© « Tin-n-Ouahr ». Preliminaries for all volumes/ Préliminaires à tous les tomes.

soldats_plombroyauteroutepk_zerosourceultime_debarcadere

NB: Les textes originaux en français se trouvent toujours sous les chapitres traduits en anglais.

Common page introducting all books

 images (1)

« Comrades, we have all been lead  soldiers.»

 


(In "Breathlessness" Volume 4 "Kp Zero" Chapter X)

Prologue

I knew Tewfiq Baali at N’goussa, one of the doors of the Great South, beyond the billowing copper of Dokharas, the land of kings Tuggurts. How far is it now, but still striking reality !

At the time of chronic follow, I was fulfilling my military service as chief scribe at the court of the garrison. A round of khaki leather, only … Although, I have never had whatsoever to countersign any judgment. Indeed, my colleagues and I were regarded by the hierarchy as archivists at the most…

Hey! What are asking reservists, the ultimate passive inhibition, except to go to the mattresses ? In contrast, our leaders never could have imagined, even that time a heartbeat, we also had an irreducible duty to remember to place of future generations. Hence the emergence of this script, which has somehow sunk of source.

All started for us when the military administration had sent us orders to call at the age of majority, or four to five years later for those like me who pursued higher education. Among the thousands of conscripts who assigned here and there in the barracks at random, often without prior selection in relation to their academic or professional qualifications, there are three types of recruits:

  • The privileged few who meet their military obligations in major smoothly, by chance or guile going right.
  • The second category, the largest, is that of servants. These are the bondsmen to thank you, ball-to-zero permanent holding disheveled and hungry at most of the time. IQ of troops, for less …obtuse, running without qualms the dirty work, both at human height that autonomic sense of the term. Military that we endorse periodically for reasons prescribed by the Regulations of Service in the Army; sins punishable by strict arrest, universally codified, more or less eligible, that remind the soldier that he is under orders and that he should not flinching.

Obviously, all dictatorial systems can manage their leadership because they say to tame this category subordinates.

  • The last group is those of « political people »; word that is whispered in the barracks looking behind and be counted with the fingers of one hand. Those that the High Command considered as dangerous. Those, who are immediately « neutralized », as we like to say in military jargon, most often to suit the mood of the « Eradicators » as they are called in this country.

These are the people behind the scenes, those who do not like sunlight, which are “voyeurs” by profession, like unpleasant horsehairs to invite themselves at all your sauces, without asking your opinion, for unimaginable, unspeakable reasons, legitimized by themselves, contained in a high secret charter, decreed by sponsors that they do not even know…

The third example cited above is applied to this young man, and we had the common destiny at this time of our life, except that he had less luck than other. Although, the good fortune or bad luck, in his case, are only the views of the mind, in a lay observer. Believing hurt him, his detractors have propelled to the exceptional dimensions of spiritual elevation, creativity, love of neighbor, self-sacrifice for his country. But after many trials, after such a long time…
The woes of this conscript began a long time before his arrival at N’goussa, where it was in transit, with a group of inmates  arrived from the headquarters of the 12th Army Corps, all bound for KP-Zero. A more heterogeneous cohort:

  • A incorruptible steward, unjustly accused of theft, in the barracks where the robbery is a typically contagious military practice, accepted and tolerated by the hierarchy, using herself at first and abhorring men who denounce integrity.
  • A murderer who kill a chief torturer who exceeded the Red Line tolerated by his human dignity.
  • A pimp who are publicly displaying with the wife of an officer.
  • Three insurgent’s offenders who became very dangerous for the sustainability of the system.
  • Eight incorrigible deserters.
  • Four hardcore strong-arm.

And amidst this welter of victims or rebellious in glistening grime uniforms, had emerged clearly, by his stature and personality, the silhouette cleared to clean clothes of this prisoner unusual that I could not see that day, in both dirty courtyards military jurisdiction where I practiced my sad function have brewed recluse.

When newly transferred to the garrison, I witnessed for the first time in these dismal transfers mortified my eyes tried to measure the tribulation of those relegated in all its dimensions, but fortunately, my mind remained enough lucid, despite the heat and sandstorms, had quickly refused to fix the images. Later, a protective routine allowed to « insignificant auxiliary military justice » (The army had thought to make me by appointing at this position) quickly forget the haggard faces. Because, as in medicine, too much emotion of a surgeon who would like to share the pain of his patients, can destabilize its ability to relieve correctly. Apothecary offering cures anything-goes, I was not the point. But loose have witnessed shameful those practices without denouncing it, never!
No one can deny that prison camps of the Sahara do not existed in colonial time but also truncated after independence of nations who share this moving huge space, with a virtually airtight traceability in media, because of the wall of silence that surrounded this issue in those days. But no ordinary citizen, with a few military vaguely familiar dozen, others more or less involved in decisions to punish, could not have doubted in the existence of Camp Zero. Only a politico-military power, sadistic, mafioso, narcissistic, neurotic, had been able to pass on a map of staff, according to the classification of « secret defense » of the moment, the lines of longitude and latitude, imagine the special statutory basis, while leaving the regime unprecedented incarceration at the discretion of guards ruthless, unscrupulous, paradoxically relegated themselves there in perpetuity.

This camp was active for more than a decade, until the horrific death of his first designer or inspiring manager, and I had the misfortune, at this time, to working in the military structure which prisoners passed by for come there.

Sometimes I talk from time to time with some captives, whose charges seemed fanciful to ask me plausible reasons for their arrest. And I took notes, I already practicing the tools of profession of lawyer I wanted to kiss at the end of my military obligations. A kind of revenge with bare hands against injustice, against arbitrariness. A plea for posterity…

The arrest of « those » (station who dared pronounce their names!) had been no military judgment. This quota was transferred from Shirta with only one ticket nut collective sanctions without reasons and without holding period.

Disaster that was the point of reading this document, do register! Moreover, more importantly, what I found most unfair on the part of the leaders of the army involved in these dismal transfers is that they condemn the horrors of occupation, while using its methods. They tortured mercilessly. They never informed the families of the destination of « those ».

Whenever I could, I wondered secretly deported to which I had the certainty of innocence theirs addresses, to send an anonymous typed letter to theirs parents, invariably with the following:

« I regret to inform you that your son has passed through the military court of N’goussa the  .. / .. / 19.. He goes well and tells you hello. He tells you not to worry and that he hopes to return home soon.

« I gave and rid the folds on leave capita in the north, from different cities to cover their tracks. When a family was distraught inquire at the garrison of N’goussa, it is to my service that sent him; military administration in principle appropriate to advise, but having to set absolute nothing to say …

Getting visitors the solemn oath never to reveal “their source”, I confirmed quietly passing the son by the court, but I was unable to tell them what exact destination they took him, not knowing myself. I had only the resource to form an angle with my arms widening towards infinity of southeast, before letting them fall back helplessly along my body…

When the parents went more or less comforted, believing to have found in myself even a « lifeline », a glimmer of hope for the return of their children disappeared, a « contact » on which they could count on in the future, I experienced the “wrath of war” of my superiors, who argued that the « leakage » could only have come from my structure, and that I should punish indiscriminately in my staff.

Much annoyed by bad faith and headlong rush of the hierarchy, I was faking laborious investigations, which, curiously, appeared credible in their eyes, and they left me in peace for a while. My bosses never had doubted in my « innocence » because I spent a suspicious officer, a « no heart, » who happened to yell very loud as any guidance when it was needed, and spent all his free time reading books.

