© « Soldats de plomb », Tome 1, Chapitre 2, Roman/ « Tin soldiers », Volume 1, Chapter 2, Novel

Chapter Two

 

The clock of Central Station marks 7:49 p.m. The waiting room literally full of travelers while near the Terminus seem deserted. All windows display « Complete » . Tewfiq Baali takes a banknote from his pocket without removing the bundle and buys a booth package cigarillos. His wrist is painful. He wiped the sweat on his forehead with the back of his jacket and slips quickly towards the docks. He sees the stunned .

On esplanades in compartments , corridors , washrooms , on roofs , out of sight , a massive human tide rumbles and protests . The passengers on platforms face stiff resistance occupants of cars. Each assault , vibration soles on concrete looks like a earthquake. Military police try , somehow , to push the civilians not embark troops . Nothing to do. No hole . All cars in all trains are crowded , full to bursting.

Tewfiq Baali reflects how acrobatic technique he must appeal to be among the runners , when he felt a hand rummaging in the right pocket of his coat, which startles him . Aside forcefully intruder arms and pivots sharply on itself, on guard , ready for all eventualities , including deal a good shot point paralyzing the throat of the alleged robs !

« Hey, I do not like this game ugly … friend , he shouted in the direction of someone he recognizes the face afterwards !

– Hello Tewfiq , replied to a military flower earrings battle dress !

– Hi ! But then ! How you , yourself, to decline your identity! You had to tell you if he did not realize , I coat , huh ?

– Hey, you’re not convenient! I just wanted to test your alertness old . Do not you recognize me?

– Heum … If I ‘m not mistaken , we were classmates in the Primary. Hey , remind me your name … I on the tongue!

– But see … Fatah ! Fatah Mouldi ! Me , I immediately spotted you. You have not changed. A little higher in the legs, that’s all. Imagine that I have not forgotten your name or your face or your approach so characteristic . Hey , it was lost sight of this holy time from shorts , huh ? We were so happy and carefree .

– That’s life . But you see, we always found somewhere. Where we could never imagine.

– A station is a meeting place , anyway. What are you doing here , finally surprised the grunt , not realizing that this fellow , to say the least unusual , may be there tonight, in the middle of this maelstrom that do not attend the hotheads ?

– I go by Jove , he replied emphatically . Like you, like all the others! Do you take me for a unable to kick over the traces sensitive guy? « 

He almost immediately regretted having spoken of « others » , as the grunt would not fail him his eventual decline  » grade  » to know his « assignment » and the names of « knowledge » which can be found here and elsewhere. What happens once more .

 » Leave the questions his corn ?

– Heum … No.

– The wall then?

– No more . Where is our train, he said , trying to dodge the rest of the questionnaire , looking towards the openings ?

– Go know you in this mess . They announced several supplements but all trains of the world can not contain the m .. rdier ! « 

Fatah Mouldi suddenly leaves his partner , quickly aware of the  » uselessness  » of the latter in such a place . Tewfiq Baali simply follow far embarrassed, because he finds it too tends to forget people’s names , now that this traveling companion, a guy in the neighborhood, yet familiar paths of his childhood. He finally decided to hasten not to join him. It would clear up a misunderstanding . This dismissive attitude that he is and that is in fact a permanent introspection. The soldier all the senses , like a wild beast who spotted prey.

« You’re assigned to Mezghena , asks his companion circumstance , remained a little behind ?

– A Cherguias replied the soldier, without taking his eyes off the openings.

– Since when?

– Sixteen months . More than a third to draw and talk about it more ! And you, secretive . You do not tell me what you do in life, takes pointblank the young man ?

– I just finished my studies.

– What kind ?

– Higher education.

– Which must rip your words!

– Heum … Political Economy .

– Fiiuu ! You have not wasted your time , you. Moreover, it does not surprise me . Studious as you were. Me , you know, I have not been exceeded during the late di bghel .

– Do not get me wrong there . In this country, the university is the razzle- l’oeil . If you really want to learn , you have to think outside the box . And here, the roads are marked for a long time . It is not the value that leads to success, but the appointment …

– The what?

– The servility. Baseness, what. More you bend down before the leaders, you go up in rank more …

– Fiuu ! You talk like a doctor! Is what you are concerned with military service ?

– Yes, like all those who come out of university . Finally , I suppose.

– Not all, believe me. Have you received your order call?

– Not yet. Maybe it happened at home.

– What class ?

– No idea . I sursitaire for four years. My class had finished long ago. I would probably go in with one that starts in October …

– If I have a good advice for you , comrade, is now trying to fend you an assignment near the fold. He does not live on the side of the southwest.

– Why not to there? I do not know . I want to make the country myself.

– What? The country? But you’re crazy! The army will make you see the world ! You other civilians, you do not know what happens . Expect to be in khaki to dream to see the world !

– I think it’s fucked up for us, concludes Tewfiq Baali . « 

He wants to change the conversation , because it has a nasty penchant that requires justification, and it did not convince that serious . What would he say if he could get a military deferment for overseas? Everything would have been for the better, in the best of worlds , is not it ? In reality, it would not be there , but in a cozy lounge restricted circles of the regime.

After several comings and goings on the docks , the aspirant to this « curious journey » implicitly concluded that it no longer useless to expect. But the thought of returning to spend the night in his attic horrifies him ! He made a decision. He would not return it. He must act fast! All these trains are the emblem of the army. They will not wait . They urge the troops to rally to their earlier units.

 » Hey, you’re not even military, he thought ? Why not stay Mezghena and curb your pride ? Subscribe finally post graduation and thereby obtain a reprieve ? You become a student as old as some . Two or three more years of respite from the army. But what good would ultimately ? This would be a headlong rush . Life itself is a reprieve. We must go forward, brave the unknown! It does not peel an orange twice , would it be deducted. « 

At the same time , a voice crackles in a speaker :

Travelers to Eddous , Medjana , Ain El Fouara , Shyrta , Chetaibi Carthago ! Attention to start! « 

The announcement was immediately followed by a huge roar from the crowd remained on the docks. Fatah Mouldi jubilant abruptly. He just locate his comrades to an opening . Other Tewfiq Baali which recognizes faces but whose names have disappeared from memory.

 » Forgetting , he thinks ? There is no worse calamity , when one is unable to stand on its own. « 

Military occupy ten or twelve compartment . Tewfiq Baali listen to the tragi- comic dialogue that stands between them and Fatah Mouldi :

 » Say, the corn , you will not let me camp here ?

– Sorry , mate , ‘said one of them … I warned you. Instead of coming soon like us, you preferred to go to the restaurant you binge . Too bad for your mouth ! If you knew how much we are in this rotten tin of sardines , you’d quickly turn around without asking your rest !

– Come on, Mourad … Tells no story ! I have with me Baali , you need to know , and how much he deserves assistance. What are two places more or less in this p. train , eh?

– I can not help it , v’lido . Others want nothing to do . You’re not a blue. Doing now . You know very well that if you are seen climbing through the window , it will be the general invasion of the land … the raw compote canned . Everyone rappliquera by the punch .

– Listen, Mourad … A market we do? … Let us just join the corridor … I’ll revaudrais that …

– The hallway ? But you’re crazy, choking his companion , throwing looks increasingly embarrassed to Tewfiq Baali ! Those of the 238th Airborne are back there ! They invade us and they will put you to a pulp by the way!

– Never mind ! Let us mount only. The paratroopers , I make it my business ! « 

Mouldi Fatah joined the action to the word , pretending to want to climb. Another occupant compartment says something in the ear of Mourad Drihem and they go back with a fake sorry mine the glass. Fatah Mouldi begins to swear by pointing a menacing finger toward the opening . Tewfiq Baali realizes he may be an annoyance to his companion is . He moves away , with this thought :

« Maybe that parley alone, it would be more likely . « 

He goes once more in front of trains . Nothing to do ! No gap ! Travelers trying to go through the openings are constantly repulsed by the passengers, sometimes with fierce brutality , which denotes that the struggle for the defense of the territory is not only a clean animal instinct. Determining from the left on the docks travelers is equally bestial .

He retraced his steps , getting closer to the exit. It seemed to him , at this precise moment that the Earth has been hit by an irresistible compact mass. It is dislodged from its orbit and becomes a wandering star , getting lost in the nothingness of the universe.

 » Here the famous crossroads , ‘he said, biting his lower lip. « 

About to leave , he glances behind him , seeing Fatah Mouldi far away in the melee, still, to where he had left , staring at the opening of the compartment where his friends . No! It moves ! The window had been lowered. He rushes ! Hands compassionate help hoist !

Once inside, and after Tewfiq located Baali , the soldier made him back , a furtive sign reapply . Instinctively , without any thought or prior deduction of the brain , the latter street to the car , not without unintentionally upset people in its path. Someone tries to grab the pass. The fabric of his shirt cracks and is letting go his antagonist ignored. It does not stop and do not look back !

« This is not the time to procrastinate , he thought ! Your destiny is running! From here and not elsewhere In ! « 

Arrived near the opening , he launched his briefcase in black compartment . And without being asked , he clings to the window sill . The skirt of the stainless steel drive is smooth . For a few seconds , his feet are pedaling desperately like soap, while the voice of the station master barks again to micro :

 » Careful, careful ! Immediate departure of Rapid Carthago ! Please clear the way # 4! « 

Military Police began to hammer the body of the cars to make the space around the train. It surprises the traveler on his way, civilian or military, has for its costs. Typically green military insults , beatings , kicks in the behind .

Tewfiq Baali is still hanging ledge, grimacing mine . The din of the patrol is getting closer! He calls for help in the compartment but no one comes to his aid , while his precious briefcase is inside a convoy about to leave! He sees a PM run to him to tickle her loins with his truncheon ! So, in a huge effort snatches a  » haaa !  » rage , he manages to jam one leg behind the rim and his momentum rushes headlong into the darkness of the car head.

« Who gave you permission to go , bastard , screaming in the dark menacing voice? « 

We hustles everywhere. It does not respond to the provocation , merely strike a match to identify his luggage .

« Okay , guys. I am recovering well and I go down , if he dares to say to calm the spirits. Certainly, for of corn , you do not have a sense of hospitality !

– You have not been invited to ride, screams another ! Tumbles before I fill bumps your little head !

– No way, says Fatah Mouldi , by interposing . It will not move from here! It does not belong to your father ! You have no shame , drop a friend of the country?

– You, your mouth , shouts another at the guard ! Speaks only for your butt . At this rate , we’ll leave up all your smala , or what? « 

While the tone rises between occupants dissatisfied or siding with the intruder , two, three posts trying to climb in turn , having found a relaxation of monitoring the opening. The team then rushes to the block .

« Come on, it’s time to win , said in a low voice Mouldi Fatah . « 

They carefully slide the door leading into the hallway . Commandos with red Berets grumble two more annoying stuff come the reduced space of a few cubic meters which is piled up for hours of sweaty human flesh, and where the stench of flat feet . Nothing more. These do not need to externalize their overly cranky. They come into the hands directly . However, impossible to negotiate with them anything more to improve the « comfort » . Fortunately for these additional intruders , they do not move, rather amused by the frustration of travelers remained planted on the docks , some do not hesitate to show their anger by obscene gestures at the place of passengers who taunt .

