© « Soldats de plomb », Tome 1, Chapitre 17 et Fin,Roman/ « Tin soldiers », Volume 1, Chapt 17 & End, Novel

Chapter Seventeen

 

Tewfiq Baali led with caution the Drize 7. His first evolution by jeep around the circuit was done smoothly . It now passes the test truck . He is careful not to speed. How could he , in fact, with the behemoth in his hands , and without a monitor to guide ?

Sometimes the back of a giant donkey. Critical phase of the course. The nose of the truck is lifted like a plane taking off . He disengaged , press the foot brake before the peak and locks the drums with the hand lever . The truck stops.

Now delicate phase of the operation, it is the clutch, engage first , pack with strong mechanical throttle . Then quickly unlock the jaws and crush thoroughly fungus simultaneously . The action must be done in a fraction of a second. The pace of the engine drops to almost die. The truck shakes without advancing first, but still leaps forward , giving the impression the driver to pull of gravity. His nose transplanted immediately below, with the effect of a rollercoaster . Tewfiq Baali just time to stop before the line that demarcates the area of circulation. It only remains for him to engage reverse to park . He managed the niche with the help right mirror, judgmental ! The monitor does not give him time to make the slot in the front. It blocks his stopwatch and calls another candidate. Time is the rush!

In this final day of end of course , rumors are rife , as always. The barracks is shared between two opposing views . Half of the students think is dying exam is useless because the assignments come from Mezghena , without distinguishing between Zid and Bouzid. The other half believes firmly that reservists would go populate the first lines would be those that have the lowest scores . Although the overwhelming majority agree that the peaceful days are over. More blank cartridges . More NCOs actors. More barracks resort . Hibernation is ter mi .. born .. !

The small section of Train has only a few hours to live. Sections of other weapons are also in the eye of the hurricane. A race against the clock also decided for them …

Land transport require a strong sense of organization, but also a gift for the opportunity . How to respond to the request as many shoestring ? Tewfiq Baali had not lied to the jury. This is not only with perseverance to revise its courses , but with passion. The lights stay on all night block.

« What are you doing , ‘said Sergeant Week ? You want to repeat the instruction ? It is useless , your stuff to write about the con school notebooks . « 

It is 5:00 in the morning. Their night watchman came to find his clothes , backed his pillow , his head drooping , dangling lips, knees open book , reading arrested in his head to a formula maneuver forces :

                                                                                                              Fj =     200 wbP x Fd

v                   v

And the round of exams again , from room to room . Awakening the senses from permanent twenty-four hours installs a strange dimension around men . Tewfiq Baali printing an extra day is added to his captivity. Neither the synopsis of his answers , or freeze his feet equals his haste to finish . Another night or two at the block and his name is linked to a locality and a symbol of the regiment.

S / Lt Tama questioned long. The silence of the student throughout the duration of the program had intrigued the instructor. Although written questions developed by students were intelligent and rational . Her writing developed. It has not failed to demonstrate a spirit of initiative in situations blocked . Tewfiq Baali does not confirm well orally , closing undoubtedly a fantastic knowledge on land transport officer believes that understanding .

He answers each question in one sentence , concise and precise , as the cardinal principle of military education: to the point , no frills. After a moment , the teacher no longer listen to the answers . He spies gestures, hesitations , intonation of voice, the look of the candidate. The note is already registered : 15/20. Tewfiq Baali is sure to have seen next to his name, before completing its development .

True to his eccentric behavior , Lt Mahfoud does not consider it necessary to organize the review of traffic , but told the students that the lower note 10 to the oral test maneuvers forces stands resets the course of Train. Result that would send its author join the NCO corps . The warning is serious, but the measure did not move for both men . Now they have been devalued, insulted, scolded , they were damn fuck become an officer or lame duck …

Tewfiq Baali strongly interested in this course because it reminds him of physics experiments conducted in the laboratory in high school. With Mahfoud , do not philosophize . Align all formulas hauling one below the other provides average. Tewfiq Baali get well contented .

Sergeant Lakhal fun to simulate faults on the vehicle and leaves a group of ten trainees try to troubleshoot based on a specific clock. Tewfiq Baali saves his group because he learned the mechanical and electrical car in the workshop of his father. The rating is common to all . Zero or 20/20.

The mechanical examination is a formality . Just call to his memory, the army tried to amnésier far. The instructor may deduct half a point for a comma is missing !

S / Lt Djertli is the last of examiners. For impatient Tewfiq Baali , he takes pleasure in calling his name last. L’Ecole du Train is a desert when the last candidate enters the room. The instructor did not question , formulating the only question to all students:  » Contribution of the rail in the coordination of military transport. « 

Instead, the officer discusses with him about own reservists whose pathetic outbursts are surprising conversation.

« You know, you Tewfiq , you are the perfect stranger an impossible equation , he said in introduction. I was constantly afraid for you these past three months.

– Why ? I tried to be a way called. I would say common .

– It is not easy to go unnoticed when you are a leader .

– I believe that the original human being was conditioned to become accustomed to the worst situations.

– There was your illness , death in your family. Thou didst two extreme attitudes rarely easy to meet in the barracks.

– Explain , I’m interested.

– The seriousness, discipline , constancy in work against the refusal of the free domination.

– It’s true . Because I consider military service as a duty rather than slavery, or blind obedience to any system of values. Think a little … The persistence of all the burnt offerings of mankind has been made possible because men felt obliged to obey without question .

– You’ll be surprised though when you put on your shoulder for the first time .

– Why ? They do not weigh much . It is only the silver or gold plated brass . They give an illusion, a parody to simply stupid .

– You’ll see . After too many rebuffs, m .. socket , reports equivocal of gangland premeditated suddenly … A magical change. As one who goes from one extreme to an incredible luxury poverty. So you begin to gradually take the worst dégueulasseries army against the troops on the right side . And you say that this is a sacred opportunity for you to be an officer . Especially these days .

– The army will never trust an officer who has not first been enlisted man , is not it ?

– That yes . Must accept to be crushed to be ready to crush others. Fortunately we learn the ABC of art in stride.

– The soldier , a profession ? It’s not romantic.

– In war , it is useless to be.

– . Make your long and energetically difficult task ,

In the way in which the fate wanted to call you,

And then after , like me, suffer and die in silence.

– You’re Vigny reincarnated ! But I think it’s the least romantic verse of all his poetry .

– Fate for great romantics , is the normal course of things. In this, they join realistic .

– The world is badly made , live it , you know.

– Absolutely . But I do not belong in this category . The world is done wrong, change it , I say !

– The future does not concern you?

– The bottom line is it is not monotonous. Psychics are unhappy guys. If I am destined to join the camp of bloodthirsty murderers , then pronounced as myself, now my death sentence.

– Fiiiuuu ! It leads us very far it all. You were off topic and the jury is waiting my notes.

– I apologize . I had the unfortunate idea to come to the barracks without the mat to wait and see what happens. This necessarily leads to surprises.

– Come, come . How you deserve ?

– 20/20 , by Jove .

– Go Back ! And good luck if you do not see !

– Why do not we would see ?

– Because tomorrow , soon closed the ceremony grades , you start off in all directions.

– Assignments are established ?

– The Academy received your roadmaps of Mezghena . This is at least the information that the administration circulated to avoid claims .

– Can you tell us where we screwed ?

– Nobody can know for now . They say it is a ultraconfidentiel sealed envelope , which is in Zemlet . The roadmaps will be distributed along with the grades. « 

For the first time and probably the last , this is one that leaves the friendly Tewfiq Baali School Train, and he slowly returns to his neighborhood. In the rooms , you start to pack on the instructions of a sad and absent Kharoubi . Blankets and sheets are reinstated in exchange mats early , despite the intense cold that continues to prevail . Men must spend the night dressed in their bunk lattice. The excitement is so great that at the beginning . Students exchange their addresses and make a mixed record of their stay Taxrit . They were insulted , humiliated, devalued, but they are out somewhere , grow , if not victorious , because holding a military that they do not necessarily use the wrong way , or at least not in the meaning intended by the holders of power …

At 18:00 , a new lieutenant assigned to the instruction of the new promotion , replacing Ghozli , ordered a rally and delivers brief remarks :

« You came here to the end of your stay with us. Tomorrow will be a tiring day for you ! Rehearsals for the parade will begin at 07:00 ! You probably will not have the opportunity to have lunch ! So take a good latte ! We will distribute leggings , belts and white gloves ! You put your required output for the ceremony ! Your package will , in the meantime , prepared, locked ! You will not leave a trellis on the bed and shoes outlet below ! The required output will be reinstated immediately after the parade ! Where you . Go away, you ‘ll hardly need! General Djellal the honor to Interarmes Academy Taxrit patronize the output of your promotion! You must host by running the most beautiful parade that will be given to soldiers in the ranks before claiming ! Lt Ghozli is sorry he could not attend the output of your promotion! He asked me to wish you good luck! Now , I entrust you to Sergeant Fitouni ! He is the master of ceremonies ! Warning! Attention! Fixed !

– Cooompannnies ! AAAAA ! Mooon ! Cooomaaandemeent ! Repooos , takes the NCO ! To prepare a parade output promotion, it normally takes a good week to arrive at the correct results ! There remains more than sixteen hours to synchronize your movements together ! I will first explain what a ceremony grades ! How we should be dressed ! How to salute ! How to perform the movements together! While in theory tonight and tomorrow to practice early! You only have to obey my orders ! « 

The army knows who she says dressing men ! Tewfiq Baali forget the time between the gathering from 18:00 to 06:00 that morning . He remembers vaguely change between weapons store , the clothing , that of sleeping . The dormitory, his comrades speak to him but he says later , vaguely , or not say anything at all. He falls asleep with lovingly embracing gun until the morning.

A commotion that has nothing in common with what they have seen before shaking the block from 05:00 in the morning. It is the breaking of instructors to the rank of captain, to all floors . All put their finest formal wear . The first care of the framework is to dress men. Polishing of boots. Poses gaiters and belts . White gloves. Strips cadet yellow velvet.

The grandstand was erected by the genius guys in the night. Clique of the 12th CA is the rendezvous . A multitude of garlands and flags around the place of the report, which finds all these people at 07:00 sharp.

Fitouni first organized troops into platoons symmetrical weapon , obviously emphasizing descending order of size . In this game , of course, Tewfiq Baali no exception , as always, to the position of leader ! The instructor starts work as if intended for newly arrived blues.

« Attention! AAAAAA ! Mooon ! Cooooomandemeeent ! Attention! Fixed ! Reeeepos ! I will before 10:00 remind your good memories that mean orders series ! That unfortunately your instructors specialty failed to continue ! They claim that your basic training base was a pleasure ! It remains to be seen ! There’s only overweight see your bellies ! Looks chicks ready to give birth ! « 

( General laughter almost cavernous but brief. )

 » … We, you and me, prove that nothing has been pursuing the instructor ! And three hours of exercises! We will resume the cadenced step in serried ranks , the present – arms! The hi ceremony . I want seven volunteers to exercise over the flag to the new promo, otherwise I will refer to myself! « 

Tewfiq Baali made a step forward, but the instructor said:

 » No, not you Baali . I need you for something else. Warning! AAAA! Mooon ! Cooomaaandemeeent ! Gaaarde you! Fixed ! Eeen ! Avaaant ! Maaarche ! One, Two ! One, two ! One, Two ! Higher than that knees, Baali ! « 

At the same time , the orchestra begins to give heat and instrumentation . Beating his boots pavement walkways , which vibrates his body jolts stupid Tewfiq Baali understand why the Academy entrust this task to one man , and especially this NCO peerless of the army. It has serious military port and the gift of being obeyed . And this is not learned in college!

From the first test on the esplanade opposite the grandstand , the show promises to be impressive. Students want to be at the height of the event, but no instructor tell them that they have succeeded. Things seem to immediately take a good turn when the body heat up , and patriotic music tickles the pride , but this is without counting the time indiscretion …

From 9:00 , violent storms batter the city. Fitouni is obliged to curtail its staging . Nobody knows , not even Zemlet , when General arrives. This is a privilege of every command to test the degree of preparation and organization of a barracks.

Result: The guard of honor parked near the gate , and companies aligned instead report must remain at their locations without moving. Height of irony for men , raincoats were reinstated in clothing store yesterday!

An hour passes to standby conditions . The rain does not stop. Helmets in contact with the wind whistling . Uniforms soaked take a matte color. Knees tremble ! The teeth chatter !

Tewfiq Baali was assigned to platoon honor near the gate . Position profile in the lead serves as a windbreak for the student to his left, and so on. But after a while he realizes that drafts do not have a dominant sense and shoving as they all are . He meditates long stupidity of their position . At one point, he dropped almost aloud a sentence that will long be famous in Interarmes Academy Taxrit :

« This is a post horror ! « 

These few words are assassins brought word of mouth , to those of Colonel, trapped inside the checkpoint . Ten minutes later , Lt. Bouguessem agrees to leave his platoon into the room falls for heating , and do as much as possible dry held near radiators .

