© « Soldats de plomb », Tome 1, Chapitre 4, Roman/ « Tin soldiers », Volume 1, Chapter 4, Novel

Chapter Four

 

A slow buzz rises above the city and thickens second by second on the plain, soon covering the hollow distinct and desperate night sounds. The sun shines on Taxrit . Timidly , birds begin to chirp at the beginning of a new day . Tewfiq Baali opens his eyes to the alarm . He did not have to fall asleep more than two hours, but it rises quickly, as these blades travel time once . He puts his threadbare blue. The apartment exudes a planing and lazy heat. He slips into the bathroom quietly . The water is cold tap but it completes the wake . Good humor accompanies his actions , although he feels a pang stomach , as if about to take an exam . But this has nothing to do with anxiety supported during the month of Ramadhan in Mezghena because of the agonizing wait of an administrative response , finally fell like a cleaver on a log .

In his retirement , long kneeling towards the east, Baya Baali requests . The erased her son in the hallway does not escape him, but she does not move because she knows he hates goodbyes sententious . She raises her arms to the sky to ask God to protect, guide his steps and meet its expectations.

« His heart is pure but it is so vulnerable , she said. Why is he awake so early? « 

She saw the light of his burning room at a late hour , visible behind the hammered glass door and fixed his frail figure remain tilted to the work table for much of the night. Thus she saw the strength of his eldest burn after thousands of identical evenings , when he was in high school. Powerless to reason , it keeps saying it can not be driven by a mysterious force in him , superior, irresistible. How proud she was coming to him when he managed to win with panache diplomas !

While sipping black coffee that is prepared Tewfiq Baali see , lying on the garden, and a packed carefully crafted package.

 » Cakes , he thinks . « 

Tender emotion brightens the features of his face. He decides to take them without knowing how to carry conveniently. His gaze stops on a bag. There buries cakes, his toiletries, a towel. He hesitates to take his pajamas , not realizing that where he will live now that clothing is allowed. He then returned to his room to take a half-dozen books in pristine spring . A small maçhaf his attention on a shelf. He also took his luggage and weighs in front of the mirror is watching the entrance. He smiled :

« More than straw hat and you spend volunteering for peasant , old man, ‘he said . « 

He feels a vague uneasiness that tries to identify . In fact , the place to which he will head does not scare him . Two short hours separate him from that date. This passage in another universe , closed partitioned enclosure in all monstrously hostile appearance. In a fraction of a second. The other hand, is not that he desperately sought ?

He prowls long in the house, returned almost a stranger , after all these years of dizzying Mezghena . It inspects the forgotten corners . Places where he grew up, cried , loved . Reached the interior garden strewn with dead leaves, he gave his dog, who jumped out of a bush towards him, wagging tail frantically . He kneels and strokes his long snout . The eyes of the animal are very sweet and seem to crave some vague forgiveness of sin dark contracted in another dimension . He thinks if the short existence of the beast, compared to his own, as already rusty and useless. He straightens up and looks painfully to the blue square above the walnut , breathing greedily gulps of fresh air, as if oxygen was suddenly miss him.

He continued his exploration. Each relic, every scratch on the trunks of trees, each graffiti on the cement patio , remind him of a distant and vague memory , while the weight of the past , strangely , seems to have lost the thickness that he knew . If Mezghena seem to have affected his sense faculties , it has not started , in his eyes , the odds of knowledge that he devote his family, friends , neighbors . Unfortunately, in large cities , the law of numbers tends to absorb and devalue individuals. Therefore: be winner in political science in this country is profiler career prospects quite random . Instead of adding height to the crown , a hated political system will constantly tend to dumb down the achievements of its elites to establish the point of mediocrity as a way of governance.

When leaving the house, the reassuring image of eyeballs Diane accompanies long in his morning walk through the neighborhoods of the city. Another character seems to awaken in him , ready to face the onslaught of the day.

It runs two streets leading to the Grand Promenade, deserted, overgrown with fall heights, marked by a morning sadness that still retains traces vigils party. He slowly advance with nonchalant ease that he is aware constantly , not artificial , though often disturbing the arteries popular with busy people . He does not want to hurry now . After all, he has reached a decisive goal. That of no longer let them count . He walks to the reunion of the city, not to please or serve aesthetic , but for his own pleasure. By thinking , he knows how important it is now to be able to block a line a legacy of submission to the other , although another constraint greater the expectation at the end of the morning route. A state institution , he knows needs of the person, and , somewhere, one day he will shake their foundations minions who claim it , if they dare to mess with him , or threaten the future of the nation. Unless they manage to neutralize before . It is easy to remove a man disturbing . It is impossible to stop words already sown to the winds . He will obey all the chiefs of the army without flinching whenever they ordain him a share in the national interest . It disobey their infallibly otherwise !

In fact , He would like to meet any pet before crossing the other side of the fence. A bit like a virgin who is about to cross for the first time the doors of a brothel. Gradually his fear disappears. Taxrit streets at this time of day, are frequented by old men sitting bewildered public garden benches , and scanners still silent .

After all, he does not regret being released so soon. The air is pure , fresh, no traffic. He felt his body on top of his form and state of mind could not be more serene .

He walks long away from its original purpose , avoiding retrace his steps , engage in streets where it is already past. But at some point , he said that whatever the route he borrows , it should inexorably closer . Two days earlier, at the station Mezghena , his could not take another path , but the wrong way .

He descends the stairs along the Fortin and found near the station . His favorite area. He crossed the level crossing to reach the marsh area . Stupor ! He realizes that the old country road , the truancy , disappeared , and large ash trees which bordered on either side , like a gallery forest . It is replaced by a highway in both directions. Concrete invaded the fields. Whole ecosystem before has disappeared: the pond where frogs croaked , the stream where fish were pensioners , the basin where the bums washed their clothes , the small wooden bridge where lovers kissed , nests …

He still travels thirty meters and is uncomfortable . He is forced to retrace his steps , trapped, because the new route he borrowed seems to lead to a cul-de -sac. This is called progress has made an industrial area.

Tewfiq Baali arrives near the barracks. Curiously , he thinks a military freedom that civilians can not feel . That escape the jurisdiction of the ordinary . To occupy the places where the majority of the population can access as a barrier to the customs office without a special passport in good standing .

The entrance to the Academy Interarmes Taxrit is there before him. Its walls stone have a century of history , defining the perimeter of the old colonial fort from which the city grew Taxrit . Loopholes have been plugged with mortar , but the niche walls and parapets are still intact. Tenants have changed, but the goals of the new is often the same : dominate , monopolize , punish hate.

He stopped ten meters from the gate, on the left side of the sidewalk , as ordinary civilians avoid . PM a red armband beckoned him to move . He does not move . People go to the other side of the road , apparently without constraints , however hurry to reach their daily lives . He looks walking, absorbed by their parade and something surprising in their eyes and their approach. Yes, the impression they give is to fear these places , the color of clothes for men who guard with free hostility , which does not take long to manifest precisely . Because the military ends up vigorously challenge :

« Hey ! … You, there! … You’ll stay planted and the rest of your life or what? « 

Tewfiq Baali not helpless. He comes out of the pocket of his jacket green card order call the Department of the Army, the police came and drop, against receipt , at home a few days earlier . He tends to NCO , who travels without taking eyes , frowning . Tewfiq Baali suddenly think the worst that would happen to him that this ranking told that the period of instruction in her class is postponed to next year! This anxiety is a brief foray into his mind, unwelcome , revived the rest by about Sergeant :

« You are the K70Y class? This is not normal . You had to be in the army there four years ago .

– I was sursitaire . I pursued higher education responds Tewfiq Baali , vaguely uneasy .

– Student Reserve Officer ? Um … It is curious, this academy has never trained officers Reservists common basic training. Only specialty.

– No idea . There is a first time for everything .

– Probably. Me, I can not tell you anything . Good! Hurry to throw you to the wolves , huh ? …

– Yep ! … Better sooner than later , is not it? Do not they say in the army, guaji bekri , tokhredj bekri ?

– You already know that? I do not do you wrong ! You will quickly see for yourself ! Follow me . I think you ‘re the first of the new batch. I hope it will bring you luck !

– Something that nobody never get tired … ! ha , ha , ha! … Thank you ! « 

The officer immediately becomes cold and impassive as regretting being too familiar. It does get inside the checkpoint , where a corporal reports the coordinated his call on a register and it tells him viciously head back room .

« Careful , you might catch a crick in your neck like that bully , he cowardly towards the ranking , as stung by a wasp …

– What are you talking about replica Corporal in amazement ?

– We must stand tall when writing.

– You’re a doctor ?

– No. It’s just free advice .

– So shut the fuck up and stash up there! I ‘ll see you in the torch – ass later! « 

The arriving runs with a half-smile . Once again , he thinks of his cousin Hamid and the beating would have received Corporal in such circumstances. First clash with the army ?

 » Wait and see , he said good-naturedly to . « 

The room offers a sinister aspect . Bunk beds suggest that the factions of the guard took up residence . The mattresses are bare , doubtful, mostly gutted . Sprawled on one , a sentinel snoring , wrapped in a heavy coat to the rambling back seam .

Tewfiq Baali sits with repulsion at the edge of a bed and pulls a cigarette. After thirty seconds, the room loses repulsive appearance .

« This checkpoint is the showcase of the barracks somehow , he told himself . It should be welcoming, clean , clean . Is that the worst is yet to come inside ? First batch. Of the class. Promotion. What all this he served me? « 

A quarter of an hour passes . A conscript happens, crowded with a heavy suitcase. Then another . And groups of three or four. The local succession fills quickly. Nobody said anything . Dating this unusual place unknown from across the country , travel-weary , installs a dull discomfort .

Everyone is attracted by the imperturbable sleep Sentinel , which continues to sleep, mouth wide open , with a purr of hibernating bears . Their silence does not prevent the birds singing in the trees, the roar of engines of cars in the street, which remind us that life goes on outside . A master corporal face full of freckles comes with lists.

 » Get out! … Let him who hears his name is put in the queue, he announced in a calm voice , but that inspires respect . « 

Conscripts rush to the exit with feigned dynamism, a little cocky behind , it seems . The call is made in silence. The sergeant shouts names with a monotonous intonation refuses the distinction or ridicule . The colonial civil status had so distorted the names of people that even after independence would require a lengthy legal procedure for change : Mahboul , Latrache , Aggoune , Ahmer el Eine , Lakhal …

Tewfiq Baali means pronounce his name without particular state of mind . Protection of Providence, or blindness of the occupier, his was through the ages without distortion. His ancestors were able to save the track of the lineage, through a family tree jealously guarded . Contradicting his first impression , the esplanade of the input is immaculate . Square green manicured want to show a priori that nothing is left to chance in this barracks . Is this the face he had heard about the wonderful officer met overnight train side ?

« Apart from the mattress Semons , he notes . « 

After a very long call gives an idea of the large number of conscripts who have not joined , Cpl put some semblance of order in the queue and simply said :

« Follow me , the blues. « 

The group runs a hundred meters along a driveway flowered oleanders and arrives at a block caravanserai style with green tiles , with no civilians have doubted the existence in barracks . Places that recall the epic of the pioneers of colonial adventure . Like what , hidden deep within the city remains able to survive the test of time .

« Stop , controls the redhead ! … Here is the management of staff. You will fill sheets and await further instructions . « 

Tewfiq Baali was surprised at the presence of plainclothes officers , who distribute their forms and offer to « help » those who can not read or write. Actors among them anything.

In no time , conscripts display their private lives on the documents that are now piles and piles on the counter. They are economists , engineers, architects , chemists , sociologists, psychologists , physicians, teachers, technicians. In principle, the cream of the country schools have been producing since independence. All perfectly bilingual or trilingual. The future leaders of their nation if all goes well for some of them. Tewfiq Baali , at least , is convinced .

 » … Because , after all, he continues his reflection, what Pharaoh waited down the road ? Death. And autocrats leave only hatred and desolation behind them, while God guides to His Light whom He wills . « 

Until now, the wait is unbearable. Although time appears timed . Released called chain take the shade and watch around, in monologue with themselves . Their cigarettes, partially burned , scattered litter the ground at their feet.

Sections in combat gear march in quick time along walkways . Everything seems organized around a four-storey building , the bare and austere architecture of the thirties, standing in the middle of the barracks.

Tewfiq Baali notice the diligent work of a young soldier in filthy mesh , shaved head , which wiped with newsprint the windows of the refectory. Every ten seconds, the trooper stops, disgusted air, glancing puppy dog behind him.

Roughly the barracks reminds Tewfiq Baali carousel of a plant. It identifies its « workers » to automata which we apply here to try to remove the melancholy . His  » supervisors  » are members of a guild with rigid principles. His « bosses » ensure that welcomes well « apprentices » , the first day. After that, it is another matter . His summary statement stops this metaphor, not necessarily inspired visions of parade at West Point. His eyes and stop looking for details. His brain registers forever. Later in the evening, his books will record . Meanwhile, there chomping at the bit . It élucubre he ruminates , he fumed almost to have been taken as a collar that his eyes have yet seen before set foot there …

Other groups arrive, escorted by the same redhead. Soon, instead report is teeming with civilians. It was then that the psychological threshold of inferiority in number of teachers places is reached. A handful of officers , emerges from nowhere , is working to turn the tide. Because the organization seemed to fumble for a while. Coaching takes place around the horde, in an apparent attempt to regain control of the situation. NCOs are working to form platoons more or less suitable , with gestures of deaf as a first contact, a little bit polite. The results are not very convincing, because conscripts have not the spirit and wander from one row to another in search of their friends . A sergeant expressed his annoyance at the sight of heavy bags peddled by some :

« You will go around the world or what, is he offended ? You take for tourists ? You will not have the opportunity to put your frocks civilians. « 

A chief warrant officer with graying hair and mustache Prussian came to rest at rallying instead report clearly to make a speech . He takes a stern look over the heads until the noise stops. Effective , posture, it seems!