Ultimately , willingly or unwillingly, the pair carve their places because everyone realizes that there is no possibility of turning back. The door closes behind them difficult . The atmosphere is heavy and wet . Leg clash. Breasts are compressed to asphyxiation messy game body. There are convenient for anyone position. Only stopgap and no alternative.

Serious and slight hissing tear jerking passenger sighs of relief , and travelers docks howls of anger ! So in the imbroglio of shouting, shoving , the flight luggage over their heads, a separate children’s voices , heavenly hot starts Cheulhi dialect , old hat back :

 My tebkichi is yema .

 Memikh rah yarjaalek .

 My tebkichi is yema .

Rani noughir el mektoub .

The train pulls out , then slowly advance . Its progressive rate brings the openings semblance of freshness. They are all gone ! They did this train to pass. No controller is coming dare ask for their travel documents. But, in fact , to any destination they all go ? Certainly, to the east. For some, it is certainly a contemplative return full of nostalgia to the past. For others, probably a leak to try to catch the future. For some , including Tewfiq Baali , simply a taste for travel , as after a dice roll , hazardous or miraculous.

Despite their « luck » to all of you could ship , it apprehends the coming night . In fact, their departure was held in irrational security conditions. He wondered if he had seen travelers on roofs dared the perilous challenge of staying perched , whatever the cost. Those inside the trains do not seem best accommodated teaches …

At the station, a man comes to mark something on a notebook, before going into a number to a phone booth :

« Hello … Yes , sir … He is gone. « 

The caller hangs up, to hold in his chair and smiled to himself:

 » All in good time , he thinks … The child prodigy has finally taken the plunge … I know , it will not return back … There, it will be with us and we can no longer escape. « 

The convoy along the bay like velvet. Reflections of the city lights shine like gems in multicolored moles . From an imaginary fixed point in the head Tewfiq Baali , and through the windows of other trains stationed in parallel sorting, port, quiet and peaceful, looks away from the train while it is it now whizzes in the opposite direction . For optical illusion , it seems to the traveler came to the station at the last minute will be stayed, and he thinks the great transatlantic voyage coveted from the harbor Mezghena . Celebrity , tuxedo , pearl necklaces and promised land. Consecration deserved after so many years of toil, he had so naively imagined four years ago .

At the station Bir Lahrech a new onslaught of travelers is repulsed by the passengers, as iron block all exits. A vengeful rain of stones fell on the cars while the train resumes its course.

Tewfiq Baali feel the breath of a bullet graze the tip of her left ear before smashing the wall of the corridor. By reflex , he tries to fall, without coming to hide his head under the rim of the opening ! The stones still raining, punctuated by cries of pain ! On the docks , everything is disorderly flight ! PM run in every direction, one hand holding their helmets and clubbing each other to outdo !

Insensitive to human suffering , the machine is gaining speed exceeds the latest industrial zone lamps and sinks into the depths of the night , spreading shrill whistles the sinister sounding on its way.

An image , such as a negative impression remains alive long before the eyes of Tewfiq Baali . Is that of the man in the white scarf bloody sitting on the concrete dock, legs apart, holding his head in his hands and grinning a cry of pain that train passengers can not hear.

This image has twin sister fate, he never ceased to fight since childhood , by intuition insightful, the tenacity and the challenges of adversity. That he too was injured by a stone thrown blindly by the dark , ruthless and irresponsible unknown , was an event not to exclude . He finds himself more here tonight , is not a coincidence . He wanted . He must assume .

A snack vendor listing down the hall an attractive commodity. With all these new emotions , and without innovative zero doubts term Tewfiq Baali feels for the first time in a month he’s hungry . While he has always been wary of desserts travel , this time , the temptation is too strong, and exceptionally , it is not too fussed about hygiene. Really, this « adventure » really seems to have an appetite ! Moreover, there is no more naive than other passengers in the car , who are crying . So he bought through intermediaries, a sandwich with peppers . At the first bite , they turn out to be spicy peppers and immediately give him a terrible thirst, without any possibility of drinking. He lights a cigarillo in addition .

« This is a taste of the journey, he said, timid . « 

He remembers the scenes of a film in black and white, seen at the film there a few months ago , which had deeply moved. The theme and plot of the projection remind him strangely experienced these singular moments . I must say that the atmosphere of stations and trains have always fascinated …

That day ,  » Night Train  » had received a high mark of distinction in a demanding him amateur criticism. After the screening, and during the debate , the director had so glorified walk from the train through Poland Socialist , without revealing the plot.

« But Jerzi , my good man, how could you have to shoot a car like ours, completely in the dark, he begins to monologue internally ? « 

When the word was given to him during the discussion , Tewfiq Baali , besides his praise of staging extremely difficult to succeed night , black and white, had concluded and the microphone:

« Your hero wearing sunglasses at night. Bizarre … He fled a mysterious failure … Nobody was in pursuit, ultimately … Yes, he wore dark glasses , but I think it was to protect against itself. « 

The director captures a great emotion, stood up , applauded , tears in their eyes . And the whole room had immediately imitated . The author of the film broke out in tears because someone else had as unlocked the secret of his soul. He had moved to the headquarters of the  » cinephile clairvoyant , » he had shaken hands warmly , before finally embrace with both arms , as you would for a close long lost sight of . The applause redoubled , the room had risen, and suddenly , without intending it, the anonymous witness had become the center of the world. At the exit, a crowd of admirers was the same came to congratulate . And the director became her friend , leaving her contact information in Poland , for future reunions around the Seventh Art …

After this moving recollection , Tewfiq Baali seems once again to resume boldly in terms of its aesthetic existential quest , with a hint of self- pride restored, without any pride in the midst of the darkness of evil life , mediocrity and vulgarity ,

In the light of a pale light station, he sees serious faces, as conscious of a terrible fate that continues, that this flight train in the night can not sow , and marks its indelible mark another turning point in their lives. No more softly in the Hall of Records ! Finished bowing , the pleadings, soothing torpor a silent bachelor , on the terrace of an anonymous building!

Despite the roll of the train and the deafening cadence of hundreds of steel wheels on rails, he sees all human sounds, even if they are imperceptible , every breath , short, anxious, impatient, irritated.

Almost by automation , it relays with those around him who are willing to change posture , time of a cigarette on his knees, or inhale some fresh air opening. The steps , he felt the smell of station , made of tar and resin, which reminds him of the time decorated with gold truancy straw.

The train reached the gorges of Kef Lahmar . Tunnels swallow one by one the wagons. The smell of burning oil that is confined and noise split by greenhouse rocks are there floating anxiety of an omnipresent danger. Double dark tunnels and cars, terrifying work of rail bogies knuckles give sensation Tewfiq Baali be projected dimension in dimension , beyond time and space . He prefers not to estimate the distance traveled. He tries to erase everything from his mind. He tries to empty it. In vain! A tangle of fundamental dogmas rattling in his head , opposed by tough postulates of cybernetics. He felt suddenly alone against the whole human race ! He wanted to win a ticket to other latitudes. Here under the sky of the army!

« At bottom, he asks , smiling to himself, it does not attract me as the brightest star in the universe? Hatred , pride , resignation, are feelings that must feel differently in this train. How could it be otherwise, since it runs on a single track, with no possibility of stopping freely determined , willful deviation dilettante at the option of strolling trails stolen ? « 

Compartments closed and asleep increase the discomfort. Fatah has not placed Mouldi word from the beginning. His traveling companion either does nothing to revive the conversation. Moreover, all around, the group is silent . Tewfiq Baali is so absorbed by this mute presence , this strange promiscuous so different from the other characters . Is it chance that brought them together in this dark place that moves constantly and that scares or something disturbing , inexplicable ? What will happen to them a hundred meters , or in five minutes? Who of them knows?

Spontaneously, he began to describe the behavior of these men who surround , encircle , or rather , as he feels.

There was a sergeant of a certain age . Its silhouette resembles a monk millennium . Large , stocky, shaved head , thick lips and bushy eyebrows . Anyone have expressed impatience with his implacable immobility. The officer maintains an object against the wall ovoid packaged. The fragility of its object and desire almost  » mother hen  » to make it smoothly safely , let Tewfiq Baali reflect how family life can associate . A sick mother? A crippled girl? Or only an empty hut campaign that patching up patiently for permission to leave relaxing, waiting a hypothetical marriage?

 » Brr … Why these gloomy visions, he told himself . Everyone has a right to a dignified privacy , although may enroll professionally as prevails in hell a military prison … « 

The sudden agitation military approach to the city of Eddous concludes a body rigidity and fixity eyes worthy of a great yogi master. He tries to put his package under his arm with infinite care . The train slows down.

« Let me go , he shouted loudly ! « 

Passengers around him beautiful waving their incredible number and tangle their body allows no quick dodge . The officer gets angry . He knows he has to deal with troops in majority and can therefore bully without fear.

 » You will pass me , soldiers, even if I have to climb ! That’s an order ! Otherwise, I ‘ll pull the alarm and get off with a half- hour late ! « 

Two or three travelers began to laugh , and soon, this is a laughingstock in the hallway.

 » Who speaks to stop the train , launching a young voice with irony ? You believe in Singapore? There’s just jump out the window , like everyone else , asshole kind!

– What? You insult me ? Wait till I catch you , little bugger ! I ‘ll teach you to meddle with what concerns you! « 

Sergeant becomes terribly nervous and tries to locate cheeky . He shoots the lock and is bent over . Waste of time , the mechanism does not respond ! The train keeps rolling calmly while gradually slowing at the entrance of the town.

« You get tired for no reason, chief says the young soldier! And you do not scare anyone here! You’re not in the barracks ! A little quiet ! We are trying to help you ! You can not go through the hallway , obviously ! Give me your business and jump out the window when the train will stall ! Once arrived at dry land , I would pass you your clothes in the rococo !

– Fucking travel shouts the ranking by turning on itself , its package lovingly protected by the arms ! We do not take me there again , I tell you!

– What if , you’ll have to come back and it will be worse , someone launches !

– So what you decide , insists the young soldier , daring to approach the non-commissioned officer ? Ed Dabba El Kahla will soon begin to trot and does not stop until Tataouine -Les- Bains ! « 

The long complaint skates steel stops . The train stops. Human cluster jump openings , especially in search of water . Sergeant takes a furious above the heads look. His eyes seem to want out of their sockets . His angry mouth keeps biting . Tewfiq Baali regret having compared sometimes to a totem. To the chagrin of the ranking , the compression of the corridor in question was not released.

« Well, wish me that , soldier, he finally decided ! And attention! If you are the breaks , I’ll kill you !