From 11:00 , the order directs the department responsible for the ordinary men serving a hot bowl of soup , nothing more. A swallow up the gun to the shoulder, without removing the gloves. All sections will pass, in turn , except the  » picket horror « , which must remain vigilant to the living generation.

At 12:00 , the tension relaxes a little. Everyone starts to think that the delegation of 12th CA was lost in the storm and would not come …

At 12:50 , a radio message traffic patrol stationed at the entrance of the city announcement checkpoint arrival of the procession. Caught off guard , Lt. Bouguessem must yell that the ranks are reformed in time. Announced by the powerful lure of two motorcycles, black General DS stops at the entrance to the academy. Djellal descends and moves , bent double , holding his hat in one hand so it does not fly . Zemlet welcomes the portal . He took the precaution to fold the edge of his own to his chin. They exchanged a few polite formulas military before approaching platoon of honor, followed by the rest of the delegation following arrival in 304.

 » Préeeesentez ! Aaaarmes shouts Lt Bouguessem ! « 

The strong vertical and oblique movement , rifles is beautifully executed by men. Djellal progresses rhythmic steps . It welcomes the peloton while jamming his cap on his head with his fingers. It is an imposing figure . Passed him , Tewfiq Baali feels the chemistry with the person who has nothing to do with rank or his supposed celebrity media immediately. It is true that the packaging of the soldier as it tends to favor such sensations thereto , including through ceremonial and deployment of forces surrounding this type of event is very popular with makers of power. In this other case , rather than a will , Tewfiq Baali may have seen the specter of absolute authority surrounding this personality. Inside an artificial field limited , prepared , wanted, move fragility and pride involved in the service of a supreme cause that individual invested ignores ins and outs . Tewfiq Baali but maintains its first judgment. Of Djellal actually exudes a rare aura of humanity, in this military rank.

On the parade ground , companies are also abused by the management so that they show in their time alignments. But General is directed to the command, instead of the grandstand , probably for lunch, and where waiters in white jackets are busy in that area .

Men should expect more than ever. Nobody knows where his feet will land . Wet with rain droplets, the boots as shiny as his eyes. Now all want to finish , at any price. We played their all to their places and places. Elements of the honor platoon join their respective sections near the refectory , but they are not entitled to the bowl of soup because officials can get a moment to another.

At 15:00 , after waiting and suspense never equaled until then, the double door of command opens. Yakhlef emerges first, held in a flawless ceremony, with white shirt and black tie. His faithful secretary follows , carrying a stack of papers in a plastic bag.

The grandstand quickly packed a myriad of stars , and some civilians. Clique warms her icy instruments. Yakhlef came to rest at the report. He expects all officers sit . Come last General , accompanied by Zemlet , which protects with an umbrella . The director of instruction still procrastinate so that the silence do before intervening. He wears a full circular look of solemnity around him. We no longer hear the patter of rain on the ground.

 » Cooompagniiiies ! AAAA! mooon ! Cooomaaandemeeeent ! … Care to you ! … Fixed ! Préeeesentez ! Weapons ! « 

A dull uniform rustling and rattling multiplied to infinity rifles , promotion runs around series admirably. The commander welcomes men, pivots and also welcomes the rostrum. General rises, makes salvation , imitated by any delegation. At the same time, click sings the national anthem, sung by the companies. For thirty or forty seconds , gorges men sing in unison for the greater glory of the nation. Nothing and no one in the world seems to resist this desire . When the last chords cease, the Director of the Academy approached the microphone with a sheet and delivers the closing speech :

« Officers , NCOs reserve the K74Y class ! Today, your military training and specialized elementary ended ! Each of you is now ready to make its duty properly ! Now is your real work will begin. Repeat after me the oath of allegiance . « 

The rain became a deluge unquenchable , which reduces the power of voice. Tewfiq Baali repeat the first part of the oath , on the defense of national interests and stops when the Colonel men sworn to defend those of the revolution. He shakes his head slightly from side to side and said, between his teeth :

« That one is not my cause. Revolutionary legitimacy left with the martyrs , the advent of independence. « 

Rain confused by swirling winds lashed the faces , with the effect of a free cold shower, and despite the protection helmets.

« Officer trainee reserve Tewfiq Baali to the report , the Secretary screams ! « 

The interested party has heard his name , somewhat muffled by the violent patter of rain on the gravel. He did not hesitate a moment but helpless . Fitouni told them that the valedictorian could be anyone, as a raffle draw .

« Go ahead , Baali , what are you waiting for , it does whispering around ! « 

He leaves his gun in his left energetically raises his arms to his chest and began to run at the double to the point report. It feels like flying . This dedication , sincerity, he did not expect ! Thousand eyes converge on him. Thousand emotions. Thousand great too.

None of the instructors had told him beforehand to prepare the new . Themselves knew probably not ? Doubtful. Fitouni seemed to know when he had dispensed from joining the pack flag raising . Note the larger coefficient is given by the Director of Education, according to a scale and known appreciation alone : discipline , obedience, reserve , courage , strength, intelligence.

General solemnly down the steps of the platform and stopped on the fringe of the top wire of the rostrum. Running, see Tewfiq Baali believes its draft smile. The valedictorian stops at the six- regulatory meters. It starts at attention , salute . Then advance three rhythmic steps , and welcomes new, energetically , before Login:

« Officer trainee reserve Tewfiq Baali , number : 15.25.7204.0003 , in this report, sir !

– Hello , Mr. Baali said the General , responding equally strongly to salvation, then her hand .

– Hello, sir , says the new ranking , always in the same tone !

– It is my pleasure to greet you in the promotion of the officer staff. Congratulations !

– Thank you, sir , ‘said the winner , shaking him warmly by the hand !

– Where the officer is assigned , Djellal said , turning to Yakhlef ?

– At 51st QGO , 12àme CA , General !

– Ah . This is a good posting, lieutenant. We will surely have the opportunity to see us !

– Certainly , sir !

– Good luck, says senior officer , handing him a wrapped with a green and white ribbon, as he handed the secretary sheet . « 

Tewfiq Baali takes the roll of the right hand , performed with a semi-circle behind his back to back in the left hand. It welcomes , three steps back, welcome back . General responds to salvation and goes to the podium. Tewfiq Baali turns and starts running toward his place. He hears behind him Yakhlef shout

 » Préeeesentez ! Weapons ! « 

When he took his gun, Tewfiq Baali is acclaimed softly by his entourage .

« Congratulations , guy ! You have blocked their corner ! Laaqoba el keel . They took us for less than nothing. Here is the result ! We are men ! « 

The look of Tewfiq Baali moves towards the rostrum. The General stood up and gets ready to leave . The senior certainly has a noble harbor, frank eyes . It works like an emir of the desert.

Apparently , there is no remission of degrees, because the secretary starts quickly spell names , when officials began to desert the stands. Men receive from the hand of their secretary roadmaps. There are currently no parade like West Point. The weather has spoiled everything . Even the walls of this military compound are probably eager to see them go . Tewfiq Baali removes the tape and reads his roadmap. He turns to his neighbor on the right :

 » Where is the 51st QGO/12ème CA ?

– How do you as I know , with their bizarre acronyms . « 

Half an hour later, the barracks are found for final meetings of friends, disturbed by management , which operates with the latest measures of dispossession. Gaiters and belts . Strips EOR . Gloves. The required output resembling leather hides are soaked removed with delivery by conscripts . They are more interested now than in the famous permission of Completion . And the news comes as a bombshell that the securities are returned to the workforce without the signature of Colonel !

 » Party, they were told . It is mutated. Yala is not authorized to sign more than the duration of temporary show. « 

Until the end, the army will be played credulity ! In ordinary times , the Academy provides this type of expansion , according to a schedule known to all classical . Unfortunately, time is not normal. It only rushing and imminent dangers threaten to take everything in their wake .

Wherever he goes , Tewfiq Baali is regarded as a rare bird who has just landed the moon. Some instructors come to the dorm to congratulate him , headed Fitouni , which continues to welcome in all directions « new officers , » seems to say :

« And if you were me , what would you do ? « 

Tewfiq Baali the -blank questions on the assignment :

 » Shyrta , he said , with a clear complicity. The headquarters of the 12th CA .

– Why this craze ? What does this assignment so special ?

– This is the best mutation that is for you, in the present dangerous situation.

– God of heaven , is written with great emotion Tewfiq Baali , coming to remember something so precious !

– Hey, why that face you doing?

– Er … No. This is the last destination at which I would have thought .

– As valedictorian , the Academy would have kept you . But the command, for efficiency reasons , decided to keep the instructors K73X . Finally, you will not be only an hour drive from home. Just be happy. You just have to stay cool there. And you manage to dredge all the girls in the staff , ha ha ha!

– A good time , meets Tewfiq Baali blushing … I did not know there were women in uniform.

– No, this new long in coming . It is simply civilian employees . « 

As sensed Tewfiq Baali , the machine back in time is back . Earlier than expected , it seems . It did nothing to hasten the speed. The machine returns irresistibly as two small hearts on planet Earth continue to fight and their attraction is stronger than that of galaxies. Nobody in the world does not share this secret. Nobody know anything before long. While preparing his pack for the next start , he breathes deeply , saying aloud :

 » I’m coming, Fouzya ! « 

Floors , the majority has not called to congratulate the head . Each measures the scope and consequences of the assignment, while burrowing into his duffel bag and its effects souvenirs purchased from Taxrit . Further away from the theater of war are no less affected than others because they know that at any moment they would join and Tewfiq Baali , while valedictorian he is not ignorant .

« I expected a little of this consecration , said Rachid Basta , who is wrapping up his package.

– Why ? I did nothing special compared to the average conscripts. I stood up to the instructors. I fought . I deserted . I feel they have made a name on a list like that . Question to finish with us, whatever .

– You said the same thing to the Institute. I know your determination to win , to overcome adversity . And I think the majority of conscripts is not against this choice. That ‘s what counts .

– Where is the difference? This is the last of my worries have been spent . It served me what to be at the Institute , tell me , huh ? The games were made in advance.

– Yes, but we would have to move mountains to get our diplomas.

– This is not the same thing. Many of us wanted them to get the hell out of the other side of the sea I swear . If you had given me a scholarship , I ‘ll be back . The harvest of my work would have been useful to my country. Now , I do not think the same thing . It was , somehow , cleared the way for me to escape. A ticket one way.

– While it is too far and it will not change the assignments.

– For you , yes. It really is not luck, Rachid . You see me sorry.

– All the DCA , armored and infantry were stationed serving in the 9th AC units. This way, there is no jealousy . I’ll be less tempted to desert. It would take me three days of travel to reach Earth Heliopolis and much to return . I spend my permissions on the roads. That’s better perhaps. Unless God decides for me an air trip . I ‘m not greedy . Once every six months .

– And your mom ?

– How can I be helpful to him during these two years?

– Write it, where it is the only resource. Ask about her. The hold.

– It would worsen the distance . The absence. Isolation . The bitterness . So, as they say. No news is good news . You remember the chain purse Mezghena ?

– The human being does not stop running . I have not stopped doing it . All my life. I became by force things a runner. This is actually very lonely as a sport.

– Remember . I offered to accompany you . You did not want . So now , do not intend to stay . « 

Section Train was split in pairs in all directions, and chambered Tewfiq Baali as follows:

– Branis and Rochdi : 21st – 63rd QGO CA ( N’goussa )

– Ben- Bussa and Bounadir : 7th – 9th CA QGO ( Toff ) .

– Medouci and Bachiri : 9th GSA- 1 QGO ( Mezghena ) .

– Bouhliss and Ferchi : 11th – 10th CA QGO ( Oran ) .

Friends Tewfiq Baali :

– Basta : 9th – 28th CA BDCA ( Boulemgaden ) .

– Debiche : maintained at the academy (in view of medical expertise. )

Bouhliss and Medouci because they have deliberately created , are the only elements of the barracks to have been demoted in the body NCOs , notes insufficient . No Taxriti , in any section , not even the majors weapon , were maintained by the academy. That would be enough to remove any interpretation assignments . This does not preclude a Ben- Bussa to continue through to sow discord …

And reservists called to command once for  » case for  » does not get any rest positions close to home . As for « moles of the army » who supervise called, they vanish ! Surely , luck, or shadowy Ministry officials will Armies said their last word . Moreover, the Academy has already begun work race against time of separating the numbers of this promotion as soon as possible , so that is not installed in the barracks monotonous languor of melancholy, bane of good moral troops . They should especially not look behind them and leave space for new net , which start pouring since morning !