« So the children? … We can throw cigarette butts anywhere, he connects with a false paternal tone? It seems that it is tolerated at the university, he pointed clenching jaws ? You see , I do not agree . I may be ignorant in terms of education . The university, do not know ! House, I have not ! Bowings and other gallant civilians, I do not care! My only shack is the barracks ! And I do not like the dirty ! So any of you can confirm me if we allow him to throw cigarette butts anywhere ? « 

The tone of the voice of the NCO becomes progressively screamer, with a focus borrowed pimps Chetaibi environment. Now , the question feels burned about fifty meters round and nobody among conscripts powder , of course, is smart enough to respond.

The officer , whose stripes show , after a moment of silence, they were too long in the sun , gives himself the reply, with a viola in the bass.

 » Beautiful day , is not it , blue ? You have a pre omelette in the stomach. And the academy makes you grace to throw all the cigarettes in the world! But tomorrow ! What am I saying ? No later than at any hour ! When we have passed your mower mops of broads and is replaced by uniform tat these outfits! Well, you take malicious pleasure to collect them all! I give you my word of honor ! « 

CWO pivots on his heels in a big way , is a vaguely coded instructors sign and hand confer with a second lieutenant remain behind.

Conscripts now know that they must be on their guard and speeches like this are many and a penchant invariable martial psycho . Tewfiq Baali said they would be wrong to take lightly , especially when their content , or falsely docile, or downright hostile, tickles sensitivities . Challenges begin to filter rows from above are called probably from the same background :

« That’s it , guys. We already wants to put us in the condition , spear someone with the same accent.

– It will not happen as they believe someone else said . We cadets . If whelp think I was born the last rain , it Uygur ! I will not let me walk all over you !

– Shut up , adds a third ! My gut tells me that we are already in for a long galley . Whatever the nature of the mischief made by some of us , you say that it is the majority who will pay . And I ‘m not ready to fork out for others, even should they be choirboys ! « 

Instructors come to blows now to bring order in the ranks . They jostle shoulders and legs sticking out. CWO ends interact with the officer and returned to the charge :

« Come on, shake your chips , blue ! … Forward , walking behind me in line for two ! Management, the clothing store ! And make it snappy , he mouth! We will put . ca .. Ho , sorry ! Khaki on these sensitive skin! « 

The files were moved one after the other on the sign of instructors soon form one long procession and burnt by the sun. The news, however , is welcomed by men, who are eager to present to melt in their uniforms , to acquire a kind of military tenure , but , at bottom, to better acknowledge bullying.

The Fourniers distribute clothes for a while , with protocols that do not end . Everything is brand new . Each inductee buried , one by one, in a duffel bag , the effects of its regulatory staffing : jean, underwear, boots , socks, sportswear , belt , helmet, hat , shirts, sweater , tie, bowls , spoon, fork . No knife , however . The landing gear of the new soldier , whatever . The verification takes place in the courtyard of the clothing store, closed circle , under a blazing sun.

« I do not want to challenge later, said Chief Warrant Officer . Because you do not get another grant. « 

He reviewed each man showing handily male gadgets that would blush of shame most shameless chicks that adventure would jinx to go around …

Later, the cohort is oriented towards the pavilion showers. It is past noon and no one has told them lunch . Along the way , Chief Warrant Officer monkey limping gait of an intellectual with pearly glasses , though obviously with polio !

 » Magne- you, good god ! nerve , he face him with flower earrings ! At us you will learn bessif alik temchi gued gued ! « 

When they arrive at their destination , the NCO up three steps of the building , turns to them , raising his cap with a gesture of mackerel.

 » Listen to me , he says. C’gourbi , behind me , has an entrance and an exit. What could be more normal , would you me . This is what we will quickly check . You have this door … Er … by which you will soon come to regret . And you have another … Um … by which you regret , of all the ways out. In a nutshell , once the mesh scarves on your shoulders, military regulations will be applied in all its length ! Entire width ! And even through for hard heads! Understood?

– Included , say some students , quite soft , bitter , guessing more or less the scenario to come!

– I did not hear !

– Included , mouth entire band , outraged !

– I must say … Yes, my adjutant ! Come on, hop ! In single file behind me ! « 

Hairdressers appear when the doors of the gate open. They set up their equipment in the summary vestibule simple chairs, aprons filthy cap and electric clippers . They go into action without delay. Their devices emit a buzzing insect , whose intensity varies according to the nature of the hair. Before shaving all, they have fun drawing curves, circles, crosses , crescents on intellectual skulls apparently subject … From time to time , a conscript in the chain giggles at the sight of ‘pebble shaved  » his comrade . Another under the action of the mower, burst into tears . A third , already spent in purgatory , trying to come back for a touch to the barber , and is returned by the CWO , because there is nothing to fix . It is a memorable moment , which affects the heartstrings . This metamorphosis remind each other signs of change. And a tireless ranking who yelled :

« Those who have finished here in the locker room ! And hair ! We will check if you are all men ! Do not laugh, good god ! It’s not a striptease ! Just to see if we have not passed on us … casserole ! « 

Contagious explosion of laughter. The atmosphere is pleasantly relaxed . From the steam rises cabins . Someone whistling . Another sings . With his typical accent, NCO, dean of his peers at the academy , wowing men, who seem to have adopted , despite its obscenities , or because , from the perspective of where it is placed.

Tewfiq Baali notes that so far, all the officers who approached them speak with this characteristic accent. This astonishes no more. Under the shower head , it has the feeling of being a castaway on a tiny wreck that water threatens to engulf . The bath gives it straight. He puts his frenzy left with a trellis. New blood seems to have invested his veins and, once reached into the intricacies of his brain, the foreign sap erase everything. He really wants . In some ways, his previous life lacked much picturesque !

« This is a terribly masculine environment , he said the aptly ensures Nafyssa Azali … Women should dream of such scenes , means he say with a smile. « 

Now CWO is bent with fists on the doors of showers because students do take pleasure …

« Come , doggone ! I said three minutes! It is not easy ! « 

Outside, the men compare their new accoutrements , and indulge in antics , enjoying a moment of inattention instructors . Chief Warrant Officer returned to the charge at the end of the operation, with this diatribe that will long remain in the memories of conscripts :

 » That is better … Barracks rather see you in green, but you’re far from having become seasoned and virile military you believe. You want me to tell you what you are? You have already seen a theatrical performance of the Red Army when the curtain ? What am I saying ? Oh , no! This is too good ! In fact, you do not look like that a bunch of convicts who, instead of taking to their heels , found nothing better than to rob the stewardship of their prison and waiting to be picked ! « 

(Laughter.)

 » … Now it is too late to go back! You are caught in the trap ! And believe me ! You will drool for a long time with us ! « 

This image uniforms who feel the varnish finishing, too short or too long , Tewfiq Baali flash do not forget it costs a whopping twenty-four months of his life in the service of the army. And when he thinks « army » , he knows he can be of service to any diet . He does not believe that this period can happen in free fall, as the university. Ie wait and charge shots .

« In fact, I did not suffer , ‘he said … I rather went against the grain and it did not lead me far … Only the satisfaction of having resisted not have sold my soul. But if I had to do , no! For all the gold in the world , no. What I learned is to be used for something . I love my country and I want it sort of impasse where it was placed . I feel have the tools capable of influencing the mountains. I hope I would not be alone . « 

CWO now applies to form ranks better ordered than the soldiery in the morning. Men seem bound hand and eye. His choice to head the welcoming committee for the academy is not fortuitous . She pointed to one who excels in the art of handling the carrot and the stick. Whoever may have a certain influence on the types characters and different manners .

 » Leader of Men , it is also a highly prized by fomenters coups , says Tewfiq Baali business . « 

The senior NCOs rate rises . He wants to quickly erase any reservation with rationalists supposed citizens who might be tempted to highlight their social and intellectual level .

 » Forward march , he mouth! One, two ! One, two ! Higher than it ‘s knees ! One, two ! One, two ! Puncture me the slab, I see that there below , the blue ! « 

Called the attempt , in good faith , to imitate the measured tread of martial parade . Disaster! It follows as a backfiring jalopy , the NCO is soon cease to approach the direction of the academy.

« Stop me quickly the scandal, he said, without raising his voice , watching with apprehension the office windows of the big boss … Not to walk ! « 

It simply guide as a flock of sheep to a new destination. He stopped a hundred yards away , at the bottom of the building used in profile facing instead report. Always with his sudden movement cap raised , he said , directing his thumb backward:

« Your new nursery is c’bidule it! Think of it as a four-star compared to tents Latedevelopers ! But do not deceive yourselves ! Sleep , y ‘ will not be much in here for you ! The fourth floor is reserved for cadets ! Needless to mess with them! When I give you the signal to break ranks , show me what you have in your legs! Those who do not find places to come back down here to align from the tents ! Questions?

– When are we going to eat , someone said to belly pronounced , looks like two drops of water Egyptian comedian actor Ismail Yassin, myopic glasses and more ?

– What? Eat? I do not have that word in my meager book! Attention to my command ! … Break ! « 

Men do not allow themselves to rely on. They rush to conquer places , heavy with their packages and other assorted luggage. There are three floors of dormitories to invest. Eight beds per room, and as individual lockers .

Tewfiq Baali climbs calculation on the second floor . There is no denying the hostilities are already open ! So take the lead as to avoid surprises ! Climbing rapidly , he said that the tenants on the 1st floor would be the  » first  » to suffer the abuse of management and those of the third floor would be the « first » to reap the chores late . He thought quickly and given away!

 » That’s my boy, ‘he said ! Not to be . Stay alert. Anticipate their actions infant military psychology . = Penalty blunder = frustration = redemption = reward. A dressage easiest animality , what! « 

It enters a dorm , at random, on the west side , down the hall , still unoccupied. It is rather a storage room. Everything is upside down. The cabinets are all drawn in a corner , mattresses stacked to the ceiling in another , and the beds are partially dislocated a clunker in the middle.

In the room next door , and the entire building is the stampede . A racket devil accompanying cabinets that moves. Friends are called angrily to form posthaste their barracks . All tremble and resonates with multiple echoes. Tewfiq Baali raises his business quietly and lies on the single mattress thrown on the floor to blow . The « surrender » dormitory appearance has not attracted any students . He did not worry too much. It would just rather a hardware allocation guard in this room with closed door for two years , not to be disturbed. He consults his watch and exclaims:

« God already 3:00 p.m. ! Is there food in the barracks ? « 

After a moment, he gets up and chooses a cabinet that seems the least battered him. It aims to be storage. Then he pulls a small lock of his toiletry bag , which he had bought by intuition before, to condemn the latch. Then he carefully chooses a mattress and a pillow more or less clean, he lays on a bed, the less dilapidated possible. After which he travels to any corner. He does not know why , every gesture he seems frozen in a photographic image , preserved forever in his memory.

When finished, he removed his cap and wipes his forehead with . Then he fell down on the bed, which emits a plaintive squeak . He closes his eyes and lowers over his headgear . When reopens under the visor to his feet, his boots seemed to him excessive and indestructible , like the army. Now he knows that time is no longer his , and for a long time . Two conscripts show the nose to the doorway without a door of the dormitory .

« Can we move here, ‘said one of them , very top level?

– Do not pray you guys answered Tewfiq Baali , which again lowers the cap on the face … While there is still time … Unless you like a picnic, he added slyly .

– What a mess exclaimed the other, effeminate voice! What Malek, it is here that we snooze , he adds , by pressing the d and r ?

– Cause too , advises her boyfriend ! Prepare your case and stop bitching ! You forgot what was said Warrant ?

– O laaa , my mother ! These mattresses ! And those pillows! And no sheets ! No blankets ! Sure, we’ll catch a cold , continues to protest the delicate conscript ! « 

Other students arrive and their choice is even more embarrassed. Tewfiq Baali looks in the slot of his cap fussing awkwardly. Their faces betray the ridiculous. Like his, their fragile skin will take longer before the craggy hale military career . Sensitivity will be put to the test . Their scruples and their sentimentality gradually shelved .

 » It makes all the difference, he thinks . « 

He wants to sleep. Sleep is a good therapeutic acknowledging blows to forget . Much more to accept.

 » Patience , but not resignation, he thinks. « 

Rare divine grace, which is granted only  » dilettantes lovin -em- foutistes  » rather than  » novice psychics  » in these unusual places , he finally dozed off for ten minutes, swinging between ends of a famous constant : to be or not to be …

 » Gathering on the spot report , mouth CWO on each floor ! « 

Thunder of boots on the stairs. Groups come together without a word on the esplanade and trying to learn how to train their own ranks , facing the immovable NCO, who watches with eyes sparkling with mischief , proud of his role as organizer .