– V’s’en do not head ! We p’tète fifth wheel of the cart to your eyes to the barracks, but here resourceful enough not to commit such a stupidity ! Come on, quickly ! This is the time ! « 

Man spans the opening. He hesitates to rush for a few seconds until an unknown hand pushes back down! He landed in a ditch by issuing a hoarse cry , probably after a sprained ankle. He tries to recover from the gravel , but stumbles and falls swearing . He finally manages to regain his balance and raised his arms to recover his property. The soldier disappeared from the opening !

« Give , what are you waiting for , small mop ? I come quarter you ? « 

The young man is hidden behind a para . Passengers suffocate the corner laughing. Sergeant tries to grab the ledge to go up but it is too short in size! The station master whistles to announce the resumption of the journey.

« Hey , Sarge ! You ‘ve got the wrong window. I am here in front, said the soldier hiding under the edge of another opening , to make it work !

– It was you who pushed me and I recognized your snitch ! Wherever you go , I ‘ll meet you and you will not escape the beating I’ll reserve !

– Come take your parcel, chef! It’s heavy ! Quickly , or I ‘ll release said the soldier by changing opening again! « 

The ranking ahead every time limping toward the window where the words come . The train is recovering gradually running. Man speeds , hobbled his pace. Suddenly, a characteristic noise of broken glass startles . The train departs . The soldier had to drop the parcel! Helpless, the NCO gets this time in silence his due damaged or rendered unusable , before disappearing into the darkness. He knows he could not do anything against the  » awkward  » that scapegoat found the sin of all his grievances contained . Military Revenge is a dish best served exclusively in barracks. In civilian officers have beautiful mimic turkeys, they are negligible and entities unfortunately for them , they know …

At the same time , the laughter of repeat passengers in the car. Undaunted, the young soldier that mottled reflection that takes the grunt approvingly the meeting :

« Not resourceful for a penny, these chefs! Good to poison us there with their bulky equipment and orders to the con ! You realize ? bgha isserbessni hua beautiful ! « 

If there was room , everyone would have rolled on the floor laughing , including Tewfiq Baali . Now it recognizes the voice of a thousand singing from Mezghena and asked to share sandwiches travelers!

 » Curious little fellow , ‘he said. No luggage , no money , the ball zero, and already … bump the army … Plus this joviality terribly enviable . « 

This is clearly observer notified that Tewfiq Baali into the trap of wandering thoughts . Once recorded , the latter may be to anchor a shred of time be his own reach … Somehow revive the game of hide and seek with literary art and domesticate finally , line by line ?

During the rest of the night , he and these travelers to multiple destinations , tired , dirty, sweaty , falling to sleep, hungry for the most part, are more sensitive than the monotonous course of the train, as caprices chiefs station, switchers and drivers, who all seem to have conspired to increase their suffering.

« And that lieutenant whose stars shine like gold in the darkness , he notes . His face has a particular smile, permanent expression of inner joy. He must think his return back home , to the joy of his parents to see him … Imagine the emotion of his meeting with his fiancée, if any. How discreet politeness that this eagerness to continually consent to give up her seat to open me … Always with the same condescension . « 

He tries to strike up a conversation . He did not used to strangers , but this time , the place and time seem unique.

« I ‘ve never seen a train too crowded, he ventured to say.

– It’s always like that in early October , answered placidly officer . Promotions leave , others return . And on the eve of Eid added water to mud, as they say. Finally, touch wood , and believe us happy to have on board. In India , it’s like that every day and people do not make a fuss .

– Yes, but them, saw their numbers , they made a reason. Not us, the inflammable temperament . You should not be in first class?

– Yes, But you know, got to this stage of decay of our railways , in such crowded trains, there is no class or Rapid Tartempion that take . The key is to go , if you stay on the straw.

– I swear you are a Reservist .

– Ahaa … ? What betrays much in my appearance ?

– I do not know . Printing , nothing more. Not in appearance but in the words. Maybe because you have agreed to enter into conversation without sending me off …

– Does that mean you do not like the assets?

– No, I do not have this type of fixation in the head. It is the blind obedience that I disapprove and they accept it as reason for their craft. That said, I do not like sticking labels . Friendly types are everywhere …

– And you, what you do in life to speak so wisely ?

– I just finished my studies at the university. Perhaps about to go under the flags .

– Me, about to leave.

– What is your assessment of your stay in the barracks?

– Ouuu … ! It can not be told in a few words . I must get off at the next stop . « 

The train slows again . Tewfiq Baali wants to deepen this very important issue , and the young officer seems to fall in time to make a value judgment , certainly honest , certainly intellectual and updated on the army. Not necessarily a negative analysis .

« Make a synthesis , heads or tails. I will not bore you further. « 

The ranking is silent for a moment and seems to revive a line between eighty months of military life. It connects without any emotion .

« So I tell you , tails , you leave a little older and less naive than before … Unfortunately, there is no side face that is worth to be told . Glad to have made your acquaintance .

– I, ‘ said emphatically his interlocutor ! Soon! There are mountains that never meet ! « 

The officer did not respond. He has spanned the opening and jump at the station Bni -Mansour as soon as the convoy stops. His departure leaves influence Tewfiq Baali cruel satisfaction.

« The world would be better if Providence united this caliber of men in the same way , ‘he said. « 

Other travelers are able to show. And so on. Standing . Sitting position. Over the miles and rocking roll the track.

Tewfiq Baali constantly clears his throat. He wants to be harder on his body, tame this growing desire he want to quench his thirst. Balance his head gently at the base of the pivot joint . Exhausted , the occupants of corridors wallow gradually each other . First with bursts polite when neighbors stirred , then with a resigned abandonment of both sides , in defiance of dust and odorous sputum floor .

Ironic fate for them when they least expected it , the train stops for half an hour near El Mehir amidst the mountain range of Bâbords tormented . Traveler questioning a mender of way, about this prolonged stoppage :

 » Track works , he tells them . If we had not discovered the collapse in time, you might at this point in the ravine. « 

Incredulous , travelers seem insensitive to this case smashing … The heat becomes unbearable inside cars. Agile passengers jumped back openings to cool off on the shoulders .

Discovering a small space thanks to the flow Tewfiq Baali moved curled up on the floor , the satchel on his knees , arms around legs. He expects a slow numbness near paralysis, gives him oblivion. His body would soon become sooty debris lying starvation , leaving finally rest his pride, this burning flame at all times , which commissioned him to preach his pride highest pedestals . Curled up on himself, he closes his eyes . His lips move imperceptibly :

 » What mysterious night takes me . I need I also teach my body to defy the mire. I owe him all his fault ine … his ineptitude. I am willing to barter against anything. I need , too, to learn to be mean and nasty. To put all my weight on my spine like. They say nothing. They have abandoned the struggle. This struggle without thank you delivered to steel fireball released by the station master Mezghena . At this hour , that one must snoring like a bear. Oh, God , no! The son of Baya Baali can not be vile and wicked ! He just needs to get rid of memory. See, my God ! His wounds heal . See! The scabs have hardened ! « 

After reinforcement of the track, the train entered slowly along the volcanic parades bearing Mansoura , then through the endless miles of new tunnel Teboul . The longest and most difficult portions of the course . An ordeal. Steel wheels cling to the rope climb, by issuing their monotonous cadence :

 » Tatatum , tatatum , tatatum ! « 

Then the convoy finally leads to the high plains , slipping to a more breathable atmosphere at a faster pace . At each stop , the destinations of each other is shorter.

A Medjana , many travelers are down . Then Ain El Fouara . Embrace corridors loosens gradually . Passengers reconnect with chic give way to the doors. Note the presence of a few women who are modestly tousled hair to the bathroom a makeover .

Dawn is slowly cleared . Tewfiq Baali breathes fresh breath first , highlighted by speed, that tone her face . Leaning on a long opening , hair flying , his head between his hands, staring a changing landscape . He feels a sort of melancholy nostalgia , which feeds a strange call , like a sharp and continuous murmur diva captive inexorably his hearing , for a return to the sources altogether happy . Congested corridors are still here and there sleepers destroyed fatigue and luggage thrown pell-mell . Fatah Mouldi rises heavily from the floor , muttering :

« Where the hell are we , mate?

– We just passed El Arch replied without blinking his companion. Do not worry, we left behind us Lucifer …

– Damn, it does not move ! « 

Their citizens up blinds compartment . In the half-light , you can see their faces bloated with poor sleep . Their leader, one called  » Loustic  » slid the door.

 » Please guys, ‘he said . I’m going to stretch my legs . « 

Fatah Mouldi gets inside , staggering , without being asked , while Tewfiq Baali does not move, still under the influence of delectable murmur …

Infuriated by his indifference ,  » Loustic  » grabbed him by the arm and made return .

 » Make yourself , buddy, he said fondly. You look tired. Make her room , guys! It’s one of ours ! And best believe! Apologies ! Yesterday, in the dark, we do not recognize you had , he adds all confused. « 

The host nodding at the occupants. Military fix it with eyes embarrassed , regretting visibly peroration of yesterday. Their faces are all familiar to him , but not their names. He had known young , exuberant or shy . He finds processed as if they had been inoculated serum indifference. Most of them deserted , too sad to spend the holiday away from their « old. »

He listens to talk about the army, piquant anecdotes chores , guard towers , and games  » ‘ll see there if I’m there  » with the adjutants company …

The compartment is comfortable. His eyes are closed. He falls asleep.

 » Baali , you just install the rack, said a passenger over him , jumping nimbly for him to give way . There you will sleep better. « 

He willingly performs as the torpor that inundates is delicious. He could not find this restful slumber to Mezghena , he would have given a treasure … he did not .

Express burn imperceptibly the last steps before sorting El Gourzi . The corridors are empty . The fledgling red rising sun casts a sublime tone ribs varnished wood walls . The diesel engine gives maximum power to the excellent stretch after Bellaa . But it can not catch up. Precious earthly time lost forever for mortals , but if the short scale of the universe, so ridiculous …

Tewfiq Baali is awakened by the military to the next step. The flow of travelers heading south down . When the train disappears behind the curve, the station resumed its appearance of laziness and neglect. Point railcar ensuring their correspondence ! Under questioning at the entrance to his office , the station master evokes the late Rapid Carthago , security issues and sorting that are beyond the understanding of weary travelers .

 » Go grab a coffee at the buffet and take your troubles patiently , he said, unperturbed . The next railcar is announced for 11:29 . « 

Tewfiq Baali cleaned it face at the fountain , by swallowing large glasses of water. His skin numb by the wind, hardly feels the liquid. An acrid taste tobacco remains at the bottom of her throat. The station emits its characteristic odor. It symbolizes for him a special time of yesteryear found, a truly human scale, that neglects waiting , who despises impatience.

He entered the home and ordered a coffee, he sips , as always. It is so far from Mezghena now and residue of resentment seems to have been finally dissolved .

Tables , railway silently playing cards. Their children are new clothes for Eid . Pressing their toys at all – will they sparkle with joy about their parents. They and all the other children elsewhere in the country are the hope and future of a proud but naive political nation , which never found its mark since prehistoric man Atlas .

« The invasions have come and gone , he thinks … They left a wasteland … Except the last . She knew how to spin physically , while trying to keep his grip on the economy and political decisions . « 

It’s called loudly docks. Fatah Mouldi comes running .