However, once an active military magistrate had this clear thought about me, frowning:

« Lieutenant … it’s been a year that I know you … you bawl rarely, but I’ve never heard you to blasphem … and that it is not a military attitude …

  • Affirmative, Captain, I had replied with a stupid air… Simply, because in my head, I’m not… choosing a profession is not intended or by makeshift … me, I set my heart on a profession for which I studied for four years … So I should act knowingly … You, sir, you have opted for a military career … It takes all kinds to make a world, I had concluded, shrugging his shoulders, to cut corners, because the assets do not like being told they are not the wrong door…

«He remained silent. Without noticing, I had not responded at the heart of the question, namely why I swore not. Even if I had delivered the back of my mind, I set out the requirements of my education, he probably would not understand that the truth, to attain the fullness of its expression is still off the beaten track, is as bitter he said. However, the army is ready to accept all the mistakes of its « offspring » of the body reserve, except to be a plasterer of lessons…

Frankly, I was not afraid of anyone, and I persisted in my inquiries. I have known over time, bit by bit, that where they sent these quotas, there was no jail, no fence, no wall, and no barbed wire prison. No road leading to it. Periodically, a military plane had dropping food there. And « detainees », including the parachutes, ô my God, do not open forever! …
Thus, at my request, I received Tewfiq Baali in my office. I noticed he emerged from the crowd; his face reminded me of someone that I saw frequently at Mezghena a few years before, at the campus and in the central boulevards. I thought the way to do momentary escape the vigilance of his guards, to offer him a cup of tea and chat a moment with him. No more. Revive somewhat mischievous complicity of former students who find the opportunity to hold forth on a sudden permanent ineptitude of government … Because by the watermark, I firmly believe that this prisoner was innocent and I wanted to help him! To my surprise, the military police remained very complacent in his place. His guards gave the impression of doom him a great respect.

Put in trust, thread needle, Tewfiq Baali had revealed to me for an entire morning all his troubles with his detractors. I had asked him, at point-blank, one question, certainly annoying but perhaps a bit therapeutic to release some of the pressure on his frail shoulders captivity, at least, it seemed to me be the case…

« Why were you arrested? … You can tell me everything or you shut up … In all ways, I will help youn as I could, without any preconditions…»

Before beginning his story, he remained silent for a long moment, his eyes on far beyond the walls of the barracks, thinking deeply, with the same peaceful air, calm and steady, it showed since he entered in my office.

First, he talked about the history of our country, that our nation had suffered because of slavery and invasions. He noted the great blessing offered by the precepts which have inherited from our ancestors to raise the spirituality of the people and to counter the perverse ideological imports. He had made a fine sociological analysis of society, citing observations of Ibn Khaldun, who had studied the habits of the local ethnic groups, during the centuries of obscurantism of the Middle Age. « Ignorance, » « selfishness, » « indifference, » « tribalism, » « neocolonialism, » « sect, » « incompetence » are some keywords that I had retained in its development. It was on his mouth that I heard for the first time the notion of « global economic power. »
He talked about his family, his youth, and his passion for writing. Gradually, unadorned, the link is established, by cause to effect, with his arrest, as in assembling a complex puzzle associate with bricks for expeditious military justice procedures, however that fit precisely with the political deleterious situation of moment.

He was lieutenant of Train at 51st QGO. Degraded as simple soldier, following an alleged plot against the government. Despite the torture, the State Security was never able to find his diary, wanted by the supreme command of the army for obscure reasons.

The man I met was a great size. Svelte. White skin, bronzed neck. Dark brown hair with red highlights. Almond color eyes with green pigmentation. An intelligent and bright look, who betrayed him, in no doubt, an intellectual air, despite evidence of abuse he had suffered still visible on his face. He was of my age and had to read his diaries, which he had hidden in the false bottom of his duffel bag, completed graduate studies in political economy.

He quickly made the decision to entrust me his manuscripts, knowing who it was, and because he had already guessed where he was going, few people are gone and there are few who have returned. He made me promise to publish his writings. He told me he would try to continue to write and send me away, but if a year passed without any news about him, I had complete freedom to act. He did not want his parents to know where he is. This brave vow, I thought, at the time, the ability to subscribe, but I could not bring myself to respect my promise, because he had spoken to his mother in moving terms.

Excited about his project, I had given him a lot of blank notebooks and pens.

« Instead of pencils and erasers, if possible, he asked me blushing with embarrassment … the ink will not stand in the heat … where I go, every line written will be invaluable … I have to clear my platitudes instead of deface … « 

It was as if I had given him the greatest treasure in the world! He hugged me with energy, saying a « thank you » whispered he had seemed to hear an echo replicated by the walls of my office and he had slipped the package into the same hiding his luggage.

« Why hide your manuscripts where excavations take at first place on the prisoners, had I asked, worried?…

  • Who does not love a truth not find it, even if it is revealed with the magnification of the electronic microscope, he replied with a hint of anger, or frustration rather contained… they suggest that know everything, they provide all… In fact, there is none so blind as those who will not see the light … This efflorescent outpouring reveal him at one time or another in his career unfair on the Earth Planet the darkness of his soul … There is therefore no possible redemption for the wicked … Vermin devour their bodies and their souls will torment remorse for eternity.

Since I saw this young man on the spot report of the garrison, I did not stop being impressed by his personality, and his words, but what he had to say summed up the essence of his intelligence and the secret of his great fight!

When I shared with him that day, despite the deplorable conditions of his captivity, he still asked, polished, positive. He did not behave as an internee deprived of liberty. His freedom is … interior, in his head, unable to walling… I found a great culture, a strong sense of analysis and synthesis in his narrative, immeasurable kindness in his eyes. Although clearly shone at the bottom of his eyes, a steely resolve, and shone on his forehead, the serenity of men who are not afraid of death.
Around noon, the chief of the escort showed the tip of his nose to the door of my office, with desolate air, meaning that the time of departure was imminent. I remained banned, not knowing what to do. In my mind spiraled marched several scenarios of « out crisis » in his place, including very attractive to do so forthwith escape, hiding in some corner, closet or attic and simulating having been knocked out and tied, like in the movies … I even rummaged gaze out the window several times to find the « tools » to fit bolster the escape plan I began to concoct for him … He had become immediately, without any calculation, my friend, my brother. He had understood my embarrassment and perhaps guessed my intention to give it all out for him.

« No nonsense, ya dada … I need you where you are, he had chained calmly, putting his right hand, as beautiful as his face, my left arm … you are my last tag before vertical leap of up to 3000 meters  toward the uniform mineral unknown of down… never mind … concede them, against our will, it is a sophisticated system of imprisonment … the ultimate cynicism … though they are the wrong place, because it is exactly to the wide open spaces out there that I’ve always wanted to go …  »
Then he stood up and put his backpack on his shoulder. He remained standing for a moment, his eyes staring at the ground, looking serious as the mind absorbed in deep thought, the body seemed to bear all the weight of the world. Then he lifted up his eyes in my direction with a radiant smile, a few words before clamps as a moral posthumously testament, in conclusion to his story:

« We, intellectuals, have a permanent debt to this country … it is so great … it is so beautiful … it is by the grace of God, so rich … let us take care … We love and we will make it a hundredfold … Our people have suffered from the lack of quality education, except perhaps our generation has been to straddle two systems of thought, and was able to pass through the eye of the storm… But it was threatened in some way by the plague and cholera… Occupants who will never accept to leave a free and competent elite governing the country… And the new tenants who only understand the language of force, like animals … Which are only the servants of the old masters, often without know… Our nation had no respite to improve its cultural condition … If she had not taken refuge under the protective wing of her religion, enlightened and tolerant, she lost everything and have slipped into an endless abyss … Now, it is on her intellectuals that must account … If we are not ambitious for ourselves, let it at least for our children …  »
And he perfectly welcomed the officer he had in front of him, before leaving. For a long time, I thought that Tewfiq Baali had perished. I thought about him constantly. And one day, when all hope to see him in the flesh seemed definitely vain, Providence had manifested his goodness in all its fullness!