 » There’s more talk , kids! You will enjoy the food from our chef . His culinary skills are famous throughout the army. You tell me the news all the time . « 

It gives way to Sergeant Week , which brings the refectory at will, taking the middle , sides , diagonally behind , increasing the practice hunger those who wait. The dining room is painted gray iron , such as benches and tables, as all the walls of the barracks of the rest. Everything is austere , deliberately . Meals are served in trays tote , stainless steel, like the university , unlike servers which discharge units are hidden by a screen which prevents them from recognizing their buddies.

Spaghetti with beef , lettuce, mille-feuilles . The menu has nothing to envy of the faculties. Bread, cooked with old, is delicious. Supervisors silently circulate between tables. Fair tolerance restraint is accompanied , for the moment , looks browsers and nervous hands clasped behind his back. Men remain seated long , leaving food down gently , causing . Usually students who like to talk while eating. In their conversations , there is already talk of « stash » and « place in the sun. »

Tewfiq Baali is among the latest to take a tray. An hour of waiting in the ranks completed to put « knock -out « . It remains a pittance for latecomers.

 » There’s only stalling everything with lots of bread, and voila , he told himself with philosophy, so as not to offend . « 

Tables , it recognizes some familiar university and three types of the region, who lived in the boarding school system . The latter, sitting together as to form block, the invite with a vaguely military gestures to join them. He sits among them , bowing the head, and immediately began his lunch. Eagerly ! Or at least with an appetite he did not know himself ! Former high school trying him  » to pull the nose  » between bites .

 » What floor are you? … Join us in the first … We must stick together other we … Do you know an officer here? … What is the best thing to do reform ? … Etc. . « 

It simply respond with nods interrogative or negative. The food seems to him good , especially the bread. It swallows everything and ends with a big swig of water.

 » El hamdoulillah ! … Now I ‘m you guys , he tells them . What do you want me to tell you what you already know ? « 

His conclusion is not reassuring. He pulls a cigarette, lit it to turn it off immediately , as Chief Warrant Officer returns and breaks the truce :

« Go , shoo , outdoors, blue ! I want to see you lined up on the report in thirty seconds ! The last five remain here to wash the plates ! « 

Rush to the exit. Conscripts are beginning to understand that gatherings will punctuate every action of their life in barracks. Once formed ranks , Chief Warrant Officer inspects and puts his personal touch by manhandling shoulders and feet beyond the alignments. Civilians continue to flock to the management of staff. Some recognize their friends and start to giggle at the sight of skinheads …

 » That is why I gathered you told the sergeant with a mischievous smile … For now , there’s more to pass the medical visit, then word of honor , you foutra peace. Those records exemption for submission to the Chief Medical Officer , I give you exactly one minute to get them . Top! « 

Shortly after , the company shook heavily. In the ranks , everything is whispers , nudges , tripped involuntary . 0U … volunteers !

« From nerve , blues, shouts their guardian angel ! Dish me those breasts and bellies these back to me ! « 

Chief Warrant Officer leads the troop to the checkpoint. It goes beyond the gate of the academy and through the width of the road ,  » a song of freedom , » before disappearing in another barracks . Traffic is stopped on both sides. The idea of being recognized by a familiar continues to be a headache for Tewfiq Baali . The impression he let people who know him, he sadly feels like disempowering. And he does not believe that his disguise is infallible ! The other military compound offers an unusual appearance . Workshops, warehouses , truck parking . The logistics side of the academy seems to be confined.

« Company , halt ! Break ranks ! And do not leave , I come back ! « 

Chief Warrant Officer enters the infirmary , leaving his new protected quietly smoking cigarettes. The building is a large villa surrounded by towering pines , assigned to the colonial era to the general commanding the garrison. Some conscripts held under the arm for medical pouches which exceed radiographs and other diagrams …

 » Certainty , certainty , considering Tewfiq Baali . There is hope . But here it seems to move balancing on a steel cable . It swells like a cock , ready to vanish at the slightest alarm . « 

Time passes. The sun is on the horizon. A blue R8 arrives in gale . Tires screeching on the gravel after a long and violent unnecessary braking. It drops an unknown in his thirties, wearing a raincoat in a civil military dress uniform , without hat . He slams the door hard the car. Men turn slowly towards him and look at him with gloom. The absence in him signs of distinction of ranking as they grant only marginal interest in his presence. They return some of their talks, others just their innermost concerns . The man remains motionless for five seconds, and turns red , before bursting suddenly :

« Who gave you the order to break ranks , he yelled in a voice over that can withstand his vocal cords ? « 

Collective silence , obviously. Nobody wants , however, to respond to the unexpected affront , saying that « ordered this mess  » …

« Very well, the man continues , now scarlet, through gritted teeth of an angry tone. I got it! You take for important people with your degrees? We will put the record straight ! By order of the high command , there will be no reformed this year! Those who lugged them with medical records they believe well-crafted , they can fuck them where I think ! If you puncture to two days of release , it is your business ! Me, I can vouch for your good health for twenty-four months ! I accept everyone! The deaf can see ! In the army, there is sign language ! The blind can hear ! We switchboards that await them! We will find the special occupations lame ! Here we only need your heads ! Not because they are well made , but for use in the chain of command ! I do not see a single reason that pretentious nerds dressed up with families reluctant to do their national duty ! You came of your own accord so far? … Too bad for your mouths ! You behind me pick these butts ! I do not want to see coming out ! « 

The unknown , which all now have guessed functions , staring in turn assembled a scornful look around ( and despicable ) , before heading with a built-in body – directed to the input of the building. He is greeted at the door by the nursing staff. CWO also present in the corridor do not salute . Witnessed the scene , he did not flinch . Surely he would have preferred that the allegations be sent to him , rather than the horde without supervision , shocked by this sudden change in lifestyle, completely disoriented …

Worried corporals come running to bring order in the ranks . It is they who provide the preliminary series of tests : weight , measurements, teeth , bone frame, research noticeable signs of malformation or traces of surgical operations and major injury . We ordered the men to get naked again . They put up some resistance this time , which finally succumbed coaching , they remain tolerating slip . Then the head nurse the introduced progressively , by package of three or four , in the office of the doctor , which means the corridor ridicule indiscriminately hypochondriacs and … true . In the antechamber , Tewfiq Baali supports the conversation a tall blond who boasts himself the merits of sport morning .

« A good fitness, here’s what we need to endure , he says he army.

– I doubt that we all driven by the same enthusiasm are, the caller responds , directing his thumb toward the door, behind which runs the manifestations of violence doctor . « 

The line moves quickly . Much faster than the refectory ! A conscript who waits his turn to Tewfiq Baali redone the inventory of his pocket. The account seems good. He shakes his head in satisfaction, but soon shrugged , handing the folder under his arm.

Outside, the elements of the company had already spent the rest visit the ranks again dispersed. However , no further butt is not visible on the floor . Men seem to adapt easily to the new situation . Against walls , sitting on sidewalks, eyes staring at the wave, they wait. It was not until now . The guardian of the water tower gives them to drink. Having learned at university that the ultimate weapon of modern times, it is the information , press this last conscripts questions about the barracks. Taken aback by the amount of mistakes not to make with supervision, they open your eyes and mouth, nibbling cigarettes , finding some palliative to their impotence.

« So baby, asks the doctor , after he was introduced with other , already out ?

– So … ? Nothing to report , Doctor. A priori, I mean. It is up to you .

– A priori, huh … ? Intellectual formulation useless. But it is amazing ! That at least one called which does not reject the army! This is weird … How do you call yourself , ‘said the doctor , who writes on a record?

– Baali .

– Name ?

– Tewfiq .

– Identify yourself always giving your function ! Cadet so! … The army you succeed wonderfully, Mr. Baali .

– I hope so , Doctor. We are embarked on two years. So much to take things on the right side .

– A good time ! And it finds a way to make comments. You are sure to get by on the cheap before the end ?

– Why not, doctor? You too been there , no doubt.

– Why not, eh … ? You go to a lot of trouble , Mr. Baali said the doctor ending furiously writing , and appending a violent square stamp on the card !

– I do not understand , Doctor?

– You ‘re you fuck my mouth!

– Absolutely not a doctor , the patient reacts with sincerity ! I just answered your questions !

– Stop calling me doctor, practitioner roars ! Say, yes sir ! No, sir ! Understood?

– Sorry , sir . Nothing in your shoulders could make me guess your grade.

– You , I ‘ve got my eye ! You have answers to everything. What did you do as graduate ?

– Political Economy .

– The policy does you no good here! And make me pleased to save your saliva while you are in the army ! Go , shoo ! Leave me the hell out! This does not prevent you from being declared fit for military service ! The following ! « 

The space of a moment, the eyes of two men intersect and that of Baali Tewfiq boldly supports the practitioner . He believes there detect hidden evil fragility . He was on the verge of saying,

« But why all this hostility Free , Doc ? … I am not an enemy … You do not scare me … I would have asked for anything ! I emm .. by you ! « 

Such a replica would only worsen his case, when the key « survival » in the barracks , not to say « success » , he knows that too, is discretion . He merely shook his head in dissatisfaction before leaving. Against all odds , the doctor will stop responding. The courtyard of the hospital is boiling now . The rumor has already run on behalf of the practitioner madman. Called the K70X class. Would not have succeeded in his final examinations instruction . Not retained by the academy  » need service . » Would native Taxrit , friend, say, the director of the academy, which has, to the contrary, nothing could be done to arrange his notes. In short , nurses corporals, ranking last in the hierarchy , do not gift in these cases . It is they who snitch with velocity !

« This is a simple soldier, said one of them. You have the right not to salute .

– Attention , said another … ! It can invoke their provision of Regulation Service in the army said that the function removes the grade !

– Yes, but at the same grade , in this case , noted a third . « 

Tewfiq Baali realized how this man acted as the spokesman of a hidden dimension that one day , had to flatter his ego. Like him legions of intermediaries believe delegates a parody of power, whereby they assume the right to crush all their low weight.

He thinks now have made a major breakthrough that could not fail to record in his diary . Now, he would seek to discover in these military misleading signs. Then, taking a step back in his judgment, he concludes with some philosophy :

 » Certainly, there is no lack of spirituality in our army. « 

The complete medical examination , the company is returned to its starting point . CWO will burst once more the ranks with a few comforting words , and an indulgent pout :

« Hey , the blues, do not you bile ! We will not eat you . You break until tomorrow morning. Have fun ! « 

For the first time since their arrival here they delivered themselves. In good children, they unearth the home of the troops , they rob a snap all boxes of biscuits , chocolate and other snacks …

Conscripts arrived after the close of business could not begin the ritual of going to the flags. This is only a postponement . They mingle with the uniform . Hugs, reunion. The whole forms instead report on a motley crowd , haggard , helpless . Military career join the rookies in motion. A little to prove they are not the monsters they portrayed in the civil …

Tewfiq Baali hand in recognition in the barracks , but fearing to cross restricted areas where it would be out prematurely by management . Gradually , despite the size of the place he realizes that his steps are numbered and that new universe artificial boundaries superimposed , which terribly limited his field of vision . Graffiti drawn on the walls of latrines attract his attention. He said that since the dawn of time men have needed to leave traces of their passage. He has long since found another formula to devote his presence. He took the opportunity to secretly record some notes for his newspaper . He meets other citizens. Although they are quite numerous. So he better support his dubious luck. Really, all he meets Taxritis want to form a compact chambered 1st floor , able to counter the onslaught of coaching and called  » alpha males  » of these new  » high-flying conquered  » territories. It does not adhere to their early projects « desertion  » and  » requests for permission . » He promises to join , knowing he would not perhaps the possibility to implement this promise. In fact, he would not …

At 18:00 , we sounded the rally for the distribution of sleeping . One cover, very used per student and no sheets . Moaners conscripts attempts to steal surplus …

« Do not worry kids, told them the fournier head . It’s that or nothing yet ! « 

To add to their scenery , twilight happens , accompanied by black and threatening clouds , the atmosphere gives a sinister character.

At dinner , the Academy offers a warm vermicelli soup that newcomers down with false humility . Later, in the rooms, now all inhabited and animated , malaise seems to have dissipated. Men as they can move in and do not hesitate to pack up the call from a friend. The dormitory which is installed Tewfiq Baali has not yet stabilized . The first occupants are all gone , replaced by other strangers. Groups argue, is narrating the spicy scenes of the day , until the lights . Then silence settles gradually . Men make the point in the black on their new life. They think that they have left behind and what to expect tomorrow. Exhausted with fatigue, they try to sleep despite insomnia caused by novelty, despite the dirt and the incongruity of the place. Soon, their sleep is not disturbed by ravenous frenzy of little critters of the night.

Journal/O3 Oct. 19 ..: ( Written in part in the latrine !) .

– It takes a long time to accept another to suffer . I watched a lot today, but I do not want to go too deeply into my thoughts. I have the right to hold the log to the barracks? Damn , no! Probably not ! Surely not ! I would do though. The key is to know if I have the strength , courage , patience and time to continue day after day , until the end . My goal is not so much to write about the army that goes through my head, but down on paper life situations , to express honest feelings. I do not want to think now in danger of such an undertaking. Only the future will bring an answer to this concern. After all, we did not ask our opinion when we sent orders call . We have all been declared « good for military service . » So what if we tans nonsense !

Here are some observations transcribed this day :

– Fire is like a coin with the face side and the flip side , just as I had imaged the lieutenant met overnight train . Difficult to avoid the side stack : dirt, foul odors , reprimanding.

– The military career of a hostile even in peacetime attitude. While on duty , I hear . Because when answered, it can be a guy like the others, most often fragile. Assets have not failed to put us at ease after the end of work.

