© « Soldats de plomb. », Tome 1, Chapitre 1er, Roman / « Tin soldiers », Volume 1, Chapter 1, Novel.

soldats_plomb

« Tin-n-Ouahr » ,

Volume 1 «Tin soldiers»

Chapter One

 

Tewfiq Baali opens aside the curtain of the attic plunged into darkness . Reflected by the aluminum coating on the terrace, the glare of the midday sun penetrates deeply , by flashing his retina deep in the brain , depriving him momentarily of the sight. He tries to protect his eyes with the back of his fingers. In vain. The phosphorescent footprint of radius has already invaded the black of the aqueous humor, and persists feverishly into.  A few seconds tick away without heavy he could move , his meaning  frozen by a strange lack . He suddenly dizzy . And nausea. After an effort that seems daunting, on the verge of collapse, he manages to stagger blindly towards the door.

The stiff back leaning against the adjacent wall, he expects the torpor which paralyzes deigns to dissipate before going down . Ah , it would have a treasure if he could find the deep sleep that would have spared him this inadvisable out! All morning he had to settle for a painful drowsiness, naked body dripping with sweat and stirred painful cramps stomach.

He wanted so much to wait for the darkness to win ! The idea of leaving is tough and does not want to leave . In fact , he can not stay longer at Mezghena . It has nothing to do there. He played there all his cards. The passion that has remained palpitating so long in his heart gradually fades . What did he do for a month otherwise than trying to make it last through the hope of waiting? This expectation has become too long, too uncertain. This vow , who married in any pretext innocence and illusions, refusing proudly the seductive interference of  occult forces.

Gradually he recovers his senses and can advance to the level of the floor. Oddly, today , it has the uncomfortable feeling that every level who he descended moves away him from the goal he tried unsuccessfully to reach so far, and an invisible enemy not ceased to delight him. Surely , this shabby floor, at fauve painting, can only lead to the cruel realities of life that are indifference , malice , selfishness , betrayal , hypocrisy , greed, deception , the abuse of authority.

Outside, the streets are deserted and hot . The heatwave still imprisons people in their homes , with the exception of a few stalkers to stunned traits bobbing on the wide sidewalks. One might think they are hungry and thirsty. Rather they are in a kind of daze, that fasting can not justify itself . The atmosphere is full of a kind of misty dust, apocalyptic look. The facades of the buildings seem to flicker constantly under the weight of the heat. The asphalt pavement to reach some areas the degree of liquefaction .

A hot  breath likcs the face of Tewfiq Baali, at  threshold of dilapidated building where he lived for four years. He descends to the Debussy Street, along a sidewalk overheated and headed resolutely toward the center boulevards . It searches the shadows, hugging the walls . It evolves with difficulty. He blinks constantly eyes. His tongue is pasty . He swallows hard saliva. Traffic is at zero, except for a bus that passes a given point, with the characteristic scraping of tires on the pavement in his lane of traffic. A housewife shakes inconsiderate a sheet on her balcony . Dig a cat in a bin with caution .

In walking , he thinks the other life could continue for him in Switzerland , if his father had not decided to return at the country to independence . Certainly a different existence in more ways than one , the one he led to beating drums since leaving there. It was just the age of eight .

Today, it feels so alone! So strangely alone … He sees himself , in all the years of his schooling , sitting in front of a blackboard , laterally a bay window overlooking an unchanging landscape. And sometimes to the left of the stage, sometimes to the right , while the planet Earth invariably conducting its revolution around the sun , the system continued unabated its fantastic ride in the cosmos, presented himself every day , and Timed to students, a holder of oracles constantly harping their expected moral and civic ideal code , while distilling them , fortunately, some basics of universal knowledge .

The other so dear to his heart life would have taken place in the wonderful world of happy childhood , to the high pastures in the footsteps of Heidi and her grandfather . She would not have been closed as here, made for himself, his measure , O my God, if only painfully !

Sometimes Place of the Emir and instinctively rushes in the hall of the Institute. Certainly, unlike the majority of passers struck by a sort of collective stupor , it gives the air of someone in a hurry.

 » Well, one last time, he said. « 

Students discuss scattered by the threshold of the building groups. Others sat on the front porch steps , blissfully smoke their cigarettes in defiance of religious prohibition , probably to go for the eyes of the orthodox revolutionary regime . He welcomed the head some knowledge , holding his breath . It rises three stories , and through a maze of corridors that smell stencil . In June, in these rooms tutorial now closed which had occurred exams end of the cycle , he fought more or less like a gladiator of the future …

He stops and knocks on a door , behind which an air conditioner hums . Nobody answers. It strikes again and once opened. The noise startled porcelain handle an employee who was dozing , her head backwards, mouth wide open , like a patient in a coma .

 » Heum … Want mutters the sleeper at the sight of the intruder , fluttering in all directions , rather shameful obviously bad mood at having been caught sleeping during working hours ?

– Morning. It’s me again , ad with a face closed the visitor.

– What there is to your service?

– Come, come … You know very well what it is …

– You think so? Um … I do not even know what I ate the night before …

– How so? I came to see you yesterday! … And almost every day of the month of September!

– Good , good! Do not get carried away . Come on, tell me what you want and be done !

– How many times do you state the purpose of my visit, replicates its vis- à-vis, suddenly exceeded by as frivolous ?

– As many times as necessary , of course! Otherwise, how do you know what you came for ? You think that my brain has something else far more important to remember that the names of students and their desiderata . You call ?

– Your what ? … What comes to your … he stutters …

– I repeat my question …

– Baali . Tewfiq Baali , loose almost speechless visitors , disarmed, annihilated by this disproportionate replica …

– What year?

– Promotion of June. I await the response of the Commission.

– Voila! At least this way , I can focus my research , argues the employee shrugged fill ! « 

The visitor would not come to this useless quarrel . He had just found stupid to repeat the same thing. He had not expressed his impatience the time before that came here . Just now he must leave Mezghena , he wished to be permanently attached to the end which was reserved for the file. Moreover, the Administrative Officer does not seem impressed by the indiscretion of this young student traits , which seemed to him at first, rather than the limit of shyness, and he considered , more or less , as an unwelcome . The man thought for a moment . He indifferent mine many bureaucrats , and it does not inspire confidence! Tewfiq Baali is sure that he was not unaware of the reason for his request , but once wanted it to work, if not downright  » send graze  » as they say.

Finally, the employee decides , with a bad manifest desire to open a drawer and draw a workbook mail. Then flipping through a stack of envelopes, while yawning rashly. It subtracts a fold nodding skepticism and hands flatly to the recipient.

 » Anyway , I intend to follow the recommended response to your address, noted the official.

– Since I ‘m here , so I ‘ll spare you the postal charges for delivery , is not it ? The Institute must be a pioneer in the application of economies of scale …

– No need to get angry , young man … Ah , you students … Always difficult to talk with you … What I have to fuck savings … what? Er … I saw you coming , you, with your smart answers. Now that you have what you want , you can just sign here , please , and be done !

– It was not too early , murmur a broken the applicant, who scribbles his signature on an acknowledgment my voice. « 

Today, he would have signed his death warrant as the letter he holds in his hands could swing his life in one way or another . His breathing quickens . He tears the envelope without waiting beige, official letterhead, and unfolds frantically document it contains, rough to the touch. Its content, mimeographed , pre- signed cutting the middle of the page is short, dry , terribly official ! His heart just made a leap forward . He did not need to read it again. His arms are relaxed along its body.

« Well, it’s over. More alibi now , ‘he said, with the same imperceptible whisper, closing his eyes .

– You say , asks the attendant, vaguely curious, but guessing for sure the content of the correspondence ?

– Er … Nothing. Thank you , replied his companion , after a moment’s absence. « 

He returns to the gate backwards. While retreating , he looks up at the ceiling with features that reflect impotence. The employee fixed with a silly expression, while it scans the ceiling soiling . Slowly, he actuates the handle with the hand behind the back , lot, continuing to set the speck until it closes the door . It remains long against the doorway , as if petrified . He has already made a ball of paper he held in his hand and loose. As far as he can remember, he never threw a useless paper in a basket. Obviously, he decided that this letter does not deserve to be in one of his pockets . There is no question that it seek now . It is vain , he should say . Because so far, he thought his postgraduate future depended on his person, his expertise, his tenacious will and not the will of anyone. Even less from a corporation without conscience in the hands of humans. After a few steps , he corrects his judgment.

« Too easy and pointless to blame the bureaucracy , he thought bitterly. This is the entire system to be condemned . What a system , anyway? Did I get out the set after four years of unbridled political science ? Is it not just this mess where everyone would find his account , not being too fussed about what happens over itself. Except for eccentrics like me , obviously. Too dangerous and not accommodating for a penny . « 

The administration, this hideous monster of modern times, he knows now . He had time to measure throughout the labyrinth of its curriculum , the blindness of his strength. He now knows that his net trap the whole society. It exhausting to try to resist him. It’s like a hydra with a thousand heads . It was nice cut , they repel instantly!

He stretches his pace. Again, the spirit he wants to give , as an obstacle to overcome , does not last. It runs out of steam quickly. The corridors of the Institute are deserted , silent, as animated by hostility that the concerns him. He stops for a moment at the height of the first floor display tables. At one location are still being made lists of seventy-two winners of the promotion.

What is this handful of lucky among the five hundred and ten students who took the start , four years ago, the great race to the onslaught of technocratic titles? A dedicated elite? Future legion of bureaucrats intractable ? Or simply an additional quota of troublesome intellectuals? To his detriment , rather the latter case, is not it ?

« My God, we have become unwittingly survivors of a darkly chivalrous epic , he murmured with emotion. It pushes the audacity to put aside our success. To raid our hopes. Salvation is also not in this country. I stand corrected . I mean, not under the auspices of the regime. « 

A prude pride shines still features of his face. Because his name is still there, in the front line , defying the gloomy representatives of the public ! It seemed to him as superimposed , although the characters are a little yellowed by the sun in the summer. It is a certainty , but it now feels contentment winner jaded . Because it seems to have won all the battles, without entering what should be the most beautiful conquest, in an ideal world of reasonable people , self-righteous . But no matter now ! Malicious servants or animals and disciplined thought they could deviate from its route . Obviously , the next academic cycle which looks will start without him. Branch of the Institute, in September, host of ambitious new students, but no less gullible , and the notches of the walls of the building accumulate new layers of black dust that never wipes .

In all truth, as a cosmogonic bulb went engaged unwittingly making switch to another dimension. It is only now , at this precise moment , he realizes how much his presence is no longer required in these places, and it is truly an intruder as he heads to the ground floor.

A female figure touches the exit, without discerning that exceed the features of his face. Obviously , he bent back , his eyes fixed on the ground and their minds elsewhere as often . The letter he has just read has completed the knock . He believes heard his name but he did not turn around , thinking curiously at the same time , as Lot’s wife at the exit of Sodom , it would only harm her . Vain. Someone joins rush and grabs her by the arm.

« So, Mr. Moody , it hovers in the stratosphere, it launches a young woman of short stature and corpulent ?

– Here Warda, he loose, jumping up and backwards with a built-in body – it conceals evil. You see , I tried to run incognito but it is impossible to succeed in this boulevard of atonement . Unless you find the elixir of the invisible man …

– You tried to avoid me , exactly ?

– Why do you say that ? Tax me everything except the morgue. I have not seen you , simply.

– Where are you running like that, darling, she responds by hiding his answers mid- biting semi- unusual , while tightening his grip , for the young man, in a forward momentum , really gives the impression want to clear out faster?

– Hey, gently , Princess of the Poor, pluck my arm , he cried , annoyed, making the gesture of wanting to escape.

– What there has Tewfiq ? You do not feel well, surprised the student , withdrawing his hand sharply and adopting a subtly serious air ?

– Tired of back too often on my feet , that is all , then there is no big deal , he replied , swallowing again with difficulty his saliva !

– No kidding . I will not ever find such a dark mine, she alarm for real now! Could you solve your problem?

– Look around you , Warda, he said in answer to side. It is a lot of time. Can not find the pretext of Lent to explain all this collective depression. But you can not feel the sweet weariness of fasting in late afternoon because you crunching through it, and there like all those enlightened smokers to light.

– Come on, do not make me walk. Confess me your resentment. I have miracle cures , she giggles so very clear . « 

One way or another, Warda Buta is now determined to play his all with the staff of their promotion, because his academic cycle now complete , this one certainly would go where it would do more . He said nothing more and looks at the ground constantly. She is embarrassed ! This fellow always disarms when it was suddenly. This is often a sign of disappointment in him , and at the same time , she probably thinks a state of early intellectual maturity . While he scans his moccasins , she observed furtively at once curious , playful and perplexed. She does not know how to fix his mistake verbose . She has already forgotten the words that have hurt whoever he was never made advances, which has not tried to become her lover. The momentary confusion of the young woman did not stop to greet with mischievous eyes that students pass all known by their first names . Makeshift . She would have time to spare with each of them. Never with Tewfiq Baali . It is so … elusive , rarely are attending the campus , never parked in the porch of the Institute as the other students, the image of the marble statue of Venus who throne. Warda Buta remain a whole day with him , staring at his lips , capturing and weighing every word he pronounce , finding a permanent innovative originality . She would go further and would not hesitate to let him share his bed he asked. But Tewfiq Baali never asks for anything . And attractiveness comes , few people explain, probably erasing. Unlike other students, she has never been spurned by him because of his alleged but no less famous facial deformity , except perhaps now , for reasons she can not explain . Do him he said not once , admirably, as she complained caustic gaze of others :

 » Do not worry, Warda . There are ugly than the mind. « 

But why this new attitude? When in reality , at that moment , he would want the sow , no frills. He kept enough stubbornness to cogitate only the refusal he suffered . It feels short and fragrant breath of the student , and once again , he wondered why she did not think to remove a surgeon by the big black wart lady nature, certainly not out of cruelty , made push his nose. Yet he did not fail to recommend him . oh how he wanted to tell him that he became allergic to frilly dress all students and not just his! He changed his mind , as a player who is reluctant to see a map he believes valuable . Cards, it holds no now . In fact, he does not want to be mean . After a few steps in one direction than his comrade wants him to take with him , away from home, crénom rather to his studio to her, it seems , Tewfiq Baali stops for no apparent reason and closes painfully eyes.

 » Ok , Warda , I leave you , manage to let go .

– Wait! You will not distort me company like that? Where would you go in this heat ?