While I was going to make my endowment to regulatory quartermasters, towards the end of my conscription, sorry I lost track of him, ashamed of having done anything for him, I had received the one jet following his newspaper, sent from Camp Zero through a sense process!

So I could rebuild his stay there, trying to crystallize for posterity on the first truthful testimony « KP-Zero » by an actor of the place and in real time, without complacency, without any comparison with what happened in other prisons of the world. Certainly, his books are all indestructible tags testifying against the actions of all types of totalitarianism.

His writing, while describing the horrors, is beautiful, clear, positive, original, rich and talented. I consider him one of the few intellectuals of our country have been able to show, with all the rules of the art, that the human people being is capable of the worst, but also the best, in extreme conditions of existence.

Knowing alive, I could not bring myself to publish his manuscripts, I had returned to his parents once went to civilian life. With these, the families of prisoners, and some of our brave friends, we decided to establish a committee for the release of all prisoners of conscience. Soon, we were met with what is commonly called “reason of state”, this terrible necromancer who has no face, which is deaf and dumb, who sees only his blind eye in what is its narrow interest, and has no pity for the brave.

In order not to let the sponsors of this last triumph completely, I decided to use the ultimate weapon of Tewfiq Baali, which made them tremble when they are measured at him, and they can silence: The truth of the words scattered to the wind!

So I thought doing something useful while writing this novel here, but I decide to offer publishers before talking to the man who inspired it, or at least as I have not had irrefutable proof he would not return from Camp Zero. During my stay in N’goussa, I’ve never seen anyone go from there, not even the « keepers of Simoom, » that the reader will find the heart of this romantic saga. But often the future concoct many unexpected surprises … Because he came back five years later, and had precipitated the final closure of the camp some time later, deciding to submit a copy of his books to military command!

I wrote to the address he had communicated me before, and we met again near his hometown in his parents’s farm, where he embraced the attractive profession of gardener. Because his opponents had conditioned his release from house arrest status for life.

« Never mind, he told me in substance (He said the same thing before leaving for Camp Zero) … with them, I learned never expressed a desire rather express contrary they refused … I return to my home … I told them that I did not care to go elsewhere, even Mezghena … The greatest punishment they would take me back there, better watch me but I knew they would not because my modest person became too dangerous for this great town, near the headquarters of their principality … Clairvoyant, father had told them that his isolated farm in open countryside, could very well be the case … They accepted just because they thought could continue to punish me … so for them, my lifestyle is too contagious to society, I would say to the public versatile for the crowds that on radio-controlled shots demagogic hollow … They no know … They are permanent, irrecoverable ignorants… That the real example to give people, is the life in rural land … That our country is rich by his space and basement … There is enough to keep the whole of humanity … You know, they got non-stop on my account, but will they live enough to sustain their ultimate ukase?”

His « domain » is a haven of greenery, peace and tranquility. He handed me a copy of the books who describing the second part of his stay in KP-Zero, where he was finally « chased », to use the exact word he had spoken, because his presence in this camp had produces the opposite effects of those intended by its opponents.

He « allowed » the final version of this novel, on condition that his real name do not mentioned as an author. No fear, psychological denial about the struggle for the triumph of human rights, but by intellectual honesty. Certainly disinterest and lack of libido for celebrity media. To toe, Tewfiq, my friend, my brother! You wanted anonymity of exceptional men who deserve  recognition  only really counts in this world: That which comes from the humble people, small people, their brothers. To make you justice anyway, I decided to publish extracts as is most telling of your journal. The reader will share what belongs to you. Practically the very soul of thos writings!

You probably « sin » by excessive difference from the majority of your fellow citizens. For a long time, you knew  defeat mechanisms all mousetraps placed on the path of your life. Each onslaught of your opponents, you could get up stand on your feet. The last villain tripped a dark eradicator of military command, you gave the impression of not being able to find your center of gravity. It was wrong know you…

saharasatellite 10

Original text/Texte original

Page d’introduction commune pour tous les tomes.

«Camarades, nous avons tous été des soldats de plomb.»


(In « Essoufflements » Tome 4 « Pk Zéro » Chapitre X)

 ———————————————

Prologue

J’ai connu Tewfiq Baali à [1]N’goussa, une des portes du Grand-Sud, au-delà du moutonnement cuivré des [2]Dokharas, au pays des [3]Rois Tuggurts. Combien c’est loin maintenant, mais toujours saisissant de réalité !

A l’époque des chroniques qui vont suivre, j’y accomplissais mon service militaire comme chef scribe au tribunal de la garnison. Un rond-de-cuir couleur kaki, quoi. Bien que je n’aie jamais eu à contresigner aucun jugement, quel qu’il soit. A vrai dire, mes collaborateurs et moi-même étions considérés par la hiérarchie comme des archivistes, tout au plus.

Hé ! Que demandent donc des réservistes, summum de l’inhibition passive, sinon que de passer pour des paillasses ? A contrario, jamais nos chefs n’auraient pu imaginer, ne serait-ce que le temps d’un battement de paupières, que nous avions aussi un devoir de mémoire irréductible à l’endroit des générations futures. D’où l’émergence de cette œuvre, qui a en quelque sorte coulé de source.

Tout avait commencé pour nous lorsque l’administration militaire nous avait envoyé des ordres d’appel à l’âge de la majorité, ou quatre à cinq ans plus tard pour ceux qui avaient poursuivi comme moi des études supérieures.

Parmi les milliers de conscrits affectés ici et là dans les casernes, au hasard, le plus souvent sans sélection préalable en rapport avec leur qualification académique ou professionnelle, on dénombre trois types de recrues :

– Les rares privilégiés qui satisfont à leurs obligations militaires sans anicroches majeures, par chance, ruse ou passe-droit.

– La deuxième catégorie, la plus nombreuse, est celle des servants. Ce sont les corvéables à merci, boule-à-zéro permanente, tenue débraillée et ventre creux la plupart du temps. Troupes au quotient intellectuel pour le moins… obtus, qui exécutent sans état d’âme les basses besognes, tant à l’échelle humaine altimétrique qu’au sens neuro-végétatif du terme…

Militaires que l’on sanctionne périodiquement pour des motifs prévus par le Règlement du Service dans l’Armée ; fautes punissables d’arrêts de rigueur, universellement codifiées, plus ou moins admissibles, qui rappellent au soldat qu’il est aux ordres et qu’il ne doit pas broncher.

A l’évidence, tous les systèmes dictatoriaux ne tiennent que parce qu’ils parviennent à dompter cette catégorie de subordonnés.

