moi avons déjà abordé cette question. J’ai dit que je ne me prononcerais qu’une fois ma spécialité terminée. Ce qui me laisse encore quatre années de répit. Comme je dois partir en Suisse en octobre de l’année prochaine, beaucoup d’eau aura coulé sous les ponts d’ici-là. Et, entre-nous, je ne l’aime pas, celui-là ! Trop envahissant, soupçonneux et barbant !

– La présence journalière de ton cousin à tes côtés ne me gêne pas. Je veux dire que notre fréquentation à Shyrta doit être la plus discrète possible. Parce que je ne voudrais pas que tu délaisses tes études à cause de moi.

– Que proposes-tu ? Je te serais obéissante.

– Demain, durant le trajet du bus, je te dirais comment nous procéderons. En attendant, continuons de jouir de ces moments de rêve.»

L’orchestre poursuit sa frénésie rythmée jusque tard dans la nuit. A un moment, prit d’une envie momentanée d’écrire, Tewfiq Baali entre dans la chambre prendre son journal, avant de revenir au belvédère.

Journal/01 Mai 19.. :   – (Fin) Chacun à son balcon, mais si près l’un de l’autre à nous toucher, Fouzya et moi avons veillé très tard à admirer l’orchestre local qui nous faisait face. En voyant les danseurs tournoyer et se trémousser au rythme d’un chant local, j’ai pensé que notre patrimoine folklorique national est d’une richesse culturelle inestimable. A la fin de la soirée, nous avons applaudi frénétiquement la troupe.

– Au moment de rentrer dans nos chambres, je me suis levé et me suis tourné vers Fouzya. Elle m’a imité. Nous sommes restés, le clair-obscur aidant, longtemps à nous regarder. A un moment précis, j’ai senti que tout pouvait nous arriver. Alors, j’ai seulement pris la main de ma compagne. Et j’ai penché la tête pour la baiser, avant de lui dire bonsoir.

– J’ai pris une douche réconfortante avant d’aller dormir. Il m’a semblé que l’eau chaude de Sidi Madhi m’a lavé de tous mes péchés passés. –

Le couple ne quitte l’Hôtel Ahaggar qu’au milieu de la matinée. Fatigués par les émotions de la veille, ils se sont réveillés tardivement. Même au lit, ils n’ont pu fermer l’œil pendant longtemps, excités par la nouveauté qui les a soudainement submergés depuis leur rencontre du train. Ils ont pris leur petit-déjeuner au salon, réglé leur note et ont pris leurs sacs de voyage, avant de se diriger vers le souk de la ville, où les marchands ambulants plantent leurs chapiteaux tous les dimanches. Là-bas, l’esplanade est déjà en effervescence. Des caravanes ont posé leurs ballots, et les commerçants ont achalandé leurs marchandises, parfois posées sur des bâches à même le sol. Des chameaux s’approchent instinctivement de l’abreuvoir, bien qu’aucune eau ne sorte du tuyau de la fontaine depuis longtemps déjà. Signe de décadence d’une époque révolue…

Ici pains de sel, pains de sucre, henné, épices, dattes, céréales, légumes, fourrage, pièces de forge, harnachement de bêtes de somme, sombreros. Là produits de quincaillerie, de droguerie, d’épicerie. Plus loin, négoce du bétail. C’est la fameuse rencontre de deux mondes parallèles, qui se côtoient l’espace d’une matinée par semaine, sans jamais songer à se fondre dans l’autre.

Tewfiq Baali entraîne par la main sa compagne derrière lui, à travers le flot d’une foule où la gandoura et le chèche dominent. Ils ne disent presque rien, si ce n’est de d’émettre quelques réflexions savantes ou passionnées sur la beauté et l’art des produits locaux fabriqués par des artisans, se rendant compte avec satisfaction de leurs goûts communs. Leur liaison dépasse depuis longtemps, et ils le savent, le seul registre de l’amour.

Ils voient comment la clientèle apprécie d’abord les produits des yeux avant de s’arrêter éventuellement pour, selon leur nature, les toucher, les palper, les soupeser, avant d’en négocier le prix en cas de volonté d’achat. Comme dans tous les souks, il y a le barbier arracheur de dents, le charlatan vendeur d’herbes aux vertus médicinales, le diseur de bonne aventure frottant un vieux violon, qui tous attirent de leurs voix fortes et pédantes des groupes de curieux profanes.

Tewfiq Baali aime cette atmosphère foraine, car quelque part dans son subconscient, elle semble lui rappeler un bivouac de caravane de ses ancêtres. Ils flânent longtemps, tout azimut.

Vers midi, le couple entre dans une gargote pour déjeuner, afin d’attaquer dans une bonne disposition de corps la longue route du retour par autocar qui les attend. Ils apprécient le goût inimitable de la doubara qui leur est servie. Ils prennent du thé pour tout dessert, et s’en reviennent doucement, toujours la main dans la main, vers la gare routière. Là-bas, un bus orange super luxe de l’Office de Transport de Voyageurs les attend.

[1]Voile.

[2]Sève de pin, consommée localement comme chewing-gum.

[3]Prophète mystérieux de Dieu, intervenant dans certaines situations terrestres d’injustice.

[4]Plat local très apprécié, fait de fèves ou de pois chiches en purée.

[5]Circonscription de Zaatcha.

[6]Se dit d’une tribu de bédouins commerÿants, qui s’est établie à Sidi Madhi au Moyen Age.

[7]Place fortifiée.

[8]Pouillon.

[9] Cénotaphe.

[10]Sorte de flûte.

[11]Castagnettes en cuivre d’Afrique Noire.

[12]Ethnie noire de Sidi Madhi.

[13]Luth.

[14]Tambour.

[15]Cornemuse.

[16]Flûte.

17] Apéritif

Publicités

Une réflexion sur “© « Royauté sans effigie »,Tome 2, Chapitre 10, Roman/ « Kingdom without effigy », Volume 2, Chapter 10, Novel

Les commentaires sont fermés.