In presenting the mesh , now faded enough , they will during the trip , nobody, to the chagrin of Chief Warrant Officer Kharoubi , can claim that they have not become strong and virile . Their hair grew back . Their whiskers are provided . Their actions have become a little « military presence . » But in head -to-head with themselves , they feel nevertheless fragile and desperately alone.

The same evening , all the men assigned to the 9th Corps were transferred to the airfield Zaatcha for a terribly southwest air travel. Among them, there Rachid Basta ‘s mate Tewfiq Baali . They did not want to say « goodbye » , by tacit agreement.

Block , the rooms are empty , but quietly this time . Cabinets not squeak more . It promises to write. But men know that this promise will eventually not wane with time. The water has flowed under the bridges. The clouds have accrued prior to discharge their rain elsewhere. Sandstorms will have subsided . The land will make a revolution around the sun more . A new life, the gloomy and ominous hints , will forget the faces and colors. In a chance encounter station , it will be nice to remember the good times … become old . And students’ names , except that of a Bouhliss or Bouboule , and especially a Dolmani , real grunts barracks , the names of instructors , except those Ababsa of Fitouni will no longer be delivered without some deformation. .

As for Warrant company is probably the most intelligent creation Dame Army. A safety valve absolutely effective !

It is 3:00 in the morning. Tewfiq Baali and Mohamed Amari, another officer Train affected him as the headquarters of the 12th CA, are alone in the dormitory. All the others are gone. On the second floor , electricity burns continuously. Wacky no longer laughing. Mothers no longer call next door …

The sun rises . Nobody came awake last promoted pending departure of K74Y class still tolerated by the academy. They exit the block at 08:00 to go have breakfast at home officers please civilians in single file moving towards the direction of the workforce. Both tringlots stop, stare and say complicity with the same time:

 » And here we go again ! « 

Then they laugh. On their way , they meet Fitouni , they see for the first time held out. His approach is left and it seems cramped in this uniform missed opportunities . It has even become timid , and horribly embarrassed to meet former soldiers became his superiors in rank. He greets :

 » Oh, it is beautiful , says Mohamed Amari !

– It’s been ten years since I did not put an outfit output argues NCO . Kharoubi to make me rage , decided to aim my perm application only if I put these frocks !

– We seek Sergeant Allawa , our guide , said Tewfiq Baali . It seems that the army would be afraid that we lose along the way .

– Do not take it like that, guys. It is a tradition of the Academy that deliver the product at home. Exactly, I think your starting Shyrta is postponed for tomorrow. Time qu’Allaoua and other instructors who are not parties permission in place provided the new promotion has just happened .

– What we fuck all this time , says Mohamed Amari, annoyed ?

– Heum … Bring you in a quarter of an hour Effec Directorate , told the instructor. I ‘ll see what I can do to get a perm- spec. It will be my gift for your wedding with the army!

– Thank you, and no hard feelings for all our small blunders , says Tewfiq Baali . I hope we have the opportunity to meet again.

– You doubt? I would come in 51th at the first secondhand . And do not forget to dredge all the girls in the staff ! « 

When Tewfiq Baali get home , no one is even aware of his assignment. The « input » Abdelkrim Baali Officers Mess have helped so far no leaks. The son hesitated to speak , fearing a change in trajectory last minute , which is fond of each army helpless before troop movements suspects the opponent on the other side of the border.

« Where are you affected so immediately questions his father when he appears ?

– It is an inviolable secret military for at least a week.

– It is useless to hide it from her who bore you, ‘said his mother. The spies are not recruited from the old and brave mothers who have suffered for this country.

– I’m serious … Operational area, it is forbidden for a man to say where he is.

– You go operational area is concerned father ?

– The whole country is considered as such at this time. Nobody can claim that it is far from danger.

– Say forever.

– I will not be far from Taxrit .

– Not far away , on the scale of one / millionth , it can lead to Boulemgaden . And I ‘m not ready to hear your mouth the name of this locality. For reasons you know .

– Shyrta , he loose.

– Ah , here is better . Much better!

– El hamdoulillah exclaims Baya !

– Let’s add another good news , continues Abdelkrim Baali . I just bought you for a used Austin . Gift your mother for your success at university . It’s been four years since she saves the household money to make you happy . Has to go out today to sign papers for mayor . Before the seller reneges on its offer. Its price is reasonable but there is a lot of work to do it. So be patient.

– You mean she belongs to me ? An Austin, that I have always dreamed of ?

– Do not worry . Is not Baya ?

– Yes. He deserves it , my son .

– It’s too good news to both loose Tewfiq Baali , confused and happy tears in her eyes . « 

He will quickly wash your face to the bathroom , leaving his mother unpack the effects of its package to wash and iron his clothes dirty .

Office transactions of the municipality , the employee seems impressed by his uniform, even if he does not wear stripes.

 » What I have to put the profession , asks the attendant ?

– What? Er … Military officer, said Tewfiq Baali , almost immediately regretting not having said military short. Or better yet, military reserve ! « 

Afterwards, Abdelkrim Baali takes him to scrap discover the find. The Austin lies , half buried. The renovations are superficial but prove very long and expensive. The son trusted hand magician of his father, who will dress a new toilet that would make her jealous manufacturing home !

For the first time since October 1st , Tewfiq Baali feels reborn. A good view , the instruction will not have started his thirst for freedom and independence of mind.

The day is long and he wants to walk the streets without hurrying, not without having first removed his uniform to mark the cut with instruction. Before leaving, his father launched him

« We are leaving this afternoon for Bordj Rose. If you ‘re one of us , there is not better than a spa bath for you to retype after the sweat and grime. « 

He gladly accepts . In the meantime, he would like to route the first day , but in reverse. He renounces ultimately because the path must lead to freedom is long and backwards would only grow. It should rather try to forget . A kind of therapeutic amnesia. .

It enters a café random SNP located Hakim , his former driving instructor , sitting alone at a table, hands folded on his chin , deep and blankly .

Came up to the soldier , it marks a pause , to speak with him . It looks without moving, barely smiled , and resumed his fixation wave.

Tewfiq Baali continues until counter, order a coffee and returned to the table. He wants to break a layer of ice that remained tough so far.

« I can , he says ?

– Of course, the monitor responds without flinching . « 

Tewfiq Baali moves , crosses his legs and pulls a cigarette. It feels light and the package. There are no more than one. It outlines the gesture of offering . The soldier moves his eyes, seemed to hesitate , and finally agrees , discerning brand :

 » A soldier should never refuse a blonde, Tewfiq Baali said , remembering where and when he said that last time.

– Not even a brown , add the instructor, in a low voice as coming from another world, different from , rough and dry, as everyone knew him at the FRAC . « 

Tewfiq Baali Yet sitting with the same man who , a week ago, taught them eagerly , with pouting and arrogance to drive. It lays hold his coffee cup . He wanted to tell her :

« Why this hatred between active and reservists? « 

Waived. Such a question does not arise. This is the answer that said, with a frequency and virulence only contempt for the military administration may have with many asperities . Yet Tewfiq Baali believes it can move mountains of sadness and despair through dialogue. This option transmissible scare him afterwards …

« This is how we can play a public opinion, he said. You approach it by feeling. By the fragile side . « 

Hakim SNP seems to relax . Is this the effect of cigarette? It was he who decided to break the silence first.

« What are you doing still here, he said ? Why do not you party like the others . Is what you have been kept Taxrit ? To see you in civilian clothes , you’d think you were taught .

– You asked four questions in one. Go to the first two . But the last two are called with some chilli I do not like .

– Far from me the idea. I saw everyone leave.

– I’m leaving too. Chance or something else that made our departure is delayed twenty-four hours. I take this opportunity to complete a famous conversation we had together at the beginning, inside a truck cab , remember?

– Ah ! Do you want revenge ? What have I done wrong? I bent over backwards to make you good drivers . For reward, conscripts like you threatened to beat me up when I franchirais portal BCS . You belong in ?

– How can you think that? I’m sure they have already forgotten their grievances. They know where their real enemy .

– Put yourself in my place a bit . Monitor day and night watchman . We’ll see if you can resist for long .

– Is your bitterness comes from this, only ?

– This is the sad reality. I do not have the title of the monitor. I’m a driver heavyweights training. Monitors the title went to the 9th CA . So we appealed to us . We work zuit ruit .

– We do not give everyone what they deserve in the army. This is probably done on purpose .

– Is it dangerous?

– Fatal .

– Do not cry when it is your own hand that strikes you . I was releasable end of September. I finished a contract and refused to sign another . It keeps me and others, without telling us whether it is cooked or if it is burned, as we say .

– It will eventually free you .

– Who says I want to be now? They are able to remove me envy.

– It is up to you . Me, I can not know what is best for you.

– It no longer has the same charm. And then, what will I gain in returning to civilian life? Unemployment? At the moment the army I dangled the monitor position with a pay sergeant. Where will I be better? Outside, I find a little more paths crossed . It is easy for you other scholars juggling with words. Hope, luck, happiness . The army has taught me to be despicable because the company has not made me a gift. Because a soldier who is not eaten raw.

– This is not true. You are not ignoble . You are obstinate , that’s all . This is not a defect . Just a way to protect themselves. Many people who have not suffered much, and I am one, believe they can make the difference between good and evil. Is not credible he that believeth feel the pain of others just by reading newspaper headlines , or taking advantage lightly , according to hearsay. The worst ignominy , Hakim, is ignorance . Our country needs rules of game are clear. This way , everyone can find his way.

– If you think the military laws are clear, what do you want to hire you? You’d make a good political commissar !

– Ha, ha, ha … ! You think?

– It makes me feel funny in any case a reservist do good offices between the army and one of its offshoots .

– Again , you’re wrong. We are in the same boat . A skunk is a skunk . It smells like the rest of his peers , even if her dress carries an extra blank line.

– What is a ferret ?

– A small animal of the forest.

– The here is the big difference between us, Mr. Baali . Whenever I venture to discuss with a reservist , I trounced .

– Do not I said that our enemy at all , it is ignorance . You know what I want for our army?

– She deserves nothing . But always say .

– Let it become a great educational institution . And a huge construction site.

– With the uniform?

– There is no army without uniforms . It must be one day or another be ready to defend his country against invasion.

– Again , I guess you’re right.

– We all have reasons to believe . Working to ensure a bright future for our country.

– I ‘m on duty tonight. If this is work , I have to go back to the barracks to get some sleep.

– There are no sub- trades Hakim.

– Farewell, the monitor said , rising . All this is beyond me.

– Why goodbye ? Soon, rather .

– In so again, said the soldier with better frame of mind at the beginning of their dialogue.

– It is better so, concludes Tewfiq Baali shaking his hand. « 

They finished their drinks and cigarettes in silence, and up at the same time . At the end , they take different directions, but not for long . As an irresistible magnet to attract sooner or later Tewfiq Baali to the spiral of the same black hole …

On the sidewalk , he saw approaching him Ben- Bussa , dressed out. Perhaps he was tracking for a while ? …

« Do not tell me that you missed the plane to Thoffa , Hocine ?

– Exactly, says Senhadji , with his eternal smile yellow . I went crying to Yala , staffing , to be assigned near the fold. Imagine , to punish me for my challenge mutation , it was decided to keep me at the academy , waiting to bring me before a military tribunal. What a bummer! But I accept that decision. Incidentally , this is just a smokescreen to deceive envious. In any case, it’s better than Boulemgaden …

– So you’re the famous boosted , not me …

– Hey , yeah ! … You have to be resourceful in life …

– So soon! I have taken a pot with you, but you ‘ll excuse me , I have an urgent appointment !

– Wait, at least tell me where you live ! I’ll come visit you …

In 51st – QG0/12ème CA …

– No, your home address !

– This is the one now for two years! See you soon! « 

Tewfiq Baali leaves and starts running . His desire to confuse the man for his secret function was great, but he did not …

Great activity prevails in the offices of the 5th Section of the Delegation of the 12th SM CA . The structure in question is the representation of the Documentation of SM at the regional level . This is where records are managed thousands of people, civilian or military monitoring . The decision to open a listing can come from any level of the hierarchy of central intelligence . Each box includes an alphanumeric number , and when this code starts with the letter A, it means that this is the highest in the hierarchy of the SE who ordered the « supervision  » of a  » target  » . Lower levels receive a facsimile folios to manage, when the person to be monitored is within the constituency they have to cover , indicating the frequency of the monitoring report : day and night, day, week, month. Regional officers treat syntheses. The process operates as follows: the lower level sends to his superiors the last entry on the last open folio sheet . The intermediate level affects the raw data or summaries up until the  » level designer  » Record .

We are January 12, 19 .. Captain Amrani is worried. He was reprimanded for not having transmitted the summary quarterly reports on time . Two days late, because the offset of the closing ceremony of the promotion K74Y to Interarmes Academy Taxrit , pending the portfolio of a particular record , especially since he had received an urgent phone call the week before its center to send it at the earliest.