– Even here, the smell of the free pass is persistent , while the uniform is the same, and is made precisely to erase differences .

– I finally got into a dependency of Pharaoh. His presence is felt acutely , although throne five hundred kilometers from here.

– Here, many NCOs originating Chetaibi , Heliopolis , Tboul , Madaure , Youkous . Why ?

– Fire is like a factory. But its mechanisms are men. Station while the mechanisms flanchent !

– Fiiuuu ! Today, I met a more royalist than the king reservist doctor !

– The close order is the symbol of submission. It insists on you constantly repeat that you do not know how to walk . In reality, the field that asks you to borrow and follow is already tagged . This is to take it that you are here . You might not know where it will lead . This is , I believe, the true loneliness of the soldier.

– We have been waiting for lunch. I guess it was deliberate . Military needs to have constant hunger to be better prepared . It’s animal, but it works!

– I admit that the residence dorm ails me . It is true that I do not like bad smells. I do not repugnant to much to live in community, but the band has always made me show the hypocrisy , prejudice and intolerance.

– Harassment : here is the ongoing management behavior .

– The army knows that we did not come here with pleasure. She does not hide that it is a particular type of punishment, even if it wraps like a candy Lyon , saying it is a national duty . I have another idea and high national duty : applying justice, build the country , opening roads , literate populations. Was given the military the course of the Trans-Saharan , reforestation of mountain burned with napalm and planting a green dam to back the desert . That is a good thing. Provided that the huge resources at the disposal of the army are not misappropriated, misused, wasted.

– Now that I became a soldier , anything can happen to me, multiplied to the power of « n » . As a human being trapped in the army and as military orders. So I have more of my person . It is true that thinking is no longer used much here . The aim of the army is precisely that the soldier does not get tired too meninges . To do so, he must be constantly hungry and be recorded permanently, to be conditioned to not look forward to his meals, his balance and his next leave .

– Military career gives the impression of always having the last word . He never procrastinates when giving orders, even if they are bad. It is full of himself . He does not know to stop when you debase and punishes you .

– I feel another person in my uniform . A little more manly , no doubt. Is it a matter of color or place ? Rather isolated , it seems to me .

– The military people are usually cloistered . It is a prison like any other. Important element of group psychology . I would develop this point later .

– Member must act energetically permanently . He is told to do . We constantly legitimate actions. It usually leaves its crimes unpunished. I knew that certain assets are  » Wanted  » in civilian life. Upon entering the barracks pregnant is as if they had changed their country , granted immunity , beyond the criminal code.

– In this uniform, I feel I am in a  » bad way « , not the quality of the fabric mesh is bad, but because I did not choose these clothes, and in color unfortunately continues until to now being perpetrated across the globe , and on behalf of the « unknown soldier » , the worst crimes and atrocities are . –

———————————

Chapitre   Quatre

 

Un lent bourdonnement s’élève au-dessus de la ville et s’épaissit seconde après seconde sur la plaine, couvrant bientôt les sons creux, distincts et désespérés de la nuit. Le soleil brille sur Taxrit. Timidement, les oiseaux se mettent à gazouiller, au commencement d’un nouveau jour. Tewfiq Baali ouvre les yeux à la sonnerie du réveil. Il n’a pas dû s’assoupir plus de deux heures, mais il se lève promptement, comme à ces aubes de voyage du temps de jadis. Il enfile son bleu élimé. L’appartement exhale une chaleur planante et paresseuse. Il se glisse vers la salle de bain sans faire de bruit. L’eau est glaciale au robinet mais elle achève de le réveiller. De la bonne humeur accompagne ses gestes, bien qu’il ressente un serrement d’estomac, comme s’il allait passer un examen. Mais cela n’a rien à voir avec l’angoisse supportée durant le mois de Ramadhan à Mezghena, du fait de l’attente torturante d’une réponse administrative, tombée finalement comme un couperet sur un billot.

Dans sa retraite, agenouillée depuis longtemps en direction du levant, Baya Baali prie. Le passage effacé de son fils dans le couloir ne lui échappe pas, mais elle ne bouge pas car elle sait qu’il a horreur des adieux sentencieux. Elle lève les bras vers le ciel pour demander à Dieu de le protéger, de guider ses pas et de combler ses espérances.

«Son cœur est pur mais il est tellement vulnérable, se dit-elle. Pourquoi s’est-il réveillé si tôt ?»

Elle a vu la lumière de sa chambre brûler à une heure tardive, visible derrière le verre martelé de la porte et sa frêle silhouette figée rester penchée vers la table de travail pendant une grande partie de la nuit. C’est ainsi qu’elle avait vu les forces de son aîné se consumer après des milliers de veillées identiques, lorsqu’il était au lycée. Impuissante à le raisonner, elle se dit sans cesse qu’il ne peut être mû que par une force mystérieuse en lui, supérieure, irrésistible. Combien elle était fière lorsqu’on venait lui dire qu’il avait réussi avec panache à décrocher ses diplômes !

Tandis qu’il boit à petites gorgées le café noir qu’il s’est préparé, Tewfiq Baali aperçoit, posé sur le potager, un colis emballé et soigneusement ficelé.

«Les gâteaux, pense-t-il.»

Une tendre émotion égaye les traits de son visage. Il décide de les prendre sans savoir encore comment les transporter commodément. Son regard s’arrête sur un sac à provisions. Il y enfouit les gâteaux, sa trousse de toilette, une serviette. Il hésite à prendre son pyjama, ne réalisant pas si là où il va vivre désormais ce vêtement est autorisé. Il revient ensuite dans sa chambre prendre une demi-douzaine de carnets à ressort vierges. Un petit [1]maçhaf attire son attention sur une étagère. Il le prend également et soupèse son bagage, en s’observant devant la glace de l’entrée. Il sourit :

«Plus que le chapeau de paille du volontariat et tu passerais pour paysan, mon vieux, se dit-il.»

Il ressent une vague inquiétude qu’il essaye d’identifier. En réalité, l’endroit vers où il va se diriger ne lui fait pas peur. Deux petites heures le séparent de cette échéance. De ce passage dans l’enceinte d’un autre univers, fermé, cloisonné, selon toute apparence monstrueusement hostile. En une fraction de seconde. Cet autre ailleurs, n’est-ce pas ce qu’il le recherchait désespérément ?

Il rôde longtemps dans la maison, redevenue presque étrangère, après toutes ces années vertigineuses passées à Mezghena. Il inspecte des recoins oubliés. Lieux où il a grandi, pleuré, aimé. Parvenu au jardin intérieur parsemé de feuilles mortes, il siffle sa chienne, qui bondit d’un buisson vers lui, en remuant frénétiquement la queue. Il s’agenouille et lui caresse longuement le museau. Les yeux de l’animal sont très doux, et semblent implorer quelque vague pardon d’un pécher obscur contracté dans une autre dimension. Il songe à l’existence si courte de la bête, comparée à la sienne, déjà comme rouillée et inutile. Il se redresse péniblement et lève les yeux vers le carré d’azur au-dessus des noyers, en respirant avidement des goulées d’air frais, comme si l’oxygène allait subitement lui manquer.

Il poursuit son exploration. Chaque relique, chaque écorchure sur les troncs d’arbres, chaque graffiti sur le ciment du patio, lui rappellent un souvenir lointain et flou, cependant que le poids du passé, étrangement, semble avoir perdu l’épaisseur qu’il lui connaissait. Si Mezghena semble avoir affecté ses facultés sensorielles, elle n’a pas entamé, à ses yeux, la cote de notoriété que lui vouent sa famille, ses amis, le voisinage. Hélas, dans les grandes villes, la loi du nombre a tendance à absorber et à dévaloriser les individualités. Conséquence : être lauréat en sciences politiques dans ce pays fait profiler des perspectives professionnelles tout à fait aléatoires. Au lieu d’ajouter de la hauteur aux cimes, un régime politique honni aura sans cesse tendance à niveler par le bas les acquis de ses élites au point d’ériger la médiocrité comme mode de gouvernance.

Lorsqu’il quitte la maison, l’image rassurante des prunelles de Diane l’accompagne longtemps dans sa promenade matinale à travers les quartiers de la ville. Un autre personnage semble s’éveiller en lui, prêt à affronter les assauts du jour.

Il tourne deux rues et débouche sur la Grande Promenade, déserte, envahie par l’automne des altitudes, empreinte d’une tristesse matinale qui garde encore les traces des veillées de fête. Il avance doucement, avec cette aisance nonchalante dont il a conscience en permanence, non artificielle, quoique souvent dérangeante sur les artères fréquentées par les gens pressés. Il ne veut plus se hâter désormais. Après tout, il a atteint un objectif déterminant. Celui de ne plus se laisser compter. Il marche aux retrouvailles de la ville, non pas pour plaire, ou servir d’esthétique, mais pour son propre plaisir. En le pensant, il sait combien c’est important maintenant d’avoir pu barrer d’un trait tout un héritage de soumission envers les autres, bien qu’une autre contrainte plus grande l’attende à la fin de ce parcours matinal. Une institution étatique, il le sait, a besoin de sa personne, et, quelque part, un jour, il fera trembler sur leurs assises les sbires qui se réclament d’elle, au cas ils oseraient se frotter à lui, ou menaceraient le devenir de la nation. A moins qu’ils ne parviennent à le neutraliser avant. Il est facile de supprimer un homme qui dérange. Il est impossible d’arrêter des mots déjà semés à tout vent. Il obéira à tous les chefs réunis de l’armée sans broncher chaque fois qu’ils lui ordonneront une action dans l’intérêt du pays. Il leur désobéira infailliblement dans le cas contraire !

En fait, Il n’aimerait rencontrer aucun familier avant de franchir l’autre côté de la barrière. Un peu comme un puceau qui s’apprête à franchir pour la première fois les portes d’une maison close. Peu à peu, son appréhension s’efface. Les rues de Taxrit, à cette heure du jour, ne sont fréquentées que par des vieillards ahuris assis aux bancs du jardin public, et par des balayeurs toujours silencieux.

Tout compte fait, il ne regrette pas d’être sorti si tôt. L’air est pur, frais, la circulation automobile nulle. Il sent son corps au sommet de sa forme et son état d’esprit on ne peut plus serein.

Il marche longtemps, à l’opposé de son but initial, évitant de revenir sur ses pas, de s’engager dans des rues où il est déjà passé. Mais, à un moment donné, il se dit que quel que soit l’itinéraire qu’il emprunterait, il devrait s’en rapprocher inexorablement. Deux jours auparavant, à la gare de Mezghena, ses pas auraient pu prendre un autre cheminement, mais à rebrousse-poil.

Il descend l’escalier qui longe le Fortin et se retrouve près de la gare. Son secteur préféré. Il franchit le passage à niveau pour gagner la zone des marais. Stupeur ! Il se rend compte que l’ancien chemin vicinal, celui de l’école buissonnière, a disparu, ainsi que les grands frênes qui le bordaient de part et d’autre, à la façon d’une forêt-galerie. Il est remplacé par une grande route à double sens. Le béton a envahi les champs. Tout l’écosystème d’avant a disparu : l’étang où croassaient les grenouilles, le ruisseau où venaient pêcher les retraités, le bassin où les clochards lavaient leur linge, le petit pont en bois où s’embrassaient les amoureux, les nids des…

Il parcourt encore une trentaine de mètres et se trouve mal à l’aise. Il est contraint de revenir sur ses pas, pris au piège, car le nouvel itinéraire qu’il a emprunté semble mener vers un cul-de-sac. Ce qu’on appelle le progrès en a fait une zone industrielle.

Tewfiq Baali arrive près de la caserne. Curieusement, il pense à une liberté militaire que les civils ne peuvent ressentir. Celle d’échapper la juridiction du commun des mortels. Celle d’occuper des lieux où la majorité de la population ne peut accéder, comme à la barrière d’un poste de douane sans un passeport spécial bien en règle.

L’entrée de l’Académie Interarmes de Taxrit est là, devant lui. Ses murs en pierre de taille ont un siècle d’histoire, délimitant le pourtour de l’ancien fort colonial à partir duquel a grandi la ville de Taxrit. Les meurtrières ont été bouchées avec du mortier, mais les créneaux de murailles et les chemins de ronde sont encore intacts. Les locataires ont changé mais les buts des nouveaux sont souvent les mêmes : dominer, accaparer, punir, haïr.

Il s’arrête à dix mètres du portail, du côté gauche du trottoir, que d’ordinaire les civils évitent. Un PM au brassard rouge lui fait signe de circuler. Il ne bouge pas. Les gens passent de l’autre côté de la chaussée, apparemment sans contraintes, pressés toutefois de rejoindre leurs occupations quotidiennes. Il les regarde marcher, absorbé par leur défilé et par autre chose d’étonnant dans leur regard et leur démarche. Oui, l’impression qu’ils donnent est de craindre ces lieux, la couleur des habits des hommes qui les gardent avec une hostilité gratuite, qui ne tarde pas à se manifester, justement. Car le militaire finit par l’interpeller énergiquement :

«Hé !… Toi, là-bas !… Tu vas rester planté ainsi le restant de ta vie ou quoi ?»