« Come Tewfiq , he cried breathlessly . We found a taxi and there is one last place for you . Bring it quickly, good god, before it is taken, the latter protruding mouth quickly ! « 

He swallowed the last sip quietly , pay consumption and goes without rushing toward the exit. He recalls that he had waited in vain for a taxi the night before on the boulevard …

« I ‘m sure this one will not leave without having filled his human cargo , he told himself . If he leaves , so be it. To the point where I am … « 

The taxi starts with a bang . This last part of the road trip is nice and fast . Throughout the journey, the military urging the driver questions about life in the country. This last groan about the cost of living , lack of tires and spare parts , responding to their concerns aside nostalgic citizens. It happens to them, too, to criticize their city but they have left no stranger speak ill ! As for politics, it seems , for the moment, not torture the spirit of one passenger …

On either side of the course , the campaign has taken its austere glittery brown and ready to host plowing , for the completion of a new plant cycle.

 » Asstaghfiroullah whispers Tewfiq Baali , exhaling with an unexpected relief air from his lungs . « 

An experienced unparalleled tranquility for years filled his whole being and reminds cool , clear water of a river flowing humming along a green valley.

 » Cultivate your garden should definitely be the best job in the world, he said. I’ll try to work hard to project plans to mine and speak with love. Grow where there is nothing, beautiful bays , lawn fat and trees with abundant foliage . This is a goal that no administration can not counter . But who knows? Maybe by then he will find one who will claim interposed between a gardener and … photosynthesis ! « 

The road running. The hinterland seems so empty laborious souls. Donkeys graze peacefully here and there along the roadside . Finally ! Appears a tractor , digging around the perimeter of a parcel of deep furrows . But they are so few across this vast country as seen from space, they look like the remnants of a bygone age .

Their taxi failed to exceed the height of Gadaïne railcar . The event is celebrated as a footballing achievement by the military, which launched a « There is  » imaginary , as if their favorite team had just scored the winning goal .

There off to the left , near the railway track , rises dolomique T’fouda nipple at the bottom which extends the field of Baali . He can not wait to trample its generous ground, but he will have time to go?

Travelers arrive at 7:30 Taxrit where chilling plucks them out of the car . So much so they disperse quickly after pats shoulders and vague promises of appointment.

The child prodigy Baali is ultimately return. He knows that the waiting impatiently at home to celebrate his academic success. He took the stairs of Fortin, alone. A shortened time past. Mezghena since it seemed to him an eternity has passed. Now he can get his bearings and make a new start . Before he opened the door of their house with its double keys, her dog and Diane felt cry of joy for his return. How many days of freedom does he have left , anyway? No matter now . Whatever the number , it would be ridiculous respite …


Chapitre   Deux

L’horloge de la Gare Centrale marque 19h49. La salle d’attente fourmille littéralement de voyageurs alors que les abords du Terminus paraissent déserts. Tous les guichets affichent «Complet». Tewfiq Baali tire un billet de banque de la poche de son pantalon sans sortir la liasse et achète au kiosque un paquet de cigarillos. Son poignet est douloureux. Il essuie la sueur à son front avec le revers de son blouson et se faufile rapidement vers les quais. Ce qu’il voit l’abasourdit.

Sur les esplanades, dans les compartiments, dans les couloirs, dans les toilettes, sur les toitures, à perte de vue, une marée humaine imposante gronde et proteste. Les voyageurs sur les quais se heurtent à une résistance tenace des occupants de voitures. A chaque assaut, la vibration des semelles sur le béton fait penser à un tremblement de terre. La police militaire tente, vaille que vaille, de repousser les civils pour n’embarquer que les troupes. Rien à faire. Pas de trouée. Toutes les voitures dans toutes les rames sont bondées, pleines à craquer.

Tewfiq Baali réfléchit à quelle technique de haute voltige il doit faire appel pour être parmi les partants, quand il sent une main farfouiller dans la poche droite de son habit, qui le fait sursauter. Il écarte avec force le bras intrus et pivote brusquement sur lui-même, sur ses gardes, prêt à toutes les éventualités, y compris d’assener un bon coup de point paralysant à la gorge du prétendu à la détrousse !

«Hé, je n’aime pas ce jeu de vilains… l’ami, crie-t-il, en direction de quelqu’un dont il reconnaît après coup le visage !

– Hello Tewfiq, lui répond à fleur d’oreille un militaire en tenue de combat !

– Salut ! Mais alors ! Quelle façon tu as, toi, de décliner ton identité ! Tu as dû te dire, s’il ne se rend pas compte, je le blouse, hein ?

– Hé, tu n’es pas commode ! Je voulais juste tester ta vigilance, vieux. Tu ne me reconnais pas ?

– Heum… Si je ne me trompe pas, nous étions camarades de classe dans le Primaire. Hé, rappelle-moi ton nom… Je l’ai sur la langue !

– Mais voyons… Fatah ! Fatah Mouldi ! Moi, je t’ai immédiatement repéré. Tu n’as pas changé. Un peu plus haut en jambes, c’est tout. Figure-toi que je n’ai oublié ni ton nom, ni ton visage, ni ta démarche si caractéristique. Dis donc, on s’est perdu de vue depuis cette sacrée époque des culottes courtes, hein ? Nous étions si heureux et insouciants.

– C’est la vie. Mais tu vois, on se retrouve toujours quelque part. Là où on n’aurait jamais pu imaginer.

– Une gare est un lieu de rencontres, tout de même. Qu’est-ce que tu fous ici, s’étonne finalement le troufion, ne réalisant pas que ce concitoyen, pour le moins atypique, puisse se trouver là ce soir, au milieu de ce maelström que ne fréquentent que les têtes brûlées ?

– Je rentre pardi, réplique-t-il énergiquement. Comme toi, comme tous les autres ! Me prends-tu pour un type délicat incapable de ruer dans les brancards?»

Il regrette presque aussitôt d’avoir parlé des «autres», car le bidasse ne manquerait pas de lui faire décliner son éventuel «grade», connaître son «affectation», et les noms des «connaissances» qui se trouvent ici et ailleurs. Ce qui arrive derechef.

«Permission, le questionne son bled ?

– Heum… Non.

– Le mur, alors ?

– Non plus. Où est notre train, lui dit-il, tentant d’esquiver la suite du questionnaire, en regardant vers les ouvertures ?

– Vas-y savoir, toi, dans ce cafouillis. Ils ont annoncé plusieurs suppléments mais tous les trains du monde ne pourront pas contenir ce m..rdier !»

Fatah Mouldi quitte subitement son interlocuteur, vite conscient de «l’inutilité» de ce dernier en pareil lieu. Tewfiq Baali se contente de le suivre de loin, gêné, car il trouve qu’il a trop tendance à oublier les noms des gens, présentement celui de ce compagnon de voyage, un gars du quartier, pourtant familier des chemins de son enfance. Il décide finalement de hâter le pas pour le rejoindre. Il voudrait dissiper un malentendu. Cette attitude hautaine qu’on lui trouve et qui n’est en fait qu’une introspection permanente. Le soldat a tous les sens en éveil, comme un fauve qui a repéré une proie.

«Tu es affecté à Mezghena, s’enquiert son compagnon de circonstance, resté un peu en retrait ?

– A Cherguias, répond le militaire, sans quitter des yeux les ouvertures.

– Depuis longtemps ?

– Seize mois. Plus que le tiers à tirer et on en parle plus ! Et toi, cachottier. Tu ne m’as pas dit ce que tu fais dans la vie, reprend à brûle-pourpoint le jeune homme ?

– Je viens de terminer mes études.

– Quel genre ?

– Des études supérieures.

– Lesquelles, il faut t’arracher les mots !

– Heum … Economie politique.

– Fiiuu ! Tu n’as pas perdu ton temps, toi. D’ailleurs, ça ne m’étonne pas. Studieux comme tu étais. Moi, tu vois, je n’ai pas pu dépasser le cours [1]fin di bghel.

– Ne t’y méprends pas. Dans ce pays, l’université, c’est du tape-à-l’œil. Si tu veux vraiment apprendre, tu dois sortir des sentiers battus. Et chez nous, les chemins sont balisés depuis longtemps. Ce n’est pas la valeur qui mène à la réussite mais la cooptation…

– La quoi ?

– La servilité. La bassesse, quoi. Plus tu plies l’échine devant les chefs, plus tu montes en grade…

– Fiuu ! Tu parles comme un docteur ! Est-ce que tu es concerné par le service militaire ?

– Oui, comme tous ceux qui sortent de l’université. Enfin, je présume.

– Pas tous, crois-moi. As-tu reçu ton ordre d’appel ?

– Pas encore. Peut-être que c’est arrivé à la maison.

– Quelle classe ?

– Aucune idée. J’étais sursitaire pendant quatre ans. Ma promotion a dû terminer depuis longtemps. J’entrerais probablement avec celle qui commence en octobre…

– Si j’ai un bon conseil à te donner, camarade, c’est de tenter dès maintenant de te débrouiller une affectation près du bercail. Il ne fait pas bon vivre du côté du sud-ouest.

– Pourquoi pas vers là-bas ? Je ne connais pas. J’ai envie de faire du pays, moi.

– Quoi ? Du pays ? Mais t’es dingue ! L’armée va t’en faire voir du pays ! Vous autres civils, vous ne savez pas ce qui se passe. Attends d’être en kaki pour rêver voir du pays !

– Je crois que c ‘est foutu pour nous, conclut Tewfiq Baali.»

Il veut changer de conversation, car elle a un penchant désagréable qui exige des justifications, et il n’en a pas de sérieuses qui convaincraient. Qu’aurait-il répondu s’il avait pu obtenir un sursis militaire pour l’étranger ? Tout aurait été pour le mieux, dans le meilleur des mondes, n’est-ce pas ? En réalité, il ne serait pas là, mais plutôt dans un salon feutré des cercles restreints du régime.

Après plusieurs allées et venues sur les quais, l’aspirant à ce « curieux voyage» conclut implicitement qu’il ne sert plus à rien d’attendre. Mais la seule idée de revenir passer la nuit dans sa mansarde lui fait horreur ! Il a pris une décision. Il ne reviendrait pas dessus. Il lui faut agir vite ! Tous ces trains sont à l’emblème de l’armée. Ils n’attendront pas. Ils enjoignent les troupes de rallier au plus tôt leurs unités.

«Hé, mais tu n’es pas encore militaire, se dit-il ? Pourquoi ne pas rester à Mezghena et juguler ton orgueil ? T’inscrire finalement en post graduation et obtenir de la sorte un nouveau sursis ? Devenir toi aussi un vieil étudiant comme certains. Deux ou trois années de plus de répit par rapport à l’armée. Mais cela servirait à quoi, finalement ? Ce ne serait qu’une fuite en avant. La vie en soi est un sursis. Il faut aller de l’avant, braver l’inconnu ! On n’épluche pas par deux fois une orange, en déduit-il.»