– In my dark alcove. I have not slept a wink all night. I’ll try to get some sleep.

– Why do you refuse to tell me what’s bothering you ? « 

He stares at this time , to better convince her of his decision to take leave of her , and showing him that he had guessed his thoughts and plans.

« Since my return from volunteering , I tried to contact you without success , she continues with a look of disapproval . You did not reply to posts I slipped into your mailbox . You passed out in nature. You did not send me the address of the agreement camp where you went blind frame that I join you there . You did not see me invited to the party that your parents might have held back home to celebrate your success. I hope it is not because I redoubled you now see me high.

– Why do you say that , Warda ? You know very well that it is not in my nature. Just at this moment , I want all humanity forgets me . I gave everything . I have nothing .

– Come to me tonight. I will be preparing a good [1] Chorba . E. I … I would look after you , she loose blushing !

– You do not think about it ? I ‘ve never set foot in your …

– Do not worry . If you’re embarrassed by Monique , she is absent …

– Damn ! During the fast , I do not even have to hold you hand. As for being alone with you inside four walls …

– Because thou hast spoken cat in the evening , they are all gray, she whispers in his ear !

– What story then! If you insist in that sense, I let you down , he said , pretending to turn the way.

– Or, she corrects equally foolhardy. You allow us to do at least part of the way together, taking his arm ?

– Yes, but in my direction , please. I have to go . Because I imperative obligations to fulfill. « 

It really has nothing else to do but pack . An orderly retreat , like a tired hero who gave his all , who had the individual tools to win, but who observes bitterly about his defeat of his camp …

 » Dac ! You explain me the way, why this nihilistic retrenchment, she said , holding a furious desire to giggle , which would in his mouth chatter turkey …

– Go for walking , Princess, decides he finally while mocking the pun searched but no less stupid she just made … But there is no trifle in my case that is worth to be praised , he says with bitterness . « 

The couple is moving slowly towards the Grande Poste . The sun ruthlessly persecutes a floor to another. Warda Buta often stops the windows , completing exasperate his companion. She began by snatches, a one-way conversation . He nods invariably avoiding strenuous controversy , displaying his vague smile at all times . Her friend dives in a memorable turn political horizon, borrowing revolutionary phraseology fashion , coupled with an innate penchant for knitting , wallpaper and recipes. Somewhere , you’d think she would know that she would make a good mother and a great cook.

She pushes it deep into his bad bill developments . She hopes to see military service extended to girls of eighteen years is an idea in the air time , but then to lay the groundwork for his harvest of agricultural reforms to be proposed to farmers, it foutrait the mess campaigns !

Stride off to the windows , the posting of Tewfiq Baali only grow. Now it is fixed on negative outlook for the immediate future, it is equal . That the government, by demagogy , promise a job to every citizen , regardless of his profile and regardless of hard work , or that it operates at a political turn 180 degrees , regardless of it! This is not to make it boring presence ventures from time to time a « why not?  » Very random in the direction of the student .

Walking, it detaches gradually deleterious ambient atmosphere of the place and time . His memory was four years ago. God, how many times it took its usual route at the center of this busy city to join the Conference Room of the faculty! Sometimes with the triumphant feeling of being at the center of the world , sometimes feeling a negligible entity before the omnipotent metropolitan arrogance , insensitivity their fatal and painful sense of bewilderment . Mature attitudes monstrously in all major cities. Fortunately, now it feels to be going out of what he considers to be a ruthless Homo Sapiens denatured jungle. Otherwise unscathed, at least with not too many internal injuries …

The fashionable duo lane boulevard , looking for fresh corridors of waterfront light decreases to the west. The arteries of the city come alive slowly. Tewfiq Baali comment as many times the routine that seems to have embedded on people’s faces . Red lights, crosswalks , sidewalks. Roar of cars nerve . Storefronts provocative . Even red lights, crosswalks , sidewalks ! Din of horns ! Smoke exhausts ! Nauseating stench of garbage!

« So you tell me why you’re angry against all humanity, she returns to the rescue?

– That as you stir the salt into the wound , if he protested , frowning . « 

She laughs , surprised by this reflection, it is spiritual , when he is out of breath and do not despair of him the slip . He spoke in a distant voice , which has climbed with difficulty from the depths of his throat to his mouth . Larynx has not more than three syllables product from both a half-hour . This temporary loss of voice , but often temperamental , translated all his inability to replicate.

« You want to know what it is absolutely imperative to silence me , he says with a half smile. Naughty , go! « 

She blushed . He thought back to invoke pretext for planting . Wasted effort ! She already leading by the hand on the side of building academic works . Five flights of stairs to climb, just to get any information whose answer is obvious ! It slows the momentum of his companion and looks , exhausted , the height of the building.

« It’s not! I ‘m tired , Princess ! Like a sieve ! You hear that? One more step and I … « 

His eyes show signs of impending syncope, announced by the familiar dizziness that threatens to make him turn his head again . Without realizing it, he just stagger slightly from its center of gravity. She holds and insists on raising , supporting arm. It resists what remains nervous spring .

 » You do not understand I’m groggy , he craves ? If you have some affection for me , riding alone, I expect you.

– Or, she said, again concerned about his … Put yourself somewhere in the shade for five minutes. I would not be long . I take the opportunity to go to the health center you make an appointment with the doctor, since obviously you seem to be sick.

– I … « 

He still wants to protest. It is already removed , leaving standing in the middle of the floor , incapable of reaction . It raises once more the eyes to the front of the building . His palm Adam laboriously climbs in his throat.

« My God, what rubbish , he mutters to himself … I deserve to be here , right now, in this state … I stayed too long to wait … I never had to go back to Europe last spring … There continue my graduate studies , working as a dishwasher in a bar or restaurant for a living and then inform … Here I am stuck. No leeway . No promising prospect . « 

A car arrives unexpectedly behind him , the raging horn startles him , forcing him to move hastily to the sidewalk in a random motion resembling that of a spastic , above that allow it its forces. The driver chuckles in the excess . The latter seems to have enjoyed having startled so. Tewfiq Baali would gladly twisted his neck if he had stopped, as all well established in their land acquired Mezghenis , who always find fault anything about anyone! Well futile retaliation , indeed …

It supports hands burning body of a van parked to blow before removing them abruptly. Really, nothing succeeds him ! He finally manages to sneak between two bumpers and approaching the shade of a tree , collapsing abruptly at the base of its trunk .

It was only much later that he regains consciousness of his surroundings . Passing a fixed , which should take it to an inveterate unemployed waiting a long ballot placement of labor, whose administration is right next door. Not to be outdone face his bad luck and stupidity at its present position , it is the sole resource to the inventory of his pockets. It removes a book of tickets university meal well under way , a cigar butt , a purchase requisition to travel free by rail , a twenty cents in copper mold , and … a crumpled agenda which unfortunately opens any door.

Here is the summary of his entire fortune . He never thought he expect such a singularly common epilogue , without enthusiasm, verve of his career at the Institute. And despite his brilliant success, accruing here . And wait. Delay again. Still reluctant to take the plunge. Lag behind the intentions of the government. It was however believed sufficiently prepared to dampen his famous latch which , at one time or another , suddenly seems to enclose the turmoil in the life of a man in a sort of translucent cocoon, where the view is fixed , dull and curiously eternal . During all these years of Mezghena , against all odds years it had voluntarily left manipulate , indoctrinate , divide by a dark power elusive. But only in appearance . Secretly because he knows he has remained the same . If the university he has not brought more happiness, he is convinced that his early youth in Switzerland, at least , was beautiful and fertile were his promises.

A quarter of an hour passes . Warda Buta does not return. Tewfiq Baali rises painfully . In fact, he did not stay there waiting , but because he could not do otherwise , prostrate as it was. One way or another, on his return , his friend would have certainly led to another « holiday » of student type haberdashery, pastry department store , which he hates . He partially recovered his senses and he identifies himself suddenly an idiot who took a long time to realize the nature of his condition. But he recovers rapidly and boldly after a few strides.

 » It will give the explanation she wants my disappearance , he concludes with an unexpected and delightful relief. « 

Tewfiq Baali nomadic side of his father, which he has located the extraction of their family and their historic range. It is the mountain next to his mother who does not say a word too much . Certainly , it has the feeling of having the blood of a free man par excellence. He is confident of having a good education and the best education possible. Both instinctive deduction specific to desert dwellers who know just by interpreting the path traces on the sand, if a traveler peaceful or hostile intentions, he deserves support or marauding only by analyzing consistent and rigorous academic researcher he has become , he is now convinced that the only way to fight the government, when you turn back, is to return the favor ! Simply . Otherwise it would be like Don Quixote, cause the wind to a duel. We need to stop beating around the bush . We must try to escape from the trap . Look elsewhere , to free and open setting , where everything is light, purity , clarity .

« After all, I ‘m not born in the historic city inadvertently , is to he wondered now, with moisture in the eye? This is the rope of the Creator that I must take . No salvation outside his Way. He is the Light of the heavens and the earth. And the administration is quite the opposite . It is only ash and darkness. « 

Heat is slightly dark. Mezghena wakes crescendo after a long daytime lethargy repeated incessantly for a month. Tewfiq Baali retraces his steps . Progress is slow and painful to the heights of Plateau Saulière by these steep streets he borrowed thousands of times after the quest day overflow know tending a little more fierce scientific rationality , his faith somewhat shaken but never broken.

« It’s like a way of the cross in front of which is seen back life, he is surprised to imagine. « 

This ecstatic state of philosophy spatio- temporal image , which has been unexpectedly his brain slice with its surprisingly impenetrable usual understanding. It makes him smile and inspires .

When closing the door of his boyish , a treasure shade, coolness and silence greets . The table is dusty . Is placed above a notebook spring . Diagonal pen.

A slight trembling seizes his right hand. His eyelids start to wriggle involuntarily. The darkness of the room reduces the bitterness of the past passed out hours. Gradually , he feels on edge pulses of electromagnetic clamor of the city. Drops of water ooze tap .

Journal/28 September 19 .. – Writing is a way as any to not admit defeat , even if we realize , in retrospect, be exceeded, somewhere , at some point , by events. It is also a last attempt to fix the time at his own watch . And voila a whisper wet traverses the space between the lines to some unknown memorable journey. .

That I write for so long without getting bored , not even for a day! I mean, I persevered in this romantic ritual to look into paper notebooks cheap, and I spent a lot of feathers trying to make my car daily auscultation. To me make a confession , saying unconsciously to myself  » . Voila, you do not cheat « 

Being clear night had to lecture the superman hot day … already tired. Where complacency , is not it ? How long and how consistency , which surprised me myself today they have intrigued my family and friends for a long time !

In fact, I did not make my journal more a checklist practice an intimate notebook? Certainly . Because , as the years passed , I was surprised one day to write as on behalf of a court of posterity which , horror, I was my own registrar !

Looking back now , I realize that we can not write beautifully at present. And I realize , the more I feel helpless . At the prospect of a draft novel , I feel an indescribable intellectual embarrassment. Because I doubt I can carry readers in the footsteps of characters , all, fictitious money , believing they infuse the soul of human beings in flesh and bone. For I am far from being a God. Although I would pursue this quest all my life, I immediately consider this project as a risky business , certainly doomed to failure.

Thinking about it too, I started to browse some pages of my notebooks waste . The work that I projected , which would have been beautiful and as long as can be the life of a man, is written , in fact, for generations to light years from here, which would read as flipping through a book of prehistory .

What has become of this work saga, ruthlessly long , though mortal , would you say ? I will respond to very nearly as follows:

One day , though jealous of the secret intimacy of my books , I dared to give to a friend to read excerpts from pages recounting times when its not met mine , there is a very long time . The story referred to a philosophical exchange that we had on the afterlife . Initially surprised that I had taken the liberty to trap pieces of his life without his permission, here is what he said, squinting indulgence :

« We were so young , Tewfiq . And we confused God with heaven. « 

He became an atheist discreet . Me, a pantheist to the soul withered by the carbon dioxide and the negative attacks of the big city. If we stayed connected anyway , printing, very down to earth , is against the opposite of my passion to write. As surprising as it may seem, I have not started writing in order to become famous. At first it did not matter that my texts are read by others. I found it absolutely equal we make in praise or criticism. It was more like a mental entrenchment where we made the sort of thought, an intellectual retreat where printing is believed that most precious of precious stones is kept . Unfortunately, things do not always turn out as we projected . And impressions either are not immune to the patina of time , perceived as pathetic laments later by the proponents of realism and modernism.

I have not stopped writing since the age of twelve. Come rain or shine, I am ill or traveling , I really wrote down all the actions of my life, without embarrassment and without shame . I noted the time he did, the people I met , the events that occurred , my inner soul and my metaphysical questioning statements.

I learned patiently to organize my schedule at the rate of long hours of study. It was my life every day , you know. That of ordinary mortals. With its joys and sorrows. Record facts believed to major in these towns in the interior , where it rarely goes something decisive. Reread much later pages describing these innovations prove just summarize a routine visit, an ordinary meeting , a short trip.

With devotion and regularity , day after day, I thought I could get the gist of my palpitations. Each page was somehow an internal suicide , interspersed fratricide omniscient , and each line a little exasperated an « I » mature, intrusive.

As punches that kisses , good deeds that nonsense, my hand totally confessed , she showed most often charge against me . Over the pages and years, my writing became gradually illegible handwriting as on the epistemological level. But I found him the speed he needed , short and timely , in order to get rid of , as we part company with a mistress after love.

From illusion to disillusionment , paradoxically I decided to continue writing. Maybe not exactly as I designed it before. I see myself make a course correction . Ballast that was given today in one piece , in my wildest dreams ! At the same time , I know that multiple paths are cleared and straight compensation offered me by my Creator. He knows that there are better for me .

I have the alternative to stay Mezghena by enrolling in post graduation , or from where it is , willingly or unwillingly, the gift of his person . It must be said that neither of these two perspectives is me attractive. First , because I have nothing more to learn in this institute. The second , as imposed and binding. But the second has the advantage of bringing my consent , because new compared to my daily jaded student, and certainly very promising for my future. Consider it as a necessary way to freedom .

What choice between the two , tell me , hypothetical readers? One thing is certain now . Time dictated by the decision imposed approach. It is , I think, too late for daydreams .