 » Odd, he thought . Nothing in different BRM indicates that this young man is in anything , likely to be at the origin of dubious political activities. This is certainly someone gifted as always first exam . In addition, it is someone introverted . That most of his supervisors reported since the opening of the plug. The writing is rather not a rare thing in a student . His misfortune is that he studied political economy . That’s the preserve and youth are unaware when they come for the first time at the university. Well, never mind ! Since it is transferred to the headquarters of the 12th CA, ours have plenty of time to tighten up close. And if those above stress the urgency to receive the BRM and my last three quarterly summary , I just have to do my job and mention the instructions for use . But I do not have to charge this young man of grievances that do not exist, he concludes with a shrug . « 

Once its work is completed, the captain yawns , stretches her aching limbs by prolonged leaning position , gets comfortable in the depths of his chair. Then he lit a cigarette, draws a breath and exhales before looking blissfully curls of smoke rising slowly toward the ceiling. One of his favorite hobbies .

Then comes a little later an attendant file, which clicks his heels , took the stack of cards laid on the desk of the officer , and returns to the living documentation. Corporal knows that the last folio sheets over the letter  » A » must be duplicated and transmitted Mezghena . After which the cartons are delivered by established order in cardex provided for this purpose . The team of the day part. The night duty replaces . Agents know what they have to do, but they know nothing of the real motives of some mills , decided earlier. Beautiful job , is not it ?


 

A/16938/05 record

Recto :

Name: Baali Tewfiq .

General contact invisible.

………………………………………….. ….

Verso : folio 6

BRM – month .. January 19 : Element Major promotion K74Y Class on Special Training provided at the Ecole du Train of Interarmes Academy Taxrit . Grade : S / Lt reserve . Assignment : 51st QGO/12ème CA . RAS .

  • Agent synthesis : Captain Amrani 5th Section / Delegation of the 12th CA .
  • SYNT : taciturn element but no suspicious activity .
  • Recommendations : Educate corresponding 51st QGO/12ème CA for further monitoring in accordance with the orders of the hierarchy.

 

<

p style= »text-align:justify; »>In the bright light of the South , which sparkle with a thousand lights hot water containing beneficial minerals from the wonderful spa pool Bordj Rose, and the gentle breeze caressing the palm Tewfiq Baali felt his body go numb voluptuously . Immense fatigue is in the process of leaving , but a scary calm replaces .

<

p style= »text-align:justify; »>This freedom to fly the machine of fate, in the opposite direction , reminds him that he has always wanted to remain a child. He blesses the sky to be bright and smiling. Just an annoying fly him out of his drowsy water . He feels that he is hungry. And he will have to return to the barracks.

Journal/12 January 19 .. : – The block has not been silent for a few hours . It is already invested by the blue of the new class with smooth skulls like ping- pong .

With Amari, we are the last class of the K74Y have to pack . Between those parties remained indecipherable link. The separation is hard, my God ! Fraternity had matured between us during the course of combat, the alert states , rain , mud , dirt chores , freezing dawn , dust tight orders, the bivouac , maneuver, the evening talks .

Every hour , I saw the Magirus take my friends . It is possible that there is that I never see again . But thanks to this newspaper , no doubt, God willing, their memory will never perish. The university is far away. Loves fade. Time is dying. –

End of Volume 1.

--------------------------------------

 

Chapitre   Dix-sept

 

Tewfiq Baali conduit avec prudence le Drize 7. Sa première évolution en jeep autour du circuit s’est faite sans anicroches. Il passe maintenant l’épreuve poids lourd. Il se garde bien de faire de la vitesse. Comment le pourrait-il, en fait, avec le mastodonte mis entre ses mains, et sans moniteur pour le guider ?

Il arrive au dos d’âne géant. Phase déterminante du parcours. Le nez du camion se soulève comme celui d’un avion au décollage. Il débraye, appuie sur le frein à pied avant le pic et verrouille les tambours avec le levier à main. Le camion s’immobilise.

Maintenant, phase délicate de l’opération, il s’agit d’embrayer, d’engager la première, d’emballer fort la mécanique avec l’accélérateur. Puis de déverrouiller vivement les mâchoires et d’écraser à fond le champignon, simultanément. L’action doit s’effectuer en une fraction de seconde. Le rythme du moteur baisse jusqu’à presque mourir. Le camion s’ébranle sans avancer d’abord, mais bondit tout de même vers l’avant, donnant l’impression au chauffeur de s’arracher à la pesanteur. Son nez repique immédiatement en contrebas, avec l’effet d’une montagne russe. Tewfiq Baali a juste le temps de freiner avant la ligne qui démarque l’aire de circulation. Il ne lui reste plus qu’à engager la marche arrière pour stationner. Il réussit le créneau en s’aidant avec le rétroviseur droit, au jugé ! Le moniteur ne lui laisse pas le temps de faire le créneau à l’avant. Il bloque son chronomètre et appelle un autre candidat. Le temps est à la précipitation !

En cette ultime journée de fin de stage, les rumeurs vont bon train, comme toujours. La caserne est partagée entre deux opinions contraires. La moitié des stagiaires pense que se crever aux examens ne sert à rien, car les affectations viendraient de Mezghena, sans faire la distinction entre [1]Zid et Bouzid. L’autre moitié croit dur comme fer que les réservistes qui iraient peupler les premières lignes seraient ceux qui auraient les notes les plus faibles. Quoique l’écrasante majorité est d’accord pour dire que les journées tranquilles sont finies. Plus de cartouches à blanc. Plus de sous-officiers comédiens. Plus de caserne villégiature. L’hibernation est ter..mi..née !

La petite Section du Train n’a plus que quelques heures à vivre. Les sections des autres armes sont également dans l’œil de l’ouragan. Une course contre la montre décidée ailleurs pour eux…

Les transports terrestres exigent un sens poussé de l’organisation, mais aussi un don pour l’opportunité. Comment répondre à la demande du plus grand nombre avec peu de moyens ? Tewfiq Baali n’avait pas menti au jury. Ce n’est donc pas seulement avec persévérance qu’il révise ses cours, mais avec passion. Les lumières restent allumés toute la nuit au bloc.

«Qu’est-ce que tu fous, lui dit le Sergent de Semaine ? Tu veux refaire l’instruction ? Ça ne sert à rien, vos trucs à la con écris sur des cahiers d’écoliers.»

Il est 05h00 du matin. Leur gardien de nuit venait de le trouver tout habillé, adossé à son oreiller, la tête affaissée, les lèvres pendantes, le cahier ouvert sur les genoux, la lecture arrêtée dans sa tête à une formule de manœuvres de forces :

Fj = 200 wbP x Fd
    v         v

Et la ronde des examens reprend, de salle en salle. L’éveil permanent des sens depuis vingt-quatre heures installe une dimension étrange autour des hommes. Tewfiq Baali a l’impression qu’une journée supplémentaire est ajoutée à sa captivité. Ni le synopsis de ses réponses, ni le gel à ses pieds n’égalent sa hâte d’en finir. Encore une nuit ou deux au bloc et son nom serait lié à celui d’un lieu-dit et d’un sigle de régiment.

Le S/Lt Tama l’interroge longtemps. Le silence de ce stagiaire pendant toute la durée du programme avait intrigué l’instructeur. Quoique les interrogations écrites développées par l’élève étaient intelligentes et rationnelles. Son écriture élaborée. Il n’a pas manqué de faire montre d’un esprit d’initiative dans les situations bloquées. Tewfiq Baali ne confirme pas mieux à l’oral, fermant sans doute un fantastique savoir sur les transports terrestres que l’officier croit appréhender.

Il répond à chaque question en une phrase, concise et précise, selon le principe cardinal de la pédagogie militaire : aller droit au but, sans fioritures. Au bout d’un moment, le formateur n’écoute plus les réponses. Il épie les gestes, les hésitations, l’intonation de la voix, le regard du candidat. Sa note est déjà inscrite : 15/20. Tewfiq Baali est sûr de l’avoir vue à côté de son nom, bien avant d’avoir terminé ses développements.

Fidèle à son comportement excentrique, le Lt Mahfoud n’estime pas nécessaire d’organiser l’examen de circulation routière, mais il dit aux élèves que la note inférieure à 10 à l’oral de l’épreuve de manœuvres de forces est synonyme de recale du stage du Train. Résultat qui enverrait son auteur rejoindre le corps des sous-officiers. L’avertissement est sérieux mais la mesure n’émeut pas pour autant les hommes. Maintenant qu’ils ont été dévalorisés, insultés, réprimandés, ils en ont fichtre foutre de devenir officier ou canard boiteux…

Tewfiq Baali s’intéressait fortement à ce cours car il lui rappelle des expériences de physique menées en laboratoire au lycée. Avec Mahfoud, il ne faut pas philosopher. Aligner toutes les formules de mouflage les unes sous les autres permet d’obtenir la moyenne. Tewfiq Baali s’en contenterait fort bien.

Le Sergent Lakhal s’amuse à simuler des pannes sur véhicule et laisse un groupe de dix stagiaires tenter de dépanner selon un chrono précis. Tewfiq Baali sauve son groupe, car il a appris la mécanique et l’électricité automobile dans l’atelier de son père. La note attribuée est commune à tous. Zéro ou 20/20.

L’examen de mécanique est une formalité. Il suffit de faire appel à sa mémoire, que l’armée a tenté d’amnésier jusqu’ici. L’instructeur peut déduire un demi-point pour une virgule qui manque !

Le S/Lt Djertli est le dernier des examinateurs. Pour impatienter Tewfiq Baali, il prend un malin plaisir à appeler son nom en dernier. L’Ecole du Train est un désert lorsque le dernier candidat pénètre dans la salle. L’instructeur ne l’interroge pas, en formulant l’unique question posée à tous les élèves : «Apport du rail dans la coordination des transports militaires.»

L’officier aborde plutôt avec lui un sujet de conversation propre aux réservistes, dont les débordements pathétiques sont surprenants.

«Tu sais, toi Tewfiq, tu es la parfaite inconnue d’une équation impossible, lui dit-il d’entrée en matière. J’ai eu constamment peur pour toi ces trois derniers mois.

– Pourquoi ? J’ai essayé d’être un appelé moyen. J’allais dire commun.

– Ce n’est pas facile de passer inaperçu lorsqu’on est chef de file.

– Je crois qu’à l’origine l’être humain a été conditionné pour s’accoutumer aux pires situations.

– Il y a eu ta maladie, les décès dans ta famille. Tu as agi avec deux attitudes extrêmes, rarement faciles à réunir à la caserne.

– Explique, ça m’intéresse.

– Le sérieux, la discipline, la constance dans le travail contre le refus de la domination gratuite.

– C’est vrai. Parce que je considère le service militaire comme un devoir et non comme de l’esclavage, ou l’obéissance aveugle à n’importe quel système de valeurs. Pense un peu… La persistance de tous les holocaustes de l’humanité n’a été rendue possible que parce que des hommes ont cru devoir obéir sans poser de questions.

– Tu seras pourtant étonné lorsque tu mettras tes épaulettes pour la première fois.

– Pourquoi ? Elles ne pèsent pas lourd. Ce n’est que du laiton argenté ou doré. Elles ne donnent qu’une illusion, une parodie pouvoir, simplement, bêtement.

– Tu verras. Après trop de rebuffades, de m..douille, de comptes rendus équivoques, de règlements de compte prémédités, soudain… Un changement magique. Comme celui qui passe d’une pauvreté extrême à un luxe inouï. Alors, tu commenceras petit à petit à prendre les pires dégueulasseries de l’armée contre la troupe du bon côté. Et tu te diras que c’est une sacrée chance pour toi d’être officier. Surtout par les temps qui courent.

– L’armée ne fera jamais confiance à un officier qui n’a pas été d’abord homme de troupe, n’est-ce pas ?

– Ça oui. Il faut accepter d’être écrasé pour être prêt à écraser les autres. Heureusement qu’on apprend l’Abc du métier dans la foulée.

– Le soldat, un métier ? Ça n’est pas romantique.

– En temps de guerre, ça ne sert à rien de l’être.

–. Fais énergiquement ta longue et lourde tâche,

Dans la voie où le sort a voulu t’appeler,

Et puis, après, comme moi, souffre et meurt sans parler.

– Tu es Vigny réincarné ! Mais je crois que c’est le moins romantique couplet de toute sa poésie.

– La fatalité, pour les grands romantiques, est le cours normal des choses. En cela, ils rejoignent les réalistes.

– Le monde est mal fait, vivons-le, quoi.

– Absolument. Mais moi, je ne fais pas partie de cette catégorie. Le monde est mal fait, changeons-le, je dirai !

– L’avenir ne te préoccupe pas ?