Tewfiq Baali ne désempare pas. Il sort de la pochette de son veston le carton vert de l’ordre d’appel du Ministère des Armées, que la gendarmerie était venue déposer, contre accusé de réception, à la maison quelques jours auparavant. Il le tend au sous-officier, qui le parcourt des yeux sans le prendre, en fronçant les sourcils. Tewfiq Baali pense soudain que le pire qui lui arriverait serait que ce gradé lui dise que la période d’instruction de sa classe est reportée à l’année prochaine ! Cette anxiété fait une brève incursion dans son esprit, mal venue, ravivée du reste par les propos du sergent :

«Vous êtes de la classe K70Y ? Ce n’est pas normal. Vous deviez être sous les drapeaux il y a quatre ans déjà.

– J’étais sursitaire. Je poursuivais des études supérieures, répond Tewfiq Baali, vaguement inquiet.

– Élève Officier de Réserve ? Heum… C’est curieux, cette académie n’a jamais formé d’officiers réservistes en instruction commune de base. Seulement en spécialité.

– Aucune idée. Il y a un début à tout.

– Sans doute. Moi, je ne peux rien vous dire. Bon ! Pressé de vous jeter dans la gueule du loup, hein ?…

– Hé oui !… Vaut mieux tôt que tard, n’est-ce pas ? Ne dit-on pas à l’armée, [2]guaji bekri, tokhredj bekri ?

– Vous savez déjà ça ? Je ne vous le fais pas redire ! Vous aurez vite fait de le constater par vous-même ! Suivez-moi. Je crois que vous êtes le premier de cette nouvelle fournée. J’espère que ça vous portera chance !

– Chose dont personne ne se lasse jamais !… ha, ha, ha!… Merci !»

Le sous-officier redevient immédiatement impassible et froid, comme regrettant d’avoir été trop familier. Il le fait pénétrer à l’intérieur du poste de contrôle, où un caporal reporte les coordonnés de son ordre d’appel sur un registre et il lui indique méchamment de la tête l’arrière-salle.

«Attention, vous risquez d’attraper un torticolis à malmener votre cou comme ça, lâche-t-il en direction du gradé, comme piqué par une guêpe…

– Qu’est-ce que tu racontes, réplique le caporal, éberlué ?

– Il faut se tenir bien droit, lorsqu’on écrit.

– Tu es un toubib ?

– Non. C’est juste un conseil gratuit.

– Alors ferme ta grande gueule et planque-toi là-bas ! Je t’en ferai voir des torche-culs plus tard ! »

L’arrivant s’exécute avec un demi-sourire. Une fois de plus, il pense à son cousin Hamid et à la raclée qu’aurait reçue le caporal en pareille circonstance. Premier heurt avec l’armée ?

«Attendons pour voir, se dit-il avec bonhomie.»

La pièce offre un aspect sinistre. Des lits superposés font penser que les factions de la garde y élisent domicile. Les matelas sont nus, douteux, éventrés en majorité. Vautrée sur l’un, une sentinelle ronfle, emmitouflée dans un lourd manteau décousu à la couture dorsale.

Tewfiq Baali s’assoit avec répulsion au bord d’un lit et tire une cigarette. Au bout de trente secondes, la salle perd de son aspect repoussant.

«Ce poste de contrôle est la vitrine de la caserne en quelque sorte, se dit-il. Il devrait être accueillant, propre, net. Est-ce que le pire est à venir à l’intérieur ? Premier de fournée. De la classe. De la promotion. À quoi tout cela m’a-t-il servi ?»

Un quart d’heure passe. Un conscrit arrive, encombré d’une lourde valise. Puis un autre. Et des groupes de trois ou quatre. Le local de la relève s’emplit rapidement. Personne ne dit rien. La rencontre en ce lieu insolite d’inconnus venus des quatre coins du pays, fatigués par le voyage, installe une sourde indisposition.

Tout le monde est attiré par l’imperturbable sommeil de la sentinelle, qui continue de dormir, la bouche grande ouverte, avec un ronronnement d’ours en hibernation. Leur silence n’empêche pas le chant des oiseaux dans les arbres, le vrombissement des moteurs de voitures dans la rue, qui rappellent que la vie continue à l’extérieur. Un caporal-chef au visage bourré de taches de rousseur vient avec des listes.

«Sortez !… Que celui qui entend son nom se met dans la file, annonce-t-il d’une voix calme, mais qui inspire le respect.»

Les conscrits s’empressent vers la sortie avec un dynamisme feint, un peu crâneur derrière, semble-t-il. L’appel se fait dans le plus grand silence. Le gradé crie les noms avec une intonation monocorde qui refuse la distinction ou la raillerie. L’état-civil colonial avait tellement dénaturé les noms des gens que même après l’indépendance il faudrait une longue procédure juridique pour les changer : [3]Mahboul, Latrache, Aggoune, Ahmer el Eine, Lakhal…

Tewfiq Baali entend prononcer son patronyme sans état d’âme particulier. Protection de la Providence, ou cécité de l’occupant, le sien a pu traverser les âges sans déformation. Ses aïeux ont pu sauvegarder la trace de la lignée, grâce à un arbre généalogique jalousement conservé. Contredisant sa première impression, l’esplanade de l’entrée est d’une propreté impeccable. Des carrés de verdure soigneusement entretenus veulent montrer, a priori, que rien n’est laissé au hasard dans ce casernement. Est-ce le côté face dont lui avait parlé l’admirable officier rencontré durant la nuit du train ?

«Mis à part les matelas Semons, remarque-t-il.»

Après un très long appel qui donne une idée du nombre important d’appelés qui n’ont pas rejoint, le caporal met un semblant d’ordre dans la file et leur dit simplement :

«Suivez-moi, les bleus.»

Le groupe parcourt une centaine de mètres le long d’une allée fleurie de lauriers roses et arrive devant un pâté de maisons style caravansérail, aux tuiles vertes, dont aucun civil n’aurait douté de l’existence dans une caserne. Lieux qui rappellent l’épopée des pionniers de l’aventure coloniale. Comme quoi, des vestiges cachés au plus profond de la ville parviennent à survivre à l’usure du temps.

«Halte, commande le rouquin !… Ici, c’est la direction des effectifs. Vous allez remplir des fiches de renseignements et attendre d’autres instructions.»

Tewfiq Baali s’étonne de la présence de préposés habillés en civil, qui leur distribuent des formulaires et se proposent «d’aider» ceux qui ne savent ni lire ni écrire. Les comédiens parmi eux, quoi.

En un rien de temps, les conscrits étalent leurs vies privées sur les documents, qui font maintenant des tas et des tas sur le comptoir. Ils sont économistes, ingénieurs, architectes, chimistes, sociologues, psychologues, physiciens, enseignants, techniciens. En principe, la crème que les écoles de leur pays aient pu produire depuis l’indépendance. Tous parfaitement bilingues, voire trilingues. Les futurs dirigeants de leur nation si tout va bien pour certains d’entre eux. Tewfiq Baali, du moins, en est persuadé.

«… Car, somme toute, poursuit-il sa réflexion, qu’est-ce qui a attendu Pharaon au bout du chemin ? La mort. Et les autocrates ne laissent que haine et désolation derrière eux, tandis que Dieu dirige vers Sa Lumière qui Il veut.»

Jusqu’ici, l’attente est supportable. Quoique le temps paraisse chronométré. Les appelés libérés de la chaîne prennent l’ombre et observent alentour, en monologuant avec eux-mêmes. Leurs cigarettes, partiellement consumées, éparses, jonchent le sol à leurs pieds.

Des sections en tenue de combat défilent à pas cadencé le long des allées. Tout semble organisé autour d’un bâtiment à quatre étages, à l’architecture dépouillée et austère des années trente, planté au milieu de la caserne.

Tewfiq Baali remarque le travail appliqué d’un jeune soldat au treillis crasseux, le crâne rasé, qui essuie avec du papier journal les vitres du réfectoire. Toutes les dix secondes, l’homme de troupe s’arrête, l’air dégoûté, en jetant des regards de chien battu derrière lui.

Grosso modo, la caserne fait penser Tewfiq Baali au carrousel d’une usine. Il identifie ses «ouvriers» à des automates à qui on s’applique, ici, à tenter de supprimer le vague à l’âme. Ses «contremaîtres» sont les membres d’un compagnonnage aux principes rigides. Ses «patrons» veillent à ce qu’on accueille bien les «apprentis», le premier jour. Après, c’est une autre affaire. Son constat sommaire s’arrête à cette métaphore, pas forcément inspirée des visions de parade de West Point. Ses yeux cherchent et s’arrêtent aux détails. Son cerveau enregistre à tout jamais. Plus tard, dans la soirée, ses carnets consigneront. En attendant, il ronge son frein. Il élucubre, il rumine, il fulmine presque d’avoir comme été pris à un collet que ses yeux ont pourtant vu avant qu’il y mette le pied…

D’autres groupes arrivent, escortés par le même rouquin. Bientôt, la place de rapport devient grouillante de civils. C’est alors que le seuil psychologique de l’infériorité en nombre des maîtres des lieux est atteint. Une poignée de gradés, surgit d’on ne sait où, s’attelle à renverser la vapeur. Car l’organisation semblait cafouiller depuis un moment. L’encadrement prend position autour de la horde, dans le but évident de reprendre en main la situation. Les sous-officiers s’emploient à former des pelotons plus ou moins convenables, avec des gestes de sourds-muets en guise de premier contact, un tant soit peu poli. Les résultats ne sont pas très convaincants, car les conscrits n’ont pas encore l’esprit de corps et se baladent d’un rang à l’autre à la recherche de leurs copains. Un sergent manifeste son agacement à la vue de lourdes valises colportées par certains :

«Vous allez faire le tour du monde ou quoi, s’offusque-t-il ? Vous vous prenez pour des touristes ? Vous n’aurez pas l’occasion de les mettre vos frocs de civils.»

Un adjudant-chef aux cheveux grisonnants et à la moustache à la prussienne s’immobilise au point de ralliement de la place de rapport, manifestement pour faire un discours. Il promène un regard sévère au-dessus des têtes, jusqu’à ce que le brouhaha s’arrête. Efficace, la posture, on dirait !

«Alors, les enfants ?… On se permet de jeter les mégots n’importe où, enchaîne-t-il, avec un ton faussement paternel ? Il parait que c’est toléré à l’université, fait-il remarquer en crispant les mâchoires ? Voyez-vous, moi, je ne suis pas d’accord. Je suis peut-être un ignare en matière d’études. L’université, connais pas ! Maison, j’en ai pas ! Salamalecs et autres galanteries de civils, je m’en moque ! Ma seule bicoque, c’est la caserne ! Et je n’aime pas qu’on la salisse ! Alors, quelqu’un parmi vous peut-il me confirmer si chez lui on se permet de jeter les mégots n’importe où ?»

Le ton de la voix du sous-officier devient progressivement criard, avec un accent emprunté aux proxénètes du milieu [4]chetaibi. Maintenant, sa question sent la poudre brûlée à une cinquantaine de mètres à la ronde et personne parmi les conscrits, évidemment, n’est assez futé pour y répondre.

Le sous-officier, dont les galons montrent, après un moment de silence, qu’ils ont été trop longtemps exposés au soleil, donne lui-même la réplique, avec un alto dans les graves.

«Belle journée, n’est-ce pas, les bleus ? Vous avez encore de l’omelette maternelle dans le ventre. Et l’académie vous fait grâce d’y jeter toutes les cigarettes du monde ! Mais demain ! Que dis-je ? Pas plus tard que toute à l’heure ! Lorsqu’on aura passé à la tondeuse vos tignasses de gonzesses et fait remplacer ces fripes par des tenues uniformes ! Et bien, vous prendrez un malin plaisir à les ramasser toutes ! Je vous en donne ma parole d’honneur !»

L’adjudant-chef pivote sur ses talons de façon magistrale, fait un signe vaguement codé aux instructeurs, et part conférer avec un sous-lieutenant demeurant en retrait.

Les conscrits savent désormais qu’ils doivent rester sur leurs gardes et que des discours comme celui-ci seront nombreux et d’un penchant psycho martial invariable. Tewfiq Baali se dit qu’ils auraient tort de les prendre à la légère, notamment lorsque leur teneur, ou faussement docile, ou franchement hostile, chatouille les sensibilités. Des contestations commencent à filtrer des rangs, venant surtout d’appelés probablement issus du même milieu :

«Ça y est, les gars. On veut déjà nous mettre en condition, lance quelqu’un ayant un accent identique.

– Ça ne se passera pas comme ils croient, dit quelqu’un d’autre. Nous sommes des élèves officiers. Si ce petit morveux pense que je suis né de la dernière pluie, il se goure ! Je ne me laisserai pas marcher sur les pieds !

– Vos gueules, ajoute un troisième ! Mon petit doigt me dit que nous sommes déjà partis pour une longue galère. Quelle que soit la nature des bêtises faites par certains d’entre-nous, dites-vous bien que c’est la majorité qui paiera. Et je ne suis pas prêt à casquer pour les autres, dussent-ils être des enfants de chœur !»

Les instructeurs en viennent aux mains à présent pour mettre de l’ordre dans les rangs. Ils bousculent les épaules et les jambes qui dépassent. L’adjudant-chef finit de dialoguer avec l’officier et revient à la charge :

«Allez, secouez-vous les puces, les bleus!… En avant, marche derrière moi, en file par deux ! Direction, le magasin d’habillement ! Et que ça saute, gueule-t-il ! Nous allons mettre du. ca.. Ho, pardon ! Du kaki sur ces peaux délicates !»