Either ! I guess I still have a bit of insight to know where I ‘m going , why I go, what I ‘ll do, what awaits me. So it’s no surprise that I would leave Mezghena . But wouldnt provided the starting point . I want to go forward. I feel able to overcome adversity, even with bitterness at the back of the throat. –

More than a half- hour before the Adhan . Tewfiq Baali gently closes the door of his room. He presses his forehead and gently caress the ribbed wood.

 » It’s time for permanent closures , is not it , ‘he said with barely contained emotion ? Adieu, my companion nights . « 

This bachelor was his only safe haven for all those years of learning about life . He said it could contain all the misery of the world, no offense to people who shy managed to see the truth in the face. Since it could hide a fatally student poverty , as it was the birthplace of his dreams, the balm of his fatigues . But this time, he descends the steps of the stairs without the mathematical certainty of the back again. It is now the turn of his brother Younes fill the shelves of books , and take part in the fierce assault diplomas race.

Outside, the fasters begin to tighten around bourek merchants and other oriental pastries . The month of Ramadhan is about to finish his annual visit on Planet Earth . For the majority of practicing believers , alas , it’s like a good friend who goes , which has enjoyed moving vigils taraouih which we will regret the delightful presence . For some , phew , it’s just a chore that stops.

Tewfiq Baali out of the building . At the other end of the street , a man notices his exit and follow at a safe distance . This is not the first and it happens . That nearly four years that watches his actions , without , however, bothering . At length, he was able to realize it. This often did smile and had never bothered . He had the habit of walking slowly , without looking behind him. Not for fear of arousing the suspicions of his  » guardian angel  » ( there are several) but by state of mind. Behind him, there is the Past, with a big L, and his is rather gloomy . He is convinced of not having luck. We follow him or not will not change the situation. How many times has he thought :

« They are wasting their time … they will find nothing because there are only dal … I emm .. by « 

It covers the distance to the self-service schools in record time, his batteries recharged magically after the youth of writing. He has a briefcase in hand baggage for all . Now , it feels light, light , as if he had to offload a huge weight!

A dozen students expect big discussion at the door which gives access to the dining hall on the ground floor. He approached the group, consisting mostly of fellow promotion , which does not seem to be surprised by its rare presence in those places where there is almost never. They want to test his insights . .

« Hey, I thought you were gone you, he launches his friend Rachid Basta ?

– It’s decided , I ‘m leaving tonight , he replied , massaging the eyelids.

– How did you know ?

– What, is surprised the newcomer ?

– Do not tell me you came here by accident , jester ?

– Yes, because it was on my way. Otherwise, you know where I prefer to eat rather than the Army Hi . So you give birth or what? What is going on here, he adds with a false air debonair ? « 

Rachid Basta tries to prolong the suspense, by remaining silent , with his characteristic expression of mischievous eyes behind horn-rimmed glasses . The other smiled laconically . Mystery and gumdrop , they all seem to mean . Five seconds are enough to Tewfiq Baali to imagine how the evening might unfold . A rat race !

« We distributed the savings tonight, he confirmed infallibly But how did you know ? Everyone seemed to ignore this afternoon at the Institute . No memo. Nothing filtered .

– You do not know intromission Warda said someone in the group ?

– But Warda has not left me a … Wait … But yes , if he exclaimed , striking his forehead with the palm of your hand! I left the next academic works all the time ! Oh , I imagine how monstrous scale she had noised abroad the news!

– Ha, ha, ha! She has that chic , Princess , laughs Rachid Basta ! Nobody knows better than you ! She would have stirred up all the hungry Sahel if he had been told they were eligible for the award !

– Come, let us approach the entrance, said a student.

– Everyone will reapply here two , three movements , worries another .

– Like sharks spotted a trail of blood , says a third .

– It will tighten almost all the time , if you want to go deep pockets , Rachid Basta whispered in the ear of his friend , patting her back, and by driving forward !

– Tomorrow is Eid … I confess that I had seen me go home empty-handed , recognizes it.

– You can count that I décrocherais by filthy rich , claims his comrade. It would have cost me to know my money in the hands of opportunistic manically the last minute!

– It was a shame , is not it ? Our latest resources …

– Yes, Tewfiq … In my case , the ultimate before very long , concludes his companion, draping himself suddenly in his usual silence. « 

Students flock to progressively becomes clear that the time of breaking the fast. Among them, there are « professionals » and those who are at the university for eight or ten years , to step two or three times in a die, before changing to not lose the fellowship stipend . Every day that God made , they come sit sixteen hours straight terraces Brass , Circle of Students or Novelty front café crème with unfiltered Gitanes and newspaper « Le Monde » well seen, and revel in supposedly sophisticated discussions …

Some rise to mechanically dining rooms of the second and third floor, with the same pathetic intellectuals more or less experienced than Tewfiq Baali has been displayed on the large mirror in the locker room Conferences over the years mine . Others stop short in the middle of the hall, to provide information as detectives seeking the nines , and quickly shake the group when they are sure of the incredible news . Their starving and need new funds makes them attractive instantly forget f’tour !

After ten minutes, the queue lengthens and quickly takes insane proportions! As usual, in the forefront it is suggested that all sit on the floor in order to avoid unnecessary rush before the opening of the door. Only the vanguard runs without much enthusiasm , knowing that as soon as open access, invariably there will be trouble !

Outside Boulevard darkens. Cars pass hundred miles an hour . You can hear their dying echoes of the hall as the silence is profound. Minutes and seconds take the weight of expectation . Each student , silent and introverted, brooding its own hassles. Until, waving the home next door , if expected and always delicious to hear a fasting fledged unfortunately already distant , the voice of the muezzin radio ad time for the Maghrib prayer :

« Allahu akbar , Allahu akbar ! Ech hadou enna laa ilaha Illaha ! Ech hadou enna Mohamadan Rasulullah ! Haya ala essalat ! Haya ala el Fallah ! Allahu akbar ! Allahu akbar ! Laa ilaha Illaha ! « 

Rachid Basta out of her bag a sandwich of fried omelette, he cut in two and one half tends to his companion. The latter is a circular gesture with his hand around him to eventually offer a tip to someone who has nothing . Reflex education and Arabic usability. No. Nobody wants . He began his without any appetite . He had not thought to prepare some food in preparation for the trip because he did not know in the morning if he were to stay or leave . In fact , the only market exchange value it holds is composed of meal tickets , he thought pass first come, matter of buying one or two packs of cigarettes and trinkets . Diet throughout the month of fasting was rather poor, but he had no sensation of hunger, until its physiological balance being affected . Where dizziness, cramps and shin nightmarish visions night.

In the file , it starts to nibble or smoking immediately . Asylum prodigiously fraternal hall hallows, the space of a moment in unison, the common destiny , the fulfillment of hopes and conversations show , timid at first , then more and more and prolix , not necessarily interesting , and eventually degenerates into a thunderous uproar kindergarten playground.

 » You’ve got to how long to Mezghena , he asks Rachid Basta , between bites ?

– Bah … Another day or two , answered the latter, evasive and indecisive. Time to settle some debts and accounts with some. After that, we’ll see.

– No nonsense , man. I do not see you hanging longer savate here. You do not have the means to root you. They decided this time to crack from the back . All those who will not have their papers in order by then will be shipped by force.

– Bah … I would go back home to see the old , even if you cut my head after !

– I understand . frees up quickly and come join me . You’ll see, we ‘ll have fun well .

– At stopgap , I’ll have to seventy-two hours here . then , God is Merciful , sadly concludes his companion, folding back on itself. « 

Tewfiq Baali finished eating and lights his cigar butt . A real Havana, that had offered him his teacher of Economics in Latin America, announces positive results of late cycle. A Chilean , formerly Minister of Justice of the time of the revolution, and exiled from the military putsch . That is more than ten days there nibbling a few moments f’tour . He deeply sucks a last puff of acrid smoke before turning off the butt again and shrugged wearily :

« After all, I do not have the gift of the presidential smile, he said. I’m sitting on the ground with guys in the same situation. Shanghai and my need to be sewn on the elbows . « 

This thought comforted him . All around him , by cons , the tension becomes electric . The queue has overflowed into the street. The leading group remains alert , ears pricked . The bulk of arrivals circle around . Each calculates his chances of reaching the wicket before the funds are exhausted. Mine seem frustrated and threatening. For their scholarship , many students are willing to sell their manners !

Suddenly, without warning, someone manipulates a key in the lock ! Despite the ambient ruckus, everyone has heard the clatter of metal. The avant-garde has just enough time to get up, because the tremendous pressure already planning against the doors !

Tewfiq Baali feels raised , chest fully compressed by the mass of bodies that surround it. The door opened with difficulty by the first students . They are immediately sucked backwards , like a tidal wave , before being pressed forward again in a tumultuous wave , along an endless corridor . Tewfiq Baali is pushed from all sides . For unknown Malabar around him, his body frail and exhausted does not count. He had only not to find their way through ! It is rather an obstacle as another to be crossed !

« Money burns us , saves his brain ! « 

He tries at all costs , to free themselves from the relentless grip. And he is not alone! The scrum formed by the bodies of each other creates a cap , which seems impregnable . Behind , he hears the wood of the door crack , groans, curses and even a sob. Human cluster brutally broke up the crowd and falls to the ground . It happens to be one of the few scholars to detach , and the opportunity to rush to the window . He was soon joined by intrepid riders, including hazardous feet threaten to pick his one moment to the next ! He runs through the supervisor looks first prosecutor.

 » Tripping now would be the end of the beans , he comes to think ! « 

It sticks to the new swarm that has clumped before checkout. Rachid Basta was catapulted to four lengths behind him. As usual, there is no service order to organize the ranks .

« This is the strongest start of the game and the weakest leaving feathers, he said. Very common and natural in the animal world . Not very marked the border with humans , then! This is certainly this behavior savvy sociologists would consider the degree of culture of a people . Switzerland, Austria, Sweden , Japan and many other developed countries, not to mention civilized countries , these kicks are an indication of latent underdevelopment . God is my witness , I did not recognize . Although currently forced to undergo the shame that affects a misguided nation that deserves respect. « 

Sweat the whole bathroom, while he tries to fill in the form of a declaration on their honor attendant distributed the first in the queue.

 » Oh money blinds us , saves his brain again! « 

The employee eventually fled , throwing the bundle angrily in the air when he realized that the noose is tightening asylum too dangerously around him. For a few seconds , documents flutter like confetti before reaching the ground. Students are snapping as if they were safe-conducts for nirvana. Vision of anarchy, narrow selfishness, mischievous calculations , frustration moribund.

« Quick, no time to philosophize , he immediately tells his survival instinct ! « 

The pen slips through his fingers! He eventually fill with barely printed shaken on all sides, without yielding an inch to place riders. He signed posthaste the debit . The cashier gauge on all seams and carefully control his student card. Satisfied or suspicious , he finally gave him a wad of large bills nine of ten thousand , and he landed a wicked nod to give place to the next . Tewfiq Baali did not unduly formalized but it is rumored that if his cousin Hamid was around this rudeness characterized have earned its author a masterful slap his hand, without any kind of warning ! And is made this company. It works to rob the hard way!

He shoves this little nest egg in the pocket without the recount .

« The last resources. It’s the least we can say he repeated inwardly. « 

Now , the room is filled arch and there is more wise to wait that takes file! The bolder students try the-air using the shoulders and heads of others as a springboard to reach near the cash !

 » What a mess , is he exclaims ! No lesson learned from the past! No attempt to improve the reception ! Organize and facilitate people’s lives ! « 

Fights quickly controlled, but not blasphemy , which pollute the scene on the eve of religious holidays, and it is too late to correct once the swearing out of the mouth of cursers !

It’s time to spin ! The starting constantly feels the money in his pocket as he walked towards the exit. Because in this type of rush , he is aware that the « intellectuals thieves  » do not miss!

« Wait for me , Tewfiq ! I go with you a long way , it starts to surge Rachid Basta !

– Do not bother, son ! I am very late!

– More than three in front of me ! Patient a little , eh?

– Impossible! I would not stay back ! Firm tug seaman to the port ! Spot and you do not steal your treasure !

– Do not worry ! I’ll kick over the traces !

– See you later!

– Welcome back ! Have fun , trickster !

– That is insult me nichan ! Like that, the enemy will not know what kind of wood for our heat ! Appointment where you know! « 

Tewfiq Baali stops at the steps to blow . His knees tremble after exercise. He puts his travel bag and rubbed his right wrist . In the melee , he had to trample . He did not want for anything relinquish his luggage ! Hey, it believes that its content is gold met all jewelers Bab El Medina ! Notebooks to write dense and uniform, which can be said for now it is … abundant ? Rather compromising , not in the air. It should still be literary alchemy , sided , orderly, and especially simplified could earn him success and fame at one time or another . Who knows , eh? But, in fact , is it true that not give a damn to become famous ?

« Um, why not? We’ll see , he ruminates in engaging the sidewalk towards the port. Who could say that I am not less vain than other hacks ? .. « 

The boulevard is silent , asphalt shining under the streetlights . There are no cats around. The big money is in the pocket of starting . He can now afford to hail a taxi. If he had known he would become so suddenly « rich » , he would have done the same book an air ticket to return in style at home. So to speak. Wealth, is a relative concept as . And airfield closest destination is home to more than a hundred kilometers . The minutes passed and there was no taxi.

« It’s always like that when you have the money, he thinks . « 

He consults his watch

« God , there ‘s not much time! Come on, you have to run , man! The streets are empty ! Nobody can see you! You can run all your drunk! Galloping like crazy ! All your life , you did not do it ! It is not now that you will stop? « 

He rushes heavily. Lights vibrate and wriggle on his retina . His breathing quickens . It increases the pace. Soon he felt a stabbing pain in the joints of calves and ankles but he did not stop. He continued his monologue :

« This is not a beginning, it is a leak ! Quickly before overtakes you your intellectual pride ! Sow it! It is now or never to make a clean sweep of your certainties betrayed ! Your dreams truncated ! When your opponents will realize your demise , you will be far away! « 

A distant memory time scouts overflows and memory flashed before his eyes. Impulsively , he began humming the familiar patriotic song which associates :

Min jibalina talaa saoutou el Ahrar ….