– L’essentiel est qu’il ne soit pas monotone. Les devins sont des types malheureux. Si je suis destiné à rejoindre le camp de meurtriers sanguinaires, alors autant prononcé moi-même, maintenant, ma sentence de mort.

– Fiiiuuu ! Ça nous mène très loin tout ça. Tu as été hors sujet et le jury n’attend plus que mes notes.

– Je m’excuse. J’ai eu la malencontreuse idée de venir à la caserne sans le passe-partout d’attendre et de voir venir. Ça débouche forcément sur des surprises.

– Voyons, voyons. Combien tu mérites ?

– 20/20, pardi.

– Allez, file ! Et bonne chance si on ne se voit pas !

– Pourquoi on ne se verrait pas ?

– Parce que demain, sitôt clôturée la cérémonie de remise des grades, vous commencerez à partir dans toutes les directions.

– Les affectations sont établies ?

– L’académie a reçu vos feuilles de routes de Mezghena. C’est du moins l’information que l’administration fait circuler pour éviter les réclamations.

– Peut-on savoir où on nous a foutus ?

– Personne ne peut le savoir pour le moment. On dit que c’est un pli ultraconfidentiel scellé, qui se trouve chez Zemlet. Les feuilles de route seront distribuées en même temps que les grades.»

Pour la première fois et sans doute pour la dernière, c’est seul que Tewfiq Baali quitte la sympathique École du Train, et il s’en revient doucement vers son quartier. Dans les chambres, on commence à plier bagages, sur instruction d’un Kharoubi triste et absent. Les couvertures et les draps sont réintégrés en échange des paillassons du début, malgré le froid intense qui continue de régner. Les hommes doivent passer la nuit vêtus de leurs deux treillis superposés. L’effervescence est aussi grande qu’à la rentrée. Les élèves s’échangent leurs adresses et font un bilan mitigé de leur séjour à Taxrit. On les a insultés, humiliés, dévalorisés, mais ils sont sortis, quelque part, grandis, pour ne pas dire vainqueurs, car détenteurs d’un savoir militaire qu’ils n’utiliseront pas forcément dans le mauvais sens, ou du moins pas dans le sens voulu par les détenteurs du pouvoir…

A 18h00, un nouveau lieutenant affecté à l’instruction de la nouvelle promotion, en remplacement de Ghozli, ordonne un rassemblement et prononce une brève allocution :

«Vous voici venus à terme de votre séjour parmi nous. Demain sera une journée éprouvante pour vous ! Les répétitions pour la parade commenceront à 07h00 ! Vous n’aurez sans doute pas la possibilité de déjeuner ! Prenez donc un bon café au lait ! Nous allons vous distribuer guêtres, baudriers et gants blancs ! Vous mettrez vos tenues de sortie pour la cérémonie ! Vos paquetages seront, entre-temps, préparés, cadenassés ! Vous ne laisserez qu’un treillis sur le lit et les souliers de sortie dessous ! Les tenues de sortie seront immédiatement réintégrées après la parade ! Là où vous. Allez partir, vous n’en aurez guère besoin! Le Général Djellal fait l’honneur à l’Académie Interarmes de Taxrit de patronner la sortie de votre promotion ! Vous devez l’accueillir en exécutant la plus belle parade qu’il vous sera donné de faire en soldats avant de prétendre aux grades ! Le Lt Ghozli est désolé de ne pouvoir assister à la sortie de votre promotion ! Il m’a chargé de vous souhaiter bonne chance ! Maintenant, je vous confie au Sergent-chef Fitouni ! Il est le maître de cérémonie ! Attention ! Garde à vous ! Fixe!

– Cooompannnies! Aàààà ! Mooon ! Cooomaaandemeent ! Repooos, reprend le sous-officier ! Afin de préparer une parade de sortie de promotion, il faut normalement une bonne semaine pour arriver à des résultats corrects ! Il ne nous reste plus que seize heures pour synchroniser vos mouvements d’ensemble ! Je vais d’abord vous expliquer en quoi consiste une cérémonie de remise des grades ! Comment on doit être habillé ! Comment saluer ! Comment exécuter les mouvements d’ensemble ! Tout, en théorie ce soir, puis à la pratique demain de bonne heure ! Vous n’aurez qu’à obéir à mes ordres !»

L’armée sait à qui elle confie le dressage des hommes ! Tewfiq Baali oublie le temps séparant le rassemblement de 18h00 de celui de 06h00 du matin. Il se rappelle vaguement évoluer entre le magasin d’armement, celui de l’habillement, celui du couchage. Au dortoir, ses camarades lui parlent mais il répond tardivement, vaguement, ou ne dit rien du tout. Il s’endort avec le fusil amoureusement enlacé, jusqu’au matin.

Un branle-bas qui n’a rien de commun avec ce qu’ils ont vu auparavant ébranle le bloc dès 05h00 du matin. C’est le déferlement des instructeurs jusqu’au grade de capitaine, à tous les étages. Tous ont mis leurs plus belles tenues de cérémonie. Le premier soin de l’encadrement consiste à habiller les hommes. Lustrage des brodequins. Pose des guêtres et baudriers. Gants blancs. Barrettes d’élève-officier en velours jaune.

La tribune d’honneur a été érigée par les gars du génie dans la nuit. La clique du 12ème CA est au rendez-vous. Une multitude de guirlandes et de petits drapeaux entoure la place de rapport, où se retrouve tout ce beau monde à 07h00 précises.

Fitouni organise d’abord les troupes en pelotons symétriques, par arme, en insistant évidemment sur l’ordre décroissant des tailles. A ce jeu, évidemment, Tewfiq Baali n’échappe pas, comme toujours, à la position de chef de file ! L’instructeur entame son travail comme s’il s’adresse à des bleus fraîchement débarqués.

«Attention! Aààààà ! Mooon ! Cooooomandemeeent ! Garde à vous ! Fixe ! Reeeepos ! Je vais, avant 10h00, rappeler à votre bon souvenir ce que veulent dire des ordres de série ! Ce que malheureusement vos instructeurs de la spécialité ont omis de poursuivre ! Ils prétendent que votre formation élémentaire de base a été une partie de plaisir ! Ça reste à prouver ! Y’a qu’à voir l’embonpoint de vos bedaines ! On dirait des gonzesses prêtes à accoucher !»

(Rire général presque caverneux, mais bref.)

«… Nous devons, vous et moi, prouver qu’il n’en a rien été, poursuit l’instructeur ! Et en trois heures d’exercices ! On va reprendre le pas cadencé en rangs serrés, le présentez-armes ! Le salut de cérémonie. Je veux sept volontaires pour l’exercice de remise du drapeau à la nouvelle promo, sinon je les désignerai moi-même !»

Tewfiq Baali fait un pas en avant, mais l’instructeur lui dit :

«Non, pas toi Baali. J’aurai besoin de toi pour autre chose.  Attention ! Aààà ! Mooon ! Cooomaaandemeeent ! Gaaarde à vous ! Fixe! Eeen ! Avaaant ! Maaarche ! Une, Deux ! Une, deux ! Une, Deux ! Plus haut que ça les genoux, Baali !»

Au même moment, l’orchestre commence à accorder et à chauffer son instrumentation. En battant de ses brodequins la chaussée des allées, qui fait vibrer son corps de soubresauts stupides, Tewfiq Baali comprend pourquoi l’Académie ne confie cette tache qu’à un seul homme, et particulièrement à ce sous-officier hors-pair de l’armée. Il a le port sérieusement militaire et le don de se faire obéir. Et cela ne s’apprend pas à l’université !

Dès les premiers essais sur l’esplanade face à la tribune d’honneur, le spectacle promet d’être impressionnant. Les élèves veulent être à la hauteur de l’événement, mais aucun instructeur ne le leur dira qu’ils y sont parvenus. Les choses semblent d’emblée prendre une bonne tournure lorsque les corps s’échauffent, et que la musique patriotique titille les fiertés, mais c’est compter sans l’indélicatesse du temps…

Dès 09h00, de violentes bourrasques s’abattent sur la ville. Fitouni est obligé d’écourter sa mise en scène. Personne ne sait, pas même Zemlet, quand le Général arrivera. C’est là un privilège de tout commandement, pour tester le degré de préparation et d’organisation d’une caserne.

Résultat : le piquet d’honneur stationné près du portail, et les compagnies alignées sur la place de rapport, doivent rester à leurs emplacements sans bouger. Comble de l’ironie du sort pour les hommes, les imperméables ont été réintégrés au magasin d’habillement la veille !

Une heure passe à ce régime d’attente. La pluie ne cesse pas. Les casques sifflent au contact du vent. Les uniformes trempés prennent une couleur mate. Les genoux tremblent ! Les dents claquent !

Tewfiq Baali a été affecté au peloton d’honneur près du portail. Sa position de profil en tête de file sert de pare-vent à l’élève à sa gauche, et ainsi de suite. Mais au bout d’un moment, il se rend compte que les courants d’air n’ont pas un sens dominant et les bousculent tous autant qu’ils sont. Il médite longtemps la stupidité de leur positionnement. A un moment, il lâche presque à haute voix, une phrase qui restera longtemps célèbre à l’Académie Interarmes de Taxrit :

«C’est un piquet d’horreur !»

Ces quelques mots assassins sont portés de bouche à oreille, jusqu’à celles du Colonel, emprisonné à l’intérieur du poste de contrôle. Dix minutes plus tard, le Lt Bouguessem consent à laisser son peloton pénétrer dans la salle de relève pour se chauffer, et faire autant que possible sécher les tenues près des radiateurs.

A partir de 11h00, le service d’ordre ordonne au responsable de l’ordinaire de servir aux hommes un bol de soupe brûlante, sans plus. A ingurgiter debout, le fusil à l’épaule, sans ôter les gants. Toutes les sections y passent, à tour de rôle, sauf le «piquet d’horreur», qui doit demeurer vigilant à la salle de relève.

A 12h00, la tension se relâche un peu. Tout le monde commence à penser que la délégation du 12ème CA s’est perdue dans la tourmente et ne viendrait pas…

A 12h50, un message radio de la patrouille de circulation postée à l’entrée de la ville annonce au poste de contrôle l’arrivée du cortège. Pris au dépourvu, le Lt Bouguessem doit gueuler pour que les rangs soient reformés à temps. Annoncée par les puissantes sirènes de deux motos, la DS noire du Général s’immobilise à l’entrée de l’académie. Djellal en descend et avance, plié en deux, tenant sa casquette d’une main pour qu’elle ne s’envole pas. Zemlet l’accueille au portail. Lui a pris la précaution de rabattre la lisière de la sienne vers son menton. Ils échangent quelques formules de politesse militaire avant de s’approcher du peloton d’honneur, suivis du reste de la délégation arrivée à la suite dans des 304.

«Préeeesentez ! Aaaarmes, crie le Lt Bouguessem !»

L’énergique mouvement vertical, puis oblique, des fusils est admirablement exécuté par les hommes. Djellal progresse à pas rythmés. Il salue le peloton, tout en coinçant sa casquette à la tête avec ses doigts. C’est un personnage imposant. En passant devant lui, Tewfiq Baali se sent immédiatement des atomes crochus avec la personne, qui n’a rien à voir avec son rang ou sa supposée célébrité médiatique. Il est vrai que le conditionnement du soldat est tel qu’il tend à favoriser des sensations pareilles à celle-ci, notamment grâce au cérémonial et au déploiement de forces entourant ce type de manifestation très prisée par les décideurs du pouvoir. Dans cet autre cas, plutôt qu’une aura, Tewfiq Baali aurait peut-être vu le spectre de l’autorité absolue entourer cette personnalité. A l’intérieur d’un champ artificiel limité, préparé, voulu, se meuvent fragilité et orgueil mêlés, au service d’une cause suprême dont l’individu investi ignore les tenants et les aboutissants. Mais Tewfiq Baali maintient son premier jugement. De Djellal se dégage effectivement une aura d’humanité, très rare chez des militaires de ce rang.

Sur la place d’armes, les compagnies sont tout aussi malmenées par l’encadrement pour qu’elles reprennent à temps leurs alignements. Mais le Général est dirigé vers le commandement, au lieu de la tribune d’honneur, probablement pour déjeuner, et où des serveurs en veste blanche s’affairent de ce côté-là.

Les hommes doivent attendre plus que jamais. Personne ne sait où vont atterrir ses pieds. Mouillés de gouttelettes de pluie, les brodequins brillent autant que les yeux. Maintenant, tous veulent en finir, à n’importe quel prix. On a déjà joué leur va-tout à leurs lieux et places. Les éléments du peloton d’honneur rejoignent leurs sections respectives près du réfectoire, mais ils n’ont pas droit au bol de soupe car les officiels peuvent sortir d’un instant à l’autre.