– Le troisième cas de figure est celui des gradés. Caporaux, sergents, aspirants et sous-lieutenants de réserve. Y voir des commandeurs est une vue de l’esprit. Ils sont simplement destinés à encadrer les servants. Tant qu’ils exécutent les ordres du commandement, ils bénéficient du privilège du grade subalterne, consistant à faire obéir les hommes de troupe, tout en récoltant dans la foulée quelques privilèges matériels désuets, et des insignes qui titillent quelque peu leur ego. Peu parmi eux sont capables de remettre en cause le postulat du diktat des actifs. Assurément, cela ne les intéressent pas, car ils savent qu’ils ont un temps à passer en caserne avant d’être libérés.

Qu’en est-il des «politiques» parmi eux ? Mot que l’on chuchote dans les casernes en regardant derrière soi, et qui se comptent avec les doigts d’une seule main. En réalité, beaucoup d’entre-eux ne se considèrent pas forcément comme tels. Le plus souvent, ils ignorent même l’être ! C’est le haut commandement qui décide de les affubler de ce qualificatif, dès lors qu’il les considère comme dangereux pour le système. Ceux-là, on les «neutralise» d’emblée, et une fois pour toute, comme on aime à dire dans le jargon militaire ; le plus souvent au gré de l’humeur des [4]«éradicateurs», ainsi qu’on les appelle dans ce pays.

Ces derniers sont les hommes de l’ombre. Ceux qui n’aiment pas la lumière du soleil, qui sont voyeurs de profession, à l’image de crins désagréables qui s’invitent à toutes vos sauces sans demander votre avis, pour des motifs inimaginables, inqualifiables, légitimés par eux seuls, contenus dans une charte secrète décrétée très haut, par des commanditaires qu’ils ne connaissent même pas.

L’exemple des «politiques» cité ci-dessus s’est appliqué à Tewfiq Baali, et nous avons eu le destin commun de nous rencontrer à ce moment-là de notre vie, à la différence que lui avait eu moins de veine que d’autres. Quoique la bonne fortune ou la guigne, en ce qui concerne ce jeune homme, ne sont que des vues de l’esprit chez un observateur profane. En croyant lui faire du mal, ses détracteurs l’ont propulsé vers des dimensions d’élévation spirituelle, de créativité, d’amour du prochain, de don de soi pour son pays, exceptionnels. Mais après bien des épreuves, après une si longue durée…

Les déboires de cet appelé du contingent ont commencé longtemps avant son arrivée à N’goussa, où il ne faisait que transiter, avec un groupe de détenus venant du siège du 12ème Corps d’Armée. Tous en partance pour Pk-Zéro. Une cohorte des plus hétéroclites :

– Un intendant incorruptible accusé injustement de vol, dans des casernements où la rapine est une pratique contagieuse typiquement militaire, admise et tolérée par la hiérarchie, se servant elle-même en premier, et abhorrant les hommes intègres qui la dénoncent.

– Un meurtrier de chef tortionnaire ayant dépassé la ligne rouge tolérée par sa dignité humaine.

– Un maquereau s’affichant publiquement avec la femme d’un gradé.

– Trois insurgés récidivistes devenus très dangereux pour la pérennité du système.

– Huit déserteurs incorrigibles.

– Quatre fiers-à-bras invétérés.

Et, au milieu de ce fatras de victimes ou d’insoumis aux uniformes luisants de crasse, avait émergé distinctement, par sa stature et sa personnalité, la silhouette effacée mais aux habits propres de ce prisonnier atypique, que j’aurai pu ne pas voir ce jour-là, tant les préaux sales de la juridiction militaire où j’exerçais ma triste fonction ont brassé de reclus. Lorsque, nouvellement muté à la garnison, j’avais assisté pour la première fois à ces lugubres transferts, mes yeux mortifiés avaient tenté de mesurer l’affliction des relégués dans toutes ses dimensions ; mais fort heureusement, mon esprit, demeuré assez lucide malgré la chaleur torride et les vents de sable, avait très vite refusé d’en fixer les images. Plus tard, une routine protectrice avait permis à «l’auxiliaire insignifiant de justice militaire» (que l’armée avait cru de faire de moi en me nommant à ce poste) de rapidement en oublier les visages hagards. Car, comme en médecine, le trop fort émoi d’un chirurgien, qui voudrait partager la douleur de ses patients, peut déstabiliser sa faculté de les soulager correctement. Apothicaire proposant des remèdes à tout-va, je ne l’étais point. Mais lâche d’avoir été témoin de pratiques honteuses sans les dénoncer, jamais !

Nul ne peut le nier, les camps pénitentiaires du Sahara ont existé, du temps des colonies mais aussi après les indépendances tronquées des nations qui se partagent cet espace mouvant immense, avec une traçabilité médiatique quasi hermétique, du fait de la chape de plomb qui entourait cette question, en ces temps-là. Mais aucun citoyen ordinaire, à part quelques dizaines de militaires vaguement au courant, d’autres impliqués peu ou prou dans les décisions de punir, n’aurait pu se douter de l’existence du Camp Zéro. Seul un régime politico-militaire diabolique, sadique, maffieux, narcissique, névropathe, avait pu en croiser sur une carte d’état-major, selon la classification de « secret-défense » du moment, les lignes de longitude et de latitude, en imaginer les fondements statutaires spéciaux, tout en laissant le régime inédit d’incarcération à la discrétion de gardiens sans pitié, sans scrupules, eux-mêmes paradoxalement bannis là-bas à perpétuité

Ce camp avait activé pendant plus d’une dizaine d’années, jusqu’à la mort horrible de son premier concepteur ou inspirateur, et j’avais eu le malheur, à cette période, de travailler dans la structure militaire par où transitaient les prisonniers destinés à partir là-bas.

Comme ce jour-là, il m’arrivait de parler de temps à autre avec certains captifs, dont les chefs d’inculpation me semblaient fantaisistes, afin de m’enquérir des raisons plausibles de leur arrestation. Et je prenais des notes, m’exerçant déjà à la profession d’avocat que je voulais embrasser à l’issue de mes obligations militaires. Une sorte de revanche à mains nues contre l’injustice, contre l’arbitraire. Un plaidoyer pour la postérité…

L’arrestation de «ceux-là» (gare à celui qui osait prononcer leurs noms !) n’avait fait l’objet d’aucun jugement militaire. Ce dernier contingent avait été transféré de Shyrta avec uniquement un billet d’écrou collectif, sans motifs de sanctions et sans durée de détention.

Que fut sinistre le devoir de lire ce document, de le faire enregistrer ! Et plus grave encore, ce que je trouvais le plus injuste de la part des chefs de l’armée impliqués dans ces lugubres transferts, c’est qu’ils condamnaient les affres de l’occupation, tout en utilisant ses méthodes. Ils torturaient sans pitié. Ils n’informaient jamais les familles de la destination de « ceux-là ».

Chaque fois que je le pouvais, je demandais en cachette aux prisonniers dont j’avais la certitude de l’innocence leurs adresses, afin d’envoyer de façon anonyme une lettre dactylographiée à leurs parents, avec invariablement le texte suivant :

«J’ai le regret de vous informer que votre fils a transité par le tribunal militaire de N’goussa le ../.. /19.. Il va bien et vous passe le bonjour. Il vous dit de ne pas vous inquiéter, et qu’il espère revenir rapidement à la maison.»