At the height of the National Assembly , he heard behind him the characteristic of a minibus Vanholl happens at full throttle whisper. One hundred meters separates this boulevardier atypical solitary optional stop . Ride in this bus is now for him a matter of life or death ! His decision is made ! It’s over ! Must decamp ! Stop by , walk , crawl , if necessary! More than fifty meters to go! Too late! The bus is going to overtake ! He stops , turns breathless and helplessly up arms in discouragement to the blinding lights . The driver avoids very left and did not stop . Tewfiq Baali did not realize it occupies the middle of the floor . The bus seems to recede at a higher speed . He is about to rant against the driver when powerful brakes immobilize the vehicle exactly at the pole off. Surly , the lonely rider grits his teeth and starts moving , while the recipient presses a hand sign through the opening to reapply . His race is blunted , like a slow motion film reel . What would prevent the driver to leave leaving choir that customer happens so close to the door ? Nobody would reproach him . It would have applied stupidly settlement. The plate mark well :  » Optional Stop » .

 » The authority is not responsible for stragglers , has confirmed his manager hierarchical picky . « 

What clairvoyant controller would dare to come to ambush this strange time of night behind the shelter , to confound the riders and passengers unscrupulous employees who burn stops ? To protest that , if the inspector comes to the defense of his colleague ?

No! All this is only sterile intellectual exercise . This scenario does not happen as the head Tewfiq Baali . Finally, we expected . It is opened. The after breaking the fast is a time of relaxation and conviviality during which people’s faces show a little good-natured and … their hearts welling leave a hint of humanity. It goes without breath , swearing slyly against its rubbish .

 » Saha f’tourek , it launches the driver amused .

– Anta zada replied the passenger, between breaths .

– I could have you crush young man , is aptly observed his interlocutor.

– Whatever! You would have taken the life of someone who has become useless on this earth, he replied peevishly !

– Why this pessimism is offended machinist , restarting with a smirk ? Life is beautiful . Always make things worse on the right side . Here, we Ouled el Assima other , we are fortunate to live in El Sahel , are mhaynek ! Compared to the Sahara , is not an earthly paradise that is offered to us by nature ? « 

The caller does not respond to this assertion, attractive appearance , as all pretense that abound in this great city . He was two fingers to replicate as follows:

 » Keep it for yourself, your capital! It suits you so well ! What do you know about free and open setting of the Deep South ? Dizziness mountains Heidi ? « 

It would have been an unnecessary evil , which is not in his temperament, and against its natural tendency to sociability, his appearance not allowed to express its fair value.

The receiver whistling happily. The passenger pays with the single piece of copper twenty cents he had left in the pocket since the beginning of the month of Ramadhan . Moldy extra.

 » Ah , if my quests for the outbreak of pure truth , social justice and universal brotherhood could embody and achieve their fullest extent in a simple life , such as the employees of the transport authority , he said to himself . « 

Evanescent air Chaâbi reaches him a balcony. The leather straps that hang from grab bars show their strange rhythmic dance . The bus is empty.

  Essoufflements, T1

« Tin-n-Ouahr »

 

Chapitre   Premier

Tewfiq Baali écarte le rideau de la mansarde plongée dans la pénombre. Reflété par le revêtement aluminium de la terrasse, l’aveuglant éclat du soleil au zénith pénètre vivement, en lui flashant la rétine, au plus profond de son cerveau, le privant momentanément de la vue. Il tente de se protéger les yeux avec le revers des doigts. En vain. L’empreinte phosphorescente du rayon a déjà envahi le noir de l’humeur aqueuse, et y persiste fébrilement. Quelques secondes pesantes s’égrènent sans qu’il puisse bouger, ses sens figés par une absence étrange. Il est subitement pris de vertige. Puis de nausée. Au bord de l’évanouissement, après un effort qui lui paraît titanesque, il arrive à tituber en aveugle jusqu’à la porte.

Le dos raide adossé au mur adjacent, il attend que la torpeur qui le paralyse daigne se dissiper avant de descendre. Ah, il aurait donné un trésor s’il avait pu trouver le sommeil profond et réparateur qui lui aurait épargné cette sortie inopportune ! Toute la matinée, il a dû se contenter d’une somnolence pénible, le corps nu ruisselant de sueur et l’estomac agité de crampes douloureuses.

Il aurait tant voulu attendre l’obscurité pour décrocher ! L’idée de partir est coriace, et ne veut plus le quitter. En réalité, il ne peut rester plus longtemps à Mezghena. Il n’a plus rien à y faire. Il y a joué toutes ses cartes. La passion qui est demeurée si longtemps palpitante en son cœur s’estompe graduellement. Qu’a-t-il fait depuis un mois sinon que de chercher à faire durer jusqu’au bout l’espoir de l’attente ? Cette expectative devenue trop longue, trop incertaine. Ce vœu, qui a marié en toute innocence prétexte et illusions, refusant avec orgueil la séduisante interférence de forces occultes.

Peu à peu, il recouvre ses sens et peut avancer vers le palier de l’étage. Bizarrement, aujourd’hui, il a la désagréable impression que chaque marche qu’il descend l’éloigne d’un cran de l’objectif qu’il a vainement tenté d’atteindre jusqu’ici, et qu’un ennemi invisible n’a cessé de lui ravir. Assurément, cette cage d’escalier à la peinture fauve, défraîchie, ne peut que le faire déboucher sur les cruelles réalités de la vie que sont l’indifférence, la méchanceté, l’égoïsme, la trahison, l’hypocrisie, la cupidité, l’imposture, la forfaiture.

Dehors, les rues sont désertes et chaudes. La canicule emprisonne encore les gens chez eux, à l’exception de quelques rôdeurs aux traits abasourdis qui tanguent sur la largeur des trottoirs. L’on pourrait croire qu’ils ont faim et soif. Ils sont plutôt dans une sorte d’état second, que le jeûne ne saurait justifier à lui seul. L’atmosphère est saturée d’une sorte de poussière brumeuse, à l’aspect apocalyptique. Les façades des immeubles semblent vouloir vaciller en permanence sous le poids de la chaleur. Le bitume de la chaussée atteint à certains endroits le degré de liquéfaction.

Un souffle brûlant lèche le visage de Tewfiq Baali au seuil du vétuste bâtiment où il a habité pendant quatre ans. Il descend vers la Rue Debussy, le long d’un trottoir surchauffé, et se dirige résolument en direction des boulevards du centre. Il recherche l’ombre, en rasant les murs. Il évolue avec peine. Il cligne sans cesse des yeux. Sa langue est pâteuse. Il avale difficilement sa salive. La circulation est nulle, hormis un bus qui passe à un moment donné, avec le raclement caractéristique de ses pneus sur les pavés de son couloir de circulation. Une ménagère secoue sans gêne un drap à son balcon. Un chat fouille avec prudence dans une poubelle.

En marchant, il pense à l’autre vie aurait pu se poursuivre pour lui en Suisse, si son père n’avait pas décidé de revenir au pays à l’Indépendance. Une existence certainement différente, à plus d’un titre, de celle qu’il a menée à tambours battants depuis leur départ de là-bas. Il avait tout juste l’âge de huit ans.

Aujourd’hui, il se sent si seul ! Si singulièrement seul… Il se revoit, pendant toutes les années de ses scolarités, assis devant un tableau noir, latéralement à une baie vitrée donnant sur un paysage immuable. Et, tantôt à gauche de l’estrade, tantôt à droite, pendant que la planète Terre effectuait invariablement sa révolution autour du soleil, dont le système poursuivait sans relâche sa chevauchée fantastique dans le cosmos, s’était présenté, tous les jours, et à heure fixe devant les élèves, un porteur d’oracles leur rabâchant sans cesse les attendus d’un code moral et civique idéal, tout en leur distillant, par bonheur, quelques rudiments de la connaissance universelle.

L’autre vie si chère à son cœur se serait déroulée dans le monde merveilleux de l’enfance heureuse, vers les hauts alpages, sur les traces d’Heidi et de son grand-père. Elle n’aurait pas été en vase clos comme ici, faite pour lui seul, à sa mesure, ô mon Dieu, si douloureusement seul !

Il arrive Place de l’Émir et s’engouffre d’instinct dans le hall de l’Institut. Décidément, à la différence de la majorité des passants frappés par une sorte d’hébétude collective, il donne l’air de quelqu’un de pressé.

«Bah, une dernière fois, se dit-il.»

Des étudiants discutent par groupes épars au seuil de l’édifice. D’autres, assis sur les premières marches du perron, fument avec béatitude leurs cigarettes, au mépris de l’interdit religieux, probablement pour passer pour des révolutionnaires orthodoxes aux yeux du régime. Il salue de la tête quelques connaissances, en retenant sa respiration. Il monte trois étages, et traverse un dédale de couloirs qui sentent le stencil. En juin, dans ces salles de travaux dirigés maintenant closes où s’étaient déroulés les examens de fin de cycle, il s’était battu, peu ou prou, comme un gladiateur du futur…

Il s’arrête et frappe à une porte, derrière laquelle ronronne un climatiseur. Personne ne répond. Il frappe encore une fois et ouvre. Le bruit de la poignée en porcelaine fait sursauter un employé qui somnolait, la tête à la renverse, la bouche grande ouverte, à l’image d’un malade dans le coma.

«Heum… Vous voulez, grommelle le dormeur, à la vue de l’intrus, en se trémoussant dans tous les sens, manifestement de mauvaise humeur plutôt qu’honteux d’avoir été surpris dormant pendant des horaires de travail ?

– Bonjour. C’est encore moi, annonce avec un visage fermé le visiteur.

– Qu’est-ce qu’il y a pour votre service ?

– Voyons, voyons… Vous savez très bien ce dont il s’agit…

– Vous croyez ? Heum… Je ne sais même pas ce que j’ai mangé la veille au soir…

– Comment ça ? Je suis venu vous voir hier !… Et presque tous les jours du mois de Septembre !

– Bon, bon ! Ne vous emballez pas. Allez, dites-moi ce que vous voulez et qu’on en finisse !

– Combien de fois faut-il vous énoncer l’objet de ma visite, réplique son vis-à-vis, subitement excédé par tant de frivolité ?

– Autant de fois que nécessaire, pardi ! Sinon, comment savoir ce que vous êtes venu chercher ? Vous pensez bien que mon cerveau a autre chose de bien plus important à retenir que les noms des étudiants et leurs desideratas. Vous vous appelez ?

– Votre quoi ?… Que vient faire votre …, bégaye-t-il…

– Je répète ma question…

– Baali. Tewfiq Baali, lâche presque sans voix le visiteur, désarmé, annihilé par cette réplique disproportionnée…

– Quelle année ?

– La promotion de Juin. J’attends la réponse de la Commission.

– Voila ! Au moins, comme ça, je peux orienter mes recherches, argumente l’employé en haussant les épaules de suffisance !»

Le visiteur ne voulait pas en arriver à cette brouille inutile. Il avait juste trouvé stupide de redire la même chose. Il n’avait pas manifesté son impatience les fois d’avant où était venu ici. Simplement, maintenant qu’il doit quitter Mezghena, il aurait souhaité être fixé définitivement sur l’issue qui a été réservée à son dossier. Du reste, l’attaché d’administration ne parait nullement impressionné par l’incartade de ce jeune étudiant aux traits, qui lui semblaient de prime abord, plutôt à la limite de la timidité, et qu’il considérait, ni plus ni moins, que comme un importun. L’homme réfléchit un moment. Il a la mine indifférente de beaucoup de bureaucrates, et elle n’inspire pas confiance ! Tewfiq Baali est sûr que ce dernier n’ignorait pas le motif de sa requête, mais voulait encore une fois le faire marcher, sinon carrément «l’envoyer paître», comme on dit.

Finalement, l’employé décide, avec une mauvaise volonté manifeste, d’ouvrir un tiroir et d’en tirer un classeur à courrier. Puis il compulse une liasse d’enveloppes, tout en baillant inconsidérément. Il en soustrait un pli en hochant la tête de scepticisme, et le remet platement à son destinataire.

«De toutes les façons, j’avais l’intention de faire suivre la réponse en recommandé à votre adresse, fait remarquer l’agent.

– Puisque je suis là, je vous épargne donc les frais d’acheminement postal, n’est-ce pas ? L’Institut doit être pionnier en matière d’application des économies d’échelle…

– Inutile de vous fâcher, jeune homme… Ah, vous les étudiants… Toujours compliqué de dialoguer avec vous… Qu’est-ce que j’en ai à foutre des économies de… quoi ? Heu… Je vous voyais venir, vous, avec vos réponses futées. Maintenant que vous avez ce que vous voulez, il vous suffit de parapher ici, s’il vous plaît, et qu’on en finisse !

– Ce n’était pas trop tôt, murmure d’une voix cassée le demandeur, qui gribouille sa signature sur un carnet d’accusés de réception.»

Aujourd’hui, il aurait signé son arrêt de mort tant la lettre qu’il tient entre les mains peut faire basculer sa vie dans un sens ou dans un autre. Sa respiration s’accélère. Il déchire sans attendre l’enveloppe beige, à en-tête officiel, et déplie frénétiquement le document qu’elle contient, rêche au toucher. Son contenu, ronéotypé, pré-signé, coupant au milieu de la page, est bref, sec, terriblement fonctionnaire ! Son cœur vient de faire un bon en avant. Il n’a pas besoin de relire. Ses bras se relâchent le long de son corps.

«Bien, c’est fini. Plus d’alibi maintenant, se dit-il, avec le même chuchotement imperceptible, en fermant les yeux.

– Vous dites, s’enquiert le préposé, vaguement curieux, mais devinant à coup sûr le contenu de la correspondance ?

– Heu… Rien. Merci, répond son interlocuteur, après un moment d’absence.»

Il revient vers la porte à reculons. Tout en battant en retraite, il lève la tête vers le plafond avec des traits qui traduisent l’impuissance. L’employé le fixe avec une expression idiote, tandis qu’il scrute une salissure au plafond. Tout doucement, il actionne la poignée, avec la main derrière le dos, sort, en continuant de fixer la moucheture jusqu’à ce qu’il referme le battant. Il reste longtemps face à cette embrasure, comme pétrifié. Il a déjà fait une boule du document qu’il tient à la main et le lâche. D’aussi loin qu’il se souvienne, il n’a jamais jeté un papier inutile que dans une corbeille. A l’évidence, il a décidé que cette lettre ne méritait pas de se trouver dans une de ses poches. Il est hors de question qu’il fasse appel maintenant. Il est vain, devrait-il dire. Car jusqu’ici, il avait cru que son avenir postuniversitaire ne dépendait que de sa personne, de son savoir-faire, de sa volonté tenace, et non du bon vouloir de quiconque. Encore moins celui venant d’une personne morale sans conscience entre les mains des humains. Après quelques pas, il corrige son jugement.