A 15h00, après une attente et un suspense jamais égalé jusque-là, la porte à double battant du commandement s’ouvre. En sort Yakhlef en premier, dans une tenue de cérémonie impeccable, avec chemise blanche et cravate noire. Son fidèle secrétaire le suit, portant une pile de documents dans un sac en plastique.

La tribune d’honneur se garnit rapidement d’une myriade d’étoiles, et de quelques civils. La clique réchauffe ses instruments glacés. Yakhlef s’immobilise au point du rapport. Il attend que tous les officiers s’assoient. Arrivent en dernier le Général, accompagné de Zemlet, qui le protège avec un parapluie. Le directeur d’instruction temporise encore, afin que le silence se fasse avant d’intervenir. Il porte un regard circulaire plein de solennité autour de lui. On n’entend plus que le crépitement de la pluie sur le sol.

«Cooompagniiiies ! Aààà ! mooon ! Cooomaaandemeeeent !… Garde-à- vous !… Fixe ! Préeeesentez ! Armes !»

Dans un bruissement sourd d’uniformes et un cliquetis démultiplié à l’infini de fusils, la promotion exécute l’ordre de série de façon admirable. Le commandant salue les hommes, pivote et salue également la tribune. Le Général se lève, rend le salut, imité par toute la délégation. Au même moment, la clique entonne l’hymne national, repris en chœur par les compagnies. Pendant trente ou quarante secondes, les gorges des hommes chantent, à l’unisson, pour la plus grande gloire de la nation. Rien, ni personne au monde ne semble résister à cette volonté. Lorsque les derniers accords cessent, le Directeur de l’Académie s’approche du micro avec une feuille et prononce le discours officiel de clôture :

«Officiers, sous-officiers de réserve de la classe K74Y ! Aujourd’hui, vos formations militaires, élémentaire et spécialisée sont terminées ! Chacun de vous est désormais prêt pour faire convenablement son devoir ! C’est maintenant que votre véritable travail va commencer. Répétez après moi le serment de fidélité.»

La pluie est devenue un déluge inextinguible, qui amoindrit la puissance des voix. Tewfiq Baali répète la première partie du serment, relative à la défense des intérêts de la nation et s’arrête lorsque le colonel fait jurer les hommes de défendre les ceux de la révolution. Il secoue légèrement la tête de gauche à droite et dit, entre les dents :

«Celle-là n’est pas ma cause. La légitimité révolutionnaire est partie avec les martyrs, à l’avènement de l’indépendance.»

La pluie déroutée par des vents tourbillonnants cingle les visages, avec l’effet d’une douche froide gratuite, et malgré la protection des casques.

«Officier stagiaire de réserve Tewfiq Baali, au rapport, hurle le secrétaire !»

L’intéressé a entendu son nom, quelque peu assourdi par le crépitement violent de la pluie sur le gravier. Il ne désempare pas mais hésite un moment. Fitouni leur a dit que le major de promotion pourrait être n’importe qui, comme au tirage d’une tombola.

«Vas-y, Baali, qu’est-ce que tu attends, lui chuchote-t-on alentour !»

Il laisse son fusil à son voisin de gauche, lève énergiquement les bras vers la poitrine et se met à courir au pas de gymnastique jusqu’au point de rapport. Il se sent comme voler. Cette consécration, sincèrement, il ne l’attendait pas ! Mille regards convergent vers lui. Mille émotions. Mille envies aussi.

Aucun des instructeurs ne lui avait annoncé préalablement cette nouvelle pour le préparer. Eux-mêmes ne le savaient sans doute pas ? Douteux. Fitouni semblait au courant, lorsqu’il l’avait dispensé de se joindre au peloton de lever de drapeau. La note au plus gros coefficient est accordée par le Directeur de l’Instruction, selon un barème et une appréciation connus de lui seul : discipline, obéissance, réserve, courage, force, intelligence.

Le Général descend avec solennité les marches de l’estrade et s’immobilise à la frange de la toile supérieure de la tribune. En courant, Tewfiq Baali croit voir l’ébauche de son sourire. Le major de promotion s’arrête à la ligne des six mètres réglementaires. Il se met au garde à vous, salue. Puis avance de trois pas rythmés, et salue de nouveau, énergiquement, avant de s’identifier :

«Officier stagiaire de réserve Tewfiq Baali, matricule : 15.25.7204.0003, présent au rapport, mon Général !

– Bonjour, Mr Baali, dit le Général, en répondant tout aussi énergiquement au salut, puis en lui tendant la main.

– Bonjour, mon Général, répond le nouveau gradé, toujours sur le même ton !

– Il m’est agréable de saluer en vous l’officier major de cette promotion. Toutes mes félicitations !

– Merci, mon Général, dit le lauréat, en lui serrant chaleureusement la main !

– Où est affecté cet officier, dit Djellal, en s’adressant à Yakhlef ?

– Au 51ème QGO, 12àme CA, mon Général !

– Ah. C’est une bonne affectation, lieutenant. Nous aurons donc sûrement l’occasion de nous revoir !

– Certainement, mon Général !

– Bonne chance, dit l’officier supérieur, en lui remettant une feuille enroulée avec un ruban vert et blanc, que lui a tendu le secrétaire.»

Tewfiq Baali prend le rouleau de la main droite, effectue avec un demi-cercle derrière son dos pour le remettre dans la main gauche. Il salue, fait trois pas en arrière, salue de nouveau. Le Général répond au salut et remonte vers la tribune. Tewfiq Baali tourne les talons et se met à courir vers sa place. Il entend derrière lui Yakhlef crier :

«Préeeesentez ! Armes !»

Lorsqu’il reprend son fusil, Tewfiq Baali est acclamé à voix basse par son entourage.

«Félicitations, veinard ! Tu leur as bouché un coin ! [2]Laaqoba el la quille. Ils nous prenaient pour des moins que rien. Voila le résultat ! Nous sommes des hommes !»

Le regard de Tewfiq Baali se dirige vers la tribune. Le Général s’est levé et s’apprête à repartir. L’officier supérieur a assurément un port noble, des yeux francs. Il marche comme un émir du désert.

Apparemment, il n’y a pas de remise des grades, car le secrétaire se met à épeler rapidement les noms, au moment où les officiels commencent à déserter les gradins. Les hommes ne reçoivent de la main du secrétaire que leurs feuilles de route. Il n’y a pas de parade comme à West Point. Le temps a tout gâté. Même les murs de cette enceinte militaire sont sans doute pressés de les voir partir. Tewfiq Baali enlève le ruban et lit sa feuille de route. Il s’adresse à son voisin de droite :

«Où se trouve le 51ème QGO/12ème CA ?

– Comment veux-tu que je le sache, avec leurs sigles bizarres.»

Une demi-heure plus tard, les chambrées se retrouvent pour d’ultimes réunions de potes, dérangées par l’encadrement, qui opère aux dernières mesures de dépossession. Guêtres et baudriers. Barrettes d’EOR. Gants. Les tenues de sortie ressemblant à des peaux de cuir détrempées sont retirées avec délivrance par les appelés. Ils ne sont plus intéressés maintenant que par la fameuse permission de fin de stage. Et la nouvelle tombe comme un couperet que les titres sont renvoyés aux effectifs sans la signature du colonel !

«Parti, leur dit-on. Il est muté. Yala n’est pas habilité à signer plus que la durée des permissions-spectacle.»

Jusqu’au bout, l’armée se sera jouée de leur crédulité ! En temps ordinaire, l’académie accorde ce type de détente, selon un calendrier classique connu de tous. Malheureusement, le temps n’est pas à la normalité. Il ne fait que se précipiter et ses périls imminents menacent de tout emporter dans leurs sillages.

Où qu’il aille, Tewfiq Baali est regardé comme un oiseau rare qui vient de décrocher la lune. Quelques instructeurs viennent jusqu’au dortoir pour le féliciter, avec à leur tête Fitouni, qui ne cesse de saluer dans toutes les directions les «nouveaux gradés», l’air de dire :

«Et si vous étiez à ma place, qu’auriez-vous fait ?»

Tewfiq Baali le questionne à brûle-pourpoint sur son affectation :

«Shyrta, lui dit-il, avec une nette complicité. Le siège du 12ème CA.

– Pourquoi cet engouement ? Qu’a-t-elle de si particulier cette affectation ?

– C’est la meilleure mutation qui soit pour toi, dans la dangereuse conjoncture actuelle.

– Dieu du ciel, s’écrit avec une vive émotion Tewfiq Baali, venant de se rappeler quelque chose de si précieux !

– Hé, pourquoi fais-tu cette tête-là ?

– Heu… Non. C’est la dernière destination à laquelle j’aurai pensé.

– Comme major de promo, l’académie t’aurait retenu. Mais le commandement, pour une raison d’efficacité, a décidé de garder les instructeurs de la K73X. Finalement, tu ne seras qu’à une heure de route de chez toi. Estime-toi heureux. Tu n’as qu’à rester cool là-bas. Et te débrouiller pour draguer toutes les filles de l’état-major, ha, ha, ha !

– A la bonne heure, répond Tewfiq Baali en rougissant…je ne savais qu’il y avait des femmes sous uniforme.

– Non, cette nouveauté tarde à venir. Il s’agit simplement d’employées civiles.»

Comme le pressentait Tewfiq Baali, la machine à remonter le temps est donc de retour. Plus tôt que prévu, semble-t-il. Il n’a rien fait pour en hâter la vitesse. La machine revient irrésistiblement, car deux petits cœurs sur la planète Terre continuent de battre et leur attraction est plus forte que celle des galaxies. Personne au monde ne partage ce secret. Personne n’en saura rien avant longtemps. Tandis qu’il apprête son paquetage pour le prochain départ, il respire profondément, en disant à haute voix :

«J’arrive, Fouzya !»

Aux étages, la majorité des appelés n’a pas la tête à féliciter. Chacun mesure la portée et les conséquences de son affectation, tout enfouissant dans son sac marin ses effets et des souvenirs achetés de Taxrit. Les plus éloignés du théâtre des hostilités ne sont pas moins affectés que les autres, car ils savent qu’à tout moment ils iraient les rejoindre, et Tewfiq Baali, tout major de promo qu’il est, ne l’ignore pas.

«Je m’attendais un peu à cette consécration, lui dit Rachid Basta, qui est en train de boucler son paquetage.

– Pourquoi ? Je n’ai rien fait d’extraordinaire par rapport à la moyenne des appelés. J’ai tenu tête aux instructeurs. Je me suis bagarré. J’ai déserté. J’ai l’impression qu’ils ont pris un nom comme ça sur une liste. Question d’en finir avec nous, quoi.

– Tu as dit la même chose à l’Institut. Je connais ta détermination de gagner, de vaincre l’adversité. Et je crois que la majorité des appelés n’est pas contre ce choix. C’est ça qui compte.

– Où est la différence ? C’est le dernier de mes soucis d’avoir été consacré. Ça m’a servi à quoi de l’être à l’Institut, dis-moi, hein ? Les jeux étaient faits d’avance.

– Oui, mais nous aurions fait bouger des montagnes pour avoir nos diplômes.

– Ce n’est pas la même chose. Beaucoup d’entre-nous les voulaient pour ficher le camp de l’autre côté de la mer. Je te jure. Si on m’avait accordé une bourse, je serai revenu. La moisson de mes travaux aurait été utile à mon pays. Maintenant, je ne pense plus la même chose. On a, en quelque sorte, défriché pour moi le chemin de la fuite. Un ticket en aller-simple.

– Tout ça est trop loin et ça ne changera rien aux affectations.

– Pour toi, oui. Ça n’est vraiment pas de chance, Rachid. Tu me vois désolé.

– Toute la DCA, les blindés et l’infanterie ont été affectés dans des unités stationnées au 9ème CA. Comme ça, il n’y a pas de jaloux. Je serai moins tenté de déserter. Il me faudrait trois jours de voyage terrestre pour arriver à Heliopolis et autant pour revenir. Je passerais mes permissions sur les routes. C’est mieux ainsi peut-être. À moins que Dieu décide pour moi une virée aérienne. Je ne suis pas gourmand. Une fois tous les six mois.

– Et ta maman ?

– En quoi puis-je lui être utile pendant ces deux années ?

– Lui écrire, si c’est la seule ressource. Demander de ses nouvelles. La faire patienter.

– Ça ne ferait qu’aggraver l’éloignement. L’absence. L’isolement. L’amertume. Alors, comme on dit. Pas de nouvelles, bonnes nouvelles. Tu te rappelles la chaîne de la bourse à Mezghena ?

– L’être humain n’arrête pas de courir. Je n’ai pas cessé de le faire. Toute ma vie. Je suis devenu par la force des choses un coureur de fond. C’est effectivement très solitaire comme sport.

– Souviens-toi. J’ai proposé de t’accompagner. Tu n’as pas voulu. Alors, maintenant, ne me propose pas de rester.»