Les files s’ébranlent les unes après les autres sur le signe des instructeurs, pour bientôt ne former qu’une seule et longue procession brûlée par le soleil. La nouvelle, toutefois, est bien accueillie par les hommes, qui ont hâte à présent de fondre dans leurs uniformes, afin d’acquérir une sorte de faire-valoir militaire, mais, au fond, pour mieux accuser les brimades.

Les fourniers distribuent depuis un moment les vêtements, avec des protocoles qui n’en finissent pas. Tout est flambant neuf. Chaque conscrit enfouit, un à un, dans un sac marin, les effets de sa dotation réglementaire : treillis, sous-vêtements, brodequins, chaussettes, tenue de sport, ceinturon, casque, casquette, chemises, pull-over, cravate, gamelles, cuillère, fourchette. Pas de couteau, toutefois. L’attirail du soldat nouveau débarqué, quoi. L’opération de vérification se déroule dans la cour du magasin d’habillement, en cercle fermé, sous un soleil de plomb.

«Je ne veux pas de contestation plus tard, affirme l’adjudant-chef. Car vous n’aurez pas d’autre dotation.»

Il passe en revue chaque homme exhibant haut la main des gadgets masculins qui ferait rougir de honte la plus effrontée des nanas qui, d’aventure, aurait la poisse de passer dans les parages…

Plus tard, la cohorte est orientée vers le pavillon des douches. Il est midi passé et personne ne leur a encore parlé du déjeuner. En cours de chemin, l’adjudant-chef singe la démarche boiteuse d’un intellectuel aux lunettes nacrées, pourtant manifestement atteint de poliomyélite !

«Magne-toi, bon dieu ! du nerf, lui gueule-t-il à fleur d’oreille ! Chez-nous, tu apprendras [5]bessif alik temchi gued gued !»

Lorsqu’ils arrivent à destination, le sous-officier monte les trois marches de l’édifice, se tourne vers eux, en relevant sa casquette avec un geste de maquereau.

«Écoutez-moi bien, affirme-t-il. C’gourbi, là derrière moi, dispose d’une entrée et d’une sortie. Quoi de plus normal, me diriez-vous. C’est ce que nous allons vite vérifier. Vous avez cette porte… Heu… par laquelle vous allez aussitôt regretter d’entrer. Et vous aurez l’autre… Heum… par laquelle vous regretterez, de toutes les façons, de sortir. En un mot, une fois les treillis fichus sur vos épaules, le règlement militaire vous sera appliqué dans toute sa longueur ! Dans toute sa largeur ! Et même de travers pour les têtes dures ! Compris ?

– Compris, disent quelques élèves, assez mollement, amers, devinant plus ou moins le scénario à venir !

– Je n’ai pas entendu !

– Compris, gueule toute la bande, outrée !

– Il faut dire… Affirmatif, mon adjudant ! Allez, hop ! En file indienne derrière moi !»

Des coiffeurs apparaissent lorsque les battants de la porte s’ouvrent. Ils ont installé sommairement leur matériel dans le vestibule : de simples chaises, des tabliers de coiffe crasseux et des tondeuses électriques. Ils entrent en action sans tarder. Leurs appareils émettent des bourdonnements d’insectes, dont l’intensité varie selon la nature des cheveux. Avant de tout raser, ils s’amusent à tracer courbes, cercles, croix, croissants, sur des crânes intellectuels apparemment soumis… De temps à autre, un conscrit dans la chaîne pouffe de rire à la vue du «caillou rasé» de son camarade. Un autre, sous l’action de la tondeuse, éclate en sanglots. Un troisième, déjà passé au purgatoire, tente de revenir demander une retouche au coiffeur, et est renvoyé par l’adjudant-chef, car il n’y a plus rien à arranger. C’est un moment mémorable, qui touche les cordes sensibles. Cette métamorphose rappelle aux uns et aux autres les signes du changement. Et un gradé infatigable qui gueule :

«Ceux qui ont terminé, par ici aux vestiaires ! Et à poil ! Nous allons vérifier si vous êtes tous des hommes ! Ne riez pas, bon dieu ! Ça n’est pas du strip-tease ! Juste pour voir si on ne nous a pas refilé une… cocotte !»

Explosion contagieuse de rire. L’atmosphère se détend agréablement. De la vapeur d’eau s’élève des cabines. Quelqu’un sifflote. Un autre chantonne. Avec son accent typique, ce sous-officier, doyen de ses pairs à l’académie, épate les hommes, qui semblent l’avoir adopté, malgré ses propos obscènes, ou à cause, selon l’optique d’où on se place.

Tewfiq Baali note que, jusqu’ici, tous les gradés qui les ont approchés parlent avec cet accent si caractéristique. Cela l’étonne, sans plus. Sous le pommeau de la douche, il a la sensation d’être un naufragé sur une minuscule épave, que l’eau menace d’engloutir. Le bain le remet d’aplomb. Il enfile avec une frénésie gauche son treillis. Un sang nouveau semble avoir investi ses veines et, une fois parvenue dans les méandres de son cerveau, cette sève étrangère effacerait tout. Il le souhaite vraiment. Par certains côtés, sa vie antérieure manquait nettement de pittoresque!

«C’est un milieu terriblement masculin, avait-il dit fort à propos la veille à Nafyssa Azali… Les femmes doivent rêver de scènes pareilles, s’entend-t-il dire en souriant.»

Maintenant, l’adjudant-chef s’acharne à coups de poings sur les portes des douches car des élèves font durer le plaisir…

«Sortez, nom de dieu ! J’ai dit trois minutes ! Ça n’est pas une sinécure !»

Dehors, les hommes comparent leurs nouveaux accoutrements, et se laissent aller à des singeries, profitant d’un instant d’inattention des instructeurs. L’adjudant-chef revient à la charge à la fin de l’opération, avec cette diatribe qui restera longtemps gravée dans les mémoires des conscrits :

«Voila qui est mieux… La caserne préfère vous voir en vert, mais vous êtes loin d’être devenus les militaires aguerris et virils que vous croyez. Vous voulez que je vous dise ce que vous êtes ? Vous avez déjà vu une représentation théâtrale de l’Armée Rouge au lever du rideau ? Que dis-je ? Oh, non ! Ça c’est trop beau ! En fait, vous ne ressemblez qu’à un ramassis de bagnards qui, au lieu de prendre la poudre d’escampette, n’ont rien trouvé de mieux que de dévaliser l’intendance de leur pénitencier et d’attendre d’être repris! »

(Rires.)

«… Maintenant, il est trop tard pour revenir en arrière ! Vous êtes pris dans la nasse ! Et croyez-moi ! Vous allez en baver pour un bon bout de temps chez nous !»

Cette image en flash d’uniformes qui sentent le vernis de finissage, trop courts ou trop longs, Tewfiq Baali n’oublie pas qu’elle coûte la bagatelle de vingt-quatre mois de sa vie au service de l’armée. Et quand il pense «armée», il sait qu’il peut être au service de n’importe quel régime. Il ne veut pas croire que cette durée puisse se passer en chute libre, comme à l’université. C’est à dire attendre et accuser les coups.

«En fait, je n’ai pas subi, se dit-il… Je suis plutôt allé à contre-courant et ça ne m’a pas mené bien loin… Seulement la satisfaction d’avoir résisté, de ne pas avoir vendu mon âme. Mais si c’était à refaire, non ! Pour tout l’or du monde, non. Ce que j’ai appris doit servir à quelque chose. J’aime mon pays et je voudrais qu’il sorte de l’impasse où on l’a mis. Je me sens posséder les outils aptes à infléchir des montagnes. J’espère que je ne serais pas seul.»

L’adjudant-chef s’applique maintenant à former des rangs mieux ordonnés que la soldatesque du matin. Les hommes paraissent lui obéir au doigt et à l’œil. Son choix à la tête du comité d’accueil par l’académie n’est pas fortuit. Elle a désigné celui qui excelle dans l’art du maniement de la carotte et du bâton. Celui qui peut avoir un ascendant certain sur des types aux caractères et aux mœurs différents.

«Meneur d’hommes, c’est aussi un métier très prisé par les fomenteurs de coups d’état, se dit Tewfiq Baali.»

Le doyen des sous-officiers monte en cadence. Il veut effacer rapidement toute réserve avec des citoyens supposés rationalistes, qui seraient tentés de mettre en avant leur niveau social et intellectuel.

«En avant, marche, gueule-t-il ! Une, deux ! Une, deux ! Plus haut que ça les genoux ! Une, deux ! Une, deux ! Crevez-moi la dalle, que je vois ce qu’il y a en dessous, les bleus !»

Les appelés tentent, de bonne foi, d’imiter le pas cadencé d’une parade martiale. Désastre ! Il s’ensuit comme une pétarade de vieux tacot, que le sous-officier fait vite cesser à l’approche de la direction de l’académie.

«Arrêtez-moi vite ce scandale, dit-il, sans élever la voix, en observant avec appréhension les fenêtres du bureau du grand patron… Au pas de marche !»

Il se contente de les guider comme un troupeau de moutons vers une nouvelle destination. Il les arrête cent mètres plus loin, au bas de l’immeuble au profil usé qui fait face à la place de rapport. Toujours avec son geste brusque de casquette relevée, il leur dit, en orientant son pouce vers l’arrière :

«Votre nouvelle crèche, c’est c’bidule-là ! Considérez-le comme un quatre étoiles par rapport aux tentes qui attendent les retardataires ! Mais ne vous faites pas d’illusion ! Du sommeil, y’ en aura pas beaucoup pour vous ici ! Le quatrième étage est réservé aux cadets ! Inutile de vous frotter à eux ! Lorsque je vous donnerai le signal de rompre les rangs, montrez-moi ce que vous avez dans les jambes ! Ceux qui ne trouveront pas de places redescendront s’aligner ici pour partir aux tentes ! Des questions ?

– Quand est-ce qu’on va manger, dit quelqu’un à la bedaine prononcée, ressemblant comme deux gouttes d’eau à l’acteur humoriste égyptien Ismaïl Yassine, lunettes de myope en plus ?

– Quoi ? Manger ? Je n’ai pas ce verbe dans mon maigre répertoire ! Attention, à mon commandement !… Rompez !»

Les hommes ne se laissent pas compter. Ils s’élancent à la conquête des lieux, alourdis de leurs paquetages et autres bagages hétéroclites. Il y a trois étages de dortoirs à investir. Huit lits par chambrée et autant d’armoires individuelles.

Tewfiq Baali grimpe par calcul au deuxième étage. Il n’y a pas à dire, les hostilités sont déjà ouvertes ! Alors, autant prendre les devants pour éviter les surprises ! En montant rapidement, il se dit que les locataires du 1er étage seraient les «premiers» à subir les sévices de l’encadrement et ceux du 3ème étage seraient les «premiers» à récolter les corvées des retardataires. Il a réfléchi vite et vu loin !

«C’est ça, mon vieux, se dit-il ! Ne pas subir. Rester alerte. Anticiper leurs actions de psychopédagogie militaire infantile. Bévue = sanction = frustration = rachat = récompense. Un dressage de la plus simple animalité, quoi !»

Il pénètre dans un dortoir, au hasard, du côté ouest, au fond du couloir, encore inoccupé. C’est plutôt un débarras. Tout y est sens dessus dessous. Les armoires sont toutes tirées dans un coin, les matelas empilés jusqu’au plafond dans un autre, et les lits en partie disloqués forment un tas de ferraille au milieu.

Dans la pièce d’à-côté, et dans tout le bâtiment, c’est la débandade. Un boucan du diable accompagne les armoires qu’on bouge. Les amis s’appellent rageusement pour former dare-dare leur chambrée. Tout tremble et résonne à multiples échos. Tewfiq Baali pose calmement ses affaires et s’allonge sur le seul matelas jeté au sol pour souffler. L’aspect «remise» du dortoir n’a encore séduit aucun élève. Il ne s’en inquiète pas outre mesure. Il se contenterait bien d’une affectation de garde matériel dans cette pièce, avec porte fermée pendant deux ans, pour ne pas être dérangé. Il consulte sa montre et s’exclame :

«Dieu, déjà 15h00 ! Est-ce qu’on bouffe dans cette caserne ?»

Au bout d’un moment, il se lève et choisit une armoire qui lui parait la moins cabossée. Il s’emploie à y ranger ses affaires. Puis il tire un petit cadenas de son sac de toilette, qu’il avait acheté par intuition l’avant-veille, afin de condamner le loquet. Ensuite, il choisit avec circonspection un matelas et un oreiller plus ou moins propres, qu’il pose sur un lit, le moins déglingué possible. Après quoi, il déplace le tout vers un coin. Il ne sait pas pourquoi, chacun de ses gestes lui parait figé par un cliché photographique, conservé à jamais dans sa mémoire.

Lorsqu’il finit, il enlève sa casquette et s’éponge avec le front. Puis il tombe raide sur le lit, qui émet un grincement plaintif. Il ferme les yeux et rabaisse dessus son couvre-chef. Lorsqu’il les rouvre sous la visière, à ses pieds, ses brodequins lui paraissent démesurés et inusables, à l’image de l’armée. Désormais, il sait que le temps ne lui appartient plus, et pour longtemps encore. Deux conscrits montrent le bout du nez à l’embrasure sans porte du dortoir.

«Peut-on emménager ici, dit l’un d’eux, très top niveau ?

– Ne vous faites pas prier, les gars, répond Tewfiq Baali, qui rabaisse de nouveau sa coiffe sur le visage… Pendant qu’il est encore temps… A moins que vous aimez pique-niquer, ajoute-t-il sournoisement.