Et je donnais à affranchir les plis à des permissionnaires habitant au Nord, à partir de villes différentes, afin de brouiller les pistes. Quand une famille affolée venait s’enquérir à la garnison de N’goussa, c’est à mon service qu’on l’envoyait ; administration militaire en principe appropriée pour aviser, mais ayant pour consigne absolue de ne rien dire.

Obtenant le serment solennel des visiteurs de ne jamais dévoiler «leur source», je confirmais discrètement le passage du fils par le tribunal, mais j’étais incapable de leur dire vers quelle destination exacte on l’avait conduit, ne le sachant pas moi-même. Je n’avais pour seule ressource que de former avec mes bras un angle s’élargissant vers l’infini du sud-est, avant de les laisser se rabattre avec impuissance le long de mon corps.

Lorsque les parents plus ou moins réconfortés partaient, persuadés d’avoir trouvé en ma personne ne serait-ce qu’une «bouée de sauvetage», une lueur d’espoir pour le retour de leur progéniture disparue, un «contact» sur qui on pouvait compter à l’avenir, je subissais les foudres de guerre de mes supérieurs, lesquels affirmaient que les «fuites» ne pouvaient provenir que de ma structure, et que je devais sévir sans discernement dans mon staff.

Dépité par autant de mauvaise foi et de fuite en avant de la hiérarchie, je simulais des enquêtes laborieuses, qui, curieusement, paraissaient crédibles à leurs yeux, et ils me laissaient en paix pour un temps. Jamais mes chefs n’avaient douté de mon «innocence», car je passais pour un officier ombrageux, un «sans cœur», à qui il arrivait de gueuler très fort comme tout l’encadrement lorsque c’était nécessaire, et qui passait tout son temps libre à lire des livres. Cependant, une seule fois, un magistrat militaire d’active avait eu cette réflexion équivoque à mon sujet, en fronçant les sourcils :

«Lieutenant, ça fait une année que je vous connais… Vous braillez rarement, mais je ne vous ai jamais entendu blasphémer. Et ça, ce n’est pas militaire.

– Affirmatif, mon capitaine, avais-je rétorqué d’un air niais. Tout simplement parce que, dans ma tête, je ne le suis pas. On choisit un métier soit pas vocation, soit par pis-aller. Moi, j’ai jeté mon dévolu sur une profession pour laquelle j’ai étudié pendant quatre ans… Je l’exercerais donc en connaissance de cause. Vous, mon capitaine, avez opté pour la carrière militaire au long cours. En d’autres termes, à chacun son métier et les vaches seront bien gardées.

– L’armée professionnelle ne vous a jamais emballé, Baali, me dit-il, avec la rancœur sournoise propre à beaucoup d’actifs ?

– Pour la hiérarchie, un soldat est bon lorsqu’il applique à la lettre les ordres. Je ne suis pas contre l’axiome de l’obéissance comme antithèse au désordre, mais mes neurones ne répondent qu’après avoir décryptés l’objet des instructions reçues. Il se passe donc un temps de réflexion, qui peut être préjudiciable en période de péril à la bonne marche des opérations. Alors s’invite, dans ma tête, un questionnement purement didactique. Quelles opérations ? Pourquoi ? En réalité, j’ai constamment besoin de connaître le motif des ordres ; même si mon attitude peut être interprétée comme une prétention de censeur de causes trop grandes à contenir par un simple individu, dont les avis ne comptent pas à l’échelle de positions politiques stratégiques officielles déjà verrouillées. Conséquence : La cible est à abattre, point à la ligne. Pour le commandement, mon atermoiement, trop superficiellement montré du doigt comme lâcheté, peut faire perdre une guerre. Pour moi, différence fondamentale, capitale, il permettrait de l’éviter… C’est, simplement dit, une question d’éthique existentielle… Les recrues de ce type, vous ne l’ignorez pas, mon capitaine, l’armée n’en a que faire… Bah, il faut de tout pour faire un monde, avais-je conclu en haussant les épaules, pour arrondir les angles, car les actifs n’aiment qu’on leur dise qu’ils se sont trompés de pas de porte… »

Il était resté coi, rageant intérieurement contre une démonstration de rhétorique qu’il ne saurait contrer. Sans qu’il s’en aperçoive, je n’avais pas répondu à l’objet pernicieux de sa question, à savoir: Pourquoi je ne jurais pas? Même si je lui avais livré le fond de ma pensée, énoncé les exigences de mon éducation, il n’aurait sans doute pas compris qu’une vérité, pour atteindre la plénitude de son expression, doit toujours sortir des sentiers battus, aussi amère soit-elle. Or, l’armée est prête à accepter tous les errements d’un de ses «rejetons» du corps la réserve, sauf d’être un «ravaleur de leçons»…

A ce niveau, je dis tant pis pour ceux qui admettent, acceptent, permettent, tolèrent ou soutiennent ce type de servitude militaire ! Toute ma vie, j’ai lutté contre cet ordre inique des choses. Je considère que celui qui ne peut lutter à visage découvert contre l’injustice, l’incompétence et l’arbitraire militaire, peut le faire au moins avec le cœur. Moi, je le fais avec la plume, que j’estime à terme plus forte que l’épée. Cela dit, ne pensez pas pour autant que je suis un antimilitariste forcené. Il n’y a pas dans l’absolu d’armées maléfiques par prédestination. Il y a des militaires médiocres au service du mal. Il y a aussi des armées valeureuses qui défendent avec brio et bravoure leurs pays menacés par des invasions. Celles-là sont admirables lorsqu’elles s’interdisent d’être à la solde d’un régime politique honni, d’une secte pernicieuse, ou d’une mafia vorace.

S’il vous plait, lisez d’abord. Au fil des pages, et si vous n’avez pas décidé entretemps de ranger mes livres au placard par ennui de ne pas y avoir découvert suffisamment de matière, ou par mauvaise conscience d’avoir été, incidemment, à un moment ou à un autre de votre vie, du mauvais côté de la barrière, votre intime conviction devrait ne pas tarder à s’établir sans difficulté. Vous vous découvrirez peut-être alors avoir été les meilleurs défenseurs des causes justes.

En toute franchise, je n’avais peur de personne, et je persistais dans mes investigations. J’avais pu savoir, au fil du temps, par bribes, que là où on envoyait ces contingents, il n’y avait aucune geôle, aucun grillage, aucune muraille, aucun barbelé de bagne. Aucune route n’y menait. Périodiquement, un avion de l’armée y larguait des vivres. Et des «détenus», dont les parachutes, ô mon Dieu, ne s’ouvraient pas toujours !

C’est ainsi, qu’à ma demande, j’avais reçu Tewfiq Baali dans mon bureau. J’avais remarqué qu’il sortait nettement du lot, son visage me rappelant celui de quelqu’un que je voyais fréquemment à Mezghena les années d’avant, au campus de l’Université et sur les boulevards du centre-ville.

J’avais cru de la sorte le faire échapper à la vigilance momentanée de ses gardiens, afin de lui offrir un verre de thé et de causer un moment avec lui. Sans plus. Ranimer en quelque sorte une complicité espiègle d’ex-étudiants qui trouvent ainsi l’occasion de pérorer un coup sur l’ineptie permanente des pouvoirs publics… Parce qu’en filigrane, j’avais l’intime conviction que ce prisonnier-là était innocent et je voulais l’aider ! A ma grande surprise, la police militaire restait très complaisante à son endroit. Ses gardiens donnaient l’impression de lui vouer un grand respect.