Au même moment, une voix grésille dans un haut-parleur :

Les voyageurs à destination de Eddous, Medjana, Ain El Fouara, Shyrta, Chetaibi, Carthago ! Attention au départ !»

L’annonce est aussitôt suivie par une immense clameur de la foule restée sur les quais. Fatah Mouldi jubile brusquement. Il vient de repérer ses camarades à une ouverture. D’autres dont Tewfiq Baali reconnaît les visages mais dont les noms ont complètement disparu de sa mémoire.

«L’oubli, pense-t-il ? Il n’y a pas pire calamité, lorsqu’on est incapable de voler de ses propres ailes.»

Les militaires occupent à dix ou douze le compartiment. Tewfiq Baali écoute le dialogue tragi-comique qui se tient entre eux et Fatah Mouldi :

«Dites, les [2]bleds, vous n’allez pas me laisser camper ici ?

– Désolé, mon pote, dit l’un d’eux… Je t’avais averti. Au lieu de venir tôt comme nous, tu as préféré aller t’empiffrer au restaurant. Tant pis pour ta gueule ! Si tu savais combien nous sommes dans cette boite à sardines pourries, tu ferais vite demi-tour sans demander ton reste !

– Allez, Mourad… Raconte pas d’histoire ! J’ai avec moi Baali, tu dois connaître, et combien il mérite assistance. Que sont deux places de plus ou de moins dans ce p. de train, hein ?

– J’y peux rien, [3]v’lido. Les autres ne veulent rien savoir. T’es pas un bleu. Débrouille-toi. Tu sais très bien que si on vous voit escalader par cette fenêtre, ce sera l’envahissement général du terrain… de la compote grège en conserve. Tout le monde rappliquera ici à l’emporte-pièce.

– Écoute, Mourad… On fait un marché?… Laissez-nous seulement rejoindre le couloir… Je te revaudrais ça…

– Le couloir ? Mais t’es dingue, s’étrangle son camarade, en jetant des regards de plus en plus embarrassés vers Tewfiq Baali ! Ceux de la 238ème Aéroportée sont là derrière ! Ils nous envahiront et ils vous mettront en bouillie au passage !

– T’occupe ! Laisse-nous monter seulement. Les paras, j’en fais mon affaire !»

Fatah Mouldi joint le geste à la parole en faisant mine de vouloir grimper. Un autre occupant du compartiment dit quelque chose à l’oreille de Mourad Drihem et ils remontent avec une fausse mine désolée la vitre. Fatah Mouldi se met à jurer en pointant un doigt menaçant vers l’ouverture. Tewfiq Baali se rend compte qu’il constitue peut-être une gêne pour son compagnon. Il s’en éloigne, avec cette réflexion :

«Peut-être qu’à parlementer seul, il aurait plus de chance.»

Il se dirige une fois de plus au-devant des rames. Rien à faire ! Pas de trouée ! Les voyageurs qui tentent de monter par les ouvertures sont sans cesse repoussés par les passagers, parfois avec une brutalité féroce, qui dénote que la lutte pour la défense du territoire n’est pas seulement un instinct propre à l’animal. La détermination de partir des voyageurs restés sur les quais est tout aussi bestiale.

Il revient sur ses pas, en se rapprochant de la sortie. Il lui semble, à cet instant précis, que la Terre vient d’être frappée par une masse compacte irrésistible. Elle est délogée de son orbite, et elle devient un astre errant, se perdant dans le néant de l’univers.

«La voici la fameuse croisée des chemins, se dit-il, en se mordant la lèvre inférieure.»

Sur le point de sortir, il jette un œil derrière lui, apercevant Fatah Mouldi au loin, dans la mêlée, immobile, à l’endroit où il l’avait laissé, les yeux rivés sur l’ouverture du compartiment où se trouvent ses copains. Non ! Il bouge ! La vitre venait d’être abaissée. Il s’élance ! Des mains compatissantes aident à le hisser !

Une fois à l’intérieur, et après avoir situé Tewfiq Baali, le soldat lui fait, de dos, un signe furtif de rappliquer. Instinctivement, sans aucune réflexion ou déduction préalable de son cerveau, ce dernier se rue vers cette voiture, non sans bousculer involontairement les gens sur son passage. Quelqu’un tente de l’empoigner au col. Le tissu de sa chemise craque et fait lâcher prise à son antagoniste ignoré. Il ne s’arrête pas et ne se retourne pas !

«Ce n’est pas le moment de tergiverser, se dit-il ! Ton destin est en marche ! À partir d’ici et pas ailleurs !»

Arrivé près de l’ouverture, il lance son cartable dans le noir du compartiment. Et sans se faire prier, il s’agrippe au rebord de la fenêtre. La jupe en acier inox de la voiture est lisse. Pendant quelques secondes, ses pieds y pédalent désespérément comme sur du savon, tandis que la voix du chef de gare aboie de nouveau au micro :

«Attention, attention ! Départ immédiat du Rapid de Carthago ! Veuillez dégager la voie n°4 !»

La Police Militaire se met à matraquer la carrosserie des voitures pour faire le vide autour de la rame. Le voyageur qu’elle surprend sur son passage, civil ou militaire, en a pour ses frais. Vertes injures typiquement militaires, bastonnades, coups de pieds au derrière.

Tewfiq Baali est toujours suspendu au rebord, la mine grimaçante. Le boucan de la patrouille se rapproche ! Il appelle à l’aide ceux du compartiment mais personne ne vient à son secours, alors que son précieux cartable est à l’intérieur d’un convoi sur le point de partir ! Il voit un PM courir vers lui pour lui chatouiller les reins avec sa matraque ! Alors, dans un immense effort qui lui arrache un « haaa ! » de rage, il parvient à coincer une jambe derrière le rebord et son élan le précipite la tête la première dans l’obscurité de la voiture.

«Qui t’as donné la permission de monter, saligaud, hurle dans le noir une voix menaçante ?»

On le bouscule de toutes parts. Il ne répond pas à la provocation, se contentant de craquer une allumette pour repérer son bagage.

«D’accord, les gars. Je récupère mon bien et je descends, se hasarde-t-il à dire, pour calmer les esprits. Décidément, pour des bleds, vous n’avez pas le sens de l’hospitalité !

– Tu n’as pas été invité à monter, hurle un autre ! Dégringole avant que je remplisse de bosses ta petite tête !

– Pas question, dit Fatah Mouldi, en s’interposant. Il ne bougera pas d’ici ! Ça n’appartient pas à vos pères ! Vous n’avez pas honte, laissez tomber un pote du pays ?

– Toi, ta gueule, vocifère un autre, à l’adresse du protecteur ! Ne parle que pour tes fesses. À ce rythme, on va laisser monter toute ta smala, ou quoi ?»

Tandis que le ton monte entre occupants mécontents ou prenant parti pour l’intrus, deux, trois autres voyageurs tentent de grimper à leur tour, ayant constaté un relâchement de la surveillance à l’ouverture. Toute l’équipe se rue alors pour l’obstruer.

«Viens, c’est le moment de décrocher, lui dit à voix basse Fatah Mouldi.»

Ils font coulisser avec prudence la portière donnant sur le couloir. Des commandos aux bérets rouges grognent que deux importuns de plus viennent bourrer l’espace réduit de quelques mètres cubes où s’entasse depuis des heures de la chair humaine suante, et où plane la puanteur des pieds. Sans plus. Ceux-là n’ont pas besoin d’extérioriser outre mesure leur mauvaise humeur. Ils en viendraient aux mains directement. Impossible toutefois de négocier avec eux quoi que ce soit de plus, afin d’améliorer le «confort». Heureusement pour ces gêneurs supplémentaires, ils ne bougent pas, plutôt amusés par la frustration des voyageurs restés plantés sur les quais, dont certains n’hésitent pas à manifester leur colère par des gestes obscènes à l’endroit des passagers qui les narguent.

Au bout du compte, bon gré, mal gré, les deux compères se taillent leurs places car tout le monde se rend compte qu’il n’y a pas de possibilité de revenir en arrière. La portière se referme difficilement derrière eux. L’atmosphère est lourde et humide. Les jambes s’entrechoquent. Les poitrines sont comprimées jusqu’à l’asphyxie par le jeu désordonné des corps. Il n’y a de position commode pour personne. Seulement des pis-aller et pas de solution de rechange.

Un sifflement grave et de légères secousses arrachent aux passagers des soupirs de soulagement, et aux voyageurs des quais des hurlements de colère ! Alors, dans l’imbroglio des cris, de la bousculade, de l’envol des bagages au-dessus des têtes, une voix enfantine, distincte, divinement chaude, entame en dialecte Cheulhi, une vieille rengaine de retour :

[4]Ma tebkichi ya yema.

 Memikh rah yarjaalek.

 Ma tebkichi ya yema.

Rani noughir el mektoub.

Le train s’ébranle, puis avance doucement. Sa vitesse progressive apporte par les ouvertures un semblant de fraîcheur. Ils sont enfin partis ! Ils n’ont que ce train pour laissez-passer. Aucun contrôleur ne s’oserait venir leur demander leurs titres de voyage. Mais, au fait, vers quelle destination vont-ils tous ? Certes, vers l’Est. Pour les uns, c’est certainement un retour plein de nostalgie contemplative vers le passé. Pour les autres, probablement une fuite pour tenter de rattraper le futur. Pour quelques uns, dont Tewfiq Baali, simplement le goût du voyage, après comme un jet de dés, hasardeux ou miraculeux.

Malgré leur «chance» à tous d’avoir pu embarquer, ce dernier appréhende la nuit qui vient. En effet, leur départ s’est déroulé dans des conditions irraisonnées de sécurité. Il se demande si les voyageurs qu’il avait vus sur les toitures ont osé le pari périlleux d’y rester juchés, quel que soit le prix à payer. Ceux à l’intérieur des rames ne semblent pas logés à meilleure enseigne…

A la gare, un homme vient de marquer quelque chose sur un calepin, avant d’aller former un numéro à une cabine téléphonique :

« Allo… Oui, mon commandant… Il est parti. »

Son interlocuteur raccroche, se cale dans son fauteuil et sourit pour lui-même :

« A la bonne heure, pense-t-il… L’enfant prodige a finalement franchi le pas… Je le connais, il ne reviendra pas en arrière… Là-bas, il sera chez nous et ne pourra plus nous échapper. »

Le convoi longe la baie comme sur du velours. Les reflets des lumières de la ville luisent telles des pierres précieuses multicolores dans les môles. A partir d’un point fixe imaginaire dans la tête de Tewfiq Baali, et à travers les vitres d’autres rames stationnées en parallèle sur le triage, le port, silencieux et paisible, parait s’éloigner du train, alors que c’est ce dernier qui file maintenant à toute allure dans le sens inverse. Car, illusion d’optique, il semble à ce voyageur venu à la gare à la dernière minute y être resté, et il songe au grand voyage transatlantique si convoité au départ de la rade de Mezghena. Célébrité, smoking, colliers de perles et terres promises. Une consécration méritée après tant d’années de labeur, qu’il avait si naïvement imaginé il y a quatre ans.