La Section du Train a été éclatée par paire dans toutes les directions, et la chambrée de Tewfiq Baali comme suit :

– Branis et Rochdi : 21ème CA-63ème QGO (N’goussa)

– Ben-Boussa et Bounadir : 9ème CA-7eme QGO (Toffa).

– Medouci et Bachiri : 9ème GSA-1er QGO (Mezghena).

– Bouhliss et Ferchi : 11ème CA-10ème QGO (Ouahran).

Les amis de Tewfiq Baali :

– Basta : 9ème CA-28ème BDCA (Boulemgaden).

– Debiche : maintenu à l’académie (En vue d’une expertise médicale.)

Bouhliss et Medouci, parce qu’ils l’ont délibérément voulu, sont les seuls éléments de la chambrée à avoir été rétrogradés dans le corps des sous-officiers, pour notes insuffisantes. Aucun Taxriti, dans aucune section, pas même les majors par arme, n’ont été maintenus par l’académie. Ce qui aurait suffi à enlever toute interprétation aux affectations. Ce qui n’empêche pas un Ben-Boussa à continuer jusqu’au bout à semer la zizanie…

Et les réservistes naguère convoqués au commandement pour «affaire les concernant», n’obtiennent nullement les postes de tout repos près de chez eux. Quant aux «taupes de l’armée» chargées de surveiller les appelés, elles se volatilisent ! Assurément, la chance, ou de ténébreux fonctionnaires du Ministère des Armées auront dit leur dernier mot. Du reste, l’Académie a déjà entamé le travail de course contre la montre consistant à séparer les effectifs de cette promotion au plus vite, afin que ne s’installe pas dans le casernement les langueurs monotones de la mélancolie, bête noire du bon moral des troupes. Ils doivent surtout ne point regarder derrière eux et laisser place nette aux nouveaux, qui commencent à affluer depuis le matin !

En remettant les treillis, maintenant suffisamment délavés, qu’ils porteront durant le voyage, personne, au grand dam de l’Adjudant-chef Kharoubi, ne pourra prétendre qu’ils ne sont pas devenus forts et virils. Leurs cheveux ont repoussé. Leurs moustaches sont plus fournies. Leurs gestes ont acquis un peu de «prestance militaire». Mais, en tête-à-tête avec eux-mêmes, ils se sentent malgré tout fragiles et désespérément seuls.

Le soir même, tous les hommes affectés au 9ème Corps d’armée sont transférés sur l’aérodrome de Zaatcha, pour un voyage aérien terriblement sud-ouest. Parmi eux, il y a Rachid Basta, le pote de Tewfiq Baali. Ils n’ont pas voulu se dire «au revoir», par entente tacite.

Au bloc, les chambres se vident, mais sans bruit cette fois. Les armoires ne grincent plus. On promet de s’écrire. Mais les hommes savent que cette promesse finira pas s’émousser avec le temps. L’eau aura coulé sous les ponts. Les nuages auront couru avant de déverser leur pluie ailleurs. Les tempêtes de sable se seront apaisées. La terre aura fait une révolution de plus autour du soleil. Une nouvelle vie, aux relents inquiétants et moroses, fera oublier les physionomies et les couleurs. Au hasard d’une rencontre de gare, il sera agréable de se rappeler du bon temps… devenu vieux. Et les noms des élèves, à part celui d’un Bouhliss ou d’un Bouboule, et surtout d’un Dolmani, vrais bidasses de caserne, les noms des instructeurs, à part ceux de Ababsa, de Fitouni, ne seront plus prononcés sans quelque déformation. .

Quant aux adjudants de compagnie, c’est sans doute la création la plus intelligente de Dame Armée. Une soupape de sécurité d’une efficacité absolue!

Il est 03h00 du matin. Tewfiq Baali et Mohamed Amari, l’autre officier du Train affecté comme lui au siège du 12ème CA, sont seuls dans le dortoir. Tous les autres sont partis. Au deuxième étage, l’électricité brûle en permanence. Les loufoques ne font plus rire. Les mères n’appellent plus d’à-côté…

Le jour se lève. Personne n’est venu réveiller les derniers promus en instance de départ de la classe K74Y encore tolérés par l’académie. Lorsqu’ils sortent du bloc à 08h00, pour aller prendre leur petit déjeuner, au foyer des officiers s’il vous plaît, des civils en file indienne se dirigent vers la direction des effectifs. Les deux tringlots s’arrêtent, se regardent avec complicité et disent en même temps :

«Et voila que ça recommence !»

Puis ils éclatent de rire. Sur leur chemin, ils rencontrent Fitouni, qu’ils voient pour la première fois en tenue de sortie. Sa démarche est gauche et il semble à l’étroit dans cet uniforme des occasions ratées. Il est même devenu timide, et horriblement gêné de rencontrer d’anciens soldats devenus ses supérieurs en grade. Il les salue :

«Oh, qu’il est beau, dit Mohamed Amari!

– Ça fait dix ans que je n’ai pas mis une tenue de sortie, argumente le sous-officier. Kharoubi, pour me faire rager, a décidé de ne viser ma demande de perm qu’à condition que j’enfile ces frocs !

– Nous cherchons le Sergent-chef Allaoua, notre accompagnateur, dit Tewfiq Baali. Il paraîtrait que l’armée aurait peur que nous nous perdions en cours de route.

– Il ne faut pas le prendre comme ça, les gars. C’est une tradition de l’académie que de livrer son produit à domicile. Justement, je crois que votre départ pour Shyrta est reporté pour demain. Le temps qu’Allaoua et les autres instructeurs qui ne sont pas partis en permission mettent en condition la nouvelle promotion qui vient d’arriver.

– Qu’est-ce que nous allons foutre pendant tout ce temps-là, dit Mohamed Amari, agacé ?

– Heum… Amenez-vous dans un quart d’heure à la Direction des Effec, leur dit l’instructeur. Je vais voir ce que je peux faire pour vous obtenir une perm-spec. Ça sera mon cadeau pour votre mariage avec l’armée !

– Merci, et sans rancune pour toutes nos petites bévues, dit Tewfiq Baali. J’espère que nous aurons l’occasion de nous revoir.

– Tu en doutes ? Je viendrais au 51ème à la première occase. Et n’oublie pas de draguer toutes les filles de l’état-major !»

Lorsque Tewfiq Baali rentre à la maison, personne n’est encore au courant de son affectation. Les «entrées» de Abdelkrim Baali au mess des officiers n’ont permis jusqu’ici aucune fuite. Le fils hésite d’en parler, redoutant une modification de trajectoire de dernière minute, dont est friande chaque armée qui désempare devant les mouvements de troupe suspects de l’adversaire de l’autre côté de la frontière.

«Où es-tu affecté, le questionne d’emblée son père dès qu’il apparaît ?

– C’est un secret militaire inviolable pendant au moins une semaine.

– Ça ne sert à rien de le cacher à celle qui t’a enfanté, dit sa mère. Les espionnes ne se recrutent pas parmi les vieilles et valeureuses mamans, qui ont souffert pour ce pays.

– Je suis sérieux… En zone opérationnelle, il est interdit à un soldat de dire où il est.

– Tu pars en zone opérationnelle, s’inquiète le père ?

– Tout le pays est considéré comme tel en ce moment. Personne ne peut prétendre dire qu’il est loin du danger.

– Dis toujours.

– Je ne serai pas très loin de Taxrit.

– Pas très loin, sur l’échelle de l’un/millionième, ça peut mener à Boulemgaden. Et je ne suis pas prêt d’entendre de ta bouche le nom de cette localité. Pour les raisons que tu connais.

– Shyrta, lâche-t-il.

– Ah, voila qui est mieux. Beaucoup mieux !

– El hamdoulillah, s’exclame Baya !

– Ajoutons une autre bonne nouvelle, enchaîne Abdelkrim Baali. Je viens d’acquérir pour toi une Austin d’occasion. Le cadeau de ta mère pour ta réussite à l’université. Cela fait quatre ans qu’elle économise sur l’argent du ménage pour te faire plaisir. Tu dois te débrouiller pour signer aujourd’hui même les papiers à la mairie. Avant que le vendeur ne revienne sur son offre. Son prix est raisonnable mais il y a beaucoup de travail à faire dessus. Sois donc patient.

– Tu veux dire qu’elle m’appartient ? Une Austin, celle que j’ai toujours rêvé posséder ?

– Qu’à cela ne tienne. N’est-ce pas Baya ?

– Oui. Il mérite bien ça, mon fils.

– C’est trop de bonnes nouvelles à la fois, lâche Tewfiq Baali, confus et heureux, des larmes aux yeux.»

Il va vite se laver le visage à la salle de bain, laissant sa mère déballer les effets de son paquetage pour laver et repasser ses habits sales.

Au bureau des transactions de la mairie, l’employé semble impressionné par son uniforme, même s’il ne porte pas de galons.

«Qu’est-ce que je dois mettre pour la profession, s’enquiert le préposé ?

– Quoi ? Heu… Officier militaire, dit Tewfiq Baali, en regrettant presque aussitôt de ne pas avoir dit militaire tout court. Ou mieux encore, militaire de réserve !»

Après quoi, Abdelkrim Baali l’emmène à la ferraille découvrir la trouvaille. L’Austin gît, à demi enterrée. Les travaux de rénovation sont superficiels mais s’avèrent fort longs et coûteux. Le fils fait confiance à la main de magicien de son père, qui saura l’habiller d’une nouvelle toilette qui rendrait jalouse sa maison de fabrication !

Pour la première fois depuis le 1er Octobre, Tewfiq Baali se sent renaître. A bien voir, l’instruction n’aura pas entamé sa soif de liberté et son indépendance d’esprit.

La journée est encore longue et il veut marcher dans les rues sans se presser, non sans avoir d’abord enlevé son uniforme, pour marquer la coupure d’avec l’instruction. Avant de sortir, son père lui lance :

«Nous partons cet après-midi pour Bordj Rose. Si tu es des nôtres, il n’y a pas mieux qu’un bon bain thermal pour te retaper, après la sueur et la crasse.»

Il accepte volontiers. En attendant, il aurait aimé faire l’itinéraire du premier jour, mais en sens inverse. Il renonce, finalement, car le chemin qui doit le mener à la liberté est encore long et ce retour en arrière ne ferait que l’allonger. Il faut plutôt tenter d’oublier. Une sorte d’amnésie thérapeutique. .

Il pénètre dans un café au hasard et trouve Hakim SNP, son ancien moniteur de conduite, assis seul à une table, les mains jointes au menton, l’air lointain et absent.

Arrivé à hauteur du soldat, il marque un temps d’arrêt, comme pour lui parler. Ce dernier lève les yeux sans bouger, sourit à peine, et reprend sa fixation du vague.

Tewfiq Baali continue jusqu’au comptoir, commande un café et revient vers la table. Il veut briser une couche de glace qui est restée coriace jusqu’ici.

«Je peux, dit-il ?

– Bien sûr, répond sans sourciller le moniteur.»

Tewfiq Baali s’installe, croise les jambes et tire une cigarette. Il allume et tâte le paquet. Il n’en reste plus qu’une. Il esquisse le geste de l’offrir. Le soldat bouge les yeux, semble hésiter, et accepte finalement, en discernant la marque :

«Un militaire ne doit jamais refuser une blonde, dit Tewfiq Baali, se rappelant où et quand il a dit cela la dernière fois.

– Ni même une brune, ajoute l’instructeur, d’une voix faible comme venant d’un autre monde, différente de celle, rude et sec, que tout le monde lui connaissait à la FRAC.»

Tewfiq Baali est pourtant assis avec le même homme qui, une semaine auparavant, leur apprenait impatiemment, avec bouderie et arrogance, à conduire. Il fixe longuement sa tasse de café. Il a envie de lui dire :

«Pourquoi cette haine entre actifs et réservistes ?»

Il renonce. Pareille question ne se pose pas. C’est la réponse qui se dit, avec une fréquence et une virulence que seul le mépris de l’administration militaire peut entretenir avec autant d’aspérités. Pourtant, Tewfiq Baali croit pouvoir faire bouger des montagnes de tristesse et de désespoir par le dialogue. Cette faculté transmissible lui faire peur, après coup…

«C’est comme ça qu’on peut se jouer d’une opinion publique, se dit-il. On l’aborde par le sentiment. Par le côté fragile.»

Hakim SNP semble se détendre. Est-ce l’effet de la cigarette ? C’est lui qui décide de rompre le silence en premier.

«Qu’est-ce que tu fous encore ici, dit-il ? Pourquoi n’es-tu pas parti comme les autres. Est-ce qu’on t’a maintenu à Taxrit ? À te voir en habits civils, on croirait que tu as été dispensé.

– Tu as posé quatre questions en une. Va pour les deux premières. Mais les deux dernières sont dites avec un certain piment que je n’aime pas.

– Loin de moi l’idée. J’ai vu tout le monde partir.