Mis en confiance, de fil en aiguille, Tewfiq Baali m’avait révélé pendant une matinée entière tous ses déboires avec ses contradicteurs. Je lui avais posé, à brûle-pourpoint, une seule question, certes gênante, mais peut-être un tantinet thérapeutique, pour le libérer quelque peu de la pression exercée sur ses frêles épaules par la captivité; du moins, ce qu’il m’avait semblé être le cas…

« Pourquoi avez-vous été arrêté ? Vous pouvez tout me dire ou vous taire. Je ne vous trahirais point. De toutes les façons, j’ai l’intention de vous aider comme je peux, sans aucune condition préalable. »

Avant d’entamer son récit, il était resté silencieux pendant un long moment, le regard portant très loin, au-delà de l’enceinte de la caserne, réfléchissant profondément, avec le même [5]air paisible, apaisé et constant, qu’il affichait depuis qu’il était entré dans mon bureau. Il donnait l’impression de n’avoir peur de rien, de personne. Il se fichait pas mal d’être, par exemple, mis sous écoutes ou d’être confondu avec des gadgets d’interrogatoire dans le genre vitre sans teint…

Il avait d’abord parlé de l’histoire de notre pays; de ce que notre nation avait enduré à cause de l’esclavagisme et des invasions. Il avait noté la très grande bénédiction offerte par les préceptes moraux dont ont hérité de nos ancêtres pour élever la spiritualité des gens, et pour contrer les importations idéologiques perverses. Il avait fait une analyse sociologique très fine de notre société, en citant des observations d’Ibn Khaldoun, qui avait étudié les mœurs des ethnies locales, pendant les siècles d’obscurantisme du Moyen-âge.

«Inculture», «égoïsme», «indifférence», «méchanceté congénitale» «tribalisme aveugle», «néocolonialisme», «secte pernicieuse», «bêtise humaine», «incompétence totale», «totalitarisme», sont les quelques mots-clés que j’avais retenus dans ses développements. C’était de sa bouche que j’avais entendu pour la première fois la notion de «pouvoir économique planétaire». Il m’avait parlé de sa famille, de sa jeunesse, de sa passion pour l’écriture. Petit à petit, sans fioritures, le lien s’établissait de cause à effet avec son arrestation, comme dans l’assemblage d’un puzzle sociétaire complexe, avec pour pièces des procédures de justice militaire expéditives, qui cadraient toutefois précisément avec la situation politique délétère du moment.

C’est ainsi que j’avais appris qu’il était sous-lieutenant de réserve du Train au 51ème [6]QGO. Dégradé en simple soldat, à la suite d’un prétendu complot contre la Sécurité d’État. Malgré la torture, ses tortionnaires n’avaient pu lui faire avouer la cache de son journal, recherché par le commandement suprême de l’armée pour d’obscures raisons.

L’homme que j’avais rencontré était grand de taille. Svelte. Le teint blanc, bronzé à l’encolure. Les cheveux châtains foncés, avec des reflets roux. Des yeux couleur amande, à la pigmentation verte. Un regard vif et intelligent, qui trahissait, à n’en point douter, un air intellectuel, malgré les traces des sévices qu’il avait endurés encore visibles sur son visage. Il avait mon âge et avait, à la lecture de ses carnets intimes, qu’il avait cachés dans le double fond de son sac marin, fait des études supérieures d’économie politique.

Il avait très vite pris la décision de me confier ses manuscrits, sachant à qui il avait affaire. Et surtout parce qu’il avait déjà deviné que là où il partait, peu de gens sont allés et rares sont ceux qui en sont revenus. Il m’avait fait promettre de publier ses textes. Il m’avait dit qu’il tenterait de continuer d’écrire et de m’envoyer la suite, mais que si une année passait sans aucune nouvelle le concernant, j’avais toute latitude d’agir. Il n’avait pas voulu que ses parents sachent où il est. Ce vœu courageux, j’avais cru avoir, sur le moment, la faculté d’y souscrire. Mais je n’avais pu me résoudre à respecter ma promesse, car il m’avait parlé de sa mère en des termes émouvants.

Enthousiasmé par son projet, je lui avais remis une dizaine de carnets vierges de cent pages et des stylos.

« Plutôt des crayons et des gommes, si c’est possible, m’avait-il demandé en rougissant d’embarras. L’encre ne résistera pas à la chaleur. Là où je vais, chaque ligne écrite sera précieuse. Je dois effacer mes trivialités au lieu de les biffer. »

C’était comme si je lui avais remis le plus grand trésor du monde ! Il m’avait étreint avec énergie, en prononçant un «merci» chuchoté, qu’il m’avait semblé entendre répliqué en écho par les murs de mon bureau. Puis il avait glissé le colis dans la même cachette de son bagage.

« Pourquoi dissimuler tes manuscrits là où s’effectuent les fouilles en premier sur les prisonniers, lui avais-je demandé, inquiet ?

– Celui qui n’aime pas une vérité ne la trouvera pas, même si elle lui est révélée avec le grossissement du microscope électronique, avait-il répondu avec un soupçon de colère, ou plutôt d’exaspération contenue… Ils laissent croire qu’ils savent tout, qu’ils prévoient tout. En fait, il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir la lumière, ce jaillissement efflorescent qui lui révèlera, à un moment ou à un autre de son parcours inique sur la Planète Terre, la noirceur de son âme. Il n’y a donc pas de rédemption possible pour les impies. La vermine dévorera leurs, et le remords torturera leurs âmes pour l’éternité. »

Depuis que j’avais aperçu ce jeune homme sur la place de rapport de la garnison, je n’avais pas cessé d’être impressionné par sa personnalité, et par ses propos. Mais ce qu’il venait de dire résumait la quintessence de son intelligence, et tout le secret de son fantastique combat !

Quand j’avais échangé avec lui, ce jour-là, malgré les conditions déplorables de sa captivité, il restait posé, poli, positif. Il ne se conduisait pas comme un interné incarcéré. Sa liberté à lui était, comment dire… intérieure, dans sa tête, impossible à emmurer. J’avais relevé une très grande culture, un solide esprit d’analyse et de synthèse dans sa narration, une incommensurable bonté dans son regard. Quoique transparaissait distinctement, au fond de ses yeux, une détermination à toute épreuve, et rayonnait à son front, la sérénité des hommes qui n’ont pas peur de la mort.

Vers midi, le chef de l’escorte avait montré le bout de son nez à la porte de mon bureau, l’air désolé, voulant dire que l’heure du départ était imminente. Je demeurai interdit, ne sachant que faire. Dans mon esprit défilaient vertigineusement plusieurs scenarios de «sortie de crise» à son endroit, dont celui, très séduisant, de le faire évader séance tenante, en le cachant dans quelque réduit, cagibi ou soupente, et en simulant d’avoir été assommé et ficelé, comme dans les films. J’avais même fureté du regard par la fenêtre à plusieurs reprises pour repérer les «outils» aptes à conforter le plan d’évasion que je commençais à concocter pour lui…

Celui qui était devenu immédiatement, sans calcul aucun, mon ami, mon frère, avait compris ma gêne, et peut-être aussi, deviné mon intention de tenter le tout pour le tout pour lui.