«Trop facile et inutile de s’en prendre à la bureaucratie, pense-t-il avec amertume. C’est le système tout entier qu’il faut condamner. Qu’est-ce qu’un système, au fait ? Suis-je arrivé à bien le définir après quatre années de politologie débridée ? N’est-ce pas simplement ce foutoir où tout le monde trouverait son compte, en n’étant pas trop regardant sur ce qui se passe au-dessus de soi. Sauf pour des excentriques dans mon genre, évidemment. Trop dangereux et pas conciliants pour un sou.»

L’administration, ce monstre hideux des temps modernes, il la connaît bien maintenant. Il a eu le temps de mesurer, tout au long du labyrinthe de son cursus, l’aveuglement de sa force. Il sait désormais que les mailles de son filet emprisonnent toute la société. Qu’il est épuisant de chercher à lui résister. C’est comme une hydre à mille têtes. On a beau les couper, elles repoussent instantanément !

Il allonge son allure. Encore une fois, l’entrain qu’il veut se donner, comme pour surmonter un obstacle, ne dure pas. Il s’essouffle rapidement. Les couloirs de l’Institut sont déserts, silencieux, comme animés d’une hostilité qui ne le concerne que lui. Il s’arrête un moment à hauteur des tableaux d’affichage du premier étage. A un emplacement sont encore portées les listes des soixante-douze lauréats de sa promotion.

Que représente cette poignée de veinards parmi les cinq cent dix étudiants qui ont pris le départ, quatre années auparavant, de la grande course à l’assaut des titres technocratiques ? Une élite dévouée ? Une future légion de bureaucrates intraitables ? Ou simplement un contingent supplémentaire d’intellectuels gênants ? A son détriment, plutôt ce dernier cas de figure, n’est-ce pas ?

«Mon Dieu, nous sommes devenus sans le vouloir les rescapés d’une épopée obscurément chevaleresque, murmure-t-il avec émotion. On pousse l’outrecuidance jusqu’à faire abstraction de nos succès. De faire main basse sur nos espoirs. Le salut est ailleurs, pas dans ce pays. Je me corrige. Je veux dire, pas sous les auspices de ce régime.»

Une prude fierté éclaire tout de même les traits de son visage. Car son nom est encore là, en première ligne, narguant les ténébreux représentants de la fonction publique ! Il lui parait comme en surimpression, bien que les caractères soient un peu jaunis par le soleil de l’été. C’est une certitude, mais il en éprouve désormais le contentement du vainqueur blasé. Car il lui semble avoir gagné toutes les batailles, sans saisir ce qui aurait dû être la plus belle conquête, dans un univers idéal de gens raisonnables, de bien-pensants. Mais peu importe désormais ! Des fonctionnaires malveillants, ou bêtes et disciplinés, ont cru pouvoir le dévier de sa route. De toute évidence, le prochain cycle universitaire qui s’annonce recommencera sans lui. La Direction de l’Institut, à la rentrée, accueillera de nouveaux étudiants ambitieux, mais non moins crédules, et les échancrures des murs de l’édifice accumuleront de nouvelles couches de poussière noire qu’on n’essuie jamais.

En toute vérité, comme un déclic cosmogonique s’est enclenché à son insu, le faisant basculer dans une autre dimension. C’est aujourd’hui seulement, à cet instant précis, qu’il réalise combien est devenue inutile sa présence en ces lieux, et c’est véritablement comme un intrus qu’il se dirige vers le rez-de-chaussée.

Une silhouette féminine le frôle à la sortie, qu’il dépasse sans discerner les traits de son visage. Évidemment, il a le dos courbé, les yeux fixés au sol et l’esprit ailleurs, comme souvent. La lettre qu’il vient de lire a achevé de l’assommer. Il croit entendre prononcer son prénom mais il ne se retourne pas, pensant curieusement au même moment que, comme la femme de Loth à la sortie de Sodome, il ne le ferait qu’à ses torts. Peine perdue. Quelqu’un le rejoint précipitamment et l’empoigne par le bras.

«Alors, Monsieur le Lunatique, on plane dans la stratosphère, lui lance une jeune femme de courte taille et de forte corpulence ?

– Tiens Warda, lâche-t-il, en sursautant, puis en reculant avec un haut-le-corps qu’il dissimule mal. Tu vois, je tentais de filer incognito mais c’est impossible à réussir sur ce boulevard des expiations. À moins de trouver l’élixir de l’homme invisible…

– Tu cherchais à m’éviter, précisément ?

– Pourquoi tu dis ça ? Taxe-moi de tout, sauf de cette morgue. Je ne t’ai pas vue, tout simplement.

– Où cours-tu comme ça, chéri, répond-t-elle en occultant ses réponses mi-acerbes mi-insolites, tout en serrant son étreinte, car le jeune homme, dans un élan vers l’avant, donne réellement l’impression de vouloir déguerpir au plus vite ?

– Hé, doucement, Princesse des Pauvres, tu m’arraches le bras, crie-t-il, agacé, en faisant le geste de vouloir se dégager.

– Qu’est-ce qu’il y a, Tewfiq ? Tu ne te sens pas bien, s’étonne l’étudiante, en retirant brusquement sa main et en adoptant un air subtilement grave ?

– Fatigué de revenir un peu trop souvent sur mes pas, voila tout, alors qu’il n’y a pas de quoi fouetter un chat, réplique-t-il, en avalant une fois de plus avec peine sa salive!

– Sans blague. Je ne t’aie jamais trouvé une mine aussi sombre, s’alarme-t-elle pour de vrai maintenant ! As-tu pu régler ton problème ?

– Regarde autour de toi, Warda, dit-il en répondant à côté. C’est un mal d’époque. Ne trouvons pas le prétexte du carême pour expliquer tout cet abattement collectif. Mais toi, tu ne peux ressentir la douce lassitude des jeûneurs en fin d’après-midi, car tu grignotes par-ci, par-là comme tous ces illuminés qui fument au grand jour.

– Allez, ne me fais pas marcher. Avoue-moi ton ressentiment. J’ai des remèdes miracle, glousse-t-elle de façon très équivoque.»

D’une manière ou d’une autre, Warda Bouta est décidée désormais à jouer son va-tout avec le major de leur promotion, car son cycle académique maintenant terminé, celui-là partirait certainement là où elle ne le verrait plus. Lui ne dit plus rien et regarde le sol en permanence. Elle est embarrassée ! Ce camarade la désarme toujours lorsqu’il se tait subitement. C’est souvent chez lui signe de désappointement, et en même temps, probablement pense-t-elle, un état de maturité intellectuelle précoce. Tandis qu’il scrute ses mocassins, elle l’observe à la dérobée, tout à la fois curieuse, espiègle et perplexe. Elle ne sait pas comment réparer sa bévue verbeuse. Elle a déjà oublié les mots qui ont pu blesser celui qui ne lui a jamais fait d’avances, qui n’a pas tenté de devenir son amant. Le désarroi momentané de la jeune femme ne l’empêche pas de saluer avec des yeux malicieux les étudiants de passage qu’elle connaît tous par leurs prénoms. Des pis-aller. Elle aurait du temps à revendre avec chacun d’eux. Jamais avec Tewfiq Baali. Il est si… insaisissable, ne fréquentant que rarement le campus, ne stationnant jamais au perron de l’Institut comme les autres étudiants, à l’image de la statue de marbre de Venus qui y trône. Warda Bouta resterait une journée entière avec lui, les yeux rivés à ses lèvres, captant et soupesant le moindre mot qu’il prononcerait, y trouvant une originalité novatrice permanente. Elle irait plus loin et n’hésiterait pas à le laisser partager son lit s’il le lui demandait. Or, Tewfiq Baali ne demande jamais rien. Et son attrait vient, peu de gens se l’expliquent, sans doute de son effacement. Contrairement aux autres étudiants, elle n’a jamais été éconduite par lui à cause de sa prétendue mais non moins célèbre difformité du visage, sauf peut-être maintenant, pour des raisons qu’elle ne s’explique pas. Ne lui a-t-il pas dit une fois, de façon admirable, alors qu’elle se plaignait du regard caustique des autres :

«Rassure-toi, Warda. Il n’y a de laideur que celle de l’esprit.»

Mais pourquoi donc cette nouvelle attitude ? Alors qu’en réalité, à cet instant précis, lui ne voudrait que la semer, sans fioritures. Il a gardé suffisamment d’opiniâtreté pour cogiter seul le refus qu’il a essuyé. Il sent l’haleine courte et parfumée de l’étudiante, et une fois de plus, il se demande pourquoi elle n’a pas songé à faire enlever par un chirurgien la grosse verrue noire que dame nature, certainement pas par cruauté, a fait pousser sur son nez. Il n’a pourtant pas manqué de le lui recommander. ô combien il a envie de lui dire qu’il est devenu allergique au froufrou de robe de toutes les étudiantes et pas seulement de la sienne ! Il se ravise, comme un joueur qui hésite à découvrir une carte qu’il croit précieuse. Les cartes, il n’en détient aucune désormais. En fait, il ne veut pas être méchant. Après quelques pas dans une direction que sa camarade veut lui faire emprunter en sa compagnie, à l’opposé de chez lui, crénom, plutôt vers son studio à elle, semble-t-il, Tewfiq Baali s’arrête sans raison apparente et ferme péniblement les yeux.

«Ok, Warda, je te laisse, parvient-il à lâcher.

– Attends ! Tu ne vas pas me fausser compagnie comme ça ? Où irais-tu par cette chaleur ?

– A mon alcôve obscure. Je n’ai pas fermé l’œil de toute la nuit. Je vais tenter de dormir un peu.

– Pourquoi refuses-tu de me dire ce qui te tracasse ?»

Il la regarde fixement cette fois, pour mieux la convaincre de sa décision de prendre congé d’elle, et en lui montrant qu’il a sans doute deviné dans ses pensées et ses projets.

«Depuis mon retour du volontariat, j’ai tenté de te joindre sans succès, enchaîne-t-elle avec une moue de réprobation. Tu n’as pas répondu aux billets que j’ai glissés dans ta boite aux lettres. Tu t’es évanoui dans la nature. Tu ne m’as pas envoyé comme convenu l’adresse du camp de vacances où tu es allé encadrer les aveugles pour que je t’y rejoigne. Tu ne m’as pas invité à la fête que tes parents ont certainement organisée au bled pour fêter ta réussite. J’espère que ce n’est pas parce que moi je redouble que tu me vois désormais de haut.

– Pourquoi dis-tu ça, Warda ? Tu sais très bien que ce n’est pas dans ma nature. Simplement, en ce moment, je veux que toute l’humanité m’oublie. J’ai tout donné. Je n’ai plus rien.

– Viens chez moi ce soir. Je te préparerais une bonne [1]chorba. Et. J’ai… Je te soignerais, lâche-t-elle en rougissant !

– Tu n’y penses pas ? Je n’ai jamais mis les pieds chez vous…

– Rassure-toi. Si tu es gêné par Monique, elle est absente…

– Fichtre ! Pendant le jeûne, je ne devrai même pas te serrer la main. Quant à me trouver seul avec toi entre quatre murs…

– Puisque tu as parlé de chat, le soir, ils sont tous gris, lui souffle-t-elle à l’oreille !

– Quelle histoire, alors ! Si tu insistes dans ce sens, je te laisse tomber, dit-il en faisant mine de rebrousser le chemin.

– Soit, corrige-t-elle, tout aussi téméraire. Tu permets au moins qu’on fasse un bout de chemin ensemble, en lui prenant le bras ?

– Oui, mais dans ma direction, s’il te plaît. Je dois rentrer. Car j’ai d’impérieuses obligations à satisfaire.»

Il n’a en réalité rien d’autre à faire qu’à plier bagage. Une retraite en bon ordre, comme un héros fatigué qui s’est donné à fond, qui avait les outils individuels pour gagner, mais qui observe avec amertume autour de lui la déroute de son camp…

«Dac ! Tu m’expliqueras, chemin faisant, les raisons de ce retranchement nihiliste, dit-elle, en retenant une furieuse envie de glousser ; ce qui aurait à sa bouche un caquetage de dinde…

– Va pour la marche, Princesse, se décide-t-il finalement, tout en se moquant du jeu de mots recherché mais non moins stupide qu’elle vient de formuler… Mais il n’y a aucune broutille en ce qui me concerne qui vaille la peine d’être loué, ajoute-t-il avec acrimonie.»

Le couple s’achemine lentement vers la Grande Poste. Le soleil les pourchasse impitoyablement d’une chaussée à l’autre. Warda Bouta s’arrête souvent aux vitrines, achevant d’exaspérer son compagnon. Elle entame, par bribes, une conversation à sens unique. Il acquiesce invariablement, évitant toute polémique fatigante, en affichant son vague sourire de tous les instants. Sa camarade plonge dans un mémorable tour d’horizon politique, emprunt de phraséologie révolutionnaire à la mode, doublée d’un penchant inné pour le tricotage, le papier peint et les recettes de cuisine. Quelque part, on croirait qu’elle voudrait qu’il sache qu’elle ferait une bonne mère et un parfait cordon bleu.

Elle pousse le bouchon très loin dans ses développements de mauvaise facture. Qu’elle espère voir le service militaire étendu aux jeunes filles de dix-huit ans est une idée dans l’air du temps, mais de là à poser les jalons de sa moisson de réformes agricoles à proposer aux paysans, elle foutrait la pagaille dans les campagnes !

De foulée en arrêt devant les vitrines, le détachement de Tewfiq Baali ne fait que grandir. A présent qu’il est fixé sur des perspectives immédiates négatives concernant son avenir, tout lui est égal. Que le gouvernement, par démagogie, promette un poste de travail à tout citoyen, quel que soit son profil et indépendamment de son ardeur au travail, ou qu’il opère à un virage politique à 180° degrés, peu lui importe ! C’est pour ne pas faire présence barbante qu’il hasarde de temps à autre un «pourquoi pas ?» très aléatoire en direction de l’étudiante.