A la gare de Bir Lahrech, un nouvel assaut de voyageurs est repoussé par les passagers, qui bloquent comme fer toutes les issues. Une pluie vengeresse de pierres s’abat sur les voitures, tandis que la rame reprend sa course.

Tewfiq Baali sent le souffle d’un projectile lui frôler le lobe de l’oreille gauche avant de fracasser la paroi du couloir. Par réflexe, il tente de se baisser, sans arriver à cacher sa tête sous le rebord de l’ouverture ! Les pierres continuent de pleuvoir, ponctuées de cris de douleur ! Sur les quais, tout n’est que fuite désordonnée ! Les PM courent dans tous les sens, tenant d’une main leurs casques et matraquant de l’autre, à qui mieux mieux !

Insensible à la douleur humaine, la machine gagne en vitesse, dépasse les derniers réverbères de la zone industrielle et s’enfonce dans les profondeurs de la nuit, en propageant des sifflements stridents à la consonance sinistre sur son passage.

Une image, comme une empreinte de négatif, reste longtemps vivace devant les yeux de Tewfiq Baali. C’est celle de cet homme au chèche blanc ensanglanté, assis à même le béton du quai, les jambes écartées, se tenant la tête entre les mains et grimaçant un cri de douleur que les passagers du train ne peuvent entendre.

Cette image a pour sœur jumelle la fatalité, qu’il n’a cessé de combattre depuis sa tendre enfance, par l’intuition perspicace, par la ténacité face aux défis de l’adversité. Que lui aussi ait été blessé par la pierre lancée aveuglément par le sombre, impitoyable et irresponsable inconnu, aurait été une éventualité à ne pas exclure. Qu’il se retrouve de plus ici, ce soir, n’est pas le fruit du hasard. Il l’a voulu. Il doit assumer.

Un vendeur de casse croûte annonce au bout du couloir une alléchante marchandise. Avec tous ces émois nouveaux, et sans nuls doutes novateurs à terme, Tewfiq Baali sent pour la première fois depuis un mois qu’il a faim. Alors qu’il s’est toujours méfié des entremets de voyage, cette fois-ci, la tentation est trop forte, et exceptionnellement, il n’est pas trop regardant quant à l’hygiène. Décidément, cette «aventure» semble lui avoir vraiment ouvert l’appétit ! Du reste, il n’est pas plus naïf que les autres passagers de la voiture, qui en réclament à grands cris. Il achète donc, par personnes interposées, un sandwich aux poivrons. A la première bouchée, ils s’avèrent être des piments piquants et lui donnent immédiatement une soif terrible, sans aucune possibilité de boire. Il allume de surcroît un cigarillo.

«C’est là un avant-goût du voyage, se dit-il, timoré.»

Il se remémore les scènes d’un film en noir et blanc, vu à la cinémathèque il y a quelques mois, qui l’avait profondément ému. Le thème et la trame de la projection lui rappellent étrangement le vécu de ces moments singuliers. Il faut dire que les atmosphères de gares et de trains l’ont toujours fasciné…

Ce jour-là, «Train de nuit» avait reçu une haute marque de distinction chez un critique amateur aussi exigeant que lui. Après la projection, et lors du débat, le metteur en scène avait si bien glorifié la marche de son train à travers la Pologne Socialiste, sans toutefois en dévoiler l’intrigue.

«Mais Jerzi, mon brave, comment aurais-tu pu filmer un wagon comme le notre, complètement dans le noir, se met-il à monologuer intérieurement ?»

Lorsque la parole lui avait été donnée lors de la discussion, Tewfiq Baali, outre son éloge de la mise en scène extrêmement difficile à réussir de nuit, en noir et blanc, avait conclu ainsi au micro :

«Ton héros portait des lunettes noires la nuit. Bizarre… Il fuyait un énigmatique échec… Personne n’était à sa poursuite, en fin de compte… Oui, il portait des lunettes noires, mais je crois que c’était pour se protéger contre lui-même.»

Le réalisateur, saisit d’une formidable émotion, s’était levé, avait applaudi, les larmes aux yeux. Et toute la salle l’avait aussitôt imité. L’auteur du film avait éclaté en pleurs car quelqu’un d’autre avait comme percé le secret de son âme. Il s’était déplacé jusqu’au siège de ce «cinéphile extralucide», lui avait serré chaleureusement la main, avant de l’étreindre finalement avec les deux bras, comme on le ferait pour un proche perdu de vue depuis longtemps. Les applaudissements avaient redoublé, la salle s’était levée, et subitement, sans le vouloir, ce spectateur anonyme était devenu le centre du monde. A la sortie, une foule d’admirateurs était même venue le congratuler. Et le metteur en scène est devenu son ami, lui laissant ses coordonnées en Pologne, pour de futures retrouvailles autour du Septième Art…

Après cette émouvante remémoration, Tewfiq Baali semble une fois de plus se reprendre hardiment au plan de sa quête de l’esthétique existentielle, avec une pointe de fierté légitime retrouvée, sans orgueil aucun, au milieu de ténèbres de mal-vie, de médiocrité et de vulgarité,

A la lumière de quelque éclairage blafard de gare, il entrevoit des visages graves, comme conscients d’un destin terrible qui les poursuit, que cette fuite de train dans la nuit ne peut semer, et qui marque de son sceau indélébile un autre tournant dans leurs vies. Finis les pas feutrés dans la Salle des Actes ! Finies les courbettes, les sollicitudes, la torpeur apaisante d’une garçonnière silencieuse, à la terrasse d’un immeuble anonyme !

Malgré le roulis du train et la cadence assourdissante de centaines de roues en acier sur les rails, il perçoit tous les bruits humains, fussent-ils imperceptibles, tous les souffles, courts, angoissés, impatients, irrités.

Presque par automatisme, il se relaye avec ceux de son entourage qui veulent bien changer de posture, le temps de griller une cigarette à genoux, ou d’humer un peu d’air frais à l’ouverture. Aux étapes, il sent cette odeur de gare, faite de goudron et de résine, qui lui rappelle le temps décoré de paille d’or de l’école buissonnière.

Le train atteint les gorges de Kef Lahmar. Les tunnels avalent un à un les wagons. L’odeur de mazout brûlé qui y est confiné et le bruit dédoublé par effet de serre des rochers y font flotter l’angoisse d’un danger omniprésent. La double obscurité des tunnels et des voitures, le terrifiant travail des boggies aux jointures de rail, donnent sensation à Tewfiq Baali d’être projeté, de dimension en dimension, hors du temps et de l’espace. Il préfère ne pas estimer la distance parcourue. Il essaye de tout effacer de son esprit. Il tente de faire le vide en lui. En vain ! Un fouillis inextricable de dogmes fondamentaux s’entrechoque dans sa tête, contré par des postulats coriaces de cybernétique. Il se sent subitement seul contre tout le genre humain ! Il avait voulu gagner un billet pour d’autres latitudes. Le voici sous le ciel de l’armée !

«Au fond, s’interroge-t-il en souriant pour lui-même, ne m’attirait-elle pas comme la plus brillante étoile de l’univers ? Haine, amour-propre, résignation, sont des sentiments qu’on doit éprouver différemment dans ce train. Comment pourrait-il en être autrement, puisqu’il roule sur une voie unique, sans aucune possibilité d’halte librement décidée, de déviation volontaire, de dilettante flânerie au gré de sentiers dérobés ?»

Les compartiments clos et endormis accroissent le malaise. Fatah Mouldi n’a pas placé mot depuis le départ. Son compagnon de voyage non plus ne fait rien pour ranimer la conversation. Du reste, tout autour, le groupe est muet. Tewfiq Baali est si absorbé par cette présence sourde, cette étrange promiscuité de personnages si différents les uns des autres. Est-ce le hasard qui les a réunis dans ce lieu sombre qui bouge en permanence et qui fait peur, ou autre chose de troublant, d’inexplicable ? Que va-t-il leur arriver à cent mètres, ou dans cinq minutes ? Qui d’entre-eux sait ?

Spontanément, il se met à dépeindre le comportement de ces hommes qui l’entourent, ou plutôt l’encerclent, comme il le ressent.

Il y a un sergent d’un certain âge. Sa silhouette ressemble à un bonze millénaire. Gros, trapu, le crâne rasé, les lèvres épaisses et les sourcils broussailleux. N’importe qui aurait manifesté de l’impatience devant son implacable immobilité. Le sous-officier maintient contre la cloison un objet de forme ovoïde sous emballage. La fragilité de son objet et son désir presque «mère-poule» de le rendre sans encombres à bon port, laisse Tewfiq Baali réfléchir à quelle vie de famille il peut l’associer. Une mère malade ? Une fille infirme ? Ou seulement un gourbi vide de campagne qu’il rafistole patiemment de permission en congé de détente, en attendant un hypothétique mariage ?

«Brr… Pourquoi ces visions lugubres, se dit-il. Tout un chacun a droit à une vie privée digne, même s’il émarge professionnellement comme prévaut dans l’enfer d’un pénitencier militaire…»

La soudaine agitation du militaire à l’approche de la ville d’Eddous met un terme à une rigidité de corps et une fixité des yeux dignes d’un grand maître yogi. Il tente de placer son colis sous le bras avec d’infinies précautions. Le train ralentit.

«Laissez-moi passez, crie-t-il à tue-tête !»

Les passagers autour de lui ont beau s’agiter, leur nombre incroyable et l’enchevêtrement de leurs corps ne permet aucune esquive rapide. Le sous-officier s’énerve. Il sait qu’il a affaire à des hommes de troupe en majorité et il peut donc les rudoyer sans crainte.

«Vous allez me passer, soldats, même si je dois vous escalader ! C’est un ordre ! Sinon, je vais tirer la sonnette d’alarme et vous serez quittes pour une demi-heure de retard !»

Deux ou trois voyageurs se mettent à rire, et bientôt, c’est la risée générale dans le couloir.

«Qui parle d’arrêter le train, lance avec ironie une voix jeune ? Vous vous croyez à Singapour ? Y’a qu’à sauter par la fenêtre, comme tout le monde, espèce d’abruti !

– Quoi ? Tu m’insultes ? Attends que je t’attrape, petite fripouille ! Je t’apprendrais à te mêler de ce qui te regarde !»

Le sergent devient terriblement nerveux et tente de localiser l’effronté. Il tire sur le verrou de sécurité et s’acharne dessus. Peine perdue, le mécanisme ne répond pas ! La rame continue de rouler imperturbablement, tout en ralentissant peu à peu à l’entrée de l’agglomération.

«Vous vous fatiguez pour rien, chef, ajoute le jeune soldat ! Et vous ne faites peur à personne ici ! Vous n’êtes pas à la caserne ! Un peu de calme ! Nous, on essaye de vous aider ! Vous ne pourrez pas passer par le couloir, c’est évident ! Donnez-moi vos affaires et sautez par la fenêtre lorsque le train s’immobilisera ! Une fois parvenu au plancher des vaches, je vous les passerais vos fringues à la rococo !