« Pas de bêtise, [7]ya dada… J’ai besoin de toi là où tu es, avait-il enchaîné avec calme, en mettant sa main droite, aussi belle que ses traits, à mon bras gauche. Tu es ma dernière balise avant le grand saut vertical du haut de 3000 mètres d’altitude vers l’inconnu minéral uniforme d’en-bas. Qu’à cela ne tienne ! Concédons-leur, à notre corps défendant, que c’est un système sophistiqué d’emprisonnement… Le nec plus ultra du cynisme… Quoiqu’ils se soient trompés de lieu, car c’est exactement vers les grands espaces de là-bas que j’ai toujours voulu aller. »

Puis il s’était levé et avait mis son paquetage à l’épaule. Il était resté un moment debout, le regard fixant le sol, l’air grave, l’esprit comme absorbé par une réflexion profonde, le corps paraissant supporter tout le poids du monde. Puis il avait levé ses yeux dans ma direction avec un sourire radieux, avant de prononcer quelques mots clamés comme un testament moral posthume, en guise de conclusion à son récit :

«Nous autres intellectuels avons une dette permanente envers ce pays. Il est si grand. Il est si beau. Il est, par la grâce de Dieu, si riche. Prenons-en grand soin. Il nous aimera et nous le rendra au centuple. Notre peuple a beaucoup souffert de l’absence d’un enseignement de qualité, sauf peut-être notre génération, qui a été à-cheval entre deux systèmes de pensée, et a pu passer dans l’œil du cyclone. Mais elle s’est trouvée menacée en quelque sorte par la peste et le cholera. Les anciens occupants, qui n’accepteront jamais de laisser une élite libre et compétente gouverner le pays. Et les nouveaux locataires, qui ne comprennent que le langage de la force, comme les animaux ; qui ne sont que les vassaux des anciens maîtres, souvent sans le savoir. Notre nation n’a eu aucun répit pour améliorer sa condition culturelle. Si elle ne s’était pas réfugié sous l’aile protectrice de sa religion éclairée et tolérante, elle aurait tout perdu et glissé vers un abîme sans fin. En ce moment, c’est sur sa composante instruite qu’elle compte. Si nous ne sommes pas ambitieux pour nous-mêmes, soyons-le au moins pour nos enfants…»

Et il avait salué parfaitement l’officier qu’il avait en face de lui avant de tourner de façon réglementaire les talons. Pendant longtemps, j’avais cru que Tewfiq Baali avait péri. J’ai pensé à lui constamment. Et un jour, alors que tout espoir de le revoir en chair et en os semblait définitivement vain, la Providence avait manifesté sa bonté dans toute sa plénitude !

Tandis je m’apprêtais à rendre ma dotation réglementaire au fournier, vers la fin de ma conscription, désolé d’avoir perdu sa trace, tout honteux de n’avoir rien pu faire pour lui, j’avais reçu d’un seul jet la suite de son journal, envoyé du Camp Zéro grâce à un judicieux procédé !

C’est ainsi que j’ai pu reconstituer son séjour là-bas, en tentant de cristalliser pour la postérité le premier témoignage véridique sur «Pk-Zéro» par un acteur du lieu, et en temps réel; sans complaisance, sans comparaison aucune avec ce qui s’est passé dans d’autres bagnes, de part le monde. Assurément, ses carnets sont autant de balises indestructibles qui témoignent contre les agissements de tous les types d’absolutismes.

Son écriture, tout en décrivant les horreurs, reste belle, limpide, positive, originale, riche et talentueuse. Je considère qu’il est l’un des rares intellectuels de notre pays à avoir su montrer, avec toutes les règles de l’art de l’écriture, que l’être humain est capable du pire, mais surtout du  meilleur, dans des conditions d’existence extrêmes.

Le sachant encore vivant, je n’avais pu me résoudre à publier ses manuscrits, que j’avais remis à ses parents, une fois rendu à la vie civile. Avec ces derniers, des familles de déportés, et quelques uns de nos amis courageux, nous avions décidé de créer un comité pour la libération de tous les prisonniers d’opinion. Très vite, nous nous étions heurtés à ce qu’on appelle communément la raison d’État, cette épouvantable nécromancienne qui n’a pas de visage, qui est muette et sourde, qui ne voit de son seul œil borgne que ce qui est dans son intérêt étroit, et qui est sans pitié pour les braves.

Afin de ne pas laisser les commanditaires de cette dernière triompher entièrement, j’ai décidé d’utiliser l’arme absolue de Tewfiq Baali; celle qui les a fait trembler dès qu’ils se sont mesurés à lui, et qu’ils ne peuvent faire taire : La vérité des mots semés à tous vents ! J’ai donc cru faire œuvre utile en écrivant le roman que voici, sans me décider à le proposer aux éditeurs avant d’en parler à celui qui l’a inspiré, ou du moins tant que je n’aurai pas eu la preuve irréfutable qu’il ne reviendrait pas du Camp Zéro. Durant mon séjour à N’goussa, je n’avais jamais vu personne retourner de là-bas, pas même les «gardiens du [8]Guebli», que le lecteur retrouvera au cœur de cette saga romanesque. Mais l’avenir concocte souvent bien des surprises inattendues… Car lui était revenu cinq ans après, et avait précipité la fermeture définitive du camp quelque temps plus tard, en décidant de remettre une copie de ses carnets au commandement militaire !…

Il m’avait écrit à l’adresse que je lui avais communiquée à l’époque, et nous nous sommes rencontrés de nouveau, près de sa ville natale, dans la ferme de ses parents, où il avait embrassé le séduisant métier de jardinier. Car ses contradicteurs avaient conditionné sa libération par un statut de résidence surveillée à vie.

« Qu’à cela ne tienne, m’avait-il affirmé en substance… (Il avait dit la même chose avant son départ pour le Camp Zéro) Avec eux, j’ai appris à ne jamais manifesté un désir; plutôt exprimer son contraire. Ils avaient refusé que je revienne à chez moi. Je leur avais dit qu’il m’était égal d’aller ailleurs, même à Mezghena. La plus grande punition aurait été qu’ils me ramènent là-bas, pour mieux me surveiller, mais je savais qu’ils ne le feraient pas, car ma modeste personne est devenue trop dangereuse pour la capitale, près du siège de leur principauté. Extralucide, père leur avait dit que sa ferme isolée en rase-campagne pourrait très bien faire l’affaire. Ils ont accepté juste parce qu’ils croyaient pouvoir continuer à me punir de la sorte. Pour eux, mon style de vie est trop contagieux pour la société, j’allais dire pour l’opinion publique versatile, pour les foules qu’on téléguide à coups de discours démagogiques creux. Ils ignorent… Ce sont des ignares permanents irrécupérables, que le véritable exemple à donner aux gens, c’est la vie en milieu rural. Ce que notre pays a de plus riche, c’est son espace et son sous-sol. Il y a de quoi faire vivre l’humanité toute entière… Tu vois, ils se sont trompés sans arrêt sur mon compte, mais vivront-ils assez pour pérenniser leur ultime oukase ?»

Son «domaine» est un havre de verdure, de paix et de tranquillité. Il m’avait remis une copie des carnets relatant la deuxième partie de son séjour à Pk-Zéro, d’où il avait finalement «été chassé», pour reprendre le verbe exact qu’il avait prononcé, car sa présence dans ce camp avait produit les effets inverses de ceux voulus par ses adversaires.