– Je pars moi aussi. Le hasard ou autre chose ont fait que notre départ soit retardé de vingt-quatre heures. J’en profite pour terminer une fameuse conversation que nous avons eue ensemble au tout début, à l’intérieur d’une cabine de camion, tu te souviens ?

– Ah! Tu veux te venger ? Qu’est-ce que j’ai fait de mal ? Je me suis plié en quatre pour faire de vous de bons conducteurs. Pour toute récompense, des appelés comme toi ont menacé de me casser la gueule dès que je franchirais le portail du BCS. En fais-tu partie ?

– Comment peux-tu penser cela ? Je suis sûr qu’ils ont déjà oublié leurs griefs. Ils savent où est leur véritable ennemi.

– Mettez-vous un peu à ma place. Moniteur le jour et sentinelle la nuit. On verra si vous pourrez résister longtemps.

– Est-ce que ton aigreur vient de cela, seulement ?

– C’est la triste réalité. Je n’ai pas le titre de moniteur. Je ne suis que chauffeur poids lourds de formation. Les moniteurs en titre sont partis au 9ème CA. Alors, on a fait appel à nous. Nous travaillons [3]zuit ruit.

– On ne donne pas à tout un chacun ce qu’il mérite à l’armée. C’est sans doute fait exprès.

– C’est dangereux ?

– Mortel.

– Il ne faut pas pleurer lorsque c’est votre propre main qui vous frappe. J’étais libérable à fin septembre. J’avais terminé un contrat et refusé d’en signer un autre. On me maintient, moi et les autres, sans nous dire si c’est cuit ou si c’est brûlé, comme on dit chez nous.

– On finira bien par te libérer.

– Qui te dit que je veux l’être maintenant ? Ils sont parvenus à m’en ôter l’envie.

– C’est toi qui décides. Moi, je ne peux pas savoir ce qui est mieux pour toi.

– Ça n’a plus le même charme. Et puis, que gagnerai-je en revenant vers le civil ? Le chômage ? En ce moment, l’armée me fait miroiter le poste de moniteur, avec une paye de sergent. Où aurai-je mieux ? Dehors, je trouverai un peu plus de chemins barrés. Il vous est facile à vous autres lettrés de jongler avec les mots. L’espoir, la chance, le bonheur. L’armée m’a appris à devenir ignoble parce que la société ne m’a pas fait de cadeau. Parce qu’un soldat qui ne l’est pas est mangé tout cru.

– Ce n’est pas vrai. Tu n’es pas ignoble. Tu t’es endurci, voila tout. Ça n’est pas une tare. Juste une manière de se protéger. Beaucoup de gens qui n’ont pas beaucoup souffert, et j’en suis un, croient pouvoir faire la différence entre le bien et le mal. N’est pas crédible celui qui croit ressentir la douleur des autres en lisant seulement des manchettes de journaux, ou en prenant parti à la légère, selon les on-dit. La pire des ignominies, Hakim, c’est l’ignorance. Notre pays a besoin de règles de jeu qui soient claires. Comme ça, chacun trouvera son chemin.

– Si tu crois que les lois de l’armée sont claires, qu’attends-tu pour t’engager ? Tu ferais un bon commissaire politique !

– Ha, ha, ha!… Tu crois ?

– Ça me fait en tout cas tout drôle qu’un réserviste fasse les bons offices entre l’armée et un de ses rejetons.

– Là, tu te trompes. Nous sommes dans le même bain. Un putois est un putois. Il sent mauvais comme le reste de ses congénères, même si sa robe porte une raie blanche supplémentaire.

– Qu’est-ce qu’un putois ?

– Un petit animal de la forêt.

– La voila la sacrée différence entre nous, monsieur Baali. Chaque fois que je me hasarde à discuter avec un réserviste, je suis battu à plate couture.

– Ne t’ai-je pas dit que notre ennemi à tous, c’est l’ignorance. Tu sais ce que je souhaite pour notre armée ?

– Elle ne mérite rien. Mais dis toujours.

– Qu’elle devienne une grande institution d’enseignement. Et un immense chantier de construction.

– Avec l’uniforme ?

– Il n’y a pas d’armée sans uniforme. Il faut bien un jour ou l’autre être prêt à défendre son pays contre une invasion.

– Encore une fois, je suppose que tu as raison.

– Nous devons tous avoir des raisons de croire. De travailler pour assurer un avenir radieux à notre pays.

– Je suis de garde cette nuit. Si c’est ça bosser, je dois remonter à la caserne pour dormir un peu.

– Il n’y a pas de sous-métiers, Hakim.

– Adieu, dit le moniteur, en se levant. Tout cela me dépasse.

– Pourquoi adieu ? À bientôt, plutôt.

– Au revoir alors, dit le soldat avec une meilleure disposition d’esprit qu’au début de leur dialogue.

– C ‘est mieux ainsi, conclut Tewfiq Baali en lui serrant la main.»

Ils terminent leurs consommations et leurs cigarettes en silence, et se lèvent en même temps. A la sortie, ils prennent des directions différentes, mais pas pour longtemps. Car un aimant irrésistible attirera tôt ou tard Tewfiq Baali vers la spirale du même trou noir…

Sur le trottoir, il voit s’approcher de lui Ben-Boussa, en tenue de sortie. Peut-être le pistait-il depuis un moment ?…

«Ne me dis pas de que tu as raté l’avion pour Thoffa, Hocine ?

– Exactement, affirme le Senhadji, avec son sempiternel sourire jaune. Je suis allé pleurer chez Yala, aux effectifs, afin d’être affecté près du bercail. Figure-toi, pour me punir de contester ma mutation, on a décidé de me garder à l’académie, en attendant de me déférer devant le tribunal militaire. Quelle poisse ! Mais, j’accepte cette décision. Soit dit en passant, c’est juste de la poudre aux yeux pour tromper les envieux. En tous cas, c’est mieux que Boulemgaden…

– Donc, c’est toi le fameux pistonné, pas moi…

– Hé, oui !… Il faut être débrouillard dans la vie…

– Alors, à bientôt ! J’aurai pris un pot avec toi, mais tu m’excuses, j’ai un rendez-vous urgent !

– Attends, dis-moi au moins où tu habites ! Je viendrais te rendre visite…

–Au 51ème QG0/12ème CA…

– Non, ton adresse privée !

– C’est celle-là, désormais, pour deux ans ! A bientôt !»

Tewfiq Baali le quitte et se met à courir. Son désir de confondre l’homme pour sa fonction secrète était grand, mais il ne l’a pas fait…

Une grande activité règne dans les bureaux de la 5ème Section de la délégation SM du 12ème CA. La structure en question est la représentation du Service Documentation de la SM au niveau régional. C’est là où sont gérées les fiches de milliers de personnes, civiles ou militaires, à surveiller. La décision d’ouvrir une fiche peut émaner de n’importe quel échelon de la hiérarchie de la centrale du renseignement. Chaque carton comporte un numéro alphanumérique, et lorsque ce code commence par la lettre A, cela veut dire que c’est le plus haut de la hiérarchie de la SE qui a ordonné la «surveillance» d’une «cible«. Les échelons inférieurs reçoivent un fac-similé des folios à gérer, quand la personne à surveiller se trouve à l’intérieur de la circonscription qu’ils ont à couvrir, avec mention de la fréquence du compte-rendu de surveillance : jour et nuit, jour, semaine, mois. Des officiers régionaux traitent les synthèses. Le processus s’actionne comme suit : l’échelon inférieur envoie à sa hiérarchie la dernière mention portée sur le dernier folio ouvert de la fiche. L’échelon intermédiaire répercute les informations brutes ou les synthèses vers le haut, jusqu’à «l’échelon créateur» de la fiche.

Nous sommes le 12 Janvier 19.. Le Capitaine Amrani est inquiet. Il a été réprimandé de ne pas avoir transmis la synthèse des comptes-rendus trimestriels dans les délais. Deux jours de retard, à cause du décalage de la cérémonie de clôture de la promotion K74Y à l’Académie Interarmes de Taxrit, dans l’attente du folio d’une fiche particulière, d’autant qu’il avait reçu un appel téléphonique urgent la semaine d’avant de sa centrale pour l’envoyer au plus tôt.

«Bizarre, pense-t-il. Rien dans les différents BRM n’indique que ce jeune homme soit, en quoi que ce soit, susceptible d’être à l’origine d’activités politiques douteuses. C’est certainement quelqu’un de doué, puisque toujours premier aux examens. Au plus, c’est quelqu’un d’introverti. Ce que la plupart de ses surveillants ont indiqué depuis l’ouverture de sa fiche. Le fait d’écrire n’est plutôt pas une chose rare chez un étudiant. Son malheur est qu’il a fait des études d’économie politique. Ça, c’est une chasse gardée et nos jeunes l’ignorent lorsqu’ils se présentent pour la première fois à l’université. Bon, qu’à cela ne tienne ! Puisqu’il est muté au siège du 12ème CA, les nôtres auront tout le loisir de le serrer de près. Et si ceux d’en haut insistent sur l’urgence de recevoir les trois derniers BRM et ma synthèse trimestrielle, moi, je n’ai qu’à faire mon boulot et mentionner les consignes d’usage. Mais je n’ai pas à charger ce jeune homme de griefs qui n’existent pas, conclut-il en haussant les épaules.»

Une fois son travail terminé, le capitaine baille, étire ses membres endoloris par une position penchée prolongée, se met à l’aise au plus profond de son fauteuil. Puis il allume une cigarette, aspire et expire une bouffée, avant de regarder avec béatitude les volutes de fumée monter lentement vers le plafond. Un de ses loisirs favoris.

Arrive alors un peu plus tard un préposé au fichier, qui claque les talons, prend la pile de fiches posées sur le bureau de l’Officier, et s’en retourne à la salle de documentation. Le caporal sait que le dernier folio en cours des fiches portant la lettre «A» doit être dupliqué et transmis à Mezghena. Après quoi, les cartons sont remis par ordre préétabli dans le cardex prévu à cet effet. L’équipe du jour part. La permanence de nuit la remplace. Les agents savent ce qu’ils ont à faire, mais ils ignorent tout des mobiles réels de certaines filatures, décidées plus haut. Beau métier, n’est-ce pas ?


Fiche A/16938/05

Recto :

Nom et prénom : Baali Tewfiq.

Coordonnées générales invisibles.

………………………………………………

Verso : folio 6

-BRM du mois Janvier 19..: Elément Major de promotion de la Classe K74Y à la Formation Spéciale dispensée à l’Ecole du Train de l’Académie Interarmes de Taxrit. Grade : S/Lt de réserve. Affectation : 51ème QGO/12ème CA. RAS.

*Agent de synthèse : Capitaine Amrani de la 5ème Section/ Délégation du 12ème CA.

*[4]SynT : Elément taciturne mais aucune activité louche.

*Recommandations : Instruire correspondant du 51ème QGO/12ème CA pour la poursuite de la surveillance, conformément aux ordres de la hiérarchie.


Dans l’éclatante lumière du Sud, qui fait scintiller de mille feux l’eau chaude chargée de sels minéraux bienfaisants de la merveilleuse piscine thermale de Bordj Rose, et la brise légère caressant les palmiers, Tewfiq Baali sent son corps s’engourdir voluptueusement. Une immense fatigue est en train de le quitter, mais un calme effrayant la remplace.

Cette liberté, volée à la machine du destin, en sens inverse, lui rappelle qu’il a toujours voulu rester un enfant. Il bénit le ciel d’être radieux et souriant. Une mouche agaçante vient le tirer de son état de somnolence sur l’eau. Il sent qu’il a faim. Et qu’il va devoir revenir à la caserne.

Journal/12 Janvier 19.. : – Le bloc n’aura pas été silencieux plus de quelques heures. Il est déjà investi par les bleus de la nouvelle classe, aux crânes lisses comme des balles de ping-pong.

Avec Amari, nous sommes les derniers de la classe K74Y à devoir plier bagages. Entre ceux qui sont partis est resté un lien indéchiffrable. La séparation est dure, mon Dieu ! La fraternité avait mûri entre-nous durant les cours de combat, les états d’alerte, la pluie, la boue, la saleté des corvées, le gel de l’aube, la poussière des ordres serrés, le bivouac, la manœuvre, les causeries de soirée.

D’heure en heure, j’ai vu les Magirus emporter mes amis. Il est possible qu’il y en ait que je ne reverrai plus. Mais grâce à ce journal, sans doute, si Dieu veut, jamais leur souvenir ne périra. L’université est loin. Les amours se fanent. Le temps se meurt. –

Fin du Tome 1.

[1]Celui-ci et celui-là. (Expression consacrée)

[2]Bonne chance pour la quille !

[3]Pour rien, en langage populaire. (Expression consacrée)

[4]Synthèse trimestrielle.

Publicités