En marchant, il se détache peu à peu de l’atmosphère ambiante délétère du lieu et du moment. Sa mémoire remonte à quatre années en arrière. Dieu, combien de fois il a emprunté son itinéraire habituel, au centre de cette cité fébrile, afin de rejoindre la Salle de Conférences des facultés ! Tantôt avec le sentiment triomphateur d’être au centre du monde, tantôt se sentant une entité négligeable devant l’omnipotente arrogance des métropolitains, leur fatale insensibilité et leur douloureux égarement des sens. Attitudes qui mûrissent monstrueusement dans toutes les grandes villes. Heureusement, à présent, il a le sentiment d’être en passe de sortir de ce qu’il considère être une jungle impitoyable d’Homo Sapiens dénaturés. Sinon indemne, du moins avec pas trop de blessures internes…

Le duo vogue de boulevard en ruelle, recherchant les couloirs frais du front de mer. La lumière décroît à l’Ouest. Les artères de la cité s’animent doucement. Tewfiq Baali remarque comme tant de fois la routine qui parait s’être incrustée sur les visages des gens. Feux rouges, passages protégés, trottoirs. Vrombissement de voitures nerveuses. Devantures provocantes. Encore feux rouges, passages protégés, trottoirs ! Tintamarre des avertisseurs ! Fumée des pots d’échappement ! Relents nauséabonds des poubelles !

«Alors, tu me dis pourquoi tu es fâché contre toute l’humanité, revient-elle à la rescousse ?

– Voila que tu remues le couteau dans la plaie, s’insurge-t-il, en fronçant les sourcils.»

Elle s’esclaffe, étonnée par cette réflexion, qu’elle trouve spirituelle, au moment où lui est à bout de souffle et ne désespère pas de lui fausser compagnie. Il a parlé d’une voix lointaine, qui s’est hissée avec peine du plus profond de sa gorge vers sa bouche. Son larynx n’a pas produit plus de trois syllabes à la fois depuis une demi-heure. Cette aphonie momentanée, mais souvent caractérielle, traduit toute son impuissance à répliquer.

«Tu veux savoir ce qu’il m’est absolument impérieux de taire, ajoute-t-il avec un demi sourire. Coquine, va !»

Elle rougit. Il réfléchit de nouveau au prétexte à invoquer pour la semer. Peine perdue ! Elle l’entraîne déjà par la main du côté du bâtiment des œuvres universitaires. Cinq étages d’escaliers à grimper, rien que pour obtenir un renseignement dont la réponse coule de source ! Il freine l’élan de sa compagne et regarde, exténué, la hauteur de l’édifice.

«Ça non ! Je suis crevé, Princesse ! Comme une passoire ! Tu entends ? Un pas de plus et je… »

Ses yeux montrent des signes de syncope imminente, annoncée par le familier vertige qui menace de lui faire de nouveau tourner la tête. Sans se rendre compte, il vient de chanceler légèrement de son centre de gravité. Elle le retient et insiste pour le faire monter, en le soutenant par le bras. Il résiste avec ce qui lui reste de ressort nerveux.

«Tu ne comprends pas que je suis groggy, implore-t-il ? Si tu as un peu d’affection pour moi, monte seule, je t’attendrais.

– Soit, dit-elle, de nouveau inquiète de son état… Mets-toi quelque part à l’ombre cinq minutes. Je ne tarderais pas. J’en profiterais pour passer au centre médico-social te prendre un rendez-vous avec le médecin, puisque manifestement tu as l’air d’être malade.

– Je… »

Il veut encore protester. Elle s’est déjà éloignée, le laissant planté au milieu de la chaussée, incapable de réaction. Il lève une fois de plus les yeux vers la façade de l’immeuble. Sa paume d’Adam monte laborieusement dans sa gorge.

« Mon Dieu, quelle poisse, murmure-t-il pour lui-même… Je ne mérite de me trouver ici, en ce moment, dans cet état… Je suis resté trop longtemps à attendre… Je n’aurai jamais dû revenir d’Europe au printemps dernier… Poursuivre là-bas mes études supérieures, en travaillant comme plongeur dans une brasserie ou un restaurant pour gagner ma vie et aviser ensuite… Ici, je suis coincé. Aucune marge de manœuvre.  Aucune perspective prometteuse. »

Une voiture arrive à l’improviste derrière lui, dont le klaxon rageur le fait sursauter, l’obligeant à se déplacer précipitamment vers le trottoir, dans un mouvement désordonné ressemblant à celui d’un handicapé moteur, au-dessus de ce que lui permettent ses forces. Le chauffeur ricane en le dépassant. Ce dernier semble avoir apprécié de l’avoir fait sursauter de la sorte. Tewfiq Baali lui aurait volontiers tordu le cou s’il s’était arrêté, comme à tous les Mezghenis bien installés dans leurs acquis territoriaux, qui trouvent toujours à redire n’importe quoi au sujet de n’importe qui ! De bien futiles représailles, à vrai dire …

Il s’appuie des mains à la carrosserie brûlante d’un fourgon en stationnement pour souffler, avant de les en retirer brusquement. Décidément, rien ne lui réussit ! Il parvient finalement à se faufiler entre deux pare-chocs et à s’approcher de l’ombre d’un arbre, s’effondrant brutalement à la base de son tronc.

Ce n’est que bien plus tard qu’il reprend conscience de ce qui l’entoure. Un passant le fixe, qui doit le prendre pour un chômeur invétéré attendant depuis longtemps un bulletin de placement de la main-d’œuvre, dont l’administration est juste à côté. Pour ne pas demeurer en reste face à sa malchance et à la stupidité de sa présente posture, il ne trouve pour seule ressource que de faire l’inventaire de ses poches. Il en retire un carnet de tickets de repas universitaires largement entamé, un bout de cigare, un bon de réquisition pour voyager gratis par chemin de fer, une pièce de vingt centimes en cuivre moisi, et… un agenda fripé qui n’ouvre malheureusement aucune porte.

Voila à quoi se résume toute sa fortune. Jamais il ne crut s’attendre à un épilogue aussi singulièrement commun, sans enthousiasme, sans la verve de ses débuts à l’Institut. Et malgré sa brillante réussite, échoir ici. Et attendre. Temporiser encore. Toujours hésiter à franchir le pas. Rester à la traîne des intentions des pouvoirs publics. Il s’était pourtant cru suffisamment préparé pour amortir le fameux son de loquet qui, à un moment ou à un autre, semble enfermer subitement les soubresauts de la vie d’un homme dans une sorte de cocon translucide, d’où la vue est fixe, morne et curieusement éternelle. Pendant toutes ces années passées à Mezghena, contre vents et marées, il s’était volontairement laissé manipuler, endoctriner, compartimenter, par une obscure puissance insaisissable. Mais en apparence seulement. Car secrètement, il sait qu’il est resté le même. Si l’université ne lui a pas apporté davantage de bonheur, il est convaincu que sa prime jeunesse,   en Suisse, au moins, a été belle et fertiles ont été ses promesses.

Un quart d’heure passe. Warda Bouta ne revient pas. Tewfiq Baali se relève péniblement. En réalité, il n’était pas resté là à l’attendre, mais plutôt parce qu’il ne pouvait faire autrement, prostré comme il était. D’une manière ou d’une autre, à son retour, son amie l’aurait certainement entraîné vers une autre «villégiature» d’étudiante, type mercerie, pâtisserie ou monoprix, dont il a horreur. Il a partiellement repris ses sens et il s’identifie brutalement à un idiot qui a mis longtemps avant de réaliser la nature de son état. Mais il se reprend rapidement et gaillardement au bout de quelques enjambées.

«Elle donnera l’explication qu’elle voudra à ma disparition, conclut-il avec un inattendu et délectable soulagement.»

Tewfiq Baali est nomade du côté de son père, qui lui a situé l’extraction de leur famille et son parcours historique. Il est montagnard du côté de sa mère qui ne dit pas un mot de trop. Assurément, il a le sentiment d’avoir le sang d’un homme libre par excellence. Il est persuadé d’avoir eu une bonne éducation et le meilleur enseignement qui soit. Tant par la déduction instinctive propre aux habitants du désert qui savent, rien qu’en interprétant le cheminement de traces sur le sable, si un voyageur a des intentions pacifiques ou hostiles, s’il mérite assistance ou maraude seulement, que par l’analyse cohérente et rigoureuse du chercheur académique qu’il est devenu, il est maintenant persuadé que la seule manière de combattre l’administration, lorsqu’elle vous tourne le dos, est de lui rendre la pareille! Tout bonnement. Autrement, ce serait, comme Don Quichotte, provoquer le vent en duel. Il faut arrêter de tourner autour du pot. Il faut chercher à sortir du piège. Il faut aller ailleurs, vers les espaces libres et dégagés, là où tout est lumière, pureté, limpidité.

«Après tout, ne suis-je pas né citadin par inadvertance historique, se s’interroge-t-il présentement, avec de l’humidité dans les yeux? C’est à la corde du Créateur que je dois tenir. Point de salut en dehors de sa Voie. Il est la Lumière des cieux et de la Terre. Et l’administration est tout son contraire. Elle n’est que cendres et ténèbres.»

La chaleur est légèrement tombée. Mezghena se réveille en crescendo, après une longue léthargie diurne répétée sans cesse depuis un mois. Tewfiq Baali revient sur ses pas. Sa progression est lente et pénible vers les hauteurs du Plateau Sauliere, par ces ruelles montantes qu’il a empruntées des milliers de fois, après la quête du jour d’un trop-plein de savoir tendant vers un peu plus de rationalité scientifique féroce, sa foi quelque peu ébranlée mais jamais reniée.

«C’est comme un chemin de croix au-devant duquel on voit reculer la vie, se surprend-t-il à imaginer.»

Cette dithyrambique pointe de philosophie à image spatio-temporelle, qui a visité à l’improviste son cerveau, tranche étonnamment avec son impénétrable entendement habituel. Elle le fait sourire et l’inspire.

Lorsqu’il referme la porte de sa garçonnière, un trésor d’ombre, de fraîcheur et de silence l’accueille. La table est empoussiérée. Dessus est posé un carnet à ressort. En diagonale, un stylo.

Un léger tremblement s’empare de sa main droite. Ses paupières se mettent à frétiller involontairement. La pénombre de la pièce atténue l’aigreur des dernières heures passées dehors. De proche en proche, il ressent à fleur de peau les pulsations de la clameur électromagnétique de la ville. Des gouttes d’eau suintent du robinet.

Journal/28 Septembre 19.. – Écrire, c’est une façon comme une autre de ne pas s’avouer vaincu, même si l’on se rend compte, après coup, d’être dépassé, quelque part, à un moment donné, par les événements. C’est aussi une dernière tentative de fixer le temps à sa propre montre. Et voila qu’un chuchotement humide parcourt l’espace entre les lignes vers on ne sait quel cheminement mémorable. .

Dire que j’écris depuis si longtemps sans me lasser, ne serait-ce qu’un jour ! Je veux dire que j’ai persévéré dans ce rituel romanesque de me pencher sur le papier de carnets bon marché, et j’ai usé beaucoup de plumes à essayer de faire mon auto auscultation quotidienne. A me faire des aveux, en me disant inconsciemment à moi-même : «Voila, tu ne triches pas.»

L’être nocturne lucide venait de faire la leçon au bouillonnant superman du jour… déjà fatigué. D’où l’autosatisfaction, n’est-ce pas ? Quelle durée et quelle constance, qui m’étonnent plus moi-même aujourd’hui qu’elles n’aient intrigué ma famille et mes amis depuis longtemps déjà !

En réalité, n’ai-je pas fait de mon journal plus un aide-mémoire pratique qu’un cahier intime ? Assurément. Car, à mesure que les années ont passé, j’ai été surpris un jour d’écrire comme pour le compte d’un tribunal de la postérité où, horreur, j’étais mon propre greffier !

En y repensant maintenant, je constate qu’on ne peut écrire admirablement qu’au présent. Et plus je le réalise, plus je m’en sens désarmé. A la perspective d’ébauche d’un roman, j’éprouve une gêne intellectuelle indescriptible. Car je doute pouvoir transporter les lecteurs sur les traces de personnages, somme toute, fictifs, en croyant pouvoir y insuffler l’âme d’êtres humains en chair et en os. Car je suis loin d’être un Dieu. Bien que je poursuivrais cette quête toute ma vie, je considère d’emblée ce projet comme une entreprise hasardeuse, certainement vouée à l’échec.

En y pensant aussi, je me suis mis à feuilleter quelques pages usées de mes carnets. L’œuvre que j’ai projetée, qui aurait dû être belle et aussi longue que puisse l’être la vie d’un homme, est écrite, en fait, pour des générations à des années-lumière d’ici, qui la liraient comme on compulse un livre de protohistoire.

Qu’est donc devenue cette œuvre de saga, impitoyablement longue, quoique mortelle, me diriez-vous ? Je répondrai, à peu de chose près, comme suit :

Un jour, bien que jaloux de l’intimité secrète de mes carnets, j’ai osé donner à lire à un ami des extraits de pages relatant des instants où ses pas ont croisé les miens, il y a fort longtemps. L’anecdote se rapportait à un échange philosophique que nous avions eu sur l’au-delà. D’abord surpris que j’eusse pris la liberté d’emprisonner des morceaux de sa vie sans sa permission, voici ce qu’il me dit, en plissant les yeux d’indulgence :

« Nous étions si jeunes, Tewfiq. Et nous confondions Dieu avec le ciel.»

Lui est devenu un athée discret. Moi, un panthéiste à l’âme flétrie par le dioxyde de carbone et les assauts pervers de la grande ville. Si nous sommes restés liés malgré tout, son impression, très terre à terre, est par contre aux antipodes de ma passion d’écrire. Aussi étonnant que cela puisse paraître, je n’ai pas entamé l’écriture dans le but de devenir célèbre. Au début, il m’importait peu que mes textes soient lus par les autres. Il m’était absolument égal qu’on en fasse l’éloge ou la critique. C’était plutôt comme un retranchement mental où l’on fait le tri de ses pensées, une retraite intellectuelle où l’on garde des impressions que l’on croit plus précieuses que des pierres rares. Hélas, les choses ne se passent pas toujours comme on les projette. Et les impressions non plus n’échappent pas à la patine du temps, perçues plus tard comme des complaintes pathétiques par les tenants du réalisme et du modernisme.

Je n’ai pas cessé d’écrire depuis l’âge de douze ans. Qu’il pleuve ou qu’il vente, que je sois malade ou en voyage, je notais absolument tous les faits et gestes de ma vie, sans gêne et sans pudeur. Je notais le temps qu’il faisait, les personnes que je rencontrais, les événements qui se produisaient, mes états d’âme intérieurs et mes questionnements métaphysiques.