– Quel gâchis, s’exclame l’autre, à la voix efféminée ! Quoi Malek, c’est ici que nous allons roupiller, ajoute-t-il, en appuyant sur les d et les r ?

– Cause pas trop, lui conseille son copain ! Prépare ta case et cesse de râler ! Tu as oublié ce qu’a dit l’adjudant ?

– O la laaa, ma mère ! Ces matelas ! Et ces oreillers ! Et pas de draps ! Pas de couvertures ! C’est certain, nous allons attraper la crève, continue de protester le conscrit délicat !»

D’autres élèves arrivent et leur choix est encore plus embarrassé. Tewfiq Baali les regarde sous la fente de sa casquette s’affairer gauchement. Leurs visages trahissent le ridicule. Comme la sienne, leurs peaux fragiles mettront longtemps avant de revêtir le hale buriné des militaires de carrière. Leur sensibilité sera mise à rude épreuve. Leurs scrupules et leur sensiblerie progressivement mis au placard.

«Ça fait toute la différence, pense-t-il.»

Il a envie de dormir. Le sommeil est une bonne thérapeutique pour accuser les coups, pour oublier. Il faudra beaucoup plus pour accepter.

«De la patience, mais pas de résignation, pense-t-il.»

Rare grâce divine, qui n’est accordée qu’aux «dilettantes j’m-em-foutistes» plutôt qu’aux «néophytes extralucides», en ces lieux insolites, il finit par s’assoupir pendant dix minutes, se balançant entre les extrémités d’une constante célèbre : être ou ne pas être…

«Rassemblement sur la place de rapport, gueule l’adjudant-chef à chaque étage !»

Tonnerre de brodequins dans les escaliers. Les groupes se rejoignent sans un mot sur l’esplanade et tentent d’apprendre à former seuls leurs rangs, face à l’inamovible sous-officier, qui les observe avec des yeux pétillants de malice, fier de son rôle d’organisateur.

«Y’a plus de discours, les enfants ! Vous allez apprécier la bouffe de notre chef cuistot. Ses talents culinaires sont célèbres dans toute l’armée. Vous m’en direz des nouvelles toute à l’heure.»

Il cède la place au Sergent de Semaine, qui les fait entrer au réfectoire à sa guise, prenant du milieu, des côtés, en diagonale, de derrière, augmentant par cette pratique la faim de ceux qui attendent. La salle de restauration est peinte en gris fer, comme les bancs et les tables, comme tous les murs de la caserne, du reste. Tout y est austère, délibérément. Les repas sont servis dans des plateaux fourre-tout, en inox, comme à l’université, à la différence que les serveurs qui débitent les parts sont masqués par un paravent qui leur évite de reconnaître leurs copains.

Spaghettis au bœuf, salade verte, mille-feuilles. Le menu n’a rien à envier à celui des facultés. Le pain, cuit à l’ancienne, est délicieux. Des surveillants circulent silencieusement entre les tables. Leur tolérance juste retenue est accompagnée, pour le moment, de regards fureteurs et de mains nerveuses croisées derrière le dos. Les hommes restent longtemps attablés, laissant descendre doucement les aliments, en causant. Habitude d’étudiants qui aiment à discuter en mangeant. Dans leurs conversations, il est déjà question de «planque» et de «place au soleil».

Tewfiq Baali est parmi les derniers à prendre un plateau. Une heure d’attente dans les rangs a achevé de le mettre «knock-out». Il ne reste plus qu’une maigre pitance pour retardataires.

«Y’a qu’à caler le tout avec beaucoup de pain, et le tour est joué, se dit-il avec philosophie, pour ne pas trop se formaliser.»

Aux tables, il reconnaît quelques familiers de l’université et trois types de la région, qui habitaient en régime d’internat au lycée. Ces derniers, assis ensemble comme pour former bloc, l’invitent avec une gestuelle vaguement militaire à venir les rejoindre. Il s’assoit parmi eux, en les saluant de la tête, et entame d’emblée son déjeuner. Avidement ! Ou du moins, avec un appétit qu’il ne se connaissait pas ! Les anciens du lycée tentent de lui «tirer les vers du nez», entre deux bouchées.

«A quel étage es-tu ?… Viens nous rejoindre au premier… Il faut se serrer les coudes nous autres… Est-ce que tu connais un gradé ici ?… Quel est le meilleur truc pour se faire reformer ?… Etc. »

Il se contente de répondre avec des hochements de tête interrogatifs ou négatifs. La nourriture lui parait excellente, notamment le pain. Il engloutit tout et finit par une grande rasade d’eau.

«[6]El hamdoulillah !… Maintenant, je suis à vous, les gars, leur déclare-t-il. Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise que vous savez déjà ? »

Sa conclusion ne les rassure pas. Il tire une cigarette, qu’il allume pour l’éteindre immédiatement après, car l’adjudant-chef revient et rompt la trêve :

«Allez, oust, dehors, les bleus ! Je veux vous voir alignés sur la place de rapport dans trente secondes ! Les cinq derniers resteront ici pour laver les plateaux !»

Bousculade à la sortie. Les appelés commencent à saisir que les rassemblements vont ponctuer toutes les actions de leur vie en caserne. Une fois les rangs formés, l’adjudant-chef les inspecte, et y met sa touche personnelle, en malmenant les épaules et les pieds qui dépassent les alignements. Des civils ne cessent d’affluer vers la direction des effectifs. Quelques-uns reconnaissent leurs amis et se mettent à glousser à la vue des crânes rasés…

«Voila pourquoi je vous ai rassemblés, leur dit le sous-officier avec un sourire malicieux… Pour aujourd’hui, y’a plus que la visite médicale à passer ; ensuite, parole d’honneur, on vous foutra la paix. Ceux qui ont des dossiers de dispense à soumettre au médecin chef, je vous donne exactement une minute pour aller les chercher. Top !»

Peu de temps après, la compagnie s’ébranle lourdement. Dans les rangs, tout n’est que chuchotements, coups de coude, croche-pieds involontaires. 0u… volontaires !

«Du nerf, les bleus, vocifère leur ange gardien ! Bombez-moi ces poitrines et rentrez-moi ces ventres !»

L’adjudant-chef dirige la troupe vers le poste de contrôle. Elle dépasse le portail de l’académie et traverse la largeur de la route, «un morceau de liberté», avant de s’engouffrer dans un autre casernement. La circulation automobile est stoppée de part et d’autre. L’idée d’être reconnu par un familier continue d’être un casse-tête pour Tewfiq Baali. L’impression qu’il laisserait aux gens qui le connaissent, il la ressent malheureusement comme dévalorisante. Et il ne croit pas que son déguisement soit infaillible ! L’autre enceinte militaire offre un aspect insolite. Ateliers, entrepôts, parking pour camions. Le côté logistique de l’académie semble y être confiné.

«Compagnie, halte ! Rompez les rangs ! Et ne vous éloignez pas, je reviens !»

L’adjudant-chef pénètre dans l’infirmerie, laissant ses protégés fumer tranquillement de nouvelles cigarettes. L’édifice est une ancienne grande villa entourée d’immenses pins, affectée à l’époque coloniale au général commandant la garnison. Certains conscrits tiennent sous le bras des pochettes médicales desquelles dépassent des radiographies et autres diagrammes…

«Certitudes, certitudes, songe Tewfiq Baali. L’espoir existe. Mais ici, il semble se déplacer en équilibre sur un filin d’acier. Il enfle comme un coq, prêt à se volatiliser à la moindre alerte.»

Le temps passe. Le soleil baisse à l’horizon. Une R8 bleue arrive en coup de vent. Ses pneus crissent sur le gravier, après un long et violent freinage inutile. Il en descend un inconnu dans la trentaine, portant un imperméable civil sous une tenue militaire de sortie, sans casquette. Il claque violemment la portière de la voiture. Les hommes se tournent lentement vers lui et le regardent avec morosité. L’absence chez lui de signes de distinction des gradés fait qu’ils n’accordent qu’un intérêt marginal à sa présence. Ils reviennent, certains à leurs causeries, d’autres simplement à leurs préoccupations intimes. L’homme reste immobile cinq secondes, et devient tout rouge, avant d’éclater brusquement :

«Qui vous a donné l’ordre de rompre les rangs, hurle-t-il d’une voix au-dessus de ce que peuvent supporter ses cordes vocales ?»

Silence collectif, évidemment. Personne n’a envie, du reste, de réagir à l’inattendu affront, en disant qui a «ordonné ce désordre»…

«Très bien, continue l’homme, devenu écarlate, en serrant les dents d’un ton rageur. J’ai compris ! Vous vous prenez pour des gens importants avec vos diplômes ? Nous allons mettre les choses au point ! Par ordre du haut commandement, il n’y aura pas de réformés cette année ! Ceux qui ont trimbalé avec eux des dossiers médicaux qu’ils croient bien ficelés, ils peuvent se les foutre là où je pense ! Si vous crevez à deux jours de votre libération, c’est votre affaire ! Moi, je me porte garant de votre bonne santé pour les vingt-quatre mois à venir ! J’accepte tout le monde ! Les sourds peuvent voir ! Dans l’armée, il y a le langage des signes ! Les aveugles peuvent entendre ! Nous avons des standards téléphoniques qui n’attendent qu’eux ! Nous trouverons bien des occupations spéciales aux éclopés ! Ici, nous n’avons besoin que de vos têtes ! Non pas parce qu’elles sont bien faites, mais pour les utiliser dans la chaîne du commandement ! Je ne vois pas une seule raison pour que des petits prétentieux d’intellos déguisés en chargés de famille répugnent à faire leur devoir national ! Vous êtes venus de votre propre gré jusqu’ici ?… Tant pis pour vos gueules ! Vous, derrière, ramassez-moi ces mégots ! Je ne veux pas les voir en sortant !»

L’inconnu, dont tous maintenant ont deviné les fonctions, dévisage à son tour l’assemblée d’un regard circulaire méprisant (et méprisable), avant de se diriger avec un haut-le-corps de mise en scène vers l’entrée de l’édifice. Il est salué à la porte par l’infirmier-major. L’adjudant-chef également présent dans le couloir ne le salue pas. Témoin de la scène, il n’a pas bronché. Assurément, il aurait préféré que les reproches lui soient adressés, plutôt qu’à cette horde sans encadrement, choquée par ce changement brutal de style de vie, totalement dépaysée…

Des caporaux inquiets sortent en courant pour mettre de l’ordre dans les rangs. Ce sont eux qui assurent la série préliminaire d’examens : poids, mensurations, dentition, armature osseuse, recherche des signes apparents de malformation ou de traces d’opérations chirurgicales et grandes blessures. On ordonne aux hommes de se mettre à poil de nouveau. Ils opposent une certaine résistance cette fois-ci, à laquelle l’encadrement succombe finalement, en tolérant qu’ils restent en slip. Ensuite, l’infirmier chef les introduit au fur et à mesure, par paquet de trois ou quatre, dans le bureau du toubib, qu’on entend du couloir ridiculiser sans distinction les malades imaginaires et… les vrais. Dans l’antichambre, Tewfiq Baali soutient la conversation d’un grand blond qui lui vante les mérites du sport matinal.

«Une bonne forme physique, voila ce qu’il nous faut pour supporter l’armée, lui affirme-t-il.

– Je doute fort que nous soyons tous animés du même enthousiasme, répond son interlocuteur, en orientant son pouce vers la porte, derrière laquelle se déroule les manifestations de violence du médecin.»

La file avance rapidement. Beaucoup plus rapidement que celle du réfectoire ! Un conscrit, qui attend son tour devant Tewfiq Baali refait l’inventaire de sa pochette. Le compte parait bon. Il secoue la tête de satisfaction, mais hausse les épaules aussitôt, en remettant le dossier sous le bras.

Dehors, les éléments de la compagnie ayant déjà passé la visite se reposent, les rangs de nouveau dispersés. Toutefois, plus aucun mégot n’est visible sur le sol. Les hommes semblent s’adapter difficilement à la nouvelle situation. Adossés aux murs, assis sur les trottoirs, les yeux fixant le vague, ils attendent. Il faut attendre désormais. Le gardien du château d’eau leur donne à boire. Ayant appris à l’université que l’arme absolue des temps modernes, c’est l’information, les conscrits pressent ce dernier de questions sur la caserne. Interloqués par la somme d’erreurs à ne pas commettre avec l’encadrement, ils ouvrent grands les yeux et la bouche, en mordillant leurs cigarettes, y trouvant quelque palliatif à leur impuissance.

«Alors, bébé, le questionne le médecin, après qu’il ait été introduit avec d’autres, déjà sortis ?

– Alors ?… Rien à signaler, docteur. A priori, je veux dire. C’est à vous de voir.

– A priori, hein ?… Formulation intellectuelle inutile. Mais c’est prodigieux ! Voila au moins un appelé qui ne rejette pas l’armée ! C’est bizarre… Comment vous appelez-vous, dit le médecin, qui écrit sur une fiche ?

– Baali.

– Prénom ?

– Tewfiq.

– Identifiez-vous en donnant toujours votre fonction ! Élève officier un tel !… L’armée vous réussira à merveille, monsieur Baali.

– J’y compte bien, docteur. Nous voici embarqué pour deux ans. Alors, autant prendre les choses du bon côté.