– Saloperie de voyage, hurle le gradé en tournant sur lui-même, son paquet amoureusement protégé par les bras ! On ne m’y prendra pas une seconde fois, je vous le dis !

– Que si, vous serez obligé de revenir et ce sera pire, lance quelqu’un !

– Alors, qu’est-ce que vous décidez, insiste le jeune soldat, en osant se rapprocher du sous-officier ? [5]Ed Dabba El Kahla va bientôt se mettre à trotter et ne s’arrêtera pas avant Tataouine-Les-Bains !»

La longue plainte des patins d’acier cesse. La rame s’immobilise. Des grappes humaines sautent par les ouvertures, surtout en quête d’eau. Le sergent jette un regard furibond au-dessus des têtes. Ses yeux semblent vouloir sortir de leurs orbites. Sa bouche rageuse se retient de mordre. Tewfiq Baali regrette de l’avoir comparé tantôt à un totem. Au grand dam du gradé, la compression du couloir en question ne s’est pas relâchée.

«Bon, tiens-moi ça, soldat, décide-t-il finalement ! Et attention ! Si tu le casses, je te tue !

– V’s’en faites pas chef ! On est p’tète cinquième roue de la charrette à vos yeux à la caserne, mais ici assez dégourdis pour ne pas commettre une bêtise pareille ! Allez, vite ! C’est le moment !»

L’homme enjambe l’ouverture. Il hésite à s’élancer pendant quelques secondes, jusqu’à ce qu’une main inconnue le pousse par le dos vers le bas ! Il atterrit dans un fossé en émettant un cri rauque, après s’être probablement foulé une cheville. Il essaye de se relever de la caillasse, mais trébuche, et retombe en jurant. Il arrive finalement à recouvrer son équilibre et lève les bras pour récupérer son bien. Le soldat a disparu de l’ouverture !

«Donne, qu’est-ce que tu attends, petite lavette ? Que je vienne t’écarteler ?»

Le jeune homme s’est dissimulé derrière un para. Les passagers du coin suffoquent de rire. Le sergent tente de s’agripper au rebord pour remonter mais il est trop court de taille ! Le chef de gare siffle pour annoncer la reprise du voyage.

«Hé, sergent ! Vous vous trompez de fenêtre. Je suis ici, à l’avant, dit le soldat en se cachant sous le rebord d’une autre ouverture, pour le faire marcher !

– C’est toi qui m’as poussé et j’ai reconnu ton pif ! Où que tu ailles, je te retrouverais et tu n’échapperas pas à la raclée que je te réserve !

– Venez prendre votre colis, chef ! C’est lourd ! Vite, sinon je vais le lâcher, dit le soldat en changeant de nouveau d’ouverture !»

Le gradé avance à chaque fois en boitant vers la fenêtre d’où viennent les paroles. Le train se remet progressivement en marche. L’homme accélère, clopin-clopant, son allure. Soudain, un fracas caractéristique de verre cassé le fait sursauter. Le convoi s’éloigne. Le soldat venait de lâcher le colis ! Impuissant, le sous-officier reprend cette fois-ci en silence son dû endommagé, ou devenu inutilisable, avant de disparaître dans les ténèbres. Il sait qu’il n’aurait rien pu faire contre «l’empoté», ce bouc émissaire tout trouvé, la victime expiatoire de toutes ses rancœurs contenues. La vengeance militaire est un plat qui se mange exclusivement en caserne. Dans le civil, les gradés ont beau mimer les dindons, ce sont des entités négligeables et malheureusement pour eux, ils le savent…

Au même moment, les rires des passagers redoublent dans la voiture. Imperturbable, le jeune soldat a cette réflexion madrée qui emporte le grognement approbatif l’assemblée :

«Pas débrouillards pour un sou, ces chefs ! Bons qu’à nous empoisonner l’existence avec leur matériel encombrant et leurs ordres à la con ! Vous vous rendez compte ? [6]bgha isserbessni bel houa !»

S’il y avait de la place, tout le monde se serait roulé de rire sur le plancher, y compris Tewfiq Baali. Maintenant, ce dernier reconnaît entre mille la voix qui chantait au départ de Mezghena, et demandait des parts de sandwichs aux voyageurs !

«Curieux petit bonhomme, se dit-il. Pas de bagages, pas d’argent, la boule à zéro, et déjà… la bosse de l’armée… Avec en plus cette jovialité terriblement enviable.»

C’est en observateur manifestement avisé que Tewfiq Baali se laisse prendre au piège des impressions vagabondes. Une fois consignées, ces dernières parviendront peut-être à ancrer un lambeau de temps qui lui appartiendra en propre… Ranimer en quelque sorte le petit jeu de cache-cache avec l’art littéraire et le domestiquer définitivement, ligne après ligne?

Pendant ce qui reste de la nuit, lui et ces voyageurs aux destinations multiples, fatigués, sales, suants, tombant de sommeil, le ventre creux pour la plupart, ne sont plus sensibles qu’à la course monotone du train, qu’aux caprices des chefs de gare, des aiguilleurs et des conducteurs, qui, tous, semblent s’être ligués pour accroître leurs souffrances.

«Et ce sous-lieutenant dont les étoiles brillent comme de l’or dans la pénombre, remarque-t-il. Son visage a un sourire particulier, expression permanente de réjouissance intérieure. Il doit penser à son retour au bled, à la joie de ses parents de le revoir… Imaginer l’émotion de sa rencontre avec sa fiancée, s’il en a une. Quelle politesse discrète que cet empressement de sans cesse consentir à me céder sa place à l’ouverture… Toujours avec la même condescendance.»

Il tente de lier conversation. Il n’en a pas l’habitude avec des inconnus mais, cette fois-ci, le lieu et le moment semblent uniques.

«Je n’ai jamais vu un train aussi bondé, hasarde-t-il à dire.

– C’est toujours comme ça début octobre, répond placidement l’officier. Des promotions sortent, d’autres rentrent. Et la veille de l’Aïd a ajouté de l’eau à la boue, comme on dit. Enfin, touchons du bois et estimons-nous heureux d’avoir pu embarquer. En Inde, c’est tous les jours comme ça et les gens n’en font pas toute une histoire.

– Oui, mais eux, vu leur nombre, ils se sont fait une raison. Pas nous, au tempérament inflammable. Vous ne devriez pas être en première classe ?

– Si. Mais vous savez, arrivé à ce stage de déliquescence de nos chemins de fer, dans des trains aussi bondés, il n’y a plus de classe ni de Rapid de Tartempion qui tiennent. L’essentiel est de monter, sinon vous restez sur la paille.

– Je jurerai que vous êtes réserviste.

– Ahaa ?… Qu’est-ce qui le trahit autant dans mon apparence ?

– Je ne sais pas. Une impression, sans plus. Pas dans l’aspect mais dans le propos. Peut-être parce que vous avez accepté de lier conversation sans m’envoyer balader…

– Cela veut-il dire que vous n’aimez pas les actifs ?

– Non, je n’ai pas ce type de fixation dans la tête. C’est l’obéissance aveugle que je réprouve et eux l’acceptent comme raison d’être de leur métier. Cela dit, je n’aime pas coller des étiquettes. Les types sympas sont partout…

– Et vous, qu’est-ce que vous faites dans la vie pour parler si savamment ?

– Je viens de finir mes études à l’université. Peut-être sur le point de rentrer sous les drapeaux.

– Moi, sur le point de sortir.

– Quel bilan faites-vous de votre séjour en caserne ?

– Ouuu !… Ça ne se raconte pas en deux mots. Je dois descendre au prochain arrêt.»

Le train ralentit de nouveau. Tewfiq Baali veut approfondir cette question très importante, et le jeune officier semble tomber à point pour apporter un jugement de valeur, certainement honnête ; à coup sûr intellectuel et actualisé sur l’armée. Une analyse pas forcément négative.

«Faites une synthèse, côté pile et côté face. Je ne vous ennuierai pas davantage.»

Le gradé se tait un moment et semble revivre d’un trait les vingt quatre mois de sa vie militaire. Il enchaîne, sans émotion aucune.

«Alors je vous dirais, côté pile, vous sortirez un peu vieilli, et moins naïf qu’avant… Il n’y a malheureusement pas de côté face qui vaille la peine d’être conté. Heureux d’avoir fait votre connaissance.

– Moi de même, dit avec emphase son interlocuteur ! À bientôt ! Il n’y a que les montagnes qui ne se rencontrent jamais !»

L’officier ne répond pas. Il a déjà enjambé l’ouverture et saute à la gare de Bni-Mansour dès que le convoi s’immobilise. Son départ laisse peser sur Tewfiq Baali un cruel contentement.

«Le monde serait meilleur si la Providence unissait cette trempe d’hommes sur le même chemin, se dit-il.»

D’autres voyageurs parviennent à montrer. Et ainsi de suite. Position debout. Position assise. Au fil des kilomètres et du roulis berceur de la voie ferrée.

Tewfiq Baali se racle sans cesse la gorge. Il veut être plus dur avec son corps, dompter cette envie grandissante qu’il a de vouloir étancher sa soif. Sa tête balance mollement à la base de son pivot articulaire. Exténués, les occupants de couloirs se vautrent peu à peu les uns sur les autres. D’abord avec des sursauts polis lorsque les voisins s’agite, puis avec un abandon résigné de part et d’autre, au mépris de la poussière et des crachats nauséabonds du plancher.

Comble de l’ironie du sort pour eux, au moment où ils s’y attendaient le moins, le train s’immobilise pendant une demi-heure près d’El Mehir, au milieu de la chaîne montagneuse tourmentée des Bâbords. Des voyageurs questionnent un cantonnier de passage, au sujet de cet arrêt prolongé :

«Travaux de voie, leur annonce-t-il. Si on n’avait pas découvert l’affaissement à temps, vous seriez en ce moment dans le ravin.»

Incrédules, les voyageurs semblent insensibles à ce cas de figure fracassant… La chaleur devient insupportable à l’intérieur des voitures. Les passagers agiles sautent de nouveau des ouvertures pour prendre le frais sur les accotements.

Découvrant un petit espace à la faveur du flux, Tewfiq Baali s’installe en chien de fusil à même le sol, le cartable sur les genoux, les bras entourant les jambes. Il attend qu’un lent engourdissement proche de la paralysie, lui procure l’oubli. Son corps deviendrait bientôt débris couleur de suie, gisant d’inanition, laissant enfin reposer son orgueil, cette flamme brûlante de tous les instants, qui lui commande de prôner sa fierté du plus hauts des piédestaux. Recroquevillé sur lui-même, il ferme les yeux. Ses lèvres remuent imperceptiblement :

«Quelle nuit mystérieuse qui m’emporte. J’ai besoin moi aussi d’apprendre à mon corps à défier la fange. Je dois lui reprocher toute son iner… son ineptie. Je suis prêt à le troquer contre n’importe quoi. J’ai besoin, moi aussi, d’apprendre à être vil et méchant. À peser de tout mon poids sur l’échine de mes semblables. Puisqu’ils ne disent rien. Puisqu’ils ont abandonné la lutte. Cette lutte sans merci livrée au bolide d’acier libéré par le chef de gare de Mezghena. À cette heure-ci, celui-là doit ronfler comme un ours. Oh, mon Dieu, non ! Le fils de Baya Baali ne saurait être vil et méchant ! Il doit juste se débarrasser du souvenir. Voyez, mon Dieu ! Ses plaies se cicatrisent. Voyez ! Les croûtes ont durci !»