J’apprenais patiemment à organiser mon emploi du temps au rythme de longues journées d’études. C’était ma vie de tous les jours, quoi. Celle du commun des mortels. Avec ses joies et ses peines. La consignation de faits qu’on croit majeurs, dans ces villes de l’intérieur, où il se passe rarement quelque chose de déterminant. Relues bien plus tard, les pages relatant ces nouveautés s’avèrent résumer simplement une visite routinière, une rencontre banale, un court voyage.

Avec dévotion et régularité, jour après jour, je croyais pouvoir saisir l’essentiel de mes palpitations. Chaque page était en quelque sorte un suicide intérieur, entremêlé d’omniscients fratricides, et chaque ligne exaspérait un peu plus un «moi» mûrissant, envahissant.

Autant les coups de poing que les baisers, les bonnes actions que les bêtises, ma main avouait absolument tout ; elle témoignait le plus souvent à charge contre moi. Au fil des pages et des années, mon écriture devenait graduellement illisible, tant sur le plan graphologique qu’épistémologique. Mais je lui trouvais la vitesse qu’il fallait, le moment court et opportun, afin de m’en débarrasser, comme on fausse compagnie à une maîtresse après l’amour.

D’illusion en désillusion, je décide paradoxalement de continuer d’écrire. Peut-être pas exactement comme je l’ai conçu auparavant. Je me vois donc opérer à une correction de trajectoire. Que de lest a été donné aujourd’hui, d’un seul tenant, à mes projets les plus fous ! En même temps, je sais que de multiples chemins défrichés et rectilignes me sont offerts en compensation par mon Créateur. Lui seul sait ce qu’il y a de mieux pour moi.

J’ai l’alternative de rester à Mezghena en m’inscrivant en post graduation, ou de partir là où l’on fait, de gré ou de force, le don de sa personne. Il faut dire qu’aucune de ces deux perspectives ne m’est séduisante. La première, car je n’ai plus rien à apprendre dans cet institut. La seconde, puisque imposée et obligatoire. Mais la deuxième a l’avantage d’emporter mon assentiment, parce que nouvelle par rapport à mon quotidien d’étudiant blasé, et certainement très prometteuse pour mon avenir. Considérons-la comme un passage obligé vers la liberté.

Quel choix possible entre les deux, dites-moi, hypothétiques lecteurs ? Une seule certitude maintenant. L’heure dictée par la décision imposée approche. Il est, je crois, trop tard pour les rêves éveillés.

Soit ! J’imagine qu’il me reste encore un peu de lucidité pour savoir où je vais, pourquoi j’y vais, ce que je vais y faire, ce qu’on y attend de moi. C’est donc sans surprise que je quitterais Mezghena. Mais je ne reviendrais pas pour autant au point de départ. Je veux aller de l’avant. Je me sens apte à triompher de l’adversité, même avec de l’amertume au fond de la gorge.-

Plus qu’une demi-heure avant l’[1]Adhan. Tewfiq Baali referme doucement la porte de sa chambre. Il y appuie son front, et en caresse doucement le bois nervuré.

«L’heure est aux fermetures définitives, n’est-ce pas, se dit-il avec une émotion difficilement contenue ? Adieu, compagne de mes nuits.»

Cette garçonnière a été son seul havre de paix pendant toutes ces années d’apprentissage de la vie. Il se dit qu’elle pourrait contenir toute la misère du monde, n’en déplaise aux gens parvenus qui répugnent à voir la vérité en face. Puisqu’elle a pu cacher une pauvreté fatalement estudiantine, puisqu’elle a été le berceau de ses rêves, le baume réparateur de ses fatigues. Mais cette fois, il descend les marches de l’escalier sans la certitude mathématique de les remonter une autre fois. C’est maintenant au tour de son frère Younes de remplir de livres les étagères, et de prendre part à cette course féroce à l’assaut des diplômes.

Dehors, les jeûneurs commencent à se serrer autour des marchands de [2]bourek et autres pâtisseries orientales. Le mois de [3]Ramadhan est en passe de terminer sa visite annuelle sur la Planète Terre. Pour la majorité des croyants pratiquants, hélas, c’est comme un grand ami qui s’en va, dont on a apprécié les émouvantes veillées de [4]taraouih et dont on va regretter la délicieuse présence. Pour certains, ouf, c’est juste une corvée qui s’arrête.

Tewfiq Baali sort de l’immeuble. A l’autre bout de la rue, un homme remarque sa sortie et le suit à bonne distance. Ce n’est pas la première que cela se passe ainsi. Voila près de quatre ans qu’on épie ses faits et gestes, sans jamais, toutefois, l’importuner. A la longue, il avait pu s’en rendre compte. Cela le faisait souvent sourire et ne l’avait jamais gêné. Il avait pris l’habitude de marcher lentement, sans regarder derrière lui. Non pas par peur d’éveiller les soupçons de ses «ange-gardiens» (il y en a plusieurs) mais par état d’esprit. Derrière lui, il y a le Passé, avec un grand L, et le sien est plutôt morose. Il est convaincu de ne pas avoir de chance. Qu’on le suive ou pas ne changera rien à la donne. Combien de fois a-t-il pensé :

« Ils perdent leur temps…ils ne trouveront rien, car il n’y a que dal… Je les emm..de »

Il couvre la distance jusqu’au self-service des facultés en un temps record, ses accumulateurs rechargés comme par magie après la jouvence de l’écriture. Il a un cartable à la main pour tout bagage. Maintenant, il se sent léger, léger, comme s’il venait de se délester d’un poids énorme !

Une dizaine d’étudiants en grande discussion attendent devant la porte qui donne accès au réfectoire du rez-de-chaussée. Il s’approche du groupe, constitué en majorité de camarades de sa promotion, qui ne semblent pas s’étonner de sa présence rare en ces lieux où il ne vient presque jamais. Ils veulent tester sa perspicacité. .

«Hé, je te croyais parti toi, lui lance son ami Rachid Basta ?

– C’est décidé, je pars ce soir, répond-t-il, en se massant les paupières.

– Comment as-tu su ?

– Quoi donc, s’étonne l’arrivant ?

– Ne me dis pas que tu es venu ici par hasard, farceur ?

– Si. Parce que c’était sur mon chemin. Autrement, tu sais où je préfère manger, plutôt qu’à cette Armée du Salut. Alors, tu accouches ou quoi ? Qu’est-ce qui se trame par ici, ajoute-t-il avec un air faussement débonnaire ?»

Rachid Basta tente de faire prolonger le suspense, en restant silencieux, avec son expression caractéristique d’yeux malicieux derrière des lunettes d’écaille. Les autres sourient laconiquement. Mystère et boule de gomme, semblent-ils tous vouloir dire. Cinq secondes suffisent à Tewfiq Baali pour imaginer comment pourrait se dérouler la soirée. Une foire d’empoigne !

«On distribue le pécule ce soir, confirme-t-il infailliblement ! Mais comment l’avez-vous su ? Tout le monde semblait l’ignorer cet après-midi à l’Institut. Pas de note de service. Rien n’a filtré.

– Tu ne connais pas l’intromission de Warda, dit quelqu’un dans le groupe ?

– Mais Warda ne m’a pas quitté d’une… Attendez… Mais oui, s’exclame-t-il, en se frappant le front avec la paume de la main ! Je l’ai laissée du côté des œuvres universitaires toute à l’heure ! Oh, j’imagine à quelle échelle monstrueuse elle a dû ébruiter la nouvelle !

– Ha, ha, ha ! Elle a ce chic, la Princesse, s’esclaffe Rachid Basta ! Personne ne la connaît mieux que toi ! Elle aurait ameuté tous les affamés du Sahel si on lui avait dit qu’ils ouvraient droit à la bourse !

– Venez, approchons-nous de l’entrée, dit un étudiant.

– Tout le monde va rappliquer ici en deux temps, trois mouvements, s’inquiète un autre.

– Comme des requins qui ont repéré une traînée de sang, affirme un troisième.

– Il faudra serrer de près toute à l’heure, si tu veux partir les poches pleines, chuchote Rachid Basta à l’oreille de son ami, en lui tapotant le dos, et en l’entraînant vers l’avant !

– Demain, c’est l’[5]Aïd… Je t’avoue que je m’étais vu partir bredouille à la maison, reconnaît ce dernier.

– Tu peux compter que je décrocherais d’ici plein aux as, prétend son camarade. Il m’aurait coûté de savoir mon argent entre les mains des opportunistes pistonnés de la dernière minute !

– C’aurait été dommage, n’est-ce pas ? Nos dernières ressources…

– Oui, Tewfiq… En ce qui me concerne, les ultimes avant fort longtemps, conclut son compagnon, en se drapant subitement dans son silence habituel.»

Les étudiants affluent au fur et à mesure que se précise l’heure de la rupture du jeûne. Parmi eux, il y a les «professionnels» ; ceux qui sont à l’université depuis huit ou dix ans, à redoubler deux ou trois fois dans une filière, avant d’en changer, pour ne pas perdre l’allocation de bourse. Chaque jour que Dieu fait, ils viennent s’asseoir seize heures d’affilée aux terrasses de la Brass, du Cercle des Étudiants ou du Novelty, devant un café crème, avec Gitanes sans filtre et journal « Le Monde » bien en vus, et se complaisent en discussions prétendument sophistiquées…

Certains montent machinalement aux salles de restauration du deuxième et du troisième étage, avec la même mine pathétique d’intellectuels plus ou moins chevronnés que Tewfiq Baali s’est vu afficher sur le grand miroir des vestiaires de la Salle des Conférences pendant toutes ces années. D’autres s’arrêtent net au milieu du hall, se renseignent comme des détectives qui cherchent la preuve par neuf, et se serrent promptement au groupe dès qu’ils sont sûrs de l’incroyable nouvelle. Leur besoin famélique de fonds neufs et alléchants leur fait instantanément oublier le [6]F’tour !

Au bout de dix minutes, la file d’attente s’allonge et prend vite des proportions démentielles ! Comme de coutume, on suggère dans le peloton de tête que tous s’assoient à même le sol, afin d’éviter toute bousculade inutile avant l’ouverture de la porte. Seule l’avant-garde s’exécute sans grand enthousiasme, tout en sachant que, sitôt l’accès libre, invariablement, il y aura du grabuge !

Dehors, le boulevard s’assombrit. Des voitures passent à cent à l’heure. On peut entendre leurs échos mourants du hall tant le silence est profond. Les minutes et les secondes prennent le poids de l’attente. Chaque étudiant, muet et introverti, rumine ses propres tracas. Jusqu’à ce que, ondoyant du foyer d’à-côté, si attendue et toujours délicieuse à entendre par un jeûneur à part entière, malheureusement déjà lointaine, la voix du muezzin annonce à la radio l’heure de la prière du [7]Maghrib :

[8]«Allahou akbar, Allahou akbar ! Ech hadou enna laa Illaha illallah ! Ech hadou enna Mohamadan rassouloullah ! Haya ala essalat ! Haya ala el fallah ! Allahou akbar ! Allahou akbar ! Laa Illaha illallah !» 

Rachid Basta sort de son sac un sandwich de frites omelette, qu’il coupe en deux, et tend une moitié à son compagnon. Ce dernier fait un geste circulaire de la main autour de lui pour éventuellement en offrir un bout à quelqu’un qui n’a rien. Réflexe d’éducation et de convivialité arabe. Non. Personne n’en veut. Il entame le sien sans appétit aucun. Il n’avait pas songé à préparer quelque nourriture, en prévision du voyage, car il ne savait pas le matin s’il devait partir ou rester. En réalité, la seule valeur marchande d’échange qu’il détient est constituée de tickets de repas, qu’il pensait refiler au premier venu, question d’acheter un ou deux paquets de cigarettes et des bricoles. Son régime alimentaire pendant tout le mois de jeûne était plutôt pauvre, mais il n’avait eu aucune sensation de faim, jusqu’à ce que son équilibre physiologique s’en ressente. D’où les vertiges, les crampes aux tibias et des visions cauchemardesques la nuit.

Dans la file, on se met à grignoter ou à fumer d’emblée. L’asile prodigieusement fraternel du hall sanctifie, l’espace d’un instant, à l’unisson, la communauté de destins, l’accomplissement des espoirs, et les conversations reprennent, d’abord timides, puis de plus en plus nombreuses et prolixes, pas forcément intéressantes, et dégénérant finalement en un brouhaha tonitruant de récréation maternelle.

«Tu en as pour combien de temps encore à Mezghena, questionne-t-il Rachid Basta, entre deux bouchées ?

– Bah… Encore un jour ou deux, répond ce dernier, évasif et indécis. Le temps de régler quelques dettes et des comptes avec certains. Après, on verra.

– Pas de bêtise, mec. Je ne te vois pas traîner plus longtemps la savate par ici. Tu n’as plus les moyens de t’enraciner. Ils ont décidé cette fois de sévir dès la rentrée. Tous ceux qui n’auront pas leurs papiers en règle d’ici là seront embarqués de force.

– Bah… J’irais au bled voir la vieille, même si on me coupe la tête après !

– Je comprends. libère-toi vite et viens me rejoindre. Tu verras, on s’amusera bien.

– Au pis-aller, j’en aurai pour soixante-douze heures ici. après quoi, Dieu est Miséricordieux, conclut tristement son compagnon, en se repliant de nouveau sur lui-même.»

Tewfiq Baali finit de manger et allume son bout de cigare. Un Havane véritable, que lui avait offert son professeur d’Économie de l’Amérique Latine, à l’annonce des résultats positifs de fin de cycle. Un Chilien, jadis ministre de la justice du temps de la révolution, et exilé depuis le putsch des militaires. Voila plus d’une dizaine de jours qu’il y mordillait quelques instants au F’tour. Il aspire profondément une dernière bouffée de l’âcre fumée avant d’éteindre de nouveau le mégot, puis hausse les épaules de lassitude :

«Après tout, je n’ai pas le don du sourire présidentiel, se dit-il. Je suis assis parterre avec des gars dans la même situation. Et mon Shanghai a besoin d’être recousu aux coudes.»