Je ne vous en dirais pas plus…

Il a «autorisé» la mouture finale de cette saga, à condition que son nom véritable ne soit pas cité comme auteur. Pas par crainte, renoncement psychologique quant à la lutte pour le triomphe des droits de l’homme, mais par honnêteté intellectuelle. Certainement par désintérêt et absence de libido pour la célébrité médiatique.

Admirable jusqu’au bout des ongles, Tewfiq, mon ami, mon frère ! Tu as voulu garder l’anonymat des hommes exceptionnels qui méritent la seule reconnaissance qui compte vraiment en ce bas monde : celle qui vient des humbles du peuple, des petites gens, leurs frères.

Pour te faire justice malgré tout, j’ai décidé de publier tels quels les extraits les plus parlants de ton journal. Le lecteur fera la part de ce qui t’appartient en propre. Pratiquement l’âme même de cet ouvrage !

Tu as probablement «péché» par excès de différence par rapport à la majorité de tes concitoyens. Pendant longtemps, tu as su déjouer les mécanismes de toutes les souricières placées sur le chemin de ton existence. A chaque coup de boutoir de tes détracteurs, tu as pu te relever debout sur tes pieds. Au dernier vilain croche-pied d’un obscur éradicateur du commandement militaire, tu avais donné l’impression de ne plus pouvoir retrouver ton centre de gravité. C’était mal te connaître…

[1] Dernière oasis avant le Grand Erg Oriental.

[2] Premières dunes annonciatrices du Sahara.

[3] Dynastie maraboutique, ayant régné jusqu’en 1880 dans la vallée du R’hir.

[4] Tout système dictatorial possède ses indéfectibles défendeurs. Lorsque les  tenants  de pareil  régime  (et  ses  relais  extérieurs)  estiment  qu’il  est en danger, ils déploient les plus fanatiques de leurs troupes et la panoplie  la  plus complète  de  leurs  moyens,  sans  regarder  à la dépense, pour  « éradiquer »  tout  semblant  de résistance  dans l’opposition. Et ils aiment qu’on les qualifie ainsi…

[5] Ressemblant au portrait de Mona Lisa. Ce  n’ est  que  quand  j’ avais vu  sa  mère,  bien  plus  tard,  que  j’ avais  fait  le  lien  avec  le  tableau  du  grand  maitre…

[6]Quartier Général Opérationnel

[7] Tour à tour, frère aîné ou patriarche, en langue Cheulha.

[8] Vent de sable soufflant du  Sud-Est.

Parable

(…)

« I’ll take the lieutenant Baali five minutes, he told to Selim.

– Please, do, sir, he answers vilely ,before resuming his speech towards coaching.

– Go out, Lieutenant… I need you. « 

Tewfiq Baali follows, hands behind his back, to the steps of management. The old fighter throws a circular look to all barrack buildings, then carries over his black shoes, shiny, and sharper than ever, tapping the ground with the right foot. His shoulders seem more sunken than usual. Head bowed, malignant eyes, smile more caustic than ever. His departure reminds Tewfiq Baali to the mystery of the soul leaving the body. Then, seriously, he finally speaks to his ex-employee.

« Come with me to the car, please, he said. So… Before leaving, I wanted to warn you. You, more than yours colleagues because you do not like them. You are a very sincere guy, dedicated and loyal. The ropes of military you learned under the patronage of Yakhlef at the Academy, and during our brief collaboration are the hallmarks of a professional and apolitical conception of the army. You will not find this course of action and to execute orders in all bodies, and among all officers. The real power in this country is another. What you may see now roughly corresponds to a view of… maquis command. The scrub is the camouflage, the taste of mystery, watch, trap, cunning, fear of encirclement. You are intelligent. Now pay attention to what you say and your actions in daily life. (…)

____________________

(In Volume 2, Chapter 13)

Parabole

(…)

«Je vous prends le lieutenant Baali cinq minutes, dit-il à Selim.

– Mais faites, commandant, répond vilement ce dernier, avant de reprendre son discours en direction de l’encadrement.

– Venez, j’ai besoin de vous, lieutenant.»

Tewfiq Baali le suit, les mains derrière le dos, jusqu’au perron de la direction. Le vieux baroudeur jette un regard circulaire à tout le casernement, puis le reporte sur ses souliers noirs, luisants, et plus pointus que jamais, en tapant le sol du pied droit. Ses épaules semblent plus affaissées que d’ordinaire. La tête penchée, les yeux malins, le sourire plus caustique que jamais. Son départ fait penser Tewfiq Baali au mystère de l’âme qui quitte le corps. C’est très sérieusement qu’il s’adresse finalement à son ex-collaborateur.

«Accompagnez-moi jusqu’à la voiture, s’il vous plaît, dit-il. Voila. Avant de partir, je voulais vous mettre en garde. Vous, plus que vos collègues, car vous ne leur ressemblez pas. Vous êtes un garçon très sincère, dévoué et loyal. Les rudiments du métier de militaire que vous avez appris sous le patronage de Yakhlef à l’Académie, et pendant notre brève collaboration, sont l’apanage d’une conception professionnelle et apolitique de l’armée. Vous ne trouverez pas cette façon d’agir et d’exécuter les ordres dans tous les corps, et chez tous les gradés. La réalité du pouvoir dans ce pays est autre. Ce que vous risquez de voir désormais correspond en gros à une vue… maquisarde du commandement. Le maquis, c’est le camouflage, le goût du mystère, le guet, le piège, la ruse, la peur de l’encerclement. Vous êtes intelligent. Faites attention désormais à ce que vous dites et à vos actions de la vie courante. (…)

_______________________________
(In Tome 2, Chapitre 13)
Link to all volumes:
 
English Version, by robotic translator (Extracts)+ original French Text below ( Les extraits du texte original en Français sont en toujours sous la traduction en Anglais)
 
English translation:
http://tin-n-ouahr.blogspot.com
French Version (Texte intégral):
http://tin-n-ouahr1.blogspot.com
http://tin-n-ouahr2.blogspot.com
http://tin-n-ouahr3.blogspot.com
The original texts in French can also be found at this following address:)
http://elkadiri.canalblog.com

NB 1: Full texts in French are visible only partially on the web. The entire volumes can be obtained from the author, who will decide whether to forward the relevant parties who have already participated in the critical period of scripts, from writing extracts. Volumes 4 and 5 will be published in a timely manner in paper format. Thank you for your understanding./

Les textes intégraux en français ne sont visibles que partiellement sur la toile. Les tomes en entier peuvent être demandés à l’auteur, qui jugera de l’opportunité de les transmettre aux parties pertinentes qui auront déjà participé à l’exercice critique des manuscrits, à partir des extraits déjà livrés. Les tomes 4 et 5 ne seront publiés en temps opportun qu’en version papier. Merci pour votre compréhension.

NB 2: All books are protected by copyright/Tous les livres sont protégés par copyright.

Militarism/Militarisme

« Chercher l’origine du problème permet de trouver la clef de la solution.
Ecoutez ce qu’avait dit cet homme clairvoyant il y a cinquante ans »/
« Look for the origin of the problem makes finding the key to the solution. Listen what this man had said there fifty years »
El Kadiri

imagesSahara infini/Endless Sahara

Publicités