Après le confortement de la voie, le train s’engage lentement le long des défilés volcaniques du palier de Mansoura, puis à travers les neuf kilomètres interminables du tunnel de Teboul. Les portions les plus longues et les plus pénibles du parcours. Un calvaire. Les roues en acier s’accrochent aux filins de la montée, en émettant leur cadence monotone :

«Tatatum, tatatum, tatatum !»

Puis le convoi débouche enfin sur les hautes plaines, se glissant vers une atmosphère mieux respirable, à une allure plus rapide. A chaque halte, les destinations des uns et des autres se raccourcissent.

A Medjana, nombreux sont les voyageurs qui descendent. Puis à Ain El Fouara. L’étreinte des couloirs se desserre peu à peu. Les passagers renouent avec le chic de céder le passage aux portières. On remarque la présence de quelques femmes aux cheveux ébouriffés qui vont pudiquement aux toilettes se refaire une beauté.

L’aube s’éclaircit lentement. Tewfiq Baali en respire les premiers souffles frais, accentués par la vitesse, qui lui tonifient le visage. Longtemps accoudé à une ouverture, les cheveux au vent, la tête entre les mains, il regarde fixement un paysage changeant. Il ressent une sorte de nostalgie mélancolique, qu’alimente un étrange appel, comme un murmure aigu et ininterrompu de diva qui captive inexorablement son ouïe, pour un retour somme toute heureux aux sources. Les coursives sont encore encombrées çà et là de dormeurs anéantis de fatigue et de bagages jetés pêle-mêle. Fatah Mouldi se relève lourdement du plancher en marmonnant :

«Où diable sommes-nous, camarade ?

– Nous venons de dépasser El Arch, répond sans sourciller son compagnon. Rassure-toi, nous avons laissé Lucifer loin derrière nous…

– Bon sang, ça n’avance pas !»

Leurs concitoyens lèvent les stores du compartiment. Dans le demi-jour, on aperçoit leurs visages bouffis de mauvais sommeil. Leur leader, celui qu’on appelle «Loustic», fait coulisser la portière.

«Entrez les gars, leur dit-il. Je vais aller me dégourdir les jambes.»

Fatah Mouldi pénètre à l’intérieur, en titubant, sans se faire prier, tandis que Tewfiq Baali ne bouge pas, encore sous l’emprise du murmure délectable…

Excédé par son indifférence, «Loustic» le saisit par le bras et le fait rentrer.

«Installe-toi, mon pote, lui dit-il avec tendresse. Tu parais crevé. Faites-lui de la place, les gars ! C’est un des nôtres ! Et du meilleur cru ! Toutes nos excuses ! Hier, dans le noir, nous ne t’avions pas reconnu, ajoute-t-il tout confus.»

L’hôte salue de la tête les occupants. Les militaires le fixent avec des yeux gênés, regrettant visiblement les péroraisons de la veille. Leurs visages lui sont tous familiers, mais pas leurs noms. Il les avait connus jeunes, exubérants ou timides. Il les retrouve transformés, comme si on leur avait inoculé le sérum de l’indifférence. La plupart d’entre eux ont déserté, trop chagrinés de passer la fête loin de leurs «vieux».

Il les écoute parler de l’armée, des anecdotes piquantes de corvées, de tours de garde, et de jeux de «vas voir là-bas si j’y suis» avec les adjudants de compagnie…

Le compartiment est confortable. Ses yeux se ferment. Il tombe de sommeil.

«Baali, viens t’installer sur le porte-bagages, dit un passager au-dessus de lui, en sautant agilement pour lui céder la place. Tu y dormiras mieux.»

Il s’exécute volontiers tant la torpeur qui l’inonde est délicieuse. Il n’avait pu trouver cet assoupissement réparateur à Mezghena, alors qu’il aurait donné un trésor… qu’il n’a pas.

L’Express brûle imperceptiblement les dernières étapes avant le triage d’El Gourzi. Les couloirs se vident. Le soleil rouge naissant au levant éclaire d’un ton sublime les nervures de bois vernis des cloisons. La motrice diesel donne le maximum de sa puissance sur l’excellent tronçon après Bellaa. Mais elle ne peut rattraper son retard. Un temps terrestre précieux perdu à jamais pour les mortels, mais si court à l’échelle de l’univers, si dérisoire…

Tewfiq Baali est réveillé par les militaires à l’étape suivante. Le flot de voyageurs allant vers le Sud descend. Lorsque la rame disparaît derrière le virage, la gare reprend son aspect de paresse et d’abandon. Point d’autorail assurant leur correspondance ! Pressé de questions à l’entrée de son bureau, le chef de gare évoque le retard du Rapid de Carthago, des questions de sécurité et de triage qui échappent à l’entendement de voyageurs fatigués.

«Allez boire un café au buffet et prenez votre mal en patience, leur dit-il, impavide. Le prochain autorail est annoncé pour 11h29.»

Tewfiq Baali se débarbouille le visage à la fontaine, en avalant de grandes rasades d’eau. Sa peau, insensibilisée par le vent, ne sent presque pas le liquide. Un goût âcre de tabac lui reste au fond de la gorge. La gare exhale son odeur particulière. Elle symbolise pour lui un temps particulier d’antan retrouvé, à une échelle véritablement humaine, qui néglige l’attente, qui méprise l’impatience.

Il entre au foyer et commande un café, qu’il boit à petites gorgées, comme toujours. Il est si loin de Mezghena maintenant et son résidu de ressentiment semble avoir été définitivement dissous.

Aux tables, des cheminots jouent silencieusement aux cartes. Leurs enfants sont en habits neufs de l’Aïd. Actionnant leurs jouets à tout-va, ils pétillent de joie autour de leurs parents. Eux et tous les autres enfants ailleurs dans le pays sont l’espoir et l’avenir d’une nation fière, mais naïve en politique, qui n’a jamais pu trouver ses marques depuis l’homme préhistorique de l’Atlas.

«Les invasions sont venues et sont parties, pense-t-il… Elles ont laissé une terre dévastée… Sauf la dernière. Elle a su comment filer physiquement, tout en tentant de garder son emprise sur l’économie et les décisions politiques.»

On l’appelle à grands cris des quais. Fatah Mouldi arrive en courant.

«Viens, Tewfiq, crie-t-il, essoufflé. On a déniché un taxi et il y a une dernière place pour toi. Amène-toi vite, bon dieu, avant qu’elle ne soit prise, gueule ce dernier en ressortant promptement !»

Il avale tranquillement les dernières gorgées, paye sa consommation et se dirige sans se presser vers la sortie. Il se rappelle qu’il avait attendu en vain un taxi, la veille, sur le boulevard…

«Je suis sûr que celui-là ne partira pas sans avoir fait le plein de sa cargaison humaine, se dit-il. S’il part, tant pis. Au point où j’en suis…»

Le taxi démarre en trombe. Cette dernière partie routière du voyage est agréable et rapide. Tout au long du trajet, les militaires pressent le chauffeur de questions sur la vie au pays. Ce dernier râle au sujet de la vie chère, du manque de pneus et de pièces détachées, répondant à côté leurs préoccupations de citoyens nostalgiques. Il leur arrive, à eux aussi, de critiquer leur ville mais ils n’auraient laissé aucun étranger en dire du mal ! Quant à la politique, elle semble, pour l’heure, ne torturer que l’esprit d’un seul passager…

De part et d’autre du parcours, la campagne a revêtu son brun pailleté austère et s’apprête à accueillir les labours, pour l’accomplissement d’un nouveau cycle végétal.

«[7]Asstaghfiroullah, murmure Tewfiq Baali, en expirant avec un soulagement inattendu l’air de ses poumons.»

Une quiétude ressentie sans pareille depuis des années emplit tout son être et le fait penser à l’eau fraîche et limpide d’une rivière qui coule en chantonnant le long d’un vallon verdoyant.

«Cultiver son jardin doit certainement être le meilleur métier du monde, se dit-il. Je vais tâcher de bosser dur pour projeter les plans du mien et l’entretenir avec amour. Faire pousser là où il n’y a rien, de belles baies, une grasse pelouse et des arbres au feuillage abondant. C’est là un objectif qu’aucune administration ne saurait contrer. Mais, qui sait ? Peut-être que d’ici là, il s’en trouvera une qui prétendra s’interposer entre un jardinier et la… photosynthèse !»

La route défile. L’arrière-pays parait si vide d’âmes laborieuses. Des ânes broutent paisiblement çà et là le long des accotements. Enfin ! Un tracteur apparaît, creusant sur le pourtour d’une parcelle de profonds sillons. Mais ils sont si peu nombreux à l’échelle de cette vaste contrée que, vus de l’espace, ils ressembleraient aux vestiges d’un autre âge.

Leur taxi dépasse l’autorail manqué à hauteur de Gadaïne. L’événement est fêté comme un exploit footballistique par les militaires, qui lancent un «Il y est» imaginaire, comme si leur équipe favorite venait de marquer le but de la victoire.

Là-bas au loin, à gauche, près de la voie de chemin de fer, s’élève le mamelon dolomique de [8]T’fouda, au bas duquel s’étend le domaine des Baali. Il a hâte d’y fouler son sol généreux, mais aura-t-il le temps d’y aller ?

Les voyageurs arrivent à Taxrit à 7h30, où un froid vif les cueille à leur descente de voiture. A telle enseigne qu’ils se dispersent vite, après tapes amicales aux épaules et vagues promesses de rendez-vous.

L’enfant prodige des Baali est en fin de compte de retour au pays. Il sait qu’on l’attend impatiemment à la maison pour fêter sa réussite universitaire. Il prend par l’escalier du Fortin, en solitaire. Un raccourci du temps de jadis. Depuis Mezghena, il lui semble qu’une éternité est passée. Désormais, il saurait retrouver ses marques et prendre un nouveau départ. Avant qu’il n’ouvre la porte de leur maison avec son double de clefs, sa chienne Diane sent et pleure de joie son retour. Combien de journées de liberté lui reste-t-il, au fait ? Peu importe désormais. Quel que soit leur nombre, ce serait un répit bien ridicule…

[1]Classe des ânes. CFPE. Cours de fin d’études primaires.

[2]Enfants du pays.

[3]P’tit frère.

[4]Ne pleure pas, ma mère.

Ton fils te revient.

Ne pleure pas, ma mère.

J’ai trompé le destin.

[5]L’ânesse noire (en parlant de la loomotive)

[6] Il a voulu me faire travailler pour rien. (En parlant du sous-officier)

[7]Je demande pardon à Dieu.

[8] Pas loin du Mausolée de Medghacen, érigé au Troisième Siècle av-JC

Publicités