Cette réflexion le réconforte. Tout autour de lui, par contre, la tension devient électrique. La file d’attente a débordé dans la rue. Le groupe de tête demeure alerte, l’oreille aux aguets. Le gros des arrivants fait cercle autour. Chacun calcule ses chances d’arriver au guichet avant l’épuisement des fonds. Les mines paraissent frustrées et menaçantes. Pour obtenir leur bourse, beaucoup d’étudiants sont prêts à revendre leur savoir-vivre !

Soudain, sans crier gare, quelqu’un manipule une clef dans la serrure ! Malgré le chahut ambiant, tout le monde a entendu le cliquetis du métal. L’avant-garde a juste le temps de se lever, car une formidable pression la projette déjà contre les battants !

Tewfiq Baali se sent soulevé, la poitrine comprimée à fond par la masse des corps qui l’entourent. La porte est ouverte avec peine par les premiers étudiants. Ils sont immédiatement aspirés vers l’arrière, comme par une vague de fond, avant d’être de nouveau pressés vers l’avant, dans une déferlante tumultueuse, le long d’un couloir sans fin. Tewfiq Baali est bousculé de tous les côtés. Pour les malabars inconnus qui l’entourent, son corps frêle et épuisé ne compte pas. Il n’avait qu’à ne pas se trouver en travers de leur chemin ! C’est plutôt un obstacle comme un autre qu’il faut franchir !

«L’argent nous brûle, enregistre son cerveau !»

Il tente, coûte que coûte, de se libérer de l’implacable étreinte. Et il n’est pas le seul ! La mêlée formée par les corps des uns et des autres crée un bouchon, qui semble inexpugnable. Derrière, il entend le bois de la porte craquer, des gémissements, des jurons et même un sanglot. Une grappe humaine se disloque brutalement de la cohue et tombe à terre. Il se trouve être l’un des rares boursiers à s’en détacher, et il en profite pour se ruer vers le guichet. Il est bientôt rejoint par des coureurs intrépides, dont les pieds dangereux menacent de crocheter les siens d’un instant à l’autre ! Il court en surveillant de biais l’allure du premier poursuivant.

«Trébucher maintenant serait la fin des haricots, arrive-t-il à penser !»

Il se colle au nouvel essaim qui s’est agglutiné devant la caisse. Rachid Basta a été catapulté à quatre longueurs derrière lui. Comme d’habitude, il n’y a aucun service d’ordre pour organiser les rangs.

«C’est aux plus forts d’entamer le gibier et aux plus faibles de laisser des plumes, se dit-il. Très fréquent et inné dans le monde animal. Pas très marquée la frontière avec les humains, donc ! C’est certainement à ce comportement que des sociologues avertis jugeraient le degré de culture d’un peuple. En Suisse, en Autriche, en Suède, au Japon et dans beaucoup d’autres pays avancés, pour ne pas dire civilisés, ces ruades sont l’indice d’un sous-développement latent. Dieu m’est témoin, je ne m’y identifie pas. Bien que forcé présentement de subir cette honte qui affecte une nation mal dirigée, qui mérite le respect.»

La sueur le baigne tout entier, tandis qu’il tente de renseigner le formulaire de déclaration sur l’honneur qu’un préposé a distribué aux premiers dans la file.

«ô combien l’argent nous aveugle, enregistre de nouveau son cerveau !»

L’employé s’enfuit finalement, en jetant rageusement la liasse en l’air dès qu’il réalise que l’étau des demandeurs se resserre trop dangereusement autour de lui. Pendant quelques secondes, les documents virevoltent comme des confettis avant d’atteindre le sol. Les étudiants se les arrachent comme s’ils constituaient des sauf-conduits pour le nirvana. Vision d’anarchie, d’égoïsme étroit, de calculs malicieux, de frustration moribonde.

«Vite, pas le temps de philosopher, lui dicte aussitôt son instinct de conservation !»

Le stylo lui glisse entre les doigts ! Il finit de remplir avec peine l’imprimé, secoué de tous côtés, sans céder d’un pouce sa place aux resquilleurs. Il signe dare-dare l’avis de débit. Le caissier le jauge sur toutes les coutures et contrôle minutieusement sa carte d’étudiant. Satisfait ou soupçonneux, il lui remet finalement une liasse de neuf gros billets de dix mille, et lui décroche un signe méchant de la tête de céder la place au suivant. Tewfiq Baali ne s’en formalise pas outre mesure mais il se dit que si son cousin Hamid était dans les parages, cette impolitesse caractérisée aurait valu à son auteur une gifle magistrale de sa part, sans aucune espèce de sommation ! Ainsi est faite cette société. Elle fonctionne à ravir à la manière forte !

Il fourre ce petit magot dans la poche, sans le recompter.

«Les dernières ressources. C’est le moins qu’on puisse dire, répète-t-il intérieurement.»

Maintenant, la salle est archi comble et il n’y a plus de sage file d’attente qui tienne ! Les plus effrontés des étudiants tentent la voie des airs, en utilisant les épaules et les têtes des autres comme tremplin, afin de parvenir près de la caisse !

«Quelle pagaille, s’exclame-t-il ! Aucune leçon retenue du passé ! Pas de tentative pour améliorer l’accueil ! Organiser et faciliter la vie aux gens !»

Des bagarres sont vite maîtrisées, mais pas les blasphèmes, qui polluent les lieux en cette veille de fête religieuse, et il est trop tard pour corriger, une fois les jurons sortis de la bouche des imprécateurs !

C’est le moment de filer ! Le partant palpe sans cesse l’argent dans sa poche en se dirigeant vers la sortie. Car dans ce type de bousculade, il n’ignore pas que les «intellectuels- voleurs» ne manquent pas !

«Attends-moi, Tewfiq ! Je t’accompagnerais un bout de chemin, lui lance Rachid Basta à l’envolée !

– Pas la peine, fiston ! Je suis très en retard !

– Plus que trois devant moi ! Patiente un peu, quoi !

– Impossible ! Je ne reviendrais pas en arrière ! Souque ferme matelot jusqu’au port ! Et tache de ne pas te faire chiper ton trésor !

– T’en fais pas ! Je vais ruer dans les brancards !

– A plus tard !

– Bon retour ! Amuse-toi bien, filou !

– C’est ça, insulte-moi [9]nichan ! Comme çà, l’ennemi ne saura pas de quel bois nous nous chauffons ! Rendez-vous où tu sais !»

Tewfiq Baali s’arrête au perron pour souffler. Ses genoux tremblent après l’effort. Il pose son sac de voyage et se frictionne le poignet droit. Dans la mêlée, il a dû se le fouler. Il ne voulait pour rien au monde se dessaisir de son bagage ! Hé, il estime que son contenu vaut l’or réuni de toutes les bijouteries de Bâb El Medina ! Des carnets à l’écriture dense et uniforme, dont on peut dire pour l’instant qu’elle est… abondante ? Plutôt compromettante, pas du tout dans l’air du temps. Ce devrait être encore de l’alchimie littéraire qui, dégrossie, ordonnée, et surtout simplifiée, pourrait lui valoir succès et renommée un jour ou l’autre. Qui sait, hein ? Mais, au fait, est-il vrai qu’il se fout pas mal de devenir célèbre ?

«Hum, pourquoi pas? C’est à voir, rumine-t-il en s’engageant sur le trottoir, en direction du port. Qui pourrait dire que je ne suis pas moins vaniteux que les autres scribouillards?..»

Le boulevard est silencieux, l’asphalte luisant sous les réverbères. Il n’y a pas chat alentour. L’argent fait gros dans la poche du partant. Il peut à présent se payer le luxe d’héler un taxi. S’il avait su qu’il allait devenir si soudainement «riche», il se serait même fait réserver un billet d’avion pour rentrer en beauté à la maison. Façon de parler. La richesse, c’est très relatif comme notion. Et l’aérodrome de destination le plus proche de chez lui est à plus de cent kilomètres. Les minutes passent et il n’y a pas de taxi.

«C’est toujours comme ça quand on a de l’argent, pense-t-il.»

Il consulte sa montre :

«Dieu, il ne reste plus beaucoup de temps ! Allez, il faut courir, mon vieux ! Les rues sont vides ! Personne ne peut te voir ! Tu peux courir tout ton saoul ! Galoper comme un fou ! Toute ta vie, tu n’as fait que ça ! Ce n’est pas maintenant que tu vas t’arrêter ?»

Il s’élance lourdement. Les lumières vibrent et se tortillent sur sa rétine. Sa respiration s’accélère. Il augmente l’allure. Bientôt, il ressent une douleur lancinante aux articulations des mollets et des chevilles mais il ne s’arrête pas. Il poursuit son monologue :

«Ce n’est pas un départ, c’est une fuite ! Vite, avant que ne te rattrape ton orgueil d’intellectuel ! Sème-le ! C’est le moment ou jamais de faire table rase de tes certitudes trahies ! De tes rêves tronqués ! Lorsque tes détracteurs se rendront compte de ta disparition, tu seras loin !»

Un souvenir lointain du temps des scouts déborde de sa mémoire et surgit devant ses yeux. Impulsivement, il se met à fredonner le chant patriotique familier qui s’y associe :

[10]Min jibalina talaa saoutou el ahrar….

A hauteur de l’Assemblée Nationale, il entend derrière lui le chuchotement caractéristique d’un minibus Vanholl qui arrive à plein gaz. Une centaine de mètres sépare ce boulevardier solitaire atypique de l’arrêt facultatif. Monter dans ce bus est maintenant pour lui une question de vie ou de mort ! Sa décision est prise ! C’est terminé ! Il faut décamper ! Par stop, à pieds, en rampant, s’il le faut ! Plus que cinquante mètres à parcourir ! Trop tard ! Le bus est en train de le dépasser ! Il s’arrête, se retourne tout haletant, et lève un bras impuissant en signe de découragement vers les phares aveuglants. Le conducteur l’évite très à gauche et ne s’arrête pas. Tewfiq Baali ne se rend pas compte qu’il occupe le milieu de la chaussée. Le bus semble s’éloigner à une vitesse supérieure. Il s’apprête à tempêter contre le chauffeur quand des freins puissants immobilisent le véhicule exactement au niveau du poteau de l’arrêt. Hargneux, le coureur esseulé serre les dents et se remet en mouvement, tandis que le receveur le presse d’un signe de main à travers l’ouverture de rappliquer. Sa course s’émousse, comme sur un ralenti de bobine de film. Qu’est-ce qui empêcherait le conducteur de repartir en laissant choir ce client qui arrive si près de la portière ? Personne ne lui ferait de reproche. Il aurait appliqué bêtement le règlement. La plaque marque bien : «Arrêt facultatif».

«La régie n’est pas responsable des traînards, aurait confirmé son pointilleux responsable hiérarchique.»

Quel contrôleur extralucide s’aviserait de venir s’embusquer à cette heure étrange de la nuit derrière l’abribus, pour confondre les passagers resquilleurs et les employés indélicats qui brûlent les haltes ? Auprès de qui protester, si l’inspecteur prend la défense de son collègue ?

Non ! Tout cela n’est que gymnastique intellectuelle stérile. Ce cas de figure ne se passe pas comme dans la tête de Tewfiq Baali. Finalement, on l’attend. On lui ouvre. L’après rupture du jeûne est un moment de relaxation et de convivialité pendant lequel les visages des gens reprennent un peu de bonhomie et… leurs cœurs laissent sourdre un soupçon d’humanité. Il monte, sans le souffle, en jurant sournoisement contre sa poisse.

«[11]Saha f’tourek, lui lance le chauffeur d’un air amusé.

[12]Anta zada, répond le passager, entre deux respirations.

– J’aurai pu vous écraser jeune homme, fait pertinemment remarquer son interlocuteur.

– Qu’importe ! Vous auriez ôté la vie à quelqu’un qui est devenu inutile sur cette terre, répond-t-il hargneusement !

– Pourquoi ce pessimisme, s’offusque le machiniste, en redémarrant avec un sourire narquois ? La vie est belle. Il faut toujours prendre les pires choses du bon côté. Tenez, nous autres [13]ouled el assima, nous avons la chance d’habiter [14]El Sahel, [15]ya mhaynek ! Comparée au Sahara, n’est-ce pas un paradis terrestre qui nous est offert par la nature ?»

Son interlocuteur ne répond pas à cette affirmation, séduisante d’apparence, comme tous les faux semblants qui foisonnent dans cette grande ville. Il était à deux doigts de répliquer ainsi :

«Gardez-la pour vous, votre capitale ! Elle vous va si bien ! Que savez-vous des espaces libres et dégagés du Grand Sud ? Du vertige des montagnes de Heidi?»

C’aurait été une méchanceté inutile, qui n’est pas dans son tempérament, et à l’encontre de sa propension naturelle à la sociabilité, que son apparence extérieure ne laisse pas s’exprimer à sa juste valeur.

Le receveur sifflote joyeusement. Le passager le paye avec l’unique pièce de vingt centimes en cuivre qui lui restait dans la poche depuis le début du mois de Ramadhan. Moisi en sus.

«Ah, si mes quêtes pour l’éclosion de la vérité pure, de la justice sociale, et de la fraternité universelle pouvaient s’incarner et atteindre leurs pleines mesures dans une vie simple, comme celle de ces employés de la régie de transport, se dit-il.»

Un air évanescent de [16]Chaâbi lui parvient d’un balcon. Les lanières de cuir qui pendent aux barres d’appui reprennent leur étrange danse rythmique. Le bus est vide.

[1]7Appel à la prière.

[2]Sandwich de pâte feuilletée, fourrée de viande hachée et d’épices.

[3]Mois de jeûne en Islam.

[4]Prières subrogatoires durant le Ramadhan.

[5]Fête religieuse musulmane (El Fitr), sanctionnant la rupture du jeûne.

[6]Rupture du jeûne.

[7]Quatrième  prière  de  la  journée,  au  coucher  du  soleil,  chez  les  musulmans.

[8]Dieu est grand, Dieu est grand ! Je ne crois qu’en Dieu !… Mohamed est

Son prophète ! Accourez à la prière ! Allez vers votre salut ! Dieu est

Grand, Dieu est grand ! Il n’y a de dieu que Dieu ! »

[9] Tout de go. (Expression de l’Ouest)

[10] De nos montagnes s’élève la voix des braves…

[11]A votre santé !

[12]A vous de même !

[13]Métropolitains.

[14] Plaîne fertile

[15]Bougre.

[16]Musique populaire.

[1]Soupe de vermicelle ou blé concassé, à sauce rouge. Plat national durant le

jeûne.

Publicités