– A la bonne heure ! Et ça trouve le moyen de faire des commentaires. Vous êtes sûr de vous en tirer à bon compte avant la fin ?

– Pourquoi pas, docteur ? Vous êtes vous aussi passé par là, sans doute.

– Pourquoi pas, hein ?… Vous allez au-devant d’un tas d’ennuis, Mr Baali, dit le toubib en finissant rageusement d’écrire, et en apposant avec violence un cachet carré sur la fiche !

– Je ne comprends pas, docteur ?

– Vous êtes en train de vous foutre de ma gueule !

– Absolument pas docteur, réagit avec sincérité le patient ! J’ai juste répondu à vos questions !

– Cessez de m’appeler docteur, rugit le praticien ! Dites, oui mon lieutenant ! Non, mon lieutenant ! Compris ?

– Désolé, mon lieutenant. Rien à vos épaules ne pouvait me faire deviner votre grade.

– Vous, je vous ai à l’œil ! Vous avez des réponses à tout. Qu’avez-vous fait comme études supérieures ?

– Économie politique.

– La politique ne vous servira à rien ici ! Et faites-moi le plaisir d’économiser votre salive tant que vous serez dans l’armée ! Allez, oust ! Fichez-moi le camp ! Cela ne vous empêche pas d’être déclaré bon pour le service armé ! Aux suivants !»

L’espace d’un instant, les regards des deux hommes se croisent et celui de Tewfiq Baali soutient gaillardement celui du praticien. Il croit y déceler une fragilité mal cachée. Il était à deux doigts de lui dire :

«Mais pourquoi toute cette hostilité gratuite, toubib ?… Je ne suis pas un ennemi… Vous ne me faites pas peur… Je ne vous ai rien demandé ! Je vous emm..de !»

Une réplique pareille ne servirait qu’à faire empirer son cas, au moment où la clef de la «survie» à la caserne, pour ne pas dire la «réussite», il le sait que trop, c’est la discrétion. Il se contente de hocher la tête en signe de mécontentement avant de sortir. Contre toute attente, le médecin ne réagit plus. La cour de l’infirmerie est en ébullition maintenant. La rumeur a déjà couru sur le compte du forcené praticien. Appelé de la classe K70X. N’aurait pas réussi à ses examens de fin d’instruction. Retenu pas l’académie par «nécessité de service». Serait natif de Taxrit, ami, dit-on, du directeur de l’académie, qui n’a, à contrario, rien pu faire pour arranger ses notes. Bref, les caporaux infirmiers, derniers gradés de la hiérarchie, ne font pas de cadeau dans ces cas-là. Ce sont eux qui vendent la mèche, avec vélocité !

«C’est un simple soldat, dit l’un d’eux. Vous avez le droit de ne pas le saluer.

– Attention, dit un autre !… Il peut leur invoquer la disposition du règlement du service dans l’armée qui dit que la fonction supprime le grade !

– Oui, mais à grade égal, dans ce cas, fait remarquer un troisième.»

Tewfiq Baali s’est rendu compte combien cet homme avait agi en porte-parole d’une dimension occulte qui, un jour, a dû flatter son ego. Comme lui, des légions d’intermédiaires se croient délégués d’une parodie de pouvoir, au moyen duquel ils s’arrogent le droit d’écraser de tout leur poids les faibles.

Il pense présentement avoir fait une découverte déterminante qu’il ne manquerait pas de consigner dans son journal. Désormais, il chercherait à découvrir chez les militaires ces signes trompeurs. Puis, prenant du recul par rapport à son jugement, il conclut ainsi, avec une certaine philosophie :

«Décidément, on ne manque pas de spiritualité dans notre armée.»

La visite médicale terminée, la compagnie est ramenée vers son point de départ. L’adjudant-chef fait rompre une dernière fois les rangs avec ces quelques mots réconfortants, et une moue indulgente :

«Hé, les bleus, ne vous faites pas de bile ! On ne va pas vous manger. Vous avez relâche jusqu’à demain matin. Amusez-vous bien !»

Pour la première fois depuis leur arrivée, les voila livrés à eux-mêmes. En bons enfants, ils dénichent le foyer des hommes de troupe, qu’ils dévalisent en un tournemain de toutes les boites de biscuits, tablettes de chocolat et autres amuse-gueule…

Les conscrits arrivés après la fermeture des bureaux n’ont pu entamer le rituel de la mise sous les drapeaux. Ce n’est que partie remise. Ils se mêlent aux uniformes. Embrassades, retrouvailles. L’ensemble forme sur la place de rapport une foule bigarrée, hagarde, désemparée. Des militaires de carrière se joignent à la bleusaille en mouvement. Un peu pour prouver qu’ils ne sont pas les monstres qu’on dépeint dans le civil…

Tewfiq Baali part en reconnaissance dans la caserne, craignant toutefois de traverser des zones réservées où il se ferait remarquer prématurément par l’encadrement. Peu à peu, malgré l’étendue des lieux, il se rend compte que ses pas sont comptés et que ce nouvel univers à des frontières artificielles superposées, qui limitent terriblement son champ de vision. Des graffitis tracés sur les murs des latrines attirent son attention. Il se dit que depuis la nuit des temps les hommes ont eu besoin de laisser des traces de leur passage. Lui a trouvé depuis longtemps déjà une autre formule pour consacrer sa présence. Il en profite pour consigner en cachette quelques notes pour son journal. Il rencontre d’autres concitoyens. Même qu’ils sont assez nombreux. Ainsi supporte-t-il mieux sa chance douteuse. Décidément, tous les Taxritis qu’il rencontre veulent former une chambrée compacte au 1er étage, capable de contrer les assauts de l’encadrement et des prétendus «mâles dominants» de ces nouveaux territoires «conquis de haut vol». Il n’adhère pas à leurs projets précoces de «désertion» et de «demandes de permission». Il promet de les rejoindre, tout en sachant qu’il n’aurait peut-être pas la possibilité de mettre à exécution cette promesse. En fait, il ne voudrait pas…

A 18h00, on sonne le rassemblement pour la distribution du couchage. Une seule couverture, très usagée, par élève, et pas de draps. Des conscrits râleurs tentent de subtiliser des surplus…

«Ne faites pas les gamins, leur dit le fournier-chef. C’est ça ou rien pour l’instant !»

Pour ajouter à leur dépaysement, le crépuscule qui arrive, accompagné de nuages noirs et menaçants, donne à l’atmosphère un cachet sinistre.

Au dîner, l’académie n’offre qu’une soupe de vermicelle tiède que les nouveaux venus avalent avec une fausse humilité. Plus tard, dans les chambres, maintenant toutes habitées et animées, le malaise semble s’être dissipé. Les hommes emménagent comme ils peuvent et n’hésitent pas à plier bagages à l’appel d’un copain. Le dortoir où s’est installé Tewfiq Baali ne s’est pas encore stabilisé. Les premiers occupants sont tous partis, remplacés par d’autres inconnus. Les groupes discutent, se narrant les scènes piquantes de la journée, jusqu’à l’extinction des feux. Alors, le silence s’installe peu à peu. Les hommes font le point dans le noir sur leur nouvelle vie. Ils pensent à ce qu’ils ont laissé derrière eux et à ce qui les attend demain. Harassés de fatigue, ils tentent de dormir, malgré l’insomnie engendrée par la nouveauté, malgré la saleté et l’incongruité des lieux. Bientôt, leur sommeil n’est plus perturbé que par frénésie vorace des petites bestioles de la nuit.

Journal/O3 Octobre 19..: (Rédigé en partie dans les latrines !).

– Il faut un temps pour accepter, un autre pour subir. J’ai beaucoup observé aujourd’hui mais je ne veux pas aller trop profondément dans mes pensées. Ai-je le droit de tenir ce journal à la caserne ? Fichtre, non ! Sans doute pas ! Sûrement pas ! J’ose le faire pourtant. Le tout est de savoir si j’aurai la force, le courage, la patience et le temps de continuer, jour après jour, jusqu’à la fin. Mon but n’est pas tant d’écrire sur l’armée ce qui me passe par la tête, mais de coucher sur le papier des situations vécues, d’exprimer des sentiments honnêtes. Je ne veux pas réfléchir maintenant au danger d’une telle entreprise. Seul l’avenir apportera une réponse à cette préoccupation. Après tout, on ne nous a pas demandé notre avis lorsqu’on nous a transmis les ordres d’appel. Nous avons tous été déclarés «bons pour le service armé». Alors tans pis si nous faisons des bêtises !

Voici transcrites quelques observations de cette journée :

– La caserne est comme une pièce de monnaie avec le côté face et le côté pile, exactement comme me l’avait imagée le sous-lieutenant rencontré durant la nuit du train. Difficile d’éviter le côté pile : saleté, odeurs fétides, remontrances.

– Le militaire de carrière a une attitude hostile même en temps de paix. Lorsqu’il est de service, je m’entends. Car lorsqu’il décroche, ça peut être un bougre comme les autres, le plus souvent fragile. Les actifs n’ont pas manqué de nous mettre à l’aise après la fin de travail.

– Même ici, le relent des passe-droits est persistant, alors que l’uniforme est le même, et, est fait justement pour gommer les différences.

– Je suis finalement entré dans une des dépendances de Pharaon. Sa présence est ressentie avec acuité, même s’il trône à cinq cent kilomètres d’ici.

– Ici, beaucoup de sous-officiers originaires de Chetaibi, Heliopolis, Tboul, Madaure, Youkous. Pourquoi ?

– La caserne est comme une usine. Mais ses mécanismes sont des hommes. Gare alors aux mécanismes qui flanchent !

– Fiiuuu ! Aujourd’hui, j’ai rencontré un médecin réserviste plus royaliste que le roi !

– L’ordre serré est le symbole même de la soumission. On s’acharne à vous répéter en permanence que vous ne savez pas marcher. En réalité, le terrain qu’on vous demande d’emprunter et de suivre est déjà balisé. C’est pour le prendre que vous êtes ici. Vous ne savez pas forcément où il vous mènera. C’est là, je crois, la véritable solitude du soldat.

– On nous a fait attendre pour le déjeuner. J’imagine que c’était délibéré. Un militaire a besoin d’avoir constamment faim pour être mieux dressé. C’est animal, mais c’est efficace !

– J’avoue que la résidence en dortoir m’indispose. Il est vrai que je n’aime pas les mauvaises odeurs. Je ne répugne pas pour autant à vivre en communauté, mais le groupe m’a toujours fait montrer du doigt l’hypocrisie, le parti pris et l’intolérance.

– Harcèlement : voila l’attitude permanente de l’encadrement.

– L’armée sait pertinemment que nous ne sommes pas venus ici avec plaisir. Elle ne cache pas qu’il s’agit d’un type particulier de punition, même si elle l’enrobe comme un bonbon lyonnais, en affirmant qu’il s’agit d’un devoir national. J’ai une autre et haute idée du devoir national : appliquer la justice, construire le pays, ouvrir des routes, alphabétiser les populations. On a confié aux militaires le tracé de la Transsaharienne, le reboisement des montagnes brulées au napalm et la plantation d’un barrage vert pour faire reculer le désert. Voila de bonnes résolutions. Pourvu que les gigantesques moyens mis à la disposition de l’armée ne soient pas détournés, mal utilisés, gaspillés.

– Maintenant que je suis devenu un soldat, tout peut m’arriver, démultiplié à la puissance «n». Comme être humain pris au piège de l’armée et comme militaire aux ordres. Je ne dispose donc plus de ma personne. C’est vrai que réfléchir ne sert plus à grand-chose ici. Le but recherché par l’armée est justement que le soldat ne se fatigue pas trop les méninges. Pour se faire, il doit avoir constamment faim et être consigné en permanence, afin d’être conditionné pour n’attendre avec impatience que son repas, sa solde et sa prochaine permission.

– Le militaire de carrière donne l’impression d’avoir toujours le dernier mot. Il ne tergiverse jamais lorsqu’il donne des ordres, même s’ils sont mauvais. Il est imbu de sa personne. Il ne sait pas s’arrêter lorsqu’il vous avilit et vous punit.

– Je me sens une autre personne dans mon uniforme. Un peu plus viril, sans doute. Est-ce une question de couleur ou de lieu ? Plutôt d’isolement, me semble-t-il.

– Les militaires sont des gens le plus souvent cloîtrés. C’est un emprisonnement comme un autre. Élément important de la psychologie de groupe. Je développerais ce point ultérieurement.

– Le militaire doit agir énergiquement en permanence. On lui apprend à le faire. On légitime sans cesse ses actions. On laisse le plus souvent ses crimes impunis. J’ai su que certains actifs sont des «Wanted» dans le civil. En pénétrant dans l’enceinte d’une caserne, c’est comme s’ils avaient changé de pays, obtenu une immunité qui échappe au code pénal.

– Dans cet uniforme, je sens que je suis dans de «mauvais draps», non pas que la qualité du tissu des treillis soit mauvaise, mais parce que je n’ai pas choisi ces habits, et que sous leur couleur continue malheureusement jusqu’à maintenant de se perpétrer sur toute la planète, et au nom du «soldat inconnu», les pires crimes et atrocités qui soient.-

[1]Saint Coran.

[2]Engage-toi tôt, tu sortiras tôt.

[3]Fou, sourd, muet, Rouge de l’œil, Noir.

[4]Accent de la ville de Chetaibi.

[5](…) de gré ou de force à marcher droit.

[6]Gloire à Dieu,